Vos pensées contrôlent votre ADN !

[Source : https://www.theepochtimes.com via santeglobale.world]

L’idée commune selon laquelle l’ADN détermine une grande partie de qui nous sommes — non seulement la couleur de nos yeux ou de nos cheveux, par exemple, mais aussi nos dépendances, nos troubles ou notre susceptibilité au cancer — est une idée fausse, a déclaré le biologiste des cellules souches Bruce Lipton, PhD.

« Vous vous retrouvez plus ou moins victime de votre hérédité », a déclaré Lipton dans le documentaire « Biology of Belief » [La biologie des croyances]. « Le problème avec ce système de croyances est qu’il s’étend à un autre niveau. … Vous devenez irresponsable. Vous dites, « Je ne peux rien y faire, alors pourquoi essayer ? » »

« Ce concept dit que vous êtes moins puissant que vos gènes », a expliqué Lipton.

Il a dit que la perception d’une personne, et non la programmation génétique, est ce qui stimule toute action dans le corps :

« Ce sont en fait nos croyances qui sélectionnent nos gènes, qui sélectionnent notre comportement. »

Pour expliquer comment cela fonctionne, il a commencé au niveau des 50 à 65 milliards de cellules qui composent le corps humain. Il a montré comment une cellule fonctionne indépendamment de l’ADN et comment ses perceptions des stimuli environnementaux affectent l’ADN. Il a ensuite appliqué les mêmes principes au corps humain dans son ensemble, montrant le pouvoir que nos perceptions, nos croyances, ont sur l’ADN.

Ce qui suit est un résumé simpliste de la compréhension de Lipton. Pour plus de détails, vous pouvez regarder son documentaire plus bas [dans l’article original en anglais].

Explication en 5 étapes

1. La cellule est comme un corps humain et fonctionne sans ADN

La cellule est comme un corps humain. Il est capable de respirer, de digérer, de se reproduire et d’autres fonctions vitales. Le noyau, qui contient les gènes, est traditionnellement considéré comme le centre de contrôle, le cerveau de la cellule.

Pourtant, lorsque le noyau est retiré, la cellule continue ses fonctions vitales pendant un mois ou plus et elle peut encore reconnaître les toxines et les nutriments. Il semble que le noyau — et l’ADN qu’il contient — ne contrôle pas la cellule.

Il y a 50 ans, les scientifiques ont supposé que les gènes contrôlent la biologie. « Cela semblait tellement correct. Nous avons acheté l’histoire », a déclaré Lipton. « Nous n’avons pas les bonnes hypothèses. »

2. L’ADN est contrôlé par l’environnement

Les protéines remplissent les fonctions dans les cellules et sont les éléments constitutifs de la vie. On a longtemps pensé que l’ADN contrôle ou détermine les actions des protéines.

Lipton propose un modèle différent. Les stimuli environnementaux qui entrent en contact avec la membrane cellulaire sont perçus par les protéines réceptrices de la membrane. Cela déclenche une réaction en chaîne de protéines transmettant ce qui pourrait être décrit comme des messages à d’autres protéines, motivant l’action dans la cellule.

L’ADN est recouvert d’une gaine protectrice de protéine. Les signaux environnementaux agissent sur cette protéine, l’amenant à s’ouvrir et à sélectionner certains gènes à utiliser, des gènes spécifiquement nécessaires pour réagir à l’environnement actuel.

Fondamentalement, l’ADN n’est pas le début de la réaction en chaîne. Au lieu de cela, la perception de l’environnement par la membrane cellulaire est la première étape.

S’il n’y a pas de perceptions, l’ADN est inactif.

« Les gènes ne peuvent pas s’activer ou se désactiver… ils ne peuvent pas se contrôler », a déclaré Lipton. Si une cellule est coupée de tout stimulus environnemental, elle ne fait rien. 

« La vie est due à la façon dont la cellule réagit à l’environnement. »

3. La perception de l’environnement n’est pas nécessairement la réalité de l’environnement

Lipton a cité une étude de 1988 de John Cairns publiée dans la revue Nature intitulée « L’origine des mutants ». Cairns a montré que les mutations de l’ADN n’étaient pas aléatoires, mais se produisaient de manière prédéterminée en réponse à des stress environnementaux.

« Dans chacune de vos cellules, vous avez des gènes dont la fonction est de réécrire et d’adapter les gènes si nécessaire », a expliqué Lipton. Dans un tableau illustrant les découvertes de Cairns dans le journal, les signaux environnementaux se sont révélés distincts de la perception des signaux environnementaux par l’organisme.

La perception de l’environnement par un être agit comme un filtre entre la réalité de l’environnement et la réaction biologique à celui-ci.

« La perception réécrit les gènes », a déclaré Lipton.

4. Croyances humaines, choisir de percevoir un environnement positif ou négatif

Tout comme une cellule possède des protéines réceptrices pour percevoir l’environnement à l’extérieur de la membrane cellulaire, les humains ont les cinq sens.

C’est ce qui aide une personne à déterminer quels gènes doivent être activés pour une situation donnée.

Les gènes sont comme des programmes sur un disque d’ordinateur, a déclaré Lipton. Ces programmes peuvent être divisés en deux classes : la première concerne la croissance, ou la reproduction ; le second concerne la protection.

Lorsqu’une cellule rencontre des nutriments, les gènes de croissance sont activés et utilisés. Lorsqu’une cellule rencontre des toxines, les gènes de protection sont activés et utilisés.

Lorsqu’un être humain rencontre l’amour, les gènes de croissance sont activés. Lorsqu’un être humain rencontre la peur, les gènes de protection sont activés.

Une personne peut percevoir un environnement négatif alors qu’il existe en fait un environnement favorable ou positif. Lorsque cette perception négative active les gènes de protection, la réponse du corps est de passer en mode combat ou fuite.

5. Combat ou fuite

Le flux sanguin est dirigé des organes vitaux vers les membres, qui sont utilisés pour se battre et courir. Le système immunitaire devient de moindre importance. Si vous imaginez les réponses dont nous avions autrefois besoin pour fuir un lion, par exemple, les jambes auraient été infiniment plus importantes dans cette situation immédiate que le système immunitaire. Ainsi, le corps privilégie les jambes et néglige le système immunitaire.

Ainsi, lorsqu’une personne perçoit un environnement négatif, le corps a tendance à négliger le système immunitaire et les organes vitaux. Le stress nous rend aussi moins intelligents, moins lucides. La partie du cerveau liée aux réflexes a plus d’importance en mode combat ou fuite que la partie liée à la mémoire et aux autres fonctions mentales.

Lorsqu’une personne perçoit un environnement aimant, le corps active les gènes de croissance et nourrit le corps.

Lipton a donné l’exemple des orphelinats d’Europe de l’Est, où les enfants reçoivent beaucoup de nutriments, mais peu d’amour. Il a été constaté que les enfants placés dans ces institutions présentaient un retard de développement en termes de taille, d’apprentissage et d’autres domaines. L’incidence de l’autisme est également élevée. Lipton a déclaré que l’autisme dans ce cas est un symptôme d’activation des gènes de protection, comme la construction de murs.

« Les croyances agissent comme un filtre entre l’environnement réel et votre biologie », a-t-il déclaré. Ainsi, les gens ont le pouvoir de changer leur biologie. Il est important de garder une perception claire, a-t-il dit, car sinon vous ne développerez pas biologiquement les bonnes choses pour l’environnement réel qui vous entoure.

« Vous n’êtes pas victimes de gènes », a-t-il dit, demandant au public de réfléchir :

« Avec quelles croyances sélectionnez-vous des gènes? »

[Voir aussi (avec vidéos) :
RÉALITÉ PARALLÈLE-REPROGRAMMER VOTRE VIE
Le Dr Bruce Lipton présente le pouvoir de la Conscience sur la Santé. Si les gens savaient ça, Big Pharma n’existerait plus
Modifier notre ADN via notre conscience !]

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires