Selon un ancien médecin expert à l’OMS, la réponse à la Covid de Magufuli a sauvé des milliers de vies

Selon un ancien médecin expert à l’OMS, la réponse à la Covid de Magufuli a sauvé des milliers de vies

18/04/2021 (2021-04-18)

[Source : Le-Blog-Sam-La-Touch via reseauinternational.net]

Par David Bell

Il a peut-être été ridiculisé en Occident pour avoir rejeté les mesures de confinement et encouragé les prières. Mais comme l’explique le Dr David Bell, ancien scientifique de l’Organisation mondiale de la santé, le défunt président tanzanien John Magufuli n’est pas considéré comme un paria par de nombreux membres de la communauté scientifique – il est considéré comme un sauveur de vies.

Si vous lisez le site web de la BBC, vous pensez probablement que le défunt président tanzanien était soit un rebelle, soit un “négationniste de la Covid”, soit tout simplement stupide.

En réalité, il n’était rien de tout cela.

Le président Magufuli était en fait un scientifique très instruit, titulaire d’un doctorat en chimie, qui a probablement sauvé des milliers de vies en refusant d’adhérer aux mesures de confinement et autres réactions réflexes imposées aux populations dans une grande partie de l’Afrique et de l’Occident.

La décision de Magufuli de ne pas procéder à un confinement était conforme aux lignes directrices sur les pandémies fondées sur des données probantes publiées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2019.

Il a prédit à juste titre que la mortalité due à la Covid-19 en Afrique serait très faible par rapport à d’autres grands tueurs comme le paludisme, la tuberculose (TB) et le VIH-sida, et a suivi les bons principes de santé publique en donnant la priorité à ces maladies à forte charge qui touchent particulièrement les jeunes, tout en disant aux Tanzaniens de ne pas paniquer.

Il a également donné la priorité au maintien de la croissance économique, qui est à long terme le moyen le plus efficace d’améliorer l’espérance de vie et la santé. En bref, il a agi comme on pourrait attendre d’un scientifique bien formé et d’un expert en santé publique rationnel qu’il agisse dans le contexte tanzanien.

Tout au long de la pandémie de la Covid-19, les médias ont exigé des fermetures plus longues et plus dures, comme si elles étaient normales – ou utiles.

Mais ils soulignent rarement qu’aucun plan de lutte contre la pandémie n’a recommandé des fermetures massives d’entreprises et des restrictions à la liberté de religion, aux voyages ou au fonctionnement normal de la société avant 2020, car leur suppression devrait causer davantage de dommages et empiéter grandement sur les droits humains fondamentaux.

Nous n’avons jamais appliqué aucune de ces mesures lors des épidémies de SRAS, de MERS ou de grippe porcine de ces dernières années. Les gens fréquentaient les lieux de culte, les bus et les trains étaient bondés, les jeunes sortaient en boîte, dansaient, chantaient et s’embrassaient.

Il en a été de même pour les Tanzaniens pendant cette pandémie.

Et à juste titre.

La plupart des Tanzaniens sont jeunes et non obèses, et sont donc très peu exposés au risque de la Covid-19.

Le président Magufuli a eu mauvaise presse pour avoir dit à ses compatriotes d’aller à l’église au début de la pandémie pour “prier” pour que la Covid disparaisse”.

Mais les rassemblements de masse ne devraient pas exposer la grande majorité de la population tanzanienne à un risque important.

Des dizaines de milliers de fans de sport se sont rendus récemment dans des stades en Floride et au Texas, et aucune augmentation des cas n’a été constatée par la suite.

Bien sûr, il est important de protéger les personnes vulnérables dans toute épidémie, et il est difficile de dire si les prières de masse étaient une bonne idée du point de vue de la transmission pure, car elles ont peut-être augmenté le risque pour les personnes âgées au début de l’épidémie en Tanzanie.

Le développement rapide d’une “immunité collective” chez les jeunes par le biais de tels rassemblements devrait cependant exercer un effet protecteur, si les personnes vulnérables sont bien protégées jusqu’à ce que cette immunité supprimant la transmission soit atteinte.

Dans l’ensemble, cette politique a probablement été bien meilleure pour la santé publique que les mesures de confinement strict, qui ont entraîné les premières récessions depuis un quart de siècle dans de nombreux pays africains, ainsi qu’une réduction du traitement des principaux tueurs comme le paludisme, la tuberculose (TB) et le VIH-sida.  

Le virus à l’origine de la Covid-19, le SRAS-CoV-2, va probablement devenir endémique et, à mesure que l’immunité collective sera atteinte par l’infection naturelle ou par la vaccination, les maladies graves et les décès seront de plus en plus rares.

De multiples études ont montré un impact très limité des mesures de confinement plus strictes sur la mortalité due à la Covid-19.

Par conséquent, on peut s’attendre à ce que la Tanzanie, comme la Suède, la Croatie, la Biélorussie et d’autres pays qui ne pratiquent pas de confinement, ait finalement une mortalité globale due à l a Covid-19 et une trajectoire épidémique similaires à celles des pays comparables qui pratiquent le confinement.

La critique véhémente du président Magufuli dans les médias est donc décevante et très ignorante. Il semble en effet que les journalistes occidentaux trouvent plus facile de dénigrer les dirigeants des pays africains que les dirigeants européens. Les dirigeants suédois, par exemple, n’ont jamais été qualifiés de “négationnistes de la Covid”.

Ce n’est pas nouveau, mais cela montre peut-être à quel point l’hypocrisie et les préjugés persistent dans la société occidentale.

D’un point de vue sanitaire, la Tanzanie semble avoir fait mieux que la plupart des autres pays à faible revenu au cours de cette dernière année. Alors que des millions d’Africains ont été jetés dans la faim et la pauvreté, la Tanzanie a vu son PIB augmenter tout au long de 2020.

La chute du PIB et l’appauvrissement général sont associés à une augmentation de la mortalité toutes causes confondues.

C’est particulièrement le cas en Afrique subsaharienne, où la sécurité alimentaire est souvent un véritable problème et où le contrôle des maladies endémiques telles que le paludisme, la tuberculose et le VIH-sida est fragile.

Il est donc fort probable qu’en maintenant une économie performante, lui et son gouvernement ont contribué à réduire considérablement la mortalité. L’UNICEF estime à près d’un quart de million le nombre de décès d’enfants supplémentaires en Asie du Sud en 2020 en raison des réponses apportées au Covid-19 dans cette région.

Il est probable que des bilans similaires seront observés en Afrique subsaharienne, mais on peut s’attendre à ce que la Tanzanie soit désormais relativement protégée de ce phénomène.

Espérons, pour le bien des Tanzaniens, que cela continuera avec sa successeure.

Les médias occidentaux se sont peut-être moqués du président Magufuli – et des Tanzaniens en général – qui pensaient pouvoir “prier” pour faire disparaître un virus.

Mais, toute rhétorique mise à part, en refusant de verrouiller les lieux et de détourner les ressources sanitaires consacrées au paludisme et à la tuberculose pour tester des personnes ne présentant aucun symptôme pour un virus dont le taux de mortalité est très faible, Magufuli a suivi une réponse orthodoxe à une pandémie.

Il était également orthodoxe dans son approche des droits de l’homme. La liberté de religion était considérée comme un droit de l’homme important par la plupart des journalistes occidentaux il y a seulement 18 mois, et la peur ne doit pas modifier les droits de l’homme fondamentaux.

Les journalistes honnêtes devraient reconnaître les avantages de l’approche de Magufuli, même si elle est en contradiction avec leur vision du monde actuelle.

Ridiculiser des pratiques religieuses qui ne relèvent pas de leur expérience et dénigrer la science de la santé publique qu’ils ne comprennent manifestement pas n’est pas du bon journalisme.

Cela ne fait que souligner leur ignorance.

Traduction SLT


[Voir aussi : La mort étrange du Président qui avait défié l’OMS]

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments