Soirées colère (témoignage)

27/11/2023 (2023-11-27)

[Source : maximetandonnet]

Par Maxime Tandonnet

Les soirées de printemps, d’été ou d’automne, entre amis, se succèdent et se ressemblent. La plupart de mes amis sont des femmes et hommes de ma génération, un peu plus jeunes ou un peu plus vieux parfois, anciens électeurs de VGE en 1981 (les plus âgés), de Chirac, de Sarkozy et de Fillon en 2017 — malgré tout. Ils étaient pour le RPR/UDF, l’UMP et puis LR jusqu’à 2017. Aujourd’hui, d’une soirée à l’autre, c’est la colère qui prédomine, une colère dont les états-majors politiques ont sans doute du mal à sentir la virulence. Ils en veulent immensément à la « droite » d’avoir, quand elle était au pouvoir, disent-ils, laissé se dégrader la situation sécuritaire et migratoire et s’installer le chaos qui ne cesse, depuis, de s’aggraver. Ils sont interloqués des trahisons ou des ambiguïtés en faveur du macronisme depuis 2017, notamment la manière dont « la droite » a servi de roue de secours et sauvé la macronie pendant la réforme des retraites… pour des clopinettes — ils le savent mieux que quiconque. Ils n’ont aucune appétence pour le RN, jugeant MLP exagérément obtuse et « pas très intelligente » ni pour aucun courant aboyeur d’ailleurs. Ils haïssent plus que tout la mystification macroniste, un écran de fumée pour couvrir la faillite, le chaos et l’effondrement. Ils se sentent abandonnés, trahis. Donc, ils ne croient plus en rien et plus en personne. S’ils revotent un jour, me disent-ils tous, ce sera par colère et jamais plus pour « ces gens qui les ont trompés “. Je ne fais là que répercuter ce que j’entends. ‘Tu te souviens comme j’admirais NS ? Tu te rends compte…’ me dit l’une d’elles, dépitée… Voilà, c’est ce que j’entends tous les jours dans ce milieu et quand on me demande, en quête d’une étincelle d’espoir : comment tu vois les choses pour l’avenir ? Je n’ai pas vraiment de réponse à leur apporter. La France est comme un bateau fantôme dont les passagers sont abandonnés en pleine tempête planétaire. Je leur réponds dans le vague : l’expérience de l’histoire montre que l’espoir vient toujours quand on s’y attend le moins et de l’horizon le plus inattendu à la suite d’événements dramatiques, de nouvelles équipes finiront par émerger. Mais cela ne suffit à convaincre personne, même pas moi, ou alors si peu.

Commentaire

Dorine dit :

Je pense que les électeurs PS pensent la même chose et se sentent floués.
La faute au clientélisme politique. On raconte n’importe quoi, et surtout pas la Vérité, pourvu qu’on ait des électeurs et les sous qui vont avec, ainsi que les privilèges que ces messieurs et dames politiques s’octroient. Bien sûr, il y a dans le lot des politiques honnêtes, mais ils se font rares. Il y a aussi les idéologues comme Robespierre, qui ne voient que le but ultime de leur idéologie et sont prêts à décapiter toute opposition.
Le clientélisme dans la cité a précipité la chute de la République romaine. CQFD
La démocratie n’est plus qu’une illusion : on a utilisé l’immigration pour sa main-d’œuvre pas chère et corvéable. Et on pompe les Français en taxes et impôts pour alimenter la finance… Je ne suis pas loin de penser que les labos pharmaceutiques dictent maintenant la politique de la Santé !

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires