L’eau potable est l’arme de destruction massive du choléra

24/06/2024 (2024-06-24)

Par Dr Gérard Delépine

Le président E. Macron, ceux de nombreux états africains et les médias subventionnés ignorent-ils que le choléra est stoppé par l’eau potable ?

Lors du forum mondial sur la vaccination1 du 20 juin 2024 coorganisé avec l’Union africaine (UA) et l’Alliance du vaccin (GAVI)2, le président Macron à appeler3 à « renvoyer le choléra au passé » grâce à la vaccination « Protéger les autres c’est nous protéger nous-mêmes », appelant « à bâtir un marché africain du vaccin » sans rappeler que l’eau potable constitue l’arme de destruction massive contre cette maladie.

Pour éradiquer le choléra, les populations n’ont pas besoin de vaccin, mais d’eau potable !

Le choléra est une toxi-infection digestive due à un bacille (le vibrion cholérique) qui se transmet uniquement par voie féco-orale (par l’ingestion d’eau ou de fruits ou légumes souillés). Un malade excrète la bactérie dans ses selles pendant habituellement une dizaine de jours après sa contamination, mais certains d’entre eux peuvent se transformer en porteur sain pendant des mois et constituer ainsi une menace pour la population si le traitement des eaux usées n’est pas efficace.

Le choléra provoque des diarrhées et des vomissements dont l’intensité peut entraîner une déshydratation sévère pouvant causer la mort en quelques heures, en particulier chez les jeunes enfants. La réhydratation est la base du traitement curatif du choléra. Les antibiotiques (principalement les macrolides) diminuent la durée de la maladie, limitent le risque de complications pour le patient, et réduisent la durée d’excrétion du vibrion cholérique et ainsi la contamination des eaux et le risque de transmission du choléra à d’autres individus.

Dans les pays où l’eau potable est partout disponible, il n’y a pas d’épidémie.

L’exemple de la France le démontre. Les mesures d’assainissement et d’hygiène collective et individuelle ont fait disparaître le choléra de France métropolitaine.

Le choléra fait l’objet d’une déclaration obligatoire, et le recensement des cas par Santé Publique France montre qu’il s’agit aujourd’hui en métropole d’une pathologie importée rare. Les cas symptomatiques de choléra observés sont toujours liés à l’absorption de boissons ou d’aliments contaminés à l’étranger.

Le signalement précoce des cas suspects et confirmés permet la gestion des cas de choléra d’importation dans les meilleurs délais. Entre 0 et 2 cas de choléra sont déclarés chaque année en France depuis 2000, ils concernent toujours des voyageurs de retour de zone d’endémie. C’est un chiffre faible et en diminution.

Au niveau mondial, il en va de même : dans tous les pays qui assurent l’eau potable et le traitement efficace des eaux usées, on n’observe que de rares cas de choléra d’importation, sans jamais de transmission.

Le choléra persiste uniquement dans les pays où l’hygiène et l’eau potable sont insuffisantes

Malheureusement plus de deux milliards de personnes n’ont pas accès à l’eau potable dans le monde, dont près de 320 millions se trouvent en Afrique subsaharienne. 4,5 milliards autres ne disposent pas de services d’assainissement fiables, selon un nouveau rapport commun de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et de l’Unicef.4

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) estime que chaque année, 3 millions de personnes seraient touchées par le choléra à travers le monde avec environ 100 000 morts.. L’OMS regrette la sous-notification des cas. Aujourd’hui, l’Afrique et l’Asie sont les deux zones les plus touchées par le choléra.

La maladie y est en expansion dans toutes les régions en manque d’eau potable en particulier à l’occasion des guerres. C’est le cas en Éthiopie, au Zimbabwe… Dans ces pays, l’absence d’entretien et la destruction des réseaux de distribution lors des combats obligent les populations à boire l’eau des rivières ou des puits, dont le taux de contamination est très élevé.

L’épidémie apparue au Yémen en 2016 après la destruction des infrastructures d’eau potable est la plus sévère de l’Histoire moderne, avec plus de 2,5 millions de cas et au moins 4 000 décès. Lors de cette épidémie est apparue une nouvelle souche de vibrion cholérique avec des éléments génétiques permettant une multirésistance aux antibiotiques habituellement utilisés. Le Pr F-X Weill et le Dr Marie-Laure Quilici de l’Institut Pasteur, à Paris, se sont alarmés5 :

« Cette souche de vibrion cholérique, qui a également été repérée en Afrique de l’Est et en Afrique du Sud, est capable d’acquérir des plasmides porteurs d’une multirésistance aux antibiotiques. Ce comportement inattendu constitue une nouvelle menace pour la lutte contre le choléra, et nous devons comprendre ce phénomène pour pouvoir élaborer des stratégies efficaces de contrôle. En attendant, une surveillance régulière et standardisée de la sensibilité aux antibiotiques des souches de vibrion cholérique est primordiale pour pouvoir adapter rapidement l’antibiothérapie en cas d’émergence d’une souche résistante. ».

Les larges distributions de vaccins anticholériques se sont révélées incapables d’arrêter l’épidémie illustrant une fois de plus les limites de cette vaccination.

Les vaccins contre le choléra sont peu efficaces surtout chez les jeunes enfants

L’exemple d’un vaccin efficace est celui du vaccin contre la fièvre jaune : une injection unique protège tous les vaccinés à vie. Mais de très nombreux vaccins sont peu efficaces, comme ceux contre la grippe et les pseudo vaccins covid, et ne protègent qu’une fraction des vaccinés durant une courte période obligeant à des rappels répétés fréquemment.

Les premiers vaccins contre le choléra ont protégé troupes alliées en 1915-1918 lors de la guerre des tranchées et ont contribué à la victoire contre les Allemands qui n’en possédaient pas et dont les soldats malades étaient incapables de combattre.

Depuis lors, plusieurs vaccins ont été développés notamment le Dukoral, le Shanchol/mORCVAX et plus récemment l’Euvichol-S produits en Corée du Sud par EuBiologicals Co. Ltd.

Tous sont des vaccins oraux réalisés à partir de bactéries inactivées. Entre 4 et 6 mois, l’efficacité de ces vaccins ne dépasse pas 66 % à 86 % et diminue de 58 % à 77 % à deux ans. Cette faible efficacité est attestée, en pays endémiques, par la nécessité de rappels tous les six mois en dessous de 6 ans et tous les 2 ans au-delà. De plus, des variations génétiques de la bactérie lui permettent régulièrement de résister aux vaccins.

La revue récente de la fondation Cochrane6 portant sur 25 études incluant 2,6 millions d’adultes et d’enfants traités par des vaccins estime leur efficacité modérée (51 %) et trop courte. Chez les enfants de moins 5 ans, groupe le plus à risque de complications mortelles, la protection ne dépasse pas 1 an, tandis qu’elle atteint 3 ans pour les sujets plus âgés.

Ces conclusions de faible efficacité rejoignent celles du Oral Cholera Vaccine Working Group de la Global Task Force on Cholera Control7.

Au Yémen, les centaines de milliers de doses de vaccins distribuées par l’OMS et la fondation Gates n’empêchent d’ailleurs pas l’épidémie de proliférer.

Dans son témoignage récent sur Nexus8, le pasteur Franklin Yebga dénonce le coût astronomique (155 millions de dollars) du programme de vaccination en Afrique organisé par l’OMS, les fondations Gates et la banque mondiale.

Compte tenu du coût moyen d’un forage pour 10 000 à 15 000 personnes (5000 euros), cette somme aurait permis de créer 30 000 points d’approvisionnement d’eau potable et « aurait sans doute pu résoudre tous les problèmes d’eau en Afrique ».

Mais distribuer l’eau potable aux populations ne rapporte rien aux laboratoires pharmaceutiques et tarirait la source de profits considérables que procurent les vaccins…

Contre le choléra, consacrer un milliard de dollars à l’eau potable serait infiniment plus efficace que des vaccins.

La distribution généralisée d’eau potable et le traitement des eaux usées assurent avec certitude la disparition du choléra.

Elles permettent aussi d’éradiquer de nombreuses autres maladies, qu’elles soient bactériennes (typhoïde, gastroentérites à entérobactéries Campylobacter et E. coli, shigelloses), virales (l’hépatite A et E, poliomyélite, rotavirus responsables de diarrhées, entérovirus…) ou parasitaires (dracunculose, amibiases, giardase et autres flagellés intestinaux).

L’eau potable constitue donc un enjeu totalement prioritaire de santé publique, bien avant des vaccins insuffisamment efficaces. C’est d’ailleurs ce que proclamait le Directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus en 20179 :

« Avoir accès à l’eau salubre, à l’assainissement et à l’hygiène à domicile ne devrait pas être un privilège exclusivement réservé aux riches vivant en milieu urbainTous les pays au monde devraient garantir les “services fondamentaux pour la santé humaine. »

Il précisait aussi en 2019 10 :

« La solution à long terme pour mettre fin au problème du choléra consiste à améliorer l’accès à l’eau potable et à offrir des moyens d’assainissement et d’hygiène adéquats. »

Mais apparemment le président Macron et les participants au forum l’ignorent, ou feignent de l’ignorer comme si leur seule ambition était de bâtir un « marché africain du vaccin » et de financer les laboratoires fabricants. « Nous avons déjà 5 000 morts du choléra, nous devons avoir un vaccin », a déclaré Emmanuel Macron qui a aussi choisi de citer le choléra comme cible prioritaire du nouvel accélérateur africain de fabrication de vaccins11.

Et aucun des journalistes qui glorifient ce forum 12 13 14 15 16 17 n’a souligné que le choléra se transmet uniquement par l’eau souillée et qu’assurer l’hygiène partout et l’eau potable aux populations qui en sont dépourvues éradiquerait définitivement le choléra (et la poliomyélite qui obsède tant Bill Gates). Ignorance ? Mensonge par omission ? Censure ?


image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *