Les juifs contrôlent bel et bien les médias

29/11/2023 (2023-11-29)

[Source : The Times of Israël via web.archive.org]

[Traduction automatique correcte. Article initialement publié en anglais sur The Times of Israël, le 1er juillet 2012]

Par Elad Nehorai

Elad Nehorai est un écrivain qui vit à Crown Heights, dans le quartier de Brooklyn. Il y a cinq ans, il est devenu un juif religieux au sein de la communauté hassidique Chabad. Depuis, il a beaucoup écrit sur son expérience, notamment sur son blog Pop Chassid et sur le Huffington Post. Vous pouvez le trouver sur Twitter et sur Facebook.

Nous, les Juifs, sommes une drôle de race. Nous aimons nous vanter de chaque acteur juif. Parfois, nous prétendons même qu’un acteur est juif simplement parce que nous l’aimons suffisamment pour penser qu’il mérite de faire partie de notre équipe. Nous nous vantons des auteurs juifs, des politiciens juifs, des réalisateurs juifs. Chaque fois que quelqu’un mentionne un film, un livre ou une œuvre d’art, nous disons inévitablement quelque chose comme : « Saviez-vous qu’il était juif ? » C’est comme ça que nous roulons.

Nous sommes un groupe motivé, et pas seulement par rapport au monde de l’art. Nous avons, par exemple, l’AIPAC, qui a été essentiellement créée dans le seul but de piloter l’agenda de Washington DC. Et cela réussit admirablement. Et nous nous en vantons. Encore une fois, c’est exactement ce que nous faisons.

Mais le plus drôle, c’est lorsqu’une personne antisémite ou anti-israélienne commence à débiter des trucs du genre : « Les Juifs contrôlent les médias ! » et « Les Juifs contrôlent Washington ! »

Soudain, nous sommes en colère. Nous créons d’énormes campagnes pour faire tomber ces gens. Nous faisons ce que nous pouvons pour les mettre au chômage. Nous publions des articles. Nous avons créé des organisations entières qui existent juste pour dire à tout le monde que les Juifs ne contrôlent rien. Non, nous ne contrôlons pas les médias, nous n’avons pas plus d’influence à Washington que n’importe qui d’autre. Non, non, non, nous le jurons : nous sommes comme tout le monde !

Est-ce que quelqu’un d’autre (qui n’est pas fanatique) voit l’ironie de cette situation ?

Soyons honnêtes avec nous-mêmes, chers juifs. Nous contrôlons les médias. Nous avons tellement de mecs dans les bureaux de direction de toutes les grandes sociétés de production de films que c’en est presque obscène. Presque tous les films ou émissions de télévision, qu’il s’agisse de « Tropic Thunder » ou de « Curb Your Enthusiasm », regorgent d’acteurs, de réalisateurs et d’écrivains juifs. Saviez-vous que les huit grands studios de cinéma sont dirigés par des Juifs ?

Jolie, jolie, jolie, plutôt bonne.
(Crédit photo : CC BY-SA Angela George/Wikimedia Commons)

Mais ce n’est pas tout. Nous contrôlons également les publicités diffusées dans ces émissions de télévision.

Et n’oublions pas l’AIPAC, le punching-ball préféré de tout antisémite. Nous parlons d’une organisation qui est pratiquement l’équivalent des Sages de Sion. Je n’oublierai jamais l’époque où j’étais impliqué dans le plaidoyer israélien à l’université et où j’ai participé à l’une des nombreuses conventions de l’AIPAC. Un homme s’est littéralement tenu devant nous et nous a dit que leur objectif était de travailler uniquement avec les 50 meilleurs étudiants diplômés, car ce seraient eux qui finiraient par apporter des changements au sein du gouvernement. Me voici, un petit enfant idéaliste qui fréquente une école des 50 dernières années (ASU) et qui veut faire du plaidoyer populaire, et ces gars parlent littéralement d’infiltrer le gouvernement. Intense.

Maintenant, je sais ce que tout le monde va dire. Que tout le monde essaie de faire pression. Chaque groupe minoritaire et chaque groupe majoritaire. Que chaque groupe compte des acteurs et réalisateurs à succès. Mais c’est loin de dire que nous gérons Hollywood et Madison Avenue. Que les Mel Gibson du monde ont raison de dire que nous utilisons délibérément notre pouvoir pour conquérir le monde. Que nous avons une folle conspiration en cours.

D’accord. Bien. Il s’agit donc en partie de propos farfelus.

Mais regardons cela d’un peu plus près.

C’est peut-être vrai : tout le monde fait du lobbying. C’est peut-être vrai qu’il existe des acteurs de toutes les ethnies. Mais allez. C’est nous qui nous vantons tout le temps de ce genre de choses. Ne pouvons-nous pas admettre que nous avons un succès incroyable ? Ne pouvons-nous pas le dire au monde ?

Je vais donner ma théorie sur les raisons pour lesquelles les Juifs ne veulent pas parler de leur contrôle sur les médias.

Tout d’abord, même si les Juifs aiment admettre qu’un grand nombre d’entre eux ont réussi et qu’un si grand nombre d’entre eux ont accompli tant de choses, ils détestent admettre que cela a à voir avec le fait qu’ils sont juifs. Peut-être qu’ils admettront que cela a quelque chose à voir avec l’expérience juive. Mais combien de Juifs admettront qu’il y a quelque chose en chacun d’eux qui les aide à accomplir des choses incroyables ?

Le président de l’ADL, Abe Foxman, a été interviewé dans un excellent article sur le sujet et il a déclaré qu’il « préférerait que les gens disent que de nombreux dirigeants de l’industrie “se trouvent être juifs”. » Cela résume à peu près la ligne du parti.

La vérité est que les antisémites avaient raison. Nous, Juifs, avons quelque chose en chacun de nous qui nous rend complètement différents de tous les groupes du monde. Nous parlons d’un groupe de personnes qui viennent d’être envoyées dans des camps de la mort, ont enduré des pogroms et leurs familles entières ont été décimées. Et puis ils sont venus en Amérique, le seul endroit qui leur a jamais permis d’avoir autant de pouvoir qu’ils le voulaient, et soudain ils ont pris le pouvoir. S’il vous plaît, ne me dites pas qu’un autre groupe dans le monde a déjà fait cela. Seulement les Juifs. Et nous l’avons déjà fait. C’est pourquoi les Juifs ont été réduits en esclavage en Égypte. Nous avons eu trop de succès. Allez regarder la Torah, ça s’y trouve. Et nous l’avons également fait en Allemagne.

Cette capacité à réussir, cette motivation intérieure, ne vient pas des années d’éducation ou de tout autre type de facteurs conditionnels, mais de l’étincelle intérieure de chaque Juif.

La raison pour laquelle des groupes comme l’ADL et l’AIPAC détestent admettre cela est avant tout parce qu’il s’agit d’organisations laïques. Tout leur objectif est de prouver que chaque Juif est pareil à toute autre personne dans le monde. Je ne peux pas imaginer un programme plus farfelu. Non, nous sommes différents. Nous sommes spéciaux.

Et clairement, toute cette histoire de gros nez juifs
était totalement disproportionnée.
(Photo d’illustration : Abir Sultan/Flash 90)

Bien sûr, les gens détestent quand quelqu’un dit cela. Ils supposent que si vous dites que les Juifs sont spéciaux, cela implique en quelque sorte qu’ils sont meilleurs.

Pour être honnête, je ne suis pas vraiment sûr de ce que signifie le mot « meilleur ». Ce que je sais, c’est qu’être spécial signifie simplement qu’une personne a la responsabilité de faire le bien.

Je pense que c’est la véritable raison pour laquelle la plupart des Juifs ont si peur d’admettre qu’il y a quelque chose de puissant et de bon en eux. Pas parce qu’ils ont peur d’être spéciaux. Mais parce qu’ils ont peur d’être responsables. Cela signifie qu’ils sont soudainement coupables lorsqu’ils créent des émissions de télévision sales qui souillent l’atmosphère spirituelle du monde. Cela signifie que les choses ne peuvent pas être créées uniquement pour le plaisir, l’amusement ou même « l’art ».

Du coup, nous ne pouvons pas gâcher le monde.

Ce qui est intéressant, c’est que les Juifs ont fait tant de choses pour le monde de bien d’autres manières. Ils ont fait progresser les droits civiques ; ils ont contribué à sauver des vies au Darfour, en Haïti et à peu près partout ailleurs.

Mais cela ne suffit pas. Réparer le monde physiquement ne représente que la moitié de la bataille.

Notre combat le plus vaste, le plus dur, consiste à élever le monde spirituellement. Et c’est ce dont ont peur ceux qui se battent de toutes leurs forces pour prouver que les Juifs sont pareils aux autres. Cela signifie que nous ne pouvons plus simplement « nous exprimer ». Nous devrons commencer à réfléchir aux choses que nous créons et à la façon dont nous agissons. Cela signifie que nous devrons commencer à travailler ensemble. Cela signifie que nous devrons nous obliger les uns les autres, ainsi que nous-mêmes, à respecter des normes plus élevées.

Mais le moment est venu. Nous n’avons plus besoin de changer de nom. Nous n’avons plus besoin de nous fondre dans la masse comme des caméléons. Nous possédons tout un putain de pays.

Au lieu de cela, nous pouvons être fiers de qui nous sommes, et simultanément conscients de notre énorme responsabilité — et de notre opportunité.

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires