Le prépuce des bébés est utilisé dans la fabrication des vaccins

[Source : vactruth.com]

Traduction : Jean Bitterlin

Avertissement : Certaines personnes pourront trouver choquante l’information contenue dans cet article et ses images bouleversantes.

Chaque année des enfants sont circoncis. Pendant cette procédure chirurgicale, une partie du tissu pénien protecteur est enlevée. Ce tissu enlevé de son pénis peut être vendu à des sociétés et institutions en recherche du grand nombre de cellules fibroblastes humaines et d’autres cellules qu’il contient. La plupart des personnes ne sont pas au courant que depuis des décennies, les fabricants de vaccins ont utilisé ces prépuces dans la recherche, la culture et la mise au point des vaccins.

Certains microorganismes utilisés par les fabricants de vaccin ont besoin de cellules humaines vivantes afin qu’ils puissent se reproduire. Les cellules du prépuce sont utilisées à cet effet. Les cellules du prépuce peuvent être utilisées pour changer un microorganisme sauvage trouvé dans la nature en un microorganisme génétiquement modifié dans le but de l’utiliser dans les vaccins.

Les prépuces des bébés sont utilisés pour la recherche pour la rubéole, la varicelle et le papillomavirus humain (HPV). Ils sont utilisés dans la fabrication des vaccins à cytomégalovirus sur lesquels les compagnies pharmaceutiques travaillent depuis quelques décennies. Ce vaccin utilisant les cellules du prépuce a déjà été créé et les essais cliniques ont déjà commencé. L’ADN de l’enfant dont le prépuce a été utilisé dans la fabrication du vaccin ne peut pas être entièrement enlevé des vaccins avant l’administration. Les chercheurs utilisent également le prépuce pour créer des lignées cellulaires immortalisées de télomérase transcriptase inverse pour être utilisées dans les vaccins.

Des cellules isolées du prépuce de l’enfant sont préférées parce que les cellules de l’enfant ont une durée de vie supérieure à celles isolées du prépuce d’un adulte. Le problème en cours avec les compagnies qui utilisent le prépuce des enfants pour mettre au point des vaccins et d’autres produits est immense ; seule une petite partie peut être abordée ici pour en discuter. Il est important de rechercher comment les vaccins sont fabriqués avant de les recevoir, si vous voulez éviter des contaminants indésirables dans votre corps.

Les hôpitaux et cliniques peuvent vendre des prépuces prélevés sur des nouveau-nés

Ce que nous appelons prépuce est en fait une partie d’un système entier de peau aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Chez l’homme durant l’opération de circoncision, de vingt à cinquante pour cent de la peau qui protège le pénis est enlevée chirurgicalement, avec ou sans analgésique. Il y a des fois où des accidents chirurgicaux se produisent et on en enlève davantage.

Si un hôpital ou une clinique obtenait le consentement pour utiliser le prépuce à des fins qu’ils pensaient être désirés, le prépuce pouvait alors être vendu à ce moment-là, même si le bébé ne survivait pas.

Prépuce en train d’être enlevé durant une opération de circoncision.

L’ablation chirurgicale du prépuce tue au moins un nouveau-né garçon tous les deux jours aux États-Unis. Avant d’être circoncis, ces nouveau-nés sont déjà en train d’essayer de débarrasser leur corps des produits chimiques toxiques qu’on leur a injectés, piqûre de vitamine K de synthèse et vaccin Hépatite B qu’on leur a donné peu de temps après la naissance. Ces décès lors de circoncision se produisent généralement suite à une infection qui se produit, à un traumatisme profond, à une perte de sang, ou parce que leurs petits poumons explosent suite à leurs pleurs intenses. Ceci est une estimation prudente, puisque les décès suite à la circoncision ne sont habituellement pas signalés aux États-Unis ou ailleurs.[1][2]

Chaque hôpital ou clinique détermine ce qu’il advient du morceau de peau excise. Il peut être jeté en tant que déchet biologique, donné aux parents qui veulent le garder, ou il peut devenir la propriété de l’hôpital ou de la clinique pour un usage ultérieur qui leur semble nécessaire, si un formulaire de consentement a été signé dans ce sens.

Comment les cellules de prépuce sont isolées

Après la circoncision du bébé, si le but est de vendre le prépuce dans un but lucratif, il peut être conservé et vendu d’une manière légale. Les prépuces peuvent également faire l’objet de don.

Une fois que le prépuce a été obtenu par les chercheurs dans un laboratoire il subit de nouveaux traitements. Le prépuce est posé sur une coupelle puis coupé en lamelles. Il est ensuite trempé dans une solution enzymatique pour favoriser la séparation des couches de tissus. Lorsque cette séparation a eu lieu, chaque lamelle de prépuce est enlevée afin de séparer la couche épidermique extérieure de la couche cutanée qui se trouve dessous. Les deux sortes de couches sont mises dans des coupelles séparées. Ceci afin d’isoler les cellules spécifiques de chaque couche.

La couche épidermique du dessus contient des cellules qui produisent la kératine, appelées kératinocytes. La couche du derme du dessous contient les cellules fibroblastes. Ce sont ces kératinocytes et les cellules fibroblastes qui sont utilisés pour la recherche, la culture et la mise au point de vaccins.

Une liste qui donne toutes les étapes de cette opération est exposée sur la page Internet de Thermo Fisher Scientific, titrée Isolation, Culture Primaire et Cryoconservation des Fibroblastes Néonataux humains.[3]

Tiré de la publication :
« Isolation et culture des kératocytes humains obtenus de la peau ou de cheveux fraîchement prélevés en vue de la production de cellules souches pluripotentes induites.
Figure 2 : Isolation enzymatique de l’épiderme et du derme. (a) L’échantillon de prépuce ou d’une autre peau est placé de telle sorte que le côté épiderme soit placé en dessous (dans le cas présenté épiderme à pigmentation foncée) et le tissu conjonctif détaché est gratté à l’aide d’un scalpel. (b) Le tissu est coupé en plus petits morceaux de 4 à 5 mm de largeur et placé dans une solution de dispase (enzyme — NdT)durant une nuit à 4°C. (c) Le jour suivant, l’épiderme est décollé et placé dans une deuxième coupelle dans le milieu. (d) Le résultat final est une coupelle avec le derme qui peut être utilisé pour l’isolation de fibroblastes et l’autre coupelle peut être utilisée pour l’isolation de kératocyne. »[4]

Il y a d’autres méthodes pour arriver à ce que le prépuce se sépare en deux.[5]

Une fois que les cellules spécifiques du prépuce sont isolées, le prépuce a été dégradé et n’est plus reconnaissable. L’image ci-dessous montre des cellules isolées de fibroblaste du prépuce d’un bébé après qu’elles aient été nourries par une mixture de croissance dans laquelle il y avait du sérum fœtal de bovin.

Crédit Image : Primcells.com
Vue microscopique de cellules fibroblastes altérées de prépuce, utilisées pour la recherche
« Les fibroblastes de la peau sont des cellules qui se trouvent sous la couche de derme de la peau et qui sont responsables de la fabrication de la matrice extracellulaire et du tissu conjonctif de la peau. Ces cellules jouent un rôle important dans la guérison de blessure et dans la régénération de la peau. Les fibroblastes de peau humaine néonatale issus de cellules souches sont préparés avec les standards les plus élevés à partir de tissu de prépuce. Ils gardent une très grande capacité de prolifération et peuvent être cultivés avec au moins 20 duplications. Ces cellules sont le choix idéal pour toutes les recherches liées à la peau. »[6]

Les cellules de prépuce de nouveau-né sont alors cryoconservées et prêtes pour une commande

Après d’autres manipulations, les cellules sont habituellement gardées dans un tube et cryoconservées dans de l’azote liquide jusqu’à ce qu’elles soient vendues et utilisées pour de nouvelles recherches.[7]

« Le Dr Tinari estime qu’entre l’opération et la valeur de revente du prépuce, chacun prépuce vaut environ 100 000 dollars. »[8]

Des tubes de cellules fibroblaste qui proviennent de prépuce de nouveau-né valent beaucoup d’argent. Un tube de ces cellules fibroblaste d’un prépuce de nouveau-né âgé de 2 semaines ou moins est vendu des centaines de dollars par tube.[9][10]

Des kératocytes isolés et cryogénisés provenant de prépuce humain néonatal et contenant des séquences d’ADN viral du singe SV40 cancérigènes sont vendus pour un montant de près de mille dollars par commande, provenant d’un prépuce prélevé sur un nouveau-né.[11]

Les compagnies pharmaceutiques achètent ces cellules. Elles peuvent prendre des microorganismes et les faire pénétrer dans les cellules du prépuce en se servant de substrats de culture issus de sang de veau et d’autres produits chimiques afin qu’elles puissent cultiver des souches vaccinales génétiquement modifiées. Ceci est fait pour fabriquer de nouveaux vaccins et pour la recherche de ceux qui existent déjà.[12][13]

Mise en vente de cellules fibroblastes de prépuce humain néonatal.
Crédit Photo : Advancedbimatrix.com

La mise au point de vaccin à cytomégalovirus utilisant du prépuce est en cours

En fait il y a des centaines de vaccins qui sont actuellement mis au point ; quelques-uns sont fabriqués en utilisant les cellules fibroblastes de prépuce.[14]

Pendant plusieurs décennies il y a eu des tentatives de créer un vaccin contre une infection d’un cytomégalovirus congénital qui peut passer de la mère à son futur bébé pendant la grossesse si la mère a été infectée. Bien qu’il n’ait pas été prouvé qu’un virus est la cause de l’infection — il est plus probable qu’elle soit causée par le régime alimentaire, la pollution environnementale, les vaccins, les pesticides et d’autres produits chimiques de synthèse qui ont été au contact de la personne — les chercheurs, d’une façon ou d’une autre, supposent que cette infection est causée par un virus et ils veulent un vaccin pour cela.

Un vaccin à cytomégalovirus (VCM) élaboré à partir de prépuces humains est déjà entré en phase d’essais cliniques. Le prépuce est utilisé pour atténuer la souche vaccinale, ce qui signifie que la souche du vaccin lui-même a été affaiblie par rapport à son état originel pour la rendre moins virulente dans le vaccin. L’ADN du nouveau-né mâle dont provient le prépuce finit par se trouver dans le vaccin parce que cet ADN ne peut être complètement enlevé.[15]

Méthode d’atténuation du cytomégalovirus et information sur le brevet US 4058598 A du vaccin

« L’atténuation de la souche du VCM nécessite un nombre considérable de passages dans des cultures de tissus, particulièrement dans des cellules fibroblastes humaines, pour réduire fortement sa pathogénicité, mais sans qu’elle perde une immunogénicité et une infectiosité suffisantes. »

« Les cultures de cellules susceptibles de convenir pour des passages en série de la présente invention comprennent des cultures de cellules humaines, de préférence exemptes de virus contaminants ou autres microorganismes tels que le mycoplasme… Des cellules primaires et secondaires de fibroblastes humains sont spécialement appropriées pour ce but, telles que le célèbre fibroblaste embryonnaire (M.A.F.), les fibroblastes de fœtus et les cellules diploïdes de fibroblastes de poumon embryonnaire… »

« Les cellules humaines se sont révélées indispensables pour les VCM parce que le virus a une grande spécificité d’espèces et ne se cultive bien que dans les cellules humaines. Les cellules à fibroblastes sont préférées dans ce but… »

« Il est préférable de multiplier le virus dans plus qu’une de ces cellules à fibroblastes. Un historique de passages qui comprend au moins 8 passages dans chacun des types de cultures mentionnées plus haut, par exemple, le M.A.F., les fibroblastes de prépuce humain, H.E.L., les cellules M.R.C. 5 a été retenu. »[16]

Vaccins à cytomégalovirus et information sur le brevet WO 2009049138 A1 des méthodes de production

« Il a été prouvé conformément avec la présente invention que les souches de VCM de laboratoire qui ont subi des passages répétés sur des fibroblastes peuvent être traitées avec succès par multiplication sur la lignée cellulaire choisie. »

« Par exemple une souche VCM peut être passée de multiples fois dans des fibroblastes puis amplifiée dans des cellules épithéliales pour être ensuite utilisée pour produire un vaccin. Il serait souhaitable que les VCM puissent être amplifiées/multipliées sur une ou plusieurs séries dans le type de cellules sélectionné. »[17]

Vaccins à cytomégalovirus et information sur le brevet US 20100285059 A1 des méthodes de production

« Des méthodes pour faire croître la diversité des vaccins à cytomégalovirus par la sélection des types de cellules dans lesquelles le virus se propage et l’utilisation des cytomégalovirus produits par ces méthodes dans la mise au point des compositions du vaccin ont été publiées. Les compositions des vaccins y compris le VCM isolé provenant de cellules épithéliales ont également été publiées »

« L’invention concerne généralement le champ de la mise au point de vaccins. Plus spécifiquement l’invention concerne les méthodes pour augmenter la diversité des vaccins à cytomégalovirus au travers de la sélection d’un type de cellule dans lequel le virus est multiplié et l’utilisation des cytomégalovirus produits par ces méthodes dans la mise au point des compositions des vaccins.[18]

Lignées cellulaires immortalisées de transcriptase inverse de télomérase humaine (hTERT) pour l’utilisation de l’information des vaccins

« Les lignées cellulaires immortalisées ATCC de transcriptase inverse de télomérase humaine représentent une rupture dans la recherche en biologie cellulaire qui combine la nature in vivo des cellules souches avec la capacité classique des lignées cellulaires de survivre en continu in vitro »[19]

Lignées cellulaires immortalisées Htert, leur préparation et l’utilisation de l’information donnée par le brevet WO 20020116555 A2

« Une lignée cellulaire immortalisée est fournie ce qui est adapté pour son utilisation dans la production de vaccins … »

« Comme décrit ci-dessus, les souches de fibroblastes humains ont une durée de vie limitée. Ce qui est par conséquent un problème spécifique pour les chercheurs qui travaillent sur le HCMV. Des variations expérimentales sont causées parce que les différents laboratoires se servent de différentes souches cellulaires et, comme ils accroissent les doublements de population, les fibroblastes changent. Les stocks de fibroblastes s’épuisent et des agents contaminants (par ex le mycoplasme) peuvent être introduits en utilisant de nouvelles cellules (ce qui arrive typiquement avec les fibroblastes de prépuce humain). »

« Il a aussi été démontré que des cellules fibroblastes de prépuce humain immortalisées étaient capables avec des papillomavirus humains de type 16 E6 et E7 oncogènes de rendre efficace la réplication de virus »[20]

Le prépuce utilisé pour la recherche d’information du vaccin de la rubéole

Un extrait tiré d’une étude de 1979 dont le titre était Immunodépression et isolation du virus de la rubéole à partir de lymphocytes humains après vaccination avec deux vaccins de la rubéole explique comment les souches vaccinales créées pour la rubéole ont subi des passages par le prépuce pour la recherche.

« La stimulation par PHA des lymphocytes infectés in vitro avec des vaccins du virus de la rubéole. Les lymphocytes de 4 personnes vulnérables ont été infectés avec des doses différentes de vaccins du virus de la rubéole, deux d’entre eux avec le RA27/3, les autres avec le HPV77. Les virus des vaccins avaient subi deux passages dans des cultures tissulaires : RA27/3 dans des cellules fibroblastes de prépuce humain et HPV77 dans des cellules Véro. »[21]

Le prépuce utilisé dans la recherche d’information pour le vaccin HPV

Une étude explicite, L’utilisation de cultures de cellules de prépuce humain pour l’isolation du groupe de virus de l’herpès dans le laboratoire de recherche, explique commentdivers prépuces ont été utilisés pour développer les vaccins HPV, se servant de types spécifiques de souris qui étaient sérieusement mutilées durant cette expérience.

« Les cultures cellulaires provenant de tissus de prépuce humain ont été utilisées pour l’isolation de virus des spécimens diagnostiqués. Les prépuces ont été recueillis dans une solution équilibrée de Hank et ensuite traités le même jour en les dispersant dans de la trypsine. Une semaine après le traitement des tissus à la trypsine, les premières cultures cellulaires étaient prêtes à l’emploi. Des sous-cultures en continu in vitro ont engendré une colonie de cellules qui se multipliaient librement in vitro et ont encouragé la croissance de virus du groupe des herpès. Dans trois cas testés dans notre laboratoire ces six derniers mois, des virus du groupe des herpès ont été isolés sur le HES. Les changements cytopathogènes des cellules HFS (Human Foreskin—prépuce humain—NdT) ont été observés 5 à 8 jours après l’infection. Ces changements n’ont pas été constatés sur deux autres cultures de cellules d’origine humaine (WI-38et Hep2) ou sur des cellules primaires de rein de singe. Les virus isolés de ces trois cas étaient des cytomégalovirus (CMV) de l’urine d’un nouveau-né de 2 semaines, un second CMV d’une lésion cutanée d’un patient ayant subi une greffe rénale et un troisième un virus herpès simplex d’un frottis de l’œil d’une jeune fille. Après quelques sous-cultures sur les cellules HFS, les trois virus ont produit du CPE sur d’autres cellules humaines prédisposées. La préparation des cellules HFS est aisée, la disponibilité du tissu est élevée et la valeur diagnostique est incontestable. Il serait souhaitable que ce tissu et ses cultures cellulaires soient utilisés plus souvent pour les diagnostics et dans les laboratoires de recherche. »[22][23]

Le prépuce utilisé dans la recherche d’information du vaccin de la varicelle

Les études sur le virus varicelle-zona (VZV) ont également été faites en utilisant du prépuce de nouveau-né. HFF signifie human foreskin fibroblasts (Fibroblastes de prépuce humain).

Une étude, Résultats de l’expression atypique des cyclines et de l’activité de la kinase dépendant de la cycline lors de l’infection de fibroblastes de prépuce humain par le virus varicelle-zona, indique :

« La réplication du VZV est limitée aux cellules humaines et aux cellules de singe et beaucoup de lignées cellulaires utilisées pour multiplier le virus proviennent de carcinomes dans lesquels le cycle de la cellule est perturbé. Par conséquent, les cellules primaires HFF ont été retenues pour ces études, car elles s’inhibent au contact lorsqu’elles atteignent une densité élevée, ce qui imite leur état de repos dans le derme et le mécanisme de leur cycle cellulaire est régulé d’une manière habituelle. »[24]

Autres usages du prépuce de nouveau-né

Les chercheurs ont également trouvé des moyens de modifier les cellules d’un prépuce de nouveau-né pour arriver à cultiver une surface de 250 000 pieds carrés de peau afin d’en faire des greffes pour les grands brûlés et les patients diabétiques.

Le prépuce est utilisé à des fins de recherche sur cellules souches, pour fabriquer des cosmétiques, même des cosmétiques injectables. Ils sont utilisés pour renouveler les paupières et utilisés par des chirurgiens stomatologistes pour remodeler la bouche. Et la liste continue. Tout simplement ce n’est pas parce que les chercheurs ont trouvé de nombreux usages pour le prépuce que cela rende tout ceci acceptable. Il est important d’avoir conscience que les hôpitaux et cliniques ont chacun leur propre formulaire de consentement en ce qui concerne le prépuce. Ce qui est écrit en petit caractère peut aider à déterminer ce qu’il advient du prépuce lorsqu’il est prélevé.

Il faut que les parents fassent les recherches et apprennent ce qui passe dans ces aiguilles des vaccins.[25][26]

La population vaccinée est génétiquement modifiée

Les vaccins obtenus par culture cellulaire sont contaminés, y compris ceux fabriqués à partir de prépuce humain. Ces cultures cellulaires sont considérées comme hasardeuses et peuvent répandre des maladies infectieuses. Par conséquent ils ne devraient pas être injectés ou administrés par voie orale si le but est de garder la population en bonne santé. Des cellules utilisées pour fabriquer ces vaccins, et qui proviennent de toute source biologique issue d’organismes vivants, peuvent se retrouver dans le produit final qui finit dans la population vaccinée.[27]

Conclusion

Les laboratoires qui fabriquent les vaccins ont souvent utilisé du sang et des parties du corps de vaches, chiens, vers, souris, poulets, nouveau-nés humains, singes, cochons d’Inde, lapins, rats, etc., pour faire ces vaccins donc l’utilisation de prépuces de nouveau-nés ne surprendra pas tout le monde. Pour bon nombre c’est quelque chose d’effroyable.[28]

Les circoncisions alimentent des industries multimilliardaires. Si vous voyez du prépuce néonatal à vendre, ce qu’on trouve très facilement sur Internet, rappelez-vous que ces enfants nouveau-nés n’ont pas donné leur accord pour être circoncis ni leur accord pour que leur prépuce soit vendu, utilisé à des fins de recherche ou injectés dans des personnes par le biais des vaccins.[29]

De nos jours de plus en plus de parents cherchent à connaître le dessein du prépuce et des vaccins, et veulent laisser leurs nouveau-nés tels qu’ils sont nés, intacts et exempts de vaccins.

Références

  1. http://www.drmomma.org/2010/05/death-from-circumcision.html
  2. http://www.cirp.org/library/death/
  3. https://www.thermofisher.com…neonatal-fibroblasts.html
  4. https://pdfs.semanticscholar.org…pdf
  5. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4467300/
  6. http://www.primcells.com…Human-SF-neonatal.pdf
  7. https://www.systembio.com/downloads…pdf
  8. https://thetyee.ca/News/2006/07/25/Circumcision/
  9. http://www.foreskin.org/f4sale.htm
  10. https://www.thermofisher.com/order/catalog/product/C0045C
  11. https://www.atcc.org/Products..Foreskin_Keratinocytes/CRL-4048.aspx
  12. http://vaxxter.com/the_disgusting_cow_stuff_in_vaccines/
  13. https://vactruth.com/2013/10/28/7-disgusting-ingredients/
  14. http://phrma-docs…development-drug-list-vaccines.pdf
  15. http://www.clinicalmicrobiologyandinfection.com…
  16. http://www.google.sr/patents/US4058598
  17. http://www.google.sr/patents/WO2009049138A1?cl=en
  18. https://www.google.com/patents/US20100285059
  19. https://www.atcc.org/en/Products/Cells…
  20. https://www.google.com/patents/WO2002016555A2?cl=en
  21. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles…pdf
  22. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/180793
  23. http://jvi.asm.org/content/69/4/2716.full.pdf
  24. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1472175/
  25. http://vaccinechoicecanada.com/vaccine-ingredients…
  26. https://www.cdc.gov/vaccines/pubs/pinkbook/downloads…pdf
  27. http://www.cellprolabs.com/sites/default/files/downloads…pdf
  28. https://www.fda.gov/ohrms/dockets…pdf
  29. https://www.atcc.org/products/all/SCRC-1041.aspx
image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires