Covid — et si la vaccination n’était pas la seule voie ?

Par Alain Tortosa

Il est évident que la vaccination de masse a sauvé des vies, peut-être même des milliards à travers le monde…

La question n’est pas là, seul un crétin décérébré pourrait ignorer que le dicton gouvernemental est vrai « tous vaccinés, tous protégés »… des formes graves, dans certains cas avec un peu de chance.

Pour autant demeurait une question primordiale :

« Comment ma famille et moi-même avons-nous échappé à ces formes graves alors même que nous ne sommes pas vaccinés ? »

Ma première idée fut la suivante :

« Si les non-vaccinés menacent les vaccinés protégés par un vaccin efficace, peut-être que les vaccinés au contraire, protègent les non-vaccinés. »

Cette idée ô combien séduisante se heurte quand même à la dure réalité rappelée par le gouvernement :

« Nous devons empêcher les non-vaccinés de manger dans un restaurant pour les protéger des vaccinés ! »

D’autre part, si j’entends que les vaccinés pourraient empêcher les non-vaccinés d’attraper le Covid, ce dont nul être doué d’un cerveau ne peut douter au regard de l’évolution des courbes de vaccinations et de contagions, j’ai quand même un peu de mal à comprendre comment les vaccinés pourraient m’empêcher de faire une forme grave !

La théorie faisant que mes voisins me protègent des formes graves me semble donc une impasse bien qu’elle fût séduisante et logique…

D’aucuns pourraient penser que ceci n’est que pur hasard, que ma survie ne soit due qu’à la chance… Pour autant ce « hasard » semble souvent se réaliser si j’en crois mes fréquentations ou mes lectures.

C’est alors que j’ai eu un éclair de génie… Ils sont si rares que je ne me prive pas de les souligner !

« Et si la raison de notre survie familiale était la conséquence de la présence de panneaux photovoltaïques sur le toit de la maison ? »

Je ressens bien que la piste, évidemment fort intéressante, ne doit pas être prise à la légère, et je dois suivre mon intuition…

Les scientifiques pourront probablement déduire que le champ électrique nous protège et augmente notre immunité comme l’électricité statique bloque les virus qui sortent de mon corps et sont arrêtés par le masque alors que les virus entrants ne sont pas bloqués.

(Je vous rappelle que le masque est là pour protéger autrui, mais pas soi-même.)

Si cette théorie convaincante se confirme on pourra alors affirmer que ;

« Les panneaux photovoltaïques nous protègent des formes graves du Covid ! »

J’avais d’ailleurs par le passé exposé ma théorie sur l’efficacité d’une plume dans le cul afin de bloquer nos flatulences fatales pour nos aînés, quand bien même nous ne mangions que du tofu.

Il ne s’agit pas de dire n’importe quoi, mais de science dure au même titre que c’est bien « le vaccin qui protège des formes graves ».

J’avoue humblement ne pas être le premier homme à avoir des idées aussi géniales…

Rappelez-vous des sociétés primitives qui sacrifiaient des humains pour faire tomber la pluie ou avoir de bonnes récoltes.

Plus récemment, en l’an 2000, les guignols de l’information sur Canal+ nous avaient alertés sur le bug de l’an 2000, je vous rappelle que tous les ordinateurs devaient planter et revenir en 1900 et ainsi engendrer le chaos sur la planète

La World Company présidée par M Sylvestre avait trouvé une parade « mettre un jouet, Sophie la girafe, offert à de nombreux bébés, sur son bureau »

L’an 2000 fut, les ordinateurs ne plantèrent pas, et la World Company de déclarer : « vous voyez bien que la girafe a fonctionné ».

C’est donc en se nourrissant de millénaires d’expériences scientifiques qu’il a été décidé de confiner, mettre des masques, avoir une distanciation, avoir un passe sanitaire, se vacciner, etc. pour se protéger de l’horrible fléau.

Les « spécialistes » médiatiques et le gouvernement n’ont pas manqué de nous rappeler dans leur grande sagesse que des milliers, voire des millions de vies avaient été épargnées par ces mesures de bon sens que nul ne pourrait remettre en question aujourd’hui sans être d’une mauvaise foi coupable.

C’est donc avec fierté que je vous redis, c’est certain, ma famille a été protégée des formes graves par nos panneaux photovoltaïques qui sont désormais à la fois écologiques (qui pourrait en douter), mais aussi un puissant élément de protection contre les coronavirus…

Je me voyais ainsi tel le futur prix Nobel à côté de Pfizer, la compagnie ayant aussi des actions dans le photovoltaïque et les énergies dites « vertes »…. comme la couleur des dollars.

Mais ma fille m’a fait remarquer, n’ayez pas d’enfants, je vous le conseille…

Elle m’a donc fait justement remarquer que sa voisine avait fait un Covid, mais sans la moindre forme grave alors que leur logement n’avait pas de panneaux photovoltaïques et qu’ils n’étaient pas vaccinés.

Était-ce le fruit du hasard ?

Était-ce la fin de ma brillante découverte ?

Non, bien entendu… !

2022 est l’année de la Science (avec un grand S) et après analyse et enquête rigoureuse nous avons appris qu’ils possédaient des bougies parfumées au gingembre.

Rendez-vous compte des implications que cela entraîne : non seulement le vaccin, le masque et les gestes barrières nous protègent efficacement des formes graves, non seulement les panneaux photovoltaïques nous protègent… mais aussi les bougies parfumées au gingembre !

Mais attention, gardons raison ! Il ne s’agit pas de penser ou faire n’importe quoi…

Je vous signale que des malades mentaux pensent que la Terre est ronde et qu’elle tournerait autour du soleil, c’est dire le degré de folie qui habite certains humains.

Ces mêmes malades mentaux vont jusqu’à dire que des traitements précoces comme l’HCQ, des antibiotiques combinées à de l’Ivermectine pourraient empêcher les formes graves de Covid et même de tomber malade !

Ne basculons pas en plein délire, la folie ne doit pas céder la place à la raison et à la science.

Mais réjouissons-nous mes frères, cette crise a permis de faire sortir le meilleur de l’humain.

Jamais planète entière n’avait connu un tel élan de solidarité, d’amour et d’entraide entre les peuples face à cet odieux fléau.

Et sans parler des progrès inouïs dans la médecine et en épidémiologie !

En l’espace de quelques mois, nous en avons appris plus sur les virus que durant les dix dernières décennies et c’est bien là le miracle de l’amour et de la tolérance…

Enfin l’obscurantisme est derrière nous et la lumière, de la vérité révélée, nous aveugle !

Je ne résiste pas au plaisir de vous fournir quelques exemples prouvant les progrès extraordinaires accomplis en quelques mois…

  • Les asymptomatiques : Nous savons désormais (ce que nous ignorions totalement depuis des siècles) que les asymptomatiques, des personnes en bonne santé positives à un test sont extrêmement dangereuses pour autrui et des tueurs potentiels de grands-parents. Grâce à cette découverte extraordinaire, des personnes qui se croient en bonne santé savent désormais qu’elles sont malades et en danger de mort. La méthodologie est à ce point innovante qu’il est nécessaire de chercher des traces de virus par un test nasopharyngé, le test salivaire étant bien entendu inefficace ou dangereux. Rendez-vous compte que nous avons découvert que des personnes qui n’avaient aucun symptôme, qui ne toussaient pas, ne crachaient pas, n’expectoraient pas et dont le virus était indétectable dans la salive ou le bout du nez pouvaient transmettre un virus mortel… Qui s’en serait douté ? Nous ne pouvons que bénir l’inventeur du test PCR et surtout les scientifiques, grâce à ce test 100 % efficace qui prouve sans le moindre doute l’existence d’un virus de type sars-cov2 vivant et en quantité suffisante pour entraîner une contagion.
  • Les confinements : Par le passé nous croyions bêtement que pour se protéger d’un fléau il fallait faire un blocus hermétique de la ville et empêcher quiconque qui fût malade de pénétrer, au risque de contaminer le reste de la population. Nous étions à ce point idiots que nous mettions les bateaux qui provenaient de l’étranger en quarantaine afin de s’assurer qu’aucun passager n’était malade ou en train de couver une maladie. Quels sots nous étions ! En 2020 nous avons enfin compris qu’il n’était pas nécessaire de boucler une ville, une population ou un pays entier avant l’arrivée du premier malade. Quelle avancée pour la science ! Nous pouvions attendre que le virus circule depuis des semaines (voir des mois) dans tout le pays avant de le boucler… Nous avons enfin compris qu’en enfermant dans un même lieu les biens portants et les malades, et en permettant aussi le déplacement de millions de personnes, qu’il était possible de contenir un virus et prévenir les contaminations. Petit bémol cependant, chaque personne qui sortait devait se faire une autoattestation de sortie afin de garantir l’absence de contaminations, point essentiel s’il en est…. Et ça a fonctionné ! L’épidémie a reculé après le pic épidémique, preuve en est de l’efficacité des confinements.
  • Les masques : Mais là ne sont pas les seules avancées… Nous avons appris que des masques souillés, portés sur le menton, manipulés 50 fois par jour, humides, dont la notice précise qu’ils n’arrêtent pas les virus et dont l’orifice est comparable à un filet de pêche utilisé pour ramasser du sable, bloquent efficacement la propagation du virus. Prouvant par la même que toutes les études des années précédentes n’avaient aucune valeur et n’avaient aucun fondement scientifique.
  • Et que dire des connaissances inouïes acquises sur ce virus Le fait que selon les saisons ils s’attaquaient aux personnes assises ou aux personnes en mouvement. Qu’il était plus dangereux l’été, car nous sortions, mais qu’il était plus dangereux l’hiver parce que nous restions à l’intérieur. Que nous devions si possible dîner pour Noël dans le jardin, nous basant sur les excellentes conditions de santé des personnes sans domicile vivant dans la rue. Qu’il était plus dangereux quand nous étions debout qu’assis et inversement. Qu’il détestait le supermarché et les grands magasins ainsi que le métro, mais adorait les restaurants ou les cinémas. Je pourrais en écrire des pages, tant nous en avons appris… et nous en apprenons encore !

Nous ne le dirons jamais assez, et même si le bilan est à ce point terrible que les statistiques nationales semblent ignorer l’existence d’une surmortalité significative, les moins de 60 ans étant plutôt en sous-mortalité, le fait est que nous avons appris du virus et des humains…

Alors certaines mauvaises langues s’offusquent des milliards gagnés par Pfizer alors même qu’il faut bien qu’ils amortissent les frais de recherches subventionnés et financés si justement par les États et les dons !

Il faut dire que BioNTech a travaillé d’arrache-pied pour saisir les données chinoises du Sars-cov2 et sorti en l’espace de 3 heures le premier « vaccin » à ARNm.

Et quand on pense qu’il coûte environ 1 dollar à la production, il n’est que justice qu’il fût revendu 10 ou 20 dollars pièce…

À noter que la politique commerciale de Pfizer est écologique !

Vous connaissez le principe de « plus tu consommes, plus tu payes » et bien ici ils ont fait pareil… Les premières commandes étaient facturées moins cher que les suivantes à l’Union Européenne.

Mais refermons cette parenthèse sur cette polémique immonde, je vous rappelle que nous risquions l’extinction de la race humaine sans ce don du Seigneur qu’est le vaccin à ARN-messager dont nul ne peut douter de l’innocuité et de l’efficacité.

Pensez à tous ces petits Africains obligés de prendre ce médicament expérimental qui date de 40 ans appelé Ivermectine et dont nous ne connaissons pas les effets à long terme.

Ici, point de risque, et comme l’a dit un célèbre médecin médiatique, le docteur Marty « On n’a jamais eu autant de recul sur un vaccin que sur celui-là […] Il y a trois milliards de personnes vaccinées sur la Terre, ce qui donne un recul extrêmement important sur les effets secondaires éventuels ».

Comment imaginer ensuite des risques sur 10 ou 20 ans ? Ridicule !

Donc si nous avons désormais toutes les preuves qu’il existe plusieurs méthodes efficaces pour se protéger des formes graves comme les panneaux photovoltaïques,

il me semble opportun que le tribunal de l’Inquisition juge de la crédibilité de remèdes et de filtres magiques pour lutter contre le fléau.

Merci

Alain Tortosa

Le 25 janvier 1422
https://7milliards.fr/tortosa20220125-espoir-remedes-virus.pdf

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires