Le rapport qui démontre la corruption des institutions supra-gouvernementales. Droits de l’homme dévoyés

06/06/2022 (2022-06-06)

[Source : LHK]

Par Liliane Held-Khawam

Je vous invite à prendre connaissance du discours prononcé par le Dr Grégor Puppinck, Directeur de l’ECLJ [Centre Européen pour la Loi et la Justice] au 4e Sommet transatlantique de Budapest le 27 mai 2022. Vous y découvrirez comment la corruption est la sève des institutions supranationales et sert l’agenda des eugénistes et autres défenseurs de programmes inavoués. Le problème soulevé par le Dr Puppinck est que finalement le principe des Droits de l’homme a été dévoyé de sa mission première pour servir les philanthropes qui détiennent Planète finance.

La transcription en français de la vidéo :


https://eclj.org/geopolitics/un/stop-au-financement-opaque-des-experts-de-lonu-

Discours prononcé par le Dr Grégor Puppinck, Directeur de l’ECLJ au 4e Sommet transatlantique de Budapest le 27 mai 2022.

Chers membres de gouvernements,

Chers membres de parlements,

Chers amis, collègues,

Mesdames et Messieurs,

Nous devons le reconnaître : les droits de l’homme posent de nombreux problèmes. Bien plus que ne le croyaient les générations précédentes de chrétiens-démocrates.

La plupart de ces problèmes ont une racine théorique, mais aujourd’hui je veux en dénoncer une très pratique.

Aujourd’hui, le but principal des droits de l’homme n’est plus de protéger la liberté de mener une vie décente, mais de servir d’instrument pour imposer la révolution gauchiste aux pays qui la refusent. Malheureusement, elle est devenue un instrument de domination idéologique – plutôt que de protection – sur des pays comme la Hongrie et la Pologne, ainsi que sur de nombreux autres pays du Sud.

Et pourquoi en est-il ainsi ? Que s’est-il passé ?

L’une des raisons est la corruption. Pas seulement la corruption des concepts, mais la corruption du système des droits de l’homme par des militants de la gauche radicale qui ont infiltré les institutions, et par des acteurs privés mondiaux tels que les fondations Gates, Soros ou Ford.

C’est ce que le Centre européen pour le droit et la justice a révélé dans ses récents rapports.

Entrons dans les détails.

Quelques fondations et entreprises privées exercent un contrôle croissant sur les institutions internationales. Par exemple, rien qu’en 2020, elles ont versé près d’un milliard et demi de dollars à l’UNICEF, plus d’un milliard de dollars à l’OMS, un demi-milliard de dollars au Haut-Commissariat aux réfugiés, etc. Même la Cour pénale internationale a reçu des financements de l’Open Society, tout comme le Conseil de l’Europe ou la Commission interaméricaine des droits de l’homme.

Simultanément à ces financements, ces fondations privées contribuent à définir les politiques des organisations internationales qu’elles financent. Il y a une raison à cela : Les institutions internationales ont un pouvoir mondial, mais cherchent de l’argent, tandis que les grandes fondations ont de l’argent mais cherchent un pouvoir mondial.

Je vais maintenant vous montrer comment fonctionne cette corruption à l’aide de quelques exemples.

À la Cour européenne des droits de l’homme, à Strasbourg, nous avons révélé qu’au cours des dix dernières années, au moins 22 des 100 juges étaient d’anciens employés ou responsables de sept ONG et fondations de gauche qui sont également actives devant la Cour en tant que requérants ou tierces parties, comme l’Open Society, Human Rights Watch, Amnesty International ou la Commission internationale des juristes. Parmi ces 22 juges, 12 sont d’anciens employés ou membres du conseil d’administration de l’Open Society de George Soros. De plus, les six autres ONG sont également financées par l’Open Society. Ceci démontre l’emprise de l’Open Society de George Soros sur la Cour.

Mais ce n’est pas tout !

Au moins 88 fois au cours de ces dix années, ces juges ont jugé des affaires introduites ou soutenues par leur propre ancienne fondation ou ONG, agissant à la fois comme juge et partie. Il s’agit de conflits d’intérêts flagrants.

Vous pouvez trouver tous les détails, et bien plus encore, dans notre rapport : Les ONG et les juges de la CEDH. À la suite de notre rapport, nous avons bien sûr subi de nombreuses attaques, mais la CEDH a fini par modifier ses règles éthiques et, pour la première fois, un membre du conseil d’administration de l’Open Society n’a pas été nommé juge.

La situation n’est pas meilleure à l’ONU, comme nous l’avons montré dans un autre rapport publié l’année dernière.

Nous avons révélé qu’une grande partie des rapporteurs spéciaux des Nations unies sont d’anciens salariés et dirigeants de fondations et d’ONG gauchistes, et qu’ils acceptent même des millions de dollars de ces fondations – notamment des fondations Ford et Open Society -, en dehors de tout contrôle des États et de l’ONU et en violation des règles éthiques de l’ONU.

Les rapporteurs spéciaux de l’ONU sont censés être des « experts indépendants », ayant une compétence mondiale sur des questions spécifiques. Ils sont au sommet de la machine des droits de l’homme et ont une influence considérable sur le droit mou des droits de l’homme.

Nous avons exploré tous les dossiers financiers disponibles et interviewé 27 rapporteurs spéciaux. Certains d’entre eux ont qualifié la situation de « corruption ». Dans notre rapport, nous avons décrit en détail comment les fondations paient et influencent l’agenda des experts de l’ONU. Mais pour être complet, je dois ajouter que plusieurs États – principalement des États occidentaux – ne se comportent pas mieux que les fondations et tentent également d' »acheter » des rapporteurs par des financements directs.

Je vais vous donner un exemple.

La fondation Open Society a versé 100 000 dollars en 2017 à un groupe féministe radical du New Jersey, dans le but explicite de, je cite « influencer un rapporteur spécial de l’ONU » pour qu’il écrive un rapport spécifique. Et c’est ce qu’il a fait. L’année suivante, Mme Fionnuala Ní Aoláin, la responsable de l’Open Society Women’s Program qui a donné l’argent est devenue elle-même Rapporteuse spéciale. Pendant ce temps, la directrice du lobbying du groupe féministe qui a reçu l’argent, Mme Melissa Upreti, est également devenue une experte des Nations Unies. Aujourd’hui, Mme Upreti est à la fois la présidente du groupe de travail des Nations Unies sur les droits des femmes et une lobbyiste privée qui cherche à influencer les Nations Unies sur les droits des femmes et l’avortement. Une fois de plus, il s’agit d’un conflit d’intérêts flagrant.

Le problème n’est pas seulement la corruption financière, mais aussi la corruption intellectuelle. Un autre exemple est l’actuel rapporteur spécial de l’ONU sur le droit à la santé, Mme Mofokeng. En tant que médecin, elle a elle-même pratiqué des avortements, qu’elle a présentés comme « un acte radical d’amour de soi ». En plus de promouvoir l’avortement, elle milite également pour la légalisation de la prostitution, qu’elle décrit comme une forme ultime de féminisme.

Ce n’est pas seulement stupide, c’est diabolique. Parce que de telles personnes ruinent le système des droits de l’homme. C’est une honte.

Vous pouvez trouver les détails sur notre site web, dans le rapport intitulé Le financement des experts de l’ONU.

Mais l’Organisation mondiale de la santé est encore pire

Vous avez peut-être entendu parler de ses récentes lignes directrices sur l’avortement. Et devinez quoi ? Lorsque nous avons vérifié ses auteurs et son financement, une fois de plus, nous avons trouvé les mêmes groupes radicaux. Ces lignes directrices sur l’avortement ont été principalement rédigées par le lobby de l’avortement : par l’IPPF, le Center for Reproductive Rights et le Population Council. Et sans surprise, ces directives recommandent de légaliser l’avortement à la demande jusqu’à la naissance, et d’affaiblir les droits des parents et la liberté de conscience des médecins. Ces lignes directrices sont publiées en tant que document officiel de l’OMS, mais elles n’ont été approuvées par aucun État, mais seulement par un comité de soi-disant « experts indépendants » rempli d’activistes. Et devinez quoi ? Ce processus a été largement financé par la fondation de Warren Buffet qui a donné des millions de dollars au département de l’OMS qui a publié ces directives.

Ce n’est pas surprenant quand on sait que le directeur de ce département à l’OMS est Ian Askew, qui était auparavant directeur pour les questions d’avortement au Population Council, une organisation privée dont le but est de promouvoir l’eugénisme et le contrôle de la population dans le monde entier.

Ce n’est qu’un aperçu de la façon dont le système des droits de l’homme est corrompu.

Le système des droits de l’homme a été capturé par la gauche radicale et mondiale ; il est devenu leur instrument de domination. Nous devons le dénoncer et nous en libérer.

Nous ne devons pas accepter pas de nous soumettre à ces idéologues. Ils abusent de leurs mandats et des droits de l’homme.

Nous, chers conservateurs, sommes les seuls à pouvoir sauver les droits de l’homme de l’autodestruction. Parce que nous acceptons que Dieu existe, et qu’il a établi une loi naturelle en nous et au-dessus de nous qui est véritablement universelle et bonne.

Alors, s’il vous plaît, rejoignez-nous dans ce combat pour la justice.

Je vous remercie.


Pétition en faveur de l’arrêt du financement opaque de l’ONU :


https://eclj.org/philosophy/eu/the-corruption-of-human-rights—transatlantic-summit-iv-puppincks-speech

À l’attention de la Présidente du Haut-Commissariat aux droits de l’homme, Mme Michèle Bachelet.

Madame la Présidente,

Après une année de recherches, l’ECLJ a publié un rapport sur « Le financement des experts de l’ONU au titre des Procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme ».

Au terme de cette enquête, qui couvre la période 2015-2019, il apparaît que :

  • de nombreux titulaires de mandats se plaignent de ne pas recevoir un soutien suffisant de la part du Haut-Commissariat aux droits de l’homme (HCDH) ;
  • 40 % de leur budget provient de financements extrabudgétaires précaires ;
  • les financements extra-budgétaires affectés à un mandat spécifique ont presque doublé depuis 2015 ;
  • 37 experts ont reçu directement près de 11 millions de dollars, en dehors de tout contrôle des Nations unies, principalement de la part des fondations Ford et Open Society, et de sources anonymes ;
  • Ces financements directs ne font l’objet d’aucun contrôle du HCDH ;
  • Ces financements ne sont pas systématiquement déclarés ou le sont parfois de façon incomplète par les titulaires de mandats ;
  • Certains titulaires de mandat s’avèrent être en situation de conflit d’intérêts, étant rémunérés par des institutions privées ayant un agenda spécifique lié à leur mandat.

Il est urgent d’accroître la transparence financière des Procédures spéciales, afin de préserver leur indépendance et l’intégrité du système.

Sur la base de 28 entretiens tenus avec des experts, et au regard des problèmes causés par les financements extrabudgétaires spécifiques et par les financements directs du système des Procédures spéciales, il paraît raisonnable et utile de recommander :

  • L’obligation pour le HCDH de rendre compte annuellement aux titulaires de mandat de sa gestion du budget affecté à chaque Procédure spéciale ;
  • L’obligation de verser au HCDH tout financement extrabudgétaire des Procédures spéciales, et l’interdiction corrélative de tout financement direct des titulaires de mandat ;
  • L’obligation de publier les accords de financements ;
  • L’obligation de déclarer, dans chaque rapport, les soutiens et financements reçus pour sa réalisation ;
  • L’attribution d’une indemnité aux titulaires de mandats ;
  • L’augmentation du budget des Procédures spéciales.

Madame la Présidente, les signataires de cette lettre vous invitent instamment à consulter le rapport de l’ECLJ et à mettre à l’ordre du jour une réforme des financements des procédures spéciales, afin de garantir pleinement leur indépendance et de les préserver de toute influence illégitime.

Nous vous prions d’agréer, Madame la Présidente, l’expression de nos respectueuses salutations.


Le rapport auquel se réfère l’intervenant :

Corrompus jusqu’au cou, certains responsables de l’ONU, mais surtout de l’OMS, acceptent de mettre en place les exigences eugénistes en tant que thèmes prioritaires. Or, des dirigeants d’Etat, notamment les Occidentaux. sont favorables au transfert de leur souveraineté nationale en matière sanitaire vers cet organisme qui cache de moins en moins bien ses tireurs de ficelles. Chemin faisant, l’autorité de l’OMS bénéficierait alors d’un pouvoir souverain global, total et parfait sur la vie de l’humanité. Au nom bien sûr de l’égalité et des droits de l’homme.

https://lilianeheldkhawam.com/2022/05/31/monkeypox-le-vaccin-rien-que-le-vaccin-retour-des-mesures-antisociales-a-prevoir/

Cet eugénisme qui tenaille les tripes des détenteurs de la puissance de feu monétaire et financière. Le rêve de bricoler ces 80% qui sucent les 20%…

Récemment, nous présentions l’infanticide comme outil formidable de l’eugénisme et éventuellement de la récupération de tissus humains utilisables dans le cadre des « travaux scientifiques » de Planète finance.

https://lilianeheldkhawam.com/2022/03/31/linfanticide-au-coeur-de-leugenisme-de-la-nouvelle-societe/
https://lilianeheldkhawam.com/2020/06/06/voyage-au-bout-de-lenfer-des-vaccins-et-de-lusage-de-foetus-vendus-lhk/comment-page-1/

L’intérêt pour l’eugénisme est une vieille histoire

Eugénisme. Un mot qui représente le mal absolu qui a accompagné l’histoire de l’humanité depuis des milliers d’années. Cependant, grâce à la montée en puissance de la technologie (bio, nano, etc.), l’eugénisme a gagné en puissance au 19ème siècle où il fut porté par un certain Charles Darwin… Plus tard, son cousin Galton va structurer le mouvement et le faire gagner en ampleur des deux côtés de l’Atlantique.

Grâce à sa popularité au sein de l’élite anglo-saxonne, l’eugénisme va particulièrement obnubiler les dirigeants de toutes disciplines de deux régimes qui ont brillé par leur haine de l’humain: le nazisme et le soviétisme.

Ces deux systèmes que l’on voit renaître de leurs cendres, en ce 21ème siècle, étaient obsédés par la création d’un Homme nouveau, fruit d’une sélection génétique. Mais il faut aussi dire que les eugénistes cherchent à se débarrasser de tout groupe qui ne leur convient pas. Trop vieux, trop pauvres, trop malades, trop blancs, trop noirs, trop croyants, trop chrétiens, trop juifs, etc.

https://lilianeheldkhawam.com/2022/02/22/leugenisme-linavouable-projet-scientiste-des-philanthropes-de-la-finance-la-wellcome-trust-foundation/

Il est très important de préciser que cette doctrine de l’Homme nouveau n’a été développée ni par les nazis, ni par l’URSS qui n’ont fait que la mettre en pratique. Elle vient en ligne droite de la célèbre Eugenics Education Society, fondée en 1907, puis développée par Francis Galton, cousin direct de Charles Darwin. Elle deviendra par la suite Eugenics Society en 1924, puis Galton Institute. Regardez qui en étaient les membres.

Vous y voyez des noms d’éminents influenceurs des décisions de la Communauté internationale de l’époque (Keynes un des architectes de Bretton Woods et du Bancor). Se trouve aussi en bonne position Margaret Sanger dont les oeuvres sont défendues par des générations de la famille Gates. L’argent de cette famille coule à flot depuis de nombreuses décennies en direction de Planned Parenthood de Margaret Sanger. Regardez ce qu’elle avait osé écrire:

https://lilianeheldkhawam.com/2020/09/17/une-pierre-angulaire-de-larchitecture-du-nouveau-monde-a-ete-retiree-lempire-gates-a-perdu-son-capitaine-lhk/

Arrive par la suite la création de l’American Eugenics Society. voici quelques-uns de ses fondateurs:

https://eugenicsarchive.ca/discover/tree/5233e53d5c2ec500000000e2

On retrouve dans la société américaine certains membres fondateurs de la grande soeur britannique. Sans surprise, apparaît le nom de JP Morgan, la banque qui tient les pays de la planète par la création monétaire contre dettes publiques.

A noter la présence de l’économiste Irving Fisher, le père du revenu universel… Vous comprenez immédiatement les liens entre eugénisme, monnaie, dettes, revenu universel et crédit social…

https://lilianeheldkhawam.com/2018/04/13/monnaie-pleine-qui-est-le-pere-de-ce-concept-lhk/

Le musée et les archives de ces sociétés sont soigneusement gardés par la Wellcome Trust, alliée indéfectible de Gates dans leur croisade vaccinale planétaire. Oui, ces philanthropes de BigPharma s’intéressent à la santé de l’humanité.

https://lilianeheldkhawam.com/2022/02/22/leugenisme-linavouable-projet-scientiste-des-philanthropes-de-la-finance-la-wellcome-trust-foundation/

Au vu de ce qui précède et au vu de la monstruosité du projet qui nous est imposé au quotidien, je me permets de rappeler ici 2 anciennes publications:

https://lilianeheldkhawam.com/2021/10/23/le-chef-de-loms-a-t-il-ete-un-des-acteurs-cles-qui-se-seraient-livres-a-des-meurtres-et-auraient-autorise-la-detention-arbitraire-et-la-torture-dethiopiens/
https://lilianeheldkhawam.com/2020/05/20/onu-oms-une-education-sexuelle-explosive-pour-revolutionner-lhumain-dossier-vincent-held/

Je finirai avec deux réflexion:

  • l’opinion publique est essentielle dans le Nouveau Monde. Votre opinion compte.
  • que vous soyez dans ou hors du système, vos enfants/petits-enfants ont besoin de votre intervention dès aujourd’hui.

Un grand merci au Dr Grégor Puppinck qui porte à bout de bras les dérives des Droits de l’homme.

LHK

Les parlementaires pointaient du doigt un risque de conflits d’intérêts parmi les juges de la Cour européenne des droits de l’homme, reprenant à leur compte
 les conclusions d’un rapport du Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ) montrant que sur la centaine de juges qui ont siégé à la CEDH depuis dix ans, vingt-deux d’entre eux émanaient directement d’une même ONG ou d’associations financées par cette ONG, l’Open Society. Ce rapport recensait surtout 88 affaires dans lesquelles l’une des ONG affiliées à l’Open Society était impliquée, et où l’un au moins des juges saisis émanait de la même association. Depuis 2009, «on observe seulement douze cas de déports dans lesquels un juge s’est retiré d’une affaire en raison, semble-t-il, d’un lien avec une ONG impliquée dans l’affaire» notait encore l’ECLJ.
 https://www.lefigaro.fr/international/le-conseil-de-l-europe-se-penche-sur-l-independance-de-la-cour-europeenne-des-droits-de-l-homme-20210422
image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires