La géo-ingénierie est une arme qui incendierait les forêts assoiffées… Document US déclassifié

15/08/2022 (2022-08-15)

[Source : LHK]

Par Liliane Held-Khawam

La planète est en grand danger et nous avec elle. Une des principales responsabilités incombe à la pratique intensive de la géo-ingénierie, dont le but avoué est de contrôler le climat. Pour le pire et le meilleur ? Non, uniquement pour le pire.

Rappel https://lilianeheldkhawam.com/2022/06/19/et-si-le-dereglement-climatique-etait-du-a-la-geo-ingenierie-une-solution-pire-que-le-mal/

Ce soir, je voudrais commencer par introduire une information que j’ai reçue et qui fait froid dans le dos. Elle vient de Dane Wigington. Et voici ce qu’il dit en résumé :

Des sources officielles ont finalement été obligées de reconnaître que la planète entière a été complètement contaminée par les PFAS « des produits chimiques pour toujours » (substances per- et polyfluoroalkylées). Ce qui reste encore à être admis, c’est que la plus grande source unique de pollution par les nanoparticules atmosphériques toxiques vient des opérations d’intervention climatique mondiale en cours. Un document militaire américain autrefois classifié décrit en fait des processus complexes d’incinération intentionnelle de forêts comme arme militaire. La destruction de la production alimentaire fait-elle partie de l’agenda ? Les récoltes continuent d’être écrasées alors que de vastes régions du monde cuisent et brûlent. La production alimentaire dans d’autres régions est noyée dans un déluge constant. Et après ?

Dane Wigington

Un document militaire américain autrefois classifié décrit en fait des processus complexes d’incinération intentionnelle de forêts comme arme militaire.

Les feux de forêt en tant qu’arme. Un document US le prouve dans cette vidéo de Dane Wigington, le spécialiste en géo-ingénierie.

Je me permets de rappeler que les États et leurs myriades d’agences décentralisées sont devenus les terrains de jeux des milliardaires, des consortiums et autres fondations. De toute manière, Planète finance accompagne les États-Unis depuis des décennies (en fait bien plus) dans tous leurs mouvements et déverse des milliards dans les laboratoires secrets pour bricoler l’atmosphère — la vie en général — afin de se l’approprier et de contrôler la vie sur terre. Et comme d’habitude, la nanotechnologie est le levier clé qui leur permet de dépasser les limites habituelles de la technologie.

À côté d’un thermomètre qui rougit sévèrement, nous avons un autre problème qui est le manque de précipitations.

Le vrai problème n’est pas tant la chaleur, mais l’absence de précipitations !

La baisse du niveau de pluie est énorme! Regardez les chiffres suisses:

Ce manque de précipitations s’est accentué depuis le début de l’année. Genève n’a ainsi reçu que 230 l/m2 en 7 mois, Delémont 274 mm, Lausanne 328 mm et Sion que 184 l/m2! Le déficit hydrique atteint ainsi parfois plus de 50 % dans les cantons de Vaud, Genève, en Valais et au Tessin. Ce déficit est en revanche moins marqué sur le nord, le centre et l’est de la Suisse.
https://meteonews.ch/fr/News/N10810/Tr%C3%A8s-inqui%C3%A9tante-s%C3%A9cheresse

Or, ceci peut être parfaitement le résultat de la géo-ingénierie, qui serait l’équivalent d’une attaque militaire puisque selon le document militaire américain déclassifié, la réduction de l’humidité des forêts facilite leurs incendies.

https://www.greenpeace.ch/fr/story-fr/88254/2022-annee-feux-foret/
https://www.bbc.com/news/world-europe-62503775

Ailleurs, on nous dit le plus sérieusement du monde que la géo-ingénierie permet l’ensemencement des nuages sans AUCUN risque sur les écosystèmes et donc sur le vivant. L’expert de la vidéo est catégorique là-dessus. Alors, pourquoi ne pas faire pleuvoir plus souvent?

Je vous invite à visionner cette vidéo mainstream qui traite de l’ensemencement des nuages. Il y est admis que les interventions ont DEJA lieu et qu’elles se font habituellement par des avion, et là pour des raisons de développement durable, on envoie des fusées depuis la terre….

Je vous rajoute un dossier (2e partie de cette publication) présenté par le World Economic Forum prônant une méthode de géo-ingénierie. Vous noterez qu’il y est admis que la « plupart des propositions de géo-ingénierie sont liées à la terre, ce qui pose d’énormes risques pour notre écosystème vivant ». Cela signifie que la technologie présentée par C NET n’est pas forcément si rassurante que ce que le reportage voudrait nous faire croire! D’ailleurs voici une vidéo qui met à mal le reportage de C-Net

Au fait, les questions que se pose Dane Wigington sur les conséquences de la géo-ingénierie en matière d’organisation de graves pénuries alimentaires sont les nôtres. Prenez le temps de l’écouter juste pour vous faire une idée de ce qui est en train de se produire dans le silence assourdissant des médias et des politiciens.

LHK

Rappel :

https://lilianeheldkhawam.com/2022/06/12/sante-publique-malgre-leur-toxicite-les-nanoparticules-sont-partout-y-compris-dans-les-vaccins-et-dans-la-modification-du-climat/
https://lilianeheldkhawam.com/2022/07/24/le-climat-modifie-par-la-variabilite-des-activites-solaires-une-etude-malaisienne-2019/
https://lilianeheldkhawam.com/2022/07/19/hyperactivite-solaire-protuberance-et-ejections-menacent-linfrastructure-electro-informatique/

Ce bouclier « Space Bubble » pourrait contrer les effets du changement climatique en réfléchissant les rayons du soleil – World economic forum

  • Les chercheurs du MIT explorent la possibilité de faire flotter des bulles congelées constituées d’un film mince au-dessus de la Terre pour refléter les rayons du soleil, appelées « Space Bubbles ».
  • Il s’agit d’une variante de l’idée commune de géo-ingénierie d’un bouclier solaire, qui bloque le rayonnement solaire, mais comme il est basé dans l’espace, il ne devrait y avoir aucun risque d’interférer avec la biosphère terrestre.
  • Les chercheurs soulignent que la proposition est conçue pour compléter, et non remplacer, les efforts actuels d’atténuation du changement climatique.

L’architecte Carlo Ratti fait partie d’un groupe de chercheurs du MIT explorant la faisabilité de lutter contre le changement climatique avec un conglomérat de « bulles spatiales » qui flotteraient au-dessus de la Terre pour refléter les rayons du soleil.

Le projet de recherche Space Bubbles propose de faire flotter un « radeau » composé de bulles gelées au point de Lagrange L1 — le point entre la Terre et le soleil où leur attraction gravitationnelle s’annule.

Les bulles seraient constituées d’un matériau à couche mince et fabriquées dans l’espace où, une fois interconnectées, elles couvriraient une zone à peu près de la taille du Brésil.

La proposition Space Bubbles envisage d’utiliser des sphères gelées pour bloquer certains des rayons du soleil. Image : MIT

Des bulles spatiales pour lutter contre le changement climatique

Développé au Massachusetts Institute of Technology (MIT), Space Bubbles est une variante de l’idée commune de géo-ingénierie d’un bouclier solaire, qui fonctionnerait en bloquant une partie du rayonnement solaire entrant pour réduire théoriquement les effets du réchauffement climatique.

Une différence clé, cependant, est qu’avec un pare-soleil basé dans l’espace, il ne devrait y avoir aucun risque d’interférer avec la biosphère terrestre. Les projets déployés dans la stratosphère terrestre courent ce risque.

Les chercheurs du MIT soulignent que la proposition Space Bubbles a été conçue pour compléter et non remplacer les efforts actuels d’atténuation du changement climatique, mais que le jour viendra peut-être où une telle intervention deviendra essentielle.

Le radeau serait déployé dans l’espace où il ne pourrait pas impacter la biosphère terrestre. Image : MIT

« La géo-ingénierie pourrait être notre dernière et unique option », a déclaré Ratti, qui dirige le Senseable City Lab du MIT.

« Pourtant, la plupart des propositions de géo-ingénierie sont liées à la terre, ce qui pose d’énormes risques pour notre écosystème vivant. »

Carlo Ratti, Senseable City Lab du MIT

« Les solutions spatiales seraient plus sûres. Par exemple, si nous dévions 1,8 % du rayonnement solaire incident avant qu’il n’atteigne notre planète, nous pourrions complètement inverser le réchauffement climatique actuel. »

Un autre avantage de ce pare-soleil particulier est qu’il est réversible, car les bulles pourraient être dégonflées et retirées de leur position.

Les sphères seraient fabriquées à partir d’un matériau tel que le silicium, transporté dans l’espace sous forme fondue, ou de liquides ioniques renforcés de graphène.

Une bulle d’espace devant une sphère blanche. Image : MIT

Bulles spatiales : résultats préliminaires de l’expérience

L’équipe du MIT a mené une expérience préliminaire réussie en gonflant une coque sphérique dans des conditions spatiales et pense qu’elle pourrait être l’une des structures à couche mince les plus efficaces pour dévier le rayonnement solaire.

Le projet de recherche Space Bubbles s’appuie sur les idées du scientifique James Early, qui a d’abord suggéré de déployer un objet déviateur au point de Lagrange, et de l’astronome Roger Angel, qui a proposé le radeau à bulles.

Pour l’instant, le projet est une hypothèse de travail, mais l’équipe interdisciplinaire espère obtenir un soutien pour une étude de faisabilité qui impliquerait d’autres expérimentations et analyses en laboratoire.

En plus des matériaux, l’étude explorerait les options pour expédier le matériau depuis la Terre, y compris s’il pourrait utiliser un railgun (un pistolet à accélérateur magnétique).

Un diagramme montrant l’effet d’une bulle spatiale sur Terre si 1,8% du rayonnement solaire était dévié. Image : MIT

Il examinerait également le positionnement et la stabilisation du radeau à bulles spatiales, la capacité d’ombrage, la rentabilité, la maintenance et la transition en fin de vie, l’impact sur le climat et l’écosystème et les implications pour les politiques publiques.

Les questions de politique publique incluent si la géo-ingénierie présente un « risque moral » en sapant le soutien aux politiques d’atténuation du climat et en encourageant les gens à considérer l’abandon des combustibles fossiles comme moins important.

La géo-ingénierie s’est avérée controversée, mais le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations Unies a déclaré qu’il s’agissait d’un plan B nécessaire si les hausses de température ne pouvaient pas être plafonnées à un niveau gérable.

https://www.weforum.org/agenda/2022/06/space-bubble-shield-to-reflect-the-sun/

Les propositions de géo-ingénierie évoquées incluent l’aspiration du dioxyde de carbone de l’air, le pompage de gaz dans la stratosphère pour refléter une partie de la chaleur du soleil, l’éclaircissement des nuages ​​​​marins pour les rendre plus réfléchissants et la modification de l’albédo de la Terre avec des toits blancs ou des revêtements réfléchissants pour les déserts.

https://www.weforum.org/agenda/2022/06/space-bubble-shield-to-reflect-the-sun/

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
1 Commentaire (en rapport avec l'article et compréhensible, SVP)
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires