Les événements au Texas : Une nouvelle guerre civile ?

02/02/2024 (2024-02-02)

[Source : euro-synergies]

Alexandre Douguine examine le passage du pragmatisme aux politiques mondialistes dans la politique américaine, prévoyant une guerre civile inévitable en raison de ces profondes contradictions philosophiques.

Source : https://www.arktosjournal.com/p/the-events-in-texas-a-new-civil-war

Par Alexander Douguine

En Amérique, berceau du pragmatisme, le pragmatisme a disparu. Les mondialistes, en particulier sous le régime de Biden, représentent une forme extrême de dictature mondialiste, rompant les liens avec la tradition typiquement américaine établie par Charles Peirce et William James. La tradition du pragmatisme était fondée sur une indifférence totale à l’égard de toute prescription d’un contenu normatif tant pour le sujet que pour l’objet.

Pour un véritable pragmatiste, les perceptions du sujet sur lui-même, sur l’objet ou sur tout autre sujet n’ont aucune importance — ce qui compte, c’est que tout fonctionne efficacement lors de l’interaction. Cependant, les mondialistes diffèrent considérablement, s’alignant plus étroitement sur les positivistes britanniques et les fervents matérialistes français. Ils persistent dans leur brutalité totalitaire, dictant qui et quoi doit se conformer à leurs prescriptions.

Pour un pragmatique, il est indifférent que l’on change de sexe ou que l’on reste le même, du moment que cela lui convient. En revanche, les mondialistes imposent le changement de sexe, l’imposent par la loi et le promeuvent comme une valeur universelle et progressiste. Quiconque s’oppose à ce point de vue est qualifié de « fasciste » ou assimilé à Trump ou à Poutine. Ils insisteront sur cette approche, indépendamment de son efficacité ou de sa nature autodestructrice. Il est surprenant de constater que les mondialistes partagent de nombreux traits avec les Ukrainiens — une ressemblance troublante.

Lorsque les mondialistes décident d’augmenter l’immigration illégale, ils poursuivent sans relâche cet agenda, qualifiant de « fascistes », de partisans de Trump ou d’agents de Poutine ceux qui prônent une immigration régulée ou un contrôle des frontières. Ils poursuivent leurs politiques prescriptives à l’extrême, même si elles s’avèrent totalement inefficaces. Pour un mondialiste, quiconque n’est pas d’accord avec son point de vue n’existe pas — et ne devrait pas exister.

On peut donc être certain que les progressistes du parti démocrate et les néoconservateurs des deux partis — tout aussi obstinés et déconnectés du pragmatisme, du réalisme ou du conservatisme traditionnel, aliénant ainsi la véritable essence de l’Amérique — conduisent le pays vers une guerre civile inévitable. Ils refusent de s’engager dans un dialogue constructif, sans se soucier de savoir si leurs politiques sont efficaces ou non. Ils se concentrent sur l’application de leurs idéaux : droits des transsexuels, immigration illégale, positions pro-choix, ouverture des frontières, énergie verte et intelligence artificielle. Il s’agit là d’une profonde contradiction philosophique au sein du système américain. Aujourd’hui, l’Amérique est gouvernée par des personnes profondément déconnectées de son identité, et une nouvelle guerre civile aux États-Unis semble donc inévitable. Les mondialistes sont prêts à en assurer le déclenchement.

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires