3e confinement : une arme de destruction massive pour la présidentielle

3e confinement : une arme de destruction massive pour la présidentielle

20/03/2021 (2021-03-20)

Par Jean-Michel Grau

En ce samedi 20 mars, premier jour de printemps, notre chef d’État a décidé de fêter l’évènement à sa manière : en reconfinant pour la troisième fois.

Mais pas n’importe où : les régions Île-de-France, Hauts de France, et les départements des Alpes maritimes, de la Seine maritime et de l’Eure.

Sacré virus ! Non seulement, il est capable de se démultiplier en vagues à répétition et autres variants, justifiant autant de mesures liberticides à l’infini, mais en plus, il ne s’attaque maintenant qu’à des zones géographiques bien précises, à savoir uniquement les régions et les départements des candidats potentiels ou déclarés pour la prochaine présidentielle !

Quel merveilleux hasard ! Il est décidément très fort, ce virus !

Reprenons toutes les régions et départements confinés :

  • L’Île-de-France :
    • candidats déclarés : Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon.
    • Candidate potentielle : Valérie Pécresse.
    • Candidate très potentielle : Anne Hidalgo.
  • Les Hauts de France : candidat déclaré : Xavier Bertrand.
  • Les Alpes maritimes : candidat potentiel : Christian Estrosi.
  • La Seine maritime : candidat potentiel : Edouard Philippe.
  • L’Eure : candidat potentiel : Bruno Le Maire.

Tous ces élus des régions et départements précités sont donc des candidats potentiels ou déclarés à la prochaine présidentielle et autant de candidats susceptibles de faire de l’ombre à notre apprenti dictateur, candidat, comme chacun sait, à sa propre succession.

Le virus covid 19, en plus d’être un virus biologique, s’avère donc maintenant être un redoutable virus politique ! Il faut croire que Macron tient les Français en si peu d’estime pour s’imaginer qu’ils ne verront que du feu dans ce pitoyable stratagème, n’importe quelle personne dotée d’un cerveau en état de marche étant capable de démasquer cette énième supercherie de bas étage.

Si le théâtre, tout comme le cinéma d’ailleurs, est connu pour être l’art du mensonge, Macron est un bien piètre acteur, et Brigitte Trogneux, une bien mauvaise professeur de théâtre.

Avec ce troisième confinement à géométrie présidentielle, il nous refait le coup des vaccins, à savoir un chantage gros comme le grand Reset de Klaus Schwab (1), autrement dit :

Les confinements à répétition et la ruine de leurs administrés, voilà ce qui attend jusqu’en avril 2022, les candidats à la présidentielle, s’ils n’abandonnent pas toute velléité de se présenter.

Ou comment punir par la même occasion tous celles et ceux qui auraient l’outrecuidance de voter pour un concurrent de notre Jupiter de salle de bains qui continue du fond de sa baignoire, de découper haché menu, ce qui reste de nos libertés.

En agissant ainsi avec ce 3e confinement, Macron nous rejoue le scénario du chantage écrit pour les réfractaires aux vaccins qui ne pourront jamais plus aller au restaurant, à l’hôtel, ni dans les musées et les concerts ou encore se déplacer en train ou en avion s’ils ne se font pas vacciner.

Mais ce n’est pas tout : le 3e confinement est le scénario idéal pour renvoyer les élections régionales et départementales aux calendes grecques, la décision finale du maintien de ces élections au mois de juin devant se prendre avant le 1er avril, soit en plein confinement. Sacré virus !

Il serait plus que temps de comprendre que tous ces chantages odieux ont assez duré, sachant que les restaurants indépendants ne rouvriront jamais, les théâtres, les cinémas et autres salles de spectacle, non plus, que l’on soit vacciné ou non.

Encore une fois, tout est écrit dans le programme de Klaus Schwab pour spolier tous les biens et les richesses de la classe moyenne par la haute finance et les entreprises transnationales. [1]

Les gens du spectacle qui occupent les théâtres peuvent toujours attendre longtemps : à moins de quitter les théâtres pour monter des barricades dans la rue, ils n’obtiendront jamais rien.

Même chose pour les restaurateurs, dont les subventions qui vont s’arrêter le 30 juin prochain ne leur permettront pas d’échapper à la faillite qui les attend, si ce n’est déjà fait.

La liberté ne s’achète pas : ni avec des vaccins, ni avec des carottes, ni avec des menaces.

On n’a pas à payer pour être libres.

L’inscription « Liberté, Égalité, Fraternité » gravée sur tous les frontons des mairies n’est pas un slogan publicitaire. Sinon, autant la remplacer par « Le pouvoir de dire oui », plus dans l’air du temps… Elle est le témoin d’un combat gagné de haute lutte, de révolution en révolution pour vivre en citoyens libres et égaux en droits, comme inscrit dans la constitution. Mais il est clair que de compromission en compromission, de renoncement en renoncement, de lâcheté en lâcheté de la part de tous les politiques qui se sont succédés dans ce pays depuis des décennies, force est de reconnaître qu’aujourd’hui, la liberté, l’égalité et la fraternité se sont évanouies.

Tout est à reconstruire dès maintenant, si l’on ne veut pas voir la démocratie disparaître à jamais dans une tyrannie mondialiste dont nous serons tous devenus les esclaves consentants.

Désormais, le retour aux libertés ne passera que par l’insurrection.


  1. [1] Klaus Schwab, Covid-19 : la grande réinitialisation, forum publishing[]
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments