Sentimentalité petite bourgeoise

[Source : chroniquesdepereslavl]

Par Laurence Guillon

On a commencé l’évacuation du Donbass. Les forces ukrainiennes se déchainent, avec les mercenaires américains, contre cette région martyrisée, otage de la mafia qui s’est emparée de ce pays pour son plus grand malheur. Je suis heureuse d’être ici, de ne pas être du côté des vassaux de l’OTAN qui ont bombardé la Yougoslavie, ruiné l’Irak et la Syrie, détruit la Libye, qui partout sèment la discorde et le meurtre avec une rare fourberie. J’espère que Poutine a une idée derrière la tête en mettant cette population à l’abri, et qu’il jouera fin en face des psychopathes qui détiennent l’occident. Car on peut penser ce qu’on veut de ce qui se passe en Russie, où tout n’est pas rose, du moins Poutine, lui, n’est pas fou, et il est intelligent, ce que je ne dirais pas des marionnettes suffisantes placées par des dingos transhumanistes milliardaires à la tête de nos pays. 

Je dis « détiennent » parce que c’est bien de cela qu’il s’agit. Il n’y a qu’à regarder ce que fait Trudeau, avec sa tête de félon idéal, de la population canadienne, et c’est ce qui nous attend tous. Les masques tombent, enfin les leurs; car les nôtres, les muselières qu’ils nous ont infligées, restent encore trop souvent en place. J’ai regardé la vidéo d’un policier canadien honnête scandalisé par ce qui se passe, scandalisé est un mot faible, traumatisé. Il en appelle à la conscience de ses collègues, mais ceux qui servent Trudeau et Macron n’ont forcément pas de conscience, ils ne savent pas ce que c’est. Sinon, ils ne les serviraient pas, ils ne tabasseraient pas d’honnêtes gens avec une rare sauvagerie, ils n’arracheraient pas des enfants à leurs parents, ils ne gazeraient pas de vieux, ils n’éborgneraient pas de jeunes filles. J’ai le coeur serré de voir des gens normaux tout à coup confrontés à quelque chose qui dépasse leur entendement par son caractère démoniaque et pernicieux.

Il me paraît évident que des dirigeants capables d’ordonner cela, de ruiner et de détruire leurs propres peuples, en répétant des incantations absurdes déstinées aux imbéciles qui leur permettent de rester encore en place, le sont tout à fait d’exterminer une population dans le silence total de leurs médias, ou d’utiliser un virus étrange et son médicament expérimental obligatoire pour faire périr un grand nombre d’entre nous et asservir les autres. Si quelqu’un se croit encore en démocratie, qu’il arrête la dope télévisuelle. 

Ce qui me frappe aussi, chez le policier traumatisé, c’est son discours, bien différent de la rhétorique haineuse du révolutionnaire professionnel, telle que je l’entends débiter par des générations d’imbéciles depuis que je suis arrivée en fac, après 68. Il a la larme à l’oeil, une belle gueule virile et franche, il parle vrai, il parle avec son coeur et ses tripes. C’est ce qu’on appelait chez les imbéciles que je viens d’évoquer, de la « sentimentalité petite-bourgeoise », pour discréditer tout ce qui était noble et humain.

Je suis certaine que les Russes et Poutine ne veulent pas la guerre, car d’une part, il n’y ont pas intérêt et d’autre part, depuis les années 90, j’observe comment des semeurs de discorde ont tout fait pour dresser l’Ukraine contre la Russie, sans d’ailleurs y arriver aussi bien que souhaité. Certes, une partie de la population ukrainienne, essentiellement la partie occidentale uniate, règle les comptes de la dernière guerre, soutenue en cela par la diaspora banderiste du Canada. Mais je pense que la majorité orthodoxe du métropolite Onuphre, persécutée par des agents de la CIA en soutane, avec la bénédiction du patriarche Bartholomée, n’a pas de haine contre la Russie, car la sainte Russie, c’est les trois Russie, la petite, la grande et la blanche, pour lesquelles je prie avec le starets Elie. Ce même starets Elie ne pense pas que la Russie sera avalée par les démons qui ravagent l’occident, même si elle en compte aussi des complices et des exemplaires actifs. Que Dieu nous vienne en aide. Je ne voudrais pas voir s’installer complètement ici ce qu’on impose là bas, dans la vaste contrée de la démocratie et de ses célèbres valeurs.

Le village du père Nikita, près de Donetsk, a été évacué. Mais lui, il est resté, avec ceux qui ne sont pas partis, et avec son église. J’avais traduit un article sur lui, et il était venu un jour me voir ici. Un homme adorable, enthousiaste, sincère, un excellent conteur. Depuis sa visite, le Donbass a pour moi un visage concret, je l’ai rencontré en sa personne. Que Dieu le protège.

Le père Nikita: https://chroniquesdepereslavl.blogspot.com/2020/09/lesperance.html#comment-form

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires