Trudeau « désobligeant envers les personnes handicapées »

[Source : maisonsaine.ca]

Par André Fauteux

Lettre de l’ancien président de Microsoft Canada au premier ministre Justin Trudeau.

Son bureau nous a confirmé que M. Trudeau ne répondra pas à cette lettre.

Version originale, en anglais : https://www.facebook.com/groups/esmog/permalink/1016639842611250

Bien qu’il existe des tissus et des vêtements tissés d’argent qui bloquent les ondes, le papier d’aluminium est déconseillé car il les capte et les concentre.

Le 2 février 2022
Par courriel : justin.trudeau@parl.gc.ca, pm@pm.gc.ca

Monsieur le Très Honorable Premier Ministre Justin Trudeau,

Objet : Demande d’éclaircissement concernant vos commentaires publics du 31 janvier 2022 au sujet des « chapeaux d’aluminium » [tin foil hats, lire le contexte de cette expression ici] et leur lien avec les préoccupations des Canadiens au sujet des rayonnements sans fil et de leur santé.

Dans votre discours public du 31 janvier 2022 au sujet du « Convoi de la liberté 2022 », vous avez déclaré1 :

« … les préoccupations exprimées par quelques personnes sur la Colline du Parlement en ce moment ne sont pas nouvelles, ne sont pas surprenantes, sont entendues, mais [elles] sont une continuation de ce que nous avons malheureusement vu dans la désinformation et la mésinformation en ligne – les théoriciens de la conspiration au sujet des micropuces et Dieu sait quoi d’autre qui vont avec les chapeaux d’aluminium ».

Je vous écris en tant que directeur général de Canadians for Safe Technology (C4ST), une organisation nationale, non partisane et sans but lucratif qui s’intéresse aux risques pour la santé de la technologie sans fil. C4ST est une coalition bénévole de parents, de scientifiques et de citoyens dont la mission est d’éduquer les Canadiens et les décideurs sur les dangers de l’exposition à des niveaux dangereux de rayonnement de radiofréquences/micro-ondes provenant des appareils sans fil et des antennes de réseau couramment utilisés. Nous travaillons avec tous les niveaux de gouvernement afin de créer des communautés plus saines pour les enfants et les familles.

J’ai passé plus de 40 ans de carrière entièrement dans l’industrie technologique avant de prendre ma retraite en tant que président de Microsoft Canada. J’ai rencontré des experts d’institutions du monde entier2 et j’ai conclu que notre mise en œuvre actuelle de la technologie sans fil n’est pas sûre, et je suis particulièrement préoccupé par les plans pour la 5G et l’impact des technologies sans fil sur les enfants. 

Je vous demande de clarifier qui vous avez voulu inclure dans les « chapeaux d’aluminium » et je vous demande d’utiliser à l’avenir des termes qui ne sont pas désobligeants pour les Canadiens handicapés [par les ondes] ou ceux qui soutiennent d’autres perspectives.

Faire une déclaration qui associe les préoccupations concernant les mandats de vaccination, les micropuces et les « chapeaux d’aluminium » à la désinformation et aux fausses informations en ligne est inexact et irrespectueux pour les Canadiens qui ont des préoccupations légitimes en matière de santé liées à l’exposition aux rayonnements sans fil. Ces Canadiens comprennent des milliers de membres de C4ST et plus de 20 000 Canadiens qui ont signé l’Appel urgent au gouvernement du Canada pour qu’il suspende le déploiement de la 5G et choisisse des connexions en fibre optique sûres et fiables.
Il existe des preuves scientifiques plus que suffisantes pour étayer ces préoccupations en matière de santé. Plus de 250 scientifiques de 44 nations, qui ont publié plus de 2 000 articles évalués par des pairs sur les effets biologiques ou sanitaires des champs électromagnétiques (CEM) non ionisants, ont fait la déclaration suivante le 11 mai 20154 :

« Ces résultats justifient notre appel à l’Organisation des Nations unies (ONU) et, à tous les États membres dans le monde, d’encourager l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à exercer un leadership fort pour favoriser l’élaboration de lignes directrices plus protectrices sur les CEM, encourager les mesures de précaution et éduquer le public sur les risques pour la santé, en particulier les risques pour les enfants et le développement du fœtus. En ne prenant pas de mesures, l’OMS ne remplit pas son rôle d’agence internationale de santé publique de premier plan. »

En 2011, le Centre international de recherche sur le cancer de l’Organisation mondiale de la santé (CIRC-OMS) a classé les rayonnements sans fil dans la gamme des radiofréquences/micro-ondes, qui comprennent les téléphones cellulaires, les antennes des tours de téléphonie cellulaire et les émetteurs Wi-Fi, dans le groupe 2B des agents cancérogènes possibles pour l’humain5. Le Dr Hardell et son équipe de recherche sur le cancer du cerveau, dont les travaux ont été utilisés, en partie, pour parvenir à cette détermination, demandent maintenant une classification de cancérogène humain connu du groupe 1, sur la base de recherches plus récentes.6,7 L’amiante et la fumée de cigarette font partie de ce groupe 1.

Le CIRC a prévu, comme une priorité élevée, la réévaluation de ce type de rayonnement sur la base de preuves scientifiques plus récentes démontrant des preuves claires de cancérogénicité chez les animaux de laboratoire.

Le 13 août 2021, une cour d’appel fédérale des États-Unis a statué8 que la Federal Communications Commission (FCC) des États-Unis devait « fournir une explication motivée de sa détermination que ses directives protègent adéquatement contre les effets nocifs de l’exposition aux rayonnements de radiofréquences non liés au cancer » et justifier ses procédures de test pour les téléphones cellulaires et autres appareils sans fil. Santé Canada fait référence à la FCC pour défendre ses directives du Code de sécurité 6 qui, selon le Ministère, protège les Canadiens. Veuillez consulter l’annexe A de cette lettre pour connaître les préoccupations relatives au Code de sécurité 6.

Nous souhaitons également attirer votre attention sur le document C4ST Fact-checks Government of Canada Webpages Regarding Health Risks and Wireless Technologies, including 5G9, qui corrige ce que nous croyons être de la désinformation fournie par Santé Canada et Innovation, Science et Développement économique.

Monsieur le Premier ministre, comme vous devez le savoir, il y a des Canadiens qui subissent les effets néfastes de l’exposition aux rayonnements sans fil : maux de tête, troubles du sommeil, anomalies cardiaques et autres effets indésirables en cas de surexposition aux appareils sans fil. Beaucoup sont diagnostiqués par des médecins. Il s’agit de personnes de tous les milieux et, malheureusement, aussi d’enfants. Certains sont incapables de travailler, ont perdu leur maison et bénéficient de prestations d’invalidité. Ces personnes sont parfois qualifiées de « chapeliers d’aluminium » (tin foil hatters). Cela ne peut que les marginaliser davantage et les blesser.

Nous espérons que vous, et votre personnel qui préparez vos remarques, accorderez toujours le respect qui leur est dû aux Canadiens, aux personnes électrosensibles, ainsi qu’aux nombreuses autres personnes qui consacrent bénévolement leur temps, leur énergie et leurs ressources à créer des communautés plus saines pour les enfants et les familles en les sensibilisant aux risques pour la santé des expositions aux rayonnements des appareils sans fil.

Nous attendons votre réponse sur ce que vous entendez par « chapeaux d’aluminium ». S’agissait-il de faire référence aux personnes électrosensibles et aux milliers de Canadiens préoccupés par le rayonnement sans fil et la santé ? Si non, qu’est-ce que cela signifiait ?

Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués,
Frank Clegg
Directeur général, Canadians for Safe Technology (C4ST)
frank@c4st.org
Cc : Anita Anand, MP Oakville, Honorable Ministre de la Défense

[Voir aussi le Dossier 5G et ondes pulsées]

Annexe A
Préoccupations concernant le Code de sécurité 6 de Santé Canada

• Le Code de sécurité 6 a été établi en 1979, avec des révisions très mineures en 1991, 1993, 1999, 2009 et 2015. Les limites d’exposition ne protègent que contre les échauffements aigus causés par les émissions des technologies sans fil courantes.
Lors de la révision du Code de sécurité 6 (2015), 140 études pertinentes ont été omises.10

• Le Code de sécurité 6 est fondé sur des données scientifiques périmées datant de 192911,12 qui supposent que les tissus doivent être chauffés pour être endommagés, ce qui a été réfuté par des centaines d’études.
Santé Canada n’a jamais effectué un examen approprié, c’est-à-dire fondé sur les normes internationales13, de la documentation publiée et examinée par des pairs.

• Santé Canada n’a jamais publié aucune de ses analyses sur les effets non thermiques pour justifier ses affirmations selon lesquelles le Code 6 protège les Canadiens.

• Santé Canada n’a jamais publié aucune de ses analyses pour justifier son affirmation permanente selon laquelle le personnel « continue de surveiller toutes les preuves scientifiques nationales et internationales sur les CEM de radiofréquence et la santé ». Santé Canada n’a pas non plus fourni de résumés des preuves qui ont été examinées.

• La Suisse, l’Italie, la Chine et la Russie ont des normes sur les émissions des tours de téléphonie cellulaire qui sont 50 fois plus protectrices que celles du Canada.

• Les preuves tirées de la littérature évaluée par les pairs se trouvent sur ces sites Web : Physicians for Safe Technology14C4ST15Environmental Health Trust16 et TechSafeSchools17.

• Le Dr Anthony Miller, éminent médecin canadien, récipiendaire de l’Ordre du Canada et ancien conseiller du CIRC-OMS, a publié dans la littérature évaluée par les pairs (2018)18 les preuves scientifiques en faveur de la reclassification des rayonnements sans fil, tels que les émissions intentionnelles des antennes des tours de téléphonie cellulaire, comme cancérogène connu du groupe 1 par le CIRC-OMS. Le tabac et la fumée de cigarette font partie du groupe 1.

• L’étude de 30 millions de dollars du National Toxicology Program des National Institutes of Health des États-Unis a trouvé des preuves évidentes de cancérogénicité dans une étude animale à grande échelle.19,20,21

• L’Institut Ramazzini, en Italie, a reproduit ces résultats concernant le cancer dû à l’exposition aux rayonnements de radiofréquences aux niveaux d’émission des tours de téléphonie mobile22.

• Le rapport suisse BERENIS a identifié le mécanisme probable des dommages causés par le rayonnement non ionisant (RNI) des radiofréquences (on pensait auparavant que les énergies du rayonnement non ionisant ne pouvaient pas endommager l’ADN).23
Une diligence raisonnable est recommandée. Voir cette récente décision de justice néerlandaise : « L’impact des tours cellulaires sur la santé ne peut être exclu » 24.

• Deux conférences médicales récentes ont abordé certains des graves effets des rayonnements sans fil sur la santé. Les deux conférences offraient des crédits de formation médicale continue (FMC) aux médecins.25,26

• Une vidéo de cinq minutes dans laquelle je conteste la déclaration d’un président de Rogers’ Communications selon laquelle « la 5G est sans danger » peut être consultée à l’adresse suivante : https://c4st.org/clegg-safety-challenge/https://www.cpac.ca/episode ? id=25938d1e-e4a3-492e-a6a0-0d3ec00db7d5

Références

  1. PM condemns symbols and acts of hate at Parliament Hill protest : https://www.myparrysoundnow.com/65855/pm-condemns-symbols-and-acts-of-hate-at-parliament-hill-protest/
  2. J’ai rencontré des universitaires de Harvard, Yale, Columbia, McGill, l’Université de Toronto ainsi qu’un conseiller expert de l’OMS et l’un des principaux auteurs scientifiques du premier Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et co-récipiendaire du prix Nobel avec l’ancien vice-président américain Al Gore.
  3. APPEL URGENT au gouvernement du Canada pour qu’il suspende le déploiement de la 5G et choisisse des connexions en fibre optique sûres et fiables : https://www.appel5gappeal.ca/
  4. https://www.emfscientist.org/index.php/emf-scientist-appeal
  5. Communiqué de presse de l’OMS :  LE CIRC CLASSE LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DE RADIOFREQUENCES COMME « PEUT-ETRE CANCEROGENES POUR L’HOMME » https://www.iarc.who.int/wp-content/uploads/2018/07/pr208_F.pdf
  6. Hardell, L., et al. (2013). Use of mobile phones and cordless phones is associated with increased risk for glioma and acoustic neuroma. Pathophysiology : The Official Journal of the International Society for Pathophysiology / ISP, 20(2), 85-110. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/23261330/
  7. Coureau, G., et al. (2014). Mobile phone use and brain tumours in the CERENAT case-control study.
    Occupational and Environmental Medicine, 71(7), 514-522. https://oem.bmj.com/content/71/7/514
  8. US Court of Appeals : https://www.cadc.uscourts.gov/internet/opinions.nsf/FB976465BF00F8BD85258730004EFDF7/$file/20-1025-1910111.pdf
  9. C4ST Fact-checks Government of Canada Webpages Regarding Health Risks and Wireless Technologies, including 5G https://www.appel5gappeal.ca/eng/fact-checker.php
  10. Canadiens pour une technologie sûre. (2016). Graphique récapitulatif des 140 études omises lors de la dernière révision du Code de sécurité 6. Voir la figure 3 dans : Références de plus de 200 études scientifiques et de six (6) examens faisant état d’un préjudice potentiel à des niveaux non thermiques (pas de chauffage) de rayonnement de radiofréquences/microondes inférieurs au Code de sécurité 6 (2015). http://docs.c4st.org/Studies/original- references_of_over_200_scientific_studies_showing_potential_harm_at_levels_below_safety_code_6.pdf
  11. Early Research on the Biological Effects of Microwave Radiation: 1940-1960
    https://www.magdahavas.com/wp-content/uploads/2010/07/Cook_1980_early_research.pdf
  12. Limites d’exposition humaine à l’énergie électromagnétique radioélectrique dans la gamme de fréquences de 3 kH à 300 GHz : https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/publications/securite-et-risque-pour-sante/limites-exposition-humaine-energie-electromagnetique-radioelectrique-gamme-3-300.html Voir la section 2. LIMITES D’EXPOSITION MAXIMALE, paragraphe 2 – première phrase
  13. Rooney, A. A., et al. (2014). Systematic Review and Evidence Integration for Literature-Based Environmental Health Science Assessments, Environmental Health Perspectives.  https://ehp.niehs.nih.gov/doi/10.1289/ehp.1307972 https://ehp.niehs.nih.gov/doi/10.1289/ehp.1307972 Résumé : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24755067
  14. Physicians for safe technology : https://mdsafetech.org/
  15. C4ST : https://c4st.org/
  16. Environmental Health Trust : Recent Science on Wireless Radiation https://ehtrust.org/science/top-experimental-epidemiological-studies/?fbclid=IwAR16pJMlZBDc9GV4zac3lrcMW70pih4430OIF-rJ7IBzXaOJb5vnwvUUNTo
  17. TechSafeSchools : https://www.techsafeschools.org/
  18. Miller, A. B., Morgan, L. L., Udasin, I., Davis, D. L. (2018). Mise à jour de l’épidémiologie du cancer, suite à l’évaluation du CIRC de 2011 sur les champs électromagnétiques de radiofréquence (Monographie 102). Environ. Res. 167:673-83
  19. Programme national de toxicologie, Institut national des sciences de la santé environnementale.  » Études de toxicologie et de cancérogenèse chez les Hsd : Sprague Dawley SD Rats Exposed to Whole-Body Radio Frequency Radiation at a Frequency (900 MHz) and Modulations (GSM and CDMA) Used by Cell Phones. » Rapport technique 595 du NTP, 2018, 384. https://ntp.niehs.nih.gov/ntp/htdocs/lt_rpts/tr595_508.pdf
  20. Smith-Roe, S. L., Wyde, M. E., Stout, M. D., Winters, J. W., Hobbs, C. A., Shepard, K. G., … Witt, K. L. (2020). Évaluation de la génotoxicité du rayonnement des radiofréquences des téléphones cellulaires chez les rats et les souris mâles et femelles après une exposition subchronique. Environmental and Molecular Mutagenesis, 61(2), 276-290. https://doi.org/10.1002/em.22343
  21. Programme national de toxicologie, Institut national des sciences de la santé environnementale. « Cell Phone Radio Frequency Radiation ». https://ntp.niehs.nih.gov/whatwestudy/topics/cellphones/index.html
  22. Falcioni, L., Bua, L., Tibaldi, E., Lauriola, M., De Angelis, L., Gnudi, F., … Belpoggi, F. (2018). Rapport des résultats finaux concernant les tumeurs cérébrales et cardiaques chez des rats Sprague-Dawley exposés depuis la vie prénatale jusqu’à la mort naturelle à un champ de radiofréquences de téléphones mobiles représentatif de l’émission environnementale d’une station de base GSM de 1,8 GHz. Environmental Research. https://doi.org/10.1016/j.envres.2018.01.037
  23. Office fédéral de l’environnement (OFEV). (2020). BERENIS – Groupe d’experts suisse sur les champs électromagnétiques et le rayonnement non ionisant. Consulté le 27 janvier 2021 sur https://www.bafu.admin.ch/bafu/en/home/themen/thema- elektrosmog/newsletter-beratende-expertengruppe-nis–berenis-/beratende-expertengruppe-nis-berenis.html
  24. Tribunal néerlandais : L’impact sur la santé des tours cellulaires ne peut être exclu. (2020). https://ehtrust.org/dutch-court-health-impact-of-cell-tower-cannot-be-excluded/
  25. Clinique de santé environnementale, Women’s College Hospital, Toronto. (2019, 30 mai). Les médecins de l’Ontario mettent en garde contre la hausse des coûts des soins de santé après le déploiement de la 5G. Consulté à l’adresse https://www.newswire.ca/news-releases/ontario-doctors-warn-of-rising-health-care-costs-after-5g-roll-out–845905505.html
  26. Également : Medical Conference Teaches about Illness from Too Much Wireless Radiation. (2019, May 31). (2019, 31 mai). https://www.newswire.ca/news-releases/medical-conference-teaches-about-illness-from-too-much-wireless-radiation-803331223.html
  27. Conférence médicale sur les CEM 2021 – Prévention, diagnostic et traitement des maladies associées aux CEM. (2020). https://emfconference2021.com/
image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires