Les écoles australiennes doivent cesser d’appeler les enfants « garçons et filles »

Les écoles australiennes doivent cesser d’appeler les enfants « garçons et filles »

06/06/2021 (2021-06-06)

[Source : anguillesousroche.com]

[Note de Joseph : l’homogénéisation et l’uniformisation représentent un mouvement qui va dans le sens du chaos, conforme à la logique franc-maçonne de la construction d’un Nouvel Ordre Mondial en passant d’abord par la destruction. Ce mouvement est contraire à celui de l’organisation des formes et structures (sociales et autres) par la Conscience. Et il l’est d’autant plus qu’il tend à couper les êtres humains de leur essence en leur faisant développer une vision et une approche matérialistes de la vie.
Voir notamment La loi de dégradation ou d’augmentation du désordre et du chaos)
et Le Nouvel Ordre Mondial par le chaos.]

En Australie, des enseignants ont reçu l’ordre d’imposer à leurs élèves un programme « woke » d’extrême gauche et de cesser d’appeler les enfants « garçons et filles » afin de rendre la classe plus neutre sur le plan du genre.

Selon les nouvelles directives en matière d’éducation, les enseignants doivent utiliser des termes tels que « autre » et éviter de qualifier les choses de « normales » afin de mieux intégrer les minorités.

Ces directives invitent le personnel scolaire à transmettre aux enfants les craintes liées à « l’urgence du changement climatique » et à promouvoir la « superdiversité ».

C’est ce que rapporte Dailymail.co.uk : Un chapitre du livre, édité par des universitaires de l’université Monash, encourage les enseignants à « s’engager à dire la vérité sur la réalité de la dégradation du climat ».

« Une politique associée devrait être utilisée pour rassembler la communauté scolaire, en s’appuyant sur l’énergie, les idées et les capacités de cette dernière, même si cette politique est susceptible d’être exigeante et d’une grande portée », peut-on lire dans le livre.

Le livre – Building Better Schools with Evidence Based Policy – indique également aux enseignants qu’ils peuvent promouvoir l’inclusion dans la classe s’ils « embrassent activement la diversité ».

Le terme « anglais en tant que deuxième langue » devrait être remplacé par l’expression « émergent – bilingue » pour donner plus d’assurance aux élèves qui parlent plusieurs langues.

Les termes « garçons et filles » devraient également être retirés de l’usage courant dans les écoles, suggère le livre.

Défendant son chapitre sur le climat, l’auteur universitaire Alan Reid a déclaré que les enseignants devraient encourager les élèves à débattre des concepts qu’il soulève.

« Une école peut également écouter et contester certains points de vue, et préciser ce qui reste à la porte de l’école, pour ainsi dire, étant donné le contrat social en matière d’éducation », a-t-il déclaré au Daily Telegraph.

Kel Richards, animateur radio de Sydney, a déclaré qu’essayer de supprimer le mot « normal » de l’usage en classe était voué à l’échec.

« Quoi qu’ils fassent en classe, quoi qu’ils disent, quel que soit le rapport publié, le mot “normal” sera toujours là et nous l’utiliserons toujours », a-t-il déclaré.

Cette révélation intervient quelques semaines après qu’il a été révélé que les écoles de Melbourne étaient invitées à utiliser des pronoms neutres et à remplacer « maman et papa » par « parent » dans le cadre d’une campagne visant à améliorer l’inclusion des étudiants LGBTQI+.

Les toilettes unisexes, les équipes sportives non mixtes et le déploiement de drapeaux arc-en-ciel sont également recommandés pour améliorer l’inclusion.

Certaines écoles sont même encouragées à empêcher les enseignants et les élèves d’utiliser des mots tels que « maman »« papa » et « petit ami », dans une tentative controversée de bannir les mots sexués.

Les mots « parent » et « partenaire » sont préférés.

S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments