Nouvelles de la guerre mondiale…

26/12/2023 (2023-12-26)

[Source : lachute]

Par Patrick Reymond

— Théâtre ukrainien : Poutine est aux abois pour l’Occident, la guerre « doit durer des années ». Pour ceux ayant un minimum d’objectivité, l’armée ukrainienne est physiquement brisée, moralement démolie, les troupes ne veulent plus monter au front, dans une proportion de 70 %. On a tenté de combler les pertes en mobilisant n’importe qui, ce qui a abaissé le niveau global de l’armée avec des soldats peu formés et encore moins motivés. De fait, le front ukrainien semble craquer, surtout la troisième ligne de défense (et la dernière). Contrairement à ce qu’on dit en ouest collectif, 2024 verra sans doute l’effondrement de l’Ukraine.
Déjà, le pouvoir se déchire et se disloque. Chose usuelle dans les régimes imposés par les USA. Les échecs apparaissent, et l’on cherche le sauveur et on zigouille le président précédent (voir les frères Ngo aux Viet Nam).

L’approvisionnement en munitions de l’Ukraine reste totalement déficient, comme un miroir de la désindustrialisation de l’ouest, son matériel est trop fragile, trop disparate. Aucune chance donc, que l’Ukraine gagne la guerre.

Non, les Russes ne perdent pas plus d’hommes que les ukrainiens, c’est l’inverse, dans un rapport de 1 à 10, on connaît le ratio depuis 1914, 80 à 90 % des tués le sont par l’artillerie, et la russe tire dix fois plus que l’ukrainienne. 40 000 morts dans un camp, 400 000 dans l’autre.

— Théâtre Gaza, le nombre de morts palestiniens s’accumule, mais politiquement, Israël a perdu, l’autorité palestinienne n’existe plus, la Jordanie palestinienne est chauffée à blanc et pourrait ouvrir un front étendu. D’une manière générale, la nébuleuse « Hamas » a gagné politiquement dans le monde arabe, et le massacre qu’Israël ne veut pas arrêter, commence à être trop visible.

Militairement, c’est un pat. Gaza résiste, au prix de sa population civile, mais les pertes militaires israéliennes sont lourdes, on parle de 1400 tués, et trois fois plus d’invalides.

Le but, ce n’est pas le Hamas, c’est de disperser la population palestinienne dans le monde, et aussi en Europe.

Israël se vante d’avoir pris un tunnel. De fait, dans l’histoire militaire, aucune fortification n’est imprenable, c’est fait pour gagner du temps, et visiblement, la défense est échelonnée.

Israël ne tient que par les livraisons d’armes US. Les dirigeants cherchent à étendre le conflit. Sans penser qu’ils pourraient, en fait être submergés par la longueur du front jordanien, la puissance de feu du Hezbollah, et la pugnacité de la résistance palestinienne à Gaza et en Cisjordanie.

La guerre dure depuis 3 mois, et il faut constater l’échec militaire d’Israël.

Les Israéliens votent aussi avec leurs pieds. 500 000 auraient quitté le pays pour un autre monde. Enfin, pour aller ailleurs, sans doute pour « continuer la résistance »… On ne compte pas, non plus, les immigrés qui ont détalé. D’une manière générale, les juifs israéliens repartent souvent. Sans doute, la vie est plus facile ailleurs et les opportunités d’emplois plus grandes.

[Voir aussi :
https://www.aa.com.tr/fr/monde/au-moins-370-000-isra%C3%A9liens-ont-quitt%C3%A9-le-pays-depuis-le-d%C3%A9but-de-la-guerre/3075890]

Biden est de plus en plus sous pression, pour abandonner les fournitures d’armes et surtout, de munitions, sans lesquels, l’IDF n’existe simplement pas du tout.

— Mer Rouge. Dans le détroit, il n’y a plus d’états favorables aux USA. Ceux-ci, abattent des drones en contreplaqués avec des missiles à 1 million de dollars. Comme au Viet Nam il y a 50 ans et plus, on peut se demander si la fourniture de cible aux Américains n’est pas simplement destinée à les saigner. Pendant les bombardements, les Nord vietnamiens reconstruisaient sans fin des ponts en bambous, souvent détruits journellement par l’aviation. Le pont ne coûtait rien du tout ou quasiment rien, les bombes US, elles, valaient des centaines de milliers de $.

Ansarallah a pris l’économie mondiale à la gorge, enfin, elle s’est prise toute seule. En effet, Ansarallah est très stricte sur les conditions d’attaque des navires. La plupart ne risquent rien, pourvu qu’ils ne soient ni israéliens, ni qu’ils se dirigent vers Israël ou y fassent escale.

Cette extension du conflit, à la mer rouge, sur un front inattendu, montre que la stratégie israélienne de l’extension du conflit n’est pas tenable. Là aussi, la force occidentale est très surestimée. Les marines ne sont pas capables de neutraliser le Yémen, et pourtant, la maîtrise aéronavale de l’Occident est absolue… Enfin, c’est ce qui se pense dans les têtes de nos dirigeants.

— Divers :

Nouvelles de VVP : il vient de survivre à son 37° cancer, son béribéri, et, dit-on, prépare sa fuite devant son renversement inéluctable.

EM, lui, préparerait sa reconversion ; il prendrait la tête d’une discothèque gay à NY.

Les sans-abri se multiplient en occident, les licenciements s’enchaînent, et la prétendue croissance économique n’est que la sous-évaluation de l’inflation.

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires