Humanity 2.0 — Le Vatican au cœur du mouvement transhumaniste

20/06/2023 (2023-06-20)

[Source : lilianeheldkhawam.com]

Par LHK

Humanity 2.0 — Le Vatican au cœur du mouvement transhumaniste. Humanité artificielle et Code transhumain — Compilation

Père Philip Larrey, président de l’association Humanity 2.0. Cette entité créée par le pape François porte le nom du célèbre livre de Ray Kurzweil Humanity 2.0 ou The Singularity is Near est un livre de 647 pages de Raymond Kurzweil. Il s’agit d’une mise à jour de ses précédents ouvrages L’Ère des machines spirituelles (en anglais The Age of Spiritual Machines (1999) et L’Ère des machines intelligentes (en anglais The Age of Intelligent Machines). Il y décrit sa vision de la singularité technologique, à travers la combinaison de trois sciences principales : la génétique, les nanotechnologies, et la robotique (dont l’intelligence artificielle).
Théorie
Selon Kurzweil, la convergence et le développement exponentiel des nouvelles technologies conduisent à l’émergence d’un monde complètement transformé. L’homme et les réseaux technologiques s’interpénétreront et se renforceront réciproquement d’une façon qui reculera sans limites prévisibles les frontières de la vie intelligente. Il réutilise le mot « singularité », popularisé par Vernor Vinge parce que rien de ce qui était admis jusqu’alors ne demeurera valide et parce qu’en contrepartie tout ce qui était considéré comme impossible deviendra possible. Notre intelligence jusqu’alors confinée dans ses supports biologiques — le cerveau — deviendra progressivement non biologique et des milliards de fois plus puissante qu’elle n’est aujourd’hui. Dans ce monde nouveau, les distinctions entre l’humain et la machine, entre le réel et la réalité virtuelle, s’estomperont progressivement. Les personnes pourront adopter des corps différents et multiplier les versions de leurs esprits. Ce faisant, les humains pourront contrôler le vieillissement et la maladie, éliminer la pollution, résoudre les problèmes de la pauvreté et de la faim dans le monde. De plus, cette révolution immense, selon Ray Kurzweil, pourrait se produire dans les 10 à 50 prochaines années, c’est-à-dire très prochainement à l’échelle de l’histoire humaine. Wikipédia

Pape François

Humanité 2.0 : le Vatican accueille des experts pour discuter de la tendresse — 25 avril 2018

CITÉ DU VATICAN — Près de 100 financiers, philanthropes, artistes, experts en technologie, médecins, politiciens et chefs religieux ont passé plus d’une heure dans une salle de réunion du Vatican à parler de tendresse. Un projet appelé « Humanité 2.0 », soutenu par le Dicastère du Vatican pour la promotion du développement humain intégral, a conçu l’événement d’une journée du 20 avril pour lancer un processus de mise en relation de personnes aux ressources différentes, mais qui s’engagent toutes à améliorer la vie des autres.

Au cours de la réunion, les discussions sont passées du concept de tendresse à la manière dont la tendresse devient action et à une discussion en plusieurs sessions sur l’état préoccupant des soins médicaux maternels et prénatals et les moyens d’y remédier.

« Des mères en meilleure santé sont un investissement dans la santé et le bien-être de nos communautés et de notre monde », a déclaré Marie-Louise Coleiro, présidente de Malte, au rassemblement. Elle a particulièrement mis au défi les participants à Humanity 2.0 de réfléchir à des moyens concrets d’améliorer les soins holistiques — médicaux, psychologiques et spirituels — pour les femmes enceintes et les nouvelles mères migrantes ou réfugiées.

« Le défi est de traduire notre amour pour l’humanité en un véritable service à nos frères et sœurs », a déclaré le père jésuite Michael Czerny, sous-secrétaire du bureau du Vatican pour les migrants et les réfugiés. « Nous ne pouvons pas prétendre avoir ou promouvoir le “développement humain intégral” si nous laissons certaines personnes de côté. » 

https://www.catholicherald.com/article/global/pope-francis/humanity-2-0-vatican-hosts-experts-to-discuss-tenderness/

Une réunion au Vatican explore le défi de l’intelligence artificielle — 2021

Le Conseil pontifical pour la culture et l’ambassade d’Allemagne auprès du Saint-Siège organisent un symposium d’une journée à partir de jeudi sur « Le défi de l’intelligence artificielle pour la société humaine et l’idée de la personne humaine ».

Par le rédacteur de Vatican News

Le symposium sur l’intelligence artificielle — ou IA — organisé par le Conseil pontifical pour la culture, en coopération avec l’ambassade d’Allemagne près le Saint-Siège, s’ouvrira à Rome jeudi.

Le thème de la rencontre est « Le défi de l’intelligence artificielle pour la société humaine et l’idée de la personne humaine ». L’objectif de la réunion est de promouvoir une meilleure prise de conscience de l’impact culturel profond que l’IA est susceptible d’avoir sur la société humaine. Le symposium réunira six experts des domaines des neurosciences, de la philosophie, de la théologie catholique, du droit des droits de l’homme, de l’éthique et de l’électrotechnique.

Des experts de l’Allen Institute for Brain Science, de l’Université Goethe, du Boston College et de Google discuteront des questions concernant l’IA et si elle peut reproduire la conscience, l’IA et les défis philosophiques, et l’IA et la religion, et ce que cela signifierait par rapport à la doctrine catholique. (Suite sur site https://www.vaticannews.va/en/vatican-city/news/2021-10/vatican-symposium-challenge-artificial-intelligence-society.html)

Le Vatican se lance dans le métavers — Mai 2022

Le Saint-Siège l’a annoncé : il se lance dans les NFT et le métavers. Ainsi, Humanity 2.0, fondation chapeautée par le Vatican, vient de passer un accord avec Sensorium, société spécialisée dans la construction de métavers.

Cet accord a pour objectif de développer la toute première galerie VR et NFT hébergeant l’art, le contenu et les initiatives académiques du Vatican. Le projet sera supervisé par le Père Philip Larrey, doyen de la faculté de philosophie de l’université du Pape (université pontificale du Latran) au Vatican.

Nous sommes impatients de travailler avec Sensorium pour explorer les moyens de démocratiser l’art, en le rendant plus largement accessible aux personnes du monde entier, quelles que soient leurs limites socio-économiques et géographiques. Le partenariat avec Sensorium va encore plus loin dans cet objectif et nous dote des dernières solutions technologiques. Père Philip Larrey, président de Humanity 2.0

Le Vatican met un pied dans le web 3.0

Baptisé « Galaxy », le métavers doit être officiellement lancé avant fin 2022. Afin d’assurer une expérience au plus grand nombre, la plate-forme sera accessible via les interfaces les plus largement disponibles. « Les utilisateurs pourront se connecter à l’aide de casques VR pour avoir une véritable immersion, utiliser un PC pour accéder à une expérience de réalité augmentée ou télécharger l’application mobile pour regarder des flux, créer des PNJ uniques et communiquer avec eux », indique le communiqué de presse.
https://www.ladn.eu/actualite/vatican-musee-virtuelle-metavers-nft/

Advisory Board de Humanity 2.0 — humanity2-0.org

Fr. Philip Larrey
Fr. Philip Larrey, Chairman, Humanity 2.0
Maurice Levy, Chairman of the Supervisory Board, Publicis Groupe
Bill Hilf, chief Executive Officer, Vulcan (société américaine fondée en 1986 par Paul Allen à Seattle dans l’État de Washington aux États-Unis pour superviser son empire et ses investissements financiers…)
Tae Yoo
Tae Yoo, Former SVP, Corporate Affairs and Corporate Social Responsibility, Cisco
Carlo D'Asaro Biondo
Carlo D’Asaro Biondo, Former President EMEA Partnerships, Google
Jean Oelwang
Jean Oelwang, Founding CEO and President of Virgin Unite, Virgin
Jim Pitofsky
Jim Pitofsky, Managing Director, Strategic Alliances, John Templeton Foundation
Matthew Harvey Sanders
Matthew Harvey Sanders, Chief Executive Officer, Humanity 2.0

Humanity 2.0:
The transHuman Code and Artificial Humanity for a “Meeting of The Code of the Metaverse” — Vidéo

Traduire le Code transhumain

Avec l’essor constant de la technologie sur le lieu de travail, il n’est pas rare de se demander quand nous devrons commencer à faire de la place aux robots à la table du déjeuner. Et, bien que ce scénario puisse ressembler un peu à de la science-fiction, il n’est pas trop tôt pour que les entreprises éduquent leurs employés sur le monde de l’intelligence artificielle et sur la manière dont cela affectera leur avenir professionnel.

Dans leur nouveau livre, « The transHuman Code: How to Program Your Future », les co-auteurs Carlos Moreira et David Fergusson explorent la relation entre les humains et la technologie, introduisant un nouvel ensemble de valeurs qui placent les personnes au centre de cette dynamique délicate.

Steelcase a récemment organisé la sortie du nouveau livre de Moreira et Fergusson dans son WorkLife Center à New York. 360 a eu la chance de rencontrer Fergusson pour en savoir plus sur le code transHuman, comment les entreprises peuvent créer une approche technologique plus centrée sur l’humain et quelles entreprises ouvrent la voie.

360 : Commençons par les bases. Qu’est-ce que le code transHuman ?

David Fergusson : Le code transHuman souligne notre conviction que pour que les individus aient le meilleur avenir possible, nous devons transformer la relation entre les humains et la technologie. Il s’agit moins d’un algorithme formel et réglementé que d’une façon pour nous d’aborder l’adoption de la technologie.

Il existe deux piliers fondamentaux du Code transhumain. L’un veille à ce que les humains restent au centre de gravité, nous sommes donc la partie la plus importante de la relation entre l’humanité et la technologie. Deuxièmement, que nous utilisons la technologie pour faire progresser toute l’humanité.

Les opportunités pour la technologie sont plus grandes que jamais. Mais les menaces aussi. Nous devons maintenir la reconnaissance, la considération et l’application de ce que nous appelons le code.

360 : Que recommanderiez-vous aux chefs d’entreprise pour accompagner leurs employés dans la transformation numérique ?

DF : Unilever est un leader dans ce domaine. Ils ont reconnu très tôt qu’ils devaient développer une stratégie RH pour aider leur main-d’œuvre à se préparer à l’inévitable transformation. Ils ont établi un plan stratégique pour tous leurs employés basé sur trois piliers fondamentaux : capacité, aptitude, culture. La capacité témoigne de l’importance d’apprendre à travailler de manière nouvelle et différente. La capacité est axée sur l’apprentissage continu et tout au long de la vie. La culture est la responsabilité de l’organisation pour créer un environnement de travail où les gens croient qu’ils sont l’élément le plus important de l’équation.

Sachant que l’intelligence artificielle (IA) allait avoir un effet si dramatique sur la main-d’œuvre, ils ont créé un programme d’assistant personnel d’IA afin que les employés puissent en savoir plus sur l’IA — comment cela va transformer leur organisation et comment ils devraient se préparer pour l’avenir.

C’est un très bon exemple d’une organisation qui donne la priorité aux humains, les aide à comprendre et les aide à guider et à diriger ce que sera l’avenir de l’organisation et quel sera leur rôle au sein de celle-ci.

360 : Il y a beaucoup de technologies superposées sur le lieu de travail et cela change la façon dont les gens travaillent et les types d’emplois qu’ils feront à l’avenir. Comment les entreprises peuvent-elles aider les employés à s’adapter à l’évolution des technologies ?

DF : L’importance de regarder au-delà de l’environnement commercial actuel est primordiale. Les entreprises devraient tenir compte de l’impact de la technologie sur leur main-d’œuvre lorsqu’elles envisagent l’adoption de nouvelles technologies. La mise en place d’un système de filtrage qui donne la priorité aux individus — les responsables de l’entreprise sous la forme qu’elle existe aujourd’hui, doit être une priorité absolue. Et ensuite, informer ces personnes de ce que pourrait être l’avenir, leur fournir une plate-forme pour qu’elles soient formées aux rôles qui existeront au sein de l’organisation et continuer à évaluer le bien-être des employés constituent la base.

360 : Quelles réponses avez-vous eues à propos de cette idée d’incarner l’humain dans le développement du futur numérique ?

DF : Lorsque nous avons lancé cette initiative, nous avons réuni des universitaires, des chefs d’entreprise, des responsables financiers, des développeurs de technologies, etc. Un échantillon représentatif d’individus vraiment intéressant et une bonne représentation de ceux qui développent et permettent la technologie. Le consensus de ce groupe était qu’il s’agissait d’une conversation qui devait avoir lieu.

En fait, plusieurs d’entre eux poursuivaient déjà l’application de la technologie aux biens. Par exemple, ConsenSys Ventures avait formé une branche de capital-risque pour encourager et soutenir les nouveaux développements technologiques. Le premier critère dans leur processus d’évaluation des candidats était quelle que soit la nature des applications commerciales, quel que soit leur degré d’avancement, quel que soit leur niveau d’établissement ou même de flux de trésorerie positif, si cela ne créait pas plus de bien social, alors ils ne l’envisageraient pas. Quarante et un investissements plus tard, il y a 41 entreprises qui ont non seulement des aspirations et des intentions commerciales, mais aussi une technologie qui sera utilisée pour aider à créer plus de bien sous une forme ou une autre.

360 : À quoi ressemble l’avenir avec l’IA ?

DF : Les opportunités de l’intelligence artificielle sont tellement excitantes. Je crois que l’IA a vraiment le potentiel d’apporter une grande valeur. C’est certainement un risque pour les employeurs qui ne priorisent pas l’identification, la reconnaissance et la préparation à la transition de leur main-d’œuvre. Mais ce qui est le plus excitant, c’est la possibilité de rendre l’IA accessible à ceux qui ont été défavorisés géographiquement, financièrement et mentalement. Ainsi, le bien dépassera largement le mal. Il se passe tellement de choses formidables.

David Fergusson est directeur général exécutif et chef de groupe des fusions et acquisitions pour Generational Equity, LLC, coprésident de The M&A Advisor et administrateur de WISeKey International. Il a fondé le programme Corporate Finance Emerging Leaders, a été membre fondateur de la London’s Guild of Entrepreneurs, a reçu le M&A Leadership Award 2017 de la China Mergers & Acquisitions Association et est président de la section américaine de l’Asia M&A Association.


David Fergusson est directeur général exécutif et chef de groupe des fusions et acquisitions pour Generational Equity, LLC, coprésident de The M&A Advisor et administrateur de WISeKey International. Il a fondé le programme Corporate Finance Emerging Leaders, a été membre fondateur de la London’s Guild of Entrepreneurs, a reçu le M&A Leadership Award 2017 de la China Mergers & Acquisitions Association et est président de la section américaine de l’Asia M&A Association.

Source du texte :
https://www.steelcase.com/research/articles/topics/culture-talent/translating-transhuman-code/

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires