Covid-19 et Masque : Déclaration de la Dre Simone Gold à la Cour suprême, 17/10/2020

Covid-19 et Masque : Déclaration de la Dre Simone Gold à la Cour suprême, 17/10/2020

17/12/2020 (2020-12-17)

[Source : America’s Frontline Doctors]

Transcription :

En tant que médecin urgentiste et avocat, parlons des masques. Tout d’abord, ne tournons pas sur la pointe des pieds autour du grand éléphant dans la pièce. Les faits ne sont pas contestés : les masques ne sont absolument pas pertinents pour bloquer le virus SARS-CoV-2. Si vous en doutez, vous devez regarder notre session éducative Démystifier le mythe des masques. J’encourage chacun à faire sa propre recherche sur Internet et à découvrir qu’avant que les masques ne deviennent politiques en mars 2020, il n’y avait même jamais eu de tentative de prétendre que des masques, et encore moins des bandanas, puissent arrêter un virus. C’est une invention complète. Un virus mesure 1/1 000 de la taille d’un cheveu. Considérez ce que l’empereur Fauci a dit, lorsqu’on lui a demandé s’il est SÛR que les masques fonctionnent. N’oubliez pas qu’il n’est pas nouveau dans le jeu, c’est l’œuvre de sa vie depuis des décennies. Il n’y a AUCUNE chance que ce soit une erreur et il n’y a AUCUNE chance que le SRAS-CoV-2 soit différent de tout autre virus à ARN sur lesquels il a travaillé pendant des décennies.

« Lorsque vous êtes au milieu d’une épidémie, le port d’un masque peut aider les gens à se sentir un peu mieux et peut même bloquer une gouttelette, mais cela n’offre pas la protection parfaite que les gens pensent que c’est. Et souvent il y a des conséquences involontaires, les gens continuent de jouer avec le masque et ils continuent de toucher leur visage. »

« Il est également clair que les masques ont un rôle symbolique. Les masques… sont des porte-bonheur qui peuvent contribuer à accroître le sentiment de sécurité et de bien-être perçu par les TS [Travailleurs dans le domaine de la Santé]… Bien que de telles réactions ne soient pas strictement logiques, nous sommes tous sujets à la peur et à l’anxiété, surtout en période de crise… La plus grande contribution des protocoles de masquage généralisé pourrait être de réduire la transmission de l’anxiété. »

Je vous le dirai clairement, mes amis américains : les médias vous ont menti ! La propagande n’est pas un phénomène nouveau. Thomas Jefferson a déclaré : « L’homme qui ne lit rien du tout est mieux éduqué que l’homme qui ne lit que des journaux. » Et John F. Kennedy a fait remarquer que peu importait si la propagande a un objectif sinistre. « Le grand ennemi de la vérité n’est très souvent pas le mensonge… mais le mythe : persistant, persuasif et irréaliste. »

De nos jours, les Américains se divisent en trois groupes : ceux qui reconnaissent la propagande, ceux qui l’ont subie avec succès et ceux qui s’en moquent — nous laisserons de côté ces derniers. Mon message s’adresse aux adeptes du masque qui n’ont pas encore réalisé qu’ils sont victimes de propagande et qui pensent aussi que ce n’est « pas grand-chose » d’obliger d’autres personnes à porter un masque. En fait, l’obligation de port du masque pose trois problèmes énormes.

Premièrement, elle répand la peur et l’hostilité qui changent la culture américaine. Nous sommes moins amicaux, moins interactifs, plus hostiles, plus rapides à être en colère contre nos concitoyens. Les masques sont une grande source de division sociale. Il y a une honte du masque et une signalisation de vertu du masque. Il y a la conformité sociale et il y a la police citoyenne des trottoirs, des avions et des restaurants. Et en plus de l’hostilité, les masques apportent un sentiment palpable de peur qui est totalement injustifiée par les faits. Il y a de vrais êtres humains qui croient qu’eux ou d’autres seront malades s’ils ne portent pas de masque. C’est tragique.

Deuxièmement, l’obligation de port du masque pose un problème insurmontable de liberté civile. Dans le système juridique américain, le gouvernement ne peut pas forcer de se couvrir le visage parce que tous les droits qui ne sont pas expressément accordés au gouvernement appartiennent au peuple. Le gouvernement n’a ni la loi commune ni le droit légal d’imposer une tenue. Empiéter sur un droit qui appartient au peuple est extrêmement dangereux. L’un de nos pères fondateurs, le 4e président James Madison, a déclaré : « (…) il y a plus d’exemples de réduction de la liberté du peuple par des empiétements graduels et silencieux que par des usurpations violentes et soudaines. Il convient de s’alarmer dès que l’on porte atteinte à nos libertés. Nous considérons que c’est le premier devoir des citoyens et l’une des caractéristiques les plus nobles de la révolution. Les hommes libres d’Amérique n’ont pas attendu que le pouvoir usurpé se soit renforcé. »

Troisièmement, le port de masques est un problème de sécurité nationale. Lorsque la plupart des citoyens de notre pays peuvent être si facilement persuadés de faire quelque chose qui est si clairement contraire à notre propre Constitution, nos ennemis en prennent certainement note. Nous télégraphions littéralement notre faiblesse et nos divisions sociales à nos ennemis.

Maintenant, à ces Américains qui ont vraiment peur : nous sommes médecins. Nous sommes là pour vous aider avec des faits qui réduiront votre peur. D’abord les faits, puis l’émotion, puis l’appel à l’action.

Premièrement, les faits. Remarquez que ce que les « experts » disent depuis des mois est faux — il n’y a pas deux millions de morts, notre système de santé n’a pas été débordé, il y avait 10 fois plus de ventilateurs que ce dont nous avions besoin, presque tout le monde survit et le traitement précoce fonctionne. Vous ne devez pas ignorer votre propre expérience de vie ! Si tout ce que vous aviez à faire pour arrêter un virus était de tenir un papier de soie devant votre visage, nos ancêtres l’auraient appris il y a des siècles et votre grand-mère vous l’aurait appris !

Deuxièmement, l’émotion. Considérez ce que le président Jefferson a dit il y a 200 ans : que les journaux sont de la propagande, et aussi ce que le président John F. Kennedy a souligné plus tard, à savoir que peu importait si la propagande est un mensonge ou un mythe. Kennedy a déclaré: « Le grand ennemi de la vérité n’est très souvent pas le mensonge … mais le mythe : persistant, persuasif et irréaliste. » Réalisez simplement que ce n’est pas parce que vous croyez ou sentez que quelque chose est vrai que ça le rend vrai. Il y a eu une campagne de propagande massive pour vous faire croire quelque chose. Mais vous avez le pouvoir de réfuter la propagande. Comment ? Une recherche sur Internet prouve qu’aucun scientifique n’a jamais cru que les masques chirurgicaux (sans parler des bandanas !) étaient pertinents contre un virus, jusqu’à la Covid-19. Le mythe des masques vient des politiciens et quand quelque chose se passe en politique, on peut être sûr que c’est fait dans un autre but.

Troisièmement, un appel à l’action pour les croyants masqués qui se sont fâchés contre les gens qui ne porteront pas de masque : je vous invite maintenant à doubler votre colère ! Mais dirigez votre colère vers les gens qui vous ont menti — ce sont les gens qui sont en colère qui ont le pouvoir de réparer les divisions sociales. Nous avons besoin que vous mettiez votre colère à la bonne place. Libérez toute votre fureur sur le complexe médiatique professionnel qui vous a menti et menti et encore menti.

Et le dernier appel à l’action pour tous les Américains : les soi-disant experts ne cessent de vous dire qu’un bandana peut arrêter un virus 1000 fois plus petit qu’un cheveu. À quel point pensent-ils que vous êtes stupide ?! À tous les Américains, nous disons : nous ne serons plus dupes !

« Le petit empereur n’a pas de vêtements ! » [« Le roi est nu ! »]

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments