La Russie paye-t-elle l’abandon de la chloroquine et l’inefficacité du vaccin ?

La Russie paye-t-elle l’abandon de la chloroquine et l’inefficacité du vaccin ?

23/10/2021 (2021-10-23)

Par Gérard Delépine

Depuis quelques semaines, les médias décrivent de façon apocalyptique la reprise de l’épidémie en Russie, mais aucun n’essaie ou ne veut en comprendre les possibles raisons. Pourtant cette récidive est apparue après l’arrêt de la recommandation officielle du traitement par l’hydroxychloroquine, comme cela avait été déjà observé en Suisse ou en Allemagne, lorsque les prescriptions de chloroquine ont brutalement chuté après l’article truqué du Lancet Gate de mai 2020 et les mises en garde injustifiées de l’OMS.

Russie : Évolution de l’épidémie d’après les chiffres officiels de l’OMS

Au début de l’épidémie, les autorités sanitaires russes ont officiellement conseillé l’usage des traitements précoces et en particulier de l’hydroxychloroquine. Durant cette période, le nombre de cas et de décès quotidiens s’élevait alors à environ la moitié de ceux de la France où les instructions gouvernementales étaient de se limiter au Doliprane et éventuellement au Rivotril.

Mais le 7 mai 2021, pour des raisons à éclaircir, les nouvelles recommandations sanitaires officielles ont supprimé l’hydroxychloroquine et tout misé sur le vaccin Spoutnik. Un mois plus tard, le nombre de nouveaux cas quotidiens explosait.

Cette forte reprise de l’épidémie a été bientôt suivie par une augmentation de la mortalité quotidienne avec un rattrapage progressif de la mortalité cumulée par rapport à la France.

Cette corrélation statistiquement significative entre l’arrêt de l’HCQ et la hausse des cas et la mortalité en l’absence d’autres causes connues suggère fortement un lien de causalité. D’autant que des corrélations temporelles semblables ont été observées en Allemagne.

Allemagne : Évolution de l’épidémie d’après les chiffres officiels de l’OMS

Au début de l’épidémie (premier trimestre 2020), les médecins allemands ont considérablement prescrit de la chloroquine comme traitement du Covid, car par rapport à l’année 2019, un surplus de près de 2 millions de boîtes de ce médicament a été prescrit.

Durant cette période, la mortalité est restée faible comparée à celle de la France

Mais après l’article truqué du Lancet Gate et les recommandations consécutives de l’OMS, les médecins allemands ont cessé de prescrire l’HCQ et l’épidémie est repartie de plus belle.

La situation préoccupante observée actuellement en Russie est donc vraisemblablement la conséquence de l’arrêt des traitements précoces. Espérons que les autorités sanitaires de ce grand pays en prennent rapidement conscience et qu’elles suivent l’exemple de l’Inde en recommandant HCQ et Ivermectine dès les premiers signes cliniques.

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires