L’Algérie confirme que le traitement Raoult est très efficace.Si nous avions imité sa stratégie, nous aurions évité 130 000 morts

21/10/2022 (2022-10-21)

Par Dr Delépine Gérard

Dans l’épouvantable affaire Lola, c’est la politique du gouvernement français et non pas l’Algérie qui est responsable. Comme dans l’hécatombe française du covid19 : pour le vérifier, consultons les chiffres officiels de l’OMS.

En Algérie, l’épidémie est terminée depuis 6 mois

Depuis le début de cette année, le nombre de nouvelles contaminations journalières est infime (en moyenne moins de 50 durant les 7 derniers mois) ainsi que le montre la courbe retraçant l’historique de l’épidémie et seulement 29 morts ont été attribuées au covid sur les 230 derniers jours :

(du 4 mars 6852 morts au 18 octobre 6881 morts)

À la fin de l’épidémie, le bilan définitif des mesures sanitaires peut être tiré.

En Algérie, le covid n’a pas été plus mortifère qu’une grippe ordinaire : 6881 morts en trente-deux mois sur une population de 42 millions d’habitants.

Durant la même période, la France a compté plus de 156 000 morts attribuées au covid pour 67 millions d’habitants.

On peut donc parler d’un désastre sanitaire français, d’une hécatombe covid.

Comment expliquer la catastrophe sanitaire Covid de la France ?

Les avocats du gouvernement et de Big Pharma prétendront comme d’habitude que ce n’est pas la faute de la stratégie de notre gouvernement, mais des différences dans les populations, le climat… mais ce n’est pas vrai !

Les populations française et algérienne sont très comparables par leurs facteurs de mauvais pronostic covid : mêmes pourcentages de plus de 60 ans12, même sex ratio, un peu plus d’obèses en Algérie (23 % vs 17 %) d’obèses3 4 qui ne peuvent donc pas expliquer la différence de mortalité.

Le climat algérien est différent de celui de la France pourrait être invoqué, mais la comparaison avec la Tunisie permet de l’exclure. En effet, Algérie et Tunisie partagent le même climat, des populations et des habitudes de vie communes. Mais la Tunisie a, comme la France, appliqué la stratégie de l’OMS « pas de traitement précoce et tout vaccin » et comme la France compte 16 fois plus de morts par million que l’Algérie.

La seule différence susceptible d’expliquer la discordance considérable entre l’Algérie et la France est celle de leurs stratégies anti-covid respectives.

La stratégie anti-covid gagnante de l’Algérie

Le 23 mars 2020, le Pr D. Raoult publiait les premiers résultats très prometteurs de son traitement associant hydroxychloroquine et Azithromycine.

Une semaine plus tard, le 31 mars 2020, le ministre de la santé algérien, Abderrahmane Benbouzid annonçait à la radio :

« Le Comité scientifique installé auprès du ministère de la Santé a décidé de démarrer le traitement à la chloroquine sur tous ceux qui sont déclarés positifs au Covid-19 ainsi que sur tous ceux qui auront des signes de contamination ». 

Très rapidement des médecins d’Alger et d’Oran signalent les excellents résultats de ce protocole5.

Deux mois plus tard, le 31 mai 2020 lors de la réunion du Conseil algérien des Ministres présidée par le chef de l’État, le ministre de la Santé ; déclarait que le protocole de traitement à la chloroquine a prouvé « son efficacité avec le rétablissement de 98,2 % des patients atteints, sur un total de plus de 16 000 cas traités. La situation sanitaire du pays se stabilise. Ce qui a permis « une reprise des activités sanitaires au niveau des hôpitaux, y compris les interventions chirurgicales non urgentes ».

La catastrophe covid19 française est donc bien directement la conséquence de la dictature sanitaire que l’on a subie, marquée par la marginalisation des médecins traitants et l’interdiction des traitements précoces. Si nous avions appliqué la stratégie algérienne préconisée par le célèbre virologue, le Pr Raoult, nous aurions pu espérer limiter nos pertes à moins de 10 000 victimes alors que nous en pleurons 156 000.

Cette dictature sanitaire imposée depuis 2020 et encore en cours est déjà responsable d’une surmortalité de plus de 130 000 morts, soit en comparaison plus que nos soldats français morts en l’année 19406, et cinq fois plus que le nombre de soldats français morts durant toute la guerre d’Algérie7 !

Les responsables de ce scandale sanitaire qui perdure avec les tentatives d’injecter encore les personnes âgées et les enfants, seront-ils un jour traînés en justice pour répondre de leurs méfaits dont l’ampleur dépasse tout ce que nous avons vécu depuis 70 ans ?


image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires