Le cerveau électronique

Le cerveau électronique

25/06/2021 (2021-06-21)

[Source : conférence transcrite : C053a]

[Ndlr : les passages mis en relief le sont par la Rédaction.]

Par Bernard de Montréal [Ndlr : mort en 2003]

Le cerveau électronique

Nous sommes arrivés à un stade où nous devons passer du plan de la communication au plan de l’information. Afin de bénéficier de l’information, nous devons faire en sorte que nous ne tombions pas dans le piège trop avancé de l’occultisme. Prenons pour cet effet le domaine par exemple de l’informatique ou des cerveaux électroniques.

Il sera reconnu éventuellement, par un certain nombre, que les forces de l’involution [Ndlr : plongeant dans la matière, le matérialisme, au lien de nous en abstraire.] dirigent le développement de la science sur la Terre dans le domaine de l’électronique, des cerveaux électroniques.

Il sera reconnu que sur les plans parallèles, les plans invisibles, des intelligences travaillent de façon de plus en plus subtile, à travers des moyens de plus en plus sophistiqués, à l’involution, et au maintien de leur contrôle sur l’esprit de l’humain. Et il sera reconnu, sur le plan de l’expérience humaine, que le phénomène de la fascination pour les cerveaux électroniques est justement l’outil utilisé par ces forces contre l’humain.

Il ne faut pas tomber dans le piège de l’occultisme exagéré, mais il nous faut éventuellement comprendre la nature des activités de ces intelligences qui travaillent sur des plans en dehors des limites spatiotemporelles [Ndlr : en dehors du plan tangible perceptible par les cinq sens conventionnels et par les instruments scientifiques actuels.], et qui à cause de leurs activités risquent de créer sur le plan matériel une condition technologique à travers laquelle ces forces peuvent, sans que l’humain ne s’en rende compte, étouffer en lui l’intelligence créative, afin de le soumettre à une forme d’intelligence mécanisée qui pourrait avec les années endommager le pouvoir créatif de l’humain et l’assujettir à une mécanisation des données et de l’information, d’où il ne pourrait plus sortir, se libérer, parce que le poids, les conséquences, et le très vaste domaine de cette information, deviendraient éventuellement pour lui trop onéreux et trop difficile à démolir, à cause de son impuissance fondamentale à réaliser les lois de la vie et les lois de l’influence.

Les humains les plus avancés en sensibilité verront clairement, nettement, que le développement de la science d’aujourd’hui vise à restreindre l’humain dans sa capacité créative, vise à amener l’humain à une conjonction entre le pouvoir mécanique régit par les influences subtiles, et le pouvoir créatif, naissant d’une nouvelle conscience qui ne fait pas partie encore de la conscience humaine, et qui fera demain partie de la nouvelle évolution.

La science des cerveaux électroniques est régie par des plans qui s’occupent de contrôler de plus en plus l’esprit de l’humain et qui s’occupent aussi de maintenir leur pouvoir à travers la conscience planétaire astrale [Ndlr : en relation avec le monde des émotions, de l’affect et des désirs.] de l’humain sur la Terre, et ceci, ce qui est remarquable, toujours à son insu !

Le scientiste d’aujourd’hui travaille malgré lui-même avec les forces de l’involution. Il n’est pas conscient de l’activité de ces forces parce qu’il n’est pas conscient de la nature des lois de la pensée, donc, sans s’en rendre compte, il travaille sous l’hégémonie de ces forces, et manifeste dans la matière, sous l’infusion de leurs données vibratoirement canalisées à travers ses pensées, une science qui au lieu de corriger les excès, les amplifie.

Il est presque impossible à l’humain aujourd’hui de réaliser qu’une science aussi intéressante, magnifique, que celle des cerveaux mécaniques, puisse être infusée par des intelligences qui opèrent sur des plans parallèles, et dont la fonction jusqu’à la fin du cycle est de chercher à “coercer” (contraindre) [Ndlr : Bernard de Montréal avait une certaine tendance à inventer des termes.] l’esprit de l’humain, à l’emprisonner, et à l’empêcher de réaliser qu’au-delà de cette science il en existe une autre qui soit libre, qui soit totalement créative, et qui puisse donner à l’humain toute l’abondance, généralement, mondialement nécessaire, afin que l’humain vive une civilisation qui fasse partie d’un cycle où le peuple, les masses, toutes les nations, puissent être harmonisés, et fonctionner à l’intérieur d’une conscience mondiale, politiquement harmonisée, économiquement stabilisée, que nous pouvons appeler l’âge d’or.

Il nous est difficile de reconnaître la relation occulte qui existe entre des intelligences évoluant sur des plans parallèles et une technologie savamment organisée par des humains intelligents, technologie qui fascine les humains et qui fascine surtout les enfants.

Notre science, notre intelligence aujourd’hui est à l’aube de son développement réel, donc tout ce qui est occulte, c’est-à-dire voilé, tout ce qui est organisationnel, tout ce qui est de la conjonction, de la relation entre ce que nous appelons les plans invisibles qui ne sont en fait que des plans parallèles, et la matière, nous ne le voyons pas ! Et c’est pourquoi aujourd’hui la science des cerveaux électroniques est devenue malgré sa qualité manifestement glorieuse, est devenue un danger pour la liberté de l’humain.

L’humain découvrira que la technologie merveilleuse d’aujourd’hui est une technologie qui sera de plus en plus utilisée par les forces astrales de la Terre, afin de maintenir le pouvoir d’influence de ces intelligences sur l’esprit de l’humain.

Tant que l’humain ne sera pas parfaitement équilibré dans son esprit, tant que l’humain ne sera pas amené à réellement comprendre qu’il y a en lui des forces de lumière, des forces créatives géantes, des forces créatives infinies, qui puissent lui donner une parfaite compréhension des lois de l’évolution, il sera utilisé à travers une technologie qu’il aimera de plus en plus par d’autres intelligences qui cherchent à maintenir sur la Terre le pouvoir de l’ignorance, même si cette ignorance semble être très intelligente.

Si l’humain existe sur le plan matériel, c’est qu’il a un esprit, donc son esprit vient ultérieurement de plans invisibles, de plans parallèles au plan de la matière. Donc si l’humain n’est pas suffisamment évolué en esprit sur le plan matériel, évidemment que l’humain ou l’esprit de l’humain aussi sur les plans invisibles peut avoir une conséquence sur la conscience de l’humain lorsqu’il est dans la matière, puisque l’esprit a et possède le pouvoir sur la matière. Donc, si l’esprit n’est pas créateur, si l’esprit n’est pas libre dans les plans parallèles, cet esprit est retardataire, et c’est cet esprit qui peut facilement influencer l’esprit de l’humain dans la matière et lui faire croire qu’une science telle que celle dont nous parlons puisse être pour lui une panacée, alors qu’en fait elle peut lui enlever au cours des générations, la moindre liberté, la moindre liberté.

C’est pourquoi l’humain verra de par son expérience qu’avec le temps, cette technologie deviendra de plus en plus puissante, de plus en plus sophistiquée et que la banque d’informations qui s’étendra dans le monde deviendra pour lui une condition insurmontable. L’humain ne pourra plus en fait se séparer de ce qu’il aura créé, il ne pourra plus être libre de ce qu’il a créé, parce que ce qu’il aura créé aura été rendu si vous voulez, tellement complexe, tellement énorme, que l’individu ne pourra plus rien faire pour se débarrasser de ce grand monstre, de ce beau monstre qu’est la technologie des cerveaux électroniques.

[Ndlr : un très grand nombre d’êtres humains est déjà esclave des téléphones prétendument “intelligents”]

Je disais au début qu’il ne faut pas tomber dans le piège de l’occultisme, il ne faut pas faire de quelque chose qui ne l’est pas, nous ne pouvons pas risquer de perdre ce que nous pouvons faire et ce qui peut nous servir, mais nous devons voir clairement, nous devons comprendre clairement, nous devons sentir parfaitement les dangers qui naissent d’une technologie qui n’est plus contrôlée par l’intelligence créative de l’humain, mais qui est contrôlée par des intelligences à travers le corps de désirs de l’humain, à travers l’imagination de l’humain, à travers le goût du pouvoir de l’humain, à travers la recherche de la standardisation de tout ce qui sur le plan matériel puisse servir l’humain.

Ce sera sous le prétexte de l’organisation des données, sous le prétexte de la nécessité, sous le prétexte du besoin d’organiser, de centraliser les informations, que l’humain se fera prendre, ce sera ce prétexte, mis dans son cerveau, sans qu’il ne s’en rende compte, que l’humain donnera à la science des cerveaux électroniques, le pouvoir de contrôler l’évolution mécanique, l’évolution politique, économique, sociale, d’une grande masse d’êtres humains, ce qui amènera l’humanité éventuellement à un conflit interne entre l’humain, l’individu et la grosse machine créée par une élite scientifique, financée par une élite financière, pour le contrôle en apparence bénéfique de toute la gestion des affaires de l’humanité.

Il ne faut pas se jeter la poudre aux yeux, il ne faut pas demeurer ignorant, il ne faut pas être imperméable à ce que nous sentons, nous devons ajuster notre intelligence à nos besoins et non laisser nos besoins flirter avec des influences astrales, qui naturellement, à leurs façons, chercheront à remplir nos besoins, mais au prix de perdre notre liberté, de perdre le contrôle de notre activité humaine à cause d’une technologie qui sera pour nous trop grande, trop puissante, trop vaste et éventuellement incontrôlable.

Là où aujourd’hui beaucoup d’humains croient que la technologie sera la panacée sera la clé à l’évolution de notre civilisation, un certain nombre d’humains, les plus évolués en intelligence intérieure réaliseront qu’effectivement la technologie, la science des cerveaux électroniques, lorsqu’elle sera poussée à un très haut niveau de programmation, sera le signe avant-coureur de la fin du cycle, ce sera le signe qui permettra à l’humain de réaliser qu’effectivement il a atteint sur le plan de la science mécanique les limites que lui peut subir, que lui peut souffrir, avant de perdre totalement sa liberté. Et c’est alors qu’un certain nombre de personnes dans le monde réaliseront que le cerveau électronique, cette machine, fait partie des agissements à travers le cerveau humain, de forces qui évoluent dans des mondes parallèles et auxquelles nous pouvons donner le terme des « intelligences lucifériennes ».

Donc, si l’humain un jour réalise que sa technologie est le produit subtil d’une influence luciférienne, il sera obligé de se raviser, de reprendre le contrôle de sa science, et de réorganiser sa science en fonction de ses besoins réels, en fonction de son bien-être réel et non pour le bénéfice du contrôle et de l’emprisonnement de l’humanité.

Ce n’est pas le cerveau mécanique en lui-même qui est le danger pour l’humain, c’est l’attitude de l’humain vis-à-vis de cette machine. C’est l’attitude des gouvernements, des organisations, des grands pouvoirs vis-à-vis de cette machine, et c’est l’attitude de l’humain qui deviendra le prix qu’il devra payer pour avoir mis sur le marché une mécanique qu’il ne peut plus contrôler, c’est là que le danger réside. C’est dans l’attitude humaine, foncièrement enracinée dans une conscience astrale inférieure, assujettie à des données, à des impulsions, à des influences très subtiles et très occultes, que l’humain verra le danger de sa technologie.

Lorsque cette science des cerveaux mécaniques aura atteint son point d’évolution maximal, lorsque les cerveaux seront intelligents, lorsque la nouvelle génération de ces cerveaux intelligents sera sur le marché, c’est à ce moment-là que l’humain aura atteint la limite de sa folie scientifique, c’est à ce moment-là que l’humain réalisera la puissance de la conscience anti-christique sur la Terre, c’est à ce moment-là que l’humain verra qu’effectivement sa science avait le pouvoir de le détruire, et que cette science afin de ne pas détruire l’humanité doit être remplacée par une autre science, et ceci se fera lorsque d’autres intelligences, créatives, amicales à l’humain, viendront vers lui, pour l’aider à construire une science, une science suffisamment puissante, suffisamment intelligente et lumineuse pour neutraliser le pouvoir de la science ancienne, cette science qui avait été contrôlée dans son évolution, dans son perfectionnement, par des forces, des intelligences antihumaines.

Lorsque l’âge de ces cerveaux sera amorcé, l’intelligence de ces cerveaux créera chez l’humain un choc. Elle forcera l’humain à se ressaisir, elle le forcera à voir la situation telle qu’elle est.

L’humain verra que l’intelligence de ces machines est devenue pour lui un piège, qu’elle est devenue pour lui une forme d’hypnose, neutralisant ainsi la créativité de son mental, et permettant en même temps que sa conscience mentale astralisée, c’est-à-dire sa conscience inférieure, sa conscience ignorante, soit sous le contrôle, sous l’emprise, de forces qu’il ne pourra plus de par lui-même neutraliser.

L’humain sera à ce moment-là conscient d’une très grande transformation psychologique. Il verra que sur le plan de son individualité il se fera une perte d’énergie. L’humain sentira, en tant qu’individu, qu’il est dépassé et c’est ce dépassement qui sera le signe du besoin d’un très grand renouveau dans la conscience de l’humain dans l’allure de sa civilisation et dans la relation entre sa technologie et son bien-être personnel.

Déjà, des signes concrets de l’influence ou de l’utilisation de notre technologie par des forces de basse évolution témoignent du pouvoir d’influence de ces forces sur notre planète. Regardez le cas de ces disques, de cette musique aux États-Unis où il a été remarqué, observé, que des incantations de magie noire, incantations sataniques, sont dirigées vers une population de jeunes qui n’ont pas encore la maturité, la suffisance mentale pour pouvoir discerner les influences créatives et les influences maléfiques, qui naissent du pouvoir et du contrôle des forces qui évoluent sur les plans parallèles.

Donc, si à travers notre musique, qui devient de plus en plus elle aussi le produit de l’agencement entre la nouvelle technologie et l’humain, si à travers cette musique les forces sataniques peuvent exercer leur influence sur l’humain, imaginez-vous comment et jusqu’à quel point ces forces peuvent encore plus subtilement utiliser le cerveau électronique pour barrer à tout jamais sur la Terre, le pouvoir de reconnaissance chez l’humain de son individualité, de sa liberté et de sa conscience créative.

Nous sommes toujours surpris lorsqu’il nous est dit que telle chose ou telle chose se produit dans le monde, parce que nous ne la comprenons pas, nous ne la voyons pas, nous ne l’apercevons pas, mais avec le temps cette chose devient de plus en plus puissante, elle décuple, et éventuellement elle prend racine dans la terre de l’humain, et elle produit ses ravages, ce fut le cas avec Hitler, ce fut le cas avec Mussolini, ce fut le cas avec tous les humains, toutes les forces, qui dans le passé ont essayé de truquer l’esprit humain, toutes les forces dans le passé qui ont essayé de jeter de la poudre aux yeux à l’humain.

Aujourd’hui nous sommes à un âge où nous semblons être protégés par une certaine constitution, nous semblons être protégés par les droits de l’humain, ceci est très bien, ceci est merveilleux même, mais lorsque les forces ne peuvent plus passer par un canal, elles ont le pouvoir d’en ouvrir un autre ! Et l’humain, lui, croyant que tout est bien, repose sur son oreiller, et manque de voir que les forces négatives, que les forces retardataires de l’involution sont toujours en œuvre, et plus l’humain semble prendre du pouvoir créatif, plus l’humain semble vivre du pouvoir créatif, plus en même temps il y a d’autres avenues créées contre lui pour qu’il puisse éventuellement être de plus en plus contrôlé par ces forces, de façon subversive et de façon occulte, c’est-à-dire voilée, incompréhensible, suprarationnelle, irrationnelle.

Mais, il y a des humains sur la Terre qui voient, il y a des humains sur la Terre qui sentent, il y a des humains sur la Terre qui savent, et ce sont ces humains qui sont probablement les premiers à pouvoir ériger, lancer l’appel, l’appel à l’ouverture d’esprit, l’appel à l’ouverture de la conscience, afin que l’humanité soit protégée de ce fléau.

L’humain croira que les machines qu’il construit sont le produit de sa grande intelligence. Il sera enchanté par cette technologie, et c’est justement cet enchantement avec cette technologie qui sera son piège, parce que l’humain ne connaissant pas les lois de la vie, ne réalisant pas les lois des mondes parallèles, ne verra pas la relation qui existe entre son intelligence influencée par d’autres intelligences, et automatiquement il se trouvera un jour forcé de réaliser qu’effectivement sa science au lieu de le servir d’une façon totale et parfaite, l’a desservi, lui a enlevé le peu de liberté qu’il avait réussi à développer au cours des civilisations antérieures, afin de le rendre totalement esclave de ces influences sataniques, perverses, subtiles, et extrêmement intelligentes.

Vous remarquerez que ces êtres qui travaillent jour et nuit à la programmation de ces machines, développeront, avec le temps, une particulière personnalité : ils seront drôles, ils auront des habitudes nerveuses, ils auront des attitudes particulières, ils feront un peu partie d’une race à part, ils ne seront pas remarquables, excepté dans leurs domaines où ils seront très remarquables.

Ces humains seront pour la plupart, des êtres très intelligents, très sensibles, et sans s’en rendre compte, seront très facilement influençables par la voix de leur conscience astrale, par ces forces qui s’occupent d’influencer l’humain et de retarder le développement de sa conscience créative.

Ces êtres seront dans un sens, médiumniques, dans ce sens qu’il apparaîtra que leur intelligence très grande, très limpide, très rapide, semblera être une intelligence servant l’humain, lorsqu’en fait cette intelligence sera au service des influences qui veillent à maintenir sur la planète le contrôle des forces de l’involution.

Nous avons tendance naturelle à rejeter ce que nous ne pouvons pas saisir, à rejeter ce que nous ne comprenons pas, à rejeter ce qui semble être de l’ordre du fantastique, nous avons fait la même chose avec Hitler, nous avons toujours fait la même chose ! Les quelques voix dans le désert qui se sont écriées contre l’influence nocturne de l’humain, ont toujours été étouffées par l’ordre qui régnait et pourtant ces humains avaient toujours raison, et c’est la masse, c’est l’humanité, qui devait payer cher le prix de l’exécution sur le plan matériel d’un plan d’involution qui servait à maintenir l’humain dans l’ignorance.

Nous ne pouvons pas facilement voir et comprendre ce que veut dire occultement ignorance. Ignorance ne veut pas dire que l’humain n’est pas intelligent.

« Ignorance » veut dire que l’humain ne connaît pas, ne comprend pas les plans et les voix et les activités d’autres intelligences sur des plans parallèles et invisibles. Nous sommes encore trop cartésiens pour réaliser que le monde, l’univers est fait de plans solides et de plans immatériaux.

Nous sommes trop cartésiens pour réaliser que la pensée de l’humain est ajustée vibratoirement par des intelligences sur d’autres plans. Nous croyons que l’humain est un être qui pense par lui seul ! Nous croyons que l’humain est un être qui se suffit à lui-même sur le plan psychologique. Nous ne comprenons pas, nous n’avons aucune idée de l’organisation invisible de l’humain et de la vie.

C’est pourquoi la science des cerveaux électroniques doit être comprise, elle doit être vue et réalisée selon une intelligence créative, selon une intelligence qui n’a pas peur de voir les dimensions possibles et imaginables de l’influence astrale contre l’humain.

Il ne faut pas que l’humain attende à la dernière minute, mais malheureusement l’humain devra attendre à la dernière minute, parce que l’humain est trop aveuglé par sa science, il est trop fasciné par la technologie, et il ne se rend pas compte que la fascination est l’enfant de la Terreur. Nous pouvons faire une étude comparative entre deux technologies, par exemple, regardons la télévision :

La télévision est un outil, le produit d’une science technologique qui aide l’humain, elle diffuse dans le monde les évènements marquants de l’humanité. Elle fait partie de l’extension sociale de la conscience humaine mondiale. C’est un objet, un outil, qui ne rend pas l’humain prisonnier, l’humain peut l’éteindre, il peut s’en servir, ou la foutre aux poubelles selon son cas.

Tandis que dans le cas des cerveaux électroniques, ces machines deviennent de plus en plus puissantes.

Avec le temps, elles pénètrent dans tous les domaines de l’information. Avec le temps, elles servent à tous les niveaux de la société, l’information. Et l’humain ne peut plus l’éteindre, il ne peut plus la mettre de côté, cette technologie, elle est là ! Elle est fixée dans le temps et dans l’espace. Elle fait partie de l’organisation sociale de l’humain. Elle n’est plus, cette technologie, utilisée pour le bien-être personnel de l’individu, elle est utilisée pour la fécondité de l’activité sociale dirigée par des influences qui sont d’un autre ordre, des influences qui sont en dehors du contrôle de l’humain.

Là où la télévision devient de plus en plus perfectionnée, là où elle donne à l’humain une image de plus en plus claire, de plus en plus belle [Ndlr : ce n’est plus guère le cas depuis son couplage avec l’univers informatique et qu’elle sert manifestement trop souvent d’outil de propagande pour ceux qui possèdent les chaînes télévisuelles.], le cerveau électronique lui, devient un outil qui devient de plus en plus puissant, et de plus en plus incontrôlable.

Donc, il est très important pour l’humain de comprendre la valeur relative de deux technologies, de voir, de savoir, de sentir et d’admettre le danger lorsqu’il y a danger, et le bénéfice lorsqu’il y a bénéfice.

L’humain doit comprendre l’effet sur son cerveau de la technologie.

Il doit comprendre que chaque technologie amène dans sa civilisation, soit un bien-être, un bénéfice, ou un danger. Et s’il n’a pas le courage, s’il n’a pas la force, la volonté, la créativité, pour reprendre le contrôle de la technologie, pour veiller à ce que la technologie ne l’emprisonne pas, pour veiller à ce que la technologie soit toujours sous sa domination, il est évident que l’humain deviendra victime de sa technologie.

Et dans le domaine aujourd’hui de l’armement, dans le domaine de la guerre, le cerveau électronique devient l’extension mécanique puissante de toutes les machinations invisibles de l’esprit des ténèbres contre l’esprit de l’humain.

Nous sommes des enfants, les humains sont des enfants, les humains n’ont pas la maturité, les humains n’ont pas la connaissance, les humains n’ont pas le savoir, les humains sont au début de l’évolution de l’intelligence créative, ils sont à l’aube d’un nouveau cycle d’évolution, mais ils sont suffisamment intelligents dans leur mental, ils sont suffisamment dans l’activité rationnelle de leur science pour bien servir des forces dont ils ne connaissent pas l’existence, dont ils ne connaissent pas le pouvoir, dont ils ne réalisent pas la puissance.

Les cerveaux électroniques, quel que soit leur dimensionnalité, quel que soit leur ordre, quel que soit leur perfectionnement, doivent être compris sur le plan des conséquences, lorsque l’humain met sur le marché mondial une organisation si vaste de mémoire, il doit en contrôler l’évolution, il doit en contrôler l’activité, il doit en régir la mécanicité, sinon ces machines deviendront de plus en plus subtiles, de plus en plus sophistiquées et l’humain à un certain moment donné deviendra la victime de sa propre création.

Il ne s’agit pas de blâmer l’humain, sa technologie, il s’agit de lui faire comprendre que sa technologie peut facilement être utilisée contre lui, à cause de ses attitudes ignorantes.

L’humain est un être qui peut facilement violer les lois de la vie, ignorammant [Ndlr : par ignorance] les violer ces lois de la vie, pour des raisons purement d’ordre matériel, égoïstes. Ce n’est pas que l’humain est en lui-même mauvais, c’est que l’humain peut facilement devenir mauvais non pas parce qu’il le veut, mais parce qu’il est ignorant des lois de la vie, il est ignorant des lois qui régissent l’évolution des planètes et des systèmes. Et tout ceci parce qu’il est naïf, il ne connaît pas les lois des mondes invisibles parce qu’il n’est pas totalement dans son intelligence créative, il n’est que partiellement dans cette intelligence, et sa subjectivité, ses passions, peuvent facilement l’éblouir, peuvent facilement neutraliser cette intelligence créative et le rendre esclave de ce qu’il met à sa disposition. Et c’est précisément à ce point qu’il se met en danger, qu’il tombe en pâmoison, qu’il devient fasciné par ce qu’il crée, par ce qu’il génère. Il est là son danger.

La science des cerveaux électroniques est à ses débuts et l’humain naturellement est fasciné comme un enfant, mais viendra le jour où cette science sera tellement avancée, tellement créative, et coïncidera tellement avec son mental, que l’humain regardera derrière lui, regardera la vieille histoire des cerveaux mécaniques du 20e siècle avec dédain. Car au lieu de lui donner l’avantage d’une intelligence créative coïncidant avec son mental, selon des lois qui lui seront connues en temps et lieu, ces machines, ces monstres lui auront donné le désavantage de supporter le poids d’une mémoire très vaste, qu’il ne pouvait plus contrôler, et dont il devait inévitablement devenir l’esclave.

Les cerveaux de l’avenir seront fondés sur le principe du cristal.

Le cristal n’existe pas aujourd’hui sur notre planète.

Le cristal doit être créé dans l’éther, sur les plans supérieurs de l’espace-temps humain et ensuite matérialisé sur le plan matériel. Une fois ces cristaux matérialisés, ils peuvent être incorporés dans une mécanique, et ajustés, syntonisés, avec l’intelligence créative de ces plans, afin de donner à l’humain le bénéfice d’une mémoire créative qui ultimement le sert, qui ultimement lui permet de créer sur le plan matériel, une vaste organisation d’informations non plus assujetties aux lois de l’influence, mais assujetties aux lois de l’intelligence créative des êtres humains et extrahumains qui évoluent sur des plans parallèles à notre planète, sur des plans qui coïncident avec notre spatiotemporalité, mais dont ils sont libres des conséquences et des lois matérielles.

Ainsi que la psychologie fait partie de la dernière évolution mentale de l’humain, sur le plan de la compréhension des lois de son esprit, et que cette psychologie aujourd’hui embryonnaire sera remplacée par une autre psychologie à la fin du cycle, ainsi la science des cerveaux mécaniques aujourd’hui est embryonnaire et sera remplacée par une autre science beaucoup plus avancée qui coïncidera avec une nouvelle évolution de la pensée créative de l’humain, une nouvelle relation entre l’humain dans la matière et l’humain dans l’invisible.

Viendra le temps où l’humain entrera en contact avec d’autres intelligences venant d’ailleurs dans la galaxie, et le contact avec ces êtres lui apportera une nouvelle science, une nouvelle science des cerveaux électroniques, des cerveaux à mémoriser, mais cette nouvelle science sera tellement grande que celle que nous connaissons aujourd’hui s’effondrera et sera révolue.

[Fin enregistrement]


[Voir aussi :
La fin des temps
Note sur l’illusion de l’« information »
Les machines pour jouer à Dieu
La faillite de la science matérialiste ?]

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments