Comment fonctionne le contrôle mental réel

04/12/2022 (2022-12-04)

[Source : 911tap.org]

Par Brandon Smith

[NDT les surlignements et autres mises en valeur du texte ne font pas partie de l’article original en anglais.]

Lorsque les gens sont confrontés à l’idée de « contrôle de l’esprit », ils pensent souvent à quelque chose issu de la télévision ou du cinéma : un prisonnier solitaire torturé, chimiquement hébété et conditionné en un zombie creux tandis que ses ravisseurs lui soutirent des informations ou l’utilisent pour accomplir une tâche qu’il ne ferait pas normalement ou qu’il n’accepterait pas moralement. Et bien qu’il y ait une part de vérité dans ce genre de représentation hollywoodienne, comme le prouve l’exposition de programmes gouvernementaux tels que MK Ultra, les formes les plus insidieuses de contrôle mental sont bien plus subtiles.

Les gouvernements et les élitistes qui les soutiennent n’ont pas nécessairement besoin de mettre les gens en cage, de les droguer et de les brutaliser pour influencer leur comportement. Il leur suffit de gérer leurs perceptions, leurs attentes et leurs suppositions. Cela peut être accompli avec de larges portions du public, plutôt qu’avec une seule personne à la fois.

[Voir aussi :
Dr Robert Malone : « Psychose de formation de masse COVID-19 » — Pourquoi tant de gens croient au mensonge du vaccin
La psychologie inquiétante derrière le vaccin Covid : HYPNOSE DE MASSE et CULTE du SUICIDE
De l’eugénisme à l’hygiène sociale ou le contrôle mental comme moyen de gérer les masses
La fabrication des perceptions]

Les élites ont toujours été fascinées par l’idée de l’hypnotisme de masse. Au 18e siècle, Franz Mesmer était célèbre pour avoir diverti la royauté européenne avec des démonstrations de ce qu’il appelait le « magnétisme animal », qui incluait ce que nous connaissons aujourd’hui comme l’hypnose des individus et des groupes. Depuis, le mesmérisme est devenu synonyme de tentative d’embrouiller les gens et de leur dicter leurs actions alors qu’ils sont dans une sorte de transe. L’hypnotisme reste un sujet très actif dans les cercles psychiatriques et le gouvernement américain s’est intéressé de près à l’hypnose en tant qu’arme lors de ses expériences MK Ultra dans les années 1950.

Les personnes impliquées dans le domaine de l’hypnotisme sont promptes à souligner qu’une personne hypnotisée ne peut pas être forcée à faire quelque chose qui va à l’encontre de son code d’éthique, mais ce n’est pas exactement toute l’histoire. L’hypnotiseur fait des suggestions que le sujet choisit de suivre (ou refuse de suivre) pendant qu’il est en état de transe. Mais que se passe-t-il s’il peut être convaincu (ou dupé) par l’hypnose pour croire qu’une action particulière est dans son meilleur intérêt en dépit de son code moral ou de son sens de la préservation de soi ?

Ce type de contrôle sur un sujet peut être et a été accompli dans la thérapie hypnotique, et des exemples d’hypnothérapie « secrète » sont également enregistrés, y compris l’exemple d’un avocat de divorce de l’Ohio qui a utilisé l’hypnose secrète contre plusieurs clientes et est soupçonné de l’utiliser contre certains employés du tribunal pour désarmer leur psychisme et ensuite les violer sans souvenir de l’incident.

Environ deux tiers d’une population donnée sont capables d’être hypnotisés à des degrés divers. L’université de Stanford s’est attachée à rechercher un modèle cérébral qui serve d’empreinte digitale pour les personnes les plus sujettes à l’influence hypnotique, et elle pense avoir trouvé certains facteurs impliquant des zones du cerveau qui gèrent une concentration et une attention accrues. La réduction de la conscience périphérique contribue également à accroître la vulnérabilité du sujet à l’hypnose et augmente considérablement sa suggestibilité.

Ces conditions peuvent en fait être encouragées dans les grandes foules de personnes. Réfléchissez un instant : quelle est l’activité quotidienne d’une personne moyenne qui hyperfocalise son attention sur un seul point dans l’espace pendant de longues périodes et supprime presque toute sa conscience périphérique ? Si vous avez répondu « utilisation du téléphone portable », vous gagnez un dîner de poulet. En plus de créer une faible dose artificielle et constante de dopamine dans le cerveau humain, ce qui entraîne une dépendance, les téléphones portables et autres petits appareils électroniques créent en fait les conditions parfaites pour qu’une personne soit hypnotisée, car ils la privent de toute conscience périphérique et la rendent très influençable pour ceux qui savent utiliser des méthodes secrètes.

Pour souligner, un état hypnotique peut être induit chez de grands groupes de personnes pendant de longues périodes de temps avec le stimulus correct à long terme. Regardez ici le mentaliste Darren Brown hypnotiser ou « laver le cerveau » de tout un centre commercial pour que les gens lèvent la main exactement quand il le souhaite, sans qu’ils sachent pourquoi ils le font. Remarquez qu’environ deux tiers de la foule obtempère.

Les suggestions hypnotiques durent aussi longtemps que les sujets continuent à croire que les suggestions sont correctes. L’hypnotisme est essentiellement un accord entre l’hypnotiseur et les personnes hypnotisées selon lequel une croyance particulière est vraie (même si elle ne l’est pas). Dans le cas d’une victime d’une agression, la personne peut vouloir croire que l’événement traumatique n’a pas eu lieu, et peut donc être convaincue par l’hypnose de l’oublier. Dans le cas d’un groupe de personnes, l’hypnotiseur devra identifier une idée ou une peur que tous partagent et veulent croire réelle, puis l’exploiter.

Je pense que certaines des applications politiques de cette méthode sont évidentes.

Le faux paradigme gauche/droite est une boîte de Petri parfaite pour obtenir ou fabriquer le consentement des masses à être hypnotisées. Elles VEULENT croire que leur équipe, qu’elles ont volontairement rejointe, est la bonne et que les dirigeants de cette équipe ont leurs intérêts à cœur. Ils veulent croire que les actions de leur parti, par le biais de la législation ou de moyens directs, sont toujours rationnelles et moralement saines. Et, même lorsque les dirigeants de leur parti font des choses qui sont totalement contraires aux croyances et à la morale des personnes qui composent le parti, ces personnes veulent encore croire qu’il doit y avoir une raison logique, qu’elles ne saisissent pas encore, derrière ces décisions.

En outre, la menace de « l’autre parti » ou de l’autre équipe est un stimulus constant sous forme de peur. Nous regardons les batailles scénarisées de ces deux équipes fabriquées de toutes pièces se dérouler dans des formes élaborées de théâtre Kabuki, mais rien ne change vraiment, si ce n’est que les élites mondiales deviennent plus puissantes. Pourtant, de nombreuses personnes croient que ces batailles sont réelles et y investissent d’immenses quantités d’énergie et de concentration, comme si le destin du monde se décidait dans les pitreries d’un feuilleton politique.

Lorsque les gens ont peur ou sont hyperfocalisés sur une menace extérieure, ils deviennent à nouveau plus influençables. C’est la raison pour laquelle les discussions politiques dominantes se concentrent moins sur la compréhension de la menace (le « comment » et le « pourquoi ») que sur la perpétuation de la menace. En comprenant l’ennemi (ou le faux ennemi), on peut évaluer la menace et réduire la peur, même si la menace est réelle. Sans compréhension, la peur ne fait qu’augmenter. Les pouvoirs politiques cherchent à nous rappeler constamment que les menaces existent sans nous faire bénéficier du contexte. Ils ne veulent pas que nous ayons une connaissance approfondie des mécanismes qui se cachent derrière les menaces.

On nous dit que notre système fonctionne d’une manière particulière qui semble logique, mais cela n’a de sens pour nous que tant que nous voulons croire que le système fonctionne comme on nous l’a appris. Nous devons avoir une foi aveugle dans le fait que ce qu’on nous a dit au départ était absolument vrai. La question est de savoir pourquoi nous devrions le faire. N’est-il pas préférable de rester sceptique face à la plupart des choses et d’étudier ce qui nous est remis ? Si un inconnu nous donne un étrange élixir et nous dit de le boire, ne nous demandons-nous pas ce qu’il contient et ce qu’il fait ? Ne ferions-nous pas une enquête ?

Dans le cas d’informations et de proclamations, certaines personnes n’enquêteraient pas, parce qu’il est plus confortable de croire les mensonges, ou peut-être parce qu’elles seront récompensées pour avoir suivi le statu quo. Ce n’est que lorsque nous serons prêts à sacrifier notre confort [NDT notamment intellectuel et émotionnel], lorsque nous cesserons de vouloir accepter tout ce qu’on nous dit pour argent comptant et que nous commencerons à remettre en question la réalité qui nous est présentée, alors seulement l’hypnose de masse qui nous influençait autrefois perdra son pouvoir.

L’hypnose des élites nécessite des formes toujours plus nombreuses de distraction et de stimulation afin de maintenir le public sous influence. La création de la peur et de la confusion est vitale pour l’exécution du contrôle mental de masse, et c’est un facteur que beaucoup de gens refusent absolument de reconnaître ou de prendre en considération. L’idée que les élites puissent construire un système pour ensuite le détruire délibérément est tout simplement trop difficile à concevoir pour beaucoup. Mais encore une fois, quel meilleur moyen d’hyperconcentrer une population entière et de la rendre malléable à des suggestions qu’elle n’aurait normalement pas considérées autrement ?

Dans des articles précédents, j’ai souligné l’incroyable éventail de similitudes entre les groupes mondialistes élitistes et les comportements et traits de caractère des sociopathes narcissiques (également connus sous le nom de narcopathes ou de psychopathes). J’ai même émis l’hypothèse que les mondialistes sont en fait un groupe très organisé de narcopathes qui recrutent d’autres narcopathes. De nombreux narcopathes de haut niveau ont une connaissance intuitive de la dynamique de la suggestibilité et de la psyché humaine. C’est ce que j’appellerais leur principal trait de survie.

Les narcopathes sont connus pour créer la confusion autour d’eux afin de prendre le contrôle des personnes de leur entourage ou des personnes présentes dans une pièce. [NDT C’est notamment ce que fait Macron en France avec son « en même temps » qui place les personnes hypnotisables devant une contradiction logique et les plonge ainsi dans la confusion.] Ils sont également connus pour leur volonté d’instaurer certaines routines et d’acclimater les personnes qui les entourent à un environnement particulier, pour ensuite tout bouleverser soudainement afin d’assommer leurs victimes et de les soumettre. Il est important de comprendre que ces personnes ne se soucient PAS nécessairement de la stabilité. En fait, elles sabotent souvent activement la stabilité pour obtenir quelque chose qui leur tient plus à cœur : le contrôle.

Les stratégies dont les narcopathes individuels font preuve à petite échelle sont simplement amplifiées des milliers de fois lorsque nous parlons des comportements des élitistes mondiaux. Les personnes qui se considèrent comme rationnelles ont du mal à comprendre ce type de comportement, mais il existe une logique tactique sournoise. Le contrôle mental d’autrui peut être réalisé en maintenant ces personnes infiniment déséquilibrées. En imaginant des moments de paix fragile, puis en frappant avec des cycles de crises imprévisibles. [NDT Les crises économiques peuvent être notamment créées, stimulées ou accentuées à cette fin.] Avant que nous le sachions, de nombreuses années d’instabilité se sont écoulées et les narcopathes organisés au pouvoir ont pris encore plus de contrôle. Nous nous demandons où est passé tout ce temps, et pourquoi nous n’avons pas été capables de changer les choses ? C’est parce que nous avons été hypnotisés et poussés à l’inaction, ou à de mauvaises actions, au nom d’une mise en scène politique dénuée de sens.

Le véritable contrôle de l’esprit et l’hypnose de masse nécessitent, comme nous l’avons déjà mentionné, notre consentement, mais c’est un consentement qui nous est extorqué. Il nous est soutiré par de faux dirigeants dont les intentions et les actions ne correspondent pas à leurs promesses. Il nous est soutiré par un système qui encourage la conformité de la pensée et nous dit que ceux qui pensent en dehors de la norme largement acceptée sont aberrants et « fous ». Elle nous est enlevée par nos propres faiblesses — notre désir d’aller dans le même sens que les autres, notre peur de nous confronter à la foule et de lui dire qu’elle a tort, notre peur de perdre ce que nous pensons être la stabilité, ou notre peur de nous retrouver seuls.

Le véritable contrôle de l’esprit ne repose pas sur la torture et la force, mais sur l’acceptation induite en douceur. Nous pouvons retirer notre consentement aux hypnotiseurs quand nous le souhaitons, mais nous devons être prêts à cesser d’ignorer certaines réalités. Nous devons être prêts à ressentir la douleur qui survient lorsque nous reconnaissons avoir été escroqués et contrôlés dans le passé, et nous devons nous délecter de notre capacité à refuser de nous conformer. Cela doit devenir une partie de qui nous sommes — les personnes qui ne prennent pas ce qu’on nous dit pour argent comptant. Les personnes qui remettent presque tout en question. Les personnes qui ne peuvent pas être hypnotisées.

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires