Démontage de la théorie virale

25/05/2022 (2022-05-25)

[Source : drrobertyoung.com]

Par Robert O Young DSc, PhD, Praticien naturopathe

L’existence des virus de la polio, de la rougeole, du VIH, du CMV, de l’EBV, de l’hépatite C, de l’Ebola, de la grippe, du Zika et maintenant du coronavirus [SRAS-CoV-2] a-t-elle été démontrée et scientifiquement prouvée ?

Le premier isolement d’un virus a été réalisé en 1892 par le chasseur de bactéries russe Dimitri Iwanowski, qui a recueilli du liquide provenant de plants de tabac malades. Il a fait passer ce liquide à travers un filtre suffisamment fin pour retenir les bactéries. Pourtant, à la surprise d’Iwanowski, le filtrat exempt de bactéries rendait facilement malades les plantes saines. En 1898, un botaniste néerlandais, Martinus Willem Beijerinck, répétant l’expérience, a également reconnu l’existence d’une cause invisible et a nommé l’agent infectieux « virus de la mosaïque du tabac ». La même année que le rapport de Beijerinck, deux scientifiques allemands purifiaient un liquide contenant des virus filtrables qui provoquaient la fièvre aphteuse chez les bovins (les virus étaient à une époque appelés « virus filtrables », mais le terme « filtrable » a fini par s’appliquer uniquement aux virus et a été abandonné). Walter Reed a suivi en 1901 avec un filtrat responsable de la fièvre jaune, et bientôt des dizaines d’autres virus pathogènes ont été découverts.

En 1935, un autre Américain, Wendell M. Stanley, est revenu au point de départ et a créé des cristaux purs du virus de la mosaïque du tabac à partir d’une solution liquide filtrée. Il a affirmé que ces cristaux pouvaient facilement infecter les plantes, et a conclu qu’un virus n’était pas un organisme vivant, puisqu’il pouvait être cristallisé comme du sel tout en restant infectieux. Par la suite, les bactériologistes du monde entier ont commencé à filtrer les virus, et un nouveau domaine de la biologie est né : la virologie.

Historiquement, la science médicale a hésité sur la question de savoir si un virus est vivant. À l’origine, il était décrit comme non vivant, mais on dit actuellement qu’il s’agit d’une molécule extrêmement complexe ou d’un micro-organisme extrêmement simple, et on le qualifie généralement de parasite ayant un cycle de vie. (Le terme « tué » est appliqué à certains vaccins viraux, ce qui implique une conviction officielle que les virus vivent). Généralement composés de noyaux d’ADN ou d’ARN recouverts de protéines [ou d’une membrane lipidique], et n’ayant aucune capacité de reproduction intrinsèque, les virus dépendent de l’hôte pour leur réplication. Ils doivent utiliser les acides nucléiques des cellules vivantes qu’ils infectent pour reproduire leurs protéines (c’est-à-dire inciter l’hôte à les produire), qui sont ensuite assemblées en de nouveaux virus comme des voitures sur une chaîne de montage. Théoriquement, c’est leur seul moyen de survivre et d’infecter de nouvelles cellules ou de nouveaux hôtes.

La théorie du virus qui se réplique

On a ensuite découvert que, lorsque les bactéries commencent à mourir lentement, elles créent de minuscules formes de survie, apparemment sans vie, appelées spores. On a alors soupçonné que ces spores étaient toxiques et qu’il s’agissait de ce qu’on appelle des poisons pathogènes. Cela a ensuite été réfuté, car les spores se transforment rapidement en bactéries lorsque leurs ressources vitales sont restaurées. Lorsque les scientifiques ont observé en laboratoire que les bactéries faibles et très consanguines périssaient très rapidement en se transformant en structures beaucoup plus petites que les spores, on a d’abord cru que les bactéries étaient tuées par les prétendus poisons pathogènes, appelés virus, et que les virus se répliquaient ainsi.

La micrographie ci-dessus a été réalisée à l’aide de la microscopie à fond noir et montre les globules rouges et l’évolution des phages bactériens et des spores bactériennes (les taches blanches de la transformation biologique des globules rouges).

L’invention des virus bactériens

Comme on croyait que ces structures — encore invisibles à l’époque de leur découverte — tuaient les bactéries, on les a appelées phages/bactériophages, « mangeurs de bactéries ». Ce n’est que plus tard que l’on a découvert qu’il était possible de transformer en phages des bactéries hautement consanguines et donc presque non viables, ou des bactéries qui sont détruites si rapidement qu’elles n’ont pas le temps de former des spores.

L’introduction de la microscopie électronique a permis de découvrir les structures résultant de la transformation biologique ou du pléomorphisme des bactéries lorsque celles-ci mouraient soudainement ou lorsque le métabolisme des germes hautement consanguins était dépassé par des processus déclenchés par l’ajout de « phages ». On a également découvert qu’il existe des centaines de types de « phages » d’apparence différente. La découverte des phages, les « virus » bactériens, a renforcé l’hypothèse erronée et la croyance qu’il existait des virus humains et animaux qui se ressemblaient et avaient la même structure. Ce n’est pas et ne peut pas être le cas, pour plusieurs raisons différentes.

Après avoir introduit les techniques d’examen chimique en biologie, on a découvert qu’il existe des milliers de types de phages et que les phages d’un même type ont toujours la même structure. Ils sont constitués d’une molécule particulière, faite d’acide nucléique, qui est recouverte d’une enveloppe de protéines d’un nombre et d’une composition donnés. Ce n’est que plus tard que l’on a découvert que seules les bactéries qui avaient été fortement consanguines dans le tube à essai pouvaient se transformer en phages elles-mêmes, par contact avec des phages, mais que cela ne s’appliquait jamais aux bactéries naturelles ou aux bactéries qui venaient d’être isolées de leur environnement naturel. Au cours de ce processus, on a découvert que ces « virus bactériens » servent en fait à fournir à d’autres bactéries des molécules et des protéines importantes, et que les bactéries elles-mêmes ont émergé de ces structures.

Avant que l’on puisse établir que les « virus bactériens » ne peuvent pas tuer les bactéries naturelles, mais qu’ils les aident au contraire à vivre et que les bactéries elles-mêmes émergent de ces structures, ces « phages » étaient déjà utilisés comme modèles pour les prétendus virus humains et animaux. On supposait que les virus humains et animaux ressemblaient aux « phages », qu’ils tuaient prétendument les cellules et provoquaient ainsi des maladies, tout en produisant de nouveaux poisons pathogènes et en transmettant ainsi les maladies. À ce jour, de nombreuses maladies nouvelles ou apparemment nouvelles ont été attribuées à des virus dont l’origine est inconnue ou non reconnue.

Ce réflexe a trouvé une confirmation apparente dans la découverte des « virus bactériens ».

Il est important de noter que les théories de la lutte et de l’infection n’étaient acceptées et louées par une majorité de spécialistes que si et quand les pays ou régions où ils vivaient souffraient également de la guerre et de l’adversité. En temps de paix, d’autres concepts dominaient le monde de la science [272].

Il est très important de noter que la théorie de l’infection — partant de l’Allemagne — n’a été mondialisée que par le troisième Reich, lorsque les chercheurs juifs, dont la plupart s’étaient opposé et avaient réfuté les théories de l’infection exploitées politiquement, ont été démis de leurs fonctions [273].

La détection des phages et la transformation biologique —L’existence des phages peut être prouvée rapidement.

Phage bactérien naissant d’une cellule du sang et/ou du corps. Un processus biologique connu sous le nom de pléomorphisme

Première étape : leur présence est confirmée par un effet, à savoir la transformation des bactéries en phages, et aussi par une micrographie électronique de ces phages. Les expériences de contrôle montrent que les phages n’apparaissent pas si les bactéries ne se transforment pas ou si les bactéries commencent aléatoirement à se décomposer en raison d’une annihilation soudaine extrinsèque, sans former de phages.

Les micrographies (micrographies n° 1 à n° 6) ci-dessus montrent la transformation cellulaire des globules rouges, par microscopie à contraste de phase, en bactéries à bâtonnets, en bactéries à paroi cellulaire déficiente, en levure de forme Y, puis en bactéries phages.

Deuxième étape : le liquide contenant les phages est concentré et appliqué sur un autre liquide, qui a une forte concentration au fond du tube à essai et une faible concentration en haut du tube à essai. Le tube à essai contenant les phages est alors puissamment centrifugé et toutes les particules se rassemblent en fonction de leur masse et de leur poids à l’endroit de leur propre densité. La densité est le rapport du poids (masse) par unité de volume, exprimé respectivement en kg/l ou g/mg. C’est pourquoi cette étape de concentration et de purification des particules ayant la même densité est appelée centrifugation à gradient de densité.

La couche où se rassemblent de nombreuses particules de même densité devient « trouble », on l’appelle une « bande ». Cette étape est documentée, puis les particules concentrées, purifiées et sédimentées dans une « bande » sont extraites à l’aide d’une aiguille de seringue. La quantité concentrée de particules extraite est appelée un isolat. Une micrographie électronique simple et rapide confirmera la présence de phages dans l’isolat, ce qui est en même temps une indication de la pureté de l’isolat, si la micrographie ne montre aucune autre particule que les phages. L’apparence et le diamètre des phages seront également établis à l’aide de cette micrographie.

L’expérience témoin réalisée pour cette étape consiste à traiter et à centrifuger le liquide des bactéries qui n’ont pas formé de phages, où aucun phage n’apparaît à la fin de la procédure.

Après l’étape d’isolement réussi des phages vient la caractérisation biochimique décisive des phages. La caractérisation biochimique de leur composition est essentielle pour identifier le type spécifique de phage, car différents types de phages semblent souvent similaires. L’isolat obtenu par centrifugation en gradient de densité est maintenant divisé en deux parties. Une partie est utilisée pour déterminer la taille, le type et la composition de l’acide nucléique ; dans une procédure distincte, l’autre partie est utilisée pour déterminer la quantité, la taille et la morphologie des protéines des phages. Depuis les années 1970, ces tests sont des techniques standard simples que tout étudiant en biologie apprend au cours de son premier semestre.

Ces tests représentent la caractérisation biochimique des phages. Dans presque tous les cas, ces résultats ont été et sont publiés dans une seule publication, car un phage a une structure très simple qui est très facile à analyser. Les expériences de contrôle pour ces tests utilisent du liquide provenant de bactéries qui ne forment pas de phages et ne peuvent donc présenter aucune preuve biochimique. L’existence d’environ deux mille types différents de phages a été scientifiquement démontrée de cette manière.

Les virus dits pathogènes

Les « bactériophages », définis à juste titre comme des mini-spores et des éléments constitutifs incomplets des bactéries, ont été isolés scientifiquement, tandis que les virus dits pathogènes n’ont jamais été observés chez l’homme ou l’animal ou dans leurs fluides corporels et n’ont jamais été isolés et ensuite analysés biochimiquement. À ce jour, aucun des chercheurs impliqués dans la recherche en virologie [à part Stefan Lanka] ne semble avoir réalisé ce point très important.

L’utilisation de la microscopie électronique et la biochimie revenaient très lentement à la normale après 1945 et personne ne s’était rendu compte qu’aucun virus pathogène n’avait jamais été isolé chez l’homme ou l’animal. Ainsi, à partir de 1949, les chercheurs ont commencé à appliquer la même idée que celle utilisée pour les phages (bactériophages), afin de répliquer les « virus » humains et animaux. John Franklin Enders, né en 1897 dans la famille d’un riche financier, a été actif dans diverses fraternités après avoir terminé ses études, puis il a travaillé comme agent immobilier et a étudié les langues étrangères pendant quatre ans avant de se tourner vers la virologie bactérienne, qui le fascinait. Il a ensuite simplement transposé les idées et les concepts qu’il avait appris dans ce domaine de recherche aux virus supposés pathogènes chez l’homme.

Des expériences et des interprétations non scientifiques ont donné naissance à la virologie

Avec ses expériences non scientifiques et ses interprétations qu’il n’a jamais confirmées par des contrôles négatifs, Enders a mené toute la médecine infectieuse « virale » dans une impasse. Il est important de noter à ce stade qu’Enders, comme de nombreux spécialistes des maladies infectieuses, travaillait pour l’armée américaine, qui a toujours été et reste à ce jour une grande victime de la peur des contagions. C’est principalement l’armée américaine qui a répandu sa croyance erronée selon laquelle, outre les armes chimiques, il existait également des armes biologiques sous la forme de bactéries et de virus.

En 1949, Enders annonça qu’il avait réussi à cultiver et à faire croître le prétendu virus de la polio in vitro sur différents tissus. L’expertise américaine a tout cru immédiatement. Ce qu’Enders a fait, c’est ajouter des fluides provenant de patients atteints de poliomyélite à des cultures de tissus qu’il prétendait avoir fait stériliser, puis il a prétendu que les cellules mouraient à cause du virus, que le virus se répliquait de cette manière et qu’un vaccin pouvait être récolté à partir de la culture respective. À cette époque, les épidémies de polio (polio = paralysie flasque) étaient très fréquentes en été et on pensait qu’elles étaient causées par le virus de la polio.

Un vaccin devait permettre d’éradiquer le prétendu virus. Après l’introduction du vaccin contre la polio, les symptômes ont été rediagnostiqués, entre autres, comme étant la sclérose en plaques, la paralysie flasque aiguë, la méningite aseptique, etc., et plus tard, on a prétendu que la polio avait été éradiquée. Au cours de ses expériences, Enders et coll. ont stérilisé les cultures de tissus afin d’exclure la possibilité que des bactéries tuent les cellules. Ce qu’il n’a pas pris en considération, c’est que la stérilisation et le traitement de la culture cellulaire lors de la préparation à l’infection présumée étaient exactement ce qui détruisait et tuait les cellules. Au lieu de cela, il a interprété les effets cytopathiques comme l’existence et l’action d’un soi-disant virus de la polio, sans jamais avoir isolé un seul virus et décrit sa biochimie.

Les expériences de contrôle négatif nécessaires, qui auraient montré que la stérilisation et le traitement des cellules avant l’« infection » dans le tube à essai tuaient les cellules, n’ont jamais été réalisées. Cependant, pour cette « performance », Enders a reçu le prix Nobel en 1954.

[Voir aussi :
VIRUS TUEUR ??
►Dossier Vaccins et virus et particulièrement :
Sur la thérie virale :
L’enterrement de la théorie virale
La vérité sur la rage, le virus de la mosaïque du tabac, le graphène et les résultats de la 2e phase des expériences témoins
La fraude du Covid-19 et la guerre contre l’humanité
Un virus ? Quel virus ? – Dr Mark Bailey
Pourquoi il n’y a aucune preuve que le “SARS-CoV-2” soit contagieux et responsable d’une maladie
Dr Valentina Kiseleva  Le virus et autres mythes
Le SIDA et la Renaissance de l’Hypothèse de Duesberg
Le SIDA depuis 1984 : Aucune preuve d’une nouvelle épidémie virale – même pas en Afrique
Fauci et la grande arnaque du SIDA
Comment reconnaître que les virologues nous ont trompés ?
Sur le non isolement du SRAS-CoV-2 et des virus :
Déconstruction de l’arnaque Covid : les documents Ministère de la Santé admettent que le CDC n’a jamais isolé de « virus covid-19 » … le test PCR ne détecte que le BRUIT des instruments
Virus fantôme : à la recherche du SARS-CoV-2
Virus Mania : Comment Big Pharma et les médias inventent les épidémies
Comment l’analyse du génome crée des virus fictifs
87 institutions sanitaires/scientifiques du monde entier n’ont pas réussi à citer un seul cas d’isolement et de purification du “SARS-COV-2”, par qui que ce soit, où que ce soit, jamais
Comment créer votre propre “nouveau virus” généré par ordinateur
Pour en finir avec les virus et le Nouvel Ordre Mondial
Sur la contagion :
Parlons contamination
La contagion : quelques éléments de réponse, a contrario de la funeste doxa actuelle
Le mythe de la contagion virale — Pourquoi les virus (incluant les « coronavirus ») ne sont pas la cause des maladies
La microbiophobie ambiante est hors de contrôle ! De nouvelles perspectives sur la véritable nature des virus
Le culte de la virologie – Documentaire
Réfutation de la virologie par le Dr Stefan Lanka
La théorie des germes : Une erreur fatale
Épidémies et contagions
Terrain Le Film – Partie 1 : La Grippe Des Cigognes
Ebola : briser les mensonges et la supercherie
Sur les effets de la 5G et autres ondes pulsées :
5G Apocalypse, film documentaire de Sacha Stone
Rayonnements sans fil et ostéoporose
Ondes électromagnétiques : le grand complot contre les peuples
Le Dr Klinghardt dénonce différentes attaques environnementales volontaires sur la santé et en particulier sur la glande pinéale
5G : les vérités qui dérangent sur la technologie sans fil
Étude sur les liens entre le Covid-19 et les rayonnements électromagnétiques, y compris la 5G
Questions relatives à la 5G
Existe-t-il un lien entre la 5G et CoVid-19 ?
Divers :
Covid-Arnaque. L’HISTOIRE de la grippe. UNE HISTOIRE IMPORTANTE POUR EN PARLER AUTOUR DE VOUS
Les Racines de nos Maladies
Quelle est la cause réelle du Covid ? Qu’y a-t-il dans ces injections ?
Graphène et 5G]
]

L’invention du virus de la polio et « OUI » aussi du virus de la rougeole ! MAINTENANT, nous avons l’invention du coronavirus !

Le virus de la rougeole, un phage bactérien ou de simples débris cellulaires ?

1954 est également l’année où Enders a appliqué et introduit la même technique afin de répliquer prétendument le virus de la rougeole. Comme il avait reçu le prix Nobel pour le prétendu virus de la polio la même année, tous les chercheurs ont cru que sa technique était scientifiquement valable. Ainsi, jusqu’à présent, tout le concept de la polio et de la rougeole a été fondé sur cette technique non scientifique et sur cette fraude.

Ainsi, les vaccins contre la polio et la rougeole ne contiennent pas de virus, mais des particules de tissu rénal de singe mort ou de cellules cancéreuses humaines. À ce jour, aucune expérience de contrôle négatif n’a été réalisée sur les soi-disant virus de la polio et de la rougeole, ce qui aurait montré que ce sont les procédures de laboratoire qui ont entraîné les effets cytopathiques sur les cellules.

En outre, toutes les affirmations et expériences faites par Enders et coll. et les chercheurs ultérieurs conduisent à la seule conclusion objective, à savoir qu’ils observaient et analysaient en fait les particules ou fragments cellulaires et leur activité dans le tube à essai, les interprétant à tort comme des particules et des caractéristiques des prétendus virus de la polio et/ou de la rougeole.

Débris cellulaires PAS de soi-disant virus

TOUS les virus, qu’il s’agisse du VIH, de l’EBV, du CMV, de l’hépatite C, du virus du Nil occidental, de l’Ebola, de la rougeole, du Zika et maintenant du coronavirus, sont tous des virus fantômes — l’existence virale n’a JAMAIS été démontrée scientifiquement et jamais prouvée !

Les explications suivantes s’appliquent à tous les « virus pathogènes » (humains ou animaux). Les six articles fournis par le Dr Bardens au cours du « procès de la rougeole » comme preuve de l’existence du virus de la rougeole décrivaient de manière didactiquement idéale les différentes étapes de la chaîne d’interprétations erronées jusqu’à la croyance en l’existence d’un virus de la rougeole.

Le premier article a été publié en 1954 par Enders et coll. : « Propagation dans des cultures de tissus d’agents cytopathogènes provenant de patients atteints de rougeole » (Proc Soc Exp Biol Med. 1954 Jun ; 86 (2) : 277-286).

Cette publication peut être trouvée sur Internet, comme toutes les autres publications présentées lors du procès de la rougeole. Dans cette expérience, Enders et coll. ont considérablement réduit la quantité de solution nutritive et ont ajouté des antibiotiques destructeurs de cellules à la culture cellulaire avant d’introduire le liquide prétendument infecté. La mort subséquente des cellules a ensuite été interprétée à tort comme la présence et l’isolement du virus de la rougeole. Aucune expérience de contrôle n’a été réalisée pour exclure la possibilité que ce soit la privation de nutriments ainsi que les antibiotiques qui aient provoqué les effets cytopathiques.

L’aveuglement d’Enders et de ses collègues peut s’expliquer par le fait qu’il voulait vraiment aider les gens, alors que l’« hystérie virale » s’intensifiait après la guerre et pendant la guerre froide. Elle peut également s’expliquer par le fait qu’Enders et nombre de ses collègues n’avaient aucune idée de la médecine ou de la biochimie et qu’ils étaient en concurrence avec l’Union soviétique pour le développement du premier vaccin contre la rougeole. Une telle pression pour le succès peut également expliquer pourquoi Enders et ses collègues ont ignoré leurs propres réserves et mises en garde exprimées en 1954, lorsqu’ils avaient observé et noté que de nombreuses cellules mouraient également après avoir été traitées normalement (c’est-à-dire sans être « infectées »), ce qu’ils pensaient être causé par des virus inconnus et d’autres facteurs. Tous ces faits et mises en garde n’ont pas été pris en compte par la suite.

Le deuxième article présenté par le demandeur dans le « procès de la rougeole » a été publié en 1959 [274] et, pour les raisons présentées ci-dessus, les auteurs ont conclu que la technique introduite par Enders n’était pas appropriée pour l’isolement de TOUT virus. Non seulement cette réfutation n’est PAS discutée par TOUS les autres chercheurs, mais elle est complètement ignorée !

Le « dogme viral » des virus pathogènes est encore promu aujourd’hui !

Dans un troisième article [275], les auteurs ont photographié des particules cellulaires typiques à l’intérieur des cellules et les ont interprétées à tort comme étant le virus de la rougeole. Ils n’ont isolé aucun virus. Pour des raisons inexpliquées, ils n’ont pas réussi à déterminer et à décrire la structure biochimique de ce qu’ils présentaient comme un virus dans une expérience distincte. Dans la brève description des méthodes utilisées, on peut lire que les auteurs n’ont pas appliqué la technique standard d’isolement des virus, à savoir la centrifugation en gradient de densité. Ils ont simplement centrifugé des fragments de cellules mortes au fond d’un tube à essai et ensuite, sans décrire leur structure biochimique, ils ont interprété à tort les débris cellulaires comme des virus.

Débris cellulaires PAS de soi-disant virus

De la manière dont les expériences ont été réalisées, on ne peut que conclure que des particules cellulaires ont été interprétées à tort comme des virus. Nous retrouvons la même situation dans la quatrième [276] et la sixième [277] publication avancée par le demandeur comme preuve de l’existence d’un virus de la rougeole. La cinquième publication [278] est une revue décrivant le processus de consensus quant aux molécules d’acide nucléique provenant des cellules mortes qui représenteraient le soi-disant génome du virus de la polio ou de la rougeole. Le résultat est que des dizaines d’équipes de recherche travaillent avec de courts morceaux de molécules spécifiques aux cellules, après quoi — suivant un modèle donné — elles assemblent toutes les pièces sur papier. Cependant, ce puzzle composé de tant de pièces n’a jamais été scientifiquement prouvé comme un tout et n’a jamais été isolé d’un virus, car les virus de la polio, de la rougeole, du VIH ou de l’hépatite C, d’Ebola ou de Zika n’ont jamais été vus, ni chez l’homme ni dans un tube à essai. Se référant à cette publication, l’expert désigné par le tribunal a déclaré qu’elle décrivait l’étalon-or, c’est-à-dire le génome entier du virus. Il est évident que l’expert n’a pas lu cet article, dont les auteurs ont déclaré que la composition moléculaire et les fonctions exactes du génome du virus de la rougeole devront faire l’objet de recherches ultérieures, raison pour laquelle ils ont dû s’appuyer sur d’autres modèles de virus afin de parvenir à un consensus sur la structure et les fonctions de TOUT génome de virus. La chose la plus facile à remarquer pour quiconque est que dans toutes ces publications, ainsi que dans toutes les autres publications sur le « virus de la rougeole » et d’autres virus pathogènes, y compris le VIH, l’EBV, le CMV, Ebola et Zika, aucune expérience de contrôle n’a jamais été réalisée [NDLR : ceci avant les travaux assez récents de Stefan Lanka]. Aucun chercheur n’a utilisé la technique de centrifugation en gradient de densité. Au lieu de cela, ils se sont contentés de centrifuger les débris cellulaires au fond d’un tube à essai. Cette technique, utilisée pour recueillir toutes les particules d’un fluide, s’appelle la granulation. D’un point de vue logique et scientifique, on peut dire que dans toutes les publications sur les soi-disant « virus pathogènes », les chercheurs n’ont en fait démontré que des particules et des caractéristiques de cellules. Je voudrais également souligner que les virus dits géants [279], c’est-à-dire un acide nucléique enveloppé, peuvent être trouvés partout dans la mer et dans les organismes de base. Comme tous les phages bactériens, non seulement ils sont inoffensifs, mais ils ont des fonctions bénéfiques. On peut également les isoler en utilisant la centrifugation en gradient de densité, ce qui prouve leur existence (voir le graphique ci-dessus).

Micrographie d’une agrégation de globules rouges infectés par le Coronavirus fantôme. Ces cellules dites infectées ne sont rien d’autre que des globules rouges en cours de transformation biologique qui subissent des changements pléomorphiques dus à une acidité accrue et à un pH en baisse — <7,2. La transformation biologique des cellules du sang ou du corps est un processus naturel qui se déroule dans un environnement acide des fluides interstitiels des compartiments de l’interstitium et qui se déverse ensuite dans le plasma sanguin via une pression hydrostatique causée par l’accumulation de déchets acides alimentaires et métaboliques qui n’ont pas été correctement éliminés par le système lymphatique via les quatre voies d’élimination — urination, défécation, transpiration et/ou respiration…
https://www.drrobertyoung.com/post/dismantling-the-viral-theory.

Je recommande également la revue pertinente du professeur Lüdtke (1999) [280]. Il note qu’aux débuts de la virologie, la majorité des virologues ont toujours conclu que les structures qu’ils avaient prises pour des virus s’avéraient être des composants des cellules et qu’elles n’étaient donc que le résultat de l’expérience et non la cause des changements observés.

Après la découverte et la caractérisation des phages et après l’introduction du dogme selon lequel l’acide nucléique était le génome de toutes les cellules et de tous les virus, le consensus est né, selon lequel ces virus doivent exister aussi chez les humains et les animaux. En 1992, le dogme affirmant que l’acide nucléique est le génome de toutes les cellules a été rétracté dans la communauté scientifique. Cependant, le « dogme viral » des virus pathogènes est encore promu aujourd’hui, au détriment de milliards de personnes. — Pour quoi faire ?

Conclusion concernant les virus fantômes et les virus de la polio et de la rougeole

Micrographie électronique du soi-disant virus de la polio, dont il n’a jamais été démontré scientifiquement qu’il provoque les symptômes de la paralysie. L’illustration a été colorisée pour l’effet.

Ma conclusion est toujours la même : le terrain ou l’environnement interne est tout et le germe ou le soi-disant virus n’est RIEN ! Le germe ou le soi-disant virus ne peut être qu’un symptôme d’une dégradation cellulaire due à un déséquilibre de l’équilibre délicat du pH alcalin des fluides corporels et NON la cause de cette dégradation. C’est pourquoi, il y a des années, j’ai offert à n’importe quel scientifique dans le monde une prime de découverte de 5 millions de dollars américains s’il pouvait prouver l’existence du virus VIH en utilisant les postulats de Koch. Cela fait maintenant plus de 20 ans et j’attends toujours, même si actuellement je n’ai plus les fonds nécessaires pour payer le prix en raison d’un assassinat politique ! Il est regrettable qu’un ancien prix de 5 millions de dollars US offert il y a 20 ans n’ait pas été suffisant pour changer le dogme médical viral actuel qui verse actuellement des milliers de milliards de dollars à devinez qui [281] ?

Cliquez ici pour en savoir plus : http://medcraveonline.com/IJVV/IJVV-02-00032.php

Pour commander votre exemplaire de Second Thoughts About Viruses, Vaccines and the HIV/AIDS Hypothesis [Secondes réflexions sur les virus, les vaccins et l’hypothèse du VIH/SIDA], rendez-vous sur le site : https://www.amazon.com/…/ref=dbs_a_def_rwt_hsch_vapi_taft_p…

Conférence à Dubaï —La deuxième conférence annuelle sur les maladies bactériennes, virales et infectieuses

http://www.drrobertyoung.com/events.html

Conférence principale à la 3e conférence annuelle sur les maladies bactériennes, virales et infectieuses, juin.

Rejoignez Robert O Young PhD et Galina Migalko MD à Dubaï les 18 et 19 juin 2019 pour la conférence annuelle sur les maladies bactériennes, virales et infectieuses. Ils seront les principaux orateurs et animeront un atelier sur la nouvelle biologie.

Deux conférences principales à la 3e conférence annuelle sur les maladies bactériennes, virales et infectieuses, les 18 et 19 juin 2020.

Titre

La genèse de la maladie (syndrome) respiratoire aiguë sévère ou SRAS (Coronavirus — COVID — 2 et COVID — 19) se trouve dans les fluides interstitiels de l’Intestium

Résumé

La pneumopathie interstitielle (IFLD), ou pneumopathie parenchymateuse diffuse (DPLD), [3] est un groupe de maladies pulmonaires affectant l’interstitium (les fluides ou l’espace interstitiels autour des alvéoles (sacs d’air des poumons). [4] Elle concerne l’épithélium alvéolaire, l’endothélium capillaire pulmonaire, la membrane basale et les tissus périvasculaires et périlymphatiques. Elle se produit lorsque des acides métaboliques, alimentaires, respiratoires et environnementaux blessent les tissus pulmonaires, ce qui déclenche une réaction anormale de guérison. Normalement, l’organisme produit la quantité de tissu nécessaire pour réparer les dommages causés par les acides, mais dans le cas de la pneumopathie interstitielle, le processus de réparation se dérègle en raison du pH acide (la guérison idéale se produit à un pH de 7,365)[5]) des fluides interstitiels, qui affecte la guérison normale du tissu entourant les sacs d’air (alvéoles), qui devient alors cicatriciel et épaissi. Micrographie de la pneumonie interstitielle habituelle (PIE). L’UIP est le modèle le plus courant de pneumonie interstitielle (un type de pneumopathie interstitielle) et représente généralement une fibrose pulmonaire causée par une acidose décompensée des fluides interstitiels du plus grand organe du corps humain — l’Interstitium. Coloration H&E. Spécimen d’autopsie. Cela rend plus difficile le passage de l’oxygène dans la circulation sanguine. Le terme ILD est utilisé pour distinguer ces maladies des maladies obstructives des voies respiratoires, mais la cause de toutes les maladies pulmonaires est due à une acidose décompensée des fluides interstitiels (le pH est inférieur à 7,2) qui est systémique bien que touchant la zone la plus faible des poumons. Ces faiblesses peuvent être attribuées au mode de vie et aux choix alimentaires. Il existe des types spécifiques de pneumopathie interstitielle chez les enfants. L’acronyme chILD est utilisé pour ce groupe de maladies et est dérivé du nom anglais, Children’s Interstitial Lung Diseases — chILD.[6] Une pneumopathie interstitielle prolongée peut entraîner une fibrose pulmonaire, mais ce n’est pas toujours le cas. La fibrose pulmonaire est spécifiquement causée par l’augmentation des acides dans les fluides interstitiels du poumon en raison d’une manière inversée de vivre, de manger, de boire, de respirer, de penser, de sentir et de croire. La pneumopathie interstitielle est associée à des résultats typiques tant radiographiques (fibrose basale et pleurale avec alvéoles) que pathologiques (fibrose hétérogène dans le temps et dans l’espace, alvéoles histopathologiques et foyers fibroblastiques). Nos résultats utilisent des technologies avancées avec un Bio-Electro Scanning 3D non invasif et non radioactif des fluides interstitiels du plus grand organe du corps, l’Interstitium, pour déterminer une chimie complète, y compris le pH. Ce test a montré dans tous les cas de maladie pulmonaire du liquide interstitiel, y compris les maladies virales, et les tumeurs malignes avec une précision de 98 % pour l’acidose métabolique décompensée, du DFCI, des niveaux élevés d’acide lactique et des niveaux élevés de calcium. Étant donné que les fluides interstitiels traversent chaque organe, chaque glande et chaque tissu, nous disposons désormais d’une image complète de la fonctionnalité et de la chimie de chaque organe, chaque glande et chaque tissu, y compris tous les os et les muscles.

Titre

Qu’est-ce que des virus comme le VIH et Corona ont en commun avec les exosomes ?

Résumé

Il n’existe qu’une seule maladie, une seule affection et un seul traitement. Cette maladie est l’acidification excessive du sang et des liquides interstitiels due à un mode de vie, d’alimentation, de boisson, de respiration, de pensée, de sentiment et de croyance inversé. Six facteurs majeurs contribuent à la baisse du pH acide des fluides corporels. Lorsque le pH des fluides corporels est compensé par ces six facteurs et que les membranes cellulaires et le matériel génétique commencent à se dégrader, les cellules libèrent des exosomes comme moyen de défense pour activer et soutenir les lymphocytes afin qu’ils libèrent des espèces d’oxygène ou des antioxydants pour réduire les charges acides stockées dans les fluides interstitiels de l’Interstium. Le seul traitement consiste à soutenir le système immunitaire en augmentant les quantités d’oxygène (O — ) et d’hydrogène (H —) réduits afin de restaurer la conception alcaline des fluides corporels, d’ouvrir les canaux d’élimination afin d’éliminer les déchets acides toxiques alimentaires, métaboliques, respiratoires et environnementaux retenus dans les fluides interstitiels de l’Interstium et de restaurer ainsi la santé, l’énergie et la vitalité du corps.

Pour plus d’informations et pour vous inscrire, rendez-vous sur le site : https://bacterialdiseases.infectiousconferences.com/organiz…

Voici le résumé de la conférence du Dr Young :

The Dismantling of the Viral Theory (Le démantèlement de la théorie virale)

Robert O Young CPT, MSc, DSc, PhD, Praticien naturopathe.

Résumé

Il y a maintenant plus de 100 ans d’histoire et de recherches documentées sur le virus de la polio et sur le fait que son traitement par inoculation a réussi ou non à éradiquer la polio. Je suggère dans cet article et dans ma conférence qu’il y a des résultats significatifs basés sur des recherches historiques, passées et actuelles, y compris les miennes, que la théorie virale de la polio et peut-être d’autres maladies modernes, telles que le syndrome post-polio, la paralysie induite par le vaccin de la polio, la légionellose, les maladies du SNC, le cancer, le VIH/SIDA et maintenant Zika peuvent être causées par un empoisonnement chimique acide dû au DDT (dichloro-diphényl-trichloroéthane) et à d’autres pesticides DDT, à des vaccinations acides et à d’autres facteurs, notamment le mode de vie et l’alimentation, plutôt que par un virus infectieux isolé. Je présenterai dix graphiques historiques décrivant l’histoire de la polio, la production de DDT, de BHC, de plomb, d’arsenic, les vaccinations contre la polio et la théorie de l’auteur selon laquelle l’empoisonnement chimique, la vaccination, le mode de vie et les choix alimentaires sont des causes plus probables des symptômes de la polio, des maladies neurologiques, du cancer, du VIH/SIDA et maintenant de Zika.

https://www.linkedin.com/…/lecture-dubai-annual-conference…/ https://bacterialdiseases.infectiousconferences.com/organiz…

Références :

  • [1] Morton S. Biskind, MD. “Public Health Aspects of the New Insecticides”. American Journal of Digestive Diseases, New York, 1953, v 20, p331.
  • [2] Handbook of Pesticide Toxicology, edited by Wayland J. Hayes, Jr. and Edward R. Laws, Academic Press Inc., Harcourt Brace Jovanovich, Publishers, San Diego, 1991, p769
  • [3] Toxicological Profile: for DDT, DDE, and DDE. Agency for Toxic Substances and Disease Registry, September 2002.
  • [4] U. Beck, E. Löser “Chlorinated Benzenes and other Nucleus-Chlorinated Aromatic Hydrocarbons” Ullmann’s Encyclopedia of Industrial Chemistry, 2012, Wiley-VCH, Weinheim.
  • [5] Chlorobenzene”. Immediately Dangerous to Life and Health. National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH)
  • [6] U.S. Vital Statistics, U.S. Government Printing Office, Washington, D.C.
  • [7] Historical Statistics of the U.S., The U.S. Government Printing Office, Washington, D.C.
  • [8] Van Nostrand’s Encyclopedia of Science and Engineering (1995), vol. 5, p1725. The phrase “Pesticides As A Panacea: 1942-1962” is a subtitle found in Encyclopedia Britannica, Macropaedia (1986).
  • [9] Thomas, Robert E. (1955), Salt & Water, Power & People: A Short History of Hooker Electrochemical Co. Niagara Falls, NY: Hooker Chemical Co.
  • [10] Booth, Gerald (2000), “Ullmann’s Encyclopedia of Industrial Chemistry – Nitro Compounds, Aromatic”. doi:10.1002/14356007.a17_411. ISBN 3527306730
  • [11] Weber, Manfred; Weber, Markus; Kleine-Boymann, Michael (2004). “Ullmann’s Encyclopedia of Industrial Chemistry – Phenol”. doi:10.1002/14356007.a19_299.pub2. ISBN 3527306730.
  • [12] Haller, H. L., Bartlett, P. D., Drake, N. L., and others: The Chemical Composition of Technical DDT, American Chemical Society, Journal, volume 67, pages 1591- 1602, 1945.
  • [13] Jo-Yu Chin, Christopher Godwin, Chunrong Jia, Thomas Robins, Toby Lewis, Edith Parker, Paul Max, and Stuart Batterman, “Concentrations and Risks of p-Dichlorobenzene in Indoor and Outdoor Air,” Indoor Air, 2013 Feb; 23(1): 40–49, Published online 2012 Jul 18. doi: 10.1111/j.1600-0668.2012.00796.x.
  • [14] Duesberg, PH, “Inventing the AIDS Virus,” Regnery, (1996). ISBN 0-89526-399-8. [15] Icon Group International (Author), Chlorobenzene: Webster’s Timeline History, 1851 – 2007 May 17, 2010
  • [16] Ibid [17] Ibid
  • [18] Risse, GB (1988). Fee E, Fox DM, eds. Epidemics and History: Ecological Perspectives. in AIDS: The Burden of History. University of California Press, Berkeley. ISBN 0-520-06396-1.
  • [19] A Disease of Cleanliness: Polio in New York City, 1900-1990, in David Rosner, ed., Hives of Sickness: Public Health and Epidemics in New York City Rutgers University Press, 1995, pp. 115-130.
  • [20] McDonough, F., The Origins of the First and Second World Wars (Cambridge Perspectives in History), Cambridge University Press, August 28, 1997.
  • [21] Goel, A, Aggarwal, P, “Pesticide Poisoning,” Natl Med J India. 2007 Jul-Aug; 20(4):182-91.
  • [22] Ibid.
  • [23] Biskind, MS (1953) “Public Health Aspects of the New Insecticides,” American Journal of Digestive Diseases 20: 331-341.
  • [24] TIME Magazine, U.S. Edition, March 14, 1994 Vol. 143 No. 11. [25] Baily, J. W.: J. Am. Vet. M. A. 113 : 251, Sept. 1948.
  • [26] Biden-Steele, K. and Stuckey, R. E.: “Poisoning by DDT Emulsion: Report of a Fatal Case”, Lancet, 2: 235-236, Aug. 17, 1946.
  • [27] Biskind, M. S.: “DDT Poisoning and X Disease in Cattle”, J. Am. Vet. M. A. 114: 20, Jan. 1949.
  • [28] Biskind, M. S.: “DDT Poisoning a Serious Public Health Hazard”, Am. J. Dig. Dis. 16: 73, Feb. 1949.
  • [29] Biskind, M. S.: “DDT Poisoning and the Elusive ‘Virus X’: A New Cause for Gastro- Enteritis”, Am. J. Dig. Dis. 16: 79, March 1949.
  • [30] Boyd, C. L.: “A Report on “XX Disease in Texas”, J. Am. Vet. M. A. 113 : 463, Nov. 1948.
  • [31] Cameron, C. R., and Burgess, F.: “The Toxicity of DDT”, Brit. M. J. 1: 865-871, June 23, 1945.
  • [32] Carte ; R. H., Hubanks, P. E., et al: “Effect of Cooking on the DDT Content of Beef”, Science, 107: 347, April 2, 1948.
  • [33] Case, R. A. M.: Toxic Effects of DDT in Man”, Brit. M. J., 2: 842-845, Dec. 15, 1945.
  • [34] Council on Pharmacy and Chemistry, A. M. A.: “Health Hazards of Pesticides”, J. A. M. A. 137: 1603, Aug. 28, 1948.
  • [35] Crescitelli, F., and Gillman, A.: “Electrical Manifestations of Cerebellum and Cerebral Cortex Following DDT Administration to Cats and Monkeys”, Am. J. Physiol., 147: 127- 137, Sept. 1946.
  • [36] Deederer, C.: “DDT Toxicity”, M.Rec. 161: 216-220, April 1948
  • [37] Domenici, T. J.: “Hepatitis without Jaundice and without Hepatomegaly”, N. Eng. J. Med. 240: 88, Jan. 20, 1949
  • [38] Dunn, J. E., Dunn, J. C., and Smith, R. S.: “Skin Sensitising Properties of DDT for 31
  • Guinea Pig”, Pub. Health Rep. 61: 1614-1620, 1949.
  • [39] Editorial: Pesticides: “Chemical Contaminants of Foods”, J.A.M.A. 137: 1604, Aug. 28, 1948.
  • [40] Fitzhugh, O. G., and Nelson, A. A.: “The Chronic Oral Toxicity of DDT”, J. Pharm.acol. and Exper. Therap. 89: 18-30, Jan. 1947.
  • [41] Gamier, G.: “Treatment of Scabies with DDT”, .Presse Med. 56: 458, June 23, 1948. [42] Garett, ii. M., « Toxicity of DDT for Man », Alabama St. M. A. J., 17 : 74, Aug. 1947.
  • [43] Globus, J. H.: “DDT Poisoning; Histopathologic Observations on the Central Nervous System in So-Treated Monkeys, Dogs, Cats and Rats”, J. Neuropath. 7: 418-431, Oct. 1948.
  • [44] Haymaker, W., Ginzler, A. M., and Ferguson, J. L.: “Toxic Effects of Prolonged Ingestion of DDT on Dogs, with Special Reference to Lesions in Brain”, Am. J. M. Sc. 212: 423, Oct. 1946.
  • [45] Hill, K. R., and Daniiani, C. R.: “Death Following Exposure to DDT, Report of a Case”, New Eng. J. Med., 235: 897-899, Dec. 19, 1946.
  • [46] Hill, K. 3. and Robinson, G.: “A Fatal Case of DDT Poisoning in a Child, with an Account of Two Accidental Deaths in Dogs”. Brit. M. J. 2: 845-847, Dee. 15, 1945.
  • [47] Ingle, L.: “Toxicity of Chlordane to White Rats”, J. Econ. Entomol. 40: 264-268, 1947.
  • [48] Jandorf, B. J;. Sanett, H. P., and Bodansky, Oscar: “Effect of Oral Administration of DDT on Metabolism of Glucose and Pyruvie Acid in Rat Tissues”, J. Pharmaeol. and Exper. Therap. 88: 333-337, Dec. 1946.
  • [49] Jenkins, D. W.: “A Review of the Insecticide Hexachloro-cyclohexane (‘666’)”, Office of Technical Services, U. S. Dept of Commerce, Washington, D • C., No. PB 4034, Med. Div. Rept. No. 56, Sept. 26, 1945.
  • [50] Kempe, H. E.: “Progress Report on Benzene Hexachloride for the Destruction of Sheep Scab Mites”, Vet. Med., Feb. 1948, pp. 76-79.
  • [51] Kirk, H.: Vet. Red. 58: 43, 1946.
  • [52] Kirk, H.: “DDT in Canine Practice”, Vet. Med. Feb. 1947, PP. 76-78.
  • [53] Lawhon, G. J., Jr.: “X Disease in South Carolina”, N. Am. Vet. 29: 643, Oct. 1948.
  • [54] Leider, M.: “Allergenic Eczematous Contact-Type Dermatitis Caused by DDT”, J. Invest. Dermatol. 8: 125-126., March 1947.
  • [55] Lillie, R. D., Smith, M. I., and Stohlman, E. F.: Pathologic Action of DDT and Certain of its Analogs and Derivatives”, Arch. Path. 43: 127-142, Feb. 1947.
  • [56] Mackerras, I. M., and West, R. F. K.: “DDT Poisoning in Man”, M. J. Australia, 1: 400-401, March 23, 1946.
  • [57] Mobbs, J. F.:” Toxicity of Hexaehloroeyclohexane in Scabies, J.A.M.A. 138: 1253, Dec. 25, 1948. Personal Communication.
  • [58] Morrill, C. C. : “Hyperkeratosi.s or X Disease”, N. Am. Vet. 29: 642, Oct. 1948.
  • [59] Neal, P. A., Sweeney, T. B., Spicer, S. S., and von Oettingen, W. F.: “The Excretion of DDT in Man, Together with Clinical Observations”, Pub. Health Rep., 61: 403, March 22, 1946.
  • [60] Neal, P. A., von Oettingen, W. F., Smith, W. W., et al: Toxicology and Potential Dangers of Aerosols, Mists and Dusting Powders Containing DDT”, Pub. Health Rep. Suppl. 177, 1944.
  • [61] Neal, P. A., von Oettingeu, W. F., Dunn, R. C., and Sharpless, N. E.: “Toxicology and Potential Dangers of Aerosols and Residues from Aerosols Containing 3 Percent of DDT. Second Report, ibid., Suppl. 183, 1945.
  • [62] Nelson, A. A., Draize, 3. H., Woodard, G., et al: “Histopathological Changes Following Administration of DDT to Several Species of Animals”, U. S. Pub. Health Rep. 59: 1009, Aug. 4, 1944.
  • [63] Neve, Helen: “Toxic Effects of DDT on a Cat”, Vet. Rec. 58: 43, 1946. Vet. Med., Feb. 1947, p. 78.
  • [64] Niedelman, M. L.: “Contact Dermatitis Due to DDT”, Occup. Med. 1: 391-395, April 1946.
  • [65] Radeleff, R. D.: “DDT Spray Outmodes Dipping Vat”, Vet. Med. Oct. 1947, pp. 372- 373.
  • [66] Radeleff, R. D.: “Chlordane Poisoning: Symptomatology and Pathology, Vet. Med. Aug. 1948, pp. 342-347.
  • [67] Robinson, J. H. : “Harvest Analysis of DDT Residues”, Food Packer, 29: 50-53, 1948.
  • [68] Riker, W. F., Jr., Huebner, Virginia, R., Raska, S. B., and Cattell, McKeen: “Studies on DDT, Effects on Oxidative Metabolism”, J. Pharmacol. and, Exper. Therap., 88: 327- 332, Dec. 1946.
  • [69] Sarrett, H. P., and Jandorf, B. J.: “Effects of Chronic DDT Intoxication in Rats on Lipids and Other Constituents of Liver”, ibid., 91: 340-344, Dec. 1947.
  • [70] Smith, M. I.: “Accidental Ingestion of DDT, with a Note on its Metabolism in Man”, J.A.M.A., 131: 519-520, Juno 8, 1946.
  • [71] Smith, M. I., and Stohlnian, E. F.: “Pharmacologic Action of 2, 2 his (p-Chlorophenyl) 1,1,1-Trichloroethane and its Estimation in the Tissues and Body Fluid”, Pub. Health Rep., 59: 984, July 28, 1944.
  • [72] SmIth, M. I., and Stohlman, E. F.: “Further Studies on the Pharmacologic Action of DDT”, ibid., 60: 289, March 16, 1945.
  • [73] Smith, N. 3.: “Death Following Accidental Ingestion of DDT”, J.A.M.A., 136: 469- 471, Feb. 14, 1948.
  • [74] Smith, R. F., Fullmes, O. H., and Messenger, P. S.: “DDT Residues on Alfalfa Hay and Seed Chaff”, J. Econ. Entomol. 41: 755-8, 1948.
  • [75] Strycker, G. V., and Godfroy, B.: « Dermatitis Resulting from Exposure to DDT », J. Missouri St. M. A., 43 : 384-386, June 1948.
  • [76] Taylor, E. L.: “Danger of Ununction with DDT”, Lancet, 2: 320, Sept. 8, 1945.
  • [77] Telford, H. S., and Guthrie, J. E.: “Transmission of the Toxicity of DDT Through the Milk of White Rats and Goats”, Science, 102: 647, Dec. 21, 1945.
  • [78] Thoungh, TI. C.: “Poisonous Effects of DDT on Humans”, Indian M. Ga:. 81: 432, Oct. 1946.
  • [79] U. S. Dept. Agriculture, “Bureau of Entomology and Plant Quarantine: Now Insecticides in Grasshopper Control”, Bull. E-722, May 1947. Bull. EC.1, March 1948.
  • [80] U. S. Dept. Agriculture, Bureau of Entomology and Plant Quarantine: “New Insecticides for Controlling External Parasites of Livestock”, Bull. E. 762, Dec. 1948.
  • [81] Westerfteld, C.: “The Use of DDT in Medicine-A Review”, Vet. Med., Oct. 1946, pp. 355-360.
  • [82] Wigglesworth, V. D.: “A Case of DDT Poisoning in Man”, Brit M. J. 1: 517, April 14, 1945.
  • [83] Wilson, J. B.: Are Pesticides Making Your Food Unsafer? Hygiea, Jan. 1949. p. 44.
  • [84] Woodard, G., Ofner, Ruth B., and Montgomery, C. M.: “Accumulation of DDT in the Body Fat and its Appearance in the Milk of Dogs”, Science, 102: 177-178, Aug. 17, 1945.
  • [85] Wright, C. S., Doan, C. A., and Haynie, H. C.: “Agranulocytosis Occurring after Exposure to DDT Pyrethrum Aerosol Bomb”, Am. J. Med., 1: 562-567, Nov. 1946.
  • [86] The Pesticide Residues Amendment of 1954, Pub. L. No. 83-518, ch. 559, 68 Stat. 511 [codified at 21 USC § 346a (1981)]; and the Food Additives Amendments of 1958, Pub. L. No. 85-529, Ch. 4.72 Stat. 1785 [codified at 21 USC § 348 (1981)], respectively.
  • [87] 20 Fed. Reg. 750 (1955) [codified until repealed at 21 CFR § 120. 1 (f) (1956). [88] DDT Regulatory History: A Brief Survey (to 1975). United States Environmental
  • Protection Agency (EPA).
  • [89] Ibid.
  • [90] TIME Magazine, U.S. Edition, March 14, 1994 Vol. 143 No. 11.
  • (91] Handbook of Pesticide Toxicology, edited by Wayland J. Hayes, Jr. and Edward R. Laws, Academic Press Inc., Harcourt Brace Jovanovich, Publishers, San Diego, 1991.
  • [92] Peter Duesberg and Brian J. Ellison, Inventing the AIDS Virus, Regnery Pub.,1996. [93] Ibid.
  • [94] Biskind, MS (1953) “Public Health Aspects of the New Insecticides,” American Journal of Digestive Diseases 20: 331-341.
  • [95] Peter Duesberg and Brian J. Ellison, Inventing the AIDS Virus, Regnery Pub.,1996. [96] DDT Regulatory History: A Brief Survey (to 1975). United States Environmental
  • Protection Agency (EPA).
  • [97] Poliomyelitis: Fact sheet N°114″. World Health Organization. Sep 2016. Retrieved 14 Sep 2016.
  • [98] Ibid.
  • [99] DDT Regulatory History: A Brief Survey (to 1975). United States Environmental
  • Protection Agency (EPA).
  • [100] Ibid.
  • [101] Handbook of Pesticide Toxicology, edited by Wayland J. Hayes, Jr. and Edward R.
  • Laws, Academic Press Inc., Harcourt Brace Jovanovich, Publishers, San Diego, 1991.
  • [102] Rea WJ, Johnson AR, Fenyves E, Butler J. Related Articles: The environmental aspects of the post-polio syndrome. Birth Defects Orig Artic Ser. 1987;23(4):173-81. No abstract available. Pub Med ID: 3620615; UI: 87299998.
  • [103] Ibid.
  • [104] Casarett and Doull’s Toxicology (1996).
  • [105) Rea WJ, Johnson AR, Fenyves E, Butler J. Related Articles: The environmental aspects of the post-polio syndrome. Birth Defects Orig Artic Ser. 1987;23(4):173-81. No abstract available. Pub Med ID: 3620615; UI: 87299998.
  • [106] PubMed ID: 7611631, UI: 95336052 (London, May, 1995)
  • [107] Pub Med ID: 7611630, UI: 95336051 (Bethesda, MA, May, 1995)
  • [108] Pub Med ID: 8818905, UI: 96415998 (Lyon, France, Aug., 1996)
  • [109] Alfredo Morabia (1 January 2004). A History of Epidemiologic Methods and Concepts. Springer. pp. 133–4. ISBN 978-3-7643-6818-0. Retrieved 22 June 2013.
  • [110] Ibid.
  • [111] Morton S. Biskind, MD. “Public Health Aspects of the New Insecticides”. American
  • Journal of Digestive Diseases, New York, 1953, v 20, p331. [112] Ibid.
  • [113] Young RO (2016) Second Thoughts Concerning Viruses, Vaccines and the HIV/AIDS Hypothesis – Part 2. Int J Vaccines Vaccin 2 (3) : 00034. DOI: 10.15406/ijvv.2016.02.00034
  • [114] Dirt and Disease: Polio before FDR Rutgers University Press, 1992. [115] Ibid.
  • [116] Menkes, John H., Child Neurology, pg. 420, (1995).
  • [117] A Paralyzing Fear: The Story of Polio in America. Produced by Paul Wagner, Nina Gilden Seavey. Directed, written by Nina Gilden Seavey. Narration written by Stephen Chodorov. With: Narrator: Olympia Dukakis. Camera (Colorlab color), Allen Moore, Reuben Aaronson; editor, Catherine Shields; music, Paul Christianson; associate producers, Tom Wentworth, Malvina Anderson Martin. Reviewed on videocassette, N.Y., March 3, 1998. Running time: 90 min.
  • [118] FILM REVIEW; Once a Fear Beyond Fear Itself, by STEPHEN HOLDEN, Published: March 4, 1998, New York Times.
  • [119] Ibid.
  • [120] Duesberg, Peter and Ellison, Brian J., Inventing the AIDS Virus, Regnery Pub.,1996.
  • [121] Ibid.
  • [122] Ibid.
  • [123] Ibid.
  • [124] Ibid.
  • [125] Rose DR (2004). “Fact Sheet—Polio Vaccine Field Trial of 1954.” March of Dimes Archives. (2004).
  • [126] Ibid.
  • [127] American Journal of Digestive Diseases, 1953 20:330 [128] Ibid.
  • [129] Ibid.
  • [130] Jenkins, D. W.: “A Review of the Insecticide Hexachloro-cyclohexane (‘666’)”, Office of Technical Services, U. S. Department of Commerce, Washington, D.C., No. PB 4034, Med. Div. Rept. No. 56, Sept. 26, 1945.
  • [131] Biskind, M., “DDT Poisoning and the Elusive ‘Virus X’.” A New Cause for Gastroenteritis.” Am. J. Dig., Vol. 16, Num 3, pg. 79-84, (1949).
  • [132] Biskind, MS, Bieber, I, “DDT Poisoning A New Syndrome With Neuropsychiatric Manifestations,” American Journal of Psychotherapy, p261, (1949).
  • [133] Presented before the Select Committee to Investigate the Use of Chemicals in Food Products, United States House of Representatives, U.S. December 12, 1950 Westport, Conn.
  • [134] “Salk and Sabin: poliomyelitis immunisation”. J Neurol Neurosurg Psychiatry. 75 (11): 1552. doi:10.1136/jnnp.2003.028530. PMC 1738787. PMID 15489385.
  • [135] H. Rept. No. 2356, 82d Cong., 2d sess. 1 (1952), reprinted in A Legislative History of the Federal Food, Drug and Cosmetic Act and Its Amendments 499 (hereinafter Legislative History)
  • [136] Scobey, RR, “Is The Public Health Law Responsible For The Poliomyelitis Mystery?” Syracuse, N.Y., Archive of Pediatrics (May, 1951).
  • [137] White, Mark; Sharon M. McDonnell; Denise H.Werker; Victor M. Cardenas; Stephen B. Thacker (2001). “Partnerships in International Applied Epidemiology Training and Service,”. American Journal of Epidemiology 154 (11): 993–999. doi:10.1093/aje/154.11.993.
  • [138] Van Nostrand’s Encyclopedia of Science and Engineering, Van Nostrand Reinhold 1995, v 5, p1775
  • [139] “Salk and Sabin: poliomyelitis immunisation”. J Neurol Neurosurg Psychiatry. 75 (11): 1552. doi:10.1136/jnnp.2003.028530. PMC 1738787. PMID 15489385.
  • [140] Ralph R. Scobey, MD. “The Poison Cause of Poliomyelitis and Obstructions to Its Investigation.” Archive of Pediatrics, April 1952.
  • [141] The National Adipose Tissue Survey, reported in Handbook of Pesticide Toxicology, edited by Wayland J. Hayes, Jr. and Edward R. Laws, Academic Press Inc., Harcourt Brace Jovanovich, Publishers, San Diego, 1991, pg. 303.
  • [142] The National Adipose Tissue Survey, reported in Handbook of Pesticide Toxicology, edited by Wayland J. Hayes, Jr. and Edward R. Laws, Academic Press Inc., Harcourt Brace Jovanovich, Publishers, San Diego, 1991, pg. 303.
  • [143] Van Nostrand’s Encyclopedia of Science and Engineering (1995), vol. 5, pg.1725. [144] Offit, Paul A. (2007). The Cutter Incident: How America’s First Polio Vaccine Led to
  • the Growing Vaccine Crisis. Yale University Press. p. 38. ISBN 0-300-12605-0. [145] Albert Sabin to Henry Kumm, Sabin Papers, UC, Pittsburgh Press, 1954. [146] American Journal of Digestive Diseases, 1953 20:330.
  • [147] Trevelyan, B., Smallman-Raynor, M. and Cliff, A.D., The Spatial Dynamics of Poliomyelitis in the United States: From Epidemic Emergence to Vaccine-Induced Retreat, 1910–1971, Ann Assoc Am Geogr. 2005 Jun; 95(2): 269–293.
  • [148] Baicus, A., History of Polio Vaccination, World J Virol. 2012 Aug 12; 1(4): 108–114. Published online 2012 Aug 12. doi: 10.5501/wjv.v1.i4.108.
  • [149] Ibid.
  • [150] Women’s History Month: “Oveta Culp Hobby” by Senator Kay Bailey Hutchison
  • Humanities Texas, March 2012.
  • [151] Harry M. Marks, “The 1954 Salk Poliomyelitis Vaccine Field Trial,” Institute of the History of Medicine, Johns Hopkins University, Baltimore, MD: 2008.
  • 152[ National Museum of American History, “Whatever Happened to Polio?” Time line, http://americanhistory.si.edu/polio/timeline/index.htm (accessed March 28,, 2012).
  • [153] Abid.
  • [154] Norrby E., Prusiner S.B., Polio and Nobel Prizes: looking vack 50 years. Ann Neurol.
  • 2007 May;61(5):385-95.
  • [155] Eloise Batic, You Are There 1955: Ending Polio exhibit text (2012).
  • [156] Boston Herald newspaper, April 18, 1955, “Drug Companies Expecting Big Profit on
  • Salk Vaccine”,
  • [157] Washington Bureau of the Detroit Free Press reports, June 3, 1955.
  • [158] Michigan University. Poliomyelitis Evaluation Center (1955), An evaluation mof the 1954 poliomyelitis vaccine trials; summary report. Ann Arbor: n.p., pp. 17-18 as quoted in Marks, Harry M. “The 1954 Salk Poliomyelitis Vaccine Field Trial.” Institute of the History of Medicine, Johns Hopkins University. Baltimore: 2008, p. 20.
  • [160] McBean E. The Poisoned Needle. Mokelumne Hill, California: Health Research,1957:1
  • [161] McBean E. The Poisoned Needle. Mokelumne Hill, California: Health Research, 1957:119.
  • [162] McBean E. The Poisoned Needle. Mokelumne Hill, California: Health Research,1957:1
  • [163] Offit, Paul A. The Cutter Incident: How America’s First Polio Vaccine Led to the Growing Vaccine Crisis, Yale University Press, 2005, pp. 100, 116–19, 133. ISBN 0-300- 10864-8
  • [164] Ibid.
  • [165] Smith, JS, “Patenting the Sun: Polio and the Salk Vaccine,” 1st Edition, William
  • Morrow & Co; 1st edition (April 1990).
  • [166] Offit PA (2005), “The Cutter incident, 50 years later” (PDF). N. Engl. J. Med. 352 (14): 1411–1412. doi:10.1056/NEJMp048180. PMID 15814877
  • [167] McBean E., The Poisoned Needle. Mokelumne Hill, California: Health Research,1957:1.
  • [168] Harris RJ et al Contaminant viruses in two live vaccines produced in chick cells. J Hyg (London) 1966 Mar:64(1) : 1-7
  • [169] McBean E. The Poisoned Needle. Mokelumne Hill, California: Health Research,1957:1
  • [170] Ibid.
  • [171] Ibid.
  • [172] Ibid.
  • [173] Ii. Results. American journal of public health and the nation’s health. 1955;45:15–48. [PMC free article] [PubMed]
  • [174] Harper’s Magazine. “’Who is responsible, and why, for the chaotic confusion over the polio inoculations?’ A noted medical journalist disentangles the essential facts.” August, 1955.
  • [175] Ibid.
  • [176] Ibid.
  • [177] American Cancer Society, Volume 8, Issue 1, Pages 1–218, (1955).
  • [178] Paul JR. A history of poliomyelitis. New Haven, CT: Yale University Press; 1971.
  • [179] Ibid.
  • [180] Ibid.
  • [181] Ibid.
  • [182] Rogers N. Dirt and disease: Polio before fdr. New Brunswick, NJ: Rutgers University Press; 1992.
  • [183] Ibid.
  • [184] Smith, Derek R; Leggat Peter A (2005). “Pioneering figures in medicine: Albert Bruce Sabin–inventor of the oral polio vaccine”. The Kurume medical journal. 52 (3): 111–6. doi:10.2739/kurumemedj.52.111. PMID 16422178
  • [185] Rose, David, March of Dimes Archives, August 26, 2010. http://www.marchofdimes.org/mission/a-history-of-the-march-of-dimes.aspx
  • [186] American Journal of Public Health and the Nations Health: May 1956, Vol. 46, No. 5: 547–562. Citation | PDF (2177 KB) | PDF Plus (744 KB)
  • [187]
  • [188] Sweet BH, Hilleman MR. The Vacuolating Virus: SV-40. As cited in The polio vaccine and simian virus 40 by Moriarty, T.J. http://www.chronicillnet.org/online/bensweet.html
  • [189] O’Hern M. Profiles: Pioneer Women Scientists. Bethesda, MD: National Institutes of Health.
  • [190] Curtis T, Manson P. Scientist’s Polio Fear Unheeded: How U.S. Researcher’s Warning Was Silenced. The Houston Post 1992:A1 and A12.
  • [191] Sweet BH, Hilleman MR. The Vacuolating Virus: SV-40. As cited in The polio vaccine and simian virus 40 by Moriarty, T.J. http://www.chronicillnet.org/online/bensweet.html
  • [192] Moriarty T.J. The polio vaccine and simian virus 40. Online News Index.
  • http://www.chronicillnet.org/online/bensweet.html
  • [193] Shah K, Nathanson N. Human exposure to SV40. American Journal of Epidemiology, 1976;103:1-12.
  • [194] Curtis T. The origin of AIDS: A startling new theory attempts to answer the question, “Was it an act of God or an act of man”, Rolling Stone, March 19,1992:57.
  • [195] Bookchin D, Schumaker J. Tainted Polio Vaccine Still Carries Its Threat 40 Years Later. The Boston Globe, January 26, 1997.
  • [196] Innis MD. Oncogenesis and poliomyelitis vaccine. Nature, 1968;219:972–3. [197] Soriano F, et al. Simian virus 40 in a human cancer. Nature, 1974; 249:421–4.
  • [198] Weiss AF, et al. Simian virus 40-related antigens in three human meningiomas with defined chromosome loss. Proceedings of the National Academy of Science, 1975;72(2):609–13.
  • [199] Scherneck S, et al. Isolation of a SV-40-like papovavirus from a human glioblastoma. International Journal of Cancer, 1979;24:523–31.
  • [200] Stoian M, et al. Possible relation between viruses and oromaxillofacial tumors. II. Research on the presence of SV40 antigen and specific antibodies in patients with oromaxillofacial tumors. Virologie, 1987 ; 38:35–40.
  • [201] Stoian M, et al. Possible relation between viruses and oromaxillofacial tumors. II. Detection of SV40 antigen and of anti-SV40 antibodies in patients with parotid gland tumors. Virologie, 1987 ; 38:41–6.
  • [202] Bravo MP, et al. Association between the occurrence of antibodies to simian vacuolating virus 40 and bladder cancer in male smokers. Neoplasma, 1988;35:285–8.
  • [203] O’Connell K, et al. Endothelial cells transformed by SV40 T-antigen causeKaposi’s sarcoma-like tumors in nude mice. American Journal of Pathology, 1991;139(4):743–9.
  • [204] Weiner LP, et al. Isolation of virus related to SV40 from patients with progressive multifocal leukoencephalopathy. New England Journal of Medicine, 1972;286:385–90.
  • [205] Tabuchi K. Screening of human brain tumors for SV-40-related T-antigen. International Journal of Cancer 1978;21:12–7.
  • [206] Meinke W, et al. Simian virus 40-related DNA sequences in a human brain tumor. Neurology 1979;29:1590–4.
  • [207] Krieg P, et al. Episomal simian virus 40 genomes in human brain tumors. Proceedings of the National Academy of Science 1981; 78:6446-50.
  • [208] Krieg P, et al. Cloning of SV40 genomes from human brain tumors. Virology 1984;138:336–40.
  • [209] Geissler E. SV40 in human intracranial tumors: passenger virus or oncogenic >hit- and-run= agent? Z Klin Med, 1986;41:493–5.
  • [210] Geissler E. SV40 and human brain tumors. Progress in Medical Virology, 1990;37:211–22.
  • [211] Bergsagel DJ, et al. DNA sequences similar to those of simian virus 40 in ependymomas and choroid plexus tumors of childhood. New England Journal of Medicine, 1992;326:988–93.
  • [212] Martini, M., et al. Human brain tumors and simian virus 40. Journal of the National Cancer Institute, 1995;87(17):1331.
  • [213] Lednicky JA, et al. Natural Simian Virus 40 Strains are Present in Human Choroid Plexus and Ependymoma Tumors. Virology, 1995;212(2):710–7.
  • [214] Tognon M, et al. Large T Antigen Coding Sequence of Two DNA Tumor Viruses, BK and SV-40, and Nonrandom Chromosome Changes in Two Gioblastoma Cell Lines. Cancer Genetics and Cytogenics, 1996;90(1): 17–23.
  • [215] Vilchez RA, et coll. Association between simian virus 40 and non-hodgkin lymphoma. Lancet, (March 9, 2002), 359: 817–23.
  • [216] Carbone, M., et coll. SV-40 Like Sequences in Human Bone Tumors. Oncogene, 1996;13(3):527–35.
  • [217] Pass, HI, Carbone, M., et al. Evidence For and Implications of SV-40 Like Sequences in Human Mesotheliomas. Important Advances in Oncology, 1996:89-108.
  • [218] Rock, Andrea. The Lethal Dangers of the Billion Dollar Vaccine Business, Money, December 1996:161.
  • [219] Carlsen, W. Rogue virus in the vaccine: Early polio vaccine harbored virus now feared to cause cancer in humans. San Francisco Chronicle, July 15,2001:7. Research by Susan Fisher, epidemiologist, Loyola UniversityMedical Center.
  • [220] National Institutes of Health. Zones of Contamination: Globe Staff Graphic.
  • [221] Bookchin D, Schumacher J. Tainted polio vaccine still carries its threat 40 years later. The Boston Globe, January 26, 1997.
  • [222] SV-40 Contamination of Polio Vaccine. Well Within Online, (February 3,2001, updated). http://www.nccn.net/~wwithin/polio.htm
  • [223] Rosa FW, et al. Absence of antibody response to simian virus 40 afterinoculation with killed-poliovirus vaccine of mothers offspring with neurological tumors. New England Journal of Medicine, 1988;318:1469.
  • [224] Rosa FW, et al. Response to: Neurological tumors in offspring after inoculation of mothers with killed poliovirus vaccine. New England Journal of Medicine, 1988, 319:1226.
  • [225] Martini F, et al. SV-40 Early Region and Large T Antigen in Human Brain Tumors, Peripheral Blood Cells, and Sperm Fluids from Healthy Individuals. Cancer Research, 1996;56(20):4820–5.
  • [226] Fisher, Barbara. Vaccine safety consumer group cites conflict of interest in government report on cancer and contaminated polio vaccine link. National Vaccine Information Center (NVIC); Press Release, January 27, 1998.
  • [227] National Cancer Institute (June 2001).
  • [228] The Landsteiner and Popper study, first published in Germany, was reported in Robert W Lovett, MD. The Occurrence of Infantile Paralysis in Massachusetts in 1908. Boston Medical and Surgical Journal, pg. 112, July 22, 1909.
  • [229] Young, RO (2016) Second Thoughts about Viruses, Vaccines, and the HIV/AIDS Hypothesis – Part 1. Int J Vaccines Vaccin 2 (3) : 00032. DOI: 10.15406/ijvv.2016.02.00032
  • [230] Young, RO (2016) Second Thoughts Concerning Viruses, Vaccines and the HIV/AIDS Hypothesis – Part 2. Int J Vaccines Vaccin 2 (3) : 00034. DOI: 10.15406/ijvv.2016.02.00034
  • [231] Young RO (2016) Second Thoughts Concerning Viruses, Vaccines and the HIV/AIDS Hypothesis – Part 3 HIV/AIDS and the Monomorphic Disease Model. Int J Vaccines Vaccin 2 (3) : 00035. DOI: 10.15406/ijvv.2016.02.00035
  • [232] Young RO (2016) Who Had Their Finger on the Magic of Life – Antoine Bechamp or Louis Pasteur?. Int J Vaccines Vaccin 2 (5) : 00047. DOI : 10.15406/ijvv.2016.02.00047
  • [233] Peter Duesberg and Brian J. Ellison, Inventing the AIDS Virus, Regnery Pub., 1996. [234] Gerald L. Geison, The Private Science Of Louis Pasteur, Princeton University Press, 1995.
  • [235] The Landsteiner and Popper study, first published in Germany, was reported in Robert W Lovett, MD. The Occurrence of Infantile Paralysis in Massachusetts in 1908. Boston Medical and Surgical Journal, pg. 112, July 22, 1909.
  • [236] Shaw D. Unintended casualties in war on polio. Philadelphia Inquirer June 6, 1993:A1.
  • [237] Moriarty T.J. The polio vaccine and simian virus 40. Online News Index. http://www.chronicillnet.org/online/bensweet.html
  • [238] Koprowksi H. Tin anniversary of the development of live virus vaccine. Journal of the American Medical Association 1960;174:972–6.
  • [239] Hayflick L, Koprowski H, et al. Preparation of poliovirus vaccines in a human fetal diploid cell strain. American J Hyg 1962;75:240–58.
  • [240] Hayflick L, Koprowski H, et al. Preparation of poliovirus vaccines in a human fetal diploid cell strain. American J Hyg 1962;75:240–58.
  • [241] Koprowski H. In a letter sent to the Congressional Health and Safety Subcommittee, April 14, 1961.
  • [242] Rock, Andrea. The Lethal Dangers of the Billion Dollar Vaccine Business, Money, December 1996:161.
  • [243] Scheibner V. Vaccination: 100 Years of Orthodox Research Shows that Vaccines represent a Medical Assault on the Immune System. Blackheath, NSW, Australia: Scheibner Publications, 1993153.
  • [244] Curtis T. Expert says test vaccine: backs check of polio stocks for AIDS virus. The Houston Post, March 22, 1992:A-21.
  • [245] Carlsen, W. Rogue virus in the vaccine: Early polio vaccine harbored virus now feared to cause cancer in humans. San Francisco Chronicle, July 15,2001:7. Research by Susan Fisher, epidemiologist, Loyola UniversityMedical Center.
  • [246] Neustaedter R. The Vaccine Guide. Berkeley, California: North Atlantic Books, 1996:107–8
  • [247] Curtis T. Expert says test vaccine: backs check of polio stocks for AIDS virus. The Houston Post, March 22, 1992:A-21.
  • [248] Essex M, et al. The origin of the AIDS virus. Scientific American, 1988; 259:64–71. [249] Karpas A. Origin and Spread of AIDS. Nature, 1990; 348:578.
  • [250] Kyle WS. Simian retroviruses, poliovaccine, and origin of AIDS. Lancet, 1992; 339:600–1.
  • [251] Elswood BF, Stricker RB. Polio vaccines and the origin of AIDS. Medical Hypothesis, 1994:42:347–54.
  • [252] Myers G, et al. The emergence of simian/human immunodeficiency viruses. AIDS Res Human Retro 1992:8:373–86.
  • [253] Curtis T. The origin of AIDS: A startling new theory attempts to answer the question “Was it an act of God or an act of man”, Rolling Stone, March 19,1992:57.
  • [254] O’Hern M. Profiles: Pioneer Women Scientists. Bethesda, MD: National Institutes of Health.
  • [255] Curtis T. Expert says test vaccine: backs check of polio stocks for AIDS virus. The Houston Post, March 22, 1992:A-21.
  • [256] Curtis T. Expert says test vaccine: backs check of polio stocks for AIDS virus. The Houston Post, March 22, 1992:A-21.
  • [257] Essex M, et al. The origin of the AIDS virus. Scientific American, 1988; 259:64–71. [258] Karpas A. Origin and Spread of AIDS. Nature, 1990; 348:578.
  • [259] Kyle WS. Simian retroviruses, poliovaccine, and origin of AIDS. Lancet, 1992; 339:600–1.
  • [260] Elswood BF, Stricker RB. Polio vaccines and the origin of AIDS. Medical Hypothesis, 1994:42:347–54.
  • [261] Workshop on Simian Virus-40 (SV-40): A Possible Human Polyomavirus. National Vaccine Information Center, January 27-28, 1997. http://www.909shot.com/polio197.htm (Includes a summary of evidence presented at the Eighth Annual Houston Conference on AIDS.)
  • [262] Martin B. Polio vaccines and the origin of AIDS: The career of a threatening idea. Townsend Letter for Doctors, January 1994:97–100.
  • [263] Curtis T. Did a polio vaccine experiment unleash AIDS in Africa? The Washington Post, April 5, 1992:C3+.
  • [264] Myers G, et al. The emergence of simian/human immunodeficiency viruses. AIDS Res Human Retro 1992:8:373–86.
  • [265] World Health Organization. T-lymphotropic retroviruses of nonhuman primates. WHO informal meeting. Weekly Epidemiology Records, 1985; 30:269–70.
  • [266] Ibid.
  • [267] Elswood BF, Stricker RB. Polio vaccines and the origin of AIDS. Medical
  • Hypothesis, 1994:42:347–54.
  • [268] Ohta Y, et al. No evidence for the contamination of live oral poliomyelitis vaccines with simian immunodeficiency virus. AIDS, 1989; 3:183–5.
  • [269] Huet T, et al. Genetic organization of a chimpanzee lentivirus related to HIV-1. Nature, 1990; 345:356–9.
  • [270] Desrosiers RC. HIV-1 origins: A finger on the missing link. Nature, 1990;345:288– 9.
  • [271] Sabin AB. Properties and behavior of orally administered attenuated poliovirus vaccine. Journal of the American Medical Association, 1957; 164:1216–23.
  • [272] Siehe Ausführungen zu Virchows Leben und Wirkung in WissenschafftPlus Nr. 5/2015 und Nr. 6/2015. 2 Anticontagionism between 1821 and 1867.
  • [273] Aufsatz von Erwin H. Ackerknecht in der Zeitschrift Bulletin of the History of Medicine, Volume XXII, The Johns Hopkins Press, 1948.
  • [274] Bech V, Magnus Pv. Studies on measles virus in monkey kidney tissue cultures. Acta Pathol Microbiol Scand. 1959; 42 (1): 75–85.
  • [275] Nakai M, Imagawa DT. Electron microscopy of measels virus replication. J. Virol. 1969 Feb; 3v (2): 187–97.
  • [276] Lund GA, Tyrell, DL, Bradley RD, Scraba DG. The molecular length of measles virus RNA and the structural organization of measles nucleocapsids. J. Gen. Virol. 1984 Sep;65 (Pt 9): 1535–42.
  • [277] Daikoku E, Morita C, Kohno T, Sano K. Analysis of Morphology and Infectivity of Measles Virus Particles. Bulletin of the Osaka Medical College. 2007; 53 (2): 107–14.
  • [278] Horikami SM, Moyer SA. Structure, Transcription, and Replication of Measles Virus. Curr Top Microbiol Immunol. 1995; 191: 35–50.
  • [279] Siehe WissenschafftPlus Nr. 1/2014.
  • [280] Zur Geschichte der frühen Virusforschung. Übersichtsarbeit von Prof. Karlheinz Lüdtke. Reprint 125 des MAX-PLANCK-INSTITUT FÜR WISSENSCHAFTSGESCHICHTE, 89 Seiten, 1999.
  • [281) The government of the United States of America holds patents on the following viruses: Ebola, Patent number #CA2741523A1, Swine Flu, Patent number 8124101, HIV, Patent number #5676977, the cure for cancer, Patent number #6630507.
image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires