Un hôpital démystifie la « fausse » histoire d’empoisonnement à l’ivermectine de Rolling Stone : « Tout était inventé »

Un hôpital démystifie la « fausse » histoire d’empoisonnement à l’ivermectine de Rolling Stone : « Tout était inventé »

07/09/2021 (2021-09-07)

[Source : anguillesousroche.com]

Un hôpital a complètement démenti le magazine d’extrême gauche Rolling Stone qui avait publié un article viral à succès sur le médicament antiparasitaire Ivermectine.

Le magazine a publié vendredi un article intitulé « Gunshot Victims Left Waiting as Horse Dewormer Overdoses Overwhelm Oklahoma Hospitals, Doctor Says«  (Selon un médecin, les victimes de blessures par balle sont laissées en attente alors que les hôpitaux de l’Oklahoma sont submergés par des overdoses de vermifuge pour chevaux), suite aux informations selon lesquelles Joe Rogan aurait pris ce médicament dans le cadre de son traitement Covid.

Dans l’article, une personne se faisant appeler « Dr Jason Elyea » a déclaré aux médias locaux que les salles d’urgence de son hôpital de l’Oklahoma étaient surchargées en raison d’un afflux considérable de patients qui auraient fait une overdose d’Ivermectine pour traiter leurs symptômes de Covid.

Le problème est que ce prétendu médecin a tout inventé.

La branche Sequoyah du Northeastern Health System, qui fait l’objet de l’article de Rolling Stone, a publié une déclaration sur son site Web affirmant que le Dr Elyea ne travaille pas à l’hôpital et qu’il n’a traité aucun patient depuis des mois.

Mais il y a pire…

L’hôpital a également déclaré qu’il n’a pas traité un seul patient pour une surdose d’Ivermectine.

« Bien que le Dr Jason McElyea ne soit pas un employé du NHS Sequoyah, il est affilié à un groupe de personnel médical qui assure la couverture de notre salle d’urgence. Cela dit, le Dr McElyea n’a pas travaillé dans nos locaux de Sallisaw depuis plus de deux mois », peut-on lire dans le communiqué du NHS.

NHS Sequoya a également réfuté l’affirmation d’Elyea selon laquelle son hôpital était submergé de patients ayant fait une overdose d’ivermectine et n’avait refusé aucun patient en conséquence.

« NHS Sequoyah n’a traité aucun patient en raison de complications liées à la prise d’Ivermectine. Cela inclut le fait de ne traiter aucun patient pour une surdose d’Ivermectine.

Tous les patients qui se sont rendus dans notre salle d’urgence ont reçu les soins médicaux appropriés. Notre hôpital n’a pas eu à refuser de patients cherchant des soins d’urgence. »

Voilà, c’est ça – des fake news.

Pourquoi des publications comme Rolling Stone et Newsweek publient-elles ces histoires de canulars sur les traitements alternatifs du COVID comme l’Ivermectine ?

Probablement pour la même raison que les CDC considèrent comme « non vaccinés » tous ceux qui meurent dans les deux semaines qui suivent l’injection d’ARNm : pour créer un récit qui contraint les gens à recevoir le vaccin expérimental.

Pour quelle autre raison les CDC fourniraient-ils de l’Ivermectine aux migrants afghans entrants mais ne la recommanderait pas aux citoyens américains ?

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires