Les censeurs exposés

20/12/2022 (2022-12-20)

[Source : lesakerfrancophone.fr]

Les cloches d’alarme s’éteignent

Par James Howard Kunstler – Le 12 décembre 2022 – Source Clusterfuck Nation

Twitter vivra pour diffuser de la pornographie un autre jour ! Chose que je viens de crier fort au travail.

Le fait marquant de la semaine : Les principaux modérateurs de contenu de Twitter comprenaient plus d’une douzaine d’anciens agents et analystes du FBI et de la CIA qui ont laissé la pédopornographie se répandre dans toute l’application tout en supprimant chirurgicalement tout propos contredisant les affirmations du gouvernement selon lesquelles les « vaccins » à ARNm sont « sûrs et efficaces » – sans parler des efforts déployés par cette équipe d’élite à l’encontre de toute personne s’opposant aux escroqueries raciales et sexistes de la gauche Woke. Vous ne voudriez pas savoir combien ils ont été payés ? Probablement plus que de travailler pour le gouvernement.

Voici une autre terrible réalité (vous feriez mieux d’attacher vos ceintures) : Ce qui est également apparu dans l’enregistrement des tweets de Yoel Roth, le censeur en chef de la société (ancien « responsable de la confiance et de la sécurité »), commence à ressembler à un assaut de la mafia gay sur la psyché collective américaine. Après avoir obtenu la bénédiction et la protection officielles du gouvernement fédéral, un groupe statistiquement minuscule d’homosexuels, laissé à la tête du principal forum public du pays, s’est vengé de ce qu’il considérait comme un ennemi, les conservateurs politiques – des Américains peu enclins à se joindre au mouvement en faveur des histoires de drag queens, des « personnes attirées par les mineurs », des transsexuels dans l’armée et autres farces culturelles LBGTQ.

Dans le processus, cette mafia gay qui dirige le dialogue public a soutenu tous les mensonges que le gouvernement, son protecteur, a émis, pour la garder heureuse et bien nourrie. C’est choquant, j’en suis sûr… mais c’est ainsi. Cela signifie qu’ils ont également encouragé l’opération psychologique la plus meurtrière de l’histoire du monde : la peur du Covid-19 et la croisade de « vaccination » de masse qui finira par tuer des millions de personnes dans le monde entier, après avoir détruit les économies des nations occidentales. Tout cela ressemble à une tentative de mettre le monde à l’envers et à l’extérieur. Faut-il s’étonner que tant de gens pensent que les États-Unis sont devenus fous ?

Bien sûr, cela a éveillé la suspicion générale que ces opérateurs malfaisants des médias sociaux, désormais exposés, ne sont que les outils d’une sombre élite ploutocrate dirigée par des gens comme le WEF, Bill Gates et George Soros. Serait-ce là la plus grande « théorie du complot » de toutes ? Plus probablement, j’hésite à suggérer que tous ces personnages, d’une manière ou d’une autre, ne sont que des outils de l’histoire elle-même, alors que le monde entre dans les jours les plus sombres d’un hiver séculaire du Quatrième Tournant. Comme TS Eliot l’a observé : « L’humanité ne peut pas supporter trop de réalité. »

Ainsi, beaucoup pensent que nous vivons une époque dangereuse. Tout semble échapper à tout contrôle, y compris la pensée elle-même. Le désordre incite à plus de désordre. Alors que toute cette folie se déroule dans le pays, le gouvernement américain, dirigé par le président fantôme « Joe Biden », poursuit sa folle guerre par procuration en Ukraine afin de contrarier la Russie. Dernièrement, les États-Unis ont envoyé des drones à des centaines de kilomètres à l’intérieur de la Russie pour faire sauter des aérodromes militaires. Comment cela n’est-il pas une escalade des hostilités, et jusqu’où exactement le peuple américain veut-il que son gouvernement aille dans ce projet fou ?

Pas un centimètre de plus, d’après les sondages. Nous ne sommes apparemment pas assez fous pour accueillir l’annihilation nucléaire, et nous semblons reconnaître ce qui pourrait la provoquer. Ainsi, les terribles réalités du temps se dressent toujours devant nous, insensibles à toutes les maladies mentales qu’elles provoquent, indifférentes à nos excuses pour nous comporter si mal. Existe-t-il un moyen de les affronter ? De les intégrer dans un récit fondé sur la vérité que la société occidentale pourrait utiliser pour se sauver de quelque chose qui ressemble à un suicide ?

Elon Musk, seul, à l’écart et au mépris de tous les lâches qui dirigent l’Amérique – les vendeurs d’entreprises, les présidents d’université lâches, les politiciens achetés, les affabulateurs de médias de mauvaise foi, les habitants vindicatifs d’Hollywood – s’efforce d’injecter un peu de vérité thérapeutique dans l’asile d’aliénés américain. Il s’est montré très virulent au cours du week-end, qualifiant le Dr Anthony Fauci de criminel, demandant qu’il soit poursuivi en justice et promettant la publication de fichiers Twitter qui démontreront à quel point l’ancien Twitter a été trompeur et indigne de confiance dans tout le mélodrame médical entourant la Covid-19 et les « vaccins ». Dimanche, Elon a tweeté : « Maintenant les choses deviennent épicées ». La révélation de toute cette méchanceté fera-t-elle une quelconque impression sur la moitié des habitants de ce pays encore dérangés par les nombreuses salves précédentes de propagande officielle ? Peut-être pas tous. Peut-être seulement vingt pour cent. Mais cela suffirait à faire pencher le consensus de l’opinion dans la bonne direction : une reconnaissance du mal qui a été fait… et la volonté d’arrêter d’en faire plus.

Au-delà de ça, même, Elon a posé la question fondamentale à l’Amérique : Êtes-vous en faveur de la liberté d’expression ou pas ? Surtout maintenant que vous savez que « modérer » la liberté d’expression est une invitation à vivre dans le mensonge. Et mentir tout le temps fait vraiment pencher ce vieil arc de l’histoire vers le mal.

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires