L’Iran et la Russie tendent un piège occidental en Palestine

28/10/2023 (2023-10-28)

[Source : RI]

Par Pepe Escobar

Le seul pays qui pourrait détourner l’Occident de l’Ukraine est Israël. Mais les États-Unis et leurs alliés tombent dans un piège existentiel s’ils pensent qu’une victoire au Proche-Orient sera plus facile à remporter qu’une victoire en Europe.

Le partenariat stratégique entre la Russie et l’Iran — avec la Chine dans les coulisses — tend un piège élaboré teinté de Sun Tzu, à l’Hégémon au Proche-Orient.

Hormis Israël, il n’existe aucune entité sur la planète capable de détourner l’attention, en un clin d’œil, de la débâcle spectaculaire de l’Occident en Ukraine.

Les bellicistes en charge de la politique étrangère américaine, qui ne sont pas exactement des piliers bismarckiens, pensent que si le projet Ukraine est irréalisable, le projet Solution finale en Palestine pourrait au contraire être une promenade de santé (nettoyage ethnique).

Un scénario plus plausible, cependant, est que l’Iran-Russie et le nouvel « axe du mal » Russie-Chine-Iran ont tout ce qu’il faut pour entraîner l’Hégémon dans un second bourbier. Il s’agit en fait d’utiliser les propres revirements de l’ennemi pour le déséquilibrer et le désorienter jusqu’à ce qu’il tombe dans l’oubli.

Le vœu pieux de la Maison-Blanche, selon lequel les guerres éternelles en Ukraine et en Israël s’inscrivent dans le même élan de « démocratie » et sont essentielles aux intérêts nationaux américains, s’est déjà retourné contre elle, y compris au sein de l’opinion publique américaine.

Cela n’empêche pas les cris et les chuchotements le long du Beltway révélant que les néoconservateurs américains alliés à Israël augmentent la cadence pour provoquer l’Iran — par le biais d’un proverbial faux drapeau qui conduirait à une attaque américaine. Ce scénario d’Armageddon correspond parfaitement à la psychopathie biblique du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou.

Les vassaux seraient contraints de se conformer docilement. Les chefs d’État de l’OTAN se sont empressés de se rendre en Israël pour manifester leur soutien inconditionnel à Tel-Aviv, notamment le Grec Kyriakos Mitsotakis, l’Italienne Giorgia Meloni, le Britannique Rishi Sunak, l’Allemand Olaf Scholz, le locataire sénile de la Maison-Blanche, et le Français Emmanuel Macron.

Venger le « siècle d’humiliation » arabe

Jusqu’à présent, le mouvement de résistance libanais Hezbollah a fait preuve d’une extraordinaire retenue en ne mordant pas à l’hameçon. Le Hezbollah soutient la résistance palestinienne dans son ensemble et, jusqu’à il y a quelques années, avait de sérieux problèmes avec le Hamas, avec lequel il s’est affronté en Syrie. Le Hamas, d’ailleurs, bien que partiellement financé par l’Iran, n’est pas dirigé par l’Iran. Même si Téhéran soutient la cause palestinienne, les groupes de résistance palestiniens prennent leurs propres décisions.

La grande nouvelle, c’est que tous ces problèmes sont en train de disparaître. Le Hamas et le Jihad islamique palestinien (PIJ) se sont rendus au Liban pour rendre visite au secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, en personne cette semaine. Il s’agit là d’une unité d’objectif — ou de ce que l’Axe de la résistance de la région appelle « l’unité des fronts ».

La visite du Hamas à Moscou cette semaine, qui a été accueillie avec une fureur israélienne impuissante, a été encore plus révélatrice. La délégation du Hamas était dirigée par un membre de son Politburo, Abu Marzouk. Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Ali Bagheri est venu spécialement de Téhéran et a rencontré deux des principaux adjoints du ministre russe des Affaires étrangères Lavrov, Sergei Ryabkov et Mikhail Galuzin.

Cela signifie que le Hamas, l’Iran et la Russie négocient à la même table.

Le Hamas a appelé les millions de Palestiniens de la diaspora, ainsi que l’ensemble du monde arabe et toutes les terres d’Islam, à s’unir. Lentement mais sûrement, un modèle peut être discerné : le monde arabe et de larges pans de l’islam pourraient-ils être sur le point de s’unir de manière significative pour venger leur propre « siècle d’humiliation » — comme les Chinois l’ont fait après la Seconde Guerre mondiale avec Mao Zedong et Deng Xiaoping ?

Pékin, par le biais de sa diplomatie sophistiquée, y fait certainement allusion auprès d’acteurs clés, avant même le rapprochement inédit entre l’Iran et l’Arabie saoudite, négocié par la Russie et la Chine au début de l’année.

Cela ne suffira pas à contrecarrer l’obsession perpétuelle des néoconservateurs américains de bombarder les infrastructures essentielles en Iran. En matière de science militaire, ces néocons ignorent que les représailles iraniennes viseraient — avec précision — chacune des bases américaines en Irak et en Syrie, avec le golfe Persique comme dossier ouvert.

L’éminent analyste militaire russe Andrei Martyanov a montré ce qui pourrait arriver à ces coûteuses baignoires en fer américaines en Méditerranée orientale en cas d’attaque de l’Iran sous la menace israélienne.

En outre, il y a au moins 1000 soldats américains dans le nord de la Syrie qui volent le pétrole du pays — qui deviendrait également une cible instantanée.

Ali Fadavi, commandant en chef adjoint du Corps des gardiens de la révolution islamique, est allé droit au but :

« Nous avons des technologies dans le domaine militaire que personne ne connaît, et les Américains les connaîtront lorsque nous les utiliserons ».

Les missiles hypersoniques iraniens Fattah — cousins du Kinjal et du DF-27 — se déplacent à Mach 15 et peuvent atteindre n’importe quelle cible en Israël en 400 secondes.

Ajoutez à cela la guerre électronique russe sophistiquée. Comme cela a été confirmé à Moscou il y a six mois, en matière d’interconnexion militaire, les Iraniens ont dit aux Russes assis à la même table : « Tout ce dont vous avez besoin, vous n’avez qu’à le demander ». Il en va de même dans l’autre sens, car l’ennemi commun est le même.

Tout tourne autour du détroit d’Ormuz

Le cœur de toute stratégie russo-iranienne est le détroit d’Ormuz, par lequel transitent au moins 20 % du pétrole mondial (près de 17 millions de barils par jour) et 18 % du gaz naturel liquéfié (GNL), soit au moins 3,5 milliards de pieds cubes par jour.

L’Iran est capable de bloquer le détroit d’Ormuz en un clin d’œil. Pour commencer, ce serait une sorte de justice poétique en guise de rétribution pour Israël qui cherche à s’emparer illégalement de tout le gaz naturel découvert au large de Gaza, d’une valeur de plusieurs milliards de dollars : c’est, soit dit en passant, l’une des raisons absolument essentielles du nettoyage ethnique de la Palestine.

Cependant, la véritable affaire consistera à faire tomber la structure des produits dérivés de 618 000 milliards de dollars élaborée par Wall Street, comme le confirment depuis des années les analystes de Goldman Sachs et de JP Morgan, ainsi que les négociants indépendants en énergie du golfe Persique.

Ainsi, en cas d’urgence — et bien au-delà de la défense de la Palestine et dans un scénario de guerre totale — non seulement la Russie et l’Iran, mais aussi les acteurs clés du monde arabe sur le point de devenir membres des BRICS 11 — tels que l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis — ont ce qu’il faut pour faire tomber le système financier américain quand ils le souhaitent.

Comme le souligne un vieux briscard de l’État profond, aujourd’hui en activité en Europe centrale :

« Les nations islamiques ont l’avantage économique. Elles peuvent faire exploser le système financier international en coupant le pétrole. Elles n’ont pas besoin de tirer un seul coup de feu. L’Iran et l’Arabie saoudite s’allient. Il a fallu 29 000 milliards de dollars pour résoudre la crise de 2008, mais celle-ci, si elle devait se produire, ne pourrait être résolue même avec 100 000 milliards de dollars d’instruments fiduciaires ».

Comme me l’ont dit les traders du golfe Persique, l’un des scénarios possibles est que l’OPEP commence à sanctionner l’Europe, d’abord à partir du Koweït, puis en s’étendant d’un pays de l’OPEP à l’autre et à tous les pays qui traitent le monde musulman comme des ennemis et de la matière première pour la guerre.

Le Premier ministre irakien Mohammed Shia al-Sudani a déjà prévenu que l’acheminement du pétrole vers les marchés occidentaux pourrait être retardé en raison des actes perpétrés par Israël à Gaza. Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a déjà demandé officiellement aux pays islamiques de décréter un embargo total sur le pétrole et le gaz à l’encontre des nations — essentiellement des vassaux de l’OTAN — qui soutiennent Israël.

Ainsi, les sionistes chrétiens des États-Unis, alliés au néoconservateur Netanyahou, qui menacent d’attaquer l’Iran, ont le potentiel de faire s’écrouler l’ensemble du système financier mondial.

La guerre éternelle contre la Syrie, remixée

Sous le volcan actuel, le partenariat stratégique entre la Russie et la Chine a été extrêmement prudent. Pour le monde extérieur, leur position officielle commune est de refuser de se ranger du côté de la Palestine ou d’Israël, d’appeler à un cessez-le-feu pour des raisons humanitaires, d’appeler à une solution à deux États et de respecter le droit international. Toutes leurs initiatives à l’ONU ont été dûment sabotées par l’Hégémon.

À l’heure actuelle, Washington a refusé le feu vert à l’invasion terrestre israélienne de Gaza. La principale raison est la priorité immédiate des États-Unis : gagner du temps pour étendre la guerre à la Syrie, « accusée » d’être le principal point de transit des armes iraniennes destinées au Hezbollah. Il s’agit également de rouvrir le même vieux front de guerre contre la Russie.

Moscou ne se fait pas d’illusions. L’appareil de renseignement sait bien que des agents du Mossad israélien ont conseillé Kiev alors que Tel-Aviv fournissait des armes à l’Ukraine sous la pression des États-Unis. Cela a exaspéré les siloviki et pourrait avoir constitué une erreur israélienne fatale.

Les néoconservateurs, quant à eux, ne s’arrêtent jamais. Ils avancent une menace parallèle : si le Hezbollah attaque Israël avec autre chose que quelques rares roquettes — ce qui n’arrivera tout simplement pas — la base aérienne russe de Hmeimim à Lattaquié sera « éliminée » en guise d’« avertissement » à l’Iran.

On ne peut même pas dire qu’il s’agit d’un jeu d’enfants dans un bac à sable. Après les attaques israéliennes en série contre les aéroports civils de Damas et d’Alep, Moscou n’a même pas sourcillé avant d’offrir ses installations de Hmeimim à la Syrie — avec une autorisation pour les vols cargo du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) de l’Iran, selon certaines sources de renseignements russes. Netanyahou ne nourrira pas un désir de mort en bombardant une base aérienne russe entièrement A2/AD (anti-accès/déni de zone).

Moscou voit aussi clairement ce que ces coûteuses baignoires en fer américaines en Méditerranée orientale pourraient bien faire. La réponse a été rapide : Des Mig-31K patrouillent dans l’espace aérien neutre au-dessus de la mer Noire 24/7, équipés de Kinjal hypersoniques qui ne mettraient que six minutes pour se rendre en Méditerranée.

Au milieu de toute cette folie néoconservatrice, alors que le Pentagone déploie une formidable panoplie d’armes et de moyens « non divulgués » en Méditerranée orientale, que la cible soit le Hezbollah, la Syrie, l’Iran, la Russie ou tout ce qui précède, la Chine et la Corée du Nord — qui font partie du nouvel « axe du mal » inventé par les Américains — ont fait savoir qu’elles ne seraient pas de simples spectatrices.

La marine chinoise protège l’Iran à distance. Mais la déclaration du Premier ministre Li Qiang a été encore plus percutante, ce qui est inhabituel et rare dans la diplomatie chinoise :

« La Chine continuera à soutenir fermement l’Iran dans la sauvegarde de sa souveraineté nationale, de son intégrité territoriale et de sa dignité nationale, et s’opposera fermement à toute force extérieure interférant dans les affaires intérieures de l’Iran ».

N’oubliez jamais que la Chine et l’Iran sont liés par un partenariat stratégique global. Par ailleurs, le Premier ministre russe, Mikhaïl Michoustine, a renforcé le partenariat stratégique Russie-Iran lors d’une rencontre avec le premier vice-président iranien, Mohammad Mokhber.

Souvenez-vous de ces mangeurs de riz venant de Corée

Les milices pro-iraniennes de l’axe de la résistance maintiennent un degré de confrontation soigneusement tempéré avec Israël, proche de la guérilla. Elles ne s’engagent pas encore dans des attaques massives. Mais les paris sont ouverts si Israël envahit Gaza. Il est clair que le monde arabe, malgré ses énormes contradictions internes, ne tolérera tout simplement pas le massacre de civils.

En clair, dans la conjoncture incendiaire actuelle, l’Hégémon a trouvé la voie de sortie de son projet d’humiliation de l’Ukraine. Ils croient à tort que la même vieille guerre éternelle ravivée au Proche-Orient peut être « modulée » à volonté. Et si deux guerres se transforment en un immense albatros politique, comme ce sera le cas, qu’y a-t-il de nouveau ? Ils déclencheront simplement une nouvelle guerre dans l’« Indo-Pacifique ».

Rien de tout cela ne trompe la Russie et l’Iran et leur surveillance glaciale de l’Hégémon à chaque étape du processus. Il est utile de rappeler ce que Malcolm X prédisait déjà en 1964 :

« Certains mangeurs de riz l’ont chassé de Corée. Oui, ils l’ont chassé de Corée. Des mangeurs de riz qui n’avaient que des chaussures de sport, un fusil et un bol de riz l’ont pris avec ses tanks, son napalm et toutes les autres actions qu’il était censé avoir, et l’ont fait traverser le Yalu. Pourquoi ? Parce que le jour où il peut gagner sur le terrain est passé ».

Pepe Escobar

source : The Cradle

traduction Réseau International

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *