S’il vivait aujourd’hui, Socrate serait banni

01/12/2023 (2023-12-01)

[Source : marie-claire-tellier via RI]

Par Bill Rice

Traduction MCT

Une introduction à Socrate…

Socrate est considéré comme le « père de la philosophie occidentale » et l’un des êtres humains les plus influents de tous les temps.

Entre autres objectifs, l’étude de la philosophie vise à rechercher la vérité et, ce faisant, à permettre aux êtres humains de vivre une vie plus significative et plus importante, susceptible d’améliorer l’humanité en faisant progresser la connaissance.

Pour faciliter cette recherche de la connaissance et de la vérité, Socrate a popularisé ce que l’on a appelé la « méthode socratique ». Selon Socrate, en posant simplement des questions provocantes, les citoyens pouvaient mieux discerner les vérités essentielles et répondre aux questions importantes.

La « méthode scientifique » — dans laquelle les scientifiques remettent en question un prétendu « fait » scientifique — est l’une des plus importantes conséquences de la méthode socratique.

***

Il m’est récemment venu à l’esprit que si Socrate vivait aujourd’hui, il serait censuré, déplacé, sali, annulé et considéré comme une grave menace pour la société. En bref, il serait accusé de diffuser de la désinformation et serait sans aucun doute la cible numéro un de l’énorme complexe industriel de la censure.

Bien entendu, Socrate a été accusé de tous ces crimes dans sa propre vie et, en fait, a été mis à mort pour avoir pratiqué la méthode socratique. 

L’un des chefs d’accusation retenus contre Socrate par les dirigeants politiques d’Athènes était la « corruption de la jeunesse ». En bref, les questions de Socrate étaient perçues comme causant du « tort » aux citoyens de la Grèce et, par conséquent, il devait être réduit au silence de façon permanente.

La civilisation a un peu progressé depuis l’époque de Socrate…

La civilisation occidentale a peut-être un peu progressé au cours des 2 400 dernières années, car les dirigeants politiques actuels ne font pas pression pour que les personnes qui posent les mauvaises questions soient condamnées à mort. 

Cependant, les peines de prison restent un sort commun pour de nombreuses personnalités dans le monde qui insistent pour suivre la méthode socratique et persistent à poser des questions qui révèlent des vérités que la classe puissante préfère ne pas « corrompre » ses citoyens/sujets. (Quelqu’un comme Julian Assange pourrait être d’accord avec moi sur ce point.)

Aujourd’hui, les individus qui ne sont pas condamnés à mort (ou assassinés par démembrement, comme Jamal Khashoggi) le font au risque de perdre leur emploi, leur statut et leurs revenus, tout cela pour avoir essentiellement pratiqué la méthode socratique… et son rejeton le plus connu, la méthode scientifique. 

Aujourd’hui, comme en 399 avant J.-C., le simple fait de poser des questions politiquement incorrectes est considéré comme une grave infraction.

Il s’avère que même le premier amendement de la Constitution américaine — qui, pendant plus de 200 ans, a été considéré par de nombreux Américains comme protégeant les « droits naturels » des citoyens à poser des questions à leurs dirigeants — pourrait ne pas protéger totalement un « chercheur de vérité » tel que Socrate.

***

Tant que je peux encore le faire (du moins sur Substack), j’aimerais essayer d’utiliser la méthode socratique dans ma propre quête de discernement des vérités importantes. (Je demande aux lecteurs de ne pas transmettre cette chronique à quiconque travaille pour Media Matters, le Stanford Virality Project ou toute autre agence du gouvernement américain.)

Mes questions « socratiques »

S’il vivait aujourd’hui, les dirigeants de Facebook, YouTube, etc. interdiraient-ils Socrate ?

Si oui, pourquoi ?

De nombreux dirigeants politiques importants appelleraient-ils à des actions plus agressives pour réduire la probabilité que Socrate puisse répandre une « désinformation » susceptible de nuire ou de corrompre les jeunes (ou toute autre personne) qui tomberaient sur ses questions ? 

Dans l’affirmative, pourquoi ?

La méthode socratique a-t-elle finalement conduit à la méthode scientifique ?

Peut-on pratiquer la méthode scientifique sans remettre en question les récits scientifiques « autorisés » ?

La méthode scientifique doit-elle être révisée ? 

L’a-t-elle déjà été ?

Pourquoi certaines questions peuvent-elles être posées, alors que d’autres ne sont pas autorisées ?

Les éditeurs, rédacteurs en chef et journalistes (des grands médias) soutiennent-ils ou non la méthode socratique ? 

Quelle preuve peut-on citer que les journalistes « à la recherche de la vérité » soutiennent la méthode socratique ?

N’existe-t-il pas de nombreuses preuves que les journalistes des MSM méprisent la méthode socratique et s’en détournent ?

Notre nouvelle normalité covidienne n’était pas favorable à la méthode socratique…

Les questions qui remettent en cause les récits autorisés sur la science « établie » du Covid ne sont-elles pas toutes ou presque considérées comme taboues ou interdites ?

A-t-on jamais prouvé que la « science établie » sur un sujet quelconque était erronée ?

Comment ces mythes scientifiques se sont-ils révélés faux ?

Le fait de démystifier des « faits » scientifiques ou médicaux dangereux a-t-il permis de sauver des vies et de réduire la misère ?

A-t-on prouvé par la suite qu’une politique gouvernementale était fondée sur des mensonges ?

Une politique gouvernementale a-t-elle jamais produit des résultats tragiques ou causé du tort à de nombreux innocents ?

Si l’on considère aujourd’hui que c’est le cas, comment des millions de personnes sont-elles parvenues à cette conclusion tardive ?

Qui décide des questions qui ne peuvent pas être posées ?

Qui décide quelles questions sont nuisibles ou dangereuses et doivent donc être censurées ?

Pourquoi ces personnes et ces organisations ont-elles le droit d’en décider ?

Un citoyen a-t-il déjà conclu qu’une personne qu’il connaît est en fait un menteur et qu’il faut l’éviter ou l’ignorer à l’avenir ?

Ces personnes sont-elles parvenues à cette conclusion en posant des questions ?

Les enseignants et les professeurs doivent-ils continuer à mentionner Socrate dans les cours d’histoire du monde ou de philosophie ? 

Les éducateurs doivent-ils souligner que Socrate est devenu une figure vénérée parce qu’il a inventé la méthode socratique ?

Les enseignants doivent-ils autoriser leurs propres élèves à poser des questions en classe ?

Certaines questions posées en classe sont-elles interdites ?

Un citoyen s’est-il déjà abstenu de poser une question parce qu’il pensait qu’elle pouvait lui porter préjudice ?

Est-il possible que d’importantes questions non posées, si elles étaient posées, puissent améliorer ou bénéficier au monde… ou à la vie de quelqu’un ?

La plupart des citoyens peuvent-ils citer une conclusion qu’ils considéraient comme vraie et qu’ils jugent aujourd’hui erronée ?

Comment ou pourquoi ont-ils changé d’avis ? 

Ont-ils posé des questions qu’ils n’avaient jamais posées auparavant ?

Certaines personnes mentent-elles intentionnellement ou tentent-elles de dissimuler la vérité ?

Dans l’affirmative, pourquoi agissent-elles ainsi ?

La méthode socratique s’est répandue…

Pourquoi Platon, Aristote et Alexandre le Grand ont-ils célébré, pratiqué et diffusé la méthode socratique ?

Auraient-ils également dû être mis à mort ?

Pourquoi tant de gens ont-ils autrefois vénéré, célébré et pratiqué la méthode socratique ?

Pourquoi la méthode socratique est-elle aujourd’hui considérée comme dangereuse par tant de personnes et d’organisations puissantes ?

Les gouvernements et les « dirigeants » ont-ils déjà persécuté des personnes qui posaient les mauvaises questions ?

Si oui, pourquoi l’ont-ils fait ?

D’autres personnages historiques ont également posé des questions difficiles…

Jésus de Nazareth a-t-il lui aussi été mis à mort pour avoir répandu ce qu’il croyait être la vérité ?

Jésus est-il un personnage vénéré par de nombreuses personnes aujourd’hui ?

Jésus estimerait-il qu’il est normal de poser des questions si l’un des enfants de Dieu pense que les vaccins pourraient tuer des enfants innocents… ou qu’une guerre ne devrait pas être menée ?

Que ferait Jésus ?

Pourquoi Dieu a-t-il donné un cerveau aux êtres humains si nous ne pouvons pas l’utiliser pour poser des questions ?

Galilée a-t-il également pratiqué la méthode socratique ?

Si c’est le cas, cela a-t-il dérangé certains personnages puissants de son époque ?

Le monde se serait-il mieux porté si Galilée avait gardé ses questions pour lui ?

Autres questions taboues de Covid…

Combien de personnes ont subi un préjudice personnel à la suite des fermetures du Covid ?

Qui a ordonné ces fermetures ?

Les personnes qui ont ordonné ces fermetures sont-elles les mêmes que celles qui ne veulent pas que les gens puissent remettre en question leurs mandats ?

L’argent et le pouvoir corrompent-ils, ou peuvent-ils corrompre, certaines personnes et organisations ?

Les enquêteurs ont-ils le droit de « suivre l’argent » ?

Le fait de gagner plus d’argent — ou de ne pas en perdre — est-il un motif dans certains crimes ?

Si, dans l’histoire, les enquêteurs ont « suivi l’argent », une série de questions ne les a-t-elle pas incités à le faire ?

Les enquêteurs officiels ou journalistiques suivent-ils l’argent aujourd’hui ?

Existe-t-il aujourd’hui dans le monde un journaliste grand public qui admettrait que certains sujets sont interdits d’enquête ?

Pourquoi ces sujets — ou certaines questions — sont-ils interdits ou tabous ?

Lorsque vous commencez à poser des questions, vous en trouvez toujours plus…

Le monde est-il meilleur grâce à la méthode socratique ?

Le monde sera-t-il meilleur à l’avenir — davantage de vies seront-elles sauvées — si la méthode socratique est interdite ?

La plupart des citoyens du monde aimeraient-ils pouvoir poser des questions qu’ils jugent importantes ?

Pourquoi de nombreux citoyens du monde craignent-ils aujourd’hui certaines questions et approuvent-ils le fait de punir ou de blesser les personnes qui posent des questions « en quête de vérité » ?

Dans votre propre vie, avez-vous déjà été tué par une question ?

Si la réponse est oui, lisez-vous cette rubrique depuis le ciel ?

Comment tant de personnes survivent-elles après s’être vu poser des questions qu’elles n’aimaient pas ?

Si Gallup faisait un sondage, combien de citoyens seraient d’accord pour dire que quelqu’un comme Socrate devrait être interdit ou empêché de poser des questions qui dérangent les gens puissants ou qui remettent en question le(s) récit(s) « autorisé(s) » ?

La plupart des gens sont-ils d’accord pour dire que les auteurs de crimes doivent être punis ?

Comment les procureurs et les jurys établissent-ils qu’un crime a été commis ?

Posent-ils des questions ?

Pourquoi posent-ils des questions ?

Si vous faisiez partie du jury qui a poursuivi Socrate pour avoir posé des questions corruptrices et dangereuses, auriez-vous voté pour l’acquitter de ce chef d’accusation ?

Aujourd’hui, soutenez-vous les modérateurs de contenu, l’intelligence artificielle, les algorithmes et l’emploi de milliers de personnes dans des centaines d’organisations dont le but est d’arrêter ou d’intimider les personnes qui posent des questions non autorisées ?

Si oui, de quoi avez-vous peur ou pourquoi soutenez-vous cela ?

Vos craintes sont-elles vraiment justifiées ?

Si vous êtes un jour accusé d’un « crime » que vous n’avez pas commis, aimeriez-vous pouvoir vous défendre contre ces fausses accusations… en posant des questions ?

Chaque citoyen du monde devrait-il pouvoir utiliser la méthode socratique sans crainte de représailles ?

***

Comme nous l’avons vu, la réponse à la dernière question semble être « non ». Socrate serait banni et fustigé aujourd’hui… tout comme il l’a été il y a 2 400 ans. Je suis néanmoins heureux qu’il ait eu le courage de poser ces questions.

Source

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires