Héros de guerre ou coupable de haute trahison ? Un chef d’État au service de ses concitoyens ou à la solde d’une puissance étrangère ?

Par Alain Tortosa

[Citation de l’illustration : https://citation-celebre.leparisien.fr/citations/122781]

  • Imaginez un pays…
    • Un pays à la surface ridicule à l’échelle des grands pays de la Planète.
    • Un pays dont le nombre d’habitants serait ridicule au regard du nombre d’habitants des grands pays.
    • Un pays dont les ressources minières seraient ridicules.
    • Un pays qui aurait bradé son industrie.
    • Un pays qui n’aurait même plus d’autonomie alimentaire.
    • Un pays dont l’indépendance politique (et commerciale) serait ridicule…
    • Un pays dont la dette serait d’environ 3000 milliards d’euros soit plus de 100 % de son PIB.
    • Un pays dont plus de la moitié des créanciers seraient étrangers.
    • Un pays dont les moyens de défense conventionnels seraient ridicules.
    • Un pays qui posséderait néanmoins l’arme nucléaire, mais qui ne pourrait l’utiliser sans devenir le pays qui aurait entraîné la fin du monde.
    • Un pays qui aurait un passé… et une matière grise.

J’imagine que vous auriez tendance à dire que j’exagère et que si ce pays existait, vous diriez « les pauvres, ils n’ont pas beaucoup de chance, comment ont-ils pu en arriver là ! »

  • Imaginez une superpuissance…
    • Un pays qui aurait une surface inouïe.
    • Un pays qui aurait des ressources minières importantes comme le platine ou le cobalt.
    • Un pays qui serait le 3e exportateur mondial de céréales.
    • Un pays qui posséderait d’immenses quantités de pétrole et de gaz.
    • Un pays qui serait indépendant politiquement.
    • Un pays dont la dette serait… nulle… 0…
    • Un pays qui aurait la 3e armée du monde.
    • Un pays qui aurait 6000 ogives nucléaires.

Si ce pays existait, j’imagine que vous auriez tendance à dire « ben il vaut mieux être copains avec eux ! »

  • Imaginez que cette superpuissance…
    • se sentirait menacée par l’avancée de puissances étrangères ;
    • et qu’elle déciderait d’envahir un pays voisin pour, dirait-elle, « assurer sa sécurité ».

Si cette action était menée, vous pourriez dire « ce n’est pas bien, mais je comprends ».

  • Imaginez le Président du petit pays…
    • qui ne se contenterait pas de dire au grand pays « ce n’est pas bien ; il faut arrêter ! »;
    • qui enverrait du matériel militaire létal au pays agressé ;
    • qui bloquerait les avoirs de la superpuissance ;
    • qui bloquerait les flux financiers ;
    • qui interdirait les échanges commerciaux avec la superpuissance ;
    • qui mettrait fin à toutes coopérations et échanges et qui chercherait à expulser tous les ressortissants ;
    • qui ferait tout pour la détruire économiquement (si, si, ce serait assumé) ;
    • qui censurerait les médias de la superpuissance pour empêcher son peuple d’entendre une autre vision du monde.

Vous diriez quoi, si un petit pays se lançait dans cette aventure ? « Mais ils sont dingues ceux là ! Comment un Président peut-il prendre (et sans consulter son peuple) de telles décisions aussi irresponsables ? »

  • Imaginez le discours du Président…

Ce chef d’État dirait à son peuple :

« Vous allez souffrir pendant de nombreuses années. »

« La sécurité que vous avez connue appartient au passé. »

« Vous allez payer la facture économique pendant des années. »

Vous diriez quoi ? « Comment son peuple peut-il accepter ? Comment peut-il applaudir ? »

  • Imaginez un chef d’État dont 100 % des décisions…
    • seraient contre l’intérêt de son peuple (à minima à court terme) ;
    • seraient contre son économie ;
    • seraient contre sa sécurité ;
    • seraient contre les libertés de son peuple ;
    • seraient contre l’image du pays à l’international et de sa neutralité.

Dont, pour résumer, AUCUNE des décisions ne serait au bénéfice de ce petit État et de ses habitants aussi bien à court terme qu’à moyen terme.

Les seuls bénéficiaires étant les marchands d’armes et les spéculateurs.

Et, de plus, dont les décisions seraient au bénéfice exclusif géopolitique et commercial d’un autre géant dont le modèle politique est une dictature.

  • Imaginez le parlement et l’opposition de ce petit pays…
    • dans lequel le parlement ne s’opposerait jamais aux décisions de son Président ;
    • dans lequel l’opposition serait toujours d’accord avec les grandes lignes ;
    • dans lequel la justice n’irait jamais à l’encontre des lois privant ses citoyens de libertés fondamentales ;
    • dans lequel il n’y aurait aucun média d’opposition et la censure serait reine.

Alors…

Si vous étiez citoyen de ce petit pays imaginaire, imaginaire, car une telle folie ne peut être crédible…

Si vous étiez citoyen de ce petit pays, vous diriez quoi de votre Président ?

Affirmeriez-vous que ce Président imaginaire est un héros de guerre, un rempart pour vous protéger, le garant de votre sécurité, de votre bien-être et de vos libertés ?

Ou

Affirmeriez-vous que ce Président imaginaire est un traître à la Nation et envers son peuple, qu’il est coupable de haute trahison et d’intelligence avec l’ennemi ?

Je vous laisse à vos réflexions…

Hélas ! l’Histoire prouve que les propagandes aveuglent les peuples qui ne sont plus capables de discerner le vrai du faux, le bien du mal et l’héroïsme de la trahison.

Heureusement, et Dieu nous en préserve, un tel pays et un tel Président ne sauraient exister.

Merci

Alain Tortosa

3 mars 2022
https://7milliards.fr/tortosa20220303-heros-de-la-nation-ou-coupable-de-haute-trahison.pdf

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires