Le lien avec la nature favorise la santé

26/11/2022 (2022-11-26)

[Source : anguillesousroche.com]

L’argent ne pousse peut-être pas dans les arbres, mais quelque chose d’encore mieux y pousse.

Dans une nouvelle étude menée par le service des forêts du ministère américain de l’agriculture (USDA), des chercheurs ont constaté que chaque arbre planté dans une communauté était associé à une réduction significative de la mortalité non accidentelle et cardiovasculaire chez les personnes vivant à proximité.

En outre, les auteurs de l’étude concluent que les avantages économiques annuels de la plantation d’arbres dépassent largement le coût de leur entretien, par un facteur de plus de 1 000.

Des études antérieures ont établi un lien entre l’exposition à la nature et toute une série d’avantages pour la santé humaine. L’accès à la nature est un facteur important pour la santé mentale, et il n’est pas nécessaire que la verdure soit une nature vierge. Les recherches montrent que les forêts urbaines et les arbres des rues peuvent offrir des avantages comparables.

Plusieurs études longitudinales ont montré que l’exposition à une végétation plus abondante est associée à une baisse de la mortalité non accidentelle, notent les auteurs de la nouvelle étude, et certaines ont également lié l’exposition à la verdure à une réduction de la mortalité cardiovasculaire et respiratoire.

« Toutefois, la plupart des études utilisent l’imagerie satellitaire pour estimer l’indice de végétation, qui ne distingue pas les différents types de végétation et ne peut être directement traduit en interventions tangibles »explique Payam Dadvand, chercheur à l’Institut de santé mondiale de Barcelone (ISGlobal) et auteur principal de la nouvelle étude.

Pour leur étude, Payam Dadvand et ses collègues se sont appuyés sur une campagne de plantation d’arbres bien documentée qui s’est déroulée à Portland, dans l’Oregon, entre 1990 et 2019. Au cours de ces trois décennies, le groupe à but non lucratif Friends of Trees a planté 49 246 arbres dans les rues de Portland.

Fait crucial, ils ont tenu des registres indiquant où et quand chaque arbre a été planté. Les chercheurs ont ainsi pu examiner le nombre d’arbres plantés dans un quartier particulier, ou dans un secteur de recensement américain – chacun abritant environ 4 000 personnes – au cours des cinq, dix ou quinze années précédentes.

À l’aide des données de l’autorité sanitaire de l’Oregon, ils ont ensuite associé les données sur les arbres de chaque secteur de recensement à son taux de mortalité, dû à des causes cardiovasculaires, respiratoires ou non accidentelles.

Les résultats révèlent des taux de mortalité plus faibles dans les quartiers où il y a plus d’arbres plantés, et les chercheurs indiquent que cette association négative est significative tant pour la mortalité cardiovasculaire que pour la mortalité générale non accidentelle, en particulier chez les hommes et les personnes âgées de plus de 65 ans.

Selon l’étude, cette association se renforce également avec la taille des arbres. Les arbres plantés au cours des cinq années précédentes étaient liés à une baisse de 15 % de la mortalité, tandis que les arbres plantés au cours des 11 à 15 années précédentes étaient liés à une baisse de 30 %.

Les arbres plus anciens et plus grands étaient donc associés à une plus grande réduction de la mortalité. Ainsi, si planter de nouveaux arbres est une bonne chose, cette découverte suggère que la préservation des grands arbres existants est encore plus importante pour la santé publique (comme pour le bien-être de la faune et de la flore).

Bien que ces liens n’expliquent pas exactement comment les arbres sont bénéfiques pour la santé humaine, la protection apparemment plus grande des grands arbres serait logique, soulignent les chercheurs, puisque la taille augmente la capacité d’un arbre à modérer des facteurs de mortalité connus comme la pollution atmosphérique, la température et le bruit.

« Nous avons observé cet effet à la fois dans les quartiers verts et dans les quartiers moins verts, ce qui suggère que la plantation d’arbres dans les rues est bénéfique pour les uns comme pour les autres »explique Geoffrey H. Donovan, économiste à l’USDA et premier auteur de l’étude.

Si la valeur d’une vie humaine adulte statistique est de 10,7 millions de dollars, comme l’ont déterminé certaines agences fédérales américaines, les chercheurs ont calculé que la plantation d’un arbre dans chacune des 140 zones de recensement de Portland générerait environ 14,2 millions de dollars par an en vies sauvées.

L’entretien de ces 140 arbres coûterait entre 3 000 et 13 000 dollars par an, estiment les auteurs de l’étude.

« Nos résultats fournissent une base de preuves importante pour des interventions tangibles (par exemple, la plantation d’arbres) visant à accroître la longévité des résidents urbains »déclare M. Dadvand.

L’étude a été publiée dans Environment International.

Lire aussi : Passer du temps dans la nature en tant qu’enfant est lié à une meilleure santé mentale à l’âge adulte

Source : Science Alert – Traduit par Anguille sous roche

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires