De la Puissance Pure au 21e siècle

De la Puissance Pure au 21e siècle

22/08/2021 (2021-08-22)

Lucien SA Oulahbib

Par Lucien SA Oulahbib

La fascination sourde envers la puissance chez l’humain s’avérerait également biologique et plus précisément « féline » : la mise à mort, y compris non nécessaire, étant chez ces espèces un plaisir, d’où leurs accointances, immémoriales, entre « mammifères » tendance fauve. Et leurs rapports sexuels eux-mêmes reflètent cette attraction, y compris aujourd’hui, malgré ce souhait également présent depuis le début de maturation raffinée chez l’humain, du moins si le coït veut durer au-delà de sa conservation morbide narcissique et reproductrice (en ce sens, l’érotisme n’est toujours pas réductible à la pornographie…).

Mais à l’époque du narcissisme exacerbé par l’écran, le coït dru prend de plus en plus le dessus par l’onanisme direct et indirect (la starification) et plus symboliquement par le viol (politique) des foules, y compris via des leaders excitant dans cette direction de fascination envers la puissance pure en distribuant de plus en plus par exemple les rôles non plus à partir d’une autorité liée à une compétence, mais à la servilité (ainsi aujourd’hui l’éviction de Didier Raoult).

Qu’il s’agisse en fait (et rapidement rappelé) de l’absolutisme, du léninisme, du monarchisme, du fascisme et du nazisme, ce sont tous les avatars de cette adoration du « Pouvoir Pur » malgré bien sûr les propos contraires (celui d’avoir droit de vie et de mort — aujourd’hui sociale — avec les nouveaux interdits qui se déploient sous nos yeux à la façon d’un incendie volontaire), celle en un mot de soumettre et d’en jouir vite. Ainsi la fascination actuelle envers « la » Science et « la » technique symbolisés par l’injonction de l’injection hygiéniste (la létalité de C-19 étant pourtant infime alors que le soin reste de fait interdit hors injection) puisque toutes ces tendances observent bien, au-delà des nuances, que la puissance de contraindre jusqu’à faire mourir est bien première dans l’organisation du pouvoir, au-delà des divergences dans les cooptations. Ainsi le refus de prescrire de manière précoce a engrangé des centaines de milliers de morts, comme l’indique ce site décidément incontournable, ce qui fascine comme œuvre totale, au-delà des ratiocinations (qui ont d’ailleurs besoin de victimes sacrificielles comme Perronne, Raoult, Fouché…)

https://c19legacy.com

Certes les léninistes se prétendant issus des Lumières anti ou pan/théistes, se sont voulus plus ouverts dans le recrutement, à la manière des premiers chrétiens (les musulmans les imitant, du moins en apparence, car il n’y a pas de porte de sortie chez eux) à partir du moment où l’on obéit aux principes de la Secte (les nuances y étant cependant admises, mais sur des points secondaires du moins en période faste).

Les monarchistes absolutistes les fascistes et les nazis issus de la dégénérescence d’une aristocratie ayant échoué déjà spirituellement, restreignent l’accès du Pouvoir au « faisceau » (aujourd’hui le « réseau ») et à la « race », ce que reprennent les néo-léninistes ayant remplacé les léninistes premier cru (les staliniens et leurs frères jumeaux trotskistes) dans l’un et l’autre aspect. Il suffit d’analyser leur OPA dans les médias et les courroies de transmission : justice, enseignement, grands corps étatiques, et aujourd’hui ONG, Fondations…

D’où une alliance objective entre ces deux dits « extrêmes », mais ce non pas contre « Le Système » contrairement à ce qui est dit, mais contre l’individu et les droits naturels que l’idée de Nation avait protégés (en amplifiant celle de Patrie) par la méritocratie malgré la dureté de la stratification (que l’aristocratie française fut incapable d’assouplir). Ainsi, malgré leur diatribe antilibérale (affublée du préfixe « néo ») les avatars léninistes comme les fascistes et nazis s’avèrent être devenus les courroies de transmission de la Secte Globale du fait déjà de leur adoubement au scientisme hygiéniste (et aussi affairiste, car sans l’huile des subsides publiques et privées ces courroies se seraient cassées depuis des lustres).

Mais aussi parce que la Secte au Pouvoir a désormais intégré tous leurs discours (en disant le contraire bien sûr), ce qui fait par exemple qu’un Enthoven pourrait appeler dit-il à voter Marine Le Pen contre Mélenchon lors d’un hypothétique second tour à la présidentielle, car ce dernier n’est plus qu’un doublon devenu inutile, la Secte ayant intégré le discours indigéniste et queer depuis longtemps, tout en lui intimant cependant quelques limites (la charge officielle contre « l’islamo-gauchisme » à l’Université), car dans le Jardin des Variétés (ou des Folklores) de la Culture neutralisée (au sens schmittien) il faut de tout, et non pas seulement un mélange indistinct.

Et « le Peuple dans tout ça ? » (en paraphrasant la question de Napoléon » Et Dieu dans tout ça ? » lorsque De La Place lui présenta son explication du système solaire) : « Sire je n’ai pas besoin de cette hypothèse » ; les De La Place d’aujourd’hui indiquent qu’il faut faire de la place, qu’il n’y a plus « besoin du peuple » (remplacé de plus en plus par des machines et des logiciels au niveau des services de base), déjà en le réduisant non pas en « individus », mais en fragments (les identités multiples, « identitaires » compris, une variété certes plus « authentique », mais variété quand même…) jusqu’à faire douter sur tout ce qui peut rester de « naturel » (comme un « système immunitaire »).

Ainsi, le Soi individuel après avoir été loué un temps est devenu maintenant un obstacle au même titre que les terres à déforester d’autrefois parce qu’il s’agit désormais non plus de lui vendre des objets externes, mais de lui vendre de plus en plus des pensées, désirs, jouissances (ou l’intelligence artificielle s’insinuant telle une hydre). Ou comment le corps-éponge à instruire de l’Encyclopédie est aujourd’hui de plus en plus domestiqué par la normalisation des médias et de l’enseignement actuel : ils en sont les vecteurs intermédiaires.
Il s’agit aussi de lui injecter des organes (bio-numériques déjà au niveau « nano »), ce qui avait déjà été commencé avec tout ce qui peut de plus en plus médicaliser le corps humain (la consommation médicamenteuse bat des records chaque année, et il faut éliminer la concurrence naturopathe qui a pris bien trop de place suite aux révoltes des années 60 qui n’avaient pas été encore récupérées par le gauchisme cherchant à retrouver son indépendance face au léninisme). Ceci fait que peu à peu la supposée bonne santé s’avère être un handicap (même si elle peut faire rêver à l’ombre des séries en fleurs) puisque cette « nature humaine » peut toujours transmettre sans le savoir tout un ensemble d’éléments à risques : pensées, virus, attitudes dominatrices, comportements égoïstes (comme le refus de se soumettre)… D’où le rétablissement et renforcement de divers interdits en sus des nouveaux…

C’est alors bien là non seulement le Retour (éternel il est vrai) de la Puissance Pure, mais aussi de son extension planétaire, celle-là même qui possède droit de vie et de mort (particulièrement au XXe siècle prétendument « avancé ») et dont les nouveaux propriétaires tels les pharaons et empereurs romains en sont devenus les « dieux sans bornes ».

La « République des lettres », elle, se contente désormais d’en chroniquer les querelles olympiennes.

Mais nul ne peut dire cependant que les jeux soient faits. Les Empires pourrissent toujours par la tête avant d’imploser. Ce qui nécessite de bien s’y préparer. Car il semble bien que la France ait toujours son mot à dire, n’étant toujours pas une puissance moyenne spirituellement et techniquement parlant malgré les assauts sourds et secs de la Secte cherchant à en assécher la « substantifique moelle »…

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments