1

Aimez vos ennemis ! Réflexions sur le massacre de Pittsburgh

[Source : Le blog de Moïra Forest]

Auteur : Gearóid Ó Colmáin

L'article d'origine a été publié en octobre 2018 à la suite de l'attentat de la synagogue de Pittsburgh du 27 octobre 2018. Il n'avait pas fait l'objet d'une traduction à l'époque. Il est selon moi toujours d'actualité quant à ses réflexions sur le comportement que les chrétiens devraient avoir vis à vis de la communauté juive qui, au contraire de la haine qui a poussé au massacre de Pittsburgh, devrait se fonder sur l'amour mais aussi l'esprit critique. 
Les passages tirés de Nouveau Testament sont du chanoine Crampon (éditions Kontre Kulture) 
( Moïra Forest )
Source : Mintpress News

Le
récent meurtre de masse de Juifs dans la synagogue de Pittsburgh a
choqué et horrifié le monde. Les attaques ont mis en lumière
encore une fois, la pandémie psychotique américaine et une
prolifération du mal et de la haine que rien ne semble arrêter dans
une société sans dieu.

Le président Trump a fortement condamné les attaques, mais
cependant, la Ligue Anti-diffamation (Anti-Defamation League—ADL)
a fait porter la faute à Trump pour la montée de ce qu’elle
appelle le « nationalisme blanc ». Mais quasiment aucune
mention n’est faite sur le lien étroit de Trump avec Israël, le
soi-disant « État juif ». Steve Bannon, l’ancien chef en
stratégie de Trump, était le rédacteur en chef de Breitbart News
qui a été crée en Israël. Les nationalistes sont divisés entre
les sionistes et les antisionistes, mais aucun des deux camps ne fait
l’apologie de la violence anti-juive.

Pourquoi est-ce la faute à Trump ?

Trump a été comparé à Cyrus le Grand en Israël à cause de sa
politique de reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël.
En dépit de cela cependant, une partie des intellectuels juifs de
renommée mondiale et des personnalités des médias, incluant le
club de l’élite politique connue sous le nom de néocons (où les
juifs prédominent), s’opposent à lui. Leur argument est que le
nationalisme de Trump est contraire aux intérêts juifs.

Les Juifs ont joué un rôle dominant dans l’effort qui a été
fait pour virer Trump de la Maison Blanche et c’est certainement
vrai que la majorité des Juifs américains s’orientent vers le
très globaliste Parti Démocrate. Cependant, il y a une minorité de
Juifs qui soutiennent Trump parce qu’ils craignent que les immigrés
du Tiers Monde n’aient pas vu les films de Spielberg sur leur
histoire et que par conséquent, ils pourraient manquer de conseils
dans leurs recherches sur les Juifs — avec des résultats
imprévisibles.

Il semblerait cependant que c’est la peur qui motive bien des
soutiens juifs de Trump. J’ai déjà expliqué que la politique
pro-israélienne de Trump pourrait tuer la colonie avec gentillesse.
La raison en est simple : les élites juives n’ont jamais
voulu un État-nation qu’ils pourraient revendiquer comme le leur.
Une fois qu’ils ont obtenu le contrôle de la finance et des médias
globaux, leurs aspirations sont devenues internationales. La
domination globale juive est la base toute entière de leur religion
et un Juif sécularisé ou athée n’existe tout simplement pas. Si
on s’identifie en tant que Juif, on est un membre du culte.

Pour les élites juives, Israël est simplement un tremplin pour
la domination mondiale. Benjamin Netanyahou a dit qu’Israël doit
devenir un « pouvoir mondial ». Il n y a pas de vrai indice
montrant que les élites juives veulent une installation durable en
Palestine. Le sioniste français Jacques Attali a dit vouloir que
Jérusalem devienne la capitale du gouvernement mondial. Donald Trump
proclame son opposition à ce gouvernement mondial ; c’était
très clair dans son récent discours aux Nations Unies.
Les
crimes haineux de Pittsburgh n’auraient pu arriver à pire moment
pour Trump. Les groupes d’intérêts juifs les plus puissants font
porter la faute au nationalisme de Trump pour ce massacre. Il
semblerait que l’amour de Trump pour les Juifs ne soit pas
réciproque.

Ceux qui sont ignorants de l’histoire juive, autrement dit bon
nombre de gens, pointent désormais du doigt les auteurs critiques du
judaïsme politique. Ils vont dire : « regardez à quoi vous
avez contribué ! », mais j’ai
déjà expliqué que 2000 ans de civilisation occidentale basée
sur la doctrine catholique a explicitement et de façon catégorique
défini l’attitude que l’on doit adopter envers les Juifs. En
tant que Juifs, ils sont les ennemis de l’humanité qui portent le
lourd fardeau du déicide. Par conséquent, nous devons prier pour
leur conversion au christianisme pour que leurs âmes puissent être
sauvées. Nous ne devons EN AUCUNE CIRCONSTANCE faire l’apologie de
la violence et de la haine envers eux. Dans Matthieu 5.44, il
est dit : « Aimez vos ennemis ; faites du bien à ceux qui
vous haïssent, et priez pour ceux qui vous persécutent et vous
maltraitent. » 

Le christianisme interdit le meurtre et les chrétiens savent que
ceux qui commettent des actes aussi mauvais souffriront du feu de
l’enfer. Nous critiquons le judaïsme politique parce que c’est a
philosophie des pharisiens. Dans Jean 8.44, le christ dit :
« Vous êtes les enfants du démon, et vous voulez accomplir les
désirs de votre père. Il était homicide dès le commencement, et
n’est point demeuré dans la vérité, parce que la vérité n’est
point en lui. Lorsqu’il dit le mensonge, il dit ce qu’il trouve
en lui-même ; car il est menteur et le père du mensonge. » Le
christ s’adressait aux leaders hébraïques de son temps, qui, des
siècles après sa mort, ont codifié leur doctrine anti-chrétienne
sous la rubrique de « judaïsme ».

Qu’est-ce que l’antisémitisme ?

Le mot sémitisme est dérivé de l’hébreu « shem » qui
signifie « nom ». Le terme « antisémitisme » ne se
réfère pas à quelqu’un qui n’aime pas les Arabes et les Juifs
— sa signification culturelle et linguistique originelle. Dans le
jeu langagier du discours politiquement correct, l’antisémitisme
se réfère à quelqu’un qui nomme ceux qui sont au pouvoir,
lorsqu’il se trouve que ce sont des Juifs.

Étant donné qu’ils mentionnent leur propre nom et nous qui
lisons leur littérature, savons qu’ils se réfèrent à eux-mêmes
en tant que Juifs. Par conséquent, un antisémite est quelqu’un
qui s’oppose au judaïsme politique et son idéologie de violence
et de haine. Dans son usage courant, un antisémite est simplement un
catholique traditionnel, quelqu’un qui croit à la doctrine papale
du XIIe siècle émise par le Pape Callixte II, « Sicut
Judeis Non », une doctrine formulée pour protéger les Juifs de
la violence des gentils, qui était souvent le résultat des crimes
juifs contre les gentils.
Dans Thessaloniens 1.II. 14,
Paul dit aux Juifs : « Deo non placunt, et omnibus homonibus
adversantur » — qui ne plaisent point à Dieu et qui sont
ennemis du genre humain. » Un antisémite est simplement un
catholique fidèle et instruit. Par conséquent, un antisémite
n’agresse pas physiquement ou verbalement les Juifs. En fait, les
antisémites aiment les Juifs !

L’antisémitisme est l’opposition au sémitisme, compris comme
une opposition au système politique où une oligarchie
ethnoreligieuse proclame le droit de mettre les masses en esclavage
et remplacer la doctrine sociale chrétienne d’amour par la
doctrine antisociale satanique de haine.

Les théories conspirationnistes
antisémites

En 2011, un fou nommé Anders Breivik a ouvert le feu en Norvège
tuant 77 activistes de gauche et a blessé 319 personnes. Le
professeur Ola Tunander, un universitaire suédois de premier plan
sur les études en sécurité, a publié un article dans Nytt Nordsk
Tidskift, une grande revue spécialisée, qui affirme que les
attaques étaient le travail des services de renseignements
israéliens, le Mossad. Sans surprise, Tunander a été dénoncé
comme étant antisémite dans la presse israélienne et l’affaire
n’a été que rarement rapportée dans les médias internationaux
propriétés de Juifs. https://www.thelocal.se/20111214/37926

Il n’y avait cependant aucune indication qu’il s’agissait d’une attaque sous faux drapeau, et nous ne devons pas tomber dans le piège qui est celui de considérer chaque attentat comme étant un « false flag » [faux drapeau]. Ce n’est pas parce que les terroristes juifs étaient derrière le 11 septembre et bien d’autres opérations terroristes globales majeures que cela signifie que les terroristes juifs sont derrière toutes les attaques. Cette attaque semble être l’œuvre d’un terroriste « nationaliste blanc » d’extrême droite et il ne manque pas de cinglés dans le milieu du nationalisme blanc.

Nous avons le droit de parler du terrorisme djihadiste et du
terrorisme « nationaliste blanc », mais nous n’avons pas le
droit de mentionner le fait que des pays soutenant ouvertement le
terrorisme comme l’Arabie Saoudite et les régimes sionistes
collaborent étroitement avec Israël ni que ces terroristes
nationalistes blancs peuvent parfois travailler volontairement ou non
pour des intérêts juifs organisés. 

Nous devons prier pour les Juifs

Les chrétiens devraient prier pour les victimes innocentes du
terrorisme de Pittsburgh, mais ils devraient aussi prier pour la
libération des Juifs du judaïsme et leur conversion au
catholicisme. Ne pas le faire constitue de la haine envers les Juifs.
Lorsque le marais de pervers et de criminels qui occupent
actuellement le Vatican aura été drainé, les catholiques du monde
entier ne prieront pas — comme ils ont été encouragés à le
faire — pour le bien-être des juifs criminels et sionistes, mais
pour leur conversion à la seule vraie foi.

Le président Trump a proposé de déployer des gardes armés dans
chaque synagogue américaine. C’est une excellente proposition. En
fait, c’est toute la population américaine qui devrait être
armée. La tyrannie ne peut jamais être imposée sur une population
armée !

Plus d’actions doivent être faites pour protéger les Juifs
d’une alarmante progression d’événements violents contre eux et
les élites juives ont des préoccupations légitimes concernant des
gens qui commettent des crimes similaires contre eux. Ils ont très
justement peur que le dévoilement de leurs activités criminelles
mène à des pogroms, mais ils n’ont rien à craindre de la
critique chrétienne du judaïsme politique puisque les vrais
chrétiens ne prônent jamais la violence ou la haine envers eux.

Les meurtriers de Pittsburgh devraient être exécutés [Note de NM : est-ce cohérent avec le fait que « Le christianisme interdit le meurtre » ?] et les crimes violents contre les Juifs devraient être combattus avec la pleine rigueur de la loi. Cependant, autant nous désirons voir les Juifs guéris du malaise spirituel qui les afflige depuis le tout début de l’entrée du judaïsme dans les affaires humaines, autant nous nous réservons le droit de les critiquer et s’opposer à leurs activités qui « déplaisent à Dieu et sont hostiles à tous les hommes ». Les catholiques aiment et prient pour leurs ennemis, est-ce que les Juifs vont aimer et prier aussi pour leurs ennemis ?

Article original :
http://www.gearoidocolmain.org/love-your-enemyreflexions-on-the-pittsburgh-massacre/