Une chercheuse dénonce la censure suite au retrait de son analyse des effets indésirables du vaccin contre le COVID-19 par un journal

[Source : Aube Digitale]

Jessica Rose n’a rien demandé de tout cela. Elle a commencé à analyser les données relatives aux effets indésirables des vaccins contre le COVID-19 dans le seul but de maîtriser un nouveau logiciel. Mais elle ne pouvait pas ignorer ce qu’elle voyait et a décidé de publier les résultats de son analyse. L’instant d’après, elle se trouvait dans un «monde bizarroïde », a-t-elle déclaré à The Epoch Times.

Un assistant en pharmacie d’investigation tient une dose du vaccin COVID-19 de Johnson & Johnson avant de l’administrer dans le cadre d’un essai clinique à Aurora,
dans le Colorado, le 15 décembre 2020.
(Michael Ciaglo/Getty Images)

Un article qu’elle a coécrit sur la base de son analyse a été retiré par la revue universitaire Elsevier dans des circonstances qui ont fait sourciller ses collègues. 

La revue a refusé de commenter l’affaire.

Rose a obtenu un doctorat en biologie computationnelle à l’université Bar-Ilan, en Israël. Après avoir terminé ses études post-doctorales sur la dynamique moléculaire de certaines protéines, elle était à la recherche d’un nouveau défi. Passant à un nouveau logiciel de calcul statistique, elle a cherché un ensemble de données intéressant pour aiguiser ses compétences. Elle a choisi le Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS), une base de données contenant des rapports sur des problèmes de santé survenus après une vaccination et pouvant ou non avoir été causés par celle-ci.

Une infirmière administre un vaccin Covid-19 à un membre du personnel de santé et de soins
à l’hôpital NHS Louisa Jordan de Glasgow,
en Écosse, le 23 janvier 2021.
(Jane Barlow/PA)

Elle a déclaré qu’elle ne cherchait rien de particulier dans ces données.

« Je ne me pose pas de questions », dit-elle.

Ce qu’elle a trouvé, cependant, l’a troublée.

La base de données VAERS existe depuis 1990 et a pour but de donner un signal d’alerte précoce en cas de problème avec un vaccin. N’importe qui peut soumettre les rapports, qui sont ensuite vérifiés pour éviter les doublons. Ils sont en grande partie déposés par le personnel de santé, sur la base de recherches antérieures. Habituellement, il y aurait environ 40 000 rapports par an, dont plusieurs centaines de décès.

Mais avec l’introduction des vaccins contre le COVID-19, les rapports du VAERS ont explosé. Le 7 janvier, on comptait plus d’un million de rapports, dont plus de 21 000 décès. Parmi les autres problèmes notables, on compte plus de 11 000 crises cardiaques, près de 13 000 cas de paralysie de Bell et plus de 25 000 cas de myocardite ou de péricardite.

Rose a trouvé ces données alarmantes, avant de réaliser que les autorités et même certains experts les rejetaient généralement.

« Il est clair que ces autorités et ces experts ne se préoccupent pas des personnes qui subissent des effets indésirables », a-t-elle déclaré.

Les arguments habituels contre les données du VAERS sont qu’elles ne sont pas vérifiées et ne sont pas fiables.

Rose, cependant, estime que ces arguments ne sont pas pertinents : le VAERS n’a jamais été conçu pour fournir des réponses définitives, mais pour donner une alerte rapide et, selon elle, c’est exactement ce qu’il fait.

« Il émet tellement de signaux de sécurité et ils sont ignorés », a-t-elle déclaré.

Une capture d’écran de la page d’accueil du Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS),
qui est coparrainé par les CDC, la FDA et le HHS.
(Capture d’écran/The Epoch Times)

Elle a fait équipe avec Peter McCullough, interniste, cardiologue et épidémiologiste, pour rédiger un article sur les rapports du VAERS concernant la myocardite chez les jeunes – un problème déjà reconnu comme un effet secondaire de la vaccination, bien que généralement décrit comme rare.

Au 9 juillet, ils ont trouvé 559 rapports du VAERS de myocardite, dont 97 chez des enfants âgés de 12 à 15 ans. Certains d’entre eux peuvent avoir été liés au COVID lui-même, qui peut également causer des problèmes cardiaques, mais le nombre de cas était trop élevé pour écarter la probabilité que les vaccins soient impliqués, selon les auteurs.

« Dans les 8 semaines qui ont suivi l’offre publique des produits COVID-19 à la tranche d’âge 12-15 ans, nous avons trouvé 19 fois le nombre attendu de cas de myocardite chez les volontaires vaccinés par rapport aux taux de myocardite de base pour cette tranche d’âge« , indique l’article.

Deux semaines plus tard, le 15 octobre, l’article a disparu du site Web d’Elsevier, remplacé par un avis de « retrait temporaire ». Non seulement les auteurs n’ont pas été informés de la raison, mais ils n’ont pas été informés du tout, selon Rose.

« C’est sans précédent aux yeux de tous mes collègues », a-t-elle déclaré.

Lorsqu’ils ont soulevé la question auprès du journal, on leur a d’abord dit que l’article avait été retiré parce qu’il ne correspondait pas à une « invitation », a déclaré Rose. Cette réponse a été jugée non pertinente par McCullough, qui a menacé de porter plainte pour rupture de contrat. Le journal a alors invoqué ses conditions d’utilisation, affirmant qu’il avait le droit de refuser tout article pour quelque raison que ce soit.

La raison pour laquelle l’article a été retiré n’est toujours pas claire.

« Je m’excuse, mais Elsevier ne peut pas commenter cette enquête », a déclaré Jonathan Davis, responsable de la communication du journal, dans un courriel adressé à The Epoch Times.

Fin novembre, le document a été remplacé par un avis indiquant que « l’article a été retiré à la demande de l’auteur ou des auteurs et/ou de l’éditeur. »

« Cela ressemble juste à une censure bizarre qui n’est pas vraiment justifiée », a déclaré Rose.

Les conclusions de l’article ne sont pas nécessairement controversées. Une étude danoise récente a conclu, par exemple, à un risque élevé de myocardite chez les jeunes gens ayant reçu le vaccin contre le covid de Moderna.

Cependant, il est courant, même pour les articles qui examinent les problèmes potentiels liés aux vaccins, de présenter leurs résultats d’une manière qui soutient toujours la vaccination.

« C’est ce que vous devez dire pour que votre travail soit publié de nos jours », a déclaré Rose.

Son article ne fait rien de tel.

« Dans le cadre de toute analyse risques/bénéfices qui doit être effectuée dans le contexte de produits expérimentaux, les points mentionnés ici doivent être pris en compte avant qu’une décision puisse être prise concernant l’acceptation d’injections à deux doses de ces produits expérimentaux anti COVID-19, en particulier chez les enfants, et en aucun cas, le consentement parental ne doit être supprimé dans quelque circonstance que ce soit pour éviter que des enfants ne se portent volontaires pour des injections avec des produits dont la sécurité ou l’efficacité n’ont pas été prouvées », indique l’article.

Le document qualifie également les vaccins de « produits biologiques injectables », en référence au fait qu’ils sont différents de tous les autres vaccins traditionnels.

Un vaccin traditionnel utilise des « agents pathogènes entiers vivants ou atténués », tandis que les vaccins contre le COVID utilisent de « l’ARNm dans des nanoparticules lipidiques », a expliqué Mme Rose par courriel. Elle a précisé que les nanoparticules lipidiques comprennent « des lipides cationiques qui sont hautement toxiques ». Pfizer, le fabricant du vaccin contre le COVID-19 le plus populaire dans de nombreux pays, a abordé la question en affirmant que la dose est suffisamment faible pour garantir « une marge de sécurité acceptable », selon l’agence européenne des médicaments, le Comité des médicaments à usage humain (pdf).

Rose a également fait remarquer que les vaccins contre le COVID-19 n’ont pas subi « les 10 à 15 années de tests de sécurité auxquels les vaccins ont toujours été soumis… pour des raisons évidentes ».

A ce stade, Rose n’est plus un observateur impartial. La lecture des innombrables rapports VAERS lui a ouvert une fenêtre sur les difficultés de ceux qui pensent avoir été lésés par les vaccins.

« Je parle au nom de tous ces gens », dit-elle.

Un résident en médecine interne est assis dans une salle d’attente
avant de recevoir une dose du vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19
dans un hôpital d’Aurora, dans le Colorado, le 16 décembre 2020.
(Michael Ciaglo/Getty Images)

Dans le passé, 50 rapports de décès dans le VAERS inciteraient les autorités à appuyer sur les freins et à enquêter, a déclaré Rose. Selon elle, cela aurait dû se produire avec les vaccins COVID-19 il y a un an.

Non seulement cela ne s’est pas produit, mais on ne sait même pas ce qui serait suffisant pour convaincre les autorités de le faire.

« Quel est le chiffre limite pour le nombre de décès ? » demande Rose.

Le contre-argument est que les vaccins sauvent plus de vies qu’ils n’en coûtent. Mais, selon Rose, cette logique est erronée puisque les vaccins n’existent pas depuis assez longtemps et n’ont pas fait l’objet d’études suffisamment approfondies pour permettre de déterminer le nombre de vies qu’ils peuvent coûter.

On sait toutefois que le VAERS sous-estime les effets indésirables des vaccins – par un facteur allant de 5 à 100, selon certaines estimations.

Soumettre un rapport VAERS prend environ 30 minutes et de nombreux médecins n’ont tout simplement pas le temps, a déclaré Rose. Certains peuvent avoir l’impression que le fait de remplir le rapport peut les faire passer pour des « anti-vaxx ». D’autres peuvent simplement ne pas associer le problème de santé auquel ils sont confrontés à la vaccination. D’autres encore ne sont peut-être même pas au courant de l’existence du VAERS.

Il est peu probable qu’un nombre significatif de rapports soient frauduleux, a-t-elle suggéré, rappelant que la soumission d’un faux rapport est un délit fédéral.

Rose a maintenant rejoint les rangs des médecins et chercheurs dissidents sceptiques à l’égard de la ligne officielle sur les vaccins et la pandémie en général. Elle décrit cette démarche comme quelque chose qu’elle est obligée de faire en dépit des obstacles qu’elle rencontre.

« Nous ne voulons pas faire cela. Mais c’est notre devoir. Les médecins ont fait le serment de ne pas faire de mal. Et les chercheurs intègres ne peuvent pas détourner le regard de cette question », a-t-elle déclaré par courrier électronique.

Traduction de The Epoch Times par Aube Digitale

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires