Les mondialistes considèrent Trump et le populisme comme les principaux obstacles à un ordre mondial collectiviste

22/01/2024 (2024-01-22)

[Source : frontline.news]

Les dirigeants de Davos n’ont pas de solutions sérieuses face à la résurgence du populisme.

Par Caryn Lipson

Le coup de grâce pour ce qui reste de l’ordre mondial

Les mondialistes réunis au Forum Économique Mondial (FÉM) de Davos discutent ouvertement de leur crainte d’une victoire de Trump en 2024. Leur préoccupation, comme l’explique l’assistant personnel de Klaus Schwab, Yuval Noah Harari, est qu’une victoire de Trump détruira l’« ordre mondial ». De même, Harari a fait preuve de mépris à l’égard du peuple américain qui a élu Trump et a assimilé le patriotisme au fait de ne pas se soucier du reste du monde, comme l’a rapporté l’auteur de Valuetainment, Shane Devine :

Yuval Noah Harari, contributeur au Forum économique mondial (WEF) et auteur de Sapiens, a récemment déclaré qu’un second mandat de Trump serait le « coup de grâce » porté à l’ordre mondial…

Lorsqu’on lui a demandé s’il était préoccupé par la réélection de Trump dans un épisode du podcast « The Diary of a CEO », téléchargé il y a cinq jours, Harari a répondu :

« Je pense que c’est très probable, et si cela se produit, ce sera probablement le genre de coup mortel porté à ce qui reste de l’ordre mondial. Et il le dit ouvertement. Il faut bien comprendre que beaucoup de ces hommes politiques présentent une fausse dichotomie, une fausse vision binaire du monde, comme s’il fallait choisir entre le patriotisme et le mondialisme, entre la loyauté envers sa nation et la loyauté envers une sorte de, je ne sais pas, gouvernement mondial ou quoi que ce soit d’autre ».

Plus tôt dans l’interview, il a critiqué l’état d’esprit des membres de l’électorat américain qui ont voté pour Trump en 2016, le caractérisant comme une position isolationniste insensée qui ne manquera pas d’entraîner des guerres et des catastrophes.

Alors que Harari, comme d’autres détracteurs de Trump, a accusé l’ancien président d’être un isolationniste, Harari ajoute curieusement l’accusation selon laquelle son isolationnisme est « sûr de provoquer des guerres ». Harari, à propos duquel Current Affairs dit « qu’il sacrifie la science au sensationnalisme, et que son travail est truffé d’erreurs », n’a pas expliqué comment l’isolationnisme provoque des guerres. Les États-Unis ne sont pas entrés dans de nouvelles guerres pendant la présidence de M. Trump.

Devine a posté ce tweet de Harari discutant d’une victoire de Trump en 2024 :

L’interview complète de Harari peut être visionnée sur The Vigilant Fox.

Les élites se sont désignées pour construire votre avenir — et celui de tous les autres

Harari a laissé entendre que la crainte des Américains d’une transition vers un gouvernement mondial, qui les a poussés à soutenir Trump, est un non-sens stupide. Dans la vidéo ci-dessous, cependant, Klaus Schwab dit essentiellement cela, en disant aux participants à la conférence 2022 du FÉM à Davos que c’est leur puissante communauté qui est en charge de construire l’avenir du monde :

Le WEF frustré par les populistes

Nahal Toosi, correspondant principal de Politico pour les affaires étrangères, a résumé la frustration des dirigeants du FÉM face à leur incapacité à progresser plus rapidement vers un collectivisme mondial :

Dans la lutte transnationale contre la résurgence du populisme, les dirigeants d’entreprise présents à Davos ne semblent pas avoir de solutions sérieuses…

Loin d’y voir le moment de faire reculer l’insularisme, les dirigeants se préparent à un retour de bâton sans fin…

Comme beaucoup d’autres observations politiques présentées ici, elle aurait pu être partagée à n’importe quel moment de la dernière décennie. Si des leçons ont été tirées des convulsions populistes les plus aiguës du monde — la première administration Trump, l’expérience Bolsonaro au Brésil, la mise en œuvre du Brexit et d’autres — elles n’ont pas été mises en évidence.

Une certaine dissidence est permise — l’agriculture et la pêche ne sont pas des « écocides ».

Lors de la conférence 2024 du FÉM qui s’est tenue à Davos la semaine dernière, le président de la Heritage Foundation et de Heritage Action for America, le Dr Kevin Roberts, a été invité à participer à un panel discutant de ce que l’on peut attendre d’une administration républicaine.

M. Roberts avait écrit un article d’opinion avant la conférence, dans lequel il déclarait que le FÉM devait accepter que les nations, les familles et les individus aient le droit de se gouverner eux-mêmes. Evita Duffy-Alfonso, rédactrice pour The Federalist, a rapporté l’article de M. Roberts :

M. Roberts a écrit qu’il avait accepté l’invitation pour délivrer un message aux élites mondiales.

« Davos doit accepter les vertus morales, les avantages pratiques et les droits naturels des nations, des familles et des individus à se gouverner eux-mêmes », écrit-il, sinon « nous, le peuple », « prendrons les choses en main ».

« L’agenda que chaque membre de l’administration doit avoir est de compiler une liste de tout ce qui a été proposé au Forum Économique Mondial, et de s’opposer à tout cela en bloc », a-t-il ajouté.

Les affirmations de M. Roberts sont fondées sur la crainte réelle qu’éprouvent les gens face aux propositions politiques despotiques du FÉM. Jusqu’à présent, lors de la conférence de 2024, les élites mondiales ont discuté de l’instauration d’un « nouvel ordre mondial », décrié la « désinformation et la mésinformation » et qualifié l’agriculture et la pêche d’« écocide ».

« Je pense que le président Trump, s’il remporte un second mandat, s’inspirera des sages paroles du [président argentin] Javier Milei, qui a déclaré qu’il n’était pas au pouvoir pour guider les moutons, mais pour réveiller les lions », a conclu le président de Heritage. « C’est ce que l’Américain moyen et la personne libre moyenne de la planète Terre attendent de leurs dirigeants. »

Pour en savoir plus sur le discours de M. Roberts à Davos, regardez Patrick Bet-David et Glenn Beck de Valuetainment qui analysent la défense des valeurs familiales et du patriotisme par M. Roberts.

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires