Mondialisme et Sacrifice

04/07/2024 (2024-07-04)

[Source : arcaluinoe.info]

Par Sylvain Durain

Chers amis,

C’est un plaisir et un honneur de pouvoir m’exprimer devant vous aujourd’hui, lors de ce Congrès. Malgré mon absence physique, soyez assurés de ma présence spirituelle à vos côtés. Je tiens à remercier les organisateurs de cet événement majeur et en particulier Iurie Roșca pour son invitation. J’espère être des vôtres pour une prochaine session de ce Forum, qui travaille pour le maintien et la survie de notre civilisation si précieuse et si malmenée.

Pour cela, il faut connaître en profondeur les principes de nos ennemis et des grands mouvements qui se mettent en place.

J’aimerais donc vous parler d’un sujet que je connais bien et sur lequel je travaille depuis plus d’une décennie qui est celui du retour du sacrifice humain, en lien avec le Mondialisme. En analysant cette thématique, une idée-force s’est imposée à moi : le mondialisme se base sur le concept de la régénération du monde. Idée présente dans la kabbale avec les Sephirot, dans l’islam par le tawhid qui oblige à une vision moniste du monde. Cette conception est de retour de manière faussement laïcisée chez nos dirigeants, qu’ils soient dans les différents gouvernements ou à Davos. Il faut que l’Ancien Monde meure pour accoucher enfin du nouveau.

Ce monde, étant pour eux imparfait, fait face à des crises qui créent du désordre. Ce désordre n’est en soi pas mauvais puisqu’il permettra, in fine, la création et l’avènement d’un nouvel ordre. C’est le noyau, c’est le cœur nucléaire de la pensée mondialiste ici résumé en quelques mots. L’ordo ab chaos, grande idée ésotérique, nous dirige aujourd’hui. Les termes de « Great Reset », ou de « Grande réinitialisation », ne sont rien d’autre que des actualisations de ce concept.

Je vous propose trois parties pour illustrer mes propos. D’abord, le progressisme perçu comme un retour en arrière. Ensuite, la guerre comme sacrifice sanglant. Enfin, la grande réinitialisation mondiale comme projet final de la modernité.

Le progressisme, un retour en arrière

L’idée du progrès n’est pas nouvelle, et n’est d’ailleurs pas négative en soi. En effet, le christianisme, fondation de notre civilisation, nous permet une sortie du monde archaïque en nous donnant un libre arbitre qui, s’il est bien utilisé, permet une forme de progrès dans nos vies. Ainsi, la médecine, la science, la technique, toutes les grandes avancées humaines positives sont le fruit de cette idée.

Mais ce n’est plus cette idée du progrès positif qui nous est imposée. C’est celle du progressisme matériel et idéologique dans un but messianique de l’homme nouveau. Si la Révolution française exigeait la rupture des liens avec le Ciel, avec Dieu, la révolution actuelle, via le transhumanisme, exige la rupture avec nos liens biologiques. En clair, tout doit disparaître, les hommes, les femmes, les parents, les enfants, rien n’existe en dehors de notre désir. Nous sommes devenus, selon les chantres de ces mouvements, des hommes-dieux. Tels des nouveaux Adam individuels et narcissiques, nous pourrions ainsi donner vie à ce que nous désirons, simplement en le nommant.

Ce désir est également une clé pour comprendre le Mondialisme. Je n’ai pas le temps de rentrer dans les détails, je ne prendrai qu’un seul exemple : les transitions de genre. Cette folie est, je n’ai pas peur des mots et je le crierai aussi longtemps que Dieu me prêtera vie, un sacrifice humain moderne. Selon la logique aristotélicienne, un être est en état de puissance avant d’être en acte. Ici, un jeune enfant de sexe masculin est un homme en puissance, il le sera en acte après sa pureté. En bloquant son développement, la société, que je n’ai pas peur de qualifier ici de satanique, détruit l’acte avant ce développement. L’avenir est empêché, c’est un avortement nouveau, hors du corps de la femme, qui détruit le corps de l’enfant déjà né. C’est ce désir de mort qui est induit dans le cerveau de nos jeunes. Le désir étant mimétique, il est très dangereux de manipuler ainsi la jeunesse de nos nations si fragiles.

Dans le monde archaïque, les sacrifices humains avaient lieu après ce que René Girard a nommé des crises sacrificielles. Dans ce monde préchrétien, basé sur l’ordo ab chaos, se produisait une indifférenciation généralisée et la fin des hiérarchies naturelles. Ainsi, le désir mimétique se propageait dans la communauté, chacun voulant l’objet du pouvoir, la même femme, le même destin. Pour sortir de ce chaos, on désignait un bouc-émissaire, nous passions alors d’une guerre du tous contre tous à une guerre du tous contre un. Ce bouc-émissaire était ensuite déifié, jusqu’au retour d’un prochain chaos dans une vision cyclique de l’histoire l’humanité qui ont donné les mythes de l’antiquité.

Mais, de nos jours, rien n’a changé. Ou plutôt, tout est de retour. Aujourd’hui, l’indifférenciation est totale, les hiérarchies sont tombées. L’homme est indifférencié à la femme, les enfants sont indifférenciés aux parents, idem pour les professeurs et les élèves. Plus grave encore, l’individu est indifférencié à Dieu, chacun se fabriquant sa petite religion individuelle. Rendez-vous compte cher amis, aujourd’hui en France, 49 % des catholiques ne croient plus au paradis, 64 % d’entre eux ne croient même plus à l’enfer. Près de 20 % des Français se disent sans religion, 7 % de ces Français croient en un dieu personnel. La transcendance est niée, seule l’immanence est sur un piédestal dangereux.

Contrairement au projet des Lumières, la sécularisation de l’Europe de l’Ouest se termine, nous en verrons la fin. Elle n’aura été, in fine, qu’un mouvement profondément anticatholique tant les sectes de tout poil fleurissent et prospèrent. Les protestants, l’islam pour l’Europe, le judaïsme radical pour Israël, c’est encore une fois la force de la démographie qui fait loi. Dans 25 ans, l’Europe sera à nouveau un continent religieux, mais à quel prix. La montée de religions basées sur l’absence du sacrifice de Dieu n’aura qu’une conséquence logique : le retour du sacrifice humain. Si Dieu ne se sacrifie plus pour les hommes, les hommes se sacrifieront pour de faux dieux. L’inauguration du tunnel de Saint Gothard, en Suisse, est une belle illustration du retour des religions archaïques et de la violence qu’elles sous-tendent.1

En attendant, ce sont des nouvelles religions primitives qui reviennent. Je pense ici au mythe de Gaïa, la déesse mère, qui serait en danger de mort à cause de ces mauvais fils : nous les hommes. Cette mère toute puissante exige alors des sacrifices, les hommes blancs catholiques doivent disparaître, ils seraient le cancer de la Terre qui souffre. Cette religion, à travers des figures comme Greta Tunberg, amène la jeunesse dans la pire des voies. Celle de la mort. On rejette son rôle biologique en refusant de donner la vie, en refusant de se marier, en refusant de se soumettre aux bases de la Loi Naturelle. Rendez-vous compte, 30 000 vasectomies ont été pratiquées en 2022 contre seulement 2000 en 2010 en France. En 10 ans, la religion gaïatique, à travers ce que j’ai nommé un matriarcat sacrificiel, a détruit la psyché de la jeunesse européenne et a permis un « grand remplacement sacrificiel » qu’il faudrait combattre. La nature ayant horreur du vide, ce qui est faible est remplacé par ce qui est fort.

Les innocents, comme dans les religions archaïques, sont les premiers touchés. La montée des dérives pédocriminelles, l’avortement généralisé et même désormais inscrit dans la Constitution de la République française, mais aussi les enfants français qui se font assassiner par des étrangers récidivistes, la pauvre Lola victime visiblement d’un sacrifice rituel maghrébin. Rien ne nous est épargné, rien n’est épargné à notre avenir qu’incarne notre jeunesse.

Ainsi, nous le voyons bien chers amis, le progressisme n’est pas le progrès, mais il est un gigantesque retour en arrière, les moyens techniques en plus. Ce retour est celui qui nous ramène aux pratiques primitives des désignations de bouc-émissaires et des pratiques de sacrifices humains. La grande différence, nous sommes tous des boucs-émissaires potentiels, nous sommes tous livrés au Moloch mondialiste, et tout ceci pour un soit-disant « Bien ».

Ce qui se cache derrière le mal nommé « wokisme », c’est tout ceci. La mort du corps, la haine du corps même, car la haine de l’Incarnation. En effet, dès les premiers temps de lutte contre le Christ, le corps était désigné comme l’ennemi du bien. Dieu s’étant incarné en homme, par l’union hypostatique, Satan, dans sa jalousie, s’agite pour combattre le corps humain préféré par Dieu. C’est le grand projet de toutes les gnoses, le corps est une prison de laquelle il nous faut nous échapper pour nous libérer.

La guerre comme sacrifice sanglant

La guerre est désormais partout. A nos portes, à tous les coins de rue, en Ukraine, en Asie Mineure, en Afrique, partout. Ces guerres ont aussi un lien avec le retour du sacrifice humain. En effet, elles prennent leurs sources dans la Révolution française, encore elle, mère de tous les maux modernes. Rappelons, rapidement, les tenants sacrificiels de cette étape majeure du Mondialisme. La mort du Roi de France, alors considéré comme le Lieutenant du Christ, c’est-à-dire comme celui tenant place matérielle au vrai Roi de France, le Christ lui-même, est un sacrifice rituel. Le sang du Christ, ici encore dans une vision satanique du monde, coule à nouveau et renouvelle le monde. Les révolutionnaires, en agissant de la sorte, réouvre une époque de cycles dirigés par l’ordo ab chaos. Après le Roi, devait suivre le peuple. Ce que l’on a nommé la Terreur est la suite logique avec le sacrifice de centaines de milliers d’enfants innocents, de femmes, de curés, de gens du peuple. Il faut renouveler le peuple pour le renouveler le monde.

La montée aux extrêmes dont parlait Clausewitz est en réalité une conséquence du désir mimétique, encore lui. Ce mimétisme, au cœur de notre humanité, est une chance, car il permet d’imiter Dieu à travers le Christ et viser ainsi à la sainteté. Mais le monde moderne met tout en place pour créer un désir biaisé, un mimétisme négatif.

Le cas du 7 octobre en est une belle et funeste illustration. Le crime de guerre du Hamas, possiblement largement permis par le pouvoir israélien, montre comment ce mimétisme, quand il est allié à une spiritualité, mène aux pires horreurs humaines. Netanyahu cite ainsi « la prophétie d’Isaïe » pour sa vengeance inhumaine. Là encore, régénérer le peuple à des fins messianiques, dans un silence diplomatique assourdissant. Des centaines de milliers de morts, en majorité des enfants.

À ce titre, rappelons que la guerre industrialisée de 1914-1918 a, quelque part, sanctifié la République. Le sang du peuple a coulé pour la déesse républicaine, elle a trouvé ses héros et assis alors sa légitimité dans l’histoire. Le sang des Ukrainiens a-t-il pour objet de sanctifier l’OTAN, en mal de reconnaissance et dont on annonçait la mort depuis de nombreuses années ? Ce serait aux dirigeants de répondre.

La grande réinitialisation mondiale comme projet final de la modernité

Nous le voyons, chers amis, le projet de grande réinitialisation mondiale n’est qu’une étape supplémentaire du grand projet satanique de régénération révolutionnaire des peuples. En économie, pour le grand manitou du Forum Économique Mondial, ce sont les mêmes principes qui dirigent. Basé sur l’économiste Joseph Schumpeter, c’est l’idée de la création destructrice2 qui est promue. En effet, les petits commerces, les indépendants, les entreprises familiales, toutes ces

édifications du travail populaire ne rentrent pas dans les bonnes cases, il faut donc les faire disparaître. Pas d’inquiétude nous dit Klaus Schwab, une économie détruite créera automatiquement une économie nouvelle grâce au numérique et aux nouvelles technologies. C’est la fameuse nouvelle révolution de l’ère post-moderne dont Laurent Alexandre nous vante également les mérites. Tout ce qui est incarné doit disparaître, tout doit devenir mouvant, virtuel, impalpable. Encore une fois il faut détruire pour reconstruire.

Notre corps, en analogie avec notre monde imparfait, n’est qu’une prison. Quelle mauvaise création que celle de Dieu pour les transhumanistes, car nous allons mourir un jour ! Implant de puces, connexion de la conscience à des interfaces numériques, c’est le projet final de la modernité, celui qui nous fera enfin changer d’époque. Après avoir détruit l’espace et le temps, la biologie et la transcendance, nous serions enfin heureux, pour le « Bien » de « l’Humanité », dans une sorte de Matrix ultra technologique. Notre corps, inutile, sera détruit et notre esprit pourra ainsi vaguer à des occupations éternelles dans le néant. Ce serait alors la victoire du Chaos sur l’Ordo, la fin du cycle infernal, mais surtout une victoire de la Mort sur la Vie.

La vie éternelle, dans le christianisme, existe bel et bien, mais se trouve aux antipodes de cela. Ces projets transhumanistes sont des singeries du projet divin. Notre âme est éternelle oui, mais est vouée, en finalité, à retourner au Créateur, à retourner à Dieu après l’expérience humaine. Il n’y a que Dieu qui crée ex nihilo, l’homme n’est qu’une créature et ne sera jamais le créateur d’un nouveau dieu. Ni lui, ni la machine, ni une version hybride ne pourront égaler Dieu. Comme me le répétait mon regretté ami Jacques Carbou, auteur du livre La Mécanisation de l’esprit3, « restons optimistes, ils ne peuvent rien contre le Ciel. »

Mon temps est compté, j’aurais eu mille choses à vous dire, mais je me dois de conclure. Si une idée devait rester de mon intervention, je vous demande de garder celle-ci à l’esprit : le sacrifice humain est de retour, car nous ne pratiquons plus la sainte messe, dans laquelle le Christ se sacrifie à nouveau, de manière non sanglante, dans le renouvellement de son Sacrifice sanglant. Derrière ces attaques, c’est donc le Christ qui est visé, comme toujours, Lui qui est le Chemin, la Vérité et la Vie. Sa Passion doit inspirer notre combat et notre persévérance. Chers amis, maintenons le cap, et poursuivons notre travail. Je vous adresse, à tous, l’expression de toute ma considération. En union de prières.


image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *