L’hypocrisie petite-bourgeoise contre le « privilège blanc »

L’hypocrisie petite-bourgeoise contre le « privilège blanc »

25/09/2021 (2021-09-25)

Par Lucien Samir Oulahbib

— Dites-moi, Monsieur Mélenchon, pourquoi ne pas donner votre place de candidat à Madame Obono ?…

— Pourquoi ? Je ne suis pas blanc moi, je suis né en Afrique, je me sens un peu femme aussi, mélangé quoa, alors que nous vivons toujours en plein « racisme systémique ». Voyez-vous (la préposée à la propagande donne la parole à quelqu’un d’autre sur le plateau), il en profite pour susurrer sur son mobile : « — j’arrive Momo. Garez la voiture devant l’entrée ! Et oui, dites à Amadou de faire réchauffer le mafé de poulet. Prévenez aussi Yasmina et Saühïn pour mes massages… »

— Mais Papa pourquoi t’as toussé quand on a parlé de privilège blanc sur le plateau tu n’es pas d’accord ?…

— Si bien sûr !

— Mais t’es blanc pourtant !

— Non, je ne le suis pas. Tu ne m’as pas entendu ?…

— Ah bon ? Je ne suis pas blanc moi aussi ?

— Non, l’important c’est de ne pas être blanc dans sa tête. Tu vois, par exemple, il y a des noirs qui pensent blanc…

— Ah oui, les Bounty !

— Voilà ! Tu as compris…

— Mais celle que grand-mère appelle ma “maman” qui est conteuse d’histoires africaines elle peut continuer à le faire ?…

— Mais oui puisqu’elle n’est pas blanche dans sa tête tu sais bien… (il se retourne et susurre de nouveau à Momo de préparer la voiture)

— Et toi t’es mon père ou ma mère ?…

— Je ne peux pas te le dire… Les deux… Cela dépend…

— C’est comme ma copine. Ses parents ont adopté eux aussi la méthode ROPA améliorée, elle ne sait pas non plus…

— Voilà ! Écoutez, je dois vous quitter. Il faut que j’aille de nouveau débattre de tout cela. À tout à l’heure !

Sa “mère” blêmit un peu quand même, se lève pour aller voir où en est le mafé à la cuisine. Elle voit Aminata s’affairer en ouvrant la porte du four avec difficulté et se précipite pour l’aider…

— Non, laissez ! J’y arrive, vous savez…

— Quand même ! Je peux aider…

— Vous m’aiderez plus à ne pas laisser votre fils croire à toutes ces bêtises…

— Lesquelles ?

Aminata repose le plat sur l’immense table en bois mat installée au centre de cette superbe cuisine classée avec cette vue imprenable sur la tour Eiffel et répond dans un souffle tout en s’essuyant le front puis les mains sur son tablier multicolore :

— Dans mon pays, on ne voit pas beaucoup de blancs à la télé non plus…

— C’est normal, on vous a colonisés…

— Cela fait soixante ans maintenant, et même avant. Les Anciens ne m’ont pas parlé de la présence de blancs à la tête de l’organisation politique des tribus par exemple… Par exemple, je ne sais pas si Béhanzin était un blanc dans sa tête

— C’est normal, les blancs dénigraient tout cela ou les ont empoisonnés moralement (Amin Dada) et puis c’est l’évolution, aujourd’hui dans le monde il y a maintenant l’égalité, la mixité, les éoliennes, le vaccin pour tous aussi…

— Non, ce n’est pas pareil. Au moins avec l’ancienne colonisation on avait appris le français qui nous a permis de nous parler entre tribus. On a appris des métiers aussi, mais aujourd’hui on nous dit de revenir à nos cases pour sauver la planète et de ne plus savoir qui est père ou mère. Je ne vois pas l’évolution, plutôt une néocolonisation masquée…

— Ce n’était pas comme ça aussi avant chez vous ? Ce n’est pas le groupe qui élève votre progéniture ? Et puis le localisme, le végan, ce n’est pas l’avenir ?… Tu n’aimerais pas revenir à la vie à la fois si simple et si riche de tes ancêtres ?…

— La vie de mes ancêtres (qui n’étaient pas vraiment végans) était loin d’être l’Eldorado rêvé par vos élites sur les plateaux, mais au-delà de la complexité des liens, il y avait tout de même la distinction. Je sais qui est ma mère moi. Ma foi chrétienne m’aide beaucoup aussi, tandis que chez vous, non seulement le groupe n’existe plus, mais même les rôles de père et mère ont disparu. Je ne parle donc même pas de savoir qui est qui…

— Faut pas généraliser Aminata, et puis il y a aussi l’intelligence artificielle, tu sais, maintenant. Et où en est ce mafé alors ?…

— Tout baigne missié, tout baigne…

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires