De la débilité roulant en Maserati : « Pétain ou Poutine ? » 2+2=5 ?…

12/06/2023 (2023-06-12)

Par Lucien SA Oulahbib

Un supposé ministre se prétendant Garde des « sceaux » (des sots aussi, visiblement) s’est targué de faire de la logique à l’anglo-saxonne du genre : « vous êtes conducteur de train qui aurait perdu ses freins, vous avez le choix entre la catastrophe et bifurquer pour sauver les voyageurs en nombre, mais une voiture familiale comportant quelques personnes doit être écrasée pour y arriver, que faire ? »… Déjà, refuser le dilemme prise de tête, impasse logique, et surtout erreur, car le train ne peut pas (par sa quiddité) ou encore, de lui-même, changer de voie ; donc il n’y aura, hélas, pas d’autres issues que de se préparer à l’impact…

Mais là, dans la fourchette logique proposée à Marine Le Pen (« Pétain ou Poutine ») par le mis en examen — qui fait office plutôt de ministre de l’injustice (car l’augmentation des moyens ne résoudra pas le problème de la suppression, de fait, de la notion de « crime » qui est idéologique), il n’y aurait même pas d’alternative, sauf à dire cependant que Poutine n’a pas de sang juif sur les mains, et que le sang ukrainien et tchétchène reproché découle bien plus d’une histoire longue que d’une volonté idéologique purificatrice préalable et fondatrice. Ceci n’est pas le cas, semble-t-il, de Pétain avec ses lois raciales, malgré la subtilité zemmourienne tendant à distinguer juifs français et étrangers, car cela n’empêcha pas que d’une part tous les juifs furent écartés de la fonction publique, puis d’un certain nombre de métiers, et qu’enfin à partir du moment où Laval et la Milice prennent les rênes après l’effacement de la ligne de démarcation par les nazis, il suffit d’être juif (quiddité là aussi) pour subir la déportation et l’envoi vers les camps de la mort…

Mais comme le conducteur de Maserati et bras d’honneur en sus prétend être toujours aussi LE gardien des lois, et comme du haut de ce magistère il voulait rendre gorge à Marine Le Pen — dont le parti à l’instar de Trump est accusé de collusion avec la Russie (quiddité également), il inventa donc ce dilemme façon âne de Buridan hésitant infiniment entre deux sceaux d’avoine placés à égale distance, pensant précisément en faire une ânesse de ce genre alors que (tel est pris qui croyait prendre) à force de faire ainsi l’ange on devient bête.

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires