Le plan de « force de frappe » de Biden sur les vaccins pue le désespoir

Le plan de « force de frappe » de Biden sur les vaccins pue le désespoir

17/07/2021 (2021-07-17)

Par Brandon Smith

S’il y a une règle dont les esprits libres doivent se souvenir, c’est que l’establishment n’aime pas perdre le contrôle de la version officielle. Et quand il le fait, des choses bizarres commencent à se produire. Par exemple, il devient douloureusement évident que le récit sur les « vaccins » expérimentaux à ARNm a glissé entre les doigts de l’administration Biden et, par conséquent, ils sont maintenant dans une course effrénée pour injecter des millions de vaccins dans autant de bras sceptiques que possible avant que le public ne s’organise pour repousser l’ordre du jour. Il me semble qu’ils sont un peu en train de paniquer.

Le problème est devenu plus évident depuis janvier, lorsque diverses entités gouvernementales et les médias ont commencé à se plaindre ouvertement du nombre de doses de vaccins jetées à la poubelle en raison de leur péremption. Pourquoi les vaccins arrivaient-ils à expiration avant d’être utilisés ? Les médias suggèrent que c’est dû à la « mauvaise gestion du gouvernement », alors que les responsables au niveau de l’État ont admis que c’était dû à une baisse significative de la demande.

Entre-temps, Biden a expédié plus de 500 millions de doses de vaccin contre la coqueluche à l’étranger en juin, tout en affirmant que les États-Unis étaient en bonne voie pour atteindre son objectif de 70 % de vaccination pour le 4 juillet. Inutile de préciser que cela ne s’est jamais produit. L’administration Biden affirme maintenant que la population américaine est vaccinée à 67%, et si cela était vrai, elle serait très proche des directives originales d’Anthony Fauci en matière d’immunité collective. Alors pourquoi tout ce battage autour des personnes non vaccinées ?

Tout d’abord, Fauci n’a cessé de déplacer les objectifs de l’immunité de groupe au point de dire au public d’ignorer complètement l’immunité de groupe et que la seule option est de faire vacciner TOUT LE MONDE. Beaucoup d’entre nous, dans les médias libres, ont dit que c’était exactement ce qu’il ferait, et il s’est avéré être incroyablement prévisible. Deuxièmement, les chiffres de vaccination des CDC semblent être gonflés afin de créer un consensus artificiel.

Tout en revendiquant un taux de vaccination global de 67 %, les statistiques des CDC indiquent un maximum d’environ 184 millions d’Américains ayant reçu au moins une dose, puis indiquent 160 millions de personnes ayant reçu une double dose. Pourtant, selon la carte de données de la Mayo Clinic, seuls quatre États ont un taux de vaccination de 67 % ou plus, tous situés dans le Nord-Est. Même la Californie et New York sont bien en dessous de 67 %, et la grande majorité des États se situent autour de 50 % ou moins.

Franchement, je ne crois pas du tout aux chiffres de vaccination des CDC. Les chiffres des nouveaux dosages sont en chute libre à travers les États-Unis, selon les responsables des États ; tous ceux qui n’ont pas été vaccinés à ce jour ne le seront pas à moins d’y être contraints. Il n’y a pas de longues files d’attente pour les vaccins. Pas de temps d’attente. Les CDC ont même supprimé le temps d’attente entre les doses. Et pourtant, CVS et Walgreens ont jeté des doses périmées par centaines de milliers.

Si nous regardons les statistiques des CDC concernant la vaccination complète, nous sommes plus proches de 51 % de la population américaine totale, ce qui correspond plus précisément aux statistiques de la Mayo Clinic. Rien n’indique que ce pourcentage dépassera bientôt la barre des 51 %, si tant est que les statistiques soient exactes.

Cela signifie qu’au moins la moitié de la population américaine est en désaccord avec le programme. C’est probablement la raison pour laquelle Fauci et Biden sont devenus plus agressifs dans leur programme de vaccination le mois dernier. S’ils obtenaient les taux de vaccination de près de 70 % qu’ils revendiquent, ils ne se plaindraient pas avec indignation des personnes non vaccinées. Les statistiques montrent qu’un nombre ÉNORME d’Américains refusent de se faire vacciner – Nous sommes une vaste armée, et c’est une bonne chose.

Pourquoi ? Parce qu’il n’y a tout simplement aucune raison de prendre le vaccin expérimental à ARNm.

FAIT : Covid-19 a un IFR (taux de mortalité par infection) médian de 0,26% ou moins.

Pourquoi prendre un vaccin expérimental plutôt qu’un virus auquel 99,7% de la population, en dehors des maisons de retraite, survivra facilement ? Dans mon comté, seules 17 personnes sont mortes du covid en 16 mois, dont beaucoup dans des maisons de retraite. La majorité de la population a également cessé de porter des masques et mis fin aux confinements environ trois mois après l’épidémie initiale, lorsqu’il est apparu clairement que le covid n’était rien. Le variant dit « Delta » est également très présent ici, et ni les décès ni les infections n’ont augmenté de manière notable.

La plupart des gens ici ont déjà eu le virus, et c’était essentiellement comme une mauvaise grippe avec un coup de fouet supplémentaire ou un brouillard cérébral supplémentaire. Après environ une semaine, les gens se sont rétablis. C’est facile. Je comprends parfaitement les inquiétudes des gens lorsque la pandémie a commencé ; nous n’avions aucune idée de ce à quoi nous avions affaire. Cependant, après quelques mois, la réalité s’est imposée. La peur et la terreur délirantes que suscite le Covid ne sont plus qu’une paranoïa complaisante.

FAIT : Les infections et les décès dus au Covid ont commencé à s’effondrer bien avant que les vaccins ne soient répandus.

Les médias grand public suggèrent continuellement que les vaccins sont la raison de la chute des infections, mais c’est un mensonge. Les cas de covid ont atteint un pic en janvier 2021, puis ont chuté de façon vertigineuse. En février 2021, seuls 5,9 % de la population américaine avaient reçu au moins une dose du cocktail à ARNm. Dans les États conservateurs où les mandats ont été levés bien avant les États bleus et où les vaccinations sont moins nombreuses, les infections et les décès ont chuté encore plus rapidement. Les vaccins n’ont RIEN à voir avec la baisse des infections. Rien du tout.

FAIT : Au moins 81% des personnes qui ont eu le covid sont peu susceptibles d’être réinfectées.

[Note de Joseph. Du point de vue d’une démarche scientifique rigoureuse (voir Pour en finir avec les virus et le Nouvel Ordre Mondial), il ne s’agit pas d’un fait, mais d’une statistique interprétée en provenance d’un fait. Le fait est que les personnes qui ont eu une maladie représentée par des symptômes particuliers ont peu tendance à retomber malades de la même maladie, sauf lorsque celle-ci est chronique (ce qui signifie alors qu’ils n’ont jamais trouvé le moyen d’en éliminer les causes). Ce fait peut s’interpréter tout à fait différemment et de manière bien plus logique que celle de l’hypothèse, jamais vraiment démontrée, d’une prétendue “immunité collective”. Tout simplement, le corps humain peut s’habituer ou s’adapter dans une certaine mesure et à la longue à certaines sources d’empoisonnement qui le rendent malade.]

Fauci continue d’ignorer la science de l’immunité de groupe et rejette complètement les personnes qui ont contracté le covid comme étant immunisées. Pourtant, c’est la réalité. Si nous comptons le grand nombre de personnes qui ont contracté le covid, alors les Etats-Unis ont atteint l’immunité collective il y a plusieurs mois. C’est pourquoi les infections et les décès ont chuté d’une falaise, pas à cause des vaccinations.

FAIT : Les vaccins à ARNm n’ont AUCUNE donnée de test à long terme les soutenant ou prouvant leur sécurité.

Les tests initiaux pour un vaccin expérimental moyen durent de 2 à 4 ans, puis plusieurs années d’observation et de tests supplémentaires sont nécessaires avant l’approbation. Globalement, les vaccins sont censés être testés et re-testés pendant 10 à 15 ans avant d’être mis à la disposition du public. Les vaccins à ARNm anti-covid ont été mis à la disposition du public en quelques mois, sans approbation officielle de la FDA et sans données à long terme, du moins aucune qui ait été révélée ouvertement. Le résultat final est que nous n’avons aucune idée des effets secondaires à long terme de ces vaccins. Cependant, certains experts tirent la sonnette d’alarme…

FAIT : De nombreux experts en vaccins mettent en garde contre les troubles auto-immuns et l’infertilité potentiellement dangereux causés par les vaccins expérimentaux à ARNm, y compris le médecin qui a inventé la technologie à ARNm.

Nous avons reçu de nombreux avertissements d’experts en virologie et en vaccins appelant à la prudence en ce qui concerne les vaccins anti-covid. L’ancien vice-président de Pfizer Michael Yeadon et plusieurs de ses associés médicaux ont publié un appel à l’arrêt des vaccinations jusqu’à ce que des tests supplémentaires puissent être effectués. Yeadon a spécifiquement mis en garde contre d’éventuels troubles auto-immuns et des effets secondaires sur l’infertilité. Il a depuis été attaqué sans relâche par les médias.

L’inventeur du vaccin à ARNm, le Dr Robert Malone, s’est exprimé sur les dangers de la thérapie génique à ARNm, soulignant spécifiquement que la protéine spike que le vaccin anti-covid indique à vos cellules de fabriquer pourrait présenter des risques pour la santé à long terme, notamment des caillots sanguins et l’infertilité chez les femmes. L’interview de Malone a depuis été effacée de YouTube et ses réalisations ont été discrètement retirées de sites web comme Wikipedia. Il est lentement dépersonnalisé.

Enfin, dans les hôpitaux du pays, 30 % des professionnels de santé ont refusé de se faire vacciner. Certains n’ont pris le vaccin que parce que leur emploi était menacé.

L’argument des médias sous contrôle contre des avertissements comme ceux-ci de la part d’experts en la matière est qu’ils sont « fous » et doivent être rejetés. Donc, seuls les professionnels de la santé qui reçoivent un salaire du gouvernement et qui sont d’accord avec les mandats du gouvernement sont en quelque sorte « sains d’esprit » ? Intéressant…

Lorsque l’éclairage gazeux ne fonctionne pas, les doreurs d’image (sans mauvais jeu de mots) sortent une logique floue classique, affirmant qu’il n’y a « aucune preuve que les vaccins causent des dommages ». C’est manifestement faux, car toute personne effectuant une recherche rudimentaire constatera que de nombreuses personnes dans le monde sont mortes ou ont souffert d’effets secondaires après avoir été vaccinées. Mais, bien sûr, les défenseurs des vaccins affirment que ce n’est pas une « preuve » à 100 % que les vaccins sont globalement dangereux.

Eh bien, il n’y a également AUCUNE PREUVE que les vaccins sont sans danger. Il n’y a pas de données de sécurité à long terme. Et dans la science médicale, la règle est de pécher par excès de prudence, de ne pas prendre de risques inconsidérés pour un virus qui ne représente aucune menace pour 99,7 % de la population.

Permettez-moi donc d’être parfaitement clair avec la secte du covid qui ne comprend pas la science médicale de base – La charge de la preuve VOUS incombe, ainsi qu’au gouvernement et aux sociétés pharmaceutiques, et non à nous. VOUS devez prouver que les vaccins sont sûrs, par des tests à long terme. Ce n’est pas à nous d’accepter le vaccin et de devenir les cobayes de la plus grande expérience médicale du monde, fondée sur une foi aveugle et des opinions vides étayées par aucune donnée.

Les « forces de frappe de la vaccination » de Biden

Ces faits, et bien d’autres encore, sont en train d’être digérés par le public américain et les résultats sont clairs : des millions et des millions d’entre nous ne prendront pas le vaccin. Cela ne se fera pas. Nous allons nous battre plutôt que de nous conformer, et nous finirons par gagner. Le programme mondialiste du Grand Reset exige une vaccination totale, des passeports vaccinaux et une conformité totale. Ils ne l’obtiennent pas, donc le résultat naturel sera une tentative de forcer les personnes non vaccinées à accepter le vaccin.

Récemment, Biden a annoncé un plan visant à déployer des « équipes d’enquête » dans toute l’Amérique, qui feraient du porte-à-porte, comme des agents de recensement, afin de déterminer qui a pris les vaccins et qui ne les a pas pris. Ces équipes « encourageraient » également les personnes qui ne sont pas vaccinées à se faire vacciner dans un endroit proche.

Ces enquêtes sont, à mon avis, plus une ruse qu’autre chose. Elles ne peuvent pas recueillir des chiffres exacts car elles n’ont aucun moyen de savoir si les gens disent la vérité ou non. Le but probable de ces enquêtes est de localiser les foyers qui refusent par principe de parler aux équipes et de les marquer comme « problématiques ».

L’attachée de presse de Biden a laissé échapper un langage intéressant sur ces équipes, révélant peut-être leur véritable intention lorsqu’elle les a appelées « forces de frappe ». Est-ce à dire que l’objectif initial sera de forcer les gens à prendre le direct sur le pas de leur porte ? Non, pas dans l’immédiat. Cependant, je pense que les équipes d’enquête sont la prochaine étape vers cette politique à l’avenir.

Pour l’instant, la secte du covid utilise les entreprises pour imposer des mandats médicaux en exigeant que les employés et même les clients se fassent vacciner avant de pouvoir accéder à un emploi ou à des services. C’est inacceptable, car bon nombre de ces entreprises ont bénéficié d’injections de relance sans fin de la part du gouvernement et sont donc redevables aux contribuables. Leurs droits de propriété privée ne s’étendent pas au contrôle de nos décisions ou de nos antécédents médicaux personnels.

Toute société ou entreprise qui exige une preuve de vaccination au nom du gouvernement ou des mondialistes devrait être mise au piquet et mise au pas. Toute entreprise concurrente qui refuse de demander des passeports vaccinaux devrait être soutenue par le public et protégée des représailles du gouvernement. Mon État natal, le Montana, a rendu illégal le fait que des entreprises demandent des passeports vaccinaux, mais de nombreux États ne l’ont pas fait. C’est aux Américains ordinaires, au niveau local, de faire savoir aux entreprises qu’ils ne toléreront pas la tyrannie médicale.

Par extension, les équipes de sondage de Biden sont à proscrire. Elles sont le précurseur des vaccinations forcées au porte-à-porte et de la pression invasive du gouvernement fédéral sur un certain nombre d’autres questions. Cela s’appelle « l’incrémentalisme », et ils pensent que nous sommes trop distraits pour le remarquer. Au fur et à mesure que l’ordre du jour continue de s’effondrer aux États-Unis, l’establishment va se désespérer. Lorsque les mandats de passeport vaccinal des entreprises échoueront (et ils échoueront), ils devront prendre des mesures violentes à court terme pour obtenir ce qu’ils veulent.

Ces équipes devraient être expulsées de toutes les communautés dans lesquelles elles se présentent. Elles ne devraient pas être autorisées à faire du porte-à-porte. Le mouvement pour la liberté gagne un terrain incroyable dans ce combat, mais cela signifie que les élites deviendront plus déséquilibrées et plus dangereuses dans leur rhétorique et leurs actions. Lorsque les obsédés du contrôle et les psychopathes n’obtiennent pas ce qu’ils veulent, ils ont tendance à piquer des crises de colère épiques.

Traduction de Alt Market par Aube Digitale

S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments