Censure France — le cauchemar d’Orwell en passe de devenir réalité

[Source : crashdebug.fr]

Si nous ne faisons rien, toutes les opinions alternatives seront bannies en France.

Signez d’urgence la pétition !


Madame, Monsieur,

Notre pays est en train de rompre avec près de 80 ans de libertés d’expression en instaurant un véritable Ministère de la Censure.

Avec sa nouvelle agence VIGINUM, l’État est en train de développer à grande vitesse une effrayante machine de censure et de surveillance des citoyens.

Si nous ne faisons rien, les analystes et médias indépendants seront bientôt totalement empêchés de VOUS informer sur les sujets sensibles.

Et vous, en tant que citoyen curieux, vous serez systématiquement fichés pour les opinions « incorrectes » que vous exprimerez sur les réseaux, y compris sous pseudonyme et pire encore, vous serez associés aux opinions de vos proches, contacts ou simplement ceux avec qui vous discutez en ligne !

Vous doutez de l’innocuité d’un vaccin ? Fiché !

Vous vous interrogez sur la corruption des grands lobbies ? Fiché !

Vous avez un avis « différent » sur les gilets jaunes, la révolte des agriculteurs ou la guerre ukrainienne ? Fiché !

Et votre vie pourra alors BASCULER.

Ceci n’est pas une exagération, et je vais vous le démontrer dans une seconde.

Je m’appelle Guy de la Fortelle, je suis analyste indépendant et cofondateur du média Tocsin, avec la journaliste Clémence Houdiakova.

Je lance aujourd’hui un appel urgent à tous ceux qui veulent défendre la liberté d’expression.

Je vous demande de signer notre grande pétition pour dire NON au Ministère de la Censure en France.

Car si vous jetez un œil à l’actualité de la liberté d’expression, vous voyez que tous les signaux sont au rouge écarlate :

  • Le 14 février dernier, l’Assemblée nationale a rétabli l’article 4 liberticide de la « loi sur les dérives sectaires » (Olivier Véran lui-même l’a reconnu en traitant le Pr Raoult de « gourou qui porte la blouse comme Raël porte la tunique » : l’objectif est bien de punir les « opinions dissidentes en médecine ») ;
  • La veille, le 13 février, le Conseil d’État a sommé l’Arcom, l’Autorité qui régule radios et télévisions en France, de mieux contrôler l’orientation idéologique de CNews — comme si c’était le rôle de l’État de décider quelles idées sont dignes d’être « vues à la TV » !
  • En ce moment, aussi, sont réunis les « états généraux de l’information » voulus par Emmanuel Macron. L’un de ses objectifs est de mettre au pas les réseaux sociaux contre les soi-disant « fake news ». Et savez-vous à qui E. Macron a confié la direction de ces états généraux ? Au secrétaire général de Reporter Sans Frontières, l’homme qui a cherché à censurer CNews !
  • Et le 17 février dernier est entré en vigueur le DSA, le Digital Service Act, une loi européenne voulue par Thierry Breton pour mieux censurer sur les réseaux sociaux, et en particulier Twitter (X), qui persiste à promouvoir la liberté d’expression sur sa plateforme.

Mais il y a encore pire.

Le plus inquiétant, c’est ce que vient daccomplir lagence d’état Viginum, bras armé du nouveau Ministère de la Censure.

Le 12 février dernier, Viginum a publié un rapport qui a permis au gouvernement de fermer immédiatement une vingtaine de chaînes d’informations sur Telegram.

Ce qui était reproché à ces chaînes, c’était de diffuser des informations pro-russes sur la guerre en Ukraine. 

Selon le rapport, ces chaînes Telegram posaient problème, car elles « présentent positivement l’invasion russe aux populations occidentales » et « dénigrent l’Ukraine et ses dirigeants, régulièrement présentés comme “corrompus”, “nazis” ou “incompétents”.

Officiellement, l’objectif est de lutter contre “l’ingérence étrangère” sur l’information.

Mais cela fait penser aux méthodes du parti communiste chinois, qui empêche ses citoyens d’accéder aux informations occidentales sur Internet.

Dans une vraie démocratie, n’est-ce pas au citoyen libre de se faire sa propre opinion, à partir de toutes les sources d’information possible ?

D’ailleurs, sur le conflit en Ukraine, qui a désinformé qui ?

  • N’est-ce pas plutôt le ministre qui disait que les sanctions allaient “mettre à genoux l’économie russe” ?
  • Ou certains généraux de plateaux TV, qui nous assuraient que l’armée russe était tellement arriérée qu’elle était obligée de récupérer des puces électroniques sur des frigo ?
  • Ou encore ceux qui garantissaient que la contre-offensive allait permettre à l’Ukraine de récupérer triomphalement la Crimée ?

Ce qui est visé par Viginum, ce n’est pas tant l’ingérence étrangère que notre accès à “un autre son de cloche” sur l’information !

La preuve : les chaînes Telegram pro-russes n’ont pas été fermées à cause du seul conflit en Ukraine. Ce qui est leur est reproché, c’est aussi de contester le “narratif officiel” sur tous les sujets.

C’est écrit noir sur blanc dans le rapport de Viginum :

“Ces chaînes publient également sur dautres thématiques proches des sphères complotistes francophones qui tendent à remettre en cause la parole politique, les médias ou encore les différentes décisions prises au sein des organisations internationales comme lOTAN, lONU ou lUE par exemple”

Donc, que ces chaînes soient ou non financées par le Kremlin est accessoire pour Viginum et le système de censure gouvernemental.

Sous prétexte de supposée “ingérence étrangère”, le pouvoir cherche manifestement à faire taire les opinions qui le dérangent.

Et pour cela, l’État français dispose désormais d’une arme redoutable à sa disposition, avec l’Agence Viginum.

Cette “arme de guerre” a été créée en 2021 par le gouvernement Emmanuel Macron, par simple décret, sans même passer par le Parlement.

La CNIL avait alors exprimé de lourdes craintes, car l’agence s’est vu octroyer le droit, via la surveillance des réseaux sociaux, d’obtenir une fiche précise de vos opinions en croisant tout ce que vous dites sur Facebook, Twitter (X), YouTube, etc., et de communiquer tout cela à d’autres services de l’État.

Vous avez “aimé” l’opinion d’un opposant au président Macron ? Viginum le sait.

Un petit pouce bleu pour soutenir le professeur Raoult ? Viginum le sait.

L’agence peut faire le compte de vos “mauvaises opinions”.

Et conduire à vous faire censurer.

Ce sera pire encore si elle vous considère comme quelqu’un de trop “influent”. Qui sait, dans ce cas-là, si vous n’aurez pas le droit à la “totale” ? (contrôle fiscal, fermeture de votre compte bancaire, poursuites judiciaires, etc..)

Viginum est un véritable cauchemar pour nos libertés.

Mais pourquoi cette agence n’a pas fait parler d’elle avant, alors qu’elle a été créée il y a deux ans ?

La raison est qu’elle était dirigée jusqu’à l’été dernier par un haut fonctionnaire apparemment intègre, Gabriel Ferriol.

Problème : il n’était pas suffisamment agressif contre certains mouvements d’idées, alors il a été viré.

C’est écrit noir sur blanc dans la Lettre A, et cela fait froid dans le dos :

“Sa relecture en profondeur des notes d’analyse produites par le service et les modifications apportées jusqu’à en dénaturer le fond — notamment en minimisant l’influence de mouvances d’extrême droite complotiste — ont progressivement créé un malaise” (Lettre A)

Maintenant qu’il est parti, nous pouvons craindre le pire, et c’est pourquoi je vous demande de signer d’urgence notre grande pétition :

JE SIGNE LA PÉTITION CONTRE LA SURVEILLANCE GÉNÉRALISÉE :

NON AU MINISTÈRE DE LA CENSURE

La censure d’une vingtaine de chaînes Telegram n’est que le début.

Avec les pouvoirs dont dispose Viginum, tout est désormais possible contre les opinions divergentes de l’idéologie dominante.

Je vous donne quelques exemples :

  • Si le mouvement des agriculteurs dégénère, on pourra dire que la déstabilisation vient de Russie ou de Chine pour mieux organiser une censure de masse ;
  • Même chose avec des informations critiques sur l’état réel de nos banques ou les risques pesant sur nos assurances vie (saviez-vous qu’en 2023, les Français avaient retiré 27 milliards de ce placement ?). Pourquoi ne pas censurer les informations sur ces sujets, dès lors que “l’intérêt national supérieur” est en jeu ?
  • Même problème avec le sujet très sensible de l’immigration : saviez-vous que l’ancien patron de Frontex, un haut fonctionnaire français passé par l’ENA, a déclaré, je cite, “La Commission européenne voit l’immigration illégale comme un projet et non pas comme un problème”. À quand la censure de ce propos sur toutes les plateformes, au motif qu’il ferait “le jeu des mouvances complotistes ou d’extrême droite” ?

“Qui veut tuer son chien l’accuse d’avoir la rage” disait l’adage.

Aujourd’hui, si vous êtes critique vis-à-vis des vaccins Covid, si vous avez un doute sur le narratif climatique, ou si vous êtes contre le wokisme à l’école, vous êtes forcément d’extrême droite ou complotiste, et donc forcément coupable de désinformation.

Je n’exagère pas. Quand France Inter demande à un Prof de Sciences-Po de définir la désinformation, voici sa réponse : 

“Vous avez de la droite identitaire, de la droite nationale-populiste, de la ‘réinformation’. Tout cela constitue un réseau : Papacito, TV Libertés, Réinformation TV, Thierry Casasnovas, Silvano Trotta, etc.”

Et puisque ces opinions sont qualifiées de “désinformation”, l’État se donne le droit de les censurer, et s’est organisé pour le faire massivement avec Viginum.

Et vous pouvez être certain que la censure ne touchera pas seulement les opinions “politiquement incorrectes”.

La censure sera utilisée, aussi, pour écarter les informations qui gênent le pouvoir en place.

Si vous ne me croyez pas, c’est écrit noir sur blanc sur le site de France Inter :

“En 2017, l’entre-deux-tours de la présidentielle est perturbé par ce qu’on appelle les ‘Macron Leaks’. Il s’agit de la fuite de dizaines de milliers de courriers électroniques du mouvement En Marche ! d’Emmanuel Macron. C’est justement pour contrer ce genre d’attaques numériques venues de l’étranger que le gouvernement français a décidé de mettre en place Viginum”*

Problème : personne n’a pu prouver que ces Macron Leaks venaient de l’étranger.

Ce qui est certain, c’est que leur contenu était très gênant pour le pouvoir, qui a donc décidé de se doter des outils pour les censurer !

C’est chose faite avec Viginum, et c’est pour cela que je vous demande d’agir maintenant.

Signez notre grande pétition, Non au Ministère de la Censure en France, et transférez-la à tous vos contacts.

Je compte sur vous : ce sont nos libertés les plus fondamentales qui sont en jeu.

Guy de la Fortelle

Co-fondateur de Tocsin

JE SIGNE LA PÉTITION CONTRE LA SURVEILLANCE GÉNÉRALISÉE :

NON AU MINISTÈRE DE LA CENSURE

Source : Tocsin-media.fr




Halte aux censures qui gangrènent la démocratie

Par Gérard Delépine

Sans liberté d’expression, pas de démocratie.

Le droit de se déplacer librement et celui d’exprimer ses idées et ses opinions constituent les plus essentiels des droits fondamentaux de l’homme.

La liberté d’expression conditionne l’exercice d’autres libertés comme la liberté d’opinion. Elle est inscrite à l’article 11 de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789 et rappelée par l’Article 19 de celle de l’ONU : « Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit ». Elle est garantie par la constitution française et de nombreux traités internationaux dont la Convention européenne des droits de l’Homme.

Mais la liberté d’expression insupporte tous ceux qui n’ont pas d’arguments solides pour débattre avec leurs opposants et qui rêvent d’instaurer une censure généralisée pour imposer une pensée unique, premier pas vers le totalitarisme.

Des mairies s’érigent en censeurs

Le dernier exemple en date est la censure des mairies de Paris1 et de Lyon2 contre la publicité pour le livre « Transmania, enquête sur les dérives de l’idéologie transgenre » écrit par les féministes D. Moutot et M. Stern qui estiment qu’une femme est une femme et qu’elle ne doit pas être confondue avec les hommes de naissance qui se déclarent femme trans

On peut être partisan ou adversaire de ce livre, mais dans ce dernier cas il convient de lui opposer des arguments précis démontrant ses faiblesses ou ses erreurs. Le déclarer hérétique et le censurer n’apporte rien au débat, mais constitue un aveu de faiblesse pour éviter toute discussion et un rappel des heures sombres du nazisme brûlant en public les livres qui lui déplaisaient.

L’accusation de discours de haine ne remplace pas des arguments objectifs

Depuis quelques années, quand ils n’ont pas d’arguments objectifs à présenter pour défendre une idéologie, ses promoteurs jugent plus commode d’accuser leurs opposants d’adopter une « attitude discriminatoire » ou de propager un « discours de haine », d’être « d’extrême droite », « complotistes » ou « phobique » (grossophobe, islamophobe, raciste, transphobe, capillarophobe… etc..).

Emmanuel Grégoire, premier adjoint de la mairie de Paris, a ainsi déclaré « La haine de l’autre n’a pas sa place dans notre ville… Paris n’est pas la vitrine de cette haine crasse » tandis qu’un élu vert de Lyon rajoutait l’accusation de « complotiste »3.

On ne voit pas en quoi un livre, qui critique uniquement une idéologie et les campagnes médiatiques disproportionnées de propagande qui la diffusent, pourrait être haineux ni comment le terme de « complotiste » se justifie concernant une enquête minutieuse citant soigneusement ses sources.

L’identité sexuelle est un fait biologique fondateur de l’identité de tout être humain

Tout homme est différent, tout homme est unique. Reconnaître ses différences lui permet de se forger une identité personnelle, de se définir par rapport aux autres et ainsi de pouvoir les apprécier dans leur originalité, leurs dimensions. Le sexe, comme l’aspect physique et les ascendants font partie de ces caractéristiques fondatrices de l’identité de chacun et les remettre en cause est particulièrement déstabilisateur.

L’apparition de la reproduction sexuée daterait d’un peu plus d’un milliard d’années avec les premiers eucaryotes. Elle a constitué un progrès majeur dans l’évolution des espèces, car elle permet le brassage des chromosomes à chaque génération facilitant la résistance aux pathogènes et l’adaptation aux modifications de l’environnement. La reproduction sexuée s’est ainsi imposée chez toutes les espèces supérieures. L’appartenance au sexe masculin ou féminin est une réalité biologique déterminée lors de la fécondation par les chromosomes sexuels X et Y. Il est donc impossible de changer de sexe.

Le genre n’est qu’un ressenti sans aucun marqueur biologique. La théorie du genre ne constitue qu’une simple idéologie, une croyance sans aucune réalité physique et, comme toute croyance, elle peut être discutée.

Critiquer une croyance ne constitue pas un discours de haine

La critique d’une croyance ne constitue pas un discours de haine, mais seulement l’expression d’une opinion qui appelle au débat. Je ne suis pas chrétien et je critique parfois la doctrine catholique et surtout ses excès lorsqu’elle imposait ses lois à la cité, mais je n’éprouve aucune haine envers cette religion, ni envers ses croyants dont j’apprécie au contraire hautement les principes moraux, fondements de notre société. Le blasphème est d’ailleurs parfaitement autorisé en France depuis la révolution de 1789 et la plupart des chrétiens le tolèrent. Ce qui n’est manifestement pas le cas des militants extrémistes trans qui réagissent comme les convertis à une nouvelle religion.

Critiquer la théorie du genre et tout particulièrement sa propagande médiatique disproportionnée est parfaitement légal en France.

Elle est même nécessaire pour ouvrir le débat public jusqu’ici occulté et pour prendre conscience des conséquences délétères des traitements hormonaux et des chirurgies mutilantes en particulier sur les enfants. Le livre de D. Moutot et M. Stern, comme le nôtre « dysphorie de genre » ne sont pas transphobes, mais tentent au contraire d’aider les personnes mal dans leur peau, à ne pas devenir victimes d’une idéologie à la mode qui attribue, le plus souvent à tort, leur malaise au genre.

Dora Moutot le rappelle clairement sur X4 :

« Notre livre n’est pas transphobe : en aucun cas il ne prône la haine de l’autre et des personnes trans. C’est une enquête sourcée notamment sur les bloqueurs de puberté et sur certains acteurs qui poussent les transitions de genre et en font des profits. »

Le problème a d’ailleurs été bien abordé par André Bercoff sur Sud Radio, et il est dommage que les propagandistes de l’idéologie du genre n’aient pas apporté d’éléments objectifs pour alimenter la discussion.

« C’est intéressant parce que ça me rappelle une phrase de Prévert qui disait il y a des gens qui dansent pour entrer en trans, il y a des gens qui entrent en trans sans danser, ce phénomène s’appelle la transcendance », vous il y a des gens qui entrent en trans pour se donner du genre, et vous avez baptisé ça le transgenre, la transmania, très intéressant, moins rigolote que la star mania, mais quelque part beaucoup plus instructive » 5

Après des années de travail, cibles de toutes les pressions, les deux auteurs signent une enquête fouillée sur les dérives de l’idéologie transgenre qu’elles résument ainsi :

Bienvenue dans un monde où Robert devient Catherine

« Homme enceint », « non-binaire », « iel », « changer de sexe », « naître dans le mauvais corps », « transgenre », ces termes envahissent notre quotidien. Trans par-ci, trans par-là, partout c’est la transmania !

« En France, il est possible d’être légalement reconnu comme femme tout en ayant un pénis. Des hommes se disant femmes remportent des compétitions sportives féminines dans le plus grand des calmes. Des hôpitaux se livrent à des expérimentations médicales sur des enfants dans le but de les faire “changer de sexe”. Et tout incrédule évoquant la binarité des sexes est traîné dans la boue.

C’est l’histoire de l’un des plus gros casses conceptuels du siècle que nous allons te raconter : l’idéologie transgenre est en train de s’infiltrer dans toutes les sphères de la société. Elle se présente comme un simple mouvement pour les droits d’une minorité opprimée, pourtant, derrière les paillettes, se trouve un projet politique néfaste qui s’apprête à bouleverser notre rapport au réel… »

À la lecture des critiques, on réalise que ce livre ne laisse pas indifférent. Quelques-unes le traitent de transphobe sans citer ce qui leur paraît discutable, mais la plupart l’apprécient comme le montrent deux commentaires publiés sur Babelio 6:

Charlottekmnn 15 avril 2024

« Moi qui étais un peu paumée sur le sujet, j’ai appris plein, plein de choses après cette lecture vraiment passionnante et en même temps terrifiante. Je n’avais pas mesuré l’ampleur des conséquences pour ma vie quotidienne en tant que jeune femme qui voudrait peut-être un jour avoir des enfants… »

Beaucoup de thèmes sont abordés, toujours avec sérieux, beaucoup de notes, d’explications. J’ai trouvé ça très didactique, ça se lit très bien et vite malgré la densité d’informations.

GabyLH 17 avril 2024 :

« Un excellent ouvrage sur tous les plans, la forme et le fond. C’est extrêmement sourcé (30 pages de sources) et documenté, on salue l’énorme travail de recherche et de synthèse réalisé. C’est aussi drôle et ça se lit vite. Surtout, tous les points de vue sont considérés et tous les impacts sont traités (conséquences sociales, sanitaires, économiques, environnementales…).

Les auteurs ont plus questionné le mal être/l’origine du sentiment de transidentité que les médecins qui prescrivent à de jeunes adolescents mal dans leur peau (le propre même de l’adolescence) des produits qui les rendront stériles et fragilisent leur squelette à vie !

Vous découvrirez ainsi que les personnes trans souffrent généralement en réalité d’autres pathologies qui sont complètement omises sous couvert du diagnostic de transidentité (auto-diagnostic). Vous découvrirez ce qui se passe dans les pays où l’idéologie avait percé en avance et que la France refuse d’en tirer les leçons.

Vous apprendrez que les produits administrés n’ont pas été testé pour l’usage qui en est fait ainsi que l’identité des gagnants : essentiellement des laboratoires pharmaceutiques.

Vous découvrirez que le mouvement a tous les critères d’un mouvement sectaire (ce passage fait froid dans le dos).

Il ne fait aucun doute qu’un scandale sanitaire est en cours.

Ce livre est à offrir à tous et surtout aux parents. PROTÉGEZ VOS ENFANTS. »

Les trans maniaques devraient réaliser que la censure est contre-productive !

Depuis la crise covid, la volonté de la censure obsède nos dirigeants qui ne supportent pas qu’on mette en évidence leurs mensonges criminels. Procès baillons contre les donneurs d’alerte, lois européennes contre les réseaux sociaux7, pratiques et lois françaises 8 9 dont l’article 4 de la loi Darmanin1011

Mais cette attitude est souvent contreproductive. La dérive totalitaire de certains militants extrémistes trans, leur constante représentation et leur noyautage conflictuel de certains mouvements féministes et homosexuels est responsable de l’augmentation des actes et des lois homophobes et transphobes que l’on constate partout dans le monde et particulièrement en Occident.

L’interdit stimule toujours le désir. La censure aussi. Ces actes de censure imposés par les maires ont fait plus sûrement connaitre le livre et inciter à le lire que la publicité prévue. Le 19 avril 2024 Transmania est devenu premier des ventes sur Amazone

Combattons toute censure qui nie l’intérêt du débat démocratique et constitue le premier pas vers la tyrannie. Défendons âprement, partout et toujours nos droits fondamentaux et en particulier Les droits de se déplacer librement et celui d’exprimer ses idées et ses opinions.

LIBERTE J’ECRIS TON NOM

Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J’écris ton nom

Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom

Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J’écris ton nom

Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l’écho de mon enfance
J’écris ton nom

Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J’écris ton nom

Sur tous mes chiffons d’azur
Sur l’étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J’écris ton nom

Sur les champs sur l’horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J’écris ton nom

Sur chaque bouffée d’aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J’écris ton nom

Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l’orage
Sur la pluie épaisse et fade
J’écris ton nom

Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J’écris ton nom

Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J’écris ton nom

Sur la lampe qui s’allume
Sur la lampe qui s’éteint
Sur mes maisons réunies
J’écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J’écris ton nom

Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’écris ton nom

Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attentives
Bien au-dessus du silence
J’écris ton nom

Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J’écris ton nom

Sur l’absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté.

Paul Eluard 1942





Le programme de domination mondiale et la fin de l’Humanité

[Source : https://stopworldcontrol.com/fr]

Le programme de domination mondiale

« Toutes vos pensées, vos sentiments et vos rêves seront enregistrés 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. »1

IDA AUKEN, ANCIENNE MINISTRE DE L’ENVIRONNEMENT, DANEMARK

« La 5G peut insérer des pensées et des sentiments dans tout le monde. Elle sera le système nerveux central de la société. »2

SEBASTIÁN PIÑERA, ANCIEN PRÉSIDENT DU CHILI

« Nous verrons tout ce qui se passe à l’intérieur de votre cerveau. »3

NITA A. FARAHANY, PROFESSEUR DE PSYCHOLOGIE

Ceci n’est pas un article superficiel qui vous laisse à la recherche de réponses, mais d’un rapport approfondi qui vous permet de comprendre pleinement ce qui menace notre monde. Utilisez la table des matières (en haut à gauche) pour naviguer. Toutes les références se trouvent à la fin de ce rapport. Prenez le temps de lire ce rapport révélateur jusqu’à la fin, car les informations qu’il contient sont cruciales.

« NOUS FAÇONNONS L’AVENIR DU MONDE »

Chaque année, les gens d’affaires les plus riches du monde, les industriels les plus puissants et les politiciens les plus influents se réunissent au Forum Économique Mondial de Davos, en Suisse. Ensemble, ils discutent de la manière dont ils vont « améliorer l’état du monde ». Le fondateur et président du FÉM, Klaus Schwab, déclare fièrement : « Nous façonnons l’avenir du monde. »4 Ils ne vous consultent pas, bien sûr, pour savoir si leurs idées vous intéressent. Non, ils vous disent simplement ce qu’ils font pour transformer radicalement tous les aspects de votre vie. 

Leurs objectifs officiellement publiés incluent l’enregistrement de toutes vos pensées, émotions et rêves 24 heures sur 24 et 7 jours sur 75, le suivi de tout ce que vous faites, achetez, portez et mangez6, et l’insertion de pensées et d’émotions dans votre esprit7.

TOUT DOIT CHANGER8

Le mot clé de leur vocabulaire est « crise ». Selon eux, les crises sont innombrables dans le monde entier : crises sanitaires, crises sociales, crises financières, crises énergétiques, crises climatiques… rien que des crises, partout, tout le temps9. La seule façon de résoudre toutes ces crises, disent-ils, est de transformer radicalement tous les aspects de l’existence humaine : l’alimentation, le logement, les soins de santé, la sexualité, l’agriculture, l’éducation, la finance, les voyages, la technologie… tout doit être revu pour « sauver la planète ». 

Il y a cependant quelque chose d’ironique dans cette situation. Les milliardaires qui prétendent vouloir sauver la planète sont précisément ceux qui la détruisent !

Ce sont ces riches industriels qui ont abattu toutes les forêts pour construire des autoroutes, des villes et des zones industrielles ; ils ont construit des milliers d’usines qui dévastent le sol, l’eau et l’air de la terre ; ils ont volé toutes les ressources naturelles de toutes les nations du monde pour s’enrichir, tout en appauvrissant les populations indigènes10 ; ils ont empoisonné la population avec des aliments hautement transformés qui sont dépourvus de nutriments, mais plein de produits chimiques toxiques et de sucres et de graisses transformés nocifs11.

Ils ont encouragé la pulvérisation excessive d’herbicides et de pesticides neurotoxiques et cancérigènes12, tout en modifiant génétiquement tous nos produits, ce qui a donné naissance à des fruits et légumes nocifs pour la santé13.

Ils ont créé un programme désastreux consistant à injecter aux petits enfants des dizaines de cocktails de substances toxiques, dont il a été prouvé qu’ils étaient à l’origine de l’épidémie d’autisme et d’innombrables maladies infantiles. Depuis que les vaccinations de masse ont commencé il y a plusieurs décennies, on assiste à une explosion de maladies mentales et physiologiques chez les enfants et les jeunes, qui les handicapent à vie14. Les inventeurs de véritables révolutions médicales ont été retrouvés morts dans le monde entier15, tandis que des tarifs astronomiques sont pratiqués pour la chimiothérapie, qui dévaste le corps humain et dont il a été prouvé qu’elle provoque souvent la réapparition du cancer de manière encore plus agressive qu’auparavant16.

Big Pharma a rendu l’humanité dépendante de médicaments chimiques qui non seulement ont une myriade d’effets secondaires, mais ne guérissent jamais rien. Ils se contentent de supprimer les symptômes, sans s’attaquer à la cause première.

Les innombrables médicaments chimiques de l’industrie pharmaceutique ne guérissent généralement pas les malades, mais font d’eux des consommateurs à vie de médicaments qui provoquent toute une série d’autres problèmes de santé. Des centaines de millions de personnes se voient obligées de prendre des ordonnances supplémentaires pour traiter les effets secondaires de leurs médicaments initiaux. Ce système corrompu rapporte des milliers de milliards de dollars aux grandes sociétés pharmaceutiques.17

Et que dire des programmes de modification des conditions météorologiques, également appelés géo-ingénierie, qui libèrent des quantités insondables de substances toxiques dans l’atmosphère ?18

À cela s’ajoutent les radiations neurotoxiques et cancérigènes auxquelles ils ont exposé l’humanité avec la 5G, le WiFi et le Bluetooth19 ; la production massive de plastiques qui ravage la vie des océans20 ; les produits chimiques hautement toxiques qu’ils mettent dans tous les produits ménagers et cosmétiques… et ainsi de suite, et ainsi de suite, et ainsi de suite. Les horreurs infligées à l’humanité par ces industriels super riches, qui ne reculent devant rien pour gagner encore plus d’argent, sont indescriptibles. D’innombrables livres, études, rapports et vidéos ont été réalisés pour documenter ces horribles crimes contre l’humanité qui sont commis à longueur de journée, partout sur Terre.

Et maintenant, ces milliardaires malfaisants, qui sont directement responsables d’une grande partie de la destruction causée sur Terre pour s’enrichir, prétendent vouloir « améliorer l’état du monde » et « sauver la planète » ?

COMMENT ILS VEULENT « SAUVER LA PLANÈTE »

Voyons ce que ces milliardaires proposent pour « sauver la planète » et rendre la vie « meilleure » pour chacun d’entre nous. Il ne s’agit pas d’une liste exhaustive, mais d’une sélection de plans officiellement publiés et fortement promus, dont beaucoup sont en cours d’exécution à l’heure où nous parlons. Les références figurant à la fin du présent rapport en apportent la preuve.

INJECTIONS CONSTANTES
Mettre en place des passeports vaccinaux, qui n’autorisent les personnes à participer à la vie sociale que si elles reçoivent continuellement de nouvelles injections de rappel.21

CRÉDIT SOCIAL
Mettre en place des scores de crédit social obligeant les gens à se conformer, car la résistance fait baisser leur score, ce qui entraîne la perte de droits fondamentaux.22

VILLES INTELLIGENTES
Déplacer la majeure partie de l’humanité dans des villes intelligentes, où leurs pensées, leurs émotions et leurs rêves sont constamment enregistrés.23

MOUVEMENT LIMITÉ
Limiter la distance que les citadins sont autorisés à parcourir depuis leur domicile à 10-20 minutes. Un permis est nécessaire pour aller plus loin.24

CONTRÔLE FINANCIER
Remplacer l’argent liquide par des monnaies numériques strictement contrôlées par les dirigeants. La possession et la dépense d’argent seront limitées.25

CENSURE
N’autoriser en ligne que les informations qui soutiennent le programme des milliardaires. Censurez tout ce qui remet en question ou critique leurs projets.26

PAS DE PROPRIÉTÉ PRIVÉE
Éliminer la propriété privée. Tout doit être loué : les maisons, les voitures, les outils, même les vêtements.27

BLOQUER LE SOLEIL
Pulvériser des milliards de litres de produits chimiques toxiques dans l’atmosphère, chaque jour, pour empêcher la lumière du soleil d’atteindre la Terre, afin de prévenir le « réchauffement de la planète ».28

PAS DE DROITS PERSONNELS
Réduire les droits et libertés individuels des citoyens. La liberté d’expression, par exemple, doit être « recalibrée ». Les droits individuels doivent être abandonnés pour le « bien commun ».29

SEXUALITÉ POUR LES ENFANTS
Promouvoir l’éducation homosexuelle dans les écoles maternelles et primaires. Apprendre aux tout-petits à se masturber et à avoir des relations sexuelles. Veiller à ce que les jeunes enfants aient des partenaires sexuels.30

NORMALISER LA PÉDOPHILIE
Promouvoir la pédophilie comme une préférence sexuelle naturelle qui doit être incluse dans la société. Décriminaliser les abus sexuels sur les enfants. Qualifier les opposants de « haineux ».31

TRANSGENDÉRISME DE MASSE
Endoctriner les écoliers pour qu’ils modifient chirurgicalement leur identité sexuelle sans le consentement de leurs parents.32

TOUT LE MONDE DEVIENT UN CYBORG
Transformer tout le monde en cyborgs, avec de multiples implants technologiques, connectés au cloud (nuage), d’où l’IA les surveillera et les contrôlera en permanence.33

ÉLITES SURHUMAINES
Créez une classe d’humanoïdes d’élite dotés de capacités surhumaines qui régneront sur l’humanité.34

L’IA PREND LE DESSUS POUR LA PLUPART DES EMPLOIS
Remplacer les médecins, les avocats, les enseignants, les ministres, les pasteurs, les conducteurs, les pilotes et des dizaines d’autres professions par l’IA.35

CONTRÔLE COMPLET PAR L’IA.
Permettre à l’IA de contrôler la vie humaine en disant aux gens qui ils doivent épouser, ce qu’ils doivent acheter, pour qui ils doivent voter, etc.36

TRANSPARENCE DES CERVEAUX
Permettre aux managers de voir ce qui se passe dans le cerveau de leurs employés. Suppression totale de l’espace personnel et de la vie privée.37

CONTRÔLE MENTAL
Utiliser la 5G non seulement pour lire les pensées et les émotions des gens, mais aussi pour insérer des pensées et des sentiments dans la population.38

ALIMENTS ARTIFICIELS
Remplacer le bœuf nourri à l’herbe par des insectes génétiquement modifiés cultivés en usine et par de la « viande » synthétique cultivée en laboratoire.39

PAS DE PERSONNES AGÉES
Convaincre les personnes âgées de choisir l’euthanasie afin qu’elles ne pèsent pas sur le monde. À un certain âge, chacun devrait faire de la place à la génération suivante.40

Il y a beaucoup, beaucoup plus, mais cet aperçu donne une idée générale de leurs idées « brillantes » qui vont très certainement « sauver la planète » et « améliorer l’état du monde ». D’autres concepts sont : limiter les contacts humains en faisant en sorte que l’école, les réunions, les achats, le culte, la socialisation, etc. se déroulent en ligne, où la vie doit être vécue derrière un écran ; rendre permanente l’utilisation de masques faciaux étouffants, autant que possible ; pousser l’humanité à passer sa vie dans un faux royaume virtuel — comme le MetaVerse — et la convaincre que c’est tellement mieux que la réalité. Éliminer la consommation de viande ; limiter les voyages en avion à un court séjour par an ; limiter drastiquement l’achat de vêtements ; et ainsi de suite.

L’ENREGISTREMENT DE VOS PENSÉES

Les globalistes informent le monde de leur objectif ultime : « Vous ne posséderez rien, vous n’aurez aucune vie privée et vous serez heureux ». Cette situation est présentée comme une heureuse « utopie » dans un billet rédigé par Ida Auken, une Young Global Leader (jeune leader globale) du Forum Économique Mondial. Ida Auken a été nommée ministre de l’Environnement au Danemark pour promouvoir ce programme. Elle a écrit cet article du point de vue d’une citoyenne d’une ville intelligente, qui s’exclame à quel point il est merveilleux de ne rien posséder, et quel rêve le monde est devenu, maintenant que tout le monde vit dans des villes intelligentes. 

Voici une citation directe de l’article :

« De temps en temps, je suis contrarié par le fait que je n’ai pas de véritable vie privée. Je ne peux aller nulle part sans être enregistré. Je sais que, quelque part, tout ce que je fais, pense et rêve est enregistré. J’espère seulement que personne ne l’utilisera contre moi. En fin de compte, c’est une belle vie. »41

QU’EST-CE QU’UNE VILLE INTELLIGENTE ?

Une ville intelligente est un environnement de haute technologie où les citoyens sont surveillés 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 par des technologies de collecte de données qui enregistrent chaque détail de leur vie. Chaque conversation, achat, activité physique, localisation, pensée, émotion et rêve sera enregistré.

Les globalistes font pression pour construire des villes intelligentes dans le monde entier. Aux Pays-Bas (Europe), par exemple, le gouvernement a récemment ordonné l’élimination de 3 000 fermes afin de pouvoir s’emparer des terres agricoles.42 Il prétend que cette mesure est nécessaire pour « sauver la planète » du changement climatique. Apparemment, les fermes et leurs vertes prairies sont responsables de la destruction du climat. Dans le même temps, des plans officiels ont été révélés pour la construction d’une monstrueuse ville intelligente qui transformera la majeure partie des Pays-Bas, de l’Allemagne et de la Belgique en un gigantesque État de surveillance appelé « Tristate City Network » (réseau de villes sur 3 États).43

Le projet consiste à transformer les magnifiques Pays-Bas en une gigantesque ville intelligente. Ce magnifique pays, connu pour ses paysages ouverts avec ses moulins à vent, ses tulipes, ses ruisseaux, ses bateaux et ses vaches en pâturage, sera appelé « Holland City ».


Ce programme est déployé dans le monde entier et l’objectif est de faire de chaque ville une ville intelligente, que ce soit en Amérique du Nord ou du Sud, en Asie, en Europe ou en Afrique. Quel est le but recherché ? C’est simple : l’argent, le pouvoir et le contrôle. Les technologies de collecte de données seront utilisées pour recueillir des quantités astronomiques de données personnelles de chaque habitant, ce qui est considéré comme la nouvelle richesse de l’avenir. Alors que dans le passé, la terre ou l’or étaient considérés comme les biens les plus précieux, aujourd’hui, ce sont les données. Plus les multinationales recueilleront de données personnelles sur l’humanité, plus elles auront de pouvoir. Bill Gates, par exemple, a investi dans l’achat de 24 800 acres de terrain en Arizona, pour construire une ville intelligente pouvant accueillir 80 000 personnes. Cette ville s’articulera autour de centres de données où seront stockées toutes les informations personnelles des résidents.44

Ce graphique montre comment les grandes villes d’Amérique latine se transforment en villes intelligentes.

Un exemple : à Rio de Janeiro, 450 000 lampadaires seront remplacés par des lampes LED qui dissimulent des dispositifs de surveillance et de collecte de données, ainsi que des appareils de contrôle de l’esprit capables de modifier l’humeur et le comportement des gens.45 Selon l’ancien président chilien Sebastian Pinera, la 5G n’est pas seulement capable de lire nos pensées et nos émotions, mais elle peut aussi insérer des pensées et des émotions. Il ajoute que la 5G deviendra le système nerveux central de la société et que les autorités veilleront à ce qu’elle atteigne chaque foyer.46 En d’autres termes : tous les habitants des villes intelligentes seront non seulement surveillés en permanence — toutes leurs pensées, émotions et rêves étant enregistrés — mais ils pourront également être transformés en citoyens parfaitement obéissants par l’insertion de pensées et de sentiments souhaités. « De toute façon, la plupart de nos pensées ne sont que vanité », conclut M. Pinera…

RENDRE LA VIE NUMÉRIQUE

Le Forum Économique Mondial promeut la quatrième révolution industrielle, ce qui signifie que toute vie sur Terre doit être transformée en une expérience numérique, même l’expression de l’humanité elle-même. Lors de la conférence annuelle de Davos, un conseiller du FÉM, le professeur Yuval Noah Harari, a fait la déclaration suivante :

« Dans un avenir proche, l’humanité sera gouvernée par des entités plus différentes de nous que nous ne le sommes des chimpanzés. »

Il poursuit en disant que les élites seront transformées en robots humanoïdes qui dépasseront de loin les capacités du reste de l’humanité, faisant d’eux des dieux qui régneront sur le monde entier. Harari les appelle « Homo Deus » ou « l’homme Dieu ». Ce sont ses propres mots. Bien que le reste de l’humanité ne devienne pas aussi avancé que ces humanoïdes élitistes suprêmes, ils seront également fusionnés avec la technologie. Cela rendra soi-disant la vie plus facile et meilleure, mais la conséquence dans la vie réelle est que les gens auront une connexion physique avec le cloud (nuage), l’intelligence artificielle ayant un accès total à leur corps entier, y compris leur système nerveux et leur cerveau. Comme le dit Yuval Harari :

« Nous entrons dans une ère où la surveillance ne sera plus à l’extérieur de nous, mais sous notre peau. »

Ils envisagent que l’intelligence artificielle devienne le directeur de nos vies, parce qu’elle nous connaîtra mieux que nous ne nous connaissons nous-mêmes. Les gens n’auront plus besoin de faire appel à la sagesse ou aux conseils divins pour prendre des décisions cruciales, mais l’IA nous dira tout ce que nous avons besoin de savoir. Par exemple, qui épouser, où vivre, quoi acheter, pour qui voter, et tout le reste de notre vie. Elle acquerra ces connaissances grâce aux technologies de surveillance omniprésentes 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, qui enregistrent les moindres détails nous concernant.47

Dans un sens, l’IA deviendra le nouveau « Dieu » : elle sera omniprésente et saura tout sur tout le monde.

La quatrième révolution industrielle entraînera des « pertes d’emplois significatives », affirme Klaus Schwab dans son livre48, tandis que des recherches montrent que pas moins de 30 % de tous les emplois pourraient être perdus à cause de l’automatisation49. Les médecins, les avocats, les chauffeurs, les enseignants, les ministres, les pasteurs, etc., peuvent tous être facilement remplacés par l’IA. Elle conduira nos voitures, écrira nos livres, créera nos peintures, composera notre musique, enseignera à nos enfants, fera des sermons dans nos églises, nous défendra devant les tribunaux, et ainsi de suite.50 L’IA sera meilleure en tout, disent-ils. Et non, ce n’est pas un scénario de film de science-fiction. Les publicités sur les réseaux sociaux abondent déjà, nous invitant à laisser l’IA créer nos peintures, écrire nos livres et guider nos entreprises.

Enfin, Klaus Schwab indique clairement que l’humanité sera génétiquement modifiée pour nous « améliorer ».51 Comme toute personne informée le sait aujourd’hui, les organismes génétiquement modifiés sont beaucoup moins sains et représentent même un danger pour la santé humaine. Les personnes conscientes cherchent à éviter les aliments OGM, car les formes de vie originales sont tellement meilleures. Pourtant, ils prévoient maintenant de modifier génétiquement l’ensemble de l’humanité…

CHANGEMENT CLIMATIQUE

L’expression magique pour forcer l’humanité à se doter de villes intelligentes est le « changement climatique ».52 Les globalistes prétendent que le climat est déréglé parce que les gens voyagent trop loin de chez eux et pratiquent trop d’activités de plein air qui provoquent des émissions nocives de CO2. C’est pourquoi ils veulent ajouter des traceurs dans tous nos téléphones et nos vêtements, et finalement à l’intérieur de nos corps—pour surveiller la quantité de carbone que nous émettons.53

Peu importe les innombrables usines qu’ils ont construites et qu’ils construisent encore, qui émettent des quantités inimaginables de gaz toxiques. Peu importe les mégapoles qu’ils veulent construire pour remplacer les verts pâturages. Peu importe que ces milliardaires utilisent tous des jets privés qui émettent des quantités insensées de CO2 dans l’atmosphère.

Apparemment, ce n’est pas l’abattage de billions d’arbres, la destruction des campagnes ou la construction de monstrueuses villes intelligentes qui sont néfastes pour l’environnement. Oh non, ce sont les gens qui veulent rendre visite à leur famille, profiter d’une journée à la plage ou faire de la randonnée en montagne. C’est cela qui détruit le climat ! C’est pourquoi ils envisagent d’interdire la possession de voitures privées.54 Les voitures devraient être partagées entre tous—une voiture pour tout le quartier. 

Mais attendez… qui sont ces personnes qui font ces déclarations ? Ah oui, c’est vrai, ce sont les mêmes milliardaires qui possèdent chacun plusieurs jets privés et une vaste collection de voitures.

DOMINATION DU MONDE

La sordide roue du Forum Économique Mondial montre l’objectif final de la Grande Réinitialisation, ou la révision radicale de tous les aspects de l’existence humaine : la domination totale du monde. 

Sur cette roue, nous voyons les sujets suivants :

✔︎ Gouvernance mondiale 

✔︎ Gouvernance d’entreprise 

✔︎ Gouvernance de l’Internet 

✔︎ Identité numérique 

✔︎ Économie numérique

Cette roue du Forum Économique Mondial, publiée officiellement et largement promue, indique clairement leur objectif : établir un contrôle total sur le monde, y compris sur toutes les entreprises, toutes les informations, tout l’argent et toutes les personnes.55

Ils veulent également relier chaque personne sur Terre à une « identité numérique », qui inclura son statut vaccinal.

Tous ceux qui ne sont pas à jour de leur énième injection de rappel peuvent être exclus des banques, d’Internet, des soins de santé, du travail, des transports, des rassemblements, etc.56 Nous avons pu constater les tests effectués lors de la première pandémie, où seuls les vaccinés étaient autorisés à voyager ; en Israël, les personnes non vaccinées n’ont pas pu entrer dans les supermarchés ; au Nigeria, les personnes non vaccinées n’ont pas pu accéder aux services bancaires. La même chose a été testée en Australie, en Nouvelle-Zélande, au Canada, aux Pays-Bas et dans d’autres pays. D’innombrables personnes ont perdu leur emploi parce qu’elles n’étaient pas complètement vaccinées. Au Brésil, le président Lula a déclaré que seules les personnes entièrement vaccinées pouvaient bénéficier d’une aide financière pour leurs enfants.

Que signifie être « entièrement vacciné » ? Cela signifie que plusieurs fois par an, vous êtes tenu de recevoir tous les nouveaux vaccins proposés par le gouvernement. Si vous manquez une seule injection, même si vous en avez déjà reçu vingt, vous redevenez une personne « non vaccinée » sans aucun droit.57

Un petit groupe de personnes fortunées se réunit au Forum Économique Mondial pour transformer radicalement tous les aspects de l’existence humaine sur Terre, en dehors de toute forme de processus démocratique.

Cela inclut notamment de promouvoir la pédophilie en tant que préférence sexuelle naturelle et de veiller à ce que les enfants aient des partenaires sexuels dès leur plus jeune âge (voir ce rapport) ; de promouvoir le mouvement transgenre mondial ; de supprimer toute possession privée ; de limiter les déplacements du public ; d’enregistrer chaque petit détail de la vie personnelle de chaque personne ; d’insérer des pensées et des sentiments dans chacun ; de remplacer les aliments sains par des insectes OGM et de la viande synthétique cultivée en laboratoire ; d’interdire aux gens de cultiver leur propre nourriture ; de pulvériser des toxines dangereuses dans l’atmosphère pour bloquer la lumière du soleil ; de modifier génétiquement l’humanité ; de transformer tout le monde en cyborg connecté au cloud (nuage) et contrôlé par l’IA ; de faire de l’intelligence artificielle le nouveau dieu de ce monde qui dit à chacun ce qu’il doit faire ; remplacer la majorité des emplois par des robots et l’IA ; créer une nouvelle race d’humanoïdes surhumains qui régneront sur l’humanité ; faire des achats, des collectes, des études, etc. en ligne ; encourager l’humanité à passer sa vie dans des royaumes numériques virtuels ; installer des scores de crédit social qui punissent ceux qui n’obéissent pas aveuglément ; faire des injections permanentes de cocktails de toxines non divulguées la condition pour participer à la société ; installer des systèmes financiers qui interdisent l’accumulation de richesses et contrôlent combien d’argent les gens peuvent recevoir ou envoyer ; censurer toutes les informations qui remettent en question tout cela, et ainsi de suite, et ainsi de suite, et ainsi de suite, et ainsi de suite.

UN MONDE DE FOLIE TOTALE

Au cours de la pandémie, nous avons vu à quel point ces milliardaires sont complètement fous, par la façon dont ils ont imposé—littéralement—une folie hallucinante à la population mondiale. Voici quelques illustrations de ce à quoi ressemble le monde lorsque ces fous sont aux commandes…

Les petits enfants, qui ne courent aucun risque de contracter le virus (dans la plupart des pays, aucun enfant n’est mort du virus), sont obligés de porter des masques toute la journée, même lorsqu’ils jouent à l’extérieur.

Voici un exemple parfait de ce qui se passe lorsqu’on interdit aux gens de faire preuve de bon sens et qu’on leur demande de suivre aveuglément les ordres.

Des personnes qui entrent dans un restaurant avec un masque, l’enlèvent à table, le remettent pour aller aux toilettes, l’enlèvent à table, le remettent en sortant, etc.

Des personnes qui portent un masque lorsqu’elles nagent en pleine mer, qu’elles courent seules dans la nature ou qu’elles conduisent seules dans une voiture…

Et pendant ce temps, Anthony Fauci…

Détruire la sexualité masculine et féminine, tout en imposant agressivement à l’humanité une confusion identitaire dévastatrice, sous couvert d’« inclusion ».

La statue ci-dessus a été réalisée pour le Gender Museum (musée du genre) au Danemark.

Cette statue a été créée pour le gouvernement néerlandais à La Haye, aux Pays-Bas, en Europe.

Sexualisation extrême des petits enfants qui, selon l’OMS et l’ONU, devraient avoir des partenaires sexuels dès leur plus jeune âge, pendants que ces mêmes agences poussent à la légalisation de la pédophilie.
Voir ce rapport de preuves choquant

Il y a beaucoup, beaucoup, beaucoup plus à montrer ici, mais ces exemples servent d’illustration de base de l’exécution dans le monde réel du programme du Forum Économique Mondial, de l’Organisation Mondiale de la Santé, des Nations Unies et de tous leurs alliés dans le monde entier. N’oubliez pas qu’ils présentent ces changements radicaux dans la société humaine comme absolument essentiels pour « sauver la planète », « améliorer l’état du monde » et « assurer la sécurité de tous »…

QUI EST VRAIMENT DERRIÈRE TOUT CELA ?

Lorsque l’on regarde ces projets insensés, on se demande qui peut bien être à l’origine d’une telle folie. Pour trouver la réponse, il faut regarder derrière le rideau du théâtre public mondial.

Nous devons comprendre que les organismes publics sont en réalité la vitrine d’entités qui opèrent en coulisses.

Cela a été expliqué lors d’un Grand Jury international composé de onze avocats et d’un juge, au cours duquel le programme officiel de domination mondiale par les élites financières a été révélé par d’anciens agents de l’Organisation Mondiale de la Santé, des Nations Unies, de l’armée américaine et britannique et des agences de renseignement. L’un des témoins experts était Alex Thomson, un ancien agent de l’agence britannique de renseignement sur les communications, le GCHQ, l’agence partenaire de la NSA (National Security Agency des États-Unis). En tant qu’officier de renseignement, Alex a pris connaissance de la stratégie britannique de domination du monde. Il a expliqué au Grand Jury comment le monde est dirigé par de puissantes entités financières qui ne se montrent jamais au public et qui contrôlent le FÉM, l’OMS, l’ONU, le FMI, l’UE, la BRI, etc.

Notre question est bien sûr : qui sont ces dirigeants cachés ? Pour répondre à cette question, il faut remonter dans l’histoire…

Tout au long de l’histoire de l’humanité, des psychopathes ont aspiré à dominer le monde : les pharaons égyptiens, les empereurs romains, les tsars russes, les rois européens, etc.

La soif de domination du monde est une réalité fondamentale dans toute l’histoire du monde. Un empire mondial a succédé à un autre : les empires grec, perse, byzantin, chinois, romain, espagnol, britannique, etc. Aujourd’hui, une croyance populaire veut que ce désir ancien de dominer le monde entier ait en quelque sorte disparu, mais rien n’est plus faux. Comme nous venons de le voir, les technologies émergentes de surveillance et de collecte de données permettent l’installation de systèmes mondiaux de contrôle total dont les tyrans précédents n’auraient jamais pu rêver.

Pendant des milliers d’années, la liberté n’a jamais existé sur terre, car le monde entier a toujours été gouverné par des tyrans qui opprimaient le peuple. En Europe, ces dirigeants vivaient dans de luxueux châteaux, tandis que les paysans travaillaient dur dans les champs. La majeure partie de ce qu’ils produisaient allait aux riches tyrans.


Les tyrans offraient un certain niveau de confort au peuple pour l’empêcher de se révolter. Une stratégie typique est le concept du « pain et des jeux » : donnez aux masses du divertissement et de la nourriture et elles se tiendront tranquilles. C’était vrai dans la Rome antique, comme dans toutes les autres cultures. Aujourd’hui, nous le constatons à grande échelle, avec l’expansion de l’industrie du sport et du divertissement. La grande majorité de la population ne s’intéresse pas à la sagesse, à la connaissance ou à la compréhension, mais choisit plutôt de rester devant la télévision toute la nuit en mangeant de la nourriture industrielle bon marché. Ils sont maintenus en paix avec « du pain et des jeux ».

Au fil du temps, la population mondiale n’a cessé de croître, ce qui a constitué une menace grandissante pour le pouvoir des dirigeants. Plus ils doivent contrôler de personnes, plus le risque d’une résistance à grande échelle est important. Ils ont donc changé de stratégie : au lieu d’opérer au grand jour, là où les masses sont pleinement conscientes d’être opprimées par des tyrans, ils ont décidé d’agir dans les coulisses et de donner aux masses l’illusion d’être aux commandes—par le biais d’élections.

En réalité, les dirigeants n’ont jamais renoncé à leur pouvoir ; ils ont simplement manipulé les élections afin de positionner leurs marionnettes politiques, qui dansent sur leurs ficelles.58

De cette manière, les mêmes anciens tyrans restent aux commandes, alors que les peuples se croient libres. Cela a été confirmé par un ancien haut fonctionnaire des Nations Unies, Calin Georgescu, qui a été directeur exécutif de l’ONU pendant 18 ans. Il a expliqué que les véritables élections sont pratiquement inexistantes dans le monde. Son témoignage d’expert devant l’International Crimes Investigative Committee peut être vu dans notre documentaire « Les Secrets des Nations Unies ». De nombreuses autres preuves que les élections sont truquées peuvent être trouvées dans ce rapport de preuves

LES DIRIGEANTS CACHÉS DU MONDE

En menant leurs opérations en coulisses, les dirigeants pouvaient se protéger de la colère du public. Mais ils avaient également besoin de se protéger des poursuites des gouvernements, et ils se sont donc créé ce qu’on appelle des « États souverains ». Un État souverain est une petite zone qui n’est pas soumise aux lois du pays et qui est, par essence, intouchable.

Un exemple de ce genre d’État souverain est la Banque des Règlements Internationaux (BRI), qui supervise plus de 50 banques centrales, ce qui en fait l’une des entités financières les plus puissantes au monde.

La BRI est devenue une entité souveraine et intouchable en 1987 grâce à l’accord de siège négocié avec le Conseil Fédéral suisse. Cet accord comprend les éléments suivants :59

✔︎ Inviolabilité totale de tous les bâtiments de la BRI, ainsi que des terrains situés en dessous et autour d’eux, quel qu’en soit le propriétaire.

✔︎ Immunité totale de poursuites et d’actions pénales et civiles pour la banque en tant que telle.

✔︎ Pas de paiement de taxes sur les transactions et les salaires du personnel.

✔︎ Pas de divulgation aux gouvernements concernant les activités de la BRI.

✔︎ N’est soumise à aucune juridiction.

Un État souverain encore plus puissant est la City de Londres, une zone d’un mile carré au cœur de la ville de Londres.

La City de Londres est le centre financier du monde et le siège des élites britanniques, où des centaines de banques ont leurs bureaux. Elle n’est pas gouvernée par le gouvernement britannique, mais au contraire, elle règne en maître sur lui. La City de Londres possède ses propres tribunaux et sa propre police, sa souveraineté et son autonomie sont incontestées et elle règne sur la majeure partie de la Terre.60 C’est également le siège de la franc-maçonnerie mondiale, ainsi que le siège du cartel mondial de l’argent connu sous le nom de « The Crown » (La couronne). The Crown contrôle le système financier mondial et dirige les gouvernements de tous les pays du Commonwealth (Royaume-Uni, Australie, Nouvelle-Zélande, Canada, la plupart des pays d’Afrique) et de nombreuses nations « occidentales » qui ne font pas partie du Commonwealth (par exemple, la Grèce), tandis que son influence s’étend même jusqu’en Amérique latine et en Asie. The Crown remonte au Vatican61

Étonnamment, l’État souverain le plus important au monde est l’État de la Cité du Vatican. Alors que le Vatican se présente au public comme une institution religieuse, il est en réalité à la tête du réseau financier mondial.


La plupart des gens ne savent pas qu’il n’y a pas qu’un seul pape, mais trois : le pape blanc, le pape noir et le pape gris. Le seul que nous voyons est le pape blanc, mais nous sommes loin de nous douter qu’il est le plus bas des trois papes. En réalité, la plus haute autorité est le pape gris, que l’on ne voit jamais en public—il opère comme un marionnettiste suprême parfaitement dissimulé.62 Alors que le Vatican se présente à l’humanité comme le siège de la piété, il est en fait tout le contraire. Comme le dit le proverbe : « Le meilleur endroit où le diable puisse se cacher, c’est dans l’église ». Les personnes de rang inférieur qui travaillent au Vatican ne s’en rendent pas compte, tout comme les fonctionnaires de rang inférieur ne savent pas qui contrôle véritablement leur pays. Les dirigeants veillent à ce que tous ceux qui travaillent pour eux aux niveaux inférieurs soient maintenus dans un état d’ignorance totale. Seuls ceux qui commencent à poser des questions et à rechercher la vérité seront finalement confrontés à une corruption de plus en plus grande, à mesure qu’ils gravissent les échelons.

L’archevêque Carlo Maria Vigano a dénoncé les abus sexuels et la corruption financière au Vatican. Il met également en garde l’humanité contre leur programme de domination mondiale.

TÉLÉCHARGER LA VIDÉO

La grande majorité de l’humanité—et même la plupart des dirigeants politiques—n’ont aucune idée de l’existence même de ces États souverains, et encore moins de leur pouvoir sur le monde. Tout ce que nous connaissons et voyons, ce sont les personnalités publiques—comme les politiciens et les hommes d’affaires—qui ne sont que les marionnettes de ces marionnettistes cachés. Leur force réside dans l’obscurité. En restant cachés à la vue de l’humanité, ils sont en mesure d’opérer sans être surveillés, sans avoir à rendre des comptes à la population.

[Voir aussi :
Grand Jury / Tribunal de l’Opinion Publique — Conclusions finales]

Le rapport « Preuves du Grand Jury » constitue une bonne source d’information sur le programme de domination du monde par des dirigeants cachés. Ce rapport contient les témoignages d’experts d’anciens membres des services de renseignement britanniques, de la marine britannique, du corps des marines américains, de l’Organisation Mondiale de la Santé, des Nations Unies et du CDC, qui ont témoigné devant un grand jury international composé de 11 avocats et d’un juge au sujet du programme de domination du monde.

Télécharger ce PDF. 

QUI SONT CES DIRIGEANTS ?

Qui sont les dirigeants de ces États souverains et qui sont les entités qui travaillent pour eux dans les nations du monde ? Ce réseau mondial est généralement appelé l’État profond, le gouvernement de l’ombre, la cabale, les 1 %, les lignées sataniques, les Illuminati, les élites, les rois, la noblesse noire, la mafia khazarienne, etc. Il s’agit d’anciennes dynasties royales et de lignées qui remontent à des centaines, voire des milliers d’années. Pour en savoir plus sur ces familles néfastes—qui elles sont, d’où elles viennent et comment elles opèrent—je recommande l’ouvrage classique de Fritz Springmeier, « Bloodlines of the Illuminati » (Les lignées des Illuminati). Cet ouvrage de référence très apprécié est disponible en téléchargement sur le site web de la CIA. Il révèle des informations sur les lignées des États-Unis d’Amérique qui exercent leur influence dans le monde entier.

Bloodlines of the Illuminati, volumes 1, 2 et 3, par Fritz Springmeier.

Commander le livre de poche :  
Acheter le volume 1
Acheter le volume 2
Acheter le volume 3

Télécharger en PDF :
Télécharger le volume 1
Télécharger le volume 2
Télécharger le volume 3

Une autre ressource qui fait autorité et qui se concentre davantage sur les familles européennes est « Les 13 lignées sataniques », du journaliste d’investigation Robin de Ruiter, qui a prédit avec précision la pandémie de Covid en 2008. Cet ouvrage en quatre volumes a été interdit en France, mais il est publié dans 100 pays et langues.

Télécharger en PDF

Parmi les familles criminelles, citons Rockefeller, Rothschild, Warburg, DuPont, Russell, Onassis, Collins, Morgan, Kennedy, Van Duyn, Li, Astor, Vanderbilt, Bauer, Whitney, Duke, Oppenheimer, Grey, Sinclair, Schiff, Solvay, Sassoon, Wheeler, Todd, Clinton, Taft, Goldschmidt, Wallenberg, Guggenheim, Bush et bien d’autres encore.

Il y a aussi les familles royales, comme la Maison de Habsbourg, l’une des dynasties les plus importantes de l’histoire européenne, qui a régné sur la majeure partie de l’Europe.

D’autres familles royales sont la Maison de Windsor (Royaume-Uni et Commonwealth), la Maison d’Orange-Nassau (qui joue un rôle central dans la politique et le gouvernement de l’Europe), la Maison de Schwarzenberg (l’une des maisons nobles européennes les plus en vue), etc. Nombre de ces familles sont liées génétiquement, car elles sont toutes convaincues qu’elles ont un patrimoine génétique différent de celui du reste de l’humanité et qu’elles ont donc le droit de régner sur chacun d’entre nous. C’est un fait établi qu’ils considèrent le public comme leur « bétail » ou « cheptel ». Pour eux, l’humanité n’est qu’un troupeau d’animaux qu’ils doivent gérer.

À la tête de toutes ces familles se trouve ce que l’on appelle la « tête du serpent », la noblesse noire ou les lignées jésuites/papales, dont le siège se trouve dans l’État de la Cité du Vatican. L’une des plus importantes est la maison Orsini, qui descend de la dynastie julio-claudienne de la Rome antique. Vous trouverez beaucoup plus d’informations à ce sujet dans les ouvrages de référence susmentionnés, sur le site néerlandais Ellaster.nl (traduisez les pages à l’aide de Google translate) et sur Internet, en utilisant le moteur de recherche non censuré Qwant.

LE SOMMET DE LA PYRAMIDE

Les familles cachées qui opèrent à l’intérieur des États souverains constituent-elles le plus haut niveau de la pyramide du pouvoir qui contrôle le monde ? Non. Il y a plus à révéler. Ce prochain niveau d’information peut être particulièrement difficile à comprendre pour certains lecteurs, car il est très éloigné de ce monde — littéralement. Afin de vous aider à comprendre la réalité de ce que vous êtes sur le point d’apprendre, je vais d’abord vous donner quelques informations historiques de base. Lorsque nous examinons l’histoire du monde, une chose ressort :

Dans toutes les cultures, partout sur Terre, une chose a toujours été au cœur de chaque société : le culte des entités démoniaques.

L’Égypte ancienne, Babylone, Rome et la Grèce étaient profondément ancrées dans des pratiques spirituelles qui impliquaient généralement deux choses : des abus sexuels et des sacrifices humains. Cela s’applique à toutes les régions du monde, qu’il s’agisse de l’Afrique, de l’Asie, des Amériques ou de l’Europe — c’est littéralement le cas dans le monde entier. Le christianisme et l’islam font référence à l’entité spirituelle sombre connue sous le nom de Satan (qui signifie opposant ou adversaire). Mais il existe aussi d’autres êtres. Une entité spirituelle importante qui a été adorée tout au long de l’histoire de l’humanité s’appelle Moloch. Dans les différentes cultures du monde, il est connu sous divers noms, tels que Melech, Mo-lech, Milcom, Melkom, Molek, Malec, Malik, Melek, Malkum, Melqart, Melkart, Milk, Melqarth, Kronos et Cronus. Dans l’islam, par exemple, Mo-lech est appelé Malec ou Malik.

Les nombreux noms confirment l’adoration mondiale de cette entité démoniaque.

Moloch est représenté comme un humain à tête de taureau. Lors des cérémonies, les statues de ce démon étaient chauffées au feu et, une fois que les mains tendues étaient brûlantes, on y plaçait des bébés vivants. Pour étouffer les cris de terreur de l’enfant brûlé vif, on jouait de la musique forte.

Il s’agit d’histoire humaine fondamentale que chacun d’entre nous devrait connaître. Lorsque l’on voyage dans le monde, on peut souvent voir les vestiges architecturaux des sacrifices humains à différents endroits. En Amérique du Sud, les pyramides aztèques, par exemple, marquent le paysage. Au sommet de ces pyramides, des êtres humains étaient sacrifiés à des forces spirituelles obscures. En Europe, ce sont les druides qui s’en chargeaient ; en Afrique, les chamans ; en Égypte, les grands prêtres, etc. Le sacrifice humain est au cœur de la plupart des cultures du monde.

Avec la propagation du christianisme, cette horrible pratique a été abolie dans la sphère publique, mais elle n’a pas été éradiquée de la société. Au contraire, de nombreux serviteurs du royaume des ténèbres ont continué à pratiquer ces rituels en secret. Et c’est là que nous arrivons au sommet de la pyramide du pouvoir mondial…

Dans toutes les ressources de qualité sur ce sujet, vous trouverez une documentation abondante sur le fait qu’au niveau suprême des structures de pouvoir, les abus sexuels rituels et les sacrifices humains sont toujours pratiqués.

Un exemple a été révélé par Ronald Bernard, un ancien banquier qui a travaillé à un niveau élevé de l’imperium financier mondial.63

Bernard a déplacé des sommes astronomiques pour des dirigeants cachés et a acquis une compréhension claire de ce qui se passe dans ces cercles. Dans la vidéo ci-dessous, il témoigne que dans les hautes sphères des élites financières, la plupart des gens sont membres d’une religion appelée luciférianisme. Ronald a participé à certaines de leurs messes sataniques, qui impliquent beaucoup d’alcool et de sexe. À un moment donné, il a été invité à assister à des réunions de haut niveau en Allemagne, au cours desquelles des enfants seraient sacrifiés. On lui a promis que cela lui ouvrirait toutes grandes les portes d’un pouvoir illimité et d’une grande richesse pour lui personnellement. Au lieu de déplacer des milliards pour les dirigeants financiers, il deviendrait lui-même milliardaire. Tout ce qu’il avait à faire, c’était de mettre sa conscience au congélateur, à moins 100.

La motivation derrière la pratique cruelle du sacrifice humain est qu’en échange de l’offrande d’êtres humains (en particulier de bébés et d’enfants) aux forces démoniaques, les élites reçoivent le pouvoir et la richesse du royaume des ténèbres.

Ronald Bernard a refusé de participer à cette horreur et a quitté le monde des élites financières dirigeantes. Il a été torturé à mort, puis a vécu une EMI (expérience de mort imminente) et est miraculeusement revenu à la vie à l’hôpital. Après avoir servi le côté obscur, Ronald a senti qu’il lui avait été donné une seconde chance de réparer les dommages qu’il avait causés à l’humanité. Il consacre désormais sa vie à la création d’un système financier alternatif, qui peut aider les gens à échapper aux systèmes tyranniques des élites.

Le témoignage très révélateur de Ronald Bernard est visible dans la vidéo suivante, qui a été visionnée par environ 90 millions de personnes dans le monde.

TÉLÉCHARGER LA VIDÉO

Les informations communiquées par Ronald Bernard sont confirmées par d’anciens directeurs de la CIA, du FBI, de la police, de la gendarmerie, de l’armée, des détectives, des témoins oculaires, des juges et de nombreuses victimes survivantes dans notre rapport sur les abus sexuels et les meurtres commis par des fonctionnaires de haut rang. J’ai également en ma possession plusieurs lettres personnelles de femmes qui ont échappé aux cercles cruels des élites, où elles ont été violées des milliers de fois.

Nathalie Augustina était un mannequin de mode mondialement connu, dont l’esprit a été contrôlé par la CIA pour en faire l’esclave sexuelle des élites les plus élevées : familles royales, chefs d’État, commandants militaires, célébrités d’Hollywood, etc. Elle décrit son histoire dans un livre néerlandais écrit par le journaliste Robin de Ruiter. 

Une autre victime survivante et témoin oculaire (anonyme) m’a également envoyé plusieurs lettres. Leur lecture est extrêmement perturbante, mais j’ai décidé d’en inclure une petite partie dans ce rapport, car ces témoignages révèlent une réalité cachée dont l’humanité doit prendre conscience de toute urgence. Je vous prie de comprendre qu’il est possible que vous ressentiez une dissonance cognitive ou un effet Semmelweis en lisant ces informations. Il s’agit de mécanismes psychologiques qui s’activent inconsciemment pour nous protéger des nouvelles informations qui remettent en cause nos croyances actuelles.

Nous nous cachons la tête dans le sable
parce que la réalité est trop effrayante.

Je veux vous encourager à être conscients de cela et à ne pas céder au réflexe de rejeter les informations qui dérangent. C’est ce qui entretient ces horreurs. Si je partage ces détails sensibles, c’est parce que ce genre de mal ne peut exister que grâce à l’ignorance de l’humanité. Faire la lumière sur ces événements est la première étape pour mettre fin à cette terreur.

TÉMOIGNAGE OCULAIRE

« J’ai grandi au Canada. Le cœur du problème, c’est la génétique. Ces familles de sang se croient génétiquement supérieures. Partout où l’on voit des gens manipuler la génétique…., c’est probablement eux. Et partout où l’on trouve des « familles royales » régnant sur des pays…., on les trouve en abondance.

Ces familles adorent donc les anges déchus, c’est-à-dire Satan, Lucifer, Baphomet, Moloch et Baal. Mon enfance n’a donc été qu’une succession de rituels sataniques. Ils ont lieu à des dates précises tout au long de l’année…. solstices, équinoxes, pleines lunes, etc. Le but de ces rituels est d’acquérir du pouvoir pour eux-mêmes. Au cours d’une enfance typique de cette horreur, les enfants sont violés plusieurs milliers de fois avant d’atteindre l’âge de 18 ans. Il s’agit d’un réseau de cultes sataniques à l’échelle mondiale. Et ils gagnent une grande partie de leur argent en trafiquant des enfants. C’est brutal.

Ils commencent la programmation dans l’utérus ou à la naissance. Ils utilisent l’astrologie et la numérologie… ce sont des occultistes de la magie noire…. ils choisissent votre date de naissance…. ils vous préparent à des carrières spécifiques. Ils tentent de placer leurs employés au sommet des secteurs d’activité dans le monde entier.  Mais maintenant, ils tentent le tout pour le tout. Ils veulent un gouvernement mondial central…. à Jérusalem. Ils veulent supprimer les États-nations.

Parce que la torture dans la secte est si extrême…. les personnes qui la subissent souffrent de division et de dissociation de psyché, de sorte que la plupart des gens sont TDI… souffrant d’un trouble dissociatif de l’identité…. qui était autrefois appelé trouble de la personnalité multiple. En fait, on se retrouve avec tout un tas de personnes ou de fragments de personnalité à l’intérieur de soi… parce qu’à chaque torture…. on se divise.

Le résultat est que beaucoup de gens qui ont vécu cela…. n’en ont aucun souvenir…. et la secte en profite. Elle structure la personnalité de manière à ce qu’il y ait des personnalités qui se manifestent la nuit…. et d’autres qui vivent dans la vie de tous les jours. Les gens vivent une double vie et ne s’en rendent pas compte. C’est très astucieux, et la secte parvient à faire faire toutes sortes de choses la nuit. Ils veulent des psychopathes insensibles qui ne ressentent aucune émotion lorsqu’ils font leur sale boulot. Les enfants de la secte sont dépouillés de leurs sentiments. Ils vous font vivre des expériences de mort imminente….. qui ouvrent les centres psychiques et font grimper le QI en flèche. Cela rend les enfants très utiles pour eux.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les nazis ont mis au point des techniques sophistiquées de contrôle de l’esprit…. et de nombreuses procédures médicales…. Allen Dulles, premier directeur de la CIA (d’abord appelée OSS — office of strategic studies), a obtenu des fonds du gouvernement américain dans le cadre du projet Paperclip….. et a fait venir aux États-Unis un grand nombre de scientifiques et de médecins. La Russie en a également accueilli un grand nombre. Lorsqu’ils sont arrivés ici… ils ont poursuivi leur travail… mais ce contrôle de l’esprit a été intégré dans le réseau des sectes à travers l’ensemble de l’Amérique du Nord. C’est ainsi que j’ai fini par en faire partie. Le fait que mon grand-père et mon grand-oncle étaient tous deux Grands Maîtres du Rite Écossais de la Maçonnerie ici…. explique aussi cela. Je suis née dans cette secte.

JANICE SMITH
(NOM FICTIF)

Rien de ce que cette dame m’a écrit n’était totalement nouveau, car j’ai lu des révélations similaires dans de nombreuses publications, par des enquêteurs reconnus qui avertissent l’humanité depuis des décennies. J’ai également vu plusieurs vidéos contenant des témoignages d’autres personnes ayant échappé à ce sombre réseau de dirigeants mondiaux. C’est pourquoi je sais que ces informations sont authentiques et exactes.

Dans une autre lettre personnelle que j’ai reçue d’une autre victime survivante, Nathalie Augustina, j’ai lu certains détails qui expliquent le lien entre les humains criminels et les entités spirituelles supérieures, qui les utilisent à des fins bien plus néfastes que la simple corruption financière et le pouvoir politique mondial. Ce que Nathalie décrit a été révélé dans le passé par plusieurs chercheurs et dénonciateurs, mais je l’ai néanmoins trouvé profondément troublant, car elle révèle la réalité substantielle du mal. C’est une chose de connaître le concept abstrait du mal ; c’en est une autre de découvrir à quel point les forces des ténèbres sont réelles. Elles sont très bien organisées et opèrent de manière extrêmement stratégique. Voici un extrait des lettres que Nathalie m’a adressées :

TÉMOIGNAGE OCULAIRE

« Mon livre n’est qu’une fraction de la vérité. Tout est bien pire. En fait, j’ai attendu que les gens soient suffisamment réveillés avant de tout dire. Les gens ont été réveillés par les élections aux États-Unis avec le positionnement illégitime du pédophile Joe Biden, du Covid et maintenant de l’Ukraine.

Je connais le monde entier des familles sataniques pédophiles. Je connais et j’ai été utilisée et violée par des membres des familles dirigeantes qui sont au-dessus des maisons royales. La fausse maison royale néerlandaise a pour patron le clan des Habsbourg et le Vatican. Les Rothschild contrôlent financièrement tous les membres de la famille royale. Chaque maison royale doit s’incliner devant eux et faire acte de présence lorsqu’elle est convoquée.

J’étais souvent en Suisse, à DAVOS, à Lausanne, à Zurich et à Genève. Toujours pendant les réunions politiques des dirigeants du monde. Il se passe beaucoup plus de choses sur Terre que vous ne le savez ou ne le réalisez.

Les Familles Dirigeantes Absolues se réunissent trois fois par an à Davos, en Suisse. Ces réunions sont fermées et hautement sécurisées. C’est là que se réunissent les Familles de Dinosaures. Un groupe spécifique ne sort que la nuit. Jamais le jour. La lumière du jour leur est nuisible. Ce ne sont pas des gens normaux non plus. Ils vivent des centaines d’années, le plus vieux que j’ai rencontré avait 830 ans. Ils ne mangent pas comme les humains. Leur besoin médical est le sang de bébé, jusqu’à 25 jours après la naissance du bébé. L’autre groupe prend du sang de bébé et de la viande de bébé, rien d’autre. »

NATHALIE AUGUSTINA

Toute personne souhaitant vérifier ces informations peut regarder les vidéos de ce rapport, télécharger les documents PDF, lire les livres et faire ses propres recherches sur Internet en utilisant le moteur de recherche non censuré Qwant et la plateforme vidéo BitChute. Si vous souhaitez en savoir plus sur la réalité du cannibalisme dans le royaume des ténèbres, je vous invite à consulter notre rapport sur les abus commis par de hauts fonctionnaires.

J’ajouterai ici un élément qui confirme la nature cannibale des élites. À Hollywood, des soirées exclusives ont récemment été organisées par Marina Abramovic. Certaines photos de ces soirées ont été divulguées, et vous pouvez les voir dans le rapport ci-dessous. En raison de leur caractère graphique, je les ai dissimulées. Pour voir les images, cliquez sur le lien. Mais si vous êtes très sensible, ne l’ouvrez pas.

Cliquez pour voir les images qui prouvent la nature satanique des élites.

[NDLR : voir le site source pour ces images]

Ce que vous voyez sur ces images n’est que la partie superficielle et de bas niveau montrée au public. Nous ne pouvons même pas imaginer ce qu’ils font en secret. Les témoignages ne lèvent que brièvement le voile sur ce royaume des ténèbres. Une fois que l’on sait à quel point ces entités sont maléfiques, on comprend pourquoi elles n’ont aucun problème à imposer une tyrannie inhumaine à l’humanité. Il est essentiel que nous ayons le courage de partager ces informations avec le monde.

L’humanité ne souffre pas seulement de politiciens et de banquiers corrompus, elle est attaquée par le mal à l’état pur. Au sommet, il y a des entités spirituelles obscures qui ne sont que la continuation d’anciennes pratiques de culte des démons et de sacrifices humains. 

DÉCONNECTER L’HUMANITÉ

Ce qu’il faut comprendre cependant, c’est qu’à côté de ces forces obscures, il y a aussi un Créateur qui est le donateur et l’origine de tout ce qui est bon, qui est du côté de l’humanité, pour nous délivrer du mal.

Au cours des dernières décennies, une opération stratégique de contrôle de l’esprit a été menée à l’échelle mondiale contre les habitants de ce monde, afin d’éloigner la grande majorité d’entre eux de la Source de toute vie. Lorsque les gens sont déconnectés de Dieu, qui seul est plus grand que le royaume du mal, ils sont plus faciles à contrôler et à asservir. Les personnes spirituellement ignorantes sont impuissantes. Il est impératif que nous nous réveillions de cet état de cécité spirituelle induite par le lavage de cerveau et que nous retournions au Donneur de toute vie, qui peut nous donner le pouvoir et nous guider pour délivrer l’humanité des forces des ténèbres. Cela n’a rien à voir avec la religion, mais est aussi fondamental pour notre existence que 1+1=2. Nous savons tous qu’il y a le bien et le mal. Il ne s’agit cependant pas d’une vague « énergie », mais il existe des entités personnelles, tout comme nous sommes des êtres personnels. Il est absurde de reconnaître l’existence d’un mal intense, tout en niant la réalité du domaine de la vie, de l’amour, de la bonté et de la vérité.

PYRAMIDE DU POUVOIR

Le diagramme suivant présente une vue d’ensemble de la structure du pouvoir mondial du mal et de la corruption, qui a pénétré tous les aspects de la société humaine. Je le révèle dans l’espoir qu’il contribuera à la chute mondiale de ces réseaux néfastes, car leur première force est l’ignorance de la population. Tant qu’ils peuvent opérer en dehors de la conscience du public, ils peuvent continuer à agir sans restriction. C’est pourquoi j’implore tous ceux qui liront ce rapport de ne pas hésiter à le partager, mais d’avoir le courage de le diffuser largement, car c’est ce qui finira par briser la mainmise de ces réseaux sur l’humanité. Tant qu’ils peuvent opérer dans l’obscurité totale, c’est-à-dire que personne ne peut les voir, ils peuvent poursuivre leurs opérations sans limites. Une fois que la lumière sera faite, c’est-à-dire que le monde en prendra conscience, ils ne pourront plus se cacher et devront répondre de leurs innombrables crimes contre l’humanité et l’ensemble de la création.

LE NIVEAU LE PLUS BAS

Le niveau le plus bas de la structure du pouvoir criminel mondial est constitué par les forces de l’ordre, qui sont utilisées pour contrôler le public sous le prétexte fallacieux de « faire respecter la loi ».

Chaque fois que cela s’avère nécessaire, les forces de l’ordre enfreignent toutes les lois existantes afin de maintenir le public dans une soumission totale. C’est ce que nous avons vu dans tous les pays du monde pendant les confinements. Les forces de l’ordre du monde entier ont enfreint de nombreuses lois en agressant violemment des enfants, des personnes âgées et des personnes de tous âges, qui n’ont rien fait de mal — elles ont simplement exprimé légalement leur désir de vérité, de justice et de respect de leurs droits constitutionnels.

Lors d’une manifestation en Allemagne en 2020, les forces de l’ordre ont arrêté tous les manifestants qui brandissaient un livret de la constitution allemande. Cela démontre une chose très préoccupante : à tout moment, les forces de l’ordre combattront violemment la loi si elles en reçoivent l’ordre. Elles sont formées pour être des prolongements inconditionnels de leurs supérieurs. Tout ce qu’on leur ordonne de faire, même si c’est illégal, ils doivent le faire. 

Des milliers de citoyens pacifiques et innocents se sont retrouvés à l’hôpital, beaucoup sont morts et d’autres ont pris la fuite à cause des agressions extrêmement violentes des forces de l’ordre.

L’image ci-dessus montre un homme de 71 ans attaqué par-derrière par un policier qui l’a frappé à la tête, lui brisant le crâne.

Lors d’une manifestation pacifique en Allemagne, une dame âgée a été traînée sur le sol par les forces de l’ordre et est décédée des suites des violences policières.64

Ce type de comportement criminel de la part des forces de l’ordre est répandu dans le monde entier. Aux Pays-Bas, des dizaines de bons policiers ont démissionné parce qu’ils ne pouvaient plus faire face aux ordres criminels de leurs supérieurs, auxquels ils étaient contraints d’obéir sans broncher. Ils ont témoigné devant la commission extraparlementaire de recherche de ce qui se passe dans les coulisses des forces de l’ordre.65 En Afrique, les violences policières lors des confinements ont fait plus de morts que le Covid ! Le président des Philippines a ordonné à la police de tuer tous ceux qui résistaient à la tyrannie. Regardez la vidéo ci-dessous pour en avoir la preuve.

Regardez des images de violences policières scandaleuses dans le monde entier et apprenez comment vous pouvez vous opposer à ce comportement criminel de « fonctionnaires » corrompus si vous connaissez les droits que Dieu vous a accordés.

TÉLÉCHARGER LA VIDÉO

Afin d’avoir la mainmise sur l’application de la loi, les dirigeants veillent à positionner ou à contrôler les chefs de police. Il existe plusieurs façons de les contrôler, mais la méthode préférée consiste à les rendre complices d’abus d’enfants et de traite d’êtres humains. Notre rapport susmentionné sur les abus sexuels commis par de hauts fonctionnaires révèle combien de chefs de police sont impliqués dans la maltraitance des enfants et la traite des êtres humains. Michel Nihoul, membre du célèbre gang Dutroux en Europe, qui organisait le trafic d’enfants pour le gouvernement et la famille royale, a déclaré dans une interview à Der Spiegel en 2001 :

« Je contrôle le gouvernement. Tout le monde a des dossiers compromettants les uns sur les autres, qui peuvent être utilisés comme levier au bon moment. »66

Cela explique pourquoi des enquêtes vraiment importantes sur des opérations de haut niveau de traite des êtres humains sont toujours annulées, une fois que l’enquête commence à découvrir les vrais coupables.  

Au-dessus des forces de l’ordre, il y a les juges pénaux, qui répriment les honnêtes gens tout en protégeant les grands criminels.

Ceux qui prêtent attention au système judiciaire remarqueront que les dirigeants criminels de haut niveau ne sont jamais poursuivis et que seules leurs marionnettes de bas étage finissent en prison. C’est ce qu’on appelle le « système judiciaire à deux vitesses ».67 Comme le dit le proverbe : « Des lois pour toi, mais pas pour moi ». La grande majorité des juges protègent les dirigeants criminels au sommet, soit parce qu’ils ont été positionnés par eux, soit parce qu’ils sont soudoyés, soumis au chantage ou menacés.

Bien sûr, il y a aussi de bons juges et officiers de police, mais tous seront un jour ou l’autre confrontés à la corruption à haut niveau, dès qu’ils commenceront à poser des questions difficiles, à mener des enquêtes délicates ou à s’opposer à des ordonnances pénales. Il est difficile d’être un juge ou un policier impartial dans un monde criminel. Néanmoins, nous avons besoin de beaucoup plus de guerriers vertueux de la vérité et de la justice pour dénoncer cette corruption. Je suis en contact avec Blue Truth (Vérité bleue), un groupe d’officiers de police et de détectives à la retraite qui s’efforcent de mettre au jour le vaste système de trafic d’enfants par des fonctionnaires. Un autre groupe est Police for Freedom (Police pour la liberté), une organisation mondiale d’officiers qui s’opposent aux pratiques criminelles de leurs supérieurs. Il s’agit là de développements prometteurs.

LE MONDE EST UN THÉÂTRE

La conclusion de ce rapport est que nous devons nous réveiller à la réalité du fonctionnement du monde. Depuis l’Antiquité, il existe des puissances qui souhaitent dominer totalement le monde. Elles opéraient autrefois au grand jour, mais au fur et à mesure que l’humanité augmentait en nombre, elles ont été contraintes de se réfugier dans les coulisses, où elles ont régné sur le monde par le biais d’opérations secrètes.

Cela signifie que le monde est essentiellement une scène de théâtre, avec des acteurs qui jouent pour le public, tandis que les contrôleurs tirent les ficelles en coulisses.

Avec l’émergence de technologies de surveillance et de contrôle incroyablement puissantes et le déploiement de ces systèmes dans le monde entier, les dirigeants visent une nouvelle ère où ils n’auront plus besoin de se cacher. Leur stratégie consiste à asservir complètement chaque âme sur Terre grâce à des systèmes de contrôle omniprésents et globaux tels que les cartes d’identité numériques, les monnaies numériques, les passeports vaccinaux, les scores de crédit social, le contrôle mental 5G, le suivi des émissions de carbone, l’IA, etc. Ces systèmes rendront la vie impossible à quiconque se révolte, assurant ainsi un règne sans heurts aux tyrans.

En Chine, c’est déjà le cas, et de nombreux Chinois ne semblent même pas conscients de la façon dont ils sont réduits en esclavage.

Ils sont nés dans cette immense prison à ciel ouvert et n’ont aucune idée de ce que signifie la liberté. Tant qu’ils s’amusent et qu’ils mangent, ils se sentent bien. Un esclave mental total a perdu la capacité de penser au-delà des barreaux de sa cage. Les dirigeants ont testé ce système en Chine et prévoient maintenant de l’exporter dans le monde entier. Mais ils ont fait un mauvais calcul… au cours des dernières années, des centaines de millions de personnes dans le monde se sont éveillées à ce programme néfaste et commencent à s’y opposer.

L’HUMANITÉ SE RÉVEILLE

Ceci m’amène à la fin de ce rapport, avec de bonnes nouvelles pour l’avenir. Il ne s’agit pas d’une publication isolée, car d’innombrables révélations similaires sont faites dans le monde entier. Il est clair que le vent tourne et que l’humanité commence à ouvrir les yeux sur ce qui se passe dans le monde depuis des siècles. Le développement des technologies de la communication s’avère être un outil incomparable pour donner du pouvoir aux gens. Les réseaux sociaux ont été créés par les dirigeants comme un système d’espionnage et de contrôle du peuple, mais ils ont également mis le meilleur outil de tous les temps entre les mains du public pour le partage de l’information.

Cela a déclenché un incroyable réveil de masse dans le monde entier, au cours duquel des centaines de millions de personnes intelligentes, conscientes et bienveillantes découvrent comment le monde fonctionne réellement.

Les tyrans s’en sont rendu compte trop tard et tentent maintenant désespérément de censurer toute vérité. Mais rien ne peut arrêter le tsunami d’éveil qui s’est déclenché et qui a inondé le monde ces dernières années. Notre Annuaire Mondial de la Liberté ne montre qu’une petite partie de ce qui se passe dans le monde, mais il contient déjà plus de 800 organisations qui révèlent la vérité à l’humanité. Et ce n’est que la première vague. Bien d’autres événements se produiront dans un avenir proche.

Un nombre critique de personnes dans le monde se sont éveillées et, à partir de maintenant, chaque nouvelle tentative des dirigeants cachés de réduire l’humanité au silence ne fera que les desservir de plus en plus.

Les dirigeants de l’ombre ont été démasqués. Des millions de guerriers courageux se dressent contre leur système mondial de tyrannie, d’abus, de torture et de tromperie. Un nouveau jour se lève et un monde meilleur se profile à l’horizon. Je demande à tous ceux qui liront ces lignes de ne pas se rendre coupables de soutenir l’ancien système du mal en ayant peur de partager ce rapport révélateur. C’est ce qui les a maintenus au pouvoir pendant si longtemps : le refus des gens d’exposer ce mal à l’humanité. Nous devons être des êtres humains courageux et compatissants qui feront tout ce qu’il faut pour mettre fin au règne de ce système cruel et corrompu. Vous trouverez ci-dessous une liste de choses que vous pouvez faire pour contribuer à la solution des horreurs que vous venez de lire. 

COMMENT POUVONS-NOUS ARRÊTER CELA ?

ÊTRE COURAGEUX

Ne vous taisez pas pour vous protéger. Regarder un homme violer un enfant et rester sans rien faire, c’est être complice. Vous avez refusé de l’arrêter, ce qui revient à le laisser faire. Cela vaut pour toutes les formes de criminalité. Lorsque nous restons sans rien faire, nous participons à l’acte criminel.

INFORMER LE PUBLIC

La clé du succès de ces opérations criminelles est l’ignorance du public. Une fois que les gens prennent conscience de ce qui se passe réellement, ils commencent à résister et les plans des dirigeants corrompus échouent. C’est pourquoi nous devons nous concentrer sur l’utilisation de tous les moyens possibles pour informer les personnes qui nous entourent.

DISTRIBUER DES DÉPLIANTS

Vous pouvez télécharger des dépliants, des affiches, des bannières et des mèmes pour diriger les gens vers StopWorldControl.com. Nous devons placer des annonces dans les journaux locaux, louer des panneaux d’affichage et payer pour des publicités à la radio, qui renvoient toutes les personnes vers StopWorldControl.com ou tout autre site web que vous souhaitez que les gens visitent.

TÉLÉCHARGER DES FLYERS ET DES AFFICHES

INFORMER LES AUTORITÉS

Informez les personnes de votre communauté qui sont, sans le savoir, les serviteurs des entités criminelles : fonctionnaires locaux, forces de l’ordre, directeurs d’école et enseignants, personnel hospitalier, médias locaux, juges, pasteurs, avocats, etc. Envoyez-leur de courtes lettres les invitant à visionner des documentaires et des interviews clés. Les documentaires Monopoly et Secrets des Nations Unies sont parfaits pour leur ouvrir les yeux. Envoyez-leur également les documents Preuves de Grand Jury et le Rapport sur les Décès dus au Vaccin. Veillez à ce que vos lettres soient courtes et polies.

S’IMPLIQUER

Impliquez-vous dans la politique locale, les industries, les conseils scolaires, les réunions publiques, les médias locaux, etc. Faites entendre votre voix dans votre communauté. Montrez des documents officiels et parlez du programme des élites. Expliquez que le Forum Économique Mondial est une organisation non démocratique qui tente de contrôler le monde entier. Faites remarquer que l’Organisation Mondiale de la Santé est destinée à devenir un gouvernement mondial unique par le biais de son traité sur les pandémies.

RÉSISTER

Ne vous soumettez pas à des décrets qui interdisent toute interaction humaine et vous obligent à vous injecter, ainsi qu’à vos proches, des toxines qui modifient l’ADN. Ne jouez pas leur jeu — résistez. Ils ne pourront jamais arrêter l’ensemble de la population. Si nous sommes suffisamment nombreux à refuser, ils ne pourront rien faire. Aucun gouvernement ne peut arrêter des millions de personnes !

ÊTRE INDÉPENDANT

Ne soyez plus dépendants de leurs services et commencez à créer des solutions alternatives. Cela vaut pour les achats, les soins de santé, les médias, les finances, etc.

CONNECTER

Entrez en contact avec des personnes partageant les mêmes idées, afin d’apprendre d’elles et de vous aider les uns les autres. Veillez toutefois à ne jamais laisser qui que ce soit vous contrôler. Nous sommes ici pour aider les autres, pas pour nous dominer les uns les autres. Construisez des communautés saines, pas des petites sectes.

SE PRÉPARER

Préparez-vous à des crises orchestrées comme les pénuries alimentaires, les pannes d’électricité, les cyberpandémies, les catastrophes naturelles et l’effondrement financier. Informez-vous sur la manière de vous préparer aux périodes de crise. Préparez-vous mentalement et concrètement. Créez des réserves de nourriture, d’eau, d’énergie et de médicaments.

CONNAÎTRE LA LOI

Renseignez-vous sur les lois du pays. Ces criminels violent toutes les lois imaginables. Ils sont l’illégalité incarnée. Ils foulent aux pieds toutes les constitutions, tous les accords internationaux et tous les codes médicaux — ils ne se soucient de rien. Si vous apprenez à connaître les lois de votre pays, vous pourrez résister à leur tyrannie et leur faire remarquer qu’ils commettent des actes de terrorisme, des meurtres, des abus, des trahisons, etc.

PRIER

Priez avec passion et autorité. Priez pour que la justice soit rendue sur la Terre et que l’humanité soit délivrée. Utilisez votre autorité spirituelle en tant qu’enfant du Très-Haut pour réprimander et détruire les forteresses démoniaques. Lorsque nous disons « NON » à ces puissances maléfiques, elles sont réduites à l’impuissance. Priez pour que les ennemis spirituels de l’humanité soient liés et que la création soit libérée de leur emprise. Inscrivez-vous sur notre page de Prière pour la Liberté dans le Monde afin d’apprendre à prier efficacement contre ces forces spirituelles obscures.

SOUTENIR

Soutenez ceux qui luttent pour l’avenir de notre monde. Ici, à Stop World Control, par exemple, nous ne sommes pas financés par des milliardaires criminels, comme le sont tous les gouvernements corrompus, les agences de santé et les médias d’information. Nous dépendons de la bonté des gens pour poursuivre notre travail.

SOUTENIR STOP WORLD CONTROL


RÉFÉRENCES


La fin de l’Humanité




Dostoïevski contre la Babylone occidentale…

Par Nicolas Bonnal

Un voyage méconnu du maître russe se nomme Notes d’hiver sur des impressions d’été. Il évoque l’apogée de la civilisation bourgeoise et industrielle (vers 1860 donc) dans ses deux capitales, Londres et Paris.

Ici il ne s’agit pas comme dans Crocodile d’un conte fantastique et comique (voyez mon livre, que les Roumains m’ont fait l’honneur de traduire et publier), mais d’un ensemble de réflexions face à la grande modernité. Les cibles de ce voyage sont donc surtout Londres et Paris, les deux capitales les plus avancées alors de cet occident modèle qui fonctionne en mode turbo maintenant, contre le monde (toujours…) et contre sa population toujours plus hébétée et « hallucinée » (Guénon).

Ce qui est clair c’est que la civilisation (l’anticivilisation de Guénon) est là : marchande, technique, mondialiste, fascinante, effrayante, babylonienne, apocalyptique. Et elle veut déjà refaire son homme à zéro façon Schwab :

« Mais, en revanche, quelle assurance avons-nous dans notre Vocation civilisatrice, de quelle façon hautaine résolvons-nous les questions, et quelles questions : Le sol n’existe pas, le peuple non plus, la nationalité est un certain système de contributions, I’âme, — tabula rasa, c’est une cire que l’on peut modeler pour en faire I’homme véritable, l’homme universel en général, I’homonculus ; il suffit de se servir des produits de la civilisation européenne et de lire deux ou trois livres. »

Le ton est sarcastique, mais résume ce que nous vivons depuis deux siècles : le refus de l’homme, des peuples et des nationalités qui survivent tant bien que mal. Rappelons cette observation de Debord :

« Non seulement on fait croire aux assujettis qu’ils sont encore, pour l’essentiel, dans un monde que l’on a fait disparaître, mais les gouvernants eux-mêmes souffrent parfois de l’inconséquence de s’y croire encore par quelques côtés. Il leur arrive de penser à une part de ce qu’ils ont supprimé, comme si c’était demeuré une réalité, et qui devrait rester présente dans leurs calculs. Ce retard ne se prolongera pas beaucoup. Qui a pu en faire tant sans peine ira forcément plus loin… »

Donnons la note des éditeurs pour les moins érudits de nos lecteurs (s’il en reste) :

« 1. Tabula rasa, expression de Locke (Essai sur l’entendement humain) et des philosophes empiristes : elle compare l’esprit humain avant l’expérience à une “tablette rase”, sur laquelle rien n’est écrit. Les choses viennent s’y imprimer de l’Extérieur et ne sont pas innées, comme chez Descartes.
2. L’homonculus : dans la tradition folklorique, homme de taille réduite auquel alchimistes et Sorciers prétendaient pouvoir donner vie… »

Sur Locke relire De Maistre et Fukuyama qui malgré les sarcasmes dont il fait inutilement l’objet en a très bien parlé. La philo anglaise de l’époque est un social engineering destiné à fabriquer du bourgeois, explique tel quel notre petit maître sous-estimé et très mal lu (la différence entre des bourgeois US, euro, russe ou chinois, Alexandre Kojève — voyez mes textes — annonce qu’elle sera ténue aussi…).

Comme son admirateur Nietzsche, Dostoïevski comprend que notre civilisation déteste le petit peuple :

« Non, à présent je veux dire seulement ceci : l’article ne blâmait pas et ne maudissait pas uniquement les voiles légers, ne disait pas seulement que c’était un vestige de mœurs barbares, mais il critiquait la barbarie du peuple, la barbarie élémentaire, nationale, en l’opposant à la civilisation européenne de notre société de la plus haute noblesse. »

Idem chez Guénon dans ses aperçus : le peuple est un support plastique et initiatique, il garde toujours quelque chose du passé traditionnel, la classe moyenne fabriquée par l’État moderne jamais. Raison de cette rage à détruire partout et toujours les paysans.

La guerre des préjugés commence, et la caste occidentale veut toujours et partout imposer les siens :

« L’article raillait, l’article avait l’air d’ignorer que les accusateurs étaient peut-être mille fois pires et plus vils, que nous n’avons fait qu’échanger nos préjugés et nos des vilenies pour préjugés et des vilenies plus grandes. L’article faisait mine de ne pas s’apercevoir de nos propres préjugés et vilenies. »

Dostoïevski tape très fort sur le bourgeois. C’est l’homme uniforme de Fukuyama, la classe moyenne de Guénon, le philistin de Nietzsche, l’être moderne de Taine (pour qui le bourgeois a fleuri plus en France qu’ailleurs, à cause de l’État — on insiste) :

« Pourquoi regarde-t-il ayant l’air de dire : “Voilà, je ferai un peu de commerce dans ma boutique, aujourd’hui. Et si le Seigneur le permet, demain aussi, peut-être aussi après-demain, si le Seigneur veut bien m’accorder cette grâce… Eh bien, alors, alors, que je puisse mettre de côté quelque petite chose, et après moi le déluge.” »

Le bourgeois dissimule les malheureux pauvres, ajoute notre voyageur :

« Pourquoi a-t-il fourré tous les pauvres dans un endroit quelconque et pourquoi assure-t-il qu’il n’y en a pas du tout ? »

Surtout, il adore la presse et il croit tout ce que dit la presse et les journaux, les radios et les télés et les réseaux sociaux. Écoutez bien :

« Pourquoi la littérature gouvernementale lui suffit-elle ? Pourquoi a-t-il une envie furieuse de se persuader que ses journaux sont incorruptibles ? Pourquoi consent-il à dépenser tant d’argent pour payer des espions ? »

Oublions les espions, une vieille habitude anglo-saxonne ! Sur cette manie de la presse et cette intoxication, les grands esprits ont tout dit : Fichte, Thoreau, Balzac bien sûr, Léon Bloy, Drumont, Bernanos, Nietzsche encore. Je citerai toujours le début d’Anna Karénine p. 15) :

« Le journal que recevait Stépane Arcadiévitch était libéral sans être trop avancé, et d’une tendance qui convenait à la majorité du public. Quoique Oblonsky ne s’intéressât guère ni à la science, ni aux arts, ni à la politique, il ne s’en tenait pas moins très fermement aux opinions de son journal sur toutes ces questions, et ne changeait de manière de voir que lorsque la majorité du public en changeait. Pour mieux dire, ses opinions le quittaient d’elles-mêmes après lui être venues sans qu’il prît la peine de les choisir ; il les adoptait comme les formes de ses chapeaux et de ses redingotes, parce que tout le monde les portait, et, vivant dans une société où une certaine activité intellectuelle devient obligatoire avec l’âge, les opinions lui étaient aussi nécessaires que les chapeaux. »

On ajoute une dernière note tordante sur le bourgeois froncé décrit par notre auteur :

« Pourquoi n’ose-t-il souffler mot sur l’expédition du Mexique ? »

Oui, les expéditions punitives (Palestine, Yémen, Russie, Chine, Vietnam, Corée, Mali, Soudan, Cuba, Japon…), le bourgeois euro-américain ne s’en lasse et ne s’en lassera JAMAIS.

Mais continuons de voyager au gré des notes du plus rebelle et « flippant » des maîtres (un des rares écrivains de génie condamné à mort tout de même) ; nous arrivons à la fameuse et babylonienne exposition universelle :

« À Londres la même chose arrive, mais quelles larges images vous oppressent! Cette ville immense comme la qui s’agite jour et nuit, le bruit et le hurlement des machines, ces chemins de fer qui passent par-dessus les maisons (bientôt aussi en dessous), cette hardiesse d’entreprise, qui n’est en réalité que le degré le plus élevé de l’ordre bourgeois, cette Tamise empoisonnée, cet air saturé de charbon de terre, ces splendides Squares et ces parcs, ces terribles coins de la ville, tels que Whitechapel, avec sa population sauvage, à demi nue et affamée ; la cité avec ses millions et son commerce universel, le palais de cristal, l’Exposition, Oui, l’Exposition est étonnante. »

On ne retrouvera cette cruauté des traits que chez Jack London (les bas-fonds de Londres) et bien sûr chez Wilde (Dorian Gray est une parabole sur le Londres méphitique de Victoria-Rothschild et de l’aristocratie gay d’alors, parabole qui lui coûtera très cher).

Triomphe du capital mondialisé pétaradant et paradant :

« Vous sentez une force terrible, qui a réuni cette foule innombrable, venue de tous les points du monde en un seul troupeau ; vous sentez qu’ici il y a la victoire, le triomphe… »

Un mystérieux troupeau apparaît, celui de l’homme sans qualités qu’on réduit à l’état de bétail (voyez cette foule alignée avec ses smartphones devant l’Arc-de-Triomphe le soir du réveillon) devant la Babylone moderne enfin réalisée dans l’Angleterre biblico-marchande et puritaine de Milton, Cromwell et Rothschild :

« Vous paraissez même commencer à craindre quelque chose. Oui, si indépendant que vous soyez, vous commencez à craindre. Ceci ne serait-il pas l’idéal atteint ? pensez-vous ; n’est-ce pas la fin ? Ne serait-ce pas “I’unique troupeau” ? Ne faudrait-il pas I’accepter en effet comme vérité parfaite et se taire définitivement ? Tout cela est si triomphant, si victorieux et si fier, que vous commencez à respirer avec peine. Vous regardez ces centaines de mille, ces millions d’hommes, qui y viennent humblement de toute la surface terrestre — des hommes venus avec une seule pensée, qui se tiennent silencieux et avec un calme entêtement, dans ce palais colossal, et vous sentez, que quelque chose de définitif s’est accompli, accompli et terminé. C’est comme une image biblique, quelque chose de Babylone, une prophétie de I’Apocalypse, qui s’accomplit devant vos yeux. »

Le maître ajoute même :

« Vous sentez qu’il faudrait énormément de résistance pour ne pas adorer Baal… »

Tiens, un peu d’Isaïe pour nous aider à comprendre (Isaïe, 60) :

« 9 Car les îles s’attendront à moi, et les navires de Tarsis [viennent] les premiers, pour apporter tes fils de loin, leur argent et leur or avec eux, au nom de l’Éternel, ton Dieu, et au Saint d’Israël, car il t’a glorifiée.
10 Et les fils de l’étranger bâtiront tes murs, et leurs rois te serviront. Car dans ma colère je t’ai frappée, mais dans ma faveur j’ai eu compassion de toi.
11 Et tes portes seront continuellement ouvertes (elles ne seront fermées ni de jour ni de nuit), pour que te soient apportées les richesses des nations, et pour que leurs rois te soient amenés.
12 Car la nation et le royaume qui ne te serviront pas périront, et ces nations seront entièrement désolées. »

Et comme on est français et qu’on a parlé de Louis XIV et de Taine, on ajoutera ces lignes de Dostoïevski sur notre moliéresque bourgeois qui accouche depuis quatre siècles, devant des Sganarelle contrits et confits, de femmes savantes, précieuses ridicules, Orgon, pédants, Trissotin, Tartufe, dévots blindés, avares, médecins malgré eux, George Dandin, cocus électeurs et éternels contents, malades imaginaires et bourgeois gentilshommes mondialisés et vitaminés :

« D’ailleurs, il ne sait que très peu de l’univers en dehors de Paris. De plus, il ne tient pas savoir. C’est un trait commun à toute la nation et très caractéristique. Mais la particularité la plus caractéristique, — c’est l’éloquence. L’amour de l’éloquence vit toujours et augmente de plus en plus. J’aurais bien voulu savoir à quelle époque a commencé cet amour de l’éloquence en France. Certainement, le début principal date de Louis XIV. Il est remarquable qu’en France tout date de Louis XIV. Comment a-t-il fait pour prévaloir ainsi — je ne saurais le comprendre ! Car il n’est pas de beaucoup supérieur aux rois précédents. Peut-être, parce qu’il a été le premier à dire : l’État, c’est moi. Cela a énormément plu, cela a fait tout le tour de l’Europe. Je pense que c’est par ce mot seul qu’il s’est rendu célèbre. »

Louis XIV comme date-charnière de la Fin de l’Histoire ? Baudrillard, Taine et Debord non plus ne sont pas loin de le penser. Fukuyama s’accroche justement à Hobbes et Locke, fabricants de bourgeois…

Sources :




La soumission imbécile du Français

Céline et la soumission imbécile du Français

[Publication initiale (janvier 2021) : RI]

Par Nicolas Bonnal

On entend ici et là qu’on va réagir, qu’on est le pays des rebelles, des droits de l’homme, de la liberté, des tranchées et qu’on va voir ce qu’on va voir à propos du vaccin, du masque, du confinement.

Je répète : jouez aux rebelles quinze secondes, vous qui me jetez la pierre, dans le métro, à l’école, au boulot. Il n’y a pas 30 % de mécontents ou d’insoumis dans ce pays, mais 1 %. Et ça dépend des jours et du sujet.

Une amie m’a écrit hier :

« J’entendais hier un général de gendarmerie, étonné de la “docilité” des Français (à propos du couvre-feu), qui disait qu’en réalité on n’aurait pas le choix. Carnet vaccinal obligatoire pour voyager ; pour se soigner et aller à l’hosto idem ; pour travailler encore, les administrations demanderont à leurs employés de se faire vacciner (et je doute que le privé soit en reste) ; bref ce que tu dis depuis des mois ».

C’est ce que je dis depuis des mois parce que c’est ce qui se passe depuis des siècles.

Tout pays de la liberté se croit plus libre au fur et à mesure qu’il s’enferme dans les réseaux inextricables des lois. Maistre rappelait en 1789 qu’on avait eu plus de lois en un an qu’en mille.

Quelques rappels céliniens alors. C’est ma monographie la plus lue — avec celle de Tolkien — et elle est lue par des gens qui ont compris que Céline ne parle pas des juifs (sujet éculé tout de même) mais des Français :

« Il règne sur tout ce pays, au tréfonds de toute cette viande muselée, un sentiment de gentillesse sacrificielle, de soumission, aux pires boucheries, de fatalisme aux abattoirs, extraordinairement dégueulasse. Qui mijote, sème, propage, fricote, je vous le demande, magnifie, pontifie, virulise, sacremente cette saloperie suicidaire ? Ne cherchez pas ! Nos farceurs gueulards imposteurs Patriotes, notre racket nationaliste, nos chacals provocateurs, nos larrons maçons, internationalistes, salonneux, communistes, patriotes à tout vendre, tout mentir, tout provoquer, tout fourguer, transitaires en toutes viandes, maquereaux pour toutes catastrophes. Patriotes pour cimetières fructueux. Des vrais petits scorpions apocalyptiques qui ne reluisent qu’à nous faire crever, à nous fricoter toujours de nouveaux Déluges ».

Céline a compris que le Français n’est pas une victime de Macron, Hollande ou Sarkozy, du comité des forges ou du mondialisme ou de Bruxelles : le Français est un enthousiaste. On le laisse cracher le morceau (à Céline) :

« Plus de Loges que jamais en coulisse, et plus actives que jamais. Tout ça plus décidé que jamais à ne jamais céder un pouce de ses Fermes, de ses Privilèges de traite des blancs par guerre et paix jusqu’au dernier soubresaut du dernier paumé d’indigène. Et les Français sont bien contents, parfaitement d’accord, enthousiastes ».

Cela c’était avant 39. Pour aujourd’hui aussi ces lignes résonnent furieusement (pensez à ces queues d’andouilles voulant être testées cet été…) :

« Une telle connerie dépasse l’homme. Une hébétude si fantastique démasque un instinct de mort, une pesanteur au charnier, une perversion mutilante que rien ne saurait expliquer sinon que les temps sont venus, que le Diable nous appréhende, que le Destin s’accomplit ».

Certains nous font le coup à la mode Maurras du grand recours, de la divine surprise (Trump…). On a vu la lâcheté incisive des femmes Le Pen. Céline savait ce qu’il en coûtait de se fier aux patriotes, aux nationalistes et autres, toujours les premiers à offrir leur poitrine aux démocraties, comme disait Bernanos. Et de rentrer dedans :

« Dans nos démocraties larbines, ça n’existe plus les chefs patriotes. En lieu et place, c’est des effrontés imposteurs, tambourineurs prometteurs “d’avantages”, de petites et grandes jouissances, des maquereaux “d’avantages”. Ils hypnotisent la horde des “désirants”, aspirants effrénés, bulleux “d’avantages”. Pour l’adoption d’un parti, d’un programme, c’est comme pour le choix d’un article au moment des “réclames”, on se décide pour le magasin qui vous promet le plus “d’avantages”. Je connais moi des personnes, des véritables affranchis qui sont en même temps marxistes, croix-de-feu, francs-maçons, syndiqués très unitaires et puis malgré tout, quand même, encore partisans du curé, qui font communier leurs enfants. C’est des camarades raisonnables, pas des fous, qui ne veulent perdre dans aucun tableau, qui se défendent à la martingale, des Idéologues de Loterie, très spécifiquement français. Quand ça devient des racailles pareilles, y a plus besoin de se gêner ».

Cela s’applique aussi au Bayrou, catho, bourgeois, six enfants, qui nous prépare le passeport vaccinal et la grande confiscation dans un bâillement/acquiescement général.

Céline remet notre occident démocrate — qui retombe dans son terrorisme/bolchévisme initial, ici ou en Amérique — à sa place :

« La conjuration mondiale seule véritable réussite de notre civilisation. Nous n’avons plus de patriotes. C’est un regret de bétail, on en a presque jamais eu de patriotes. On nous a jamais laissé le temps. D’une trahison dans une autre, on a jamais eu le temps de souffler… D’une guerre dans une autre… »

Après on est vendus aux étrangers mais c’est depuis des siècles (pensez à Concini dans le Capitan…) :

« On nous a toujours trafiqués, vendus comme des porcs, comme des chiens, à quelque pouvoir hostile pour les besoins d’une politique absolument étrangère, toujours désastreuse. Nos maîtres ont toujours été, à part très rares exceptions, à la merci des étrangers. Jamais vraiment des chefs nationaux, toujours plus ou moins maçons, jésuites, papistes, juifs… »

Parti de l’ordre, parti catholique, parti social-démocrate, parti européen, parti pro-américain, parti prosoviétique, on n’en finirait pas… Comme on sait dans le dernier pamphlet Céline a compris que le problème français est insoluble, plus fort que prévu, et que « bouffer du juif ne suffit plus » ! Il était temps Ferdinand !

Qui a envie de bouffer du Zemmour, du Toubiana, du Kunstler, du Greenwald ? En pourcentage il y a plus de juifs que de goys antisystèmes. 10 % dans un cas, un pour dix mille dans l’autre.

Un autre antisémite qui a enfin compris les Français c’est Drumont. Et dans son Testament, très supérieur à la France juive, il écrivait le vieil Édouard :

« Quand les conquérants germains et francs qui, unis aux purs Gaulois et aux Celtes, constituèrent véritablement la France eurent perdu leur vigueur, l’élément gallo-romain l’emporta, la race latine reprit le dessus ; or, cette race est faite pour la tyrannie, puisqu’elle n’a aucun ressort de conscience ; elle adore une idole imbécile, une idole de marbre ou de plâtre qu’on appelle la Loi, et au nom de cette Loi, elle subit tout ».

Ensuite Drumont l’explique cette ludique loi gallo-romaine :

« La Loi, c’est le licteur qui vient de la part de César annoncer au citoyen romain qu’il est condamné à mourir, mais qu’on lui laisse le choix du supplice ; c’est le gendarme de la Révolution qui vient parfois tout seul arrêter cinq ou six personnes et qui les conduit au Luxembourg ou à la Conciergerie, où un autre gendarme vient les chercher pour les conduire à la guillotine. Jamais il n’est entré dans la cervelle de ceux qu’on arrêtait ainsi, l’idée de commencer par tuer le gendarme. C’est là un spectacle extraordinaire et il n’y a jamais qu’en France qu’un gouvernement ait pu s’appeler, comme par une désignation constitutionnelle : la Terreur ».

Revenons à Céline et à la docilité du colonel de gendarmerie cité plus haut :

« Les Français subiront leur sort, ils seront mis, un jour, à la sauce vinasse… Ils le sont déjà. Pas d’erreur !… Le conquérant doit être sûr de ses esclaves en tous lieux, toujours en mains, sordidement soumis, il doit être certain de pouvoir les lancer, au jour choisi, parfaitement hébétés… dociles… jusqu’aux os… gâteux de servitude, dans les plus ronflants, rugissants fours à viande… sans que jamais ils regimbent, sans qu’un seul poil de ce troupeau ne se dresse d’hésitation, sans qu’il s’échappe de cette horde le plus furtif soupçon de plainte… »

C’est lui qui qualifie nos monuments aux morts de lourds dolmens de la docilité…

sources

Nicolas Bonnal — Céline, Le pacifiste enragé




L’Amérique folle à lier

[Source : kunstler.com]

Par James Howard Kunstler

« Regardez ce que tous ces patriarches blancs ont construit. Sans salaire. Pendant leur temps libre. Dans l’anonymat. »

Jordan Peterson sur « X »

Avant que les saints n’entrent en scène, les archétypes humains se pavanent sur l’avenue dans leurs costumes révélateurs. Savez-vous pourquoi les archétypes des femmes folles à lier du parti démocrate adorent « Joe Biden » ? Je vais vous le dire : parce qu’il représente parfaitement et exactement le « patriarcat » qu’elles vilipendent dans sa sénescence nettement comique. « Joe Biden » est le patriarcat handicapé, faible, incapable, impuissant et réduit à l’inanité. Il serait pitoyable si le patriarcat lui-même n’était pas aussi méprisable. C’est exactement l’image que veulent donner les femmes complètement folles.

Vous demandez-vous pourquoi les femmes « progressistes » (c’est-à-dire les folles à lier) de la classe d’élite semblent si peu préoccupées par le nombre ostensible de viols commis par les « nouveaux arrivants », comme on dit aujourd’hui des frontaliers illégaux, qui sont, pour un pourcentage écrasant, des « hommes en âge de servir dans l’armée » ? Parce que, ayant transformé les rangs des hommes américains en eunuques, elles se réjouissent de l’arrivée d’un grand nombre d’hommes sauvages et lubriques sur la scène, tant que — après les exploits imaginaires de viol du corps — ils peuvent être dominés et domestiqués et transformés en autant de nettoyeurs de piscine et de serveurs à qui l’on peut donner des ordres.

Bien entendu, une grande partie de ce psychodrame archétypal ne se joue que dans l’esprit de femmes complètement folles ; par souci de bienséance, il n’est jamais mis en scène. Les fantasmes obscurs et honteux sont plutôt déplacés sur Donald Trump, l’archétype du « Big Daddy » qui a si insolemment échappé aux ciseaux de castration d’Hillary Clinton — avec l’aide de l’archirappeur russe « Poutine » — et qui continue, comme Jason Voorhees, le tueur psychique de la série d’horreur Vendredi 13 (Qu’est-ce que c’est1, mesdames ?), à s’en prendre aux femmes folles à lier.

La preuve que M. Trump est un violeur a finalement été formellement déclarée dans le procès en diffamation d’E. Jean Carroll. Elle est certifiée, voyez-vous, même si le procès lui-même n’était qu’un simulacre de performance. Tout ce dont vous avez besoin, c’est d’un groupe de personnages, y compris le juge, Lewis Kaplan, qui soient suffisamment dérangés et dégénérés pour réaliser la performance.

Le procureur général de l’État de New York, Letitia James, a ensuite tenté de castrer financièrement M. Trump grâce à une affaire civile habilement concoctée qui a transformé, comme par magie, une transaction immobilière normale en une fraude sans victime (quoi ?), incitant le juge Arthur Engoron, semblable au Nain Tracassin, à déclarer une amende sans précédent de 354 millions de dollars, destinée à permettre la confiscation et la vente forcée des immeubles de M. Trump.

Cela n’a pas encore tout à fait fonctionné, et pourrait ne jamais fonctionner, étant donné la façon dont les cours d’appel jusqu’au SCOTUS pourraient considérer les poursuites malveillantes basées sur la promesse de campagne répétée de Mme James de… mettre quelque chose sur le dos de Trump. Les « progressistes » complètement fous ont réussi à ne pas remarquer à quel point cette affaire était incompatible avec les précédents juridiques américains — parce qu’ils détenaient tous les leviers du pouvoir dans l’État de New York : le gouvernorat, le corps législatif et le bureau du procureur général, et que leur pouvoir de faire ce qu’ils voulaient était tout ce qui comptait.

Pour l’instant, le juge Juan Merchan préside l’affaire bidon du procureur de Manhattan, Alvin Bragg, concernant 34 délits d’écriture (pour lesquels la prescription est dépassée), transformés en crimes commis dans l’intention d’enfreindre une loi électorale fédérale (non précisée). Aux dernières nouvelles, les tribunaux de comté ne sont pas compétents en matière de droit fédéral, et plus particulièrement de droit fédéral non spécifié, ce qui revient à dire qu’il n’y a pas de droit du tout. La question que personne n’a posée ou à laquelle personne n’a répondu est la suivante : quelle est la faille dans notre système de jurisprudence qui permet à une affaire aussi insensée et absurde de se dérouler de manière aussi préjudiciable ? Je ne peux que supposer que c’est ce qui arrive lorsque l’éthique et les codes moraux sont brutalement éliminés de la culture plus large dont le droit n’est qu’une partie.

L’Homo sapiens est ainsi fait que les codes moraux dérivent généralement de la supervision des pères dans l’éducation des jeunes humains et, plus tard, lorsque les enfants deviennent des adultes, ces codes sont archétypiquement reproduits et appliqués par les hommes dans la matrice sociale plus large. Pourquoi ? Parce que cela exige un sens aigu des limites. Les limites sont l’essence même du « patriarcat ». Si vous retirez les hommes de la scène, ou si vous les castrez politiquement, vous êtes sûr de vous retrouver avec un problème pour distinguer le bien du mal. Il semblerait que nous soyons aujourd’hui soumis à la domination de femmes ayant des problèmes de limites et qui, pour une raison ou une autre, se sont rebellées contre leur père et ne s’en sont jamais remises. C’est une ironie particulière — jusqu’à présent inexpliquée par les hiérophantes de la théorie sociale — que plus le père était riche et avait du succès, plus il était détesté pour cela par sa progéniture féminine.

Le résultat de tout cela est le parti démocrate de notre époque, dirigé par des femmes complètement folles, effrayées par le sexe et ses conséquences (les bébés), paradoxalement soumises à des impulsions biologiques et incapables de trouver des partenaires convenables parmi les hommes qu’elles ont transformés en eunuques d’une sorte ou d’une autre ; pleines de ressentiment à l’égard des emplois de gestion ennuyeux qui ont remplacé les « emplois » anathématisés de la maternité ; remplies de rage et de fantasmes de vengeance qui, en raison de leurs problèmes de limites, se sont maintenant étendus à la volonté de détruire notre pays. C’est une vision peu engageante de ce qui nous est arrivé, mais elle est là, comme autant de viande sur la table.


1 En français dans le texte — NDT




L’art dégénéré du goy

Max Nordau et l’art dégénéré du goy (1900)

Par Nicolas Bonnal

Philosophe juif et sioniste hérétique (il acceptait l’Ouganda…), Max Nordau appartient à toute cette génération de penseurs juifs politiquement incorrects qui défièrent à Vienne le monde moderne dans le sillon de Nietzsche, et auxquels j’ai rendu hommage dans mon livre sur Kubrick. Schnitzler, le jeune Weininger, l’extraordinaire et éternellement méconnu Karl Kraus et même Freud dans son genre furent, entre beaucoup d’autres, ces êtres qui foraient, sapaient et minaient le monde moderne qui s’était construit depuis beaucoup plus longtemps que ne le pensaient les chrétiens peu éclairés et les traditionalistes de l’époque. Un rappel : Jonathan Swift se demandait déjà par quoi on remplacerait le christianisme au début du dix-huitième siècle. Eh bien on le remplaça par quelque chose qui prit son nom, mais qui n’était plus du christianisme (voyez Feuerbach à ce propos). On passait du croisé, du bâtisseur de cathédrale au bourgeois victorien, au possédant trouillard, au pèlerin ferroviaire, au touriste religieux…

Nordau dénonce donc la culture moderne du dix-neuvième, culture de philistin comme dirait Nietzsche. Les symbolistes y passent, les parnassiens, les Tolstoï, les préraphaélites. Nordau voit aussi le mauvais usage que l’on fait de Wagner… et de Nietzsche ! Pour lui la culture moderne est une pathologie. Comme nous sommes d’accord ! Et cette pathologie tourne en rond comme la modernité depuis des siècles (plus elle prétend progresser, plus elle patauge et tourne en rond mécaniquement, comme ces épisodes de la quête du Graal où l’on voit des chevaliers pris dans des rondes).

Il me paraît important de le rappeler. Les nazis ont dénoncé l’art dégénéré lié aux juifs, eh bien un intellectuel juif l’a fait avant eux, tapant sur l’art dégénérant du goy, et qui avait compris la toxicité de la culture wagnérienne qui donnerait Hitler. Il faut renvoyer dos à dos ici antisémites et progressistes libérateurs. Car le problème est bien plus spirituel que politique.

Je donnerai des extraits du texte que Nordau écrit au célèbre César Lombroso :

« La notion de dégénérescence, d’abord introduite dans la science par Morel et développée avec tant de génie par vous-même, s’est déjà montrée extrêmement fertile dans les directions les plus diverses. Sur de nombreux points obscurs de la psychiatrie, du droit pénal, de la politique et de la sociologie, vous avez déversé un véritable flot de lumière, que seuls n’ont pas perçu ceux qui ferment obstinément les yeux ou qui sont trop myopes pour tirer profit de quelque illumination que ce soit. »

Et là, la cible qui fâche, l’art et la littérature dégénérée :

« Mais il existe un domaine vaste et important dans lequel ni vous ni vos disciples n’avez jusqu’à présent porté le flambeau de votre méthode : le domaine de l’art et de la littérature. »

En effet, ajoute Nordau :

« Les dégénérés ne sont pas toujours des criminels, des prostituées, des anarchistes et des fous déclarés ; ce sont souvent des auteurs et des artistes. Ceux-ci, cependant, présentent les mêmes caractéristiques mentales, et pour la plupart, les mêmes caractéristiques somatiques que les membres de la famille anthropologique susmentionnée qui satisfont leurs pulsions malsaines avec le couteau de l’assassin ou la bombe du dynamiteur, et eux avec stylo et crayon. »

On parle de films cultes depuis que le cinéma est crevé comme tel. Mais le culte artistique est énorme à l’époque de Lombroso (Tolstoï attaque aussi Wagner et le symbolisme dans son livre sur l’art que j’ai recensé) :

« Certains parmi ceux-ci dégénérés en littérature, musique et peinture ont pris une importance extraordinaire ces dernières années et sont vénérés par de nombreux admirateurs en tant que créateurs d’un nouvel art et hérauts des siècles à venir. »

Conformément à son époque et à son propos, Nordau certes use et abuse du lexique médical. Il est bien sûr de son temps comme nous sommes du nôtre. Il dénonce aussi l’hypnose massifiée de ce culte artistique, et donc son danger (Tolstoï voit même la dimension hitlérienne de l’art wagnérien) :

« Ce phénomène ne doit pas être négligé. Les livres et les œuvres d’art exercent une puissante suggestion sur les masses. C’est de ces productions qu’une époque tire ses idéaux de moralité et de beauté. S’ils sont absurdes et antisociaux, ils exercent une influence perturbante et corruptrice sur les vues de toute une génération. Par conséquent, ces derniers, en particulier les jeunes impressionnables, facilement excités par un enthousiasme pour tout ce qui est étrange et apparemment nouveau, doivent être avertis et éclairés quant à la nature réelle des créations si aveuglément admirées. »

Nota : le mot impressionnisme était en ce sens tout un programme…

Mais Nordau ajoute :

« Cet avertissement que le critique ordinaire ne donne pas. La culture exclusivement littéraire et esthétique constitue, par ailleurs, la pire préparation concevable pour une véritable connaissance du caractère pathologique des œuvres de dégénérés. Le rhétoricien verbeux expose avec plus ou moins de grâce ou d’intelligence les impressions subjectives reçues des œuvres qu’il critique, mais est incapable de juger si ces œuvres sont les productions d’un cerveau brisé, mais aussi la nature du trouble mental qui s’exprime par leurs écrits. »

Plus loin :

« Maintenant, j’ai entrepris le travail d’investigation (autant que possible d’après votre méthode) des tendances de la mode dans l’art et la littérature ; de prouver qu’ils ont leur source dans la dégénérescence de leurs auteurs et que l’enthousiasme de leurs admirateurs est pour les manifestations de folie morale, d’imbécillité et de démence plus ou moins prononcées. »

Il ajoute avec humour et humeur qu’il est déjà trop facile de taper sur l’Église ou les gouvernements :

« Je ne doute pas des conséquences pour moi de mon initiative. Il n’y a actuellement aucun danger à attaquer l’Église, car elle n’a plus de bûcher à sa disposition. De même, écrire contre les gouvernants et les gouvernements n’a rien d’inquiétant, car au pire, il ne pourrait s’ensuivre une incarcération assortie de la gloire compensatrice du martyre. »

Par contre Nordau rappelle avec raison qu’il est plus grave de traiter de l’art et les artistes « dégénérés », et ce bien avant donc que les nazis n’antisémitisent la critique dudit art par leur comportement de « barbares préhistoriques » (Freud) !

« Mais le destin de celui qui a l’audace de qualifier les modes esthétiques de décadence mentale est menaçant. L’auteur ou l’artiste attaqué ne pardonne jamais à un homme de reconnaître en lui un fou ou un charlatan ; les critiques subjectivement ridicules sont furieux lorsqu’il est souligné à quel point ils sont superficiels et incompétents ou à quel point ils sont lâches en nageant avec le courant ; et même le public est en colère lorsqu’il est forcé de voir qu’il a couru après des imbéciles, des dentistes et des charlatans. »

Enfin Nordau dénonçait même le rôle toxique de la presse :

« Maintenant, les graphomanes et leurs gardes du corps critiques dominent la quasi-totalité de la presse et possèdent dans celle-ci un instrument de torture par lequel, à la mode indienne, ils peuvent dégager le dérangeur gênant de la partie jusqu’à la fin de ses jours. »

Notre intellectuel juif antisystème faisait déjà partie de ces nombreux esprits juifs (voyez Cohen, Klein, Kunstler, Zemmour, Finkielkraut et autres) qui envoient promener tous les partis pris et guident la marche des antisystèmes…

Et je rajouterai comme ça en passant cette phrase de Julien Benda qui montre que bien avant Léo Strauss et les néocons les penseurs allemands avaient remis Machiavel au goût du jour… C’est dans la Trahison des clercs :

« On sait que cette apologie du machiavélisme inspire tous les historiens allemands depuis cinquante ans, qu’elle est professée chez nous par des docteurs fort écoutés, qui invitent la France à vénérer ses rois parce qu’ils auraient été des modèles d’esprit purement pratique, des espèces de paysans madrés (voir J. Bainville), exempts de tout respect d’on ne sait quelle sotte justice dans leurs rapports avec leurs voisins… »

Sources

Max Nordau — Dégénérescence (Gutenberg.org, en anglais)

Tolstoï — Qu’est-ce que l’art ? Bibliothèque russe et slave.

Julien Benda – La trahison des clercs (classiques.uqac.ca)

Bonnal — Kubrick et le génie du cinéma (Dualpha, Amazon.fr)




Les abus rituels, une réalité qui change tout

[Source : sentadepuydt.substack.com]

Par Senta Depuydt

Avis aux lecteurs : l’objectif de ce post et de cet entretien est de témoigner de l’existence des réseaux pédocriminels qui minent la société. Il ne s’agit pas d’apporter une validation inconditionnelle à tout ce qui se dit sur le sujet, ni d’accorder systématiquement du crédit à tous les témoignages en ligne.

Chers lecteurs, chères lectrices,

Aborder le sujet des abus rituels n’est pas seulement un acte d’indignation ou de compassion, c’est avant tout une clé de compréhension indispensable de l’état du monde et du réseau de pouvoir qui est en responsable. Alors que le discours de la science, de la « rationalité » et du matérialisme extrême dominent les récits et les idéologies officiels, il semble qu’en coulisses les dirigeants de ce monde utilisent les pratiques occultes pour maintenir une forme d’emprise ou de gouvernance sur la planète.

Le témoignage de Chantal Frei est celui d’une survivante du réseau européen et international qui se livre à des abus rituels dits « sataniques ». Chantal a eu le courage de parler de son expérience personnelle dans un livre qui vient d’être traduit en français « Satanisme et violence ritualisée, une survivante parle ! Vivre l’impensable et le transcender ». Et elle a également recueilli la parole de nombreux autres survivant(e)s de divers pays en Europe et aux États-Unis, dans l’impressionnante série vidéo intitulée « 50 voix de violences rituelles ».

Au travers des témoignages personnels, les réseaux apparaissent

Soumise à des pratiques particulièrement cruelles, sa route a croisé chefs d’État, membres de la noblesse et autres célébrités. On l’a pour cela conduite dans des lieux connus du public — telles la Maison-Blanche et une célèbre basilique espagnole —, mais elle a également été emmenée dans des installations militaires secrètes ainsi que dans divers châteaux, notamment sur le territoire belge. Ces lieux et ces personnages, dont certains sont pareillement cités par d’autres survivants, témoignent de l’ampleur terrifiante d’un phénomène on ne peut plus sombre, connu de la littérature spécialisée sous le nom de « violence rituelle ».

Il ne s’agit pas ici d’affirmer ou de réfuter l’existence de forces occultes, mais bien de constater que des réseaux pédocriminels existent et que leurs pratiques sont un instrument de contrôle de toutes les formes de pouvoir actuelles : le réseau bancaire, la politique, la culture, la santé, les médias pour « la face “visible » du monde et les organisations religieuses, maçonniques, sectaires, les clubs d’affaires, cercles d’influences et organisations mafieuses pour « sa face “cachée ».

Cette « science du contrôle par le mal », que le remarquable ouvrage d’Alexandre Lebreton « MK-Ultra » a qualifié de « religion sans nom » est un amalgame de siècles de pratiques magico-religieuses et des programmes « scientifiques » développés par les nazis et poursuivis par les opérations spéciales militaires de divers gouvernements. (Ce n’est pas l’objet du livre, ceci mérite d’autres articles, le livre de Lebreton est une bonne référence pour aborder la question).

Devoir d’enquête

Le rôle des journalistes est de transmettre au public des informations utiles et fiables pour éclairer la compréhension et les choix du public. Lorsque l’on présente des informations « secrètes » ou « criminelles », il est à la fois difficile et risqué d’en fournir des preuves formelles, alors que la question de la fiabilité des informations et des témoins se pose d’emblée. Mener une enquête policière n’est pas notre rôle. Mais il nous incombe de révéler au public ce que l’on s’évertue à lui cacher, en donnant la parole à des personnes et des témoins qui semblent crédibles.

Concernant l’existence des réseaux pédocriminels et la place qu’ils occupent, il est évident que de telles horreurs ne peuvent être dites ou entendues sans vérification. Mais, la pression mise sur les témoins, les enquêteurs et les lanceurs d’alerte n’est pas un mythe, comme en témoignent de nombreux documentaires disponibles en lignes.

Ainsi, selon le journaliste flamand Douglas De Coninck, 30 témoins auraient été assassinés dans l’affaire Dutroux. Une chaîne allemande a d’ailleurs réalisé un documentaire à ce sujet. Toujours en Belgique, l’ancien gendarme Aimé Bille qui affirme que son enquête sur les réseaux pédocriminels a été bloquée par sa hiérarchie, revient actuellement avec « Dutroux, l’enquête assassinée », un ouvrage dont les éléments plaident pour la réouverture de l’affaire qui a fait trembler la Belgique.

Pour les journalistes comme pour les policiers, un moyen de vérifier la réalité des faits est de recouper les témoignages de personnes qui ne se connaissent pas, en particulier lorsqu’il s’agit de détails qui n’ont jamais été mentionnés en public ou précédemment.

Un autre moyen est d’observer la réaction des supposées victimes lorsqu’elles sont confrontées à des éléments censés être liés aux faits, par exemple des noms, des lieux ou des photos. Souvent le corps a gardé la mémoire émotionnelle du trauma et l’exprime par des symptômes immédiats (tremblements, sueurs, nausées, bégaiement, hurlements, sanglots).

En ce qui me concerne, j’ai pu constater ces deux formes de preuve à de multiples reprises et c’est ce qui m’amène à ne plus douter de la réalité décrite par Chantal Frei.

Le cas de Chantal Frei n’est pas isolé. Il y a en ce moment, des dizaines, sans doute même des centaines de survivant(e)s qui retrouvent la mémoire et qui s’expriment par différents canaux. Et les journalistes qui sont convaincus de la véracité de leurs récits sont eux aussi, de plus en plus nombreux.

Cette réalité n’est pas nouvelle, mais le voile qui la masquait se dissipe, sans que l’on sache vraiment pourquoi ce « réveil collectif » est en cours, ni où cela mènera…

Plus d’informations sur le sujet :

Sites web : Chantal Frei + 50 voix de violences rituellesAnneke LucasDonde VamosKarl Zero TVPedopolisPedoempire.

Pédophiles protégés, des mères brisent le silence

Essai de Jean-Jacques Crèvecoeur : À quoi servent les réseaux pédocriminels ?

[Vidéo sur site source]

Mieux comprendre le phénomène complexe du déni face à l’abus




Comment Hollywood a volé aux Russes leur victoire sur l’Allemagne nazie

[Source : ripostelaique.com]

Par Jacques Guillemain

Le général Delawarde nous livre un lien extrêmement enrichissant que je vous invite à lire, tant il révèle la puissance de la propagande exercée sur les esprits, quand l’information diffusée est à sens unique.

https://www.les-crises.fr/la-fabrique-du-cretin-defaite-nazis

Dans nos démocraties européennes, que l’on dit à la pointe des libertés, des valeurs humanistes et des droits de l’homme, nous sommes en fait soumis à un lavage de cerveau permanent, nos maîtres à penser tirant les ficelles de cette manipulation des esprits depuis les États-Unis, avec toute la puissance de leurs moyens illimités. La production d’Hollywood, avec d’innombrables films de guerre qui ont suivi la défaite allemande, a été essentielle dans ce matraquage à la gloire de l’Amérique.

Qui n’a pas applaudi à la grandiose fresque cinématographique « Le Jour le plus long », où les plus grands acteurs de l’époque ont fait du débarquement allié le tournant de la guerre conduisant à l’effondrement du IIIe Reich ? Il est évident qu’en pleine guerre froide, les Russes n’ont pas bénéficié d’une telle puissance de feu pour contrer la déferlante hollywoodienne.

N’importe quel citoyen français connaît les plus grands acteurs américains. Mais quel Américain connaît les acteurs européens ? Aucun. Preuve que la propagande à sens unique a largement atteint son but.

Or, sans le front russe, où Hitler a englouti 80 % de son armée et laissé 3,2 millions de soldats sur le terrain, aucun débarquement allié sur les côtes normandes n’aurait eu la moindre chance de succès.

À la veille des cérémonies commémoratives des 80 ans du débarquement allié, auxquelles Poutine ne sera pas invité, le bilan des sondages de l’IFOP depuis 1945 est très instructif et montre combien nos élites falsifient l’Histoire au gré de leurs intérêts.

Sondage IFOP entre 1945 et 2015, sur la même question :

« Quelle est, selon vous, la nation qui a le plus contribué à la défaite de l’Allemagne en 1945 ? »

  • Réponse de 1945 

    • URSS 57 %
    • États-Unis 20 %
    • Royaume-Uni 12 %

  • Réponse de 2015

    • États-Unis 54 %
    • URSS 23 %
    • Royaume-Uni 18 %

En quelques décennies, le résultat s’est totalement inversé. Les sondés de 1945, qui connaissaient la vérité, ont été remplacés par des citoyens victimes d’un lavage de cerveau dévastateur. Et ce, dans toutes les couches sociales y compris les plus « cultivées ». Même les Allemands sont convaincus d’avoir été vaincus par les Américains !

Quand aux pertes militaires durant la Seconde Guerre mondiale en Europe, il se passe de commentaires. On est à 1 contre 60.

C’est pour cette raison que l’acharnement des Occidentaux et surtout des Anglo-Saxons à vouloir affaiblir la Russie pour mieux la dépecer de ses richesses est la pire infamie de ce siècle. Quant à nous, Français, nous devons bien davantage aux Russes qu’aux Américains. Et par son comportement aussi odieux qu’irresponsable envers Poutine, Macron prouve une fois de plus qu’il est un nain politique et que les habits de la magistrature suprême sont bien trop grands pour lui. En sept ans, cet ignare a tout raté par manque de maturité, de culture et de bon sens.




Le rêve transhumain de la Silicon Valley

Alain Damasio : « Il faut battre le capitalisme sur le terrain du désir »

[Source : reporterre.net]

[Photographies : Patrice Normand]

Alain Damasio, écrivain de science-fiction, vient de publier « Vallée du silicium » (Seuil).
© Patrice Normand / Reporterre

Par Hervé Kempf

L’écrivain Alain Damasio sort Vallée du silicium, chroniques inspirées d’un voyage dans la Silicon Valley californienne. « Les technocapitalistes visent la libération individuelle, ils vivent dans un élitisme absolu », dit-il.

Alain Damasio, écrivain, publie Vallée du silicium (Seuil), des chroniques et une nouvelle science-fiction inspirées de son séjour dans la Silicon Valley, aux États-Unis. « La matérialité du monde est une mélancolie désormais », annonce le bandeau du livre.

Écoutez ce grand entretien ci-dessous ou sur une plateforme d’écoute de votre choix.




Reporterre — Quelle conception de l’avenir les technocapitalistes de la Silicon Valley ont-ils ?

Alain Damasio — Un avenir où l’innovation technologique continuera à constituer la norme, quel que soit son impact sur nos ressources terrestres. Un avenir où le désirable pour l’humain serait son augmentation (cognitive, physique) au sens du transhumanisme. Un avenir où l’épanouissement individuel par la technologie doit primer sur les liens aux autres et aux vivants.

Ton livre se présente comme une démarche anthropologique. Pourquoi ?

À l’origine, je ne l’ai pas intentionnellement construit comme ça, mais dès que tu t’interroges sur ce que la technologie fait à l’homme, tu déploies nécessairement des réflexions sur l’espèce humaine et son évolution, sur la manière dont le numérique nous transforme et dont la Silicon Valley nous façonne. Un champ crucial reste celui du corps. Les transhumanistes ont ce mot terrible pour le désigner : meat. La viande. C’est une chair morte, non irriguée. Seul le système nerveux central compte. Le reste, la chair frissonnante, les muscles, toutes nos sensations, notre sensualité fine ne les intéressent pas, parce que cela ne véhicule pas d’information exploitable dans le régime de la trace. Ce corps est maintenu en forme par le fitness ou la course dans le seul but que le cerveau et le système d’informations puissent fonctionner.

Le corps est conçu et vécu comme une machine. La nourriture est énergie. Le sport est une hygiène. Le cerveau s’optimise. Le bien-être s’algorithme. Ce corps est désaffecté, désinvesti. C’est un corps qu’on ne sent plus, qui n’a plus d’existence et qui ne te sollicite plus parce qu’il est maintenu dans un environnement climatisé, souvent assis, et dans une absence de mobilisation émotionnelle et affective.

Cette vision machinique du corps peut être reliée à celle de la planète. Quelle conception les gens de la Silicon Valley ont-ils de la planète Terre ?

La façon dont ils traitent les corps fait écho à la façon dont ils traitent la planète. Dans les deux cas, ils se vivent comme maître et possesseur de la nature — de ma nature pour le corps. Leur degré de conscience écologique très faible m’a frappé : le peu de magasins bios par rapport à la France, par exemple. L’alimentation reste un sujet dépolitisé chez eux. La prise de conscience de l’élevage, de ce qu’il faut pour produire la malbouffe m’a semblé inexistante. Les Californiens vivent sous une climatisation constante, et ne supportent plus que le corps sorte d’une fourchette entre 20 et 25 °C, ce qui devient aussi la norme en Europe. Maintenir un corps humain à ces températures en permanence représente une dépense énergétique énorme. Pour que ce corps n’ait plus besoin de faire le moindre effort, le climat a été domestiqué. Autant, en France, nous sommes en retard de dix ans sur leurs usages quotidiens de la technologie, autant, dans cette Californie techie [passionnée de technologie], la prise de conscience écologique m’a paru très « arriérée ».

« Il faut sortir de la peur de l’autre : se confronter à l’altérité entraîne forcément de l’imprévisibilité, de l’inattendu, de la menace. »
© Patrice Normand/Reporterre

Dans « Homo deus », Yuval Noah Harari parle de « surhommes » et de « castes inférieures », à propos de la société future créée par le développement des technologies. Penses-tu que cela décrit la vision des technocapitalistes ?

Ils vivent effectivement dans un élitisme « naturel ». Les leaders de la Tech n’ont pas la naïveté de croire que les apports transhumanistes puissent être universalisés. Ce n’est pas leur problème. Ils sont structurés autour de la libération individuelle, l’évidence de s’extraire des régulations étatiques, l’inégalité sociale comme une conséquence inévitable de l’accumulation du capital. Donc le transhumain est conçu pour une petite élite. Et peu importe que cette augmentation soit souvent strictement quantitative, oublie toute intelligence relationnelle ou émotionnelle et qu’elle trahisse une vision de sociopathe.

Le technocapitalisme se militarise, nous fait-il la guerre ?

Je ne pense pas qu’il fait la guerre au sens où il aurait une volonté politique d’exercer un pouvoir sur les populations. C’est un système très pragmatique, fondé sur l’action et dont le seul objectif reste la maximisation du profit. Ce qui implique bien sûr un large spectre de manipulations comportementales pour opérer. La Silicon Valley exerce des effets de pouvoir colossaux, qui sont d’abord un pouvoir sur les usages et les pratiques, le rapport concret à son environnement, aux autres, un impact induit sur la gestuelle et le corps. Bien sûr, les pouvoirs établis, les gouvernements, les médias mainstream, les armées et les polices, récupèrent ces outils pour leurs propres besoins et renforcer leur contrôle, leur influence ou leur maîtrise sur nos vies. Mais selon moi, l’impact de la Tech est d’abord anthropologique et « souple » avant d’être militaire ou sécuritaire.

« La logique immunitaire hygiéniste appliquée au corps aboutit à la sensation que tout devient dangereux. »
© Patrice Normand/Reporterre

Dans ton livre, tu soulignes la tension entre peur et liberté. Est-ce une des tensions les plus fortes du monde actuel ?

Oui. Il y a vingt ans, on se demandait où l’on se situait sur une ligne entre liberté et sécurité, et dans quelle mesure des pratiques libres et émancipatrices étaient favorisées par rapport à des pratiques sécuritaires et identitaires. Cette tension a été enfouie tellement les logiques sécuritaires l’ont emporté, ce qui explique ce grave décalage du spectre politique vers la droite, en Europe et ailleurs. Selon moi, ce phénomène a aussi une origine anthropotechnique : la logique immunitaire hygiéniste appliquée au corps aboutit à la sensation que tout devient dangereux. Plus tu es protégé et plus tu te protèges, plus le technococon devient épais et plus tu filtres tes rapports aux autres, si bien que la moindre intrusion, agression, harcèlement ou confrontation à l’altérité te paraît problématique et difficile. Et donc, tu vas demander encore plus de sécurité et de protection. Ce cercle vicieux tend vers quelque chose qu’il faut appeler l’immunité. Mais immunité partout, humanité nulle part !

Et cette logique du tout sécuritaire conduit à un repli sur soi…

Oui, alors que pour être libre, il faut accepter que les liens que tu vas tisser avec les autres te libèrent et ne sont ni des chaînes, ni des dangers, ni des menaces. Il faut sortir de la peur de l’autre : se confronter à l’altérité entraîne forcément de se confronter à l’inattendu, à l’imprévisible, à ce qui peut te déstabiliser. La principale critique que je forme envers nos technologies quotidiennes est qu’elles conjurent l’altérité. Elles sont construites pour fabriquer de l’identique. Home est son biotope : le petit chez-moi, familier, le cocooné, le confortable, le cajolé. Sauf que cette vision, et les pratiques de rejet qui l’accompagnent nécessairement, sont d’une grande violence pour les gens qui n’ont pas la possibilité de bénéficier de ce technococon égocentré.

Dans Le ministère du futur, Kim Stanley Robinson décrit la situation écologique et inégalitaire actuelle et imagine des écologistes tuer, prendre des milliardaires en otage, faire exploser des avions. Qu’en penses-tu ?

C’est la bonne solution aussi, à mes yeux. Je suis un partisan de l’action directe. On subit de façon trop molle et complaisante des actes d’une violence et d’une agressivité absolues. Les technocapitalistes ne se posent pas la question de ce que leur vision du monde produit sur nos vies ordinaires. Les actions directes, comme le sabotage, le brouillage, le piratage des chaînes de production, le boycott des produits, me semblent très souhaitables. Lorsqu’on dit ça, on donne l’impression d’être radical et hystérique alors qu’on énonce une banalité lucide. Ce qui est radical est ce que la Tech fait : ne pas s’interroger sur l’impact de la production d’une voiture électrique sur le travail des enfants en Afrique, par exemple, ou le pillage minier. Il faut stopper, invalider et inverser cette violence, la retourner. Et utiliser tous les moyens dont on dispose : le hacking [pénétrer illégalement dans un système informatique], les blocages, les occupations, la lutte des imaginaires, l’artivisme, les ZAD, etc. Il y a toujours des failles et il faut les utiliser. Mais aujourd’hui, très peu de militants sont prêts à prendre des risques parce que…

Parce qu’en face, il y a des appareils de répression de plus en plus élaborés et sophistiqués…

Complétement. C’est très intéressant de revoir l’histoire du mouvement Action directe dans les années 1970-1980. Ils pouvaient faire dix ou quinze actions avant que la police se mobilise ou qu’ils soient mis en prison. Aujourd’hui, des gens taguent une usine Lafarge et ils subissent une surveillance colossale, des peines de prison disproportionnées, quatre-vingt-seize heures de garde à vue. Le système répressif est d’autant plus féroce que les actions sont rares et modestes, c’est un paradoxe qui traduit un étouffement dans l’œuf de toute contestation. À nous d’être fins.

Cette surveillance est permise par l’intelligence artificielle et les instruments numériques.

On ne parle pas assez du couplage entre le régime de contrôle et le régime numérique. À partir du moment où le régime de contrôle, qui apparaît dans les années 1990, s’est couplé avec les possibilités du numérique, une puissance de feu colossale est apparue. Les degrés de surveillance et de finesse de contrôle n’ont jamais été aussi importants qu’à l’heure actuelle.

Quelle serait la résistance au système que tu décris et que nous subissons ?

Je n’aime pas le terme de résistance parce qu’il revient à considérer que malgré tout, le système va continuer à opérer, qu’il sera toujours dominant et que notre capacité est seulement d’en limiter les effets négatifs. Je pense qu’il faut construire des alternatives, proposer d’autres façons d’exister, de s’alimenter, d’habiter. Puis de montrer que ça marche et surtout que ça nous rend heureux et libres. Il faut battre le capitalisme sur le terrain du désir.

« Je pense qu’il faut construire des alternatives, proposer d’autres façons d’exister, de s’alimenter, d’habiter. »
© Patrice Normand/Reporterre

C’est extrêmement difficile parce que le technocapitalisme est fondé sur l’accomplissement de désirs individuels et immédiats. Je détaille dans mes chroniques ces quatre machineries de désir très puissantes que le technocapital active : la paresse plaisante, le pouvoir octroyé, la conjuration des peurs et des incertitudes et l’imaginaire du transhumain, cet antique désir « d’être dieu », d’échapper à notre finitude. Il faut ressusciter un désir qui fasse pièce à cette économie de désir qu’accomplit magistralement la consommation numérique. C’est un sacré défi, c’est un sacré combat.

Où se déploient aujourd’hui ces formes de résistance ?

De ce que j’observe, les nouvelles formes de libération se jouent désormais plutôt dans les zones rurales : campagnes, montagnes. Il y a un vrai retour à la terre, à l’image des années 1970. Beaucoup de communautés, d’oasis, de tiers lieux, de quarts lieux, de zones d’expérimentation, de ZAD se développent. Ça se passe sous les radars des médias urbains qui constituent la majorité des médias. Mais ça existe et ça résonne très au-delà des sites où ça naît, comme la ZAD de Notre-Dame l’a fait. Pour moi, l’espoir et les avancées concrètes se forment dans ces zones rurales et par ces expériences : maraîchage de montagne, économie du gratuit, intelligence collective, renouement aux forces du vivant, techniques de subsistance, fluidité de genres.

Je trouve l’idée de « zone » très forte. Il ne s’agit ni d’un domaine clos, ni d’une communauté autarcique, ni seulement d’un habitat partagé. C’est plus ouvert, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de frontières, ça rayonne et s’étend. On ne changera pas ce monde fondé sur les désirs individualisés et les échanges immatériels sans expérimenter en collectif, éprouver d’autres modes de vie qui destituent les effets de pouvoir, s’alimenter en bio, local et frais, trouver une autonomie énergétique, pratiquer le low-tech qui t’empuissante dans ton rapport à la techno, etc. Et surtout sans réactiver des liens au monde, au vivant et aux autres, qui te rendent plus vaste, plus joyeux et plus vif. On a besoin de lieux, d’espaces concrets pour ça et de pratiques incarnées, on a besoin de créer aussi, sans cesse, pour déjouer les machines de pouvoir qui nous pilotent.

https://www.seuil.com/ouvrage/vallee-du-silicium-alain-damasio/9782021558746



L’américanisation de la France : le plan Marshall réexaminé

[Source : investigaction.net]

Par Jacques R. Pauwels

Réflexions inspirées par le nouveau livre d’Annie Lacroix-Riz, Les origines du plan Marshall : Le mythe de « l’aide » américaine, Armand Colin, Malakoff, 2023.

L’été dernier, alors que je me rendais en voiture de Paris à Nice en traversant ce que les Parisiens appellent « la France profonde », je n’ai pu m’empêcher de constater à quel point la France s’est américanisée. Les paysages de Bourgogne et de Provence sont toujours aussi beaux, et les vieilles villes sont toujours aussi pittoresques, mais on y pénètre désormais en empruntant des allées bordées de stations essence et de fast-foods distribuant de la « malbouffe », de concessionnaires automobiles et de centres commerciaux où l’on trouve exactement les mêmes enseignes que dans les centres commerciaux situés de l’autre côté de l’Atlantique, avec, en plus de la musique diffusée, non pas d’Édith Piaf, mais de Taylor Swift. J’étais motivé pour en savoir plus sur le pourquoi, le quand et le comment de cette « coca-colonisation » de la France et, comme par hasard, j’ai trouvé la réponse dans un livre qui venait d’être publié. Un livre écrit par l’historienne franc-tireur Annie Lacroix-Riz, auteur de pas mal d’autres opus remarquables, et dont le titre promet d’éclaircir les origines du fameux Plan Marshall de 1947.

L’histoire des États-Unis regorge de mythes, comme celui qui veut que la conquête du Far West ait été une entreprise héroïque, que le pays se soit battu pendant la Première Guerre mondiale pour la démocratie, et que la bombe d’Oppenheimer ait anéanti plus de 100 000 personnes à Hiroshima pour forcer Tokyo à se rendre, sauvant ainsi vraisemblablement la vie d’innombrables civils japonais et de soldats américains. Un autre mythe encore concerne l’« aide » américaine à l’Europe dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, incarnée par le « programme de redressement européen », mieux connu sous le nom de plan Marshall, car c’est George C. Marshall, ancien chef d’état-major de l’armée et secrétaire d’État de l’administration Truman, qui a officiellement lancé le projet dans un discours prononcé à l’université de Harvard le 5 juin 1947.

Le mythe du plan Marshall, qui s’est répandu presque instantanément, veut qu’après avoir vaincu les méchants nazis, alors qu’il était sans doute plus ou moins seul et se préparait à rentrer chez lui pour s’occuper de ses propres affaires, l’Oncle Sam a soudain réalisé que les infortunés Européens, épuisés par six années de guerre, avaient besoin de son aide pour se remettre sur pied. La Grande-Bretagne, la France et les autres pays d’Europe occidentale l’ont accepté avec empressement et l’ont utilisé pour renouer non seulement avec la prospérité, mais aussi avec la démocratie.

L’« aide » dispensée sous les auspices du plan Marshall était donc censée être un don d’argent gratuit. Cependant, on sait depuis longtemps que les choses n’étaient pas si simples, que le plan visait à conquérir le marché européen pour les produits d’exportation et les capitaux d’investissement américains, et qu’il servait également des objectifs politiques, à savoir empêcher les nationalisations et contrer l’influence soviétique1. Malgré cela, le mythe du plan Marshall est entretenu par les autorités, les universitaires et les grands médias des deux côtés de l’Atlantique, comme en témoigne la suggestion récente selon laquelle l’Ukraine et d’autres pays qui se trouvent également dans une situation économique difficile ont besoin d’un nouveau plan Marshall2.

D’autre part, des recherches historiques critiques révèlent la nature illusoire du mythe tissé autour du plan Marshall. L’année dernière, l’historienne française Annie Lacroix-Riz a réalisé une telle enquête, en se concentrant sur les antécédents du plan, et si son livre se concentre à juste titre sur le cas de la France, il est également extrêmement utile pour comprendre comment d’autres pays européens, de la Grande-Bretagne à l’Allemagne (de l’Ouest) en passant par la Belgique, sont devenus les bénéficiaires de ce type d’« aide » américaine.

Le livre de Lacroix-Riz a le mérite d’inscrire le plan Marshall dans la longue durée, c’est-à-dire de l’expliquer non pas comme une sorte de singularité post-Seconde Guerre mondiale, mais comme un élément d’un développement historique de longue durée, à savoir l’expansion mondiale de l’industrie et de la finance américaines, autrement dit l’émergence et l’expansion de l’impérialisme américain. On peut dire que cette évolution a commencé à la toute fin du XIXe siècle, lorsque l’Oncle Sam a conquis Hawaï en 1893, puis, par le biais d’une « splendide petite guerre » menée contre l’Espagne en 1898, a mis la main sur Cuba, Porto Rico et les Philippines. La finance, l’industrie et le commerce américains, en d’autres termes : le capitalisme américain étend ainsi ses activités lucratives aux Caraïbes, au Pacifique et à l’Extrême-Orient. L’accès privilégié aux ressources et aux marchés de ces territoires lointains, en plus de ceux du marché intérieur déjà gigantesque, a fait des États-Unis l’une des plus grandes puissances industrielles du monde, capable de défier même la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la France. Mais il se trouve que les grandes puissances européennes se sont également développées à l’échelle mondiale, c’est-à-dire qu’elles sont devenues « impérialistes », principalement en ajoutant de nouveaux territoires à leurs portefeuilles de possessions coloniales existants. Les puissances impérialistes sont donc devenues de plus en plus concurrentes, rivales, antagonistes ou alliées dans une course impitoyable à la suprématie impérialiste, alimentée idéologiquement par les idées sociales-darwinistes dominantes de « lutte pour la survie ».

Cette situation a conduit à la Grande Guerre de 1914-1918. Les États-Unis interviennent dans ce conflit, mais assez tardivement, en 1917, et ce pour deux raisons importantes : d’une part, éviter que la Grande-Bretagne ne soit vaincue et ne puisse ainsi rembourser les sommes considérables qu’elle avait empruntées aux banques américaines pour s’approvisionner auprès des industriels américains ; d’autre part, faire partie des vainqueurs impérialistes qui pourraient revendiquer une part du butin, y compris l’accès au gigantesque marché et aux vastes ressources de la Chine3.

La Grande Guerre a été une aubaine pour l’économie américaine, car le commerce avec les alliés s’est avéré immensément rentable. La guerre a également poussé la Grande-Bretagne à retirer la plupart de ses investissements d’Amérique latine, ce qui a permis à l’Oncle Sam de pénétrer ces pays sur le plan économique et de les dominer politiquement, réalisant ainsi une ambition américaine formulée environ un siècle plus tôt dans la Doctrine Monroe de 1823. Les États-Unis avaient de plus en plus besoin de nouveaux marchés pour leurs produits — et pour leur stock croissant de capital d’investissement — parce que leur industrie était devenue super-productive grâce à l’introduction des techniques dites fordistes, c’est-à-dire le système de production de masse inauguré par Henry Ford dans ses usines automobiles, incarné par la chaîne de montage. Le capitalisme américain bénéficiait désormais de l’énorme avantage des « économies d’échelle », c’est-à-dire de coûts de production inférieurs grâce à leur taille4, ce qui signifiait que les industriels américains étaient désormais en mesure de surpasser leurs concurrents sur un marché libre. C’est pour cette raison que le gouvernement américain, qui s’était systématiquement appuyé sur des politiques protectionnistes au 19e siècle, lorsque l’industrie du pays était encore balbutiante, s’est transformé en un apôtre enthousiaste du libre-échange, recherchant énergiquement et systématiquement des « portes ouvertes » pour ses exportations dans le monde entier.

Toutefois, dans les années qui ont suivi la Première Guerre mondiale, la productivité industrielle a également augmenté ailleurs, ce qui a conduit à une surproduction et a finalement déclenché une crise économique mondiale, connue aux États-Unis sous le nom de Grande Dépression. Toutes les grandes puissances industrielles ont cherché à protéger leur propre industrie en érigeant des barrières sur les droits d’importation, créant ainsi ce que les hommes d’affaires américains détestaient, à savoir des « économies fermées », comprenant non seulement les économies des « mères patries », mais aussi celles de leurs possessions coloniales, dont les marchés et les richesses minérales auraient pu être mis à la disposition de l’Oncle Sam par le biais du libre-échange. Au grand dam de l’Amérique, la Grande-Bretagne a donc introduit dans son empire un système très protectionniste, appelé « préférence impériale ». Avec le Smoot-Hawley Tariff Act de 1930, les États-Unis ont également cherché à protéger leur propre industrie en imposant des droits de douane élevés.

Dans la nuit noire de la Grande Dépression, l’Oncle Sam ne perçoit qu’un seul rayon de lumière, celui de l’Allemagne. Dans les années 1920, les profits sans précédent générés par la Grande Guerre avaient permis à de nombreuses banques américaines et à des entreprises telles que Ford de lancer d’importants investissements dans ce pays5. Cette « offensive d’investissement » est rarement mentionnée dans les livres d’histoire, mais elle revêt une grande importance historique à deux égards : elle a marqué le début d’une expansion transatlantique du capitalisme américain et a déterminé que l’Allemagne allait servir de « tête de pont » européenne à l’impérialisme américain. Les capitalistes américains étaient ravis d’avoir choisi l’Allemagne lorsqu’il s’est avéré que, même dans le contexte de la Grande Dépression, leurs filiales pouvaient faire d’excellentes affaires dans le « Troisième Reich » grâce au programme de réarmement d’Hitler et à la guerre de conquête qui s’ensuivit, pour laquelle des entreprises telles que Ford et Standard Oil fournissaient une grande partie de l’équipement — y compris des camions, des chars, des moteurs d’avion et des mitrailleuses — ainsi que du carburant6. [Sous le régime nazi d’Hitler, l’Allemagne était et est restée un pays capitaliste, comme l’ont souligné des historiens tels qu’Alan S. Milward, expert britannique de l’histoire économique du Troisième Reich7.

Les États-Unis n’avaient aucune envie d’entrer en guerre contre Hitler, qui s’avérait si « bon pour les affaires ». En 1941 encore, le pays n’envisageait aucune action militaire contre l’Allemagne et n’est entré en guerre contre le Troisième Reich, comme l’a dit un historien américain, qu’en raison de l’attaque japonaise sur Pearl Harbor 8. Cependant, le conflit déclenché par Hitler a créé de fabuleuses opportunités pour les États-Unis d’ouvrir des « économies fermées » et de créer des « portes ouvertes » à la place. Dans le même temps, la guerre a permis à l’Oncle Sam de subjuguer économiquement, et même politiquement, certains concurrents majeurs dans la course à la suprématie des grandes puissances impérialistes, une course qui avait déclenché la Grande Guerre en 1914, mais qui est restée indécise lorsque ce conflit s’est terminé en 1918, et dont on peut donc dire qu’elle a déclenché une nouvelle guerre mondiale en 1939.

Le premier pays à avoir été transformé en vassal de l’Oncle Sam a été la Grande-Bretagne. Après la chute de la France à l’été 1940, lorsqu’elle s’est retrouvée seule face à la puissance terrifiante du Reich d’Hitler, l’ancien numéro un des puissances industrielles a dû se rendre aux États-Unis pour emprunter d’énormes sommes d’argent auprès des banques américaines et utiliser cet argent pour acheter des équipements et du carburant aux grandes entreprises américaines. Washington a accepté d’accorder une telle « aide » à la Grande-Bretagne dans le cadre d’un programme connu sous le nom de « Lend-Lease ». Toutefois, les prêts devaient être remboursés avec intérêts et étaient soumis à des conditions telles que l’abolition promise de la « préférence impériale », qui garantissait que la Grande-Bretagne et son empire cesseraient d’être une « économie fermée » et ouvriraient au contraire leurs portes aux produits d’exportation et aux capitaux d’investissement américains. Grâce au prêt-bail, la Grande-Bretagne devait devenir un « partenaire junior » des États-Unis, non seulement sur le plan économique, mais aussi sur le plan politique et militaire. Ou, comme le dit Annie Lacroix-Riz dans son nouveau livre, les prêts Lend-Lease accordés à la Grande-Bretagne ont marqué le début de la fin de l’Empire britannique9.

Cependant, l’Oncle Sam était déterminé à utiliser le libre-échange pour projeter son pouvoir économique et politique non seulement sur la Grande-Bretagne, mais aussi sur le plus grand nombre de pays possible10.

En juillet 1944, lors d’une conférence tenue dans la ville de Bretton Woods, dans le New Hampshire, pas moins de quarante-quatre nations, dont toutes celles qui se trouvaient dans une situation économique inconfortable à cause de la guerre et qui dépendaient donc de l’aide américaine, ont été amenées à adopter les principes d’un nouvel ordre économique mondial fondé sur le libre-échange. Les accords de Bretton Woods ont élevé le dollar au rang de « monnaie de réserve internationale » et ont créé les mécanismes institutionnels qui devaient mettre en pratique les principes de la nouvelle politique économique, en particulier le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale, organisations internationales qui ont toujours été dominées par les États-Unis.

Dans son nouveau livre, Mme Lacroix-Riz fait souvent référence à la poursuite du libre-échange d’après-guerre par l’Oncle Sam en général, mais se concentre bien sûr sur le cas de la France, qui était un cas différent de celui de la Grande-Bretagne ou de la Belgique, par exemple. Pourquoi ? Après sa défaite en 1940, la France et son empire colonial sont restés longtemps sous l’autorité d’un gouvernement dirigé par le maréchal Pétain, installé dans la ville de Vichy, qui collaborait étroitement avec l’Allemagne nazie. L’administration Roosevelt reconnaîtra formellement ce régime comme le gouvernement légitime de la France et continuera à le faire même après l’entrée en guerre des États-Unis contre l’Allemagne en décembre 1941 ; à l’inverse, FDR (Franklin Delano Roosevelt) refusera de reconnaître le gouvernement de la « France libre » de Charles de Gaulle exilé en Grande-Bretagne.

Ce n’est qu’après le débarquement des troupes américaines et britanniques en Afrique du Nord et l’occupation des colonies françaises à l’automne 1942 que les relations entre Washington et Vichy sont rompues, non par les premiers, mais par les seconds. Sous les auspices des Américains, désormais maîtres de facto des colonies françaises en Afrique du Nord, un gouvernement provisoire français, le Comité Français de Libération Nationale (CFLN), est établi à Alger en juin 1943 ; il reflète une fusion malaisée entre la France libre de de Gaulle et les autorités civiles et militaires françaises basées à Alger, autrefois fidèles à Pétain, mais désormais du côté des Alliés. Cependant, les Américains se sont arrangés pour qu’il soit dirigé non pas par de Gaulle, mais par le général François Darlan, un ancien pétainiste.

Darlan faisait partie des nombreux généraux et hauts fonctionnaires recyclés de Vichy qui, dès l’été 1941 ou à la fin de la bataille de Stalingrad, en janvier 1943, avaient compris que l’Allemagne allait perdre la guerre. Ils espéraient qu’une libération de la France par les Américains empêcherait la Résistance, dirigée par les communistes, de prendre le pouvoir et de mettre en œuvre des réformes sociales, économiques et politiques anticapitalistes radicales, voire révolutionnaires. Ces vichystes, représentants d’une bourgeoisie française qui s’était bien comportée sous Pétain, craignaient qu’« une révolution n’éclate dès que les Allemands se retireraient du territoire français » ; ils comptaient sur l’arrivée des Américains à temps « pour empêcher le communisme de s’emparer du pays » et se réjouissaient de voir les États-Unis remplacer l’Allemagne nazie en tant que « tuteur » de la France et protecteur de leurs intérêts de classe11. Inversement, les Américains ont bien compris que ces anciens pétainistes seraient des partenaires agréables. Ils ont ignoré ou pardonné les fautes commises par ces derniers en tant que collaborateurs, les ont affublés de l’épithète respectable de « conservateurs » ou « libéraux », et se sont arrangés pour qu’ils soient placés à des postes de pouvoir plutôt que des gaullistes ou d’autres chefs de la Résistance.

La « nomination » de Darlan par les Américains a porté ses fruits presque immédiatement, à savoir le 25 septembre 1943, lorsque le gouvernement provisoire français a signé un accord de prêt-bail avec les États-Unis. Les conditions de cet accord étaient similaires à celles attachées au prêt-bail avec la Grande-Bretagne et à celles qui allaient être consacrées un an plus tard à Bretton Woods, à savoir une « porte ouverte » pour les entreprises et les banques américaines sur les marchés et les ressources de la France et de son empire colonial. Cet arrangement, décrit par euphémisme comme une « aide réciproque », était en réalité la première étape d’une série d’arrangements qui allaient culminer avec la souscription de la France au plan Marshall et imposer à la France ce que Lacroix-Riz décrit comme une « dépendance de type colonial » 12.

L’administration Roosevelt aurait préféré continuer à traiter avec les anciens collaborateurs de la France, mais cette ligne de conduite a suscité de vives critiques tant en France qu’à l’étranger. En octobre 1944, après le débarquement en Normandie et la libération de Paris, de Gaulle est finalement reconnu par Washington comme le chef du gouvernement provisoire français, car deux choses sont devenues évidentes. Tout d’abord, du point de vue du peuple français, il est largement considéré comme apte à gouverner, car sa réputation, contrairement à celle des pétainistes, n’est pas entachée par la collaboration ; au contraire, ayant été l’un des grands chefs de la Résistance, il jouit d’un immense prestige. Deuxièmement, du point de vue des Américains eux-mêmes, de Gaulle est acceptable parce qu’il est une personnalité conservatrice, déterminée à ne pas procéder aux nationalisations des banques et des entreprises et à d’autres réformes socio-économiques radicales, potentiellement révolutionnaires, prévues par les communistes. D’un autre côté, les Américains continuaient à avoir des problèmes avec le Général. Ils savaient très bien, par exemple, qu’en tant que nationaliste français, il s’opposerait à leur projet d’ouvrir les portes de la France et de son empire à l’intrusion économique et, inévitablement, politique des États-Unis. Ils savaient aussi qu’une fois la guerre terminée, il réclamerait des réparations financières et industrielles, voire des concessions territoriales à l’Allemagne vaincue, des revendications qui allaient à l’encontre de ce que l’Oncle Sam considérait comme des intérêts vitaux pour les États-Unis. Examinons brièvement cette question.

Nous savons que les nombreuses filiales des entreprises américaines dans l’Allemagne nazie n’ont pas été expropriées, même après l’entrée en guerre des États-Unis contre l’Allemagne, qu’elles ont engrangé des bénéfices invisibles qui ont été en grande partie réinvestis en Allemagne même, et qu’elles ont subi relativement peu de dommages en temps de guerre, principalement parce qu’elles étaient à peine visées par les bombardiers alliés13. Ainsi, à la fin du conflit, les investissements américains en Allemagne étaient intacts, plus importants et potentiellement plus rentables que jamais auparavant ; cela signifiait également que, en tant que tête de pont de l’impérialisme américain en Europe, l’Allemagne était plus importante que jamais. L’Oncle Sam était déterminé à tirer pleinement parti de cette situation, ce qui nécessitait deux choses : premièrement, empêcher les changements socio-économiques anticapitalistes non seulement en Allemagne, mais aussi dans tous les autres pays européens, y compris la France, dont les ressources et les marchés intérieurs et coloniaux étaient censés s’ouvrir aux marchandises et aux investissements américains ; deuxièmement, veiller à ce que l’Allemagne n’ait pas à payer de réparations importantes, et de préférence aucune, aux pays victimes de la furor teutonicus, car cela aurait ruiné les perspectives de profit de toutes les entreprises allemandes, y compris celles détenues par des capitaux américains14.

Pour atteindre le premier de ces objectifs en France, les Américains pouvaient compter sur la collaboration du gouvernement du conservateur de Gaulle, d’autant plus que, pour être finalement « oint » par Washington à l’automne 1944, il avait été contraint de recycler d’innombrables anciens généraux pétainistes, politiciens, hauts fonctionnaires, banquiers et industriels de premier plan, et d’inclure nombre d’entre eux dans son gouvernement. Cependant, après des années d’occupation allemande et un régime de Vichy très à droite, les Français, non pas la bourgeoisie aisée, mais la masse des gens ordinaires, étaient d’humeur plus ou moins anticapitaliste. De Gaulle ne peut résister à la demande générale de réformes, notamment la nationalisation du constructeur automobile Renault, collaborateur notoire, et l’introduction de services sociaux similaires à ceux qui seront mis en place en Grande-Bretagne après l’arrivée au pouvoir des travaillistes à l’été 1945 et qui seront connus sous le nom de « Welfare State » (État providence). Du point de vue des Américains, la situation s’est encore aggravée après les élections du 21 octobre 1945, lorsque le parti communiste a remporté la majorité des voix et que de Gaulle a dû faire de la place dans son cabinet pour certains ministres communistes. Un autre facteur déterminant de l’aversion des Américains pour de Gaulle est qu’il est un nationaliste français, déterminé à refaire de la France une grande nation, à garder le contrôle total de ses possessions coloniales et, enfin et surtout, à demander des réparations financières et peut-être même territoriales à l’Allemagne ; ces aspirations sont en conflit avec les attentes des Américains qui souhaitent des « portes ouvertes » même dans les colonies d’autres grandes puissances et, plus encore, avec leurs projets concernant l’Allemagne.

On comprend ainsi le traitement de marâtre que Washington a réservé en 1944-1945 à une France économiquement sinistrée après des années de guerre et d’occupation. Dès l’automne 1944, Paris est informé qu’il n’y aura pas de réparations de la part de l’Allemagne, et c’est en vain que de Gaulle réagit en flirtant brièvement avec l’Union soviétique, concluant même un « pacte » avec Moscou qui s’avérera « mort-né », selon les termes de Lacroix-Riz15. Quant aux demandes pressantes de la France en crédits américains et en fournitures alimentaires, industrielles et agricoles, elles n’aboutissent pas à des « cadeaux », comme on le croit généralement, pour des raisons qui seront élucidées plus loin, mais à des livraisons de produits surabondants aux États-Unis et à des prêts, le tout payé en dollars et à des prix exagérés. Lacroix-Riz souligne que « les livraisons gratuites de marchandises à la France par l’armée américaine ou toute organisation civile, même de type humanitaire, n’ont jamais existé » 16.

Les Américains étaient clairement motivés par le désir de montrer à de Gaulle et aux Français en général qui était le patron dans leur pays, maintenant que les Allemands avaient disparu. (De Gaulle l’a certainement compris ainsi : il a souvent qualifié le débarquement en Normandie de seconde occupation de son pays et n’a même jamais assisté à l’une des commémorations annuelles du jour J). Ce n’est pas une coïncidence si le diplomate américain nommé envoyé en France à l’automne 1944 était Jefferson Caffery, il avait une grande expérience de la domination des « républiques bananières » d’Amérique latine depuis les ambassades américaines dans leurs capitales17.

De Gaulle dirigea un gouvernement de coalition associant trois partis, le Mouvement républicain populaire (MRP), chrétien-démocrate « gaulliste », le Parti socialiste, encore officiellement dénommé Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO), et le Parti communiste (PCF). Le général lui-même démissionna de son poste de chef du gouvernement le 20 janvier 1946, mais le « tripartisme » se poursuivit avec une série de cabinets dirigés par des socialistes comme Félix Gouin et des responsables du MRP comme Georges Bidault. Un autre socialiste, Paul Ramadier, dirigera le dernier gouvernement tripartite de janvier à octobre 1947 ; le 4 mai de cette année-là, il mettra fin au tripartisme en expulsant les communistes de son gouvernement.

Une fois l’encombrant de Gaulle écarté, les Américains ont eu beaucoup plus de facilité à mettre en œuvre leurs plans visant à « ouvrir la porte » de la France et à pénétrer l’ancienne grande nation, tant sur le plan économique que sur le plan politique. Et ils y sont parvenus en tirant pleinement parti des problèmes économiques d’après-guerre du pays et de son besoin urgent de crédits pour acheter toutes sortes de produits agricoles et industriels, y compris des denrées alimentaires et des carburants, et pour financer la reconstruction. Les États-Unis, qui étaient sortis de la guerre en tant que superpuissance financière et économique mondiale et pays de loin le plus riche, étaient capables et désireux d’apporter leur aide, mais seulement aux conditions déjà appliquées aux accords de prêt-bail, décrites dans les accords de Bretton Woods, conditions qui ne manqueraient pas de transformer le bénéficiaire, en l’occurrence la France, en vassal de l’Oncle Sam — et en allié dans sa guerre « froide » contre l’Union soviétique.

Au début de l’année 1946, Léon Blum, un dirigeant socialiste très en vue qui avait dirigé le célèbre gouvernement français du Front populaire en 1936, a été envoyé aux États-Unis pour négocier un accord avec le secrétaire d’État de Truman, James F. Byrnes. Blum accompagné d’une suite d’hommes politiques, de diplomates et de hauts fonctionnaires, dont Jean Monnet, agent du CFLN chargé du ravitaillement, qui a supervisé l’achat d’armes et d’autres équipements aux États-Unis, où il s’est pris d’affection pour le pays et pour les choses américaines en général. Ces négociations ont duré des mois, mais ont finalement abouti à un accord qui a été signé le 28 mai 1946 et rapidement ratifié par le gouvernement français. L’accord Blum-Byrnes fut largement perçu comme une merveilleuse affaire pour la France, impliquant des dons gratuits de millions de dollars, des prêts à faible taux d’intérêt, des livraisons à bas prix de toutes sortes de produits alimentaires essentiels, d’équipements industriels, et fut proclamé par Blum lui-même comme « une immense concession » de la part des Américains18.

Mais Lacroix-Riz n’est pas de cet avis. Elle démontre que les réunions entre Byrnes et Blum n’ont pas donné lieu à de véritables négociations, mais se sont résumées à un diktat américain, reflétant le fait que la partie française a « capitulé » et accepté docilement toutes les conditions attachées par les Américains à leur programme d’« aide ». Ces conditions, explique-t-elle, incluaient un accord français pour l’achat, à des prix exagérés, de toutes sortes d’équipements militaires « excédentaires », pour la plupart inutiles, que l’armée américaine avait encore en Europe à la fin de la guerre, et que Lacroix-Riz qualifie de « bric-à-brac invendable » 19. Des centaines de cargos de mauvaise qualité, appelés par euphémisme « Liberty Ships », ont également été imposés aux Français. Les fournitures à livrer à la France comprenaient très peu de produits dont le pays avait réellement besoin, mais presque exclusivement des produits dont les États-Unis eux-mêmes étaient en surabondance, en raison de la baisse de la demande résultant de la fin de la guerre. Les économistes, les hommes d’affaires et les politiciens craignaient que l’Amérique ne retombe dans une dépression, entraînant chômage, problèmes sociaux et même une demande de changement radical, comme cela avait été le cas dans les « années trente rouges », marquées par la dépression20. La surproduction d’après-guerre constituait un problème majeur pour les États-Unis et, comme l’écrit Lacroix-Riz, continuait d’être « extrêmement préoccupante en 1947 », mais les exportations vers l’Europe semblaient offrir une solution au problème ; elle ajoute que « l’étape finale de la recherche frénétique de [cette] solution au problème de la surproduction d’après-guerre » s’avérerait être le plan Marshall, mais il est clair que les accords Blum-Byrnes constituaient déjà un pas important dans cette direction21.

En outre, le paiement des marchandises américaines devait être effectué en dollars, que la France était obligée de gagner en exportant vers les États-Unis aux prix les plus bas possibles, étant donné que les Américains n’avaient pas de besoin urgent d’importations françaises et bénéficiaient donc de l’avantage d’un « marché d’acheteurs ». La France a également dû ouvrir ses portes aux productions hollywoodiennes, ce qui a été très préjudiciable à sa propre industrie cinématographique, pratiquement la seule concession de l’accord qui a retenu l’attention du public et dont on se souvient encore aujourd’hui. (L’article de Wikipédia sur l’accord Blum-Byrnes traite presque exclusivement de cette question.) 22. Une autre condition était que la France indemnise les entreprises américaines telles que Ford pour les dommages subis en temps de guerre par leurs filiales en France, dommages qui étaient en fait principalement dus aux bombardements de l’armée de l’air américaine. (Par ailleurs, pendant la guerre, Ford France avait produit des équipements pour Vichy et l’Allemagne nazie, ce qui lui avait permis de gagner beaucoup d’argent) 23.

En ce qui concerne les questions financières, Wikipédia se fait l’écho d’une croyance largement répandue en suggérant que l’accord impliquait l’« éradication » des dettes que la France avait contractées antérieurement, par exemple aux termes de l’accord de prêt-bail signé à Alger. Cependant, en y regardant de plus près, il s’avère que Wikipédia se contente d’écrire que l’accord « visait à [italiques ajoutés] éradiquer » ces dettes, mais ne mentionne jamais si cet objectif a été atteint24. Selon Lacroix-Riz, ce ne fut pas le cas ; elle qualifie d’« imaginaire » l’« effacement » de la dette de la France envers les États-Unis et souligne que l’idée que de nouveaux crédits fabuleux étaient prévus relève du vœu pieux ; sa conclusion catégorique est qu’en dehors de prêts assortis de conditions onéreuses, « les négociations ne débouchèrent sur aucun crédit » 25.

Il s’ensuit que la reconstruction économique de la France dans les années qui ont suivi la fin de la Seconde Guerre mondiale, si rapide par rapport au redressement industriel du pays après 1918, n’était pas due à la générosité d’un étranger, l’Oncle Sam. Au contraire, ce fut principalement le résultat des efforts « stakhanovistes » des travailleurs français eux-mêmes, visant à relancer l’industrie du pays en général, dans ce que l’on appelle la « bataille de la production », particulièrement réussie dans le domaine de la production de charbon dans les mines nationalisées, qui était alors encore d’une importance cruciale. Même si cette « bataille » était certaine de profiter aux propriétaires capitalistes des usines, elle a été orchestrée par le Parti communiste, membre du gouvernement « tripartite », parce que ses dirigeants étaient parfaitement conscients que « l’indépendance politique d’un pays exige son indépendance économique », de sorte que le recours à l’« aide » américaine signifierait la subordination de la France aux États-Unis26. (Incidemment, la majeure partie, voire la totalité, de l’argent emprunté aux États-Unis n’a pas été investie dans la reconstruction de la France, mais dans une tentative coûteuse, sanglante et finalement vouée à l’échec de s’accrocher au « joyau de la couronne » de ses possessions les plus coloniales, l’Indochine).

Que le redressement économique de la France dans l’après-guerre ne soit pas dû à l’« aide » américaine est tout à fait logique puisque, du point de vue américain, l’objectif des accords Blum-Byrnes ou, plus tard, du plan Marshall, n’était pas du tout d’effacer les dettes ou d’aider la France de quelque autre manière que ce soit à se remettre du traumatisme de la guerre, mais d’ouvrir les marchés du pays (ainsi que ceux de ses colonies) et de l’intégrer dans une Europe d’après-guerre — pour l’instant, il est vrai, uniquement occidentale — qui devait être capitaliste, comme les États-Unis, et contrôlée par ces derniers à partir de leur tête de pont allemande. Avec la signature des accords Blum-Byrnes, qui comprenaient également l’acceptation par la France du fait qu’il n’y aurait pas de réparations allemandes, cet objectif a été virtuellement atteint. Les conditions attachées aux accords comprenaient en effet la garantie par les négociateurs français que la France pratiquerait désormais une politique de libre-échange et qu’il n’y aurait plus de nationalisations comme celles qui, presque immédiatement après la libération du pays, ont frappé le constructeur automobile Renault ainsi que les mines de charbon et les producteurs de gaz et d’électricité privés ; les conditions interdisaient également toute autre mesure que l’Oncle Sam percevait comme anticapitaliste, quels que soient les souhaits et les intentions du peuple français, connu à l’époque pour son appétit pour des réformes sociales-économiques et politiques radicales27.

Comment Blum et son équipe ont-ils réussi à dissimuler leur « capitulation » et à la présenter au public français comme une victoire, « un événement heureux », pour leur pays28 ? et pourquoi ont-ils menti de manière aussi flagrante sur les résultats et les conditions ? Lacroix-Riz répond également à ces deux questions dans son nouveau livre.

Tout d’abord, les informations diffusées sur les accords Blum-Byrnes par la partie française, et reprises avec empressement par la plupart des médias, à l’exception des publications communistes, comportaient toutes sortes d’exagérations, de sous-estimations, d’omissions, voire de mensonges purs et simples, en d’autres termes, s’apparentaient à ce que l’on appelle aujourd’hui communément le « spin » (la langue de bois). Les financiers et autres « experts » parmi les hauts fonctionnaires de l’équipe de Blum se révélèrent d’excellents « spinmeister », ils réussirent à concocter toutes sortes de moyens pour tromper le public avec l’électorat, y compris en obscurcissant des détails cruciaux de l’accord29. Les Françaises et les Français furent rassurés dans un langage vague et euphémique que leur pays allait bénéficier royalement de la générosité de l’Oncle Sam. Il était question de plusieurs millions de dollars de crédits futurs, sans conditions, mais il n’était pas mentionné que le flux de dollars n’était pas du tout garanti et qu’il n’était pas réaliste de s’attendre à ce qu’il arrive ; les réparations allemandes sous forme de livraisons de charbon, par exemple, étaient également évoquées en termes vagues, même si les négociateurs savaient que cela ne reflétait rien d’autre qu’un vœu pieux30.

En revanche, le public français n’a pas entendu parler des nombreuses conditions rigoureuses attachées à l’accord et n’a donc pas eu conscience que son pays, autrefois grand et puissant, était en train d’être rétrogradé au rang de vassal de l’Oncle Sam. Le texte soumis à la ratification de l’Assemblée nationale — dans son intégralité ou pas du tout 31 — est long, vague et alambiqué, rédigé de manière à déconcerter les non-spécialistes, et de nombreuses informations importantes sont enfouies dans des notes, des appendices et des annexes secrètes ; à sa lecture, personne ne se serait rendu compte que toutes les conditions rigoureuses imposées par les Américains avaient été acceptées, conditions qui remontaient à l’accord conclu avec Darlan en novembre 194232.

Comme Blum et ses collègues savaient dès le départ qu’ils n’auraient d’autre choix que d’accepter un diktat américain dans son intégralité, leur séjour transatlantique aurait pu être court, mais il s’est étendu sur plusieurs semaines afin de donner l’impression de négociations approfondies et difficiles. Les négociations comportaient également beaucoup de « poudre aux yeux », notamment des visites (et les séances de photos correspondantes) avec Truman, des interviews produisant des articles présentant Blum comme « une figure de proue de la Résistance française » et « l’une des personnalités les plus puissantes du moment », ainsi qu’un voyage supplémentaire de Blum au Canada, photogénique, mais totalement inutile, sauf en termes de relations publiques33.

La conclusion de Lacroix-Riz est impitoyable. Blum, écrit-elle, s’est rendu coupable d’une « malhonnêteté maximale », il est responsable d’une « gigantesque tromperie » 34, mais la mascarade a fonctionné à merveille, car elle a bénéficié de la coopération des Américains, qui ont cyniquement prétendu avoir été amenés à faire des concessions majeures par des interlocuteurs gaulois expérimentés et brillants. Ils ont agi ainsi parce que les élections approchaient en France et qu’un rapport véridique sur le résultat des négociations aurait certainement apporté de l’eau au moulin des communistes et aurait pu compromettre la ratification de l’accord35.

Mme Lacroix-Riz souligne également que les historiens français, américains et du reste du monde occidental, à l’exception des « révisionnistes » américains tels que Kolko, ont également déformé l’histoire de l’accord Blum-Byrnes et l’ont glorifié comme un instrument merveilleusement utile pour la reconstruction d’après-guerre de la France et la modernisation de son économie. Elle décrit comment cela est principalement dû au fait que l’historiographie française elle-même a été « atlantisée », c’est-à-dire américanisée, avec le soutien financier de la CIA et de ses prétendues servantes privées, dont la Fondation Ford36.

Les Britanniques n’avaient pas pu rejeter les conditions rigoureuses attachées à l’accord de prêt-bail de 1941, mais ça, c’était pendant la guerre, lorsqu’ils luttaient pour leur survie et n’avaient pas d’autre choix que d’accepter. En 1946, la France ne pouvait pas invoquer cette excuse. Qu’est-ce qui a donc poussé Blum, Monnet et leurs collègues à « capituler » et à accepter toutes les conditions américaines ? Lacroix-Riz fournit une réponse convaincante : parce qu’ils partageaient la préoccupation majeure de l’Oncle Sam à l’égard de la France, à savoir le désir de préserver le statu quo socio-économique capitaliste du pays, dans une situation d’après-guerre où la population française était encore très réformiste, voire révolutionnaire, et où les communistes étaient extrêmement populaires et influents. « Rien d’autre », souligne-t-elle, « ne peut expliquer l’acceptation systématique des conditions draconiennes [américaines] » 37.

Le souci de préserver l’ordre socio-économique établi est compréhensible chez les collègues conservateurs de Bloch, représentants de la fraction MRP du gouvernement tripartite, le MRP « gaulliste », qui compte de nombreux pétainistes recyclés. Elle est également compréhensible dans le cas des diplomates de haut rang et autres fonctionnaires de l’équipe de Blum. Ces bureaucrates étaient traditionnellement des défenseurs de l’ordre établi et beaucoup d’entre eux, sinon la plupart avaient été heureux de servir Pétain ; mais après Stalingrad, au plus tard, ils avaient changé d’allégeance à l’Oncle Sam et étaient ainsi devenus des « hérauts européens du libre commerce américain » et, plus généralement, des « atlantistes » très pro-américains, une race dont Jean Monnet est apparu comme l’exemple par excellence38.

Le Parti communiste est alors membre du gouvernement tripartite, mais, écrit Lacroix-Riz, « il est systématiquement exclu des “structures de décision” » 39 et n’a pas de représentants dans l’équipe de négociateurs, mais la gauche est représentée par des socialistes, dont Blum. Pourquoi n’ont-ils pas opposé de résistance significative aux exigences des Américains ? Au lendemain de la révolution russe, le socialisme européen a connu un « grand schisme », avec d’un côté les socialistes révolutionnaires, amis de l’Union soviétique, bientôt connus sous le nom de communistes, et de l’autre les socialistes réformistes ou « évolutionnistes » (ou « sociaux-démocrates »), antagonistes vis-à-vis de Moscou. Les deux groupes ont parfois travaillé ensemble, comme dans le gouvernement français du Front populaire des années 1930, mais la plupart du temps, leurs relations ont été marquées par la concurrence, les conflits, voire l’hostilité pure et simple. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les communistes ont définitivement le vent en poupe, non seulement en raison de leur rôle prépondérant dans la Résistance, mais aussi en raison du grand prestige dont jouit l’Union soviétique, largement perçue comme le vainqueur de l’Allemagne nazie. Pour suivre, voire supplanter, les socialistes français, comme les anciens pétainistes, ont également choisi de jouer la carte américaine et se sont montrés prêts à accepter toutes les conditions que les Américains leur imposaient, ainsi qu’à la France en général, en échange du soutien des socialistes avec leurs énormes ressources financières et autres. Inversement, en France, les Américains avaient besoin des socialistes — et des « gauchistes non communistes » en général — dans leurs efforts pour éroder le soutien populaire aux communistes. C’est dans ce contexte que Blum et de nombreux autres dirigeants socialistes avaient fréquemment rencontré l’ambassadeur américain Caffery après son arrivée à Paris à l’automne 194440.

Les socialistes se révèlent donc encore plus utiles à la lutte anticommuniste (et antisoviétique) que les gaullistes, et ils offrent à l’Oncle Sam un autre avantage considérable : contrairement aux gaullistes, ils ne demandent pas de « réparations » territoriales ou financières à une Allemagne que les Américains veulent reconstruire et dont ils veulent faire leur tête de pont pour la conquête économique, voire politique, de l’Europe.

Dans la France de l’après-guerre, les socialistes ont donc joué la carte américaine, tandis que les Américains ont joué la carte socialiste. Mais dans d’autres pays européens, l’Oncle Sam fait également appel à des dirigeants socialistes (ou sociaux-démocrates) anticommunistes désireux de collaborer avec eux et qui seront, le moment venu, largement récompensés pour leurs services. On pense au chef socialiste belge Paul-Henri Spaak, qui sera nommé par Washington secrétaire général de l’OTAN, présumée alliance de partenaires égaux, mais en réalité filiale du Pentagone et pilier de la suprématie américaine en Europe, qu’il a contribué à mettre en place41.

L’intégration de la France dans une Europe (occidentale) d’après-guerre dominée par l’Oncle Sam sera achevée par l’acceptation par le pays de l’« aide » du plan Marshall en 1948 et par son adhésion à l’OTAN en 1949. Cependant, il est faux de croire que ces deux événements très médiatisés se sont produits en réponse au déclenchement de la guerre froide, conventionnellement imputée à l’Union soviétique, après la fin de la Seconde Guerre mondiale. En réalité, les Américains souhaitaient étendre leur influence économique et politique outre-Atlantique et la France était dans leur ligne de mire au moins depuis le débarquement de leurs troupes en Afrique du Nord à l’automne 1942. Ils ont profité de la faiblesse de la France d’après-guerre pour lui offrir une « aide » assortie de conditions qui, à l’instar de celles du prêt-bail à la Grande-Bretagne, ne manqueraient pas de faire du pays bénéficiaire un partenaire subalterne des États-Unis. Comme le démontre Lacroix-Riz dans son livre, cette réalité s’est concrétisée non pas lorsque la France a souscrit au plan Marshall, mais lorsque ses représentants ont signé les accords issus des négociations Blum-Byrnes, qui n’ont pas fait l’objet d’un grand battage médiatique. C’est alors, au printemps 1946, que la France, à l’insu de la majorité de ses citoyens, fait ses adieux à son statut de grande puissance et rejoint les rangs des vassaux européens de l’Oncle Sam.


Source : Counter Punch

Traduit de l’anglais par Falasteen pour Investig’Action


Notes :

1 Eisenberg, p. 322.

2 See e.g. the article by Kierkegaard.

3 See Pauwels (2016), pp. 447-49.

4 “Economies of scale”.

5 See Pauwels (2017), pp. 144-54.

6 Pauwels (2017), p. 168. The total value of American investments in Nazi Germany, involving no less than 553 corporations, rose to $450 million by the time of Hitler’s declaration of war against the United States in December 1941.

7 Pauwels (2017), pp. 63-65.

8 Quotation from Ambrose, p. 66.

9 Lacroix-Riz, p. 13.

10 Zinn, p. 404: “Quietly behind the headlines in battles and bombings, American diplomats and businessmen worked hard to make sure that when the war ended, American economic power would be second to none in the world… The Open Door policy of equal access would be extended from Asia to Europe”.

11 Lacroix-Riz, pp. 116-17.

12 Lacroix-Riz, p. 9.

13 For details, see Pauwels (2017), pp. 199-217.

14 Lacroix-Riz refers to Bruce Kuklicks’s pioneering work focusing on this theme. For more on the importance of postwar Germany to the US, see Pauwels (2015), p. 249 ff.

15 Lacroix-Riz, p. 198.

16 Lacroix-Riz, pp. 203, 206-208.

17 Lacroix-Riz, pp. 170-72, 174-83.

18 Lacroix-Riz, p. 409.

19 Lacroix-Riz, p. 331.

20 Kolko, p. 235.

21 Lacroix-Riz, pp. 413-14.

22 « Blum–Byrnes agreement ».

23 Lacroix-Riz, p. 326 ff. Lacroix-Riz has examined the case of Ford France’s wartime collaboration in an earlier book on French industrialists and bankers during the German occupation.

24 “Blum–Byrnes agreement”.

25 Lacroix-Riz, pp. 336-37, 342-43.

26 Lacroix-Riz, pp. 199-202. The “Battle of Production” is a subject Lacroix-Riz focused on in her 1981 doctoral dissertation as well as other writings. On the benefits of historical nationalizations in France, see also the article by Paul Cohen.

27 Lacroix-Riz, pp. 277, 329-30, 363.

28 Lacroix-Riz, p. 338.

29 Lacroix-Riz, p., pp. 416-17.

30 Lacroix-Riz, pp. 342-43, 345-46

31 Lacroix-Riz, p. 408 : « L’Assemblée nationale devrait donc adopter en bloc tout ce qui figurait dans la plus grosse pièce du millefeuille officiel des accords Blum-Byrnes ».

32 Lacroix-Riz, pp. 334-37, 354-55.

33 Lacroix-Riz, pp. 323-26.

34 Lacroix-Riz, pp. 271, 340.

35 Lacroix-Riz, pp. 342-43, 345-46

36 Lacroix-Riz, p. 376 ff.

37 Lacroix-Riz, pp. 114-15, 122, 386, 415.

38 Lacroix-Riz, p. 273.

39 Lacroix-Riz, p. 418.

40 Lacroix-Riz, pp. 170-72, 174-83.

41 Lacroix-Riz, p. 57-58, 417.




La vraie mondialisation, c’est la technique

[Source : iatranshumanisme.com]

Par JAESA

Bernard Charbonneau & Jacques Ellul. Deux libertaires gascons unis par une pensée commune

Extraits :
La technique

C’est en 1954 que Jacques Ellul fait paraître La Technique, ou l’enjeu du siècle, premier essai d’une trilogie consacrée à la technique qu’accompagneront Le Système technicien (1977) et Le Bluff technologique (1987). Quatre propositions y sont exposées : Tout progrès technique se paie. Le progrès technique soulève plus de problèmes qu’il n’en résout. Les effets néfastes du progrès technique sont inséparables de ses effets favorables. Tout progrès technique comporte un grand nombre d’effets imprévisibles. Qui plus est, la technique est potentiellement totalitaire, elle épuise les ressources naturelles et rend l’avenir impensable. Toutes les anciennes civilisations s’uniformisent sur le mode technicien : la vraie mondialisation, c’est la technique.

La technique est le concept clé de l’œuvre d’Ellul, l’équivalent de la notion de capital pour Marx :

Jacques Ellul :

« Je m’étais posé la question suivante : “Si Marx vivait en 1940, quel serait pour lui l’élément fondamental de la société, celui sur lequel il centrerait sa réflexion ?” Au XIX e siècle, où l’économie était décisive, la formation du capitalisme était cet élément le plus significatif. De nos jours, ce n’est plus l’économie mais la technique. Le capitalisme est une réalité déjà historiquement dépassée. Il peut bien durer un siècle encore, cela n’a plus d’intérêt historique. Ce qui est nouveau, significatif et déterminant, c’est le reste : le développement de la technique. Je me suis donc mis à étudier la technique en employant autant que je pouvais une méthode proche de celle que Marx avait employée un siècle plus tôt pour étudier le capitalisme. »

« On sait que chez Marx, c’est le travail qui crée de la valeur. Or nous sommes obligés de constater que, dans une société devenue extrêmement technicienne, le facteur déterminant est la recherche scientifique, d’une part, et d’autre part l’application de la science sous la forme de la technique. C’est cela qui crée de la valeur. »

« Lorsque nous parlons de technique, nous avons l’habitude de penser à la machine, alors que c’est une erreur de penser que la technique est constituée pour l’essentiel de machines. Avec le développement des techniques d’information et communication, on commence à prendre conscience que la machine n’est que l’un des phénomènes multiples de la technique. La recherche de méthodes rationnelles, efficaces, ne s’exprime pas seulement dans la construction d’engins matériels, de machines, mais s’étend à toutes les activités humaines. Par exemple, les techniques d’organisation d’une société, d’un groupe, n’ont pas besoin d’appareil d’ordre mécanique. Il en va de même des techniques psychologiques. J’ai ainsi étudié la propagande, la publicité, qui sont des techniques. »

Ellul distingue l’opération technique du phénomène technique, qu’il définit comme « la préoccupation de l’immense majorité des hommes de notre temps, de rechercher en toute chose la méthode absolument la plus efficace ». C’est pourquoi il insiste pour utiliser le terme « technique » à la fois plus englobant et plus précis que celui de « technologie ».

« Lorsque j’emploie le mot “technique”, je n’entends pas exactement la même chose que dans “technologie”. Je sais qu’habituellement on confond les deux choses. Étymologiquement, technologie veut dire le discours sur la technique. Quand je parle de technique, je parle du phénomène technique, de la réalité de la technique. Quand je considère une automobile, le moteur de l’automobile, c’est de la technique, ce n’est pas de la technologie. L’étude du moteur, et le discours sur le moteur, c’est la technologie. Mais le phénomène lui-même doit être appelé technique. »

L’ambivalence de la technique

La technique n’est ni bonne ni mauvaise, et surtout elle n’est jamais neutre. « Ce que nous prenons pour la neutralité de la technique n’est que notre neutralité vis-à-vis d’elle », affirme Charbonneau. Contrairement à ce que dit la propagande, elle ne dépend pas des usages qu’on en fait mais elle modifie profondément le milieu dans lequel elle se déploie et modèle les hommes qui l’utilisent. Les solutions techniques aux problèmes techniques entretiennent le mal qu’elles prétendent soigner.

Jacques Ellul :

« Il y a l’ambivalence de la technique : chaque technique qui apparaît apporte avec elle des effets positifs et des effets négatifs, mêlés les uns aux autres. C’est une vue tout à fait simpliste de penser que l’on peut les séparer, éliminer les effets négatifs et retenir les effets positifs. À chaque progrès technique, il y a accroissement d’effets positifs et accroissement d’effets négatifs dont nous ne savons généralement rien. Ce que nous pouvons prévoir avec certitude, si la croissance technicienne continue, c’est un accroissement du chaos. »

La technique aliène l’homme

Enivré par sa passion technicienne, l’homme moderne est sans doute plus puissant que ses ancêtres, mais certainement pas plus libre. La technique renforce l’État : une société technicienne est nécessairement une société de surveillance et de contrôle. Et du contrôle à la contrainte, il n’y a qu’une étape, que nous sommes en train de franchir.

Jacques Ellul :

« La technique conduit à deux conséquences : la suppression du sujet et la suppression du sens.

  • Suppression du sujet.
    La technique a un pouvoir d’objectivation. Le sujet ne peut pas se livrer à des fantaisies purement subjectives : dans la mesure où il est entré dans un cadre technique, le sujet doit agir comme la technique l’impose. Cette suppression du sujet par la technique est acceptée par un certain nombre d’intellectuels, Michel Foucault par exemple, qui estiment que l’on peut très bien abandonner le sujet.
  • Suppression du sens.
    Les finalités de l’existence semblent progressivement effacées par la prédominance des moyens. La technique, c’est le développement extrême des moyens. Tout, dans le développement technique, est moyen et uniquement moyen, et les finalités ont pratiquement disparu. La technique ne se développe pas en vue d’atteindre quelque chose, mais parce que le monde des moyens s’est développé. En même temps, il y a suppression du sens, du sens de l’existence dans la mesure où la technique a développé considérablement la puissance. La puissance est toujours destructrice de valeur et de sens. Là où la puissance augmente indéfiniment, il y a de moins en moins de significations. »

Au total, la suppression du sujet et la suppression du sens sont des conséquences importantes de la technique et contribuent au malaise et au malheur de l’humanité.

LIRE AUSSI 🔖 Transhumanisme : A la limite des valeurs humanistes

La technique comme milieu et comme système

La technique ne se contente pas d’être le facteur principal ou déterminant, elle est devenue système. Un univers qui se constitue lui-même en système symbolique.

Jacques Ellul :

« La technique est donc devenue un milieu, mais elle est aussi devenue un système : un ensemble d’éléments intégrés les uns aux autres, situés les uns par rapport aux autres et réagissant les uns sur les autres. »

« Personne n’a pris le commandement du système technicien pour arriver à un ordre social et humain correspondant. Les choses se sont faites par la force des choses, parce que la prolifération des techniques médiatisée par les médias, par la communication, par l’universalisation des images, par le discours humain (changé) a fini par déborder tous les obstacles antérieurs, par les intégrer progressivement dans le processus lui-même, par encercler les points de résistance qui ont pour tendance de fondre, et cela sans qu’il y ait de réaction hostile ou de refus de la part de l’humain, parce que tout ce qui lui est dorénavant proposé, d’une part, dépasse infiniment toutes ses capacités de résistance (dans la mesure où il ne comprend pas, le plus souvent, de quoi il s’agit), d’autre part est dorénavant muni d’une telle force de conviction et d’évidence que l’on ne voit vraiment pas au nom de quoi on s’opposerait. S’opposer, d’ailleurs, à quoi ? On ne sait plus, car le discours de captation, l’encerclement, ne contient aucune allusion à la moindre adaptation nécessaire de l’homme aux techniques nouvelles. Tout se passe comme si celles-ci étaient de l’ordre du spectacle, offert gratuitement à une foule heureuse et sans problème. »

L’autonomie de la technique

Ellul a voulu montrer comment la technique se développe selon sa propre logique, en dehors de tout contrôle humain. Comment, dans son rêve prométhéen, l’homme moderne, en voulant domestiquer la nature, n’a fait que créer un environnement artificiel plus contraignant encore. Il pense se servir de la technique alors que c’est lui qui la sert. Les moyens sont érigés en fins et la nécessité en vertu.

Jacques Ellul :

« La technique augmente d’elle-même pour ses propres motifs, avec ses propres causalités. L’homme qui intervient dans le système technicien, intervient en tant qu’instrument de la technique et non pas en tant que son maître. La technique a un pouvoir d’accroissement intrinsèque. »

La technique est par conséquent causa sui, sa propre cause, ce qui fait d’elle un transcendant, un nouveau sacré qui a arraché cette place à la nature en la détruisant et en couchant chaque année sur l’autel du sacrifice des millions d’êtres humains. « Ce n’est pas la technique qui nous asservit mais le sacré transféré à la technique. » Le phénomène technique tient à la fois de l’idolâtrie et du messianisme.

Selon la loi de Gabor, tout ce qui peut être fait sera fait. « Il est faux que ce soit l’intérêt grossièrement pécuniaire, le goût du profit qui amène le vilain capitaliste à utiliser la technique. Ce n’est pas la recherche du profit qui est déterminante mais le jeu de la technostructure. » Autonome par rapport à la morale et à la politique, la technique l’est tout autant vis-à-vis de l’économie.

Jacques Ellul :

« Ce n’est pas la loi économique qui s’impose au phénomène technique, c’est la loi du technique qui ordonne, sur-ordonne, oriente et modifie l’économie. Celle-ci est un agent nécessaire. Elle n’est ni le facteur déterminant, ni le principe d’orientation. La technique obéit à sa propre détermination, elle se réalise elle-même. »

« Dire que la technique ne fonctionne qu’au travers d’une classe, c’est ne pas voir que précisément chacun participe à tous les niveaux au système technicien. La technique devient un processus sans sujet. Tous les hommes de notre temps sont tellement passionnés par la technique, tellement assurés de sa supériorité, tellement enfoncés dans le milieu technique, qu’ils y travaillent tous, que dans n’importe quel métier chacun recherche le perfectionnement technique à apporter, si bien que la technique progresse en réalité par suite de cet effort commun. »

LIRE AUSSI 🔖 Le « super-soldat » à l’épreuve du réel

« Le sujet de la liberté et celui de la soumission sont intervertis ; les choses sont libres, c’est l’homme qui ne l’est pas » écrivait Günther Anders, auquel faisait écho Ellul : « Il n’y a pas d’autonomie de l’homme possible face à l’autonomie de la technique. » Cette idée d’autonomie de la technique, qui semble évacuer la question de la responsabilité et celle de la résistance, continue d’être discutée et demande à être critiquée. Il y a souvent confusion entre la logique intrinsèque, latente et potentielle, de la technique et sa mise en œuvre par des hommes, ingénieurs et capitalistes, appartenant à cette technocratie qui concentre à la fois le savoir, l’avoir et le pouvoir. Ces technocrates ont combattu avec tous leurs moyens pour le développement du système technocapitaliste, alors que d’autres hommes — artisans, paysans, ouvriers, luddites, romantiques, écologistes etc. —, ont résisté de toutes leurs forces et ont perdu.

On ne devrait pas opposer le jeu des structures à l’initiative des hommes et des groupes sociaux, puisque les deux facteurs se combinent et interagissent. La logique virtuelle des « choses » représente bien le côté automate du système technicien et du capitalisme technologique, mais cet automatisme reste sans effet tant qu’il n’est pas activé et actualisé par des hommes. De même qu’un logiciel ou un programme informatique ne peut rien tant que des informaticiens ne le créent pas, ne l’implémentent pas, ne l’installent pas sur une machine. Il faut en amont un décideur et un financier, et en aval des usagers et des consommateurs qui actualisent le potentiel logique de « la force des choses », et qui le font contre la volonté d’autres hommes, qui de leur côté combattent pour d’autres « logiques des choses », radicalement opposées.

L’autonomie de la technique est donc relative. Ellul ne cessait de répéter qu’il n’y a pas de fatalité technicienne (sa vie, son œuvre et ses engagements le prouvent), que sans la participation et le consentement des hommes la technique n’est rien, son pouvoir s’effondre : c’est notre démission qui rend possible cette autonomisation. Où l’on retrouve La Boétie…

Jean-Luc Porquet a judicieusement titré son essai « Jacques Ellul, l’homme qui avait (presque) tout prévu ». À la lecture des livres de l’auteur du Bluff technologique, on ne peut qu’être en effet stupéfait de sa prescience, celle par exemple, dès 1972, du big data et des banques de données, quand l’informatique en était encore aux cartes perforées :

« Alors que des millions d’hommes s’excitent sur le problème de la propriété privée, personne ne réagit en face de l’utilisation de l’ordinateur pour le contrôle de la vie privée et la concentration des renseignements sociaux dans des banques de faits. Aucun parti politique ni groupe de pression n’agit et l’opinion publique reste indifférente : c’est trop abstrait. »

Il en va de même pour Bernard Charbonneau, qui en 1935, aux premiers balbutiements de la publicité, en avait saisi toute la nature :

« La publicité est une de ces maîtresses invisibles de nos journées. Elle a été servie par l’invention de moyens d’évidence qui peuvent rendre le mensonge plus réel que la réalité. Le développement de la publicité et de son efficacité est étroitement lié aux progrès de la TSF, du cinéma, de la grande presse. Il est encore lié à l’accroissement considérable de puissance que le progrès technique et le jeu de l’argent peuvent mettre entre les mains des incapables là où autrefois la dure sélection d’une nature indomptée opérait un tri grossièrement normal. Celui qui couperait le nerf publicitaire transformerait cent fois plus profondément notre civilisation que par n’importe quelle aventure politique. »

Mais avoir raison avant tout le monde est un privilège qui se paie par la solitude et la vindicte des imbéciles. Aujourd’hui, alors que la plupart de leurs prévisions se sont réalisées, que peuvent encore nous apporter Ellul et Charbonneau ? Comment ont-ils appliqué leur pensée ? Quels sont leur héritage et leurs héritiers ?

Le fichier PDF de la version en ligne (reproduction et diffusion libre) est disponible en cliquant ici.

Vous pouvez également commander l’ouvrage (84 pages, format 154 x 236) en envoyant vos coordonnées à l’adresse : lesamisdebartleby@free.fr (Participation aux frais d’impression et d’envoi : 10 euros) via Les Amis de Bartleby




Paul Watzlawick et les pathologies occidentales

Par Nicolas Bonnal

La guerre contre la Russie devait être la solution : elle est devenue le problème. L’Europe technocratique supranationale devait être la solution : elle est le problème. Le vaccin devait être la solution : il est devenu le problème. On continue ?

On va voir plusieurs aspects du problème (vous savez, « la solution c’est le problème »). Le légendaire Paul Watzlawick avait souligné le caractère gothique de nos monstrueux systèmes de « santé » : la multiplication par trente des dépenses médicales a créé les conditions d’un effondrement humain : faible, endetté, complexé, le citoyen serait bon pour les abattoirs de la postmodernité et pour soixante vaccins par an. Tournant le dos aux enseignements de Jünger (dans les années cinquante — voyez mes textes) ou de Rudolf Steiner (dans les années vingt), le petit blanc occidental se donne aux monstres et aux charlatans des hôpitaux (Debord, Commentaires) pour un oui ou pour un non.

Deux caractères m’enchantent chez Watzlawick, sa culture littéraire qui est la mienne — et son humour. Pour Watzlawick la solution est souvent le problème : et la presse britannique découvre l’écrasante défaite aujourd’hui de l’Ukraine et de l’OTAN face à l’ours d’argile russe… Toutes les solutions de nos technocrates et politiciens froncés n’ont fait que créer de nouveaux problèmes sans jamais rien solutionner. Ce Watzlawick est un sage taoïste ironisant face au triomphe apocalyptique-millénaire des bureaucrates.

Mais laissons-lui la parole.

Faites vous-même votre malheur, début du livre :

« Ce que les directeurs de zoo pratiquent dans leur modeste domaine, les gouvernements modernes tentent de l’accomplir à l’échelle nationale : confits dans la sécurité, il faut que les citoyens mènent une existence dégoulinante de bonheur du berceau jusqu’à la tombe. Pour atteindre ce noble objectif, il faut, entre autres choses, entreprendre et mener sans relâche l’éducation du public pour lui permettre d’accéder à des niveaux toujours plus élevés d’incompétence sociale. Il ne faut donc pas s’étonner de voir l’accroissement vertigineux des sommes consacrées dans le monde à la santé publique et aux diverses entreprises à caractère social. »

L’ironie dénonce cette attitude protectrice (cf. Tocqueville) qui débouche sur ses conséquences tragi-comiques et catastrophiques :

« Donnons quelques exemples : le total des dépenses de santé des États-Unis s’est élevé de 12,7 milliards de dollars en 1950 à 247,2 milliards en 1980. Les seules dépenses de médicaments et d’articles médicaux sont passées de 3,7 milliards à 19,2 milliards pendant la même période. Et les dépenses de Sécurité sociale ont connu une évolution aussi faramineuse, passant de 23,5 milliards en 1950 à 428,4 milliards en 1979 (24). Pour prendre un seul exemple européen, les statistiques actuelles font apparaître en Allemagne de l’Ouest une dépense quotidienne de 450 millions de DM pour le système de santé, c’est-à-dire trente fois plus qu’en 1950. Elles montrent aussi que l’on compte à tout moment une moyenne de 10 millions de personnes malades en République fédérale et que le citoyen moyen d’Allemagne de l’Ouest engloutit trente mille comprimés dans le cours de sa vie. »

On répète parce que c’est drôle : « le citoyen moyen d’Allemagne de l’Ouest engloutit trente mille comprimés dans le cours de sa vie. »

Et vous ? Et moi ?
Certes un système aussi tragicomique ne peut être interrompu. Il doit aller au bout comme le Titanic de la « civilisation » moderne dont a parlé Jünger dans son Rebelle :

« Que l’on imagine ce qui nous arriverait en cas de ralentissement, voire ce qu’à Dieu ne plaise ! — d’inversion de cette tendance. Des ministères entiers et toutes sortes d’autres institutions monstrueuses s’effondreraient, des pans entiers de l’industrie feraient faillite et des millions d’hommes et de femmes se retrouveraient au chômage. Pour participer à la lutte contre l’éventualité d’un tel désastre, j’ai conscience du rôle modeste mais réel que peut jouer ce petit livre. »

La clé c’est ça. L’État moderne rend le citoyen nul et incapable, dépendant jusqu’au suicide — Tocqueville toujours et cette puissance publique, ce souverain qui nous enlèvera le trouble de penser et la peine de vivre, qui nous débarrassera, dit Pearson vers 1990 du fardeau de la personnalité :

« L’État moderne a si grand besoin de l’impuissance et du malheur toujours croissant de ses citoyens qu’on ne peut laisser la satisfaction d’un tel besoin à la seule initiative individuelle, quelles qu’en soient les bonnes intentions. Comme dans tous les autres domaines de la vie humaine, le chemin de la réussite passe ici par la planification et le dirigisme de l’État. Être malheureux est certes à la portée du premier venu. »

Après l’art de se rendre malheureux devient une occupation à plein temps, via la pharmacie ou les livres de « développement personnel » (défense de rire) :

« Mais se rendre malheureux, faire soi-même son propre mal heur sont des techniques qu’il faut apprendre : à cet apprentissage-là, quelques coups du destin ne suffisent pas. Or, même dans les écrits des professionnels (c’est-à-dire des psychiatres et des psychologues), les renseignements utiles sont rares et le plus souvent fournis au hasard, en dehors de toute intention de l’auteur… »

Mais venons-en à l’oncle Sam.

Dans son guide non conformiste pour l’usage de l’Amérique, Watzlawick règle ses comptes avec la matrice de Palo Alto qui fit sa fortune et sa célébrité. Le bouquin est en effet un règlement de comptes digne de figurer dans le répugnant brûlot de Philippe Roger sur les antiaméricains de tout poil, qui comme on sait ont perdu la partie en France et en Europe — car plus l’Amérique sombre et devient folle (militairement, démographiquement, politiquement, culturellement et économiquement), plus elle fascine et domine les esprits européens réduits à l’état de zombis et de suicidaires bellicistes-écologistes. Il reste aux politiciens européens à liquider la population locale sur ordre des labos, des GAFAM et des fonds de pension US (merci aux dibbouks de Kunstler et à cette volonté du Tikkoun olam qui devait réparer le monde — sont-ils stupides ou vraiment mal intentionnés ?). Le problème est qu’en réduisant la population de leurs ouailles ici comme au Japon (-800 000/an depuis le vaccin) les « élites » américaines détruisent aussi leur capacité de nuire à l’échelle planétaire. Mais quand on dispose d’indices boursiers éternellement stratosphériques (quarante fois la valeur de 1980 quand l’or entre-temps n’a que triplé, et cinq fois celle de 2009), on peut tout se permettre, pas vrai ?

On sait que fille de l’Europe l’Amérique l’a toujours voulue détruire (le vieux continent est devenu une vieille incontinente), ce qui est devenu possible à partir de la Première Guerre Mondiale. Ruinée et dépeuplée par cette guerre, l’Europe devient une colonie US, achève de se ruiner avec la Deuxième Guerre Mondiale qui se fait sur ordre américain (voir Frédéric Sanford, Barnes, Preparata, etc.) et ensuite peu à peu dépose les âmes et les armes. Elle n’est qu’un ombre et la construction européenne apparaît pour ce qu’elle est : une déconstruction sur ordre « anglo-saxon », qui aujourd’hui revêt un caractère haineux et carrément exterminateur.

Je reviendrai sur la lucidité des grands écrivains américains quant à la faculté de nuisance US qui est apparue dès la première moitié du dix-neuvième siècle : de Poe à Lovecraft en passant par Twain ou Hawthorne, il n’est pas un grand esprit US qui n’ait vu la catastrophe matérialiste et illuministe arriver : même Walt Whitman (voyez mon texte) en avait très bien parlé, une fois raccrochés ses crampons de moderniste. Après la guerre de quatorze poursuivie pour les banquiers et la possession de la terre feinte, écrivains et dernières élites de souche anglo-saxonne culturelles décampent et vont sur l’Italie ou Paris ; et pendant que Stefan Zweig dénonce l’américanisation-uniformisation du monde (il dit bien que c’est la même chose), uniformisation qui repose sur le matérialisme, l’abrutissement et l’industrie culturelle (quelle alliance de mots tout de même), le banquier américain commence sa conquête de l’Europe, celle qui ravit nos leaders.

Donc dans son livre sur l’Amérique Watzlawick insiste sur la haine du père. Pays de grand remplacement et d’immigration, l’Amérique désavantage le père à partir des années 1870-1880.

« Les relations avec le père géniteur sont toutes différentes. Au début de son traité The American People, devenu un classique, l’anthropologue britannique Geoffrey Gorer analyse le phénomène typiquement américain du rejet du père, et l’attribue à la nécessité, qui s’imposait pratiquement à chacun des trente millions d’Européens qui émigrèrent aux États-Unis entre 1860 et 1930, de s’adapter aussi vite que possible à la situation économique américaine. Mais, en s’efforçant de faire de ses enfants (généralement nés aux États-Unis) de “vrais” Américains, il devint, pour ces derniers, un objet de rejet et de dérision. Ses traditions, ses connaissances insuffisantes de la langue et surtout ses valeurs constituaient une source de gêne sociale pour la jeune génération qui fut, à son tour, victime de la réprobation de ses enfants. »

Oui l’homme immigré est toujours désavantagé et ne peut plus éduquer ses enfants, car il ne maîtrise pas assez la nouvelle langue et sa nouvelle sous-culture de sport, de consommation ou de télévision. Lipovetsky en avait bien parlé pour les Maghrébins en France. Dans la démocratie cool et nihiliste qu’il décrit, les parents n’ont plus droit de cité (sic). Comme dit ailleurs Guy Debord, on ressemble à son temps plus qu’à son père. Le grand livre de Booth Tarkington, la Splendeur des Amberson, mal adapté sur ce point essentiel par l’agent communiste et New Deal Orson Welles, en parle de ce grand remplacement. La technologie actuelle accélère l’inadaptation paternelle.

Mais le maître enfonce encore le clou :

« Ce rejet du père comme symbole du passé va de pair avec la surestimation des valeurs nouvelles et donc de la jeunesse. Le trentième anniversaire est cette date fatidique qui vous met au rebut du jour au lendemain, et mieux vaut ne pas parler du quarantième. Il en va de même avec l’engouement pour tout ce qui est nouveau, et tire sa qualité de cette nouveauté, même s’il s’agit d’une vieillerie sortie tout droit du magasin de friperie. »

La société de consommation s’impose et impose la rapide consommation sexuelle ou autre des femmes (Ô James Bond et le Tavistock Institute !) et des hommes (aujourd’hui confondus dans le sac unisexe) :

« Les slogans proclament imprimés sur les emballages des produits du supermarché même si l’on peut supposer, à juste titre, que farine ou aspirine, il s’agit toujours du même produit. Et le modèle de l’année d’un type d’automobile doit se distinguer du précédent, au moins par une enjolivure, même si ce qui importe, la technique de construction, n’a pas changé depuis des années. »

L’idéal totalitaire va s’imposer : on oublie la famille et on impose un groupe manipulé par un conditionnement ou un danger extérieur (pensez à ces films des années 70 qui bâtis sur l’implosion terminale de la famille imposent la naissance d’un groupe tenu par la peur et l’obéissance à un prêcheur ou un chef-clone issu du Deep State) ; Watzlawick encore :

« A cette foi utopique en l’avenir et au rejet du passé s’ajoute un autre élément, déjà évoqué : l’égalité et la stéréotypie, une éducation fondée sur l’intégration à la communauté. Cette félicité à venir devra être partagée à parts égales, il ne saurait être question de privilèges individuels. Depuis le jardin d’enfants, on inculque aux Américains qu’ils font partie d’un groupe, et que les valeurs, le comportement et le bien-être de ce groupe sont prépondérants. Toute pensée individuelle est répréhensible, sans parler d’une attitude non conforme. Les enseignants s’adressent à leurs élèves comme à un collectif, en se servant du mot class : Class, you will now write a composition about…, et cette entité amorphe qu’est la classe commence sa rédaction. Alors qu’un Européen ne supporte pas d’être pris pour Monsieur Tout-le-Monde, le souci majeur d’un Américain est de ne pas dévier des normes du groupe. »

Ce groupe totalitaire et festif, abruti et bien soumis a donné en Europe les fous de Bruxelles et cette communauté européenne qui nous promet guerre, misère, Reset et totalitarisme informatique.

Mais venons-en au dernier point, le plus tragi-comique : « Il suffit d’insister ».

On sait que l’occident ne veut plus s’arrêter quel que soit le sujet : sanctions, guerres, guerre mondiale, sanctions, dette, propagande, vaccin, sanctions, Reset, mondialisme, féminisme, antiracisme, immigration sauvage, sanctions toujours (treize doses pour rien), Europe, etc. Et s’il y a des problèmes, c’est qu’il n’y a pas assez de tout cela. C’est qu’on n’a pas assez insisté, comme dit notre psychologue et humoriste, qui semble avoir été doté d’une double personnalité.

On l’écoute (extrait de son extraordinaire « Faites vous-même votre malheur ») :

« Cette formule apparemment toute bête : “il suffit d’insister”, est l’une des recettes les plus assurément désastreuses mises au point sur notre planète sur des centaines de millions d’années. Elle a conduit des espèces entières à l’extinction. C’est une forme de jeu avec le passé que nos ancêtres les animaux connaissaient déjà avant le sixième jour de la création… »

La solution souvent n’est plus adaptée ; mais au lieu de le reconnaître, on INSISTE. Watzlawick :

« L’Homme, comme les animaux, a tendance à considérer ces solutions comme définitives, valides à tout jamais. Cette naïveté sert seulement à nous aveugler sur le fait que ces solutions sont au contraire destinées à devenir de plus en plus anachroniques. Elle nous empêche de nous rendre compte qu’il existe — et qu’il a sans doute toujours existé — un certain nombre d’autres solutions possibles, envisageables, voire carrément préférables. Ce double aveuglement produit un double effet. D’abord, il rend la solution en vigueur de plus en plus inutile et par voie de conséquence la situation de plus en plus désespérée. »

On répète, car on boit du « petit laid » : « D’abord, il rend la solution en vigueur de plus en plus inutile et par voie de conséquence la situation de plus en plus désespérée. »

Le maître autrichien poursuit :

« Ensuite, l’inconfort croissant qui en résulte, joint à la certitude inébranlable qu’il n’existe nulle autre solution, ne peut conduire qu’à une conclusion et une seule : il faut insister. Ce faisant, on ne peut que s’enfoncer dans le malheur. »

Watzlawick redéfinit ce phénomène :

« Ce mécanisme, depuis Freud, assure l’existence confortable de générations de spécialistes qui ont toutefois préféré à notre “il suffit d’insister” un terme de consonance plus scientifique : névrose. »

Ensuite il reformule cette aberration du comportement qui est l’essence du comportement apragmatique contemporain :

« Mais qu’importe le terme, pourvu qu’on ait l’effet. Et l’effet est garanti aussi longtemps que l’étudiant s’en tient à deux règles simples. Premièrement, une seule solution est possible, raisonnable, autorisée, logique ; si elle n’a pas encore produit l’effet désiré, c’est qu’il faut redoubler d’effort et de détermination dans son application. Deuxièmement, il ne faut en aucun cas remettre en question l’idée qu’il n’existe qu’une solution et une seule. C’est sa mise en pratique qui doit laisser à désirer et peut être encore améliorée. »

Nous allons à la catastrophe. Mais ce n’est pas grave. Ils trouveront bien quelque chose…




La Russie et l’Agenda 2030

Agenda 2030, Russie et forum de DAVOS, Poutine Young leader (?), technoautoritaire ! Alexandre Frussien, chef d’entreprise français qui vit en Russie, vous dit tout !

https://www.ruspatriation.com




Comment survivre en pathocratie

[Sourcce : neosante.eu]

Par Éric Le Gal

On observe depuis des années que ceux qui nous dirigent semblent frappés de traits psychologiques particuliers et pathologiques. La multiplication des comportements de type perversion narcissique, psychopathie, absence totale d’empathie et bien d’autres sont la marque de nombreux dirigeants politiques et privés.
Le problème est que quand ces personnes se retrouvent au pouvoir, elles en viennent à créer un climat de doute sur la santé mentale propre des citoyens en générant des comportements sociaux eux aussi devenus pathologiques.
Comment s’en prémunir ? Comment garder sa santé mentale quand toute la société semble proche de disjoncter ? Comment survivre en « pathocratie » ?

Depuis des années, et pas seulement depuis le « traitement » politique de la crise du coronavirus, les sociétés contemporaines sont confrontées aux aberrations des décisions de leurs dirigeants. Depuis quatre ans, la tendance semble s’être alourdie. On se souvient tous des injonctions contradictoires, des revirements brutaux et violents, de l’absurdité flagrante de certaines mesures. On se souvient aussi du traitement particulièrement violent et discriminatoire des oppositions comme les gilets jaunes ou les opposants au pass sanitaire. La plupart des citoyens confrontés à ces mauvaises décisions et comportements néfastes attribuent ces maux à l’incompétence, à l’ignorance, à la bêtise et à la corruption des politiciens. Mais le mal est probablement bien plus profond et ne pas savoir le reconnaître est notre faiblesse, nous rendant incapables de le combattre et de nous en prémunir.

Voyage en ponérologie

Une discipline malheureusement peu connue en France, la ponérologie1, développée par un collectif de psychiatres polonais durant l’occupation soviétique de leur pays, étudie les causes scientifiques des périodes d’injustice sociale et morale. C’est littéralement l’étude biologique et psychopathologique du mal.

L’idée essentielle de cette discipline est de comprendre pourquoi, alors que dans n’importe quel groupe humain à peine 0,6 % à 1 % d’individus sont marqués par des troubles graves de la personnalité, notamment la psychopathie au sens clinique du terme, il est possible que certaines sociétés et groupes humains soient dirigés par une minorité d’individus montrant des signes évidents de ces troubles. La psychopathie et les caractéropathies associées sont caractérisées par l’absence totale d’empathie, l’incapacité à éprouver du remords et plus généralement un mode de fonctionnement émotionnel complètement déviant et anormal. Un psychopathe est incapable de comprendre le mal qu’il peut faire aux autres, de distinguer ce qui est sain de ce qui est malsain et de maîtriser ses accès d’émotions perturbatrices. Au mieux, il sera capable de comprendre que socialement ses comportements sont source de problèmes, mais au lieu de chercher à se transformer, il va enfouir et cacher ses penchants derrière un masque de « normalité » appelé « masque de santé mentale » (mask of sanity).

On entre en pathocratie quand ces psychopathes, au lieu de dépenser leur énergie à faire profil bas pour se faire oublier socialement, s’engouffrent dans une brèche, comme une crise grave, et s’ouvrent une fenêtre d’opportunité leur permettant d’émerger, de laisser libre cours à leurs penchants et in fine de prendre le contrôle de toute la société afin d’exercer une influence de plus en plus grande sur celle-ci. Pour ce faire, ces 1 % de la population vont attirer à eux une catégorie d’individus (6 à 10 % de la population) qui ne sont pas à proprement parler des psychopathes, mais qui souffrent d’autres troubles de la personnalité et qui se sentent libérés du carcan du masque de santé mentale en se laissant guider par ces psychopathes. Les idéologies révolutionnaires sont particulièrement propices à ce genre de phénomènes, car l’idée révolutionnaire vise à détruire un ordre établi pour en établir un autre. Les psychopathes vont utiliser cette idéologie pour détruire la société saine afin d’établir un ordre qui correspond à leurs pathologies. L’influence de cette communauté va alors grandir jusqu’à agréger à elle des gens normaux séduits par l’idéologie prise pour prétexte par les psychopathes.

Une fois achevé le processus de prise de contrôle de la société par la minorité de psychopathes, la société s’est transformée en ce que la ponérologie nomme la pathocratie, c’est-à-dire une société où la norme devient la pathologie et où l’ensemble du corps social finit par douter de sa propre santé ce qui peut menacer à terme jusqu’à sa survie. Les individus restés sains vont alors commencer à se rendre compte qu’il y a « quelque chose qui ne va pas », « quelque chose qui ne tourne pas rond », mais sont rendus incapables de comprendre la raison profonde de ce sentiment, la déviance pathologique ayant progressivement remplacé la « normalité ». Le système est d’autant plus pervers que la minorité psychopathique a besoin des « normaux » pour continuer à faire fonctionner la société, ce dont ils sont incapables par eux-mêmes. Ces psychopathes vont alors utiliser tout un panel de subterfuges pervers dont ils ont le secret.

Perversité du système pathocratique

Le problème est que les pathocrates ne se limitent pas à un rôle de parasite social élitaire ; ils insinuent des idées et des comportements déviants qui absorbés par la société vont profondément affecter chaque individu. Les personnes saines finissent par douter d’elles-mêmes jusqu’à finir par adopter ces comportements déviants, tout en ressentant un conflit intérieur, car elles ne sont pas devenues des psychopathes pour autant. Ce conflit intérieur va les miner et contribuer à développer des névroses importantes au sein de toute la population. Les pathocrates vont ensuite s’assurer de la neutralisation des gens sains d’esprit qui pourraient mettre à jour le mensonge de la société. Ils sont montrés du doigt et désignés à la masse des névrosés comme déviants dans une inversion accusatoire dont ils ont particulièrement le secret. Dans un système pathocratique, plus un individu est talentueux et sain, plus il se retrouve marginalisé, rendant même, à l’extrême, sa survie matérielle impossible dans ce système.

En toute fin, quand la société est devenue une pathocratie achevée, elle va être confrontée à l’incapacité des psychopathes au pouvoir à gérer les équilibres et l’ordre sociaux, les conduisant à renforcer le contrôle social, jusqu’à rendre le carcan invivable, y compris pour eux-mêmes et en parallèle générer un réveil des « gens normaux » qui vont prendre progressivement conscience du mensonge et du caractère parasitaire des élites pathocratiques. Pour autant, il serait faux de croire qu’il suffirait de laisser le système pathocratique s’effondrer victime de ses contradictions intrinsèques. La nature déviante des psychopathes et leur incapacité à survivre dans une société saine vont les amener à une politique de la terre brûlée, car la conservation du pouvoir est devenue, pour eux, une question de vie ou de mort. Ils sont capables d’emmener la société avec eux dans la tombe comme dans le mythe de Samson.

La première erreur que nous commettons est que nous ne condamnons cette tendance lourde de nos élites que sur un plan moral, faute de comprendre les tenants et les aboutissants du caractère profondément pathologique de la période que nous vivons. En effet, les psychopathes sont hermétiques à la morale, n’ayant ni empathie, ni conception du sain et du malsain. La ponérologie politique nous aide à mieux appréhender, mieux comprendre et mieux nous prémunir du phénomène. Quand nous commençons à reconnaître ces modes de fonctionnement dans un groupe, nous comprenons la tendance dans laquelle nous sommes ou nous risquons d’être enfermés à terme. La meilleure défense contre les psychopathes est de les reconnaître pour ce qu’ils sont et de les mettre à distance en comprenant les mécanismes mensongers de leurs discours et déviants de leurs comportements. Il ne sert à rien de négocier ou de chercher à raisonner ou modérer un psychopathe, car il en est incapable. Au contraire, il vous instrumentalisera et vous retournera au point de vous faire douter de votre propre santé mentale. Ces mécanismes de perversion narcissique typiques sont maintenant bien connus et reconnaissables à qui s’y intéresse.

Le psychopathe se croit sain, ses victimes doutent

Ensuite il faut s’en prémunir directement. D’abord, en reprenant confiance en notre propre santé mentale. Le simple fait que vous vous posiez la question de votre santé mentale est un signe de santé mentale, selon le principe du paradoxe Catch-222. Un psychopathe se croit sain et est incapable de se poser ce genre de question. Vous êtes peut-être simplement affecté d’une névrose induite par la pathocratie ambiante et par le climat de peur qu’elle génère. Et la névrose cesse quand la cause de cette névrose est identifiée et retirée. Dans bien des cas, les burnout au travail sont la résultante d’une névrose qui a été causée par un style de management pathocratique au dernier degré. En effet, de nombreuses entreprises ont développé des organisations de type pathocratique qui promeuvent essentiellement des managers et dirigeants aux traits psychopathologiques marqués. En 2016, une étude d’une université australienne confirmait que près de 21 % des dirigeants de grandes entreprises des États-Unis faisaient preuve de tendances psychopathiques plus ou moins lourdes. Dans ce contexte, c’est toute la perversité du dirigeant psychopathe qui amène l’employé malmené à prendre sa névrose pour une psychose et à sombrer dans un épuisement nerveux total. Or, dans ce cas, il convient de reconnaître cet état de fait et le seul moyen de s’en sortir est de demander de l’aide extérieure pour pouvoir s’extraire de ce cloaque.

Méthode des 4 piliers

Le « spectacle covidesque » des quatre dernières années nous a montré aussi que les milieux de l’éducation et de la médecine ont été « infectés » par des personnes aux comportements maltraitants dignes d’une pathocratie. Il faut bien comprendre dans ces cas que ces comportements psychopathologiques peuvent finir par « infecter » des individus sains, notamment les plus fragiles et les plus jeunes. La seule solution, ici, sera de fuir et de se tourner vers des organisations et des groupes encore sains.

Ensuite, il s’agira de se construire ou de se reconstruire par la réaffirmation de notre santé mentale. Pour cela, en 2018, dans ma thèse de Master à l’INSEAD, j’ai développé une méthode, inspirée de l’enseignement du Bouddha, permettant de retrouver bonheur et liberté quand tout va au plus mal. Cette méthode recourt à quatre piliers à développer :

  • La santé fondamentale,
  • La pleine présence,
  • La sagesse des émotions et
  • L’incarnation.

La santé fondamentale consiste à reconnaître que nous sommes sains avant d’être malsains, c’est-à-dire que les voiles de la maladie et de l’ignorance qui en est la cause ne sont qu’adventices. Le ciel ennuagé n’est pas le contraire du ciel ensoleillé. Le soleil et l’espace du ciel sans entrave sont toujours là, simplement recouverts par les nuages. Même pris dans la névrose ambiante de la société moderne malade et en perdition, nous possédons en notre for intérieur la santé fondamentale. Le chemin de la maladie à la santé n’est donc qu’un retour à notre état fondamental profond. Nous possédons en nous une intelligence première fondamentale que nul ne peut nous enlever et qu’aucune circonstance ne peut nous faire perdre. Si nous n’y avons plus accès au quotidien, c’est que cette intelligence et cette santé fondamentales sont voilées par l’ignorance de notre nature et de la nature réelle du monde. Il ne tient qu’à nous d’y revenir et de nous y replonger et des moyens existent pour cela.

Le premier de ces moyens est le deuxième pilier : la pleine présence. C’est un état fondamental dans lequel l’instant présent se vit dans sa fraîcheur et sa simplicité première. La source de tous nos problèmes vient de notre hyper-complexité mentale. Nous avons perdu l’habitude de ne rien surimposer à l’expérience. Nous nous sommes perdus dans une bulle mentale qui nomme, juge, qualifie et brouille tout. Tout comme l’eau non troublée est limpide, l’esprit non obstrué est heureux. Cet état est naturel et donc universel. Nul besoin d’adhérer à quoi que ce soit, de pratiquer quoi que ce soit, de fabriquer quoi que ce soit. On peut apprendre à redécouvrir puis cultiver cet état par des pratiques contemplatives faciles à intégrer et à pratiquer.

Le deuxième de ces moyens est le troisième pilier : la sagesse des émotions. Les émotions comme les pensées font partie de notre mode d’être, elles modulent notre vie en nous émouvant et nous mouvant. Il n’est donc ici question ni de nous en débarrasser, ni de les refouler, ni de les laisser nous emporter, mais de les vivre dans la pleine présence. Si certaines émotions sont problématiques et conflictuelles, ce n’est pas en raison de leur nature, mais en raison de notre saisie cognitive de celles-ci. En apprenant progressivement à les dessaisir, nous allons nous apercevoir qu’elles sont la porte vers une sagesse dont nous n’avons même pas idée. Dans la dessaisie, nous allons les transmuter de névrose en sagesse. L’ignorance devenant sagesse, la colère va devenir acuité, la vanité va devenir générosité, la séduction va se transmuter en compassion et l’envie en activité bienfaisante, etc. C’est le miracle de la dessaisie des émotions. Par cette ouverture nous allons découvrir une relation différente à l’autre et nous allons développer empathie, compassion, compréhension et équanimité. L’autre n’est plus cause de nos émotions conflictuelles, mais devient support du développement de nos qualités et de notre sagesse, y compris dans le conflit, y compris dans le crépuscule de nos temps troublés. Nous développons alors une vision sacrée du monde. Comme disait Jacques Lusseyran : « La paix n’est pas dans le monde, mais dans le regard de paix que l’on porte sur le monde. »

Enfin, le troisième de ces moyens est l’incarnation. Elle vient de la compréhension profonde que corps et esprit ne sont pas séparés, qu’il y a une inscription corporelle de l’esprit. Il ne s’agit donc pas de développer une vision désincarnée de la réalité, mais de revenir au corps, aux sensations, aux perceptions. Les psychoses sont toujours liées à un exil de l’esprit qui n’ayant pas accès au corps, à l’incorporation de l’expérience, n’a pas accès à l’empathie et à la compassion. Sans chair de l’expérience, pas d’empathie, pas de compassion et donc pas de sagesse. Il nous faut revenir aux sens, car c’est là que se fait l’expérience du réel. On voit bien la tendance actuelle de vouloir nous exiler encore plus de la chair de l’expérience par des paradis artificiels, de la réalité virtuelle, des mondes oniriques et des univers numériques. Cette bulle de faux confort, en nous exilant encore plus, nous asservit à l’hypertrophie de notre mental sous hypnose et sous influence des propriétaires des algorithmes qui nous enferment dans la névrose d’un monde qui n’est plus le nôtre. Revenir au corps, c’est reprendre le contrôle de nos vies, de nos perceptions, de nos sensations et de nos intuitions. C’est nous libérer. Le corps souvent perçu en Occident comme la prison de l’esprit devient le véhicule de notre éveil. Quittons les rivages des rêves technologiques et retournons sur la rive du réel incarné.

La guerre des consciences

Une fois que nous nous serons ainsi recentrés, il s’agira de reprendre la parole, et de dire le réel, de dénoncer le mensonge de la pathocratie. Nos langues sont devenues mortes. Une langue morte n’est pas une langue qui n’est plus parlée, c’est bien plus une langue dont les mots n’ont plus de conséquences en actes. Une langue morte est une langue qui n’engendre plus de réaction. Quand on dit que les 1 % les plus riches se sont enrichis comme jamais depuis deux ans, quand des millions de personnes, à l’opposé, sont tombées dans la pauvreté, quand sont révélées les pratiques de corruption au plus haut niveau de l’État3 et que cela n’engendre aucune réaction, c’est que la langue est morte. Quand nos contemporains passent d’une information à l’autre, « surfent » et « swipent » l’actualité dans un état de lobotomisation évident, c’est que la langue est morte. Un logos qui n’engendre plus de praxis est un logos mort4.

« Avoir l’esprit clair : la plus haute vertu.
Et l’art de vivre : dire vrai et agir d’après la nature, en connaisseur. »

nous enjoignait Héraclite. 

Confiants dans notre santé fondamentale, ancrés dans la pleine présence, ayant développé la sagesse de nos émotions, et pleinement dans la chair du réel, nous devons reprendre la parole, dire le réel d’une manière qui dévoile le mensonge de la pathocratie et les illusions et hypnoses que subissent les névrosés du système. Dire encore et encore que les comportements psychopathiques ne peuvent être la norme d’une société équilibrée et saine. Agir selon la nature en connaisseur signifie incarner ce que voulons voir advenir pour le monde.

C’est là que vient le temps de l’action. Ce ne sera ni une action visant à contrer le monde pathocratique, ni une action visant à le réformer. En effet, un bouddhiste vous dira toujours qu’on ne réforme pas le samsara, on le quitte ! Il faut ici s’appliquer à un non-agir dans ce monde, c’est-à-dire ne donner aucune énergie aux pathocrates, que ce soit une énergie de collaboration ou une énergie de lutte. Le système pathologique ne doit plus passer par soi. La pathocratie soviétique s’est bien plus effondrée du fait du « cause toujours, tu m’intéresses » des citoyens qui ont fini par faire dérailler le système, que d’une résistance organisée.

Pendant ce temps-là, comme ces végétaux que l’on nomme « mauvaises herbes », mais qui sont en fait les plantes les plus vivaces et les plus résilientes qui soient, nous devons chercher les interstices du système, les failles où nous pouvons nous installer et agir, où nous pouvons créer des îlots de santé mentale et de liberté. Les mauvaises herbes font le malheur du jardinier trop scrupuleux, car il n’y met jamais fin ; elles reviennent toujours même après un coup de désherbant toxique. Rechercher ces failles, ces anfractuosités où nous pouvons nous installer et appliquer toute notre énergie à y recréer la vraie vie.

Certains m’ont reproché récemment d’avoir employé le mot « guerre », mais je revendique ce mot au sens d’une guerre spirituelle que nous devons mener contre la guerre cognitive qui nous est faite depuis des décennies. À l’image de Guésar de Ling, roi mythique de l’Himalaya qui affronte des démons pour établir un royaume d’Éveil, nous devons affronter les démons de l’époque par un combat intérieur immense. Ce n’est pas une guerre d’affrontement direct, ni même une guerre visant au renversement de l’ennemi, mais une guerre de l’intelligence et des consciences. Renverser son ennemi n’est pas une victoire souhaitable, car il pourra toujours se relever. L’exemple flagrant est celui du nazisme : on a cru naïvement l’avoir terrassé en 1945 dans un bunker à Berlin, et le voilà qui revient sous une forme transmutée et encore plus dangereuse, car disposant de moyens hors du commun. La victoire souhaitable est celle de l’annulation totale de l’idéologie qui mène l’ennemi par la démonstration de son impossibilité ontologique. En démontrant que le contrôle total des humains et le transhumanisme sont impossibles à réaliser pour des raisons multiples trop longues à expliquer ici, nous ruinerons alors la pathocratie et en y survivant, nous nous y serons sublimés.

[Voir aussi :

Pathocratie ou Ucratie?

Comment empêcher les psychopathes et les narcissiques d’accéder aux postes de pouvoir ?

https://medium.com/lean-design/pathocratie-ou-ucratie-887480bc9400

« Dans le monde actuel, il n’est pas rare de voir des personnes qui présentent des traits de personnalité toxiques, tels que la psychopathie, le narcissisme ou le machiavélisme, occuper des positions de pouvoir et d’influence. Ces personnes sont souvent attirées par le pouvoir et cherchent à le conserver à tout prix, quitte à manipuler, mentir, trahir ou nuire aux autres.

Ce phénomène, appelé pathocratie, est l’un des principaux obstacles à la mise en place d’une gouvernance démocratique, éthique et humaniste. »

]

Notes

1 Composé du grec ancien πονηρός, ponērós (« mauvais, méchant ») et du suffixe — logie. Lire à ce sujet : La ponérologie politique : Étude de la genèse du mal, appliqué à des fins politiques d’Andrew M. Lobaczewski

2 Le paradoxe Catch-22 est lié à une question posée aux pilotes de l’armée de l’air américaine dans la Seconde Guerre mondiale. Quand un pilote réclamait le retrait des combats en affirmant qu’il souffrait de désordres mentaux, on le renvoyait au combat sous le prétexte qu’une personne réellement folle ne peut pas se rendre compte de sa propre folie…

3 De nombreuses autres informations que les règles des plateformes m’empêchent de nommer ici au risque d’être censuré, sont peut-être encore plus graves et n’engendrent pourtant aucune réaction de masse…

4 Lire à ce sujet La fin du courage de Cynthia Fleury




Voici l’arme utilisée pour détruire la classe moyenne américaine

[Source : theeconomiccollapseblog.com]

Par Michael Snyder

La classe moyenne aux États-Unis n’a cessé de se réduire et le fossé entre les ultra-riches et le reste d’entre nous s’est creusé dans des proportions absurdes. Mais il n’en a pas toujours été ainsi. Lorsque j’ai grandi dans les années 1980, presque tout le monde semblait appartenir à la classe moyenne. Bien sûr, il y avait aussi des riches et des pauvres dans les années 1980, mais la grande majorité de la population se situait confortablement quelque part au milieu. Malheureusement, les choses ont beaucoup changé depuis cette époque. Aujourd’hui, la plupart des gens que je connais sont en difficulté. Selon un rapport qui vient d’être publié, dans les 50 États, il faut désormais un revenu de plus de 100 000 dollars pour qu’une famille de quatre personnes puisse vivre le « rêve américain »…

[Voir aussi :
Près de la moitié des jeunes adultes aux États-Unis vivent avec leurs parents
et Chaos social croissant aux États-Unis]

Un nouveau rapport de GOBankingRates a utilisé ce cadre pour analyser combien d’argent une famille de deux adultes et deux enfants aurait besoin dans chaque État pour posséder une maison, une voiture et un animal de compagnie. Le rapport a recensé les dépenses annuelles essentielles estimées pour une telle famille, puis a doublé ce chiffre.

En utilisant ce cadre, GoBankingRates a constaté que les 50 États exigent un revenu annuel supérieur à 100 000 dollars, selon le rapport, et que 38 États ont besoin de plus de 140 000 dollars.

Votre famille gagne-t-elle plus de 100 000 dollars par an ?

Si ce n’est pas le cas, le « rêve américain » n’est pas pour vous.

Désolé.

Nos dirigeants ont délibérément mené des politiques dont ils savaient qu’elles provoqueraient de l’inflation, et lorsque de l’argent frais entre dans le système, il a tendance à se retrouver entre les mains de ceux qui se trouvent au sommet de la chaîne alimentaire économique.

Ainsi, les très riches s’en sortent très bien dans cet environnement économique, mais l’inflation élevée est en train d’éviscérer le reste d’entre nous.

À l’heure actuelle, le ménage américain moyen doit débourser 1 069 dollars de plus par mois pour acheter les mêmes biens et services qu’il y a trois ans…

L’inflation gagne à nouveau du terrain, obligeant l’Américain moyen à débourser beaucoup plus d’argent pour ses besoins quotidiens.

Selon les calculs de Mark Zandi, économiste en chef de Moody’s Analytics, communiqués à FOX Business, le ménage américain type a dû débourser 227 dollars de plus par mois en mars pour acheter les mêmes biens et services qu’il y a un an, en raison d’une inflation toujours élevée.

Les Américains paient en moyenne 784 dollars de plus par mois qu’il y a deux ans à la même époque et 1 069 dollars de plus qu’il y a trois ans, avant le début de la crise inflationniste.

Nous assistons à l’effondrement de la classe moyenne.

Le coût de la vie augmente plus vite que les revenus, ce qui soumet les ménages américains à un stress financier extraordinaire.

Par exemple, le coût de l’assurance automobile a augmenté de plus de 22 % au cours des 12 derniers mois…

Le coût de l’assurance automobile a augmenté de 2,6 % en mars, portant la hausse annuelle totale à 22,2 % — le taux annuel le plus rapide jamais enregistré. Par rapport au début de l’année 2021, avant le début de la crise inflationniste, l’assurance automobile est plus de 50 % plus chère.

Les coûts du logement ont augmenté à un rythme encore plus rapide.

Le paiement mensuel moyen d’une hypothèque sur une maison nouvellement achetée a augmenté de 96 % en seulement quatre ans…

La société immobilière Zillow rapporte que depuis janvier 2020, le paiement mensuel d’un prêt hypothécaire pour une maison américaine typique a presque doublé. Il a augmenté de 96 % en seulement quatre ans.

Selon Zillow, un acheteur typique paiera désormais près de 2 200 dollars par mois, avec un acompte de 10 %. En d’autres termes, l’accession à la propriété coûte aujourd’hui bien plus que les 30 % du revenu médian que l’on considérait autrefois comme l’équivalent d’un coût de logement « abordable » en Amérique.

L’accession à la propriété est désormais hors de portée d’une grande partie de la population.

Inutile de dire que ce n’est pas une bonne chose.

Pourquoi le peuple américain n’est-il pas plus contrarié par tout cela ?

Dans une tentative désespérée de maintenir le niveau de vie de la classe moyenne, de nombreux Américains accumulent d’énormes quantités de dettes.

Selon CNBC, certains économistes pensent que « la croissance de la dette est devenue une substitution à la croissance des revenus »…

Les économistes ont suggéré que la croissance de la dette est devenue une substitution à la croissance des revenus. La dette des prêts étudiants a atteint un niveau record de 1 770 milliards de dollars au premier trimestre 2023 et les Américains doivent collectivement 1 130 milliards de dollars sur leurs cartes de crédit au quatrième trimestre 2023. Cette dette peut avoir un effet d’entraînement, en particulier lorsque des générations entières commencent leur vie d’adulte avec des milliers de dollars de dettes.

Dans de nombreux cas, des personnes qui se sont surendettées se retrouvent aujourd’hui complètement noyées sous les dettes.

Une femme de 28 ans qui avait acheté un Chevy Tahoe il y a trois ans devait encore 74 000 dollars à GM Financial et a finalement été contrainte de vendre le véhicule

Il y a trois ans, Blaisey Arnold, 28 ans, est entrée chez un concessionnaire automobile local et en est ressortie avec les clés d’un Chevy Tahoe de 84 000 dollars.

Mais ce mois-ci, cette photographe de mariage et mère de famille a partagé sur TikTok une vidéo décrivant comment elle a été contrainte de vendre la voiture de ses rêves.

Bien qu’elle ait versé 1 400 dollars par mois pour des paiements totalisant plus de 50 000 dollars, elle doit encore 74 000 dollars à son prêteur, GM Financial.

Pouvez-vous croire cela ?

Bien sûr, elle est loin d’être la seule.

À l’heure actuelle, des millions et des millions d’Américains ont des problèmes d’endettement et les taux d’impayés des cartes de crédit ont atteint des niveaux sans précédent

Selon un rapport de la Banque fédérale de réserve de Philadelphie, les taux d’impayés parmi les détenteurs américains de cartes de crédit n’ont jamais été aussi élevés, alors que dans le même temps, un nombre record de « comptes actifs » présentent « un solde de plus de 2 000 dollars ».

Si les Américains comprenaient vraiment ce que nos politiciens à Washington et les « experts » de la Réserve fédérale nous font subir, il y aurait en ce moment même des manifestations massives dans les rues.

Aujourd’hui, de nombreux Américains qui avaient pris leur retraite reprennent le chemin du travail en raison de l’augmentation rapide du coût de la vie. Hope Murray est l’une de ces personnes

Hope Murray a pris sa retraite en 2013 après une carrière de 50 ans qui l’a menée de productrice de jeux télévisés à organisatrice de soirées à Hollywood, en passant par directrice de casino.

Elle s’est installée dans une vie de golf, de soirées de jeux et de pickleball dans sa communauté de San Diego, sa fille vivant à proximité.

Puis les choses sont devenues plus chères. L’essence coûtait près de 5 dollars le gallon, les frais de médicaments s’accumulaient, la facture d’épicerie augmentait.

Pouvez-vous imaginer reprendre le travail à 80 ans ?

C’est ce qu’elle a dû faire, et elle passe maintenant ses années de retraite à distribuer des échantillons chez Costco

En octobre dernier, à l’âge de 80 ans, Murray a donc mis fin à sa retraite et a trouvé un emploi consistant à distribuer des échantillons chez Costco.

Elle aime observer les gens — certains font leurs courses en talons et avec un maquillage complet, d’autres en pyjama et en pantoufles. Certains prennent un échantillon, d’autres en engloutissent trois ou quatre.

« Je reçois l’argent sur mon compte tous les quinze jours et je peux tout payer », dit-elle en parlant de son salaire de 18 dollars de l’heure.

Ces derniers mois, les prix ont recommencé à grimper.

Il est devenu évident que la crise du coût de la vie n’est pas près de s’atténuer.

La classe moyenne aux États-Unis va continuer à se réduire, ce qui n’est une bonne nouvelle pour personne.




Le plan dirigé contre l’Esprit

[Source : bouddhanar]

La lutte pour la supériorité et les spéculations continuelles dans le monde des affaires créera une société démoralisée, égoïste et sans cœur. Cette société deviendra complètement indifférente à la religion et à la politique dont elle aura même le dégoût. La passion de l’or sera son seul guide et elle fera tous ses efforts pour se procurer cet or qui, seul, peut lui assurer les plaisirs matériels dont elle a fait son véritable culte.

Les Protocoles : la soif de l’or

Le plan connu sous le nom de « Protocoles des Sages de Sion » est un sujet tabou. Le Prix Nobel de littérature Alexandre Soljenitsyne a rédigé en 1966 une pertinente étude des Protocoles. Israël Shamir écrit :

« Soljenitsyne a bravé le régime soviétique, il a osé écrire et publier son mammouth, l’Archipel du Goulag, implacable condamnation de la répression soviétique, et pourtant, même lui, il a calé : il n’a pas publié sa recherche sur les Protocoles. Il a demandé que cette étude ne soit publiée qu’après sa mort. C’est contre sa volonté qu’elle fut imprimée en un nombre très réduit d’exemplaires, en 2001 ».

Selon Alexandre Soljenitsyne :

« Les Protocoles exposent le plan d’un (nouveau) système social. Son dessein se situe bien au-dessus des capacités d’une âme ordinaire, y compris celle de son auteur. Il s’agit d’un processus dynamique en deux étapes, de déstabilisation, d’augmentation des libertés et du libéralisme, qui trouve son apogée dans un cataclysme social, au premier stade ; la seconde étape voyant se mettre en place une nouvelle hiérarchisation de la société. Ce qui est décrit est plus complexe qu’une bombe nucléaire. Il pourrait s’agir d’un plan volé et gauchi, formé par un esprit de génie. Son style putride de brochure antisémite cauteleuse en obscurci(rai)t (intentionnellement) la grande force de pensée et la vision pénétrante ».

Soljénitsine est conscient des failles des Protocoles.

« Leur style est celui d’un pamphlet dégueulasse, la puissante ligne de pensée est brisée, fragmentée, mêlée d’incantations nauséabondes et de grossières maladresses psychologiques. Le système qui y est décrit n’est pas nécessairement relatif aux Juifs ; il pourrait s’agir d’un système purement maçonnique, ou autre ; en même temps, son orientation fortement antisémite n’est nullement une composante fondamentale du projet [qui y est décrit] ».

[Voir aussi :
Quand Alexandre Soljenitsyne publiait une analyse des Protocoles des Sages de Sion]

De son côté, Joël Labruyère, spécialiste des traditions ésotériques et des sociétés secrètes, considère que les Protocoles émanent de l’élite luciférienne, « laquelle manipule les nations, les races et les religions — et le peuple d’Israël comme les autres — pour instaurer son ordre à travers le chaos. Le peuple juif est sans doute la première victime de cette manipulation… »

Le livre interdit

On a beaucoup fantasmé sur l’origine de cet écrit, attribué à une loge « d’initiés israélites » recevant les instructions de « supérieurs inconnus ». Il fut donc utilisé par les antisémites comme preuve manifeste d’un « complot judéo-maçonnique ». Or, les illuminati ne sont ni juifs ni Aryens, mais peuvent être de tous les bords, exacerbant les conflits pour faire avancer leur stratégie selon l’adage « diviser pour régner ».

Quels que soient les auteurs de ces « protocoles », ils étaient dotés d’une ruse politique et psychologiques qui dépasse les capacités de l’intelligence normale.

Le problème n’est pas de savoir qui a rédigé ce programme d’hégémonie mondiale, mais comment il est possible que des hommes du 19e siècle aient anticipé l’instauration de l’ordre mondial dans les moindres détails ?

Les détracteurs disent qu’il s’agit d’un « faux » — ce qui ne veut rien dire, car tout écrit anonyme peut être un « faux ». La Bible est-elle un faux ? On voit l’absurdité de ce raisonnement. Les universitaires ne lisent pas les Protocoles, car cela est jugé politiquement incorrect. On craint même de les ouvrir au cas où cela se saurait ! Il ne s’agit plus de prudence, mais de terreur envers un écrit interdit par le système. Cela évite de savoir ce qu’il contient et de se poser la bonne question : comment expliquer que ce programme soit au détail près le même que le plan mis en application depuis la Révolution française par les illuminati ?

A-t-on voulu faire endosser la responsabilité de ce manifeste à des juifs en spéculant sur les réactions d’antisémitisme qu’il ne manquerait pas de générer ? En mettant de côté les connotations racistes envers les goïm — les non-juifs selon le Talmud — qu’il recèle, force est de constater que ce texte nous éclaire tout spécialement sur les financiers du nouvel ordre mondial — dont l’éminente famille Rothschild qui exerce un chantage sur les juifs.

Révolutions, internationalisme, socialisme, disparition de l’initiative individuelle, contrôle des médias, argent-roi, culture mondiale, parodie de démocratie, puissance de la technocratie, déstabilisation des religions et des traditions, pensée unique, matérialisme, scientisme, et jusqu’au messianisme du New Age… Toutes les idées du gouvernement de l’ombre sont présentes dans ces « Protocoles », et ces idées s’imposeront tout au long du 20e siècle. Qui peut le nier ?

Sachant qu’en politique rien n’est improvisé, nous devons admettre que nous sommes en présence d’un document révélant une stratégie de conquête visant à établir une théocratie totalitaire sous le masque du messianisme d’Israël. Or, ici, ce n’est plus de religion dont il s’agit, ni de l’attente d’un royaume spirituel, mais de l’établissement d’une tyrannie au profit d’une caste « d’élus » — les fameux illuminati de « l’élite noire ».

La perfidie de ce document est troublante, d’abord à cause de sa forme provocatrice qui a généré une polémique faisant oublier le fond. Perfide par la ruse inouïe de ceux qui ont pensé ce programme politique, mais aussi à cause de l’inévitable réaction antisémite qu’il a déclenchée et par laquelle il est devenu un document tabou, une sorte de littérature honteuse qu’on se passe sous le manteau.

On a prétendu que les agents du tsar avaient inventé ces « Protocoles des Frères Aînés de Sion » à des fins contre-révolutionnaires, mais les policiers sont rarement des génies politiques doublés de visionnaires. Aussi la fabrication artificielle des « protocoles » est injustifiable pour qui connaît un tant soit peu les arcanes de la politique occulte, car l’idéologie qu’ils véhiculent est trop étroitement liée aux loges mondialistes.

Ce programme des dirigeants de l’ordre mondial n’est pas le fruit de cerveaux malades, comme on a voulu le faire croire, car les idées politiques qu’il expose se sont réalisées dans les faits, et ceci bien après sa rédaction, ce qui ne peut pas être fortuit. Seuls les naïfs préfèrent croire que la politique planétaire suit les aléas de circonstances hasardeuses.

Un lecteur attentif, libre de préjugés, découvrira dans ces Protocoles la matrice de toutes les menaces contre la conscience — au plan politique, social, économique, scientifique et religieux. Tout y est annoncé explicitement. Ce plan réussira-t-il ? Question vaine, puisqu’il a déjà amplement abouti sur la plupart des points de son agenda, sauf en ce qui concerne l’apparition du « messie », ce souverain international, dont la tradition chrétienne a prédit la venue sous le nom de l’Antéchrist.

Nous pensons que cette mystification suprême ne saurait tarder, tant les cercles qui veulent réaliser ce dessein sont actifs depuis plusieurs décennies.

Indéniablement, les Protocoles émanent de l’élite luciférienne, laquelle manipule les nations, les races et les religions — et le peuple d’Israël comme les autres — pour instaurer son ordre à travers le chaos.

Le peuple juif est sans doute la première victime de cette manipulation — le « peuple élu » prend ici son sens dramatique.

Les juifs ont été soumis à une culture de la terreur par des chefs occultes qui sont responsables des cruelles persécutions cycliques. C’est pourquoi les juifs qui s’émancipent de ce conditionnement séculaire sont souvent les premiers à dénoncer l’oppression de la culture rabbinique et talmudique. Il en est des anciens prophètes condamnant avec véhémence les « péchés d’Israël » — comme des révisionnistes, dont les idées historiques subversives émanent souvent de chercheurs juifs écœurés par la récupération commerciale de la Shoah.

Il faut beaucoup de recul et d’intelligence pour comprendre la véritable mission d’Israël, et les manœuvres dont le peuple juif fut victime — depuis l’époque archaïque de l’Atlantide.

L’étymologie d’Israël peut s’interpréter comme « l’homme élevé jusqu’à Dieu », ou encore « la vision céleste ». Chaque âme noble peut donc s’identifier à cet idéal et prétendre à l’élection divine, qu’elle soit née en milieu juif, chrétien, papou, ou dans n’importe quel « peuple élu », sachant que chaque civilisation ancienne a prétendu détenir une légitimité divine.

Y aurait-il autre chose dans l’univers que des races élues, appelées à un destin spécial ? C’est pourquoi, nous ne condamnons pas les illuminait, car ils sont dans l’illusion de se croire élus au-dessus de tous, et ils luttent misérablement pour survivre comme toutes les créatures qui rampent sous le soleil.

À l’endroit des nazis ou des sionistes, nous pourrions dire : même combat ! Musulmans, juifs, chrétiens ou hindous, chez tous, l’instinct de survie domine. Pour les fanatiques, Dieu n’est qu’un prétexte à l’affirmation partisane. Pourquoi prendre parti dans cette folie ? Celui qui cherche Dieu ou l’Absolu, ne veut détruire personne, excepté ses propres chaînes intérieures. Toute autre approche de la religion est de la démence.

Enfin, ces Protocoles n’auraient-ils pas pour effet de rendre les gens encore plus fatalistes devant la tyrannie mondialiste ? Pourquoi sont-ils en circulation lorsqu’on sait que les illuminati ne laissent rien traîner de compromettant et qu’il est interdit de les lire ?

Joël Labruyère, « Le livre interdit », Undercover n° 5.

Ebook gratuit : « Les Protocoles des Sages de Sion ».




Les partenariats public-privé : la face cachée des objectifs de développement durable

[Source : essentiel.news via sentadepuydt]

[Traduction de What is the Global Public Partnership?]

Par Iain Davis

Le Partenariat mondial public-privé (G3P) est le réseau mondial du capitalisme des parties prenantes (stakeholder capitalism) et de leurs partenaires. Ce collectif de parties prenantes (les capitalistes et leurs partenaires) comprend des entreprises mondiales (y compris des banques centrales), des fondations philanthropiques (des philanthropes multimilliardaires), des groupes de réflexion politique, des gouvernements (et leurs agences), des organisations non gouvernementales, des institutions universitaires et scientifiques sélectionnées, des organisations caritatives mondiales, des syndicats et d’autres « leaders d’opinion » choisis.

Le PPP contrôle les finances et l’économie mondiales. Il définit les politiques mondiales, nationales et locales (par le biais de la gouvernance mondiale), puis les promeut par l’intermédiaire des grands médias, qui sont également des « partenaires » du PPP.

En général, ces politiques sont d’abord élaborées par les groupes de réflexion ou « Think tank » pour être ensuite adoptées par les gouvernements. Les gouvernements procèdent à la mise en œuvre des PPP de la gouvernance mondiale sous forme de politiques, législations et lois concrètes.

La gouvernance par la norme et les Think tanks

Dans le cadre de notre modèle actuel de souveraineté nationale westphalienne, le gouvernement d’une nation ne peut pas légiférer dans une autre nation. Cependant, grâce à la gouvernance mondiale, le PPP crée des initiatives politiques au niveau mondial, qui se répercutent ensuite sur les citoyens de chaque pays. Cela se produit généralement par l’intermédiaire d’un distributeur de politiques, tel que le FMI ou le GIEC, et les gouvernements nationaux adoptent alors les politiques recommandées.

La direction politique est fixée au niveau international par la définition autorisée des problèmes et des solutions prescrites. Une fois que le PPP obtient le consensus au niveau international, le cadre politique est établi. Les partenaires du PPP collaborent alors pour veiller à ce que les politiques souhaitées soient élaborées, mises en œuvre et appliquées. C’est ce que l’on appelle souvent le « système international fondé sur des règles ».

De cette manière, le PPP contrôle de nombreuses nations à la fois sans avoir à élaborer des traités. Cela présente l’avantage supplémentaire de rendre extrêmement difficile toute contestation juridique des décisions prises par les partenaires les plus hauts placés du PPP (il s’agit d’une hiérarchie autoritaire).

Les Partenariats Public-Privé

[Voir aussi :
Le vrai fascisme : nous y sommes en plein dedans !]

Revoir le rôle des gouvernements

Le PPP est traditionnellement mentionné dans le contexte de la santé publique, en particulier dans les documents des Nations unies, y compris les documents d’agences des Nations unies telles que l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le document Connecting For Health publié en 2005 par l’OMS, en notant ce que les objectifs du Millénaire pour le développement signifiaient pour la santé mondiale, a révélé l’émergence du PPP :

Ces changements sont intervenus dans un monde où les attentes concernant le rôle du gouvernement ont été revues : le secteur public n’a ni les ressources financières, ni les ressources institutionnelles pour relever les défis, et une combinaison de ressources publiques et privées est nécessaire. L’instauration d’une culture mondiale de la sécurité et de la coopération est vitale… Les prémices d’une infrastructure sanitaire mondiale sont déjà en place. Les technologies de l’information et de la communication ont ouvert des perspectives de changement dans le domaine de la santé, avec ou sans l’aide des décideurs politiques.

Les gouvernements peuvent créer un environnement favorable et investir dans l’équité, l’accès et l’innovation.

Usurper les « investissements publics »

Parler de réviser le rôle des gouvernements signifie que ceux-ci ne sont déjà plus à la barre. Que ce ne sont plus les décideurs politiques traditionnels qui définissent les politiques ; qu’en réalité ce sont les « partenaires » des PPP qui le font. Les gouvernements nationaux ont été relégués à la « création de l’environnement favorable au PPP », en taxant le public et en augmentant la dette d’emprunt de l’État.

Cette dette est acquise aux partenaires dominants des PPP. Ils ne sont pas seulement des créanciers, ils sont aussi les bénéficiaires des prêts qu’ils imposent. Ils utilisent le mécanisme des « investissements publics » pour créer des marchés qui les servent ainsi que leurs partenaires des PPP.

En février 2000, les chercheurs Kent Buse et Gill Walt du George Institute for Global Health ont rédigé un document de référence sur le développement du concept du PPP. Ils ont suggéré que le PPP était une réponse à la désillusion croissante à l’égard du projet des Nations unies dans son ensemble, ainsi qu’à la prise de conscience du fait que les entreprises mondiales jouaient un rôle de plus en plus important dans la mise en œuvre des politiques. Cela correspond au développement du concept de capitalisme des parties prenantes, popularisé pour la première fois dans les années 1970.

L’argent au services des « valeurs universelles »

Buse et Walt ont expliqué comment les PPP sont conçus pour faciliter l’apparition d’un nouveau type d’entreprises. Ces entités étaient amenées à reconnaître leurs pratiques commerciales destructrices. Elles étaient prêtes à assumer leurs erreurs et à s’amender. Pour y parvenir, elles s’associaient aux gouvernements dans l’intention de collaborer à la résolution des problèmes mondiaux. Les menaces existentielles en question sont alors définies par le PPP et par les scientifiques, universitaires et économistes que le PPP a sélectionnés et financés.

Les deux chercheurs ont identifié un discours clé de Davos, intitulé « Unite Power of Markets with Authority of Universal Values » prononcé par Kofi Annan, alors secrétaire général des Nations unies, devant le WEF en 1998, comme marquant la transition vers ce modèle de gouvernance mondiale basé sur le PPP :

Les Nations unies ont été transformées depuis notre dernière rencontre ici à Davos. L’Organisation a subi une refonte complète que j’ai décrite comme une « révolution tranquille ». Un changement fondamental s’est produit. Autrefois, les Nations unies ne s’occupaient que des gouvernements. Aujourd’hui, nous savons que la paix et la prospérité ne peuvent être obtenues sans des partenariats impliquant les gouvernements, les organisations internationales, le monde des affaires et la société civile. Les activités des Nations unies concernent les entreprises du monde entier ».

Buse et Walt ont affirmé que ce changement signifiait l’arrivée d’un nouveau type de capitalisme mondial responsable. Mais, comme nous le verrons, ce n’est pas ainsi que les entreprises voyaient cet arrangement. En effet, Buse et Walt ont révélé la raison pour laquelle le PPP offrait une perspective si séduisante pour les géants mondiaux de la banque, de l’industrie, de la finance et du commerce :

L’évolution des idéologies et des tendances de la mondialisation a mis en évidence la nécessité d’une gouvernance mondiale plus étroite, une question qui concerne à la fois le secteur privé et le secteur public. Nous pensons qu’au moins une partie du soutien aux PPP découle de cette reconnaissance et du désir du secteur privé de faire partie des processus de prise de décision en matière de réglementation mondiale.

Le conflit d’intérêts est évident. Nous sommes simplement censés accepter, sans poser de questions, que les entreprises mondiales s’engagent à faire passer les causes humanitaires et environnementales avant le profit. Un système de gouvernance mondiale dirigé par le PPP est en quelque sorte bénéfique pour nous.

Pour y croire, il faut faire preuve d’une grande naïveté. De nombreuses entreprises parties prenantes du PPP ont été condamnées ou tenues publiquement responsables des crimes qu’elles ont commis. Il s’agit notamment de crimes de guerre. L’accord apparemment passif de la classe politique sur le fait que ces « partenaires » devraient effectivement définir la politique mondiale, les réglementations et les priorités en matière de dépenses, ressemble à de la naïveté infantile.

En réalité, il s’agit plutôt d’une mascarade. Comme l’ont souligné de nombreux universitaires, économistes, historiens et chercheurs, l’influence des entreprises, voire leur domination du système politique, n’a cessé de croître depuis des générations. Les politiciens élus ont longtemps été les partenaires juniors de cet arrangement.

Avec l’arrivée des PPP, nous avons assisté à la naissance du processus qui a formalisé cette relation — qui a créé un ordre mondial cohérent. Les hommes politiques n’ont pas écrit le scénario ; ils se contentent simplement de le suivre à la lettre.

Gouvernance et non gouvernement mondial

Il est important de comprendre la différence entre « gouvernement » et « gouvernance » dans le contexte mondial. Le gouvernement revendique le droit, peut-être par le biais d’un mandat quasi-démocratique, de définir une politique et de décréter une législation (loi).

Les prétendues démocraties représentatives occidentales, qui ne sont pas véritablement des démocraties, pratiquent un modèle de gouvernement national dans lequel les représentants élus forment le pouvoir exécutif qui présente et, en fin de compte, promulgue la législation. Au Royaume-Uni, par exemple, cela se fait par le biais du processus parlementaire.

L’Assemblée générale des Nations unies est peut-être ce qui se rapproche le plus de cette forme de gouvernement national à l’échelle internationale. Elle peut adopter des résolutions qui, bien qu’elles ne lient pas les États membres, peuvent créer de « nouveaux principes » susceptibles de devenir des lois internationales lorsqu’elles sont appliquées par la Cour internationale de justice.

Cependant, il ne s’agit pas vraiment d’un « gouvernement » mondial. L’ONU n’a pas le pouvoir de décréter et de formuler des lois. La seule façon dont ses « principes » peuvent devenir des lois est par le biais d’une décision judiciaire. Le pouvoir non judiciaire de créer des lois est réservé aux gouvernements, et leur portée législative ne s’étend qu’à leurs propres frontières nationales.

En raison des relations souvent tendues entre les gouvernements nationaux, un gouvernement mondial officiel semble de plus en plus difficile à concevoir en pratique. Compte tenu de la nature non contraignante des résolutions de l’ONU et de la lutte internationale pour les avantages géopolitiques et économiques, il n’existe actuellement rien que l’on puisse qualifier de gouvernement mondial.

Il faut notamment tenir compte de l’identité nationale et culturelle. La plupart des populations ne sont pas prêtes à accepter un gouvernement mondial distant et non élu. Les gens souhaitent que leur nation soit souveraine. Ils aimeraient que leurs représentants fédéraux aient davantage de comptes à rendre aux électeurs, et non moins.

Le PPP aimerait certainement diriger un gouvernement mondial, mais imposer un tel système par la force est au-delà de ses capacités. C’est pourquoi ils ont utilisé d’autres moyens, tels que la tromperie et la propagande, pour promouvoir la notion de gouvernance mondiale.

La gouvernance par la technocratie

Zbigniew Brzezinski, ancien conseiller de l’administration Carter et fondateur de la Commission trilatérale, a compris comment faciliter la mise en œuvre de cette approche. Dans son ouvrage de 1970 intitulé Between Two Ages : America’s Role In The Technetronic Era, il écrit :

Bien que l’objectif de former une communauté des nations développées soit moins ambitieux que celui d’un gouvernement mondial, il est plus réalisable. »

Au cours des 30 dernières années, de nombreux PPP ont vu le jour à mesure que le concept de gouvernance mondiale évoluait. Le consensus du WEF sur la gouvernance multipartite a constitué un tournant majeur. Avec la publication en 2010 de Everybody’s Business : Strengthening International Cooperation in a More Interdependent World (L’affaire de tous : renforcer la coopération internationale dans un monde plus interdépendant), le WEF a présenté les éléments de la forme de gouvernance mondiale des parties prenantes du PPP.

Des conseils de l’agenda mondial ont été créés pour élaborer et proposer des politiques couvrant pratiquement tous les aspects de notre existence. Le WEF a créé un organe de gouvernance mondiale correspondant à chaque aspect de la société. Rien n’a été laissé de côté : valeurs, sécurité, santé publique, bien-être, consommation de biens et de services, accès à l’eau, sécurité alimentaire, criminalité, droits, développement durable, systèmes économiques, financiers et monétaires mondiaux.

Le président exécutif du WEF, Klaus Schwab, a précisé l’objectif de la gouvernance mondiale :

Notre but a été de stimuler un processus de réflexion stratégique parmi toutes les parties prenantes sur la manière dont les institutions et les accords internationaux devraient être adaptés aux défis contemporains… Les plus grandes autorités mondiales ont travaillé au sein de conseils interdisciplinaires et multipartites sur l’agenda mondial afin d’identifier les lacunes et les déficiences de la coopération internationale et de formuler des propositions spécifiques pour l’améliorer.

Ces discussions se sont déroulées dans le cadre des sommets régionaux du Forum en 2009, ainsi que lors de la récente réunion annuelle 2010 du Forum à Davos-Klosters, où de nombreuses propositions émergentes ont été testées avec des ministres, des PDG, des dirigeants d’ONG et de syndicats, d’éminents universitaires et d’autres membres de la communauté de Davos.

Le processus de refonte globale a constitué un laboratoire de travail informel ou un marché pour un certain nombre de bonnes idées politiques et d’opportunités de partenariat.

Nous avons cherché à élargir les discussions sur la gouvernance internationale […] afin de prendre des mesures plus préventives et coordonnées sur l’ensemble des risques qui se sont accumulés dans le système international ».

La politique des « défis mondiaux »

En 2010, le WEF a entamé ce qu’il appelle un processus de « refonte globale », dans lequel il définit les défis internationaux et propose des solutions. « Coup de chance » pour le PPP, ces propositions signifiaient plus de contrôle et d’opportunités de partenariat. Le WEF a donc cherché à être le fer de lance de l’expansion de cette gouvernance internationale.

En voici un exemple : En 2019, le gouvernement britannique a annoncé son partenariat avec le WEF pour développer les futures réglementations commerciales, économiques et industrielles. Le gouvernement britannique s’est engagé à soutenir un environnement réglementaire créé par les entreprises mondiales, qui serait ensuite réglementé par les mêmes réglementations qu’elles ont elles-mêmes conçues.

Le WEF ne dispose d’aucun mandat électoral. Aucun d’entre nous n’a la possibilité d’influencer ou même de remettre en question ses jugements. Et pourtant, il travaille en partenariat avec nos gouvernements prétendument élus démocratiquement, ainsi qu’avec d’autres parties prenantes du PPP, pour diriger la planète sur laquelle nous vivons tous.

Le « droit divin » des entreprises

Le capitalisme des parties prenantes est au cœur du PPP. Essentiellement, le PPP usurpe les gouvernements démocratiques (ou tout autre type de gouvernement) en plaçant les entreprises mondiales au centre du processus décisionnel. Bien qu’ils ne tirent leur autorité que d’eux-mêmes, les dirigeants du PPP assument leur propre interprétation moderne du « droit divin des rois » et règnent sans partage.

En janvier 2021, le Forum économique mondial (WEF) a expliqué comment il considérait le capitalisme des parties prenantes :

« La caractéristique la plus importante du modèle des parties prenantes aujourd’hui est que les enjeux de notre système sont désormais plus clairement mondiaux.

Ce qui était autrefois considéré comme des externalités dans l’élaboration des politiques économiques nationales et la prise de décision des entreprises individuelles devra désormais être incorporé ou internalisé dans les opérations de chaque gouvernement, entreprise, communauté et individu. La planète est […] le centre du système économique mondial, et sa santé devrait être optimisée dans les décisions prises par toutes les autres parties prenantes ».

Le PPP supervisera tout. Cela inclut tous les gouvernements, toutes les entreprises, nos soi-disant communautés (là où nous vivons) et chacun d’entre nous individuellement. Les êtres humains ne sont pas la priorité. La priorité, c’est la planète. C’est du moins ce que prétend le WEF.

Contrôle centralisé de la planète

Le contrôle centralisé de la planète entière, de toutes ses ressources et de tous ceux qui y vivent, est au cœur de l’éthique du PPP. Il n’est pas nécessaire d’interpréter les intentions du PPP. Nous n’avons pas à lire entre les lignes. L’introduction de l’initiative « Great Reset » du WEF l’énonce clairement :

Pour améliorer l’état du monde, le Forum économique mondial lance l’initiative du « Great Reset ».

La crise du Covid-19 […] modifie fondamentalement le contexte traditionnel de la prise de décision. Les incohérences, les insuffisances et les contradictions de multiples systèmes — de la santé à la finance en passant par l’énergie et l’éducation — sont plus exposées que jamais.

Les dirigeants se trouvent à un carrefour historique… Alors que nous entrons dans une fenêtre d’opportunité unique pour façonner la reprise, cette initiative offrira des perspectives pour aider à informer tous ceux qui déterminent l’état futur des relations mondiales, l’orientation des économies nationales, les priorités des sociétés, la nature des modèles d’entreprise et la gestion d’un bien commun mondial ».

Il convient de noter que le WEF n’est qu’une organisation partenaire parmi d’autres au sein du PPP. Cependant, il a peut-être été le plus influent en termes de relations publiques tout au long de la pseudo-pandémie. Contrairement aux espoirs des chercheurs Buse et Walt, nous assistons à l’émergence d’une dictature mondiale des entreprises qui ne se soucie pas le moins du monde d’une véritable gestion de la planète.

Disparition de la démocratie

Le PPP déterminera l’état futur des relations mondiales, l’orientation des économies nationales, les priorités des sociétés, la nature des modèles d’entreprise et la gestion d’un bien commun mondial. Aucun d’entre nous n’a la possibilité de participer à ce projet ou à l’élaboration des politiques qui en découlent.

Si, en théorie, les gouvernements n’ont pas à mettre en œuvre la politique du PPP, dans la pratique, ils le font. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les politiques mondiales font de plus en plus partie de notre vie. Le mécanisme de traduction des initiatives politiques du PPP, d’abord en politique nationale, puis régionale et enfin locale, peut être clairement identifié en examinant les politiques de développement durable.

Les « limites à la croissance »

En 1972, le Club de Rome (CdR), groupe de réflexion indépendant financé par des fonds privés, a publié Les limites à la croissance. Comme nous l’avons vu avec le déploiement de la pseudo-pandémie, le CdR a utilisé des modèles informatiques pour prédire ce qu’il a décrété être les problèmes complexes auxquels est confrontée la planète entière : la « problématique mondiale ».

Les opinions émises par le Club de Rome découlent des travaux commandés au Massachusetts Institute of Technology (MIT) dans le cadre de son modèle dynamique « World3 ». Ce modèle partait du principe que la population mondiale épuiserait les ressources naturelles et polluerait l’environnement au point que « le dépassement et l’effondrement » se produiraient inévitablement.

Il ne s’agit pas d’un « fait » scientifique, mais plutôt d’un scénario suggéré. Jusqu’à présent, aucune des prédictions du modèle World3 ne s’est réalisée.

Le va-et-vient scientifique et statistique sur les affirmations faites dans Les limites de la croissance a été prolifique. Cependant, ignorant tous les doutes, le modèle World3 a été fermement ancré au centre de l’environnement politique du développement durable.

En 1983, la Commission Brundtland a été convoquée par l’ancien Premier ministre norvégien Gro Harlem Brundlandt et par Javier Pérez de Cuéllar, alors secrétaire général des Nations unies. Brundtland était membre du groupe de réflexion du Club de Madrid (un forum d’anciens présidents et premiers ministres) et Pérez de Cuéllar, membre du Club de Rome. En se basant sur les hypothèses très discutables du modèle World3, ils ont entrepris d’unir les gouvernements du monde entier pour mener des politiques de développement durable.

Les objectifs de développement durable

En 1987, la Commission a publié le rapport Brundtland, également connu sous le nom de Notre avenir à tous. Le contrôle (réduction) de la population est au cœur de l’idée de développement durable, telle qu’elle est exposée dans le rapport. Cette décision politique de se débarrasser des gens a valu aux auteurs une reconnaissance internationale et des prix.

Les hypothèses sous-jacentes à ces propositions politiques n’ont pas du tout été remises en question publiquement. Bien qu’un débat académique et scientifique ait fait rage, il n’a pratiquement pas été rapporté. Pour autant que le public le sache, ce qui n’était que des hypothèses et des spéculations non scientifiques étaient des faits avérés. Aujourd’hui, il est impossible pour quiconque de remettre en question ces hypothèses non prouvées et ces modèles manifestement inexacts sans être accusé de « négationnisme climatique ».

Le rapport Brundtland a donné naissance aux objectifs du Millénaire pour le développement qui, en 2015, ont été remplacés par les objectifs de développement durable (ODD) adoptés par les Nations unies. Depuis lors, ces ODD ont été traduits en politique gouvernementale dans un pays après l’autre. Par exemple, en 2019, le gouvernement britannique a fièrement annoncé qu’il s’engageait à respecter les objectifs de développement durable dans le cadre de sa politique de « neutralité carbone » ou « Zéro Émission Nette ».

Les ODD ont déjà eu un impact aux niveaux régional et local dans les comtés, les villes et les arrondissements du Royaume-Uni. Aujourd’hui, presque tous les conseils municipaux du pays disposent d’un « plan de développement durable ».

Indépendamment de l’attitude que l’on peut avoir face aux menaces mondiales auxquelles nous pouvons ou non être confrontés, il est important de connaître l’origine et la voie de distribution de ces politiques. Un groupe de réflexion mondialiste financé par des fonds privés a été à l’origine d’un programme politique qui a conduit à la création d’un cadre politique mondial, adopté par les gouvernements du monde entier et qui impacte aujourd’hui toutes les communautés de la planète (ndlr: par ex. en France, en Belgique, en Suisse).

Les ODD ne sont qu’un exemple parmi tant d’autres de la gouvernance mondiale du PPP en action. Le rôle des politiciens élus dans ce processus est négligeable. Ils servent simplement à mettre en œuvre et à vendre la politique au public.

Peu importe qui est élu, la trajectoire politique est déterminée au niveau de la gouvernance mondiale. C’est la nature dictatoriale du PPP et rien n’est moins démocratique.




L’évolution des technologies

https://twitter.com/SabatierJeanMa1/status/1780163176958509300



Le totalitarisme informatique qui vient

[Source : qg.media]

Par Laurent Mucchielli

Qu’est-ce que l’informatisation, le numérique et l’Intelligence Artificielle (IA) font à nos vies sociales et individuelles ? Qu’est-ce qu’ils font à nos sociétés, nos façons de vivre ensemble (ou pas), et finalement à nos démocraties ? Entretien avec Christopher Pollmann, professeur de droit public à l’Université de Lorraine et directeur du séminaire « Accumulations et accélérations » à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris. Il vient de publier Le totalitarisme informatique aux éditions Le bord de l’eau.

1) Bonjour Christopher, pouvez-vous nous présenter votre parcours universitaire, nous dire pourquoi vous vous intéressez à ces questions, et nous dire aussi si vous avez des liens d’intérêts quelconques en jeu dans ce débat ?

Après des études de droit dans une Faculté pluridisciplinaire à Hambourg et à la Faculté de droit de Montpellier, j’ai fait une thèse de droit public sous la direction de Michel Miaille, un professeur à la fois charismatique, à la démarche transdisciplinaire et aux compétences méthodologiques exceptionnelles. C’est ce travail d’exploration et de conceptualisation, bien plus que les études antérieures, qui m’a formé et donné envie de faire de la recherche et d’enseigner. Au cours de ces années de thèse, à partir de 1987, j’ai commencé à me familiariser avec l’informatique, à l’apprendre et à la critiquer dans la pratique, sans jamais avoir suivi la moindre formation. Par ailleurs, je ne suis pas affecté par des liens ou des conflits d’intérêts.

2) Vous insistez sur le fait que l’on doit continuer à parler d’« informatique » et non de « numérique », car tout cela reste du codage informatique, donc de la pensée binaire (on code 0 ou 1), comme la binarité du courant électrique. C’est oui ou c’est non, je like ou je ne like pas. C’est bien ça ?

Tout à fait : comme le mathématicien et philosophe Oliver Rey l’a montré, les 0 et 1 du langage informatique ne sont pas des numéros ou des chiffres, mais des signes d’un code1. On pourrait les remplacer par A et B ou ¤ et . La substitution terminologique d’informatique par numérique (et par son équivalent anglais digital dans le monde anglophone) semble témoigner de la disponibilité des sociétés contemporaines à se laisser berner. C’est un penchant aux conséquences bien plus graves face à d’autres mensonges soutenant l’informatisation du monde, notamment le discours omniprésent d’une intelligence artificielle (IA) et d’un apprentissage des machines et logiciels (nous y reviendrons)2.

3) Vous écrivez : « les machines électriques n’émettent pas de signes, mais des signaux. Le signal est un message codé dont la signification est définie à l’avance, de façon conventionnelle ou unilatérale ». Vous donnez en exemple le fait que l’on n’écrit parfois plus qu’avec des émoticônes. Et vous comparez « la marche informatisée de la société humaine » avec « l’autorégulation instinctive des insectes sociaux ». Qu’est-ce que l’informatisation fait à nos échanges et à notre réflexion ?

C’est difficile à résumer en quelques lignes ! Elle tend à transformer la pensée et le ressenti individuels ainsi que les interactions et la vie sociales en des opérations purement fonctionnelles, instinctives ou machiniques. Se crée ainsi, comme le disait Hannah Arendt, « un monde de réflexes conditionnés, de marionnettes ne présentant pas la moindre trace de spontanéité. » Mais comme les êtres humains ne sont ni des animaux, ni des machines, cette transformation, cette automatisation ne pourra qu’échouer : à partir d’un certain seuil d’expulsions de la vivacité individuelle et collective, les besoins psychiques, insatisfaits par le fonctionnalisme et l’utilitarisme ambiants, donneront lieu à des explosions de violence, des effondrements dépressifs, des morts subites à grande échelle, comme l’a anticipé l’écrivain Jaime Semprun3. On peut le dire plus rapidement : l’informatisation, c’est la plus grande vague de rationalisations qu’ait connue l’humanité. Or, comme Max Weber l’a bien pressenti, « toute rationalisation radicale engendre, avec la nécessité d’un destin, des irrationalités ».

4) Le téléphone portable est l’un des principaux objet et symbole de cette vie informatisée. On est relié instantanément à tout mais on est seul en réalité. Comment cette évolution technologique s’articule-t-elle sur l’évolution de nos modes de vie ?

À merveille ! La puissance et l’attractivité diabolique du smartphone résident précisément dans sa correspondance parfaite à notre société individualisée. Il s’agit d’un véritable prodige sans précédent dans l’histoire humaine : un outil et intermédiaire universels, condensant « l’ensemble de nos affections sociales à travers un seul objet technique, constamment appendu à notre corps », comme l’explique le professeur de littérature et médias Yves Citton. Il matérialise la promesse de la Modernité d’ériger l’individu (plus précisément l’être humain qui se transforme en individu) en maître de sa vie et de son destin : grâce à lui, nous dit le socio-anthropologue Nicolas Nova, « l’individu est devenu “entrepreneur de sa vie” ». Assouvissant momentanément notre désir d’omnipotence, il nous ramène aussitôt à l’impuissance face à l’immense bureaucratie que sont Internet et le monde informatisé. De la même façon que dans la cité marchande mondialisée, l’individu ne survit que quelques jours en cas de flux d’approvisionnement ralentis ou de propagation de pathogènes au contraire accélérée. Dans votre question, apparaît d’ailleurs une discrète référence à Seuls ensemble, ouvrage clef de la célèbre psychologue du MIT Sherry Turkle sur un paradoxe majeur de notre temps, précédé d’ailleurs de quelques années d’un livre resté confidentiel de Miguel Benasayag et Angélique del Rey4.

5) L’informatique, c’est aussi l’accélération, voire l’instantanéité des échanges d’informations. Vous prolongez ici les analyses de Hartmut Rosa, n’est-ce pas ?

Tout à fait, et le paradoxe évoqué à l’instant se manifeste à nouveau : que tout devrait aller plus vite pour que moi, j’aie plus de temps, est une maxime bien sûr intenable à l’échelle collective. En outre, comme je l’explique dans l’ouvrage, il est vrai que pour rédiger ce texte, l’informatique accélère mes démarches et me facilite grandement la vie. Obnubilé par cette optimisation de mon labeur, je ne vois pas que mes amis, collègues, rivaux se perfectionnent tout autant. Au final, on aura tous écrit et publié plus et plus vite, mais cela ressemblera à un jeu à somme nulle : l’avancée de chacun est compensée ou annulée par celle des autres ! La logique de l’accélération est donc profondément mortifère.

6) L’informatique c’est aussi l’arrivée de l’IA et des algorithmes, qui produisent l’automatisation. En quoi cela affecte le droit et la justice ? Et l’éducation à l’école ? Au final, est-on un meilleur professionnel ou un meilleur apprenant grâce à l’informatique ?

Concernant l’automatisation du droit et de la justice, on est dans la prospective. Mon hypothèse, c’est qu’il s’agit d’une rationalisation susceptible de générer, une nouvelle fois, des irrationalités, des effets pervers. Tout d’abord, on se retrouve, encore une fois, devant une sorte de jeu à somme nulle : on espère pouvoir faire plus avec moins pour pallier le manque de moyens de la justice. On oublie qu’en facilitant les procès, les conflits sont susceptibles de se multiplier. Ensuite, l’informatisation sabote le droit en tant qu’« empire du tiers », pour reprendre le titre du dernier ouvrage de François Ost5. Car organiser la résolution des litiges comme une régulation technique par le langage univoque des algorithmes amoindrirait l’interprétation juridique, au cœur de l’activité du juriste, et le rôle du juge présidant la délibération contradictoire. Cela diminuerait également la confiance, le consentement et l’engagement des parties dans un procès ainsi que l’imperfection du droit et l’imprévisibilité des décisions de justice qui sont des conditions de leur fonctionnement. Enfin, elle signifierait une rigidification du droit et de la justice au détriment de leur ouverture et souplesse, car en s’appuyant sur les « données massives » (big data), on arrimerait le présent et l’avenir au passé.

Quant à l’éducation, la catastrophe est déjà avérée. Sans parler de la multiplication des violences induites par les réseaux (a)sociaux, on doit rappeler que l’apprentissage est un processus complexe inscrit dans la durée qui allie l’acquisition de gestes corporels, le développement cérébral, l’évolution cognitive et la maturation sociale. L’apprentissage sur des écrans perturbe ce processus, notamment en réduisant la motricité et les interactions sociales.

7) Au départ, Internet était porteur de tous les idéaux démocratiques. La déception semble immense ici aussi. Cela concerne les libertés, mais aussi l’évolution des inégalités sociales. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Jusqu’il y a quelques années, Internet était effectivement vu comme facteur d’émancipation et de démocratisation : « L’Internet va aplanir les organisations, mondialiser la société, décentraliser l’autorité et favoriser l’harmonie entre les êtres humains », disait Nicholas Negroponte, célèbre informaticien au MIT. Toutefois, « le web n’est pas émancipation, mais mobilisation », comme l’explique le philosophe Maurizio Ferraris et l’illustrent les révolutions arabes et les Gilets jaunes. L’aplanissement est un leurre : « le monde numérique n’est pas horizontal mais bien hiérarchisé »6. S’il y a une certaine horizontalisation, elle n’est qu’apparente, car autorisée et sous-tendue par un système plus centralisé, plus opaque, plus surveillé et plus incontestable, au détriment notamment des libertés individuelles et collectives. L’horizontalité des échanges entre les utilisateurs est largement neutralisée par la verticalité du pouvoir des opérateurs. Ce clivage se trouve déjà dans le mécanisme marchand dont Internet perfectionne la logique : le marché est cet espace-temps où se rencontrent et échangent des acteurs supposés égaux, isolés les uns des autres. Contrairement à la légende néolibérale, c’est une instance publique qui présuppose, comme la résolution des litiges, le tiers et donc la puissance publique. C’est la raison pour laquelle l’extension des marchés et plus largement l’individualisation des sociétés vont de pair avec l’augmentation du pouvoir étatique7. Pour l’instant, le tiers qui encadre l’informatique et surtout Internet réside chez des acteurs privés surpuissants ce qui donne lieu à une verticalité soustraite à toute délibération démocratique.

Sans doute s’est-on laissé tromper par la centralité des écrans avec leurs images qui dissimulent le fait que l’informatique est un dispositif plus sémantique que visuel. C’est avant tout un univers de textes — 100 millions de lignes de code dans une voiture automatique, nous dit Guillaume Pitron — impliquant une énorme bureaucratisation, au sens étymologique d’un pouvoir du bureau et de l’écrit. Ce monde textuel héberge un surcroît d’abstraction et de technicité, difficiles à maîtriser pour les non-initiés qui se trouvent essentiellement chez les couches populaires. Contrairement aux discours publicitaires, « les outils numériques se révèlent être des techniques profondément inégalitaires […]. En effet, à leur inégalité de répartition […] s’ajoute le fait qu’elles présupposent, pour être utilisées de façon performante, la mobilisation de compétences communicationnelles elles-mêmes inégalement distribuées en fonction […] du capital culturel des usagers », nous dit le chercheur en informatique Bernard Miège, précisant une intuition formulée par Alain Minc et Simon Nora dès 1978.

8) L’informatique décuple les systèmes de surveillance des individus. C’est le règne du panoptique. Où en sommes-nous en matière de surveillance électronique ?

Pour répondre, j’avoue qu’il faudrait encore pousser plus loin recherches et réflexions. Dans l’immédiat, disons que d’un côté, l’informatique et la surveillance électronique perfectionnent le panoptique inventé par Jeremy Bentham et conceptualisé par Michel Foucault. De l’autre, à la différence du panoptique classique et du « télécran », combinaison de téléviseur et de caméra de surveillance dans 1984 de George Orwell, il ne s’agit plus de percevoir des personnes, mais de traiter des données. Le sociologue Zygmunt Bauman estime que nous assistons à « [l]a fin du panoptique [qui] augure la fin de l’ère de l’engagement mutuel : [notamment] entre les superviseurs et les supervisés ». En effet, le contrôle du bon fonctionnement du système et de la population est également envisageable de façon décentralisée dans le cadre d’une « surveillance diffuse » (Clémence Codron). Chacun est alors appelé à adopter une posture d’autodiscipline et à veiller simultanément sur son entourage, car « l’informatique crée les conditions d’une autosurveillance généralisée » (Jacques Attali).

Quelle que soit la forme que prendra la surveillance, celle-ci passe(ra) par l’exploration — statistique et algorithmique — de données, débouchant sur une possible « gouvernance par les données » (le politiste Félix Tréguer) que la juriste Antoinette Rouvroy appelle la « gouvernementalité algorithmique ». Celle-ci opérerait à travers une régulation anticipative plutôt qu’une réglementation des conduites, s’adressant aux individus par voie d’alertes suscitant des réflexes, plutôt qu’en s’appuyant sur leur compréhension.

Par ailleurs, si cette problématique mérite notre vigilance, focaliser le débat public autour de l’informatique sur la surveillance masque le fait que dans la société informatisée, l’assujettissement des individus massifiés tend à s’effectuer avec leur complicité. Comme le dit le philosophe allemand Byung-Chul Han dans son formidable petit essai Infocratie (que nous n’avons pas pu utiliser pour notre ouvrage) : « La domination se parachève au moment où liberté et surveillance reviennent au même »8.

9) Vous écrivez : « de par son haut degré d’abstraction, l’informatique paraît aux antipodes de la violence physique. En réalité, son potentiel hypnotique bloque le développement des enfants et contribue à la désocialisation et bien souvent à la désinhibition des adultes, devenant alors disponibles aux violences les plus graves ». Pouvez-vous nous expliquer en quoi?

On a l’impression que l’organisation capitaliste de la société engendre la pression, voire la nécessité de rationaliser et donc d’optimiser tous les aspects et composantes du monde. L’informatique approfondit cette tendance. Cela implique la réduction progressive de l’être humain à son seul fonctionnement, biologique et social, au détriment de ses dimensions affective, spirituelle et culturelle. Or, celles-ci correspondent à des besoins impératifs et ne peuvent donc être supprimées. Par conséquent, en en faisant abstraction, en voulant assimiler l’humain à une machine, la rationalisation les pousse à se manifester de façon plus ou moins durcie et rigidifiée, voire « fondamentaliste » et perverse. Elle fait ainsi le lit d’une vaste panoplie de violences.

En même temps, la communication par écran interposé amoindrit le contrôle social que les individus exercent entre eux et sur eux-mêmes. En découle l’affranchissement des conduites individuelles et des comportements de foule, une levée des garde-fous susceptible de nous pousser vers des accès de folie. On assisterait ainsi à une nouvelle étape de la désinhibition qui, pour le philosophe Peter Sloterdijk, caractérise le monde occidental (et en explique le triomphe planétaire) depuis le XVe siècle.

10) L’informatique est censée nous simplifier et nous faciliter la vie. Mais le monde est-il plus sûr grâce à l’informatique ? La cybercriminalité se développe partout, de même que le piratage et les demandes de rançons.

Il n’est guère contestable que dans un premier temps et à condition de disposer des ressources techniques et culturelles, l’informatique simplifie et facilite certains aspects du quotidien, même s’il faut tout de suite nuancer en montrant que les dysfonctionnements des machines et des applications sont systématiques et liés à la nature concurrentielle et structurellement instable du cadre capitaliste. En revanche, à plus long terme, la complexification incessante du système risque de paralyser l’existence individuelle et la vie sociale.

Quant à la sécurité, l’informatisation du monde tendra à le rendre toujours plus incertain, précaire et hasardeux. La raison fondamentale est bien expliquée par B.-Ch. Han : « Parce qu’elle est une communication sans communauté, la communication numérique détruit la politique de l’écoute » et « perd de plus en plus la dimension de l’autre » ; s’instaure ainsi « une société de la méfiance » et « nous [y] perdons la confiance fondamentale »9. D’autant que l’informatique favorise une « crise de la vérité » : à travers un « nouveau nihilisme […], [l]a distinction entre la vérité et le mensonge elle-même est désactivée »10. Or, on peut supposer que la seule façon d’assurer une sécurité durable réside dans la confiance mutuelle…

11) À ce propos, que faut-il penser du vote électronique selon vous ?

De nombreuses études internationales suggèrent que cette modalité de votation souffre de deux défauts difficiles à supprimer : elle est facilement manipulable et elle peut s’avérer très compliquée ou être vécue comme telle. Il n’est d’ailleurs pas sûr que la facilité technique favorise la démocratie qui semble avant tout une affaire d’engagement, voire de luttes collectives…

12) Nous devenons une masse indifférenciée, une « société-troupeau » (Tocqueville parlait déjà des « nations réduites à n’être plus qu’un troupeau d’animaux timides et industrieux » délivrés du « trouble de pensée »). Vous vous inspirez fondamentalement des réflexions de Hannah Arendt sur le totalitarisme. Arendt écrit : « Le totalitarisme ne tend pas vers un règne despotique sur les hommes, mais vers un système dans lequel les hommes sont superflus. Le pouvoir total ne peut être achevé et préservé que dans un monde de réflexes conditionnés, de marionnettes ne présentant pas la moindre trace de spontanéité ». Est-ce cela qui nous attend ?

C’est en tout cas ce que l’on peut craindre en l’absence d’un sursaut collectif ! L’informatisation tend en effet à nous rendre superflus, dans un premier temps notre subjectivité et notre spontanéité, notamment en externalisant de nombreuses facultés et activités humaines. Comme le dit, parmi d’autres, l’essayiste Pacôme Thiellement, « le danger représenté par l’intelligence artificielle n’est pas que des machines puissent commencer à penser comme nous. Le danger, c’est que nous puissions nous mettre à penser comme elles. » Et ce danger est camouflé par le mensonge terminologique évoqué au début.

13) Dans la continuité de votre article d’août 2020 sur votre blog, en quoi la crise du Covid a-t-elle illustré voire accéléré ces inquiétantes évolutions ?

Jusque-là, je n’ai guère exploré l’incidence de la crise sanitaire sur l’informatisation du monde, au-delà des constats faciles d’un allongement des temps d’écrans, d’une centralisation des pouvoirs, d’un conditionnement autoritaire et scientiste des populations. Pour aller plus loin, je dirais que dans de nombreux domaines, cette crise et notamment les confinements ont lourdement favorisé une vie sociale atomisée, « sans contact » physique11. Cela a intensifié la logique de la société de consommation dont Z. Bauman explique le fondement et la logique individuels : « Contrairement à la production, la consommation est une activité solitaire [en effet, d]es efforts productifs requièrent de la coopération » alors que la « consommation [constitue] une suite de sensations qui ne peuvent être éprouvées — vécues — que subjectivement »12. Depuis les confinements, cette orientation consommatoire s’est étendue de deux façons imbriquées. D’un côté, elle a gagné, au-delà du traditionnel achat de marchandises, de nouveaux terrains, tels que l’apprentissage et le travail en ligne, les apéros, fêtes et conférences virtuels, etc. qui ont été — au moins partiellement — dépouillés de leur dimension collective. De l’autre, les achats habituels, les retraits de documents administratifs, etc. ont été privés des contacts physiques par la commande à distance.

Si la pandémie témoigne de la vulnérabilité d’une humanité progressivement transformée en monoculture à l’échelle du globe (comme je l’explique dans mon livre), les activités en ligne et plus largement l’informatique, censées soulager les personnes enfermées chez elles, contribuent grandement à accentuer la mondialisation, l’homogénéisation et l’unification planétaires des sociétés, pourtant l’une des causes de la genèse et de la diffusion accélérée de pathogènes. Faut-il y voir une ironie tragique ?

Notes

1 Les références complètes des recherches mentionnées figurent dans mon ouvrage.

2 Voir à ce sujet Anne Alombert, « Panser la bêtise artificielle. Organologie et pharmacologie des automates computationnels », Appareil 2023, 26 (en ligne).

3 Cf. Jaime Semprun, L’abîme se repeuple, Encyclopédie des nuisances, 1997, p. 83.

4 Miguel Benasayag et Angélique del Rey, Plus jamais seul. Le phénomène du portable, Bayard, 2006.

5 François Ost, Le droit ou l’empire du tiers, Dalloz, 2021.

6 Katharina Pistor, Le code du capital. Comment la loi crée la richesse capitaliste et les inégalités, Seuil 2023, p. 280.

7 Christopher Pollmann, « De l’État-propriétaire à l’État-gérant », Droit et société n° 69/70, 2008, p. 553 à 561 (558 et suivantes).

8 Byung-Chul Han, Infocratie. Numérique et crise de la démocratie, PUF, 2024, p. 13.

9 Byung-Chul Han, Infocratie, op. cit., respectivement p. 61 et 92.

10 Ibid., p. 79 et suivantes, 82.

11 V. Marc Dugain & Christophe Labbé, L’homme sans contact, L’Observatoire, 2022, que nous n’avons pas pu utiliser, contrairement à l’ouvrage précédent et très riche des mêmes auteurs.

12 Zygmunt Bauman, Liquid Modernity, Polity Press, Cambridge/UK, 2000, p. 165 et 97 (notre trad.).




« Le smartphone tue  : … il nuit gravement à nos habitudes alimentaires et à notre sommeil »

[Source : epochtimes.fr]

Par Julian Herrero

ENTRETIEN – Yannick Guillodo est médecin du sport à Brest. Il est également conférencier et auteur du livre : « Le smartphone tue » dans lequel, comme son nom l’indique, il dénonce les dangers du téléphone portable sur la santé physique. Dans un entretien accordé à Epoch Times, il revient sur son ouvrage et l’actualité marquée par la violence chez les jeunes.

Epoch Times — Qu’avez-vous voulu dire en employant le verbe « tuer » dans le titre de votre ouvrage ? N’est-ce pas un peu fort ?

Yannick Guillodo – Il y a deux raisons qui expliquent pourquoi j’ai choisi ce titre. Premièrement, l’éditeur souhaitait que j’opte pour un titre qui frappe le lecteur. Deuxièmement, pour une raison médicale. Dans mon livre, je me penche davantage sur l’impact du smartphone sur la santé physique et moins sur le neuropsychique.

Je pense que le smartphone détruit les trois piliers de la santé que sont le mouvement, manger correctement et le sommeil de qualité. Une heure de smartphone en plus correspond à une heure de sédentarité en plus, et c’est aussi augmenter le risque de mourir prématurément d’entre 5 et 12 %. La sédentarité est le facteur de risque principal de décès au XXIe siècle, alors qu’au XXe siècle, on parlait plutôt d’inactivité physique. Et c’est un facteur de risque que la pratique d’une activité physique régulière, voire d’une activité sportive n’élimine pas. Des sportifs de haut niveau peuvent être sédentaires, c’est-à-dire qu’ils restent plus de sept heures par jour sur leur téléphone. La sédentarité est devenue un facteur de risque en raison de l’environnement numérique et plus précisément du smartphone qui est l’écran le plus familier, notamment des jeunes et des moins jeunes.

Aussi, le smartphone a un impact sur notre alimentation parce qu’il détruit notre manière ancestrale de nous nourrir, c’est-à-dire prendre son petit-déjeuner, déjeuner et dîner au profit de nouvelles habitudes alimentaires que sont le grignotage et les livraisons via des applications.

Enfin, on oublie toujours le sommeil dans la prévention alors que c’est un pilier aussi important que les deux précédents. Nous avons perdu une heure de sommeil ces dernières années et on sait qu’une heure de sommeil en moins revient à augmenter de 22 % le risque de faire du diabète. Et puis, la baisse de la durée du sommeil à laquelle nous assistons est largement due au temps passé sur le smartphone et au numérique de manière générale.

Donc, on peut dire que le smartphone tue parce que c’est la raison principale de notre sédentarisation et parce qu’il nuit gravement à nos habitudes alimentaires et à notre sommeil.

Vous dites que les smartphones peuvent engendrer des problèmes de santé. Mais aujourd’hui, pour certains emplois, il est devenu indispensable…

Vous avez tout à fait raison. Comme je l’écris dans mon livre, je ne souhaite pas revenir à la bougie. Cependant, le télétravail, introduit lors de la crise sanitaire, a en quelque sorte fait tomber le mur entre le numérique professionnel et le numérique des loisirs. Nous avons fait rentrer le numérique professionnel chez nous, sans enlever le numérique des loisirs qui était déjà dans nos maisons.

Bien entendu, le numérique était déjà présent au travail avant l’épidémie avec WhatsApp, les SMS, etc., mais le confinement et le télétravail ont définitivement brisé la frontière entre le numérique professionnel et celui des loisirs. Pour ma part, je considère que le télétravail représente un danger pour la santé.

Pour vous, les smartphones représentent plus un danger pour les adultes, les plus jeunes ou l’ensemble de la société ?

Je dirais l’ensemble de la société même s’il est vrai que ceux qui ont plus de 50 ans ont passé la moitié de leur vie sans écran « de poche » tandis que ceux qui ont en moyenne 25 ans ont toujours connu le smartphone. Les plus âgés ont été à l’abri de ça pendant des années et vont donc moins en subir les conséquences. Cela étant, on remarque dans la rue que tout le monde est penché sur son téléphone portable.

La chose qu’il faut noter chez les jeunes est que le smartphone remplace tout. Il remplace la montre, la télévision, l’appareil photo. Les personnes plus âgées, même celles qui ont un smartphone, ont tout de même conservé ces objets plus classiques.

L’ultraviolence semble s’être emparée de la jeunesse. Existe-t-il, selon vous, un lien entre les smartphones et cette ultraviolence ?

Ma réponse est oui. Nous vivons de moins en moins ensemble et de plus en plus côte à côte. Nous avons beaucoup de followers sur les réseaux sociaux, mais plus un seul ami. Il y a une telle possibilité d’avoir des relations, qu’il n’y a plus de relations.

L’époque des enfants avec un sac à dos dans la rue qui traînent et qui jouent au foot est terminée. Ce temps d’échange qu’il y avait autour de l’école était un moyen de s’opposer de manière ludique ou de converser sur la route, mais il n’existe plus. On est en train de détruire le lien social chez les enfants parce que l’école est formatée.

Quelles propositions faites-vous pour réguler les smartphones ?

La première, c’est déjà de faire la promotion de la santé, de dire qu’il n’y a pas d’interdiction, mais de sensibiliser les gens sur le temps qu’ils passent sur leur smartphone. À Brest, nous avons lancé l’opération « Posons nos smartphones ». Nous avons demandé aux gens de réduire d’une heure pendant une semaine leur temps sur leur téléphone.

Parmi les volontaires, 75 % ne sont pas parvenus à le faire. Ce qui veut dire qu’il est urgent d’intervenir. Deuxièmement, et c’est pour ça que nous pouvons être optimistes, il faut capitaliser sur les 25 % de gens qui y arrivent. Ces 25 % sont plus actifs au quotidien. Il ne faut pas donc pas faire de la prévention primaire, mais s’attaquer à la racine du mal qu’est le smartphone, et avec cette opération, je démontre que les 25 % des gens qui arrivent à réduire d’une heure leur temps d’utilisation de leur smartphone sont plus actifs et prennent plus soin de leur santé.

À la suite de « Posons nos smartphones », nous avons fait des publications en indiquant que cela ne coûte rien, que les gens peuvent être informés sur leur temps passé sur les écrans, qu’ils peuvent avoir des feed-back, etc. L’État et nos politiques devraient donc s’en inspirer. C’est sans prise de risque puisque nous avons déjà publié dessus.

Finalement, pour reprendre le slogan que j’ai créé, je dirais que le smartphone, c’est maximum trois heures par jour et pas tous les jours trois heures par jour parce qu’il est très difficile de passer moins de trois heures quotidiennement sur cet objet qui fait partie de notre vie.




Un jeune Français sur deux prêt à se faire tuer en Ukraine ?

Mise à jour :

Comme le mentionne Hasthable, cette étude [voir le fichier PDF repris plus bas] ne dit rien de tel.

Il n’y figure aucune question relative à l’idée de s’engager ou d’aller faire la guerre pour de vrai.

La question posée pour le résultat 51 % est simplement :

« Jouez-vous souvent aux jeux vidéo de guerre/tir ? »

et le résultat regroupe les réponses « Très souvent » et « Assez souvent ». On peut noter en passant qu’il n’y a de plus aucune précision sur la signification du « Très souvent » (une fois par semaine ?) et du « Assez souvent » (une fois par mois ?).

Les articles qui ont évoqué cette étude en faisant croire qu’un jeune Français sur deux était prêt à se faire trouer la peau en Ukraine sont de la pure manipulation/propagande.




L’ONU voudrait transformer la critique de l’idéologie de genre en « crime contre l’humanité » !

Par Dr Gérard Delépine

L’ONU a été créée pour maintenir la paix. Mais depuis que le financement de certaines de ses agences dépend d’organismes privés ou de milliardaires activistes, elle néglige sa mission fondatrice (toujours aucune proposition onusienne crédible de paix pour les conflits en Ukraine, en Palestine ou en Afrique) pour s’intéresser principalement aux problèmes de société et tout particulièrement à ceux des minorités sexuelles.

Les extrémistes du genre veulent modifier la définition du sexe et déclarer l’homophobie et la transphobie crime contre l’humanité. Cette dérive s’exprime déjà dans les textes onusiens qui substituent systématiquement le mot genre à sexe1. Elle banalise le concept et témoigne d’un mépris insupportable envers des souffrances des Juifs, Arméniens, Yézidis et les autres victimes de véritables crimes contre l’humanité lors des guerres en Yougoslavie, au Rwanda et au Congo dont elle nie le caractère inhumain exceptionnel.

Le concept de crime contre l’humanité et son utilisation classique

La notion de crime contre l’humanité a été conçue en 1943 par les principaux alliés contre le nazisme s’engageant à poursuivre les « criminels de guerre jusque dans les régions les plus éloignées de la Terre et les remettront aux accusateurs pour que justice soit faite ».2

Il a été défini en 1945 dans le statut du tribunal militaire de Nuremberg comme la « violation délibérée et ignominieuse des droits fondamentaux d’un individu ou d’un groupe d’individus inspirée par des motifs politiques, philosophiques, raciaux ou religieux ».

Sont visés par la définition : la persécution de tout groupe ou de toute collectivité identifiable pour des motifs d’ordre politique, racial, national, ethnique, culturel, religieux tels que meurtre, extermination, réduction en esclavage, déportation, transfert forcé de la population, emprisonnement, privation grave de liberté physique, disparition forcée de personnes, apartheid, torture, et toute forme de violence sexuelle grave (viol, esclavage sexuel, prostitution forcée, grossesse forcée, stérilisation forcée). Selon cette définition, le terme « sexe » s’entend de l’un et l’autre sexe, masculin et féminin, suivant le contexte de la société et n’implique aucun autre sens.

Les crimes contre l’humanité engagent la responsabilité pénale personnelle des individus qui les ont commis, et non pas celle des états qui les auraient inspirés.

Ce crime est imprescriptible3 et peut donc être jugé quel que soit le délai entre sa réalisation et le dépôt de plainte. Il expose à la réclusion criminelle à perpétuité.

La loi du 26 décembre 1964 a inclus le crime contre l’humanité dans le Code pénal français. Il a permis de condamner Paul Touvier et Klaus Barbie au maximum de la peine prévue. Papon, jugé pour avoir organisé les rafles des juifs, se défendait en affirmant n’avoir été qu’un fonctionnaire obéissant à un état ne pratiquant pas « une politique d’hégémonie idéologique » ; il a été condamné à dix ans de réclusion criminelle4 pour complicité.

La Cour pénale internationale a été instituée pour juger les responsables de crimes contre l’humanité ; son fonctionnement et son statut ont été officialisés par l’accord de Rome en 19985. Le bilan de son fonctionnement est cependant très mitigé du fait d’une indépendance douteuse envers les grandes puissances, de la mauvaise qualité de certains dossiers, et de sa gouvernance parfois discutable rappelant la fable des animaux malades de la peste de La Fontaine :

« Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir ».

Le projet de modification de la définition du sexe dans les traités

La définition précise du sexe dans le paragraphe 3 de l’article 7 du Statut de Rome avait été ajoutée pour éviter son utilisation abusive pour poursuivre les convictions et les opinions. Il a été jugé nécessaire parce que* dans le traité de Rome, le crime de « peines sexistes » s’applique à un très large éventail d’actions, et peut inclure la parole.

Le nouveau projet de traité, élaboré par la Commission du droit international, veut modifier la définition du sexe pour satisfaire les activistes homosexuels et transgenres.

La transformation de cette définition du sexe en genre dans le nouveau traité sur les crimes contre l’humanité pourrait permettre la poursuite de quiconque exprime son opposition à des idées, à un comportement ou à des pratiques homosexuelles et transgenres.

En avril 2023 les partisans de cette modification de définition, l’Union européenne et les États-Unis, ont poussé l’Assemblée générale à adopter la nouvelle définition.

Mais le représentant ou le Maroc, parlant au nom des 54 pays du Groupe des États d’Afrique a déclaré que « les préoccupations légitimes de tous les États Membres ne devraient pas être ignorées » et a mis en garde contre « toute tentative d’imposer les vues d’une partie ou de toute théorie ou définition juridique » qui ne sont pas acceptées au niveau international.

Plusieurs délégations, dont l’Égypte, la Fédération de Russie et le Pakistan, ont soutenu cette déclaration refusant la nouvelle définition du sexe dans le projet de traité.

(Source image : https://www.bbc.com/afrique/monde-59781984)

La plupart des pays considèrent le sexe comme une réalité fondée sur la biologie et ayant des implications juridiques, et le genre comme une simple idéologie sociale fondée sur le ressenti. Les homosexuels ne constituent qu’une minorité (2-4 % des populations)6 7 8, et les transgenres une infime minorité (<0,05 %). Les revendications de leurs activistes bénéficient d’une attention totalement disproportionnée à leur nombre dans les cercles du pouvoir, les médias et les films et feuilletons télévisés occidentaux.

Parmi les membres de l’ONU, seule une minorité de pays a accédé aux revendications des activistes des minorités sexuelles. Après les Pays-Bas en 2001, seuls 14 autres pays européens ont légalisé le mariage homosexuel.

Dans le monde 21 autres pays pays autorisent les couples de même sexe à se marier, soit au total moins de 20 % des pays membres de l’ONU (36 sur 197). Seulement une quinzaine de pays (<8 %) permettent aux personnes transgenres de faire modifier leur état civil sur simple déclaration, tandis que 13 pays membres de l’ONU criminalisent encore de façon explicite les minorités sexuelles dans leurs lois

comme en Ouganda ou la loi antihomosexualité de 2023 prévoit de lourdes peines pour les personnes ayant des relations homosexuelles et un délit d’« homosexualité aggravée » passible de la peine de mort.

La définition du sexe comme une construction sociale que propose la commission, élèverait juridiquement l’« orientation sexuelle » et « l’identité de genre » à une catégorie de droit international protégée sur le même plan que le sexe, et autoriserait les organismes des Nations Unies et le procureur de la Cour pénale internationale à reconnaître autant de genres que les individus peuvent affirmer subjectivement et ouvrirait la porte à la poursuite pénale de quiconque s’oppose à des idées, des comportements ou des pratiques homosexuels et transgenres.

Il constitue une menace pour la capacité des personnes à s’exprimer librement à propos de ce qu’ils croient de la nature de la personne humaine, des hommes, des femmes, du mariage et de la famille, et d’adopter des lois conformes à ces croyances.

Non aux propositions des extrémistes trans qui instrumentalisent l’ONU dans leur combat qui nie les réalités biologiques. Non à la banalisation du crime contre l’humanité.

Informez vos proches et vos voisins.

Informez vos représentants et les élus pour qu’ils rejettent cette dérive et défendent les réalités biologiques. Refusons les propositions des extrémistes trans qui marginalisent l’Occident et permettent à nos ennemis de se moquer de notre déclin moral et intellectuel.

Comme l’a souligné le Premier ministre britannique Rishi Sunak le 4 octobre 2023 lors du congrès annuel du Parti conservateur :

« Nous ne devrions pas nous laisser intimider par la croyance selon laquelle les gens peuvent avoir le sexe de leur choix… Un homme est un homme et une femme est une femme, c’est juste du bon sens ».

Rappeler une réalité biologique ne doit pas être qualifié de « crime contre l’humanité » !


1 https://www.unwomen.org/sites/default/files/2022-01/Identifying-gender-persecution-in-conflict-and-atrocities-fr.pdf

2 https://www.cairn.info/revue-humanisme-2006-2-page-38.htm#pa57

3 Selon le traité international qui émane de l’Organisation des Nations unies « Convention on the non-applicability of statutory limitations to war crimes and crimes against humanity »

4 https://francearchives.gouv.fr/fr/article/714107630

5 Le texte du Statut de Rome est celui du document distribué sous la cote A/CONF.183/9, en date du 17 juillet 1998, et amendé par les procès-verbaux en date des 10/11/1998, 12 juillet 1999, 30 novembre 1999, 8 mai 2000, 17 janvier 2001 et 16 janvier 2002. Le Statut est entré en vigueur le 1er juillet 2002.

6 “AIDS and sexual behaviour in France. Mostly Indian Girls are affected from France girls. ACSF investigators”, Nature, vol. 360, no 6403,‎ décembre 1992, p. 407–9

7 Smith, C. E. Rissel, J Richters, A. E. Grulich et R. O. De Visser, “Sex in Australia: Sexual identity, sexual attraction and sexual experience among a representative sample of adults”, Australian and New Zealand Journal of Public Health, vol. 27, no 2,‎ 2003, p. 138–45

8 Julia Haversath & al., « Sexual Behavior in Germany », Deutsches Ärzteblatt International, vol. 114, nos 33-34,‎ 2017, p. 545–50




Selon le Dr Michael Nehls, les vaccins anticovid ont transformé les gens en zombies décérébrés

[Source : makismd.substack.com]

Michael Nehls est un médecin allemand titulaire d’un doctorat en génétique moléculaire.

Il a publié deux articles avec des lauréats du prix Nobel.

D’après Wikipedia :

« Le livre de Michael Nehls, The Indoctrinated Brain (Le cerveau endoctriné), a suscité une vive controverse en raison de ses affirmations audacieuses concernant les effets des vaccins à ARNm COVID-19 sur la cognition et l’autonomie humaines. Nehls suggère que ces vaccins, parmi d’autres pressions modernes, font partie d’un assaut global de manipulation de l’esprit humain, visant à faciliter un contrôle gouvernemental accru sur les individus. Ses théories s’alignent sur des récits conspirationnistes plus larges, qui ont été diffusés par le biais de diverses plateformes connues pour héberger ce type de contenu.

Les travaux de Nehls ont été présentés lors d’une discussion avec Tucker Carlson, où il a exposé son point de vue sur la manipulation de la mémoire et de la cognition humaines par la peur, suggérant un effort délibéré pour contrôler la population. En outre, les théories de Nehls ont été citées par des sites conspirationnistes tels qu’Infowars dans un article intitulé “Molecular Geneticist Explains How mRNA Vaccines Were Designed to Conquer the Human Mind” (Un généticien moléculaire explique comment les vaccins ARNm ont été conçus pour conquérir l’esprit humain), ce qui associe encore davantage ses travaux à des récits marginaux.

En outre, The Indoctrinated Brain a été publié par Skyhorse Publishing, une société qui a l’habitude de publier des ouvrages à caractère conspirationniste. Skyhorse Publishing s’est fait une réputation en acceptant des auteurs que d’autres maisons évitent, y compris des personnalités qui ont propagé des informations erronées, notamment de fausses théories sur les vaccins contre le coronavirus. Cette toile de fond place le travail de Nehls dans un contexte spécifique de littérature controversée.

Si les hypothèses de Nehls ont été soutenues par certains cercles, notamment par des personnalités telles que Naomi Wolf et Stephanie Seneff, elles n’ont pas été largement acceptées par la communauté scientifique dominante. Les principales organisations de santé, dont l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), continuent de soutenir la sécurité et l’efficacité des vaccins COVID-19, réfutant les allégations selon lesquelles ils seraient des outils de manipulation gouvernementale.

Le débat autour de The Indoctrinated Brain illustre la tension entre les théories marginales et le consensus scientifique établi, soulignant les défis de la communication en matière de santé publique et de la lutte contre la désinformation à l’ère du COVID-19. »

[NDLR La véritable science ne fonctionne pas sur la base du consensus (qui n’est lui-même pas un argument scientifique, pas davantage que la notoriété du supposé scientifique), mais sur le doute, la remise en question permanente des connaissances en fonction des nouvelles expériences et des nouvelles données observationnelles, et le respect de la méthode scientifique. Par contre le scientisme moderne (que l’on voit notamment fleurir en climatologie et en médecine) s’appuie sur un consensus guidé ou imposé par la finance et la politique et promu par les médias mainstream (et dans certains cas par des médias alternatifs).]

Michael Nehls est né en 1962. Après un doctorat en médecine et une thèse en génétique moléculaire, il a mené, au sein de grands groupes privés, des recherches sur les solutions médicamenteuses des maladies dites « de civilisation » (diabète, obésité, maladies du cœur, excès de cholestérol). Il a publié plus de cinquante articles scientifiques et travaillé comme directeur de recherche dans plusieurs universités et sociétés privées en Allemagne et aux Etats-Unis. En 2007, ayant lui-même retrouvé la santé grâce à des solutions non médicamenteuses, il quitte ses fonctions et poursuit en tant que chercheur et auteur indépendant. Il a publié quatre livres à succès, dont deux sur Alzheimer.

(Actes Sud)

[Voir aussi :
Rudolph Steiner avait prévu en 1917 un vaccin qui priverait l’Homme de son âme]

Partout dans le monde, les performances mentales diminuent, en particulier chez les jeunes, tandis que les taux de dépression augmentent de façon spectaculaire. Une personne sur quarante souffre aujourd’hui de la maladie d’Alzheimer, et l’âge d’apparition de la maladie recule rapidement. Mais les causes ne sont pas éliminées. S’agit-il d’une coïncidence ? « The Indoctrinated Brain » présente un mécanisme neurobiologique puissant et largement méconnu, dont les multiples perturbations, passées le plus souvent inaperçues, sont à l’origine de ces évolutions catastrophiques. Dans ce livre, le Dr Michael Nehls, médecin et généticien moléculaire de renommée internationale, expose une chaîne de preuves stupéfiante qui suggère que derrière ces nombreuses influences négatives se cache une attaque ciblée et magistralement exécutée contre notre individualité, dans le but de priver les gens de leur capacité à penser par eux-mêmes. Mais il n’est pas trop tard. En révélant ces processus qui endommagent le cerveau et en décrivant des contre-mesures applicables individuellement, Nehls apporte de la lumière et de l’espoir à ce chapitre funeste de l’histoire de l’humanité. La question de savoir si notre espèce sera capable de préserver son humanité et son pouvoir créatif, ou si elle les perdra irrémédiablement, ne sera rien de moins que décidée à notre époque.

https://michael-nehls.com/


Bonus






Tartarin de Tarascon et la conspiration touristique

[Publication initiale : dedefensa.org]

Par Nicolas Bonnal

La théorie de la conspiration suppose un complot, des méchants, des sociétés (ou leur religion, leur représentation mentale) et une dimension, forme a priori de la sensibilité, le temps. Or il nous semble que c’est faire injure au vrai objet des conspirations technologiques modernes, que d’ignorer la terrible efficacité de ces conspirations contre l’espace, contre le décor, contre la terre. D’ailleurs Guénon s’est trompé, c’est l’espace qui a été tué et rongé, et remplacé, pas le temps (on peut toujours le plier, le ranger). La pseudo-société traditionnelle et ses géniaux Juvénal ou ibn Khaldun savait à quoi s’en tenir sur tel âge d’or ; le temps — le temps qui court — est toujours le même, ignoble, bâtard et désastreux. Mais la terre était belle. Mais elle avait encore un territoire, un espace, et cet espace a disparu dans le monde dit moderne, dans le techno-scope où nous évoluons. Guénon le dit d’ailleurs dans le Règne de la quantité ! C’est l’histoire de Don Quichotte et de ses moulins : quelque démon conspire et le sol se dérobe enfin sous ses pieds.

« … ce doit être la vérité, que ce sage Freston, qui m’a volé les livres et le cabinet, a changé ces géants en moulins pour m’enlever la gloire de les vaincre : tant est grande l’inimitié qu’il me porte ! Mais en fin de compte son art maudit ne prévaudra pas contre la bonté de mon épée. »

Mais lisons Wikipédia, notre bon vieux Wikipédia, qui met tout (n’importe quoi donc) à la portée de tout (et non plus de tous).

« Se référant à une fable de Borges écrite sous le nom de Suarez Miranda, remettant en cause aussi bien la notion classique de l’auteur, que celle de la chronologie nécessaire à toute histoire des idées (les nouvelles d’un auteur pouvant ainsi influencer un auteur antérieur), Baudrillard a affirmé que dans notre société actuelle, le simulacre avait remplacé l’original, comme dans une nouvelle de Borges, la carte de l’Empire se substituait au territoire lui-même. Baudrillard a éprouvé, en particulier dans les années 1990, ses théories à l’aune, non pas du réel puisque celui-ci a disparu, mais des événements médiatiques successifs. »

On va citer Borges qui a écrit ce texte merveilleux dans une langue impeccable et simple (recueil El Hacedor) :

« … En aquel Imperio, el Arte de la Cartografía logró tal Perfección que el mapa de una sola Provincia ocupaba toda una Ciudad, y el mapa del imperio, toda una Provincia. Con el tiempo, esos Mapas Desmesurados no satisfacieron y los Colegios de Cartógrafos levantaron un Mapa del Imperio, que tenía el tamaño del Imperio y coincidía puntualmente con él. Menos Adictas al Estudio de la Cartografía, las Generaciones Siguientes entendieron que ese dilatado Mapa era Inútil y no sin Impiedad lo entregaron a las Inclemencias del Sol y de los Inviernos. En los desiertos del Oeste perduran despedazadas Ruinas del Mapa, habitadas por Animales y por Mendigos; en todo el País no hay otra reliquia de las Disciplinas Geográficas. »
(« Dans cet empire, l’art de la cartographie avait atteint une telle perfection que la carte d’une seule province occupait une ville entière, et la carte de l’empire, une province entière. Avec le temps, ces cartes démesurées ne furent plus satisfaisantes et les collèges de cartographes établirent une carte de l’Empire, qui avait la taille de l’Empire et coïncidait exactement avec lui. Moins passionnées par l’étude de la cartographie, les générations suivantes comprirent que cette carte dilatée était inutile, et c’est non sans impiété qu’elles l’abandonnèrent aux intempéries du soleil et des hivers. Dans les déserts de l’Ouest traînent des ruines déchiquetées de la carte, habitées par des animaux et des mendiants ; dans tout le pays, il n’y a pas d’autre vestige des disciplines géographiques. »)

Les cartes remplacèrent le monde, les cartes furent le monde. On comprend pourquoi l’objet borgésien fascina Baudrillard. Et on citera un Grand d’Espagne, de cette Espagne qui découvrit et inventa le Monde, et qui (il s’agit de Balthazar Gracian) dans le Criticon décline le nouveau monde à venir, faux et basé sur la machine et la scène du théâtre :

« Esto dijo al entrar en una de sus más célebres ciudades, gran Babilonia de España, emporio de sus riquezas, teatro augusto de las letras y las armas, esfera de la nobleza y gran plaza de la vida humana. »
(« C’est ce qu’il dit en entrant dans l’une de ses villes les plus célèbres, la grande Babylone de l’Espagne, l’emporium de ses richesses, l’auguste théâtre des lettres et des armes, la sphère de la noblesse et le grand siège de la vie humaine. »)

Le monde en fait n’est plus qu’une métaphore, une périphrase, un décor de mots et de compléments du nom. C’est aussi souvent une anaphore. C’est l’illusion comique de Corneille aussi qui démarre en trombe sur les vers suivants et provocants :

« Ce mage, qui d’un mot renverse la nature,
n’a choisi pour palais que cette grotte obscure.
La nuit qu’il entretient sur cet affreux séjour
N’ouvrant son voile épais qu’aux rayons d’un faux jour,
De leur éclat douteux n’admet en ces lieux sombres
Que ce qu’en peut souffrir le commerce des ombres. »

Mais revenons à Gracian, qui use et abuse aussi dans son île froidement plagiée par Eco, du GN théâtre du monde :

« La fiesta era una farsa con muchas tramoyas y apariencias, célebre espectáculo en medio de aquel gran teatro de todo el mundo. »
(« La fête était une farce avec beaucoup d’artifices et d’apparences, un spectacle célèbre au milieu de ce grand théâtre du monde entier. »)

La tramoya (j’explique bien sûr le seul terme incompréhensible au lecteur francophone) est une pièce de machinerie théâtrale (Gracian est obsédé aussi par la maquina del mundo). Elle désigne aussi le piège. C’est que notre jésuitique baroque est déjà liquide, athée et machinal (voyez Don Juan). Cette terrible révélation sera finalement noyée dans le décorum illusoire du trompe-l’œil ecclésiastique, mais elle prépare la révolution industrielle et le devenir-marchandise ou le devenir-falsification du monde. Baudrillard (qui ne fait que reprendre Feuerbach) a raison : le faux précède le vrai, la copie précède la réalité, et c’est du théâtre shakespearien, espagnol ou français que va surgir le vrai-faux monde de la modernité. Poil au nez, ajoutera Cyrano, premier combattant de cette ère postchrétienne et post-réelle (lui aussi fait croire qu’il a été sur la lune !). Mais venons-en à la Suisse, à Tartarin en Suisse et au magnum industriel du destin touristique. Destinée, quel beau mot…

Tartarin dans les Alpes donc, chapitre V :

« La Suisse, à l’heure qu’il est, vé ! monsieur Tartarin, n’est plus qu’un vaste Kursaal, ouvert de juin en septembre, un casino panoramique, où l’on vient se distraire des quatre parties du monde et qu’exploite une compagnie richissime à centaines de millions de milliasses, qui a son siège à Genève et à Londres. Il en fallait de l’argent, figurez-vous bien, pour affermer, peigner et pomponner tout ce territoire, lacs, forêts, montagnes et cascades, entretenir un peuple d’employés, de comparses, et sur les plus hautes cimes installer des hôtels mirobolants, avec gaz, télégraphes, téléphones !…

– C’est pourtant vrai, songe tout haut Tartarin qui se rappelle le Rigi.

– Si c’est vrai !… Mais vous n’avez rien vu… Avancez un peu dans le pays, vous ne trouverez pas un coin qui ne soit truqué, machin comme les dessous de l’Opéra ; des cascades éclairées à giorno, des tourniquets à l’entrée des glaciers, et, pour les ascensions, des tas de chemins de fer hydrauliques ou funiculaires. »

L’eau et les fluides, les machines et l’hydraulique, les éclairages savants, le théâtre à effet, l’opéra si orphique. C’est Boboli sur la montagne (toute la fin de mon roman sur les Territoires protocolaires). Mais la confession révolutionnaire ne bouleverse pas Tartarin, qui avait déjà une mauvaise impression. C’est qu’on est à une époque où la technique transforme vraiment le monde. La rapide transformation du monde par le chemin de fer, le métal, les vacances des riches, par tout le bataclan d’une société toujours moderne et contemporaine, va retirer toute la poésie du monde ; cette poésie se réfugiera dans les recueils de poésies romantiques, eux-mêmes démodés à court terme — Andersen le regrette dans l’un de ses meilleurs contes). Quelle conspiration tout de même : le monde vrai remplacé par un faux monde animé par des machines. Encore mieux que du cinéma. Mais Daudet avait ainsi terminé dans les lettres de son Moulin à paroles son meilleur conte, Maître Cornille. Le moulin (encore lui, cousin éloigné du dark satanic mill de William Blake) se devait de faire semblant, devenant une attraction villageoise avant de terminer en attraction touristique (ou en résidence secondaire et baraque recyclée). Le moulin de Cornille est un premier simulacre, mais c’est un simulacre gentil qui fonctionne à votre bon cœur.

La Suisse des Anglais, de Byron, des Shelley et de Frankenstein (l’homme artificiel !) était déjà trop bien peignée, trop bien meublée. Le pays avait donné sa place au décor, la montagne à l’ameublement. Daudet reprend l’idée du décor de théâtre baroque, qui doit recréer l’illusion de la réalité, à supposer que cette réalité n’eût jamais existé. Car au moyen âge on ne décrivait jamais un paysage ; lisez Chrétien de Troyes, comme il est discret… Ce paysage, existait-il d’ailleurs ? Y a-t-il un paysage dans la salle ? Ou n’y a-t-il que de l’esprit d’homme ?

Daudet encore, qui comprend avant les producteurs hollywoodiens (eux aussi sont de la conspiration !) qu’il faut créer de l’événementiel, du risque, de l’attentat même (Tartarin croisera sous peu des nihilistes russes, excusez du peu !) pour motiver le chaland et faire venir le client :

« Toutefois, la Compagnie, songeant à sa clientèle d’Anglais et d’Américains grimpeurs, garde à quelques Alpes fameuses, la Jungfrau, le Moine, le Finsteraarhorn, leur apparence dangereuse et farouche, bien qu’en réalité, il n’y ait pas plus de risques là qu’ailleurs.

– Mais, l’année dernière encore, l’accident du Wetterhorn, ces deux guides ensevelis avec leurs voyageurs !…

– Il faut bien, té, pardi !… pour amorcer les alpinistes… Une montagne où l’on ne s’est pas un peu cassé la tête, les Anglais n’y viennent plus… Le Wetterhorn périclitait depuis quelque temps ; avec ce petit fait-divers, les recettes ont remonté tout de suite. »

Créer des incidents, de petites guerres dans un faux-monde baroque (ou néobaroque) sacrément pomponné et ennuyeux. Mais ne dirait-on pas le nôtre ? C’est d’ailleurs un sujet de Chesterton (« l’agence de l’aventure et de l’inattendu » dans le Club des métiers bizarres, qui inspirera le bon scénario du film The Game). Cette agence est payée pour vous distraire et pour vous affoler. De vrais sévices secrets. Un petit attentat pour vous réveiller, vous faire mieux voter ?

L’histoire n’est pas terminée ! Les terroristes attaquent ! C’est le meilleur moyen de créer de la valeur. Au 11 septembre succéda un bas taux d’intérêt, une bulle boursière et surtout une interminable et atroce hausse des prix de l’immobilier. Au faux risque succéda une fantastique et fausse création de richesse. The Donald se paya une tour philippine (du président Marcos) pour un million en 1996. Aujourd’hui elle en vaut 400. Mais elle a subi un lifting, comme la carte de Borges.

Cent ans avant Umberto Eco, sa guerre du faux et les amuseurs ludiques de la pensée postmoderne, Daudet en humoriste génial nous crée un monde factice, et il dessine la Suisse comme un parc d’attractions, un Disneyworld pour riches britishs délurés (en attendant les qataris). Et que deviennent les gens, que deviennent les peuples de paysans, les valeureux suisses profonds descendants du guerrier Guillaume Tell ? Réponse : des employés de la prospère entreprise touristique cotée à Londres ou à New York ! On l’écoute :

« Quand vous voyagez dans la Suisse allemande, des fois vous apercevez à des hauteurs vertigineuses un pasteur prêchant en plein air, debout sur une roche ou dans une chaire rustique en tronc d’arbre. Quelques bergers, fromagers, à la main leurs bonnets de cuir, des femmes coiffées et costumées selon le canton, se groupent autour avec des poses pittoresques ; et le paysage est joli, des pâturages verts ou frais moissonnés, des cascades jusqu’à la route et des troupeaux aux lourdes cloches sonnant à tous les degrés de la montagne. Tout ça, vé ! c’est du décor, de la figuration. »

Le pasteur n’est pas un berger. Dont acte. Que le pasteur-prêcheur soit un truqueur, un hâbleur professionnel, ce bon Marx nous le dit scandalisé, lorsqu’il reprend les observations de Beaumont, le copain de classe de Tocqueville en Amérique (ce n’est pas un continent plus très vierge, c’est déjà la salle de conférences de la modernité, non mais).

Beaumont nous dit aussi qu’on est ignorant de la nature quand on est dans l’industrie (industrie est selon Perrault cette qualité du chat botté qui finit par meurtre, appropriation et mensonge) :

« Voyez le paysan français, d’humeur gaie, le front serein, les lèvres riantes, chanter sous le chaume qui recèle sa misère, et sans soucis de la veille, sans prévoyance du lendemain, danser joyeux sur la place du village. »

« On ne sait rien, en Amérique, de cette heureuse pauvreté. Absorbé par des calculs, l’habitant des campagnes, aux États-Unis, ne perd point de temps en plaisirs ; les champs ne disent rien à son cœur ; le soleil qui féconde ses coteaux n’échauffe point son âme. Il prend la terre comme une matière industrielle ; il vit dans sa chaumière comme dans une fabrique. »

Le paysan français corrigea vite le tir. Dettes, engrais et pollution.

C’est aussi en Amérique qu’on nous vendra la nostalgie comme matière industrielle, l’insatisfaction comme marchandise, dit Debord, à qui nous allons bientôt y revenir. Mais en passant par Daudet qui évoque la conspiration marchande (la seule qui compte et qu’on oublie ma foi) :

« Seulement, il n’y a que les employés de la Compagnie, guides, pasteurs, courriers, hôteliers qui soient dans le secret, et leur intérêt est de ne pas l’ébruiter de peur d’effaroucher la clientèle. »

Le déclin du paysage accompagne celui de la foi et de l’esprit. Le simulacre du paysage accompagne le simulacre de la religion que décèle Feuerbach bien avant Nietzsche. Marx cite donc Beaumont dont le bon livre est bêtement ignoré (et ce n’est pas pour critiquer Tocqueville !) :

« La prédication religieuse est devenue un article de commerce, et le négociant failli de l’Évangile s’occupe d’affaires tout comme le prédicateur enrichi. Tel que vous voyez à la tête d’une congrégation respectable a commencé par être marchand ; son commerce étant tombé, il s’est fait ministre. Cet autre a débuté par le sacerdoce —, mais, dès qu’il a eu quelque somme d’argent à sa disposition, il a laissé la chaire pour le négoce. Aux yeux d’un grand nombre, le ministère religieux est une véritable carrière industrielle. »

(Beaumont, p. 185-186.)

La falsification du monde devrait être le sujet de la conspiration, dont il est le secret le mieux gardé. Debord a bien écrit dessus dans ses inusables Commentaires :

« Comme on pouvait facilement le prévoir en théorie, l’expérience pratique de l’accomplissement sans frein des volontés de la raison marchande aura montré vite et sans exceptions que le devenir-monde de la falsification était aussi un devenir-falsification du monde. Hormis un héritage encore important, mais destiné à se réduire toujours, de livres et de bâtiments anciens, qui du reste sont de plus en plus souvent sélectionnés et mis en perspective selon les convenances du spectacle, il n’existe plus rien, dans la culture et dans la nature, qui n’ait été transformé, et pollué, selon les moyens et les intérêts de l’industrie moderne. »

Avant Debord et même un peu avant Daudet, Ludwig Feuerbach remarquait lui dans son Essence du christianisme (livre presque agacé par les cathos très bourgeois de son temps) :

« Pour ce temps-ci, il est vrai, qui préfère l’image à la chose, la copie à l’original, la représentation à la réalité, l’apparence à l’être, cette transformation est une ruine absolue ou du moins une profanation impie, parce qu’elle enlève toute illusion. Sainte est pour lui l’illusion et profane la vérité. On peut même dire qu’à ses yeux la sainteté grandit à mesure que la vérité diminue et que l’illusion augmente ; de sorte que le plus haut degré de l’illusion est pour lui le plus haut degré de la sainteté. Depuis longtemps la religion a disparu et sa place est occupée par son apparence, son masque, c’est-à-dire par l’Église, même chez les protestants, pour faire croire au moins à la foule ignorante et incapable de juger que la foi chrétienne existe encore, parce qu’aujourd’hui comme il y a mille ans les temples son encore debout, parce qu’aujourd’hui comme autrefois les signes extérieurs de la croyance sont encore en honneur et en vogue. »

Feuerbach complète très bien Daudet Alphonse.

Nous aurons vu que :

  • • La carte de Borges remplace le territoire.
  • • Le simulacre de Baudrillard remplace la réalité.
  • • La copie religieuse de Feuerbach remplace aussi la réalité.
  • • La conspiration paranoïaque du Quichotte remplace les ailes du moulin.
  • • Le décor truqué de l’opéra remplace la Suisse profonde touristique. Dumas décrit une Alhambra faite de poussière, qui aujourd’hui ressemble à un hôtel de luxe américain.
  • • Les attentats remplacent l’histoire, la peur de l’histoire cette histoire. C’est une règle de la tactique Saul Alinski.
  • • Si tout cela n’est pas une conspiration, et autrement plus grave que toutes les autres encore, qu’est-ce que ce sera donc ?
  • • Les vraies conspirations, on n’en parle jamais ; elles sont sous notre nez.

Et comme on citait Dumas, qui savait déjà ce qu’il voyait, à savoir un simulacre d’Alhambra :

« … le temps n’est pas éloigné, madame, où l’Alhambra ne sera plus que poussière. Le miracle de la création humaine, ce songe solidifié par la baguette d’un enchanteur et qu’on appelle la cour des Lions, craque, se fend, menace de choir, et serait déjà tombé même sans les étais dont on l’a soutenu. Priez pour la cour des Lions, madame, priez pour que le Seigneur la maintienne debout, ou priez tout au moins pour que si elle tombe, on ne la relève pas. J’aime mieux un cadavre qu’une momie ».

C’est bien pourquoi il faut lire les génies : grâce à Dumas nous saurons dorénavant que nous rendons visite à des momies.

Bibliographie

Borges — Obras completas, El Hacedor

Baudrillard (Jean) — Simulacres et simulation

Beaumont (Gustave de) — Marie ou de l’esclavage en Amérique

Bonnal (Nicolas) – Les territoires protocolaires (Ed. Michel de Maule) ; les mirages de Huaraz (ibid.)

Cervantès (Miguel de) — Don Quichotte

Chesterton — Le club des métiers bizarres (sur l’agence de l’aventure et de l’inattendu)

Corneille – L’illusion comique

Daudet (Alphonse) — Tartarin dans les Alpes

Debord – Commentaires

Dumas (Alexandre) — de Paris à Cadix

Feuerbach (Ludwig) – L’essence du christianisme

Gautier (Théophile) — Voyage en Espagne

Gracian (Balthazar) — Criticon




Comment Tartarin postmoderne fit disparaître la Suisse

[Publication initiale : dedefensa.org]

Par Nicolas Bonnal

Les Étasuniens aiment rayer de la carte les pays hostiles, mais il y a d’autres méthodes qu’Hiroshima pour faire disparaître l’humanité (étudiez d’un autre œil la guerre du Pacifique — le bien nommé) ! C’est le sujet de ce papier inspiré par un de nos maîtres les moins estimés, Alphonse Daudet.

Les milliards de touristes dont je fais partie ont surconsommé ce monde et la pauvre Terre depuis cent ans et quelques. L’addition est d’autant plus lourde que nous ne créons plus de civilisations, nous assassinons celles qui resteraient tout en profanant celles qui ont disparu.

Évoquons le deuxième Tartarin, celui qui se passe dans les Alpes, quand la révolution industrielle, les voyages organisés Cook et la première massification eurent déjà réifié la haute montagne. Gautier a parlé savamment de cette unification du monde dans le chapitre grenadin de son voyage en Espagne :

« Quand tout sera pareil, les voyages deviendront complètement inutiles, et c’est précisément alors, heureuse coïncidence, que les chemins de fer seront en pleine activité. À quoi bon aller voir loin, à raison de dix lieues à l’heure, des rues de la Paix éclairées au gaz et garnies de bourgeois confortables ? Nous croyons que tels n’ont pas été les desseins de Dieu, qui a modelé chaque pays d’une façon différente, lui a donné des végétaux particuliers, et l’a peuplé de races spéciales dissemblables de conformation, de teint et de langage. C’est mal comprendre le sens de la création que de vouloir imposer la même livrée aux hommes de tous les climats, et c’est une des mille erreurs de la civilisation européenne… »

Mais voici Daudet qui annonce avec Rimbaud illuminé tous nos Euro Disney, tous nos Disneyworld et toute la guerre du faux qui fit le bonheur d’Umberto Eco.

« La Suisse, à l’heure qu’il est, vé ! monsieur Tartarin, n’est plus qu’un vaste Kursaal, ouvert de juin en septembre, un casino panoramique, où l’on vient se distraire des quatre parties du monde et qu’exploite une compagnie richissime à centaines de millions de milliasses, qui a son siège à Genève et à Londres. Il en fallait de l’argent, figurez-vous bien, pour affermer, peigner et pomponner tout ce territoire, lacs, forêts, montagnes et cascades, entretenir un peuple d’employés, de comparses, et sur les plus hautes cimes installer des hôtels mirobolants, avec gaz, télégraphes, téléphones !…

– C’est pourtant vrai, songe tout haut Tartarin qui se rappelle le Rigi.

– Si c’est vrai !… Mais vous n’avez rien vu… Avancez un peu dans le pays, vous ne trouverez pas un coin qui ne soit truqué, machin comme les dessous de l’Opéra ; des cascades éclairées à giorno, des tourniquets à l’entrée des glaciers, et, pour les ascensions, des tas de chemins de fer hydrauliques ou funiculaires. Toutefois, la Compagnie, songeant à sa clientèle d’Anglais et d’Américains grimpeurs, garde à quelques Alpes fameuses, la Jungfrau, le Moine, le Finsteraarhorn, leur apparence dangereuse et farouche, bien qu’en réalité, il n’y ait pas plus de risques là qu’ailleurs. »

Alphonse Daudet ajoute avec sa drôlerie coutumière (comme on dit) qu’il faut créer du risque pour le touriste qui paie. C’est comme pour le réchauffement, le Brexit, Trump, la grande menace populiste ou bien Poutine ! Faire croire que quelque chose se produit dans un monde où tout est mort sauf l’argent, et ce tourisme qui le fait tant bouger !

« – Mais, l’année dernière encore, l’accident du Wetterhorn, ces deux guides ensevelis avec leurs voyageurs !…

– Il faut bien, té, pardi !… pour amorcer les alpinistes… Une montagne où l’on ne s’est pas un peu cassé la tête, les Anglais n’y viennent plus… Le Wetterhorn périclitait depuis quelque temps ; avec ce petit fait-divers, les recettes ont remonté tout de suite.

– Alors, les deux guides ? …

– Ils se portent aussi bien que les voyageurs ; on les a seulement fait disparaître, entretenus à l’étranger pendant six mois… Une réclame qui coûte cher, mais la Compagnie est assez riche pour s’offrir cela. »

C’est ainsi que le tourisme a remonté la pente sur la côte d’usure après un bref accident de camion !

Daudet dénonce ensuite le décor de théâtre. À l’Alhambra où je passe souvent, tout a été remplacé, préfabriqué ou falsifié, c’est comme pour la réplique de la grotte de Lascaux où j’entendis jadis parler espéranto…

Puisque tout se ressemble, on déguise, on maquille et c’est le folklore de l’époque qui se met en branle. D’abord en Provence, en Italie, ensuite à Hawaii ou aux Canaries (je vous dis pas le folklore là-bas !).

« Bé ! Oui. Quand vous voyagez dans la Suisse allemande, des fois vous apercevez à des hauteurs vertigineuses un pasteur prêchant en plein air, debout sur une roche ou dans une chaire rustique en tronc d’arbre. Quelques bergers, fromagers, à la main leurs bonnets de cuir, des femmes coiffées et costumées selon le canton, se groupent autour avec des poses pittoresques ; et le paysage est joli, des pâturages verts ou frais moissonnés, des cascades jusqu’à la route et des troupeaux aux lourdes cloches sonnant à tous les degrés de la montagne. Tout ça, vé ! C’est du décor, de la figuration. »

« Seulement, il n’y a que les employés de la Compagnie, guides, pasteurs, courriers, hôteliers qui soient dans le secret, et leur intérêt est de ne pas l’ébruiter de peur d’effaroucher la clientèle. »

C’est comme dans notre Mort à Venise où l’on ne dit rien du choléra !

Je vous laisse savourer ce livre qui vous amusera avec les espions russes, comme si Tartarin préfigurait leur James Bond sur un mode inspecteur Clouseau — qui doit d’ailleurs beaucoup à Marcel Achard. Et n’oubliez pas de relire Maître Cornille qui décrit sur un ton moins badin le passage du moulin (ou de l’abbaye ou du château) de l’ère réelle à l’ère virtuelle, touristique.

Et comme nous citons Rimbaud et les « horreurs économiques » évoquées par ce roi Arthur :

« La même magie bourgeoise à tous les points où la malle nous déposera ! »

Car Vuitton incarne aussi son époque !




Comment les Rockefeller ont mis la main sur l’écologie et le green business

[Source ; Cercle Aristote – Pierre Yves Rougeyron]

Nous avons tous entendu parler des grandes compagnies pétrolières et de leur rôle présumé dans la politique de lutte contre le changement climatique. Mais vous seriez surpris si vous saviez ce qui se passe en coulisses. Jacob Nordangård est un chercheur indépendant et un auteur suédois qui a étudié et écrit sur la complexité de la politique mondiale, la gouvernance mondiale, la création de problèmes et de solutions. Dans cette conférence, il donne des informations sur l’influence des Rockefeller dans la recherche et les politiques climatiques.




Xylazine, la drogue zombie

[Source : news.sky.com]

Xylazine : Un puissant « médicament zombie » connu sous le nom de Tranq a « pénétré » le marché britannique, avertissent les experts.

La xylazine a déjà été qualifiée de « menace émergente » en Amérique — et maintenant les experts disent que le danger pour la santé publique s’est répandu en Grande-Bretagne.

Par James Robinson
@thejournojames

Un puissant tranquillisant pour animaux qui sévit dans les villes américaines a désormais « pénétré » le marché des drogues illégales au Royaume-Uni, selon un rapport.

La Xylazine — souvent appelée « Tranq » ou « drogue des zombies » en raison de ses effets sur les consommateurs — a déjà été qualifiée de « menace émergente pour la nation » par la Maison-Blanche.

La drogue a été associée pour la première fois à un décès au Royaume-Uni lors de l’autopsie de Karl Warburton, retrouvé mort à son domicile de Solihull en mai 2022.

Les utilisateurs développent souvent des plaies et des infections cutanées à l’endroit où ils s’injectent la drogue, qui peut commencer à pourrir — ce qui lui vaut d’être surnommée « mangeuse de chair » — et ils ont déjà déclaré à Sky News que le mélange augmentait leur dépendance.

Les chercheurs, dirigés par des universitaires du King’s College de Londres, affirment que la menace pour la santé « s’est maintenant étendue au Royaume-Uni ».

Leur étude, publiée dans la revue Addiction, a examiné diverses sources de toxicologie, de dépistage et de saisie de drogues.

Bien qu’elle soit généralement mélangée à des drogues illégales, la xylazine a été découverte dans des comprimés de médicaments de prescription contrefaits, des vapes au THC (tétrahydrocannabinol) et de la cocaïne.

Les utilisateurs de Tranq peuvent développer des plaies ou des infections

QU’EST-CE QUE LA XYLAZINE ?

Dans les mains des vétérinaires, la xylazine est un tranquillisant couramment utilisé, souvent mélangé à de la kétamine pour endormir les animaux, notamment les chevaux, le bétail et les chats.

En tant que sédatif non opioïde, elle est capable d’inhiber la transmission des impulsions cérébrales au système nerveux central. Mais ces dernières années, elle est devenue synonyme d’un usage plus sombre, en tant qu’agent de coupe pour des drogues illégales telles que l’héroïne.

Aux États-Unis, son mélange avec le fentanyl a eu un impact considérable sur les consommateurs de drogues dans les villes américaines. L’inquiétude est telle à Washington que l’administration de Joe Biden l’a qualifiée de menace émergente pour la nation et a présenté un plan en six points pour s’y attaquer.

Cette drogue a été surnommée « tranq » ou « drogue des zombies », en raison de son effet caractéristique qui consiste à plonger les consommateurs dans un état de zombie. Mais elle a peut-être un effet secondaire encore plus sinistre sur les utilisateurs, qui développent souvent des plaies et des infections cutanées à l’endroit où la drogue est injectée.

L’utilisation de la xylazine semble augmenter à un rythme alarmant. Entre novembre 2021 et août 2022, 80 % des accessoires de drogue testés positifs au fentanyl dans les programmes d’échange de seringues du Maryland contenaient également de la xylazine.

En mai de l’année dernière, le premier décès consécutif à son utilisation a été enregistré en dehors des États-Unis : Karl Warburton est décédé à son domicile de Solihull en mai 2022.

Les chercheurs ont trouvé 35 cas de xylazine en Angleterre, en Écosse et au Pays de Galles à la fin du mois d’août de l’année dernière. Aucun cas n’a été trouvé en Irlande du Nord.

Ils ont publié des données sur des échantillons provenant de laboratoires de toxicologie, où la drogue a été trouvée chez 16 personnes, dont 11 étaient décédées.

Onze de ces échantillons dataient de l’été dernier.

Ils ont également fait référence au décès de M. Warburton, dont le coroner a déclaré qu’il avait l’habitude de consommer des drogues illicites.

Karl Warburton avait de la xylazine dans son organisme lorsqu’il est décédé. Photo : Facebook

L’autopsie pratiquée sur cet homme de 43 ans a révélé qu’il avait de l’héroïne, du fentanyl et de la cocaïne dans son organisme, ainsi que de la xylazine.

Un rapport publié dans le Journal of Forensic and Legal Medicine indique qu’il était « susceptible d’avoir acheté de l’héroïne sans savoir qu’elle contenait de la xylazine et du fentanyl ».

Dans la plupart des cas, le tranquillisant est mélangé ou « coupé » avec des opioïdes puissants tels que l’héroïne ou le fentanyl par des trafiquants désireux de réduire leurs coûts et d’augmenter la demande.

L’auteur principal, le Dr Caroline Copeland, du King’s College de Londres, a déclaré :

« Nous savons maintenant que la xylazine a pénétré le marché des drogues illicites au Royaume-Uni. »

« Il y a de quoi s’alarmer, car une population beaucoup plus large de consommateurs de drogues que les héroïnomanes sera exposée à ses effets néfastes. »

« Nous savons également que la plupart des personnes qui achètent de l’héroïne n’ont pas l’intention d’acheter de la xylazine et que cette combinaison augmente le risque d’overdose. »

La xylazine a été désignée comme une « menace émergente » aux États-Unis et cette menace pour la santé publique est de plus en plus préoccupante au Royaume-Uni.

Le Dr Copeland a exhorté le gouvernement à introduire des mesures « simples » pour prévenir une épidémie de xylazine, notamment en testant les bandelettes et en sensibilisant les prestataires de soins de santé aux signes d’utilisation de la xylazine.

Elle a également déclaré que les pathologistes et les coroners devraient demander des tests toxicologiques pour la xylazine dans les cas pertinents afin de comprendre sa véritable prévalence.

Malgré les résultats de l’étude, MANDRAKE, le premier centre de dépistage et de réduction des risques financé par l’État en Angleterre, basé à Manchester, a déclaré qu’il n’avait pas encore détecté la substance dans des échantillons prélevés entre 2022 et le début de l’année 2024.

Un porte-parole du gouvernement a déclaré :

« Nous sommes conscients de la menace que représente la xylazine et nous sommes déterminés à protéger la population de la menace que représentent cette drogue et d’autres drogues synthétiques illicites. »

« Nous n’hésiterons pas à agir pour assurer la sécurité du public. »

« Sur les conseils du Conseil consultatif sur l’abus de drogues (ACMD), nous avons l’intention de faire de la xylazine une drogue de classe C, ce qui signifie que quiconque fournit cette substance risque jusqu’à 14 ans d’emprisonnement, une amende ou les deux à la fois. »




« Le crime d’honneur n’a rien à voir avec la civilisation occidentale »




Une analyse des origines et des mécanismes du pouvoir juif

[Source : littoria.substack.com via unz.com]

Sur les origines et les mécanismes du pouvoir juif : une analyse sombartienne

Par Joseph Jordan

Le monde universitaire s’est enflammé pour expliquer les origines et les mécanismes du pouvoir juif dans l’Occident moderne. La question est truffée de mines antipersonnel et l’une des parties du débat est fortement étouffée.

Une théorie qui gagne du terrain, défendue par des personnalités telles que Richard Hanania et Nathan Cofnas, professeur à Cambridge, est que la surreprésentation massive de la population juive ashkénaze dérive de sa supériorité génétique sur les Blancs dans le domaine intellectuel. Cette théorie a proliféré dans des publications juives de grande importance, comme le New York Times, qui a publié un article intitulé « Les secrets du génie juif » de l’auteur sioniste Bret Stephens. Le journal s’est ensuite excusé d’avoir fait la promotion de ce qui constitue en fait une science raciale auprès de son public libéral en colère, mais l’article n’a pas encore été entièrement rétracté.

L’hypothèse ashkénaze du QI a été réduite à une conjecture sur un seul front par le Dr Kevin MacDonald, dont les théories évolutionnistes de la cohésion juive ont été contestées par Cofnas, conduisant à un débat entre les deux hommes en 2021 publié dans la revue académique Philosophia. En 2022, Philosophia a rétracté la défense des théories du Dr MacDonald tout en maintenant les attaques de Cofnas — un acte flagrant de basculement d’échelle inconciliable avec l’esprit du libre débat.

Ron Unz, qui est lui-même juif, a également publié un travail sérieux réfutant les affirmations selon lesquelles la surreprésentation dramatique des Juifs dans les universités de l’Ivy League (qui sont un ticket d’or pour accéder à l’élite américaine) serait le produit du mérite ou de l’intelligence dans « Le mythe de la méritocratie américaine ». Dans cet ouvrage, Unz démontre la médiocrité des Juifs dans leurs activités intellectuelles par rapport à leur situation professionnelle et économique globale.

Plus récemment, le Dr Neema Parvini a rédigé une étude approfondie sur les maigres données étayant la thèse du QI élevé des Ashkénazes, les réfutant toutes au motif qu’elles n’ont pas été reproduites de manière convaincante, que la méthodologie est médiocre et que, dans certains cas, comme dans celui du Dr Richard Lynn (2004), « L’intelligence des juifs américains », elles ont été inventées de toutes pièces.

À première vue, l’hypothèse avancée par Cofnas, Hanania, Stephens et d’autres est faiblement étayée lorsqu’on examine les groupes témoins. Nous utiliserons des Asiatiques plutôt que des Blancs, afin de contrôler les préjugés personnels potentiels de cet auteur.

Si l’intelligence héritée, le haut niveau d’éducation et le mérite global expliquent à eux seuls l’influence relative au sein de l’élite américaine, pourquoi les Asiatiques de l’Est — dont les partisans de la théorie du QI ashkénaze s’accordent à dire qu’ils ont le QI le plus élevé de toutes les races du monde — sont-ils largement absents des lieux de pouvoir américains tels que la politique, la finance et la gestion d’actifs, le droit et les médias ?

La population totale d’Asie de l’Est (Chinois, Coréens, Japonais, Taïwanais, etc.) est supérieure à celle des Juifs aux États-Unis. Selon les données sur la main-d’œuvre fédérale américaine, les Asiatiques sont considérablement surreprésentés dans les emplois professionnels (12 % de la main-d’œuvre totale), mais ils ont moins de chances d’être promus à des postes de direction d’entreprise que les noirs et les métis hispanophones. Certains peuvent expliquer cela comme un problème du régime d’action positive, mais alors, pourquoi les capitalistes juifs sont-ils si fortement représentés alors qu’ils sont légalement catégorisés comme « blancs », le groupe le plus discriminé de tous ?

Dans le domaine de la gestion d’actifs — le monde de l’immobilier, du capital-investissement, des fonds spéculatifs et d’autres sources importantes d’argent et de pouvoir au sein de la communauté juive — les disparités entre les Asiatiques intelligents et les Juifs sont encore plus frappantes. L’ensemble de la population asiatique en Amérique (5,6 %) contrôle à peine 2,4 % des sociétés de gestion d’actifs et gère, au sein de ce chiffre, 0,3 % de tous les actifs, malgré des études montrant que ces sociétés sont mieux gérées que leurs concurrents non asiatiques.

Comparez cela à une seule grande société juive de gestion d’actifs, BlackRock de Larry Fink, qui entretient une relation ploutocratique particulière avec la Réserve fédérale. Fink gère à lui seul près de 10 000 milliards de dollars, bien qu’il ait nécessité des plans de sauvetage du monde entier en raison d’épisodes de mauvaise gestion.

Il n’est donc pas surprenant que parmi les principaux donateurs milliardaires des partis démocrate ou républicain, où les Juifs travaillant dans le secteur de la gestion d’actifs (l’argent « facile à gagner ») représentent 50 % ou plus des principaux mécènes, la structure politique américaine soit très sensible aux caprices de l’État d’Israël tout en ciblant simultanément la Chine avec des guerres commerciales et un défi géopolitique à Taïwan.

La même dynamique s’observe dans d’autres domaines, tels que le système universitaire d’élite. Ce pouvoir s’est manifesté récemment par le limogeage humiliant de Claudine Gay de l’Université Harvard et de Liz Magill de l’Université de Pennsylvanie (les rares présidents non juifs des écoles de l’Ivy League), en réponse aux protestations de donateurs juifs de fonds spéculatifs et de capital-risque concernant leur tolérance supposée des manifestations d’étudiants anti-israéliens sur leurs campus respectifs.

Dans le domaine des organisations non gouvernementales, qui exercent un pouvoir énorme aux États-Unis et dans tous les États satellites du monde, la « philanthropie » de Wall Street fait la loi. George Soros en est l’exemple le plus célèbre, mais il ne représente à peine que la pointe de l’iceberg (le rôle de la finance juive dans les ONG fait l’objet d’un article séparé). Une poignée de milliardaires, pratiquement tous opérant dans le monde de la banque d’investissement et de la technologie, fournissent des réserves inépuisables d’argent aux fondations, aux groupes d’activistes et aux groupes de réflexion qui changent l’Occident de l’intérieur sans le consentement démocratique.

Dans le domaine des médias, le capital-investissement représente la majorité des investissements aux États-Unis. Le contrôle des médias par les juifs est aujourd’hui de notoriété publique, il n’est donc pas nécessaire de dresser la liste de tous les propriétaires.

On peut affirmer sans risque de se tromper que le pouvoir d’amasser rapidement des capitaux et de financer ensuite des institutions — encore une fois essentiellement par le biais de la finance, de l’immobilier, du capital-investissement, etc. — plutôt que le mérite individuel objectif est plus déterminant pour décider qui deviendra le prochain président de Harvard, quelle start-up recevra du capital-risque, qui les actionnaires choisiront pour diriger une entreprise, qui obtiendra une tribune au New York Times, qui sera nommé à la tête du département d’État et du ministère de la Justice, etc. Une montagne d’études a prouvé, au-delà de tout doute raisonnable, que les États-Unis fonctionnent comme une oligarchie.

Peut-être que la domination ashkénaze de ces grandes institutions est soutenue par des nominations oligarchiques, mais une bonne gestion nécessite encore une grande intelligence pour les maintenir fonctionnelles, pourrait-on affirmer. Mais rares sont ceux qui pourraient sérieusement conclure que les médias, la politique, les grandes entreprises, les ONG, les cabinets d’avocats et les universités les plus prestigieuses des États-Unis représentent nos citoyens les plus brillants et les meilleurs. Au contraire, enquête après enquête, il ressort que l’Américain moyen n’a confiance dans aucune de ces institutions dirigeantes pour résoudre les problèmes nationaux et sociaux, ni même pour dire la vérité. L’opinion la plus large est que ces structures sont directement responsables de l’effondrement de notre pays — aucune confiance.

Les défenseurs de la théorie ashkénaze du QI, s’ils admettent le pouvoir de l’or, des escroqueries boursières et des intérêts composés comme fondement principal de la surreprésentation de l’élite juive, pourraient répliquer que rien n’empêche les non-juifs de défier les juifs en bourse dans la soi-disant économie de marché libre, mais cela s’est également révélé faux.

Lorsque des acteurs indépendants décident de jouer le jeu de l’argent selon les règles furtives des gagnants — tromperies, conspirations spéculatives, pompages et rejets —, l’« État veilleur de nuit » de Jeremy Bentham, incapable de restreindre ou de combattre le pouvoir de l’oligarchie rapace, reste néanmoins assez fort pour écraser ses opposants.

Une anecdote récente où cela a été exposé était l’épreuve boursière Gamestop 2021.

L’incident a commencé lorsqu’un financier juif, Gabe Plotkin de Melvin Capital, a investi 6 milliards de dollars pour faire s’effondrer les actions d’une entreprise en difficulté, Gamestop, et consommer sa carcasse.

Un individu a repéré le grand mouvement de Plotkin et s’est tourné vers les réseaux sociaux pour faire appel aux petits commerçants utilisant l’application RobinHood pour prendre une contre-position.

Assez vite, la pompe Gamestop pilotée par Internet a commencé, anéantissant 50 % de l’argent de Melvin Capital et le redistribuant aux travailleurs, aux étudiants et aux chômeurs participant à la campagne financière.

Plutôt que d’accepter les nouveaux joueurs dans le casino du marché, la Securities and Exchange Commission a lancé une intervention directe. Le président juif de la SEC, Gary Gensler, qui a travaillé chez Goldman Sachs avant de rejoindre le gouvernement fédéral, est intervenu au nom des juifs de Melvin Capital pour menacer l’application qui permet aux vairons de se rassembler pour lutter contre les baleines et a fait radier de la cote les actions qui nuisaient aux banquiers d’affaires. La SEC a ensuite adopté de nouvelles règles pour empêcher que le nouvel accès plus large au marché offert par les applications et les forums de discussion ne permette à ce type de défi à la finance juive de se matérialiser à nouveau.

Werner Sombart et le pouvoir de l’or

Le débat en cours sur les origines du pouvoir juif sur l’Occident nécessite donc une hypothèse alternative. Pour cela, on peut consulter les travaux de Werner Sombart, qui fournissent une base théorique pour analyser les origines, la structure et les mécanismes du pouvoir juif.

Sombart, économiste de l’école allemande, était un universitaire de renommée internationale et un collègue de Max Weber. En 1911, Sombart publie Les Juifs et le capitalisme moderne, sa réfutation du célèbre ouvrage de Weber, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme (1905), ce dernier postulant que le capitalisme et la finance ont émergé des travaux de Jean Calvin et du protestantisme.

Le point crucial de la contre-théorie de Sombart est que les marchands protestants, comme ceux qui ont soutenu le renversement violent de Charles Ier par Oliver Cromwell au XVIIe siècle, détenaient des valeurs monétaires et commerciales tirées textuellement dujudaïsme. Dans la plupart des cas, des personnalités telles qu’Olivier Cromwell et Guillaume III d’Orange ont même été directement financées par les Juifs dans leur prise de pouvoir.

Il est important de préciser en préambule que Les Juifs et le capitalisme moderne n’était pas considéré comme un ouvrage antijuif à l’époque de sa publication et que Sombart n’était pas non plus considéré comme un antisémite. Jusqu’à sa brouille avec la révolutionnaire communiste juive Rosa Luxembourg, Sombart jouissait de la déférence de la gauche internationale en tant que pionnier de la critique du capitalisme, auteur d’ouvrages de référence en économie et même créateur du « mème » populaire du « capitalisme tardif » qui circule aujourd’hui dans les cercles de la gauche antiraciste. Ce n’est que dans les années 1930 et après la Seconde Guerre mondiale que les travaux de Sombart sont devenus controversés, mais cela est dû au fait qu’il a ensuite embrassé le national-socialisme en tant qu’alternative au marxisme et au capitalisme, et non à une quelconque réfutation de ses travaux universitaires ou de ses études.

Dans Les Juifs et le capitalisme moderne, Sombart conteste les arguments à la fois héréditaires et marxistes qui cherchaient à l’époque à expliquer l’importance des Juifs dans les nations européennes. Sa théorie se distingue à certains égards de celle de MacDonald, mais elle la recoupe.

Selon Sombart, le principal catalyseur de l’essor des Juifs qui ont pris d’assaut l’Europe et plus tard les Amériques depuis les XVIe et XVIIe siècles a été la découverte du Nouveau Monde et l’établissement de la première bourse du monde en 1602 dans la ville d’Amsterdam.

Selon Sombart, les Juifs ont jeté les bases de l’hypothèque et de la banque d’investissement moderne, des prêts usuraires (contrairement à l’ancien système de prêt romain, qui concernait essentiellement les emprunts personnels), développé des stratégies commerciales sophistiquées dans le Talmud, et littéralement conjuré le concept du marché boursier moderne lui-même par la création et la maîtrise d’instruments financiers antérieurs tels que le système des lettres de change. Alors que les marchés mondiaux s’ouvraient grâce à la découverte du Nouveau Monde et qu’une bourgeoisie européenne autochtone commençait à se développer, les Juifs ont trouvé des alliés politiques parmi les marchands qui comptaient sur eux pour leurs relations internationales et leur accès aux marchés étrangers, ainsi que parmi les rois et les princes qui avaient besoin de prêts de riches prêteurs juifs, d’armes d’entrepreneurs d’armement juifs et de provisions pour mener des guerres, développer leurs économies impériales ou arracher des titres à leurs concurrents.

Depuis l’Antiquité, les Juifs maîtrisent l’art du prêt d’argent, ce qui leur permet de constituer des blocs de pouvoir qui sèment le trouble parmi les populations européennes et conduisent des institutions telles que l’Église catholique et les monarchies absolutistes à leur interdire de participer à la vie politique. Le commerce d’exploitation pratiqué par les Juifs a été considéré comme maléfique ou socialement déstabilisant par les peuples d’accueil. Il existe de nombreux cas où les pratiques juives ont provoqué des troubles intérieurs, conduisant à des émeutes et à des expulsions complètes.

Cela a commencé à changer une fois que les Espagnols et les Portugais ont découvert les Amériques. Bien que les Juifs aient été officiellement expulsés des deux nations à la fin du XVe siècle, les Juifs qui avaient amassé de grandes fortunes en tant qu’élites marchandes sous l’occupation maure étaient souvent capables de conserver leur argent et de rester dans le pays en se convertissant au catholicisme. Ces individus, bien qu’ils aient été baptisés, ont dans l’ensemble conservé leur identité et leurs pratiques juives, ce qui les a amenés à être décrits, parfois de manière péjorative, comme des Conversos ou des Marranes.

Le trésorier royal espagnol, Luis de Santángel, a joué un rôle déterminant dans le financement du voyage historique de Christophe Colomb en 1492, entrepris dans l’espoir de trouver une route commerciale alternative vers la Chine et l’Inde. Au lieu de cela, il a pu découvrir l’Amérique. Suite à cette heureuse avancée, les Juifs marranes ayant des liens avec Santángel devinrent encore plus riches et plus puissants grâce au financement de nouveaux voyages à travers le monde et à l’établissement de colonies marchandes dans les Amériques, retournant en Espagne et au Portugal avec des navires remplis d’or et d’argent.

Avant New York et Londres, il y avait Amsterdam.

Le pouvoir croissant des juifs pseudo-chrétiens grâce au pillage du Nouveau Monde a provoqué une nouvelle fois une antipathie généralisée à leur égard dans la péninsule ibérique, ce qui a entraîné une vague d’émigration de l’Espagne et des Pays-Bas sous domination espagnole vers Amsterdam, qui, à l’époque de cet exode de population du XVIe siècle, était dirigée par le chef protestant anti-espagnol et philosémite Guillaume le Taciturne.

C’est ici que le pouvoir juif tel que nous le connaissons a commencé. Sombart cite des contemporains néerlandais décrivant l’arrivée des Juifs séfarades du Portugal et d’Espagne comme apportant avec eux d’immenses richesses, notamment des trésors de métaux précieux en quantités qu’ils n’avaient jamais vues auparavant. Après la création de la bourse d’Amsterdam, créée pour financer à titre privé les projets étrangers de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, les Juifs se sont immédiatement emparés d’une proportion massive des actions, monopolisant ainsi pour eux-mêmes la bourse.

Les chiffres exacts de la représentation juive à la bourse d’Amsterdam sont extrêmement difficiles à obtenir. Cela a laissé les historiens perplexes, car les marchés boursiers beaucoup plus petits et peu pertinents qui ont émergé dans d’autres régions d’Europe publiaient généralement des listes publiques d’actionnaires.

Dans son article de 1982 intitulé « Des marchés efficaces au dix-huitième siècle ? Les bourses d’Amsterdam et de Londres », Larry Neal conclut ouvertement que le secret du système boursier d’Amsterdam avait pour but de ne pas provoquer de controverse locale sur la vaste surreprésentation des Juifs, qui a même éclipsé la participation fortement juive à la City de Londres au XVIIIe siècle :

« l’absence de listes imprimées à Amsterdam peut provenir de l’importance beaucoup plus grande des courtiers juifs à Amsterdam qu’à Londres. »

Neal poursuit en indiquant que, selon des échantillons aléatoires de listes d’agents de change d’Amsterdam disponibles :

« En 1739, 22 des 32 agents de change répertoriés à Amsterdam sont juifs. En 1764, une autre publication indiquait que 36 ou 37 des 41 courtiers répertoriés étaient juifs. »

Après la victoire du Portugal sur les Néerlandais dans le port d’esclaves africain peuplé de Juifs (le premier du genre dans le Nouveau Monde) de Recife, au Brésil, les Juifs locaux ont été expulsés de force par les forces portugaises. Ces Juifs ont mis le cap sur la colonie néerlandaise de New Amsterdam (à l’époque, le sud de Manhattan, New York), qui était gouvernée par Peter Stuyvesant, employé des Antilles néerlandaises (anciennement Indes orientales néerlandaises).

Stuyvesant craignait qu’un afflux de Juifs dans sa petite colonie ne la fragilise et demanda à ses employeurs d’expulser les nouveaux migrants en 1654. La demande de Stuyvesant fut rejetée et la compagnie néerlandaise des Indes occidentales lui ordonna en 1655 d’autoriser les Juifs à s’installer et à commercer à La Nouvelle-Amsterdam, dans une lettre qui précisait que les Juifs ne pouvaient pas être refoulés parce qu’ils étaient les principaux actionnaires de la compagnie.

À Amsterdam, il est devenu évident que les Juifs se sentaient plus à l’aise à la bourse qu’à la synagogue. Le premier et le plus influent livre jamais écrit sur la façon d’utiliser et de dominer le marché boursier fut celui de 1688, Confusión de Confusiones, écrit par le juif espagnol Joseph de la Vega. L’ouvrage est un guide détaillé sur le fonctionnement de la Bourse d’Amsterdam : tracés haussiers et baissiers, transactions sur indices boursiers, contrats à terme, etc. Pour ces Juifs, la bourse était tout à fait intuitive.

Bien que les Juifs aient été confrontés à certains obstacles à la représentation politique directe à Amsterdam aux XVIIe et XVIIIe siècles, les marchands juifs — grâce à la conquête de la finance et du commerce international — ont créé de nombreux journaux et maisons d’édition destinés à un public païen, tels que l’influente Gazette d’Amsterdam (le premier journal appartenant à des Juifs, publié en plusieurs langues) et le Courant d’Amsterdam. Ils ont pu s’incruster facilement parmi la bourgeoisie locale et la gentry titrée, et ont surtout utilisé leur argent pour intégrer et donner du prestige à des intellectuels tels que Menasseh Ben Israel (né Manoel Dias Soeiro, et dont les bienfaiteurs étaient les marchands juifs Antonio de Montezinos et Abraham Pereyra), dont les ouvrages judaïsants ont joué un rôle important dans le développement de la pensée puritaine anglaise qui allait, de son vivant, s’emparer du pouvoir en Angleterre. Plus tard, sur les conseils de Ben Israel, il parvint à faire annuler l’édit de 1290 du roi Édouard Ier visant à expulser les Juifs en 1656, sous la dictature militaire du fanatique puritain Oliver Cromwell, dont l’armée était approvisionnée par le juif Antonio Fernandes de Carvajal.

Nous pouvons observer ici un schéma historique très familier : la domination de la haute finance, des affaires et du commerce mondialisé comme précurseur d’une influence politique et sociale et finalement d’une capture totale des institutions, souvent par le biais de prête-noms, de pots-de-vin et de violence.

Très peu des banquiers, commerçants, spéculateurs, intellectuels et médias juifs qui ont pris Amsterdam étaient des Ashkénazes, la branche supposée des juifs au QI élevé. C’étaient des Séfarades pour l’essentiel, et la plupart d’entre eux étaient baptisés chrétiens.

La conquête de l’Angleterre

Depuis leur base de pouvoir dans l’empire néerlandais, les Juifs ont pu soutenir la prise de contrôle de l’Angleterre par leur atout, l’anticatholique Guillaume III d’Orange, lors de la Glorieuse Révolution de 1688, une date d’une grande importance si l’on examine le début du pouvoir juif dans le monde anglophone.

L’effort de guerre de Guillaume III a ruiné les coffres hollandais et a finalement accéléré le déclin de la Hollande elle-même, mais il a pu maintenir son armée en état et nourrie grâce au soutien des entrepreneurs d’armes juifs Solomon de Medina et Moses Machado. La campagne a été financée du début à la fin par le banquier juif Francisco Suasso, et certains auteurs, comme William Joyce, ont suggéré que les juifs hollandais qui s’étaient récemment insérés dans les cours anglaises sous Cromwell ont joué un rôle important en tant qu’espions aidant les envahisseurs hollandais avec des informations sensibles sur les déploiements et les mouvements des troupes défensives.

Après avoir consolidé le pouvoir en Angleterre, Guillaume III a commencé à rembourser les banquiers juifs en créant la Banque d’Angleterre usuraire en 1694, dont les Juifs séfarades devinrent les principaux propriétaires, ainsi qu’en établissant une bourse de style Amsterdam dans la ville de Londres en 1698, que le groupe d’argentiers juifs qui accompagnait le roi Guillaume, comme de Medina, a rapidement dominé.

En s’emparant du pouvoir de l’argent, les Juifs ont fini par dominer les empires anglais et hollandais. Le commerce mondial du sucre et des esclaves africains s’est concentré entre les mains des Juifs dans des centres tels que le Guayana, le Suriname, la Barbade, la Jamaïque, etc. En Afrique du Sud, le juif Benjamin Norden a eu la primeur et est devenu le premier et le plus prospère des marchands « britanniques » du pays. En Australie, la première entreprise commerciale britannique du pays était aux mains du banquier Moises Montefiore, dont la richesse provenait de la City de Londres. Une fois que l’État britannique a adopté l’idéologie du libre-échange, concoctée par l’économiste juif néerlandais David Ricardo, la richesse et le pouvoir de la communauté juive se sont accrus, souvent au détriment des intérêts nationaux anglais tels que l’agriculture.

Les Juifs ont pu facilement contourner les interdictions parlementaires sur la participation juive directe — qui n’étaient que superficiellement respectées pour empêcher les ouvriers et les paysans anglais de se révolter — grâce à des représentants gentils rémunérés et à des failles légalistes. Alors que la plupart des Juifs ne pouvaient pas siéger au Parlement à cette époque, la bourgeoisie locale avide de profits les a accueillis avec enthousiasme dans leurs cercles sociaux et leurs loges maçonniques.

En bâtissant leur statut de riches financiers, souvent par des prises de pouvoir illégitimes, l’extorsion et la corruption plutôt que par le mérite tel que le conçoivent les Européens, des banquiers tels que David Salomans et Lionel de Rothschild ont pu imposer au XIXe siècle l’émancipation des Juifs en vertu de la loi britannique, que la Chambre des Lords avait précédemment rejetée pour des raisons de sécurité publique (émeutes de roturiers). L’Angleterre a finalement élu son premier Premier ministre juif « chrétien », Benjamin Disraeli, dont le gouvernement a encore étendu le pouvoir de la City de Londres.

L’analogie entre l’ascension des Juifs séfarades, supposés avoir un QI inférieur, du XVe au XIXe siècle, et celle des Juifs ashkénazes, au QI élevé, opérant en Allemagne, en Europe de l’Est et aux États-Unis plus récemment, suggère une stratégie (peut-être intuitive sur le plan de l’évolution, comme le pense MacDonald, ou préméditée, comme l’affirme Sombart — où l’établissement de monopoles commerciaux, le blanchiment d’argent, l’espionnage, les banques prédatrices, les conspirations bolcheviques, le népotisme et les escroqueries boursières occupent une place centrale) semblable à celle d’un joueur de poker aux enjeux élevés qui gagne toujours parce qu’il dispose de grandes quantités de fonds collectés par le biais d’escroqueries ou de ruses et d’informations sur les cartes de l’autre joueur. Ce type de comportement est illustré par l’ascension de l’un des premiers et des plus importants capitalistes juifs d’Angleterre, Menasseh Lopes, qui, d’une manière ou d’une autre, savait d’avance qu’une rumeur annonçant la mort de la reine Anne, qui avait fait s’effondrer la bourse de Londres, était fausse. Cette information l’a rendu fabuleusement riche, car elle lui a permis d’acheter des actions à des prix défiant toute concurrence. S’agit-il du fruit d’une intelligence digne de ce nom ou d’une criminalité pure et simple ? L’incarcération de Lopes pour corruption donne une idée de son caractère.

Revenons à Sombart. En écrivant Les Juifs et le capitalisme moderne, il anticipe le défi du « capitalisme yankee », l’opinion de l’époque selon laquelle les Juifs n’étaient pas seulement rares dans la vie économique américaine, mais qu’ils étaient en fait des immigrants relativement humbles, nouvellement arrivés à New York en 1911.

Il poursuit en réfutant cette notion en affirmant que, tandis que les capitalistes païens narcissiques occupaient les pages des journaux et attiraient l’attention sur eux, les Juifs travaillaient en groupe pour s’implanter discrètement dans la vie américaine depuis les premières colonies du pays, énumérant plusieurs banques et industries contrôlées par des Juifs, et déclarant même que des États entiers, tels que la Californie, étaient sous l’emprise de la finance juive.

Enfin, sur la question de l’Amérique, Sombart prédit que les Juifs utiliseront leur modeste richesse pour recréer la stratégie de capture financière, médiatique, intellectuelle et enfin politique d’Amsterdam et de Londres. Il fait ici une prédiction audacieuse sur les immigrants juifs alors pauvres et sur l’avenir de l’Amérique :

« Considérez qu’il y a plus d’un million de Juifs à New York aujourd’hui, et que la plupart des immigrants ne se sont pas encore lancés dans une carrière capitaliste. Si les conditions en Amérique continuent à se développer selon les mêmes lignes que dans la dernière génération, si les statistiques d’immigration et la proportion des naissances parmi toutes les nationalités restent les mêmes, notre imagination peut se représenter les États-Unis dans cinquante ou cent ans comme un pays habité seulement par des Slaves, des Noirs et des Juifs, où les Juifs occuperont naturellement la position de leader économique. »

Une traduction de 2017 du même passage dans Les Juifs et le capitalisme moderne ne fait pas référence aux Slaves, mais prévoit plutôt l’avenir de l’Amérique comme un « bidonville noir » supervisé par des financiers juifs. La mention des « Slaves » semble être une mauvaise traduction du mot allemand pour « esclave ».

Si la validité d’une théorie découle de son pouvoir prédictif, alors Sombart mérite peut-être un second examen.




La prétendue fraude au nom légal et l’atomisation de l’Humanité

[Source : Valérie Bugault]

[Voir aussi :
L’atomisation de l’Homme et de l’Humanité]




Le Pacte mondial des maires et les villes de 15 minutes

[Source : favoris-alcyonpleiades via etresouverain.com]

L’avocate canadienne Lisa Miron parle des villes de 15 minutes et de la progression rapide du coup d’État contre la démocratie au niveau municipal.

Elle parle d’une organisation appelée « Global Covenant of Mayors » — il y a 13 000 villes dans le monde qui suivent les ordres d’un gouvernement de l’ombre — et ces maires suivent des ordres qui ont à voir avec le « changement climatique ». Ils dressent des inventaires de CO2.

Et ils ont découvert que la solution qu’ils entendent mettre en œuvre d’ici 2030 est celle des « interventions sur la consommation ». L’objectif est de 0 kg de viande par personne et par an. Elle dit qu’ils résoudront le problème du changement climatique en nous affamant.

[Voir aussi (en anglais) :

https://www.globalcovenantofmayors.org/our-cities
Liste des villes françaises impliquées pour l’instant :
Acigné
Agglomération Seine-Eure
Aix-Marseille Metropole
Ambazac
Amiens
Amiens Métropole
Angers Loire Métropole
Annecy
Annemasse Les Voirons
Ay-Champagne
Bayonne
Besançon
Betton
Béziers
Bordeaux
Bordeaux Metropole
Bougival
Bourg-La-Reine
Bourgbarré
Bourges Plus
Brécé
Brest Métropole
Bruz
Caen
Capesterre De Marie-Galante
Carrieres-sous-Poissy
Castelnau-Le-Lez
Celles
Cesson-Sévigné
Chalon-Sur-Saône
Chambéry Métropole
Changé
Chantepie
Chartres-De-Bretagne
Châtellerault
Chavagne
Chelles
Chevaigné
Cintré
Clermont-Ferrand
Cluses
Colmar
Communauté D’Agglomération De La Rochelle Et Ville De La Rochelle
Communauté D’Agglomération De Nevers
Communauté d’Agglomération de Niort
Communauté D’Agglomération Du Muretain
Communauté D’Agglomération Du Pays Châtelleraudais
Communauté D’Agglomération Pau Béarn Pyrénéés
Communauté De Communes Au Pays De La Roche Aux Fées
Communauté De Communes Carmausin-Ségala-Carmausin
Communauté De Communes Centre Tarn
Communauté De Communes Cordais Et Causse
Communauté De Communes De La Vallée De Chamonix-Mont-Blanc
Communauté De Communes De Marie-Galante
Communauté De Communes Monts-D’Alban Et Villefranchois
Communauté De Communes Pays Des Sorgues Monts De Vaucluse
Communauté De Communes Val 81
Communauté De Haute Provence
Communauté Urbaine De Strasbourg
Communauté Urbaine Toulouse Métropole
Corps Nuds
Côtes d’Armor, 11 communes en action(s)
Coudekerque-Branche
Coulaines
Dieppe Maritime
Dijon
Dunkerque Grand Littoral
Echirolles
Epinal
Forbach
Fréjus
Gévezé
Grand Angouleme
Grand Besancon
GRAND CHATELLERAULT
Grand Dole
Grand Lyon
Grand Paris Seine Ouest
Grand-Bourg De Marie-Galante
Grand-Montauban Communauté d’Agglomération
Grande-Synthe
Grenoble
Grenoble-Alpes-Metropole (La Métro)
Guipel
Hennebont
Illkirch-Graffenstaden
Ivry Sur Seine
L’Haÿ-Les-Roses
L’Hermitage
La Bastidonne
La Chapelle-Thouarault
La Couronne
La Mézière
La Rochelle – Communauté D’Agglomération Et Ville
Lambersart
Langouet
Langrolay-sur-Rance
Le Gouray
Le Havre
Le Perray-en-Yvelines
Le Rheu
Le Verger
Léhon
Les Mureaux
Lille
Lille Métropole
Lons-Le-Saunier
Loos-En-Gohelle
Loperhet
Lorient
Lorient Agglomération
Lyon
Marseille
Melesse
Merville
Métropole du Grand Paris
Metz
Montgermont
Montmélian
Montpellier
MONTPELLIER MEDITERRANEE METROPOLE
Montreuil
Montreuil-Le-Gast
Mordelles
Mulhouse Alsace Agglomération
Mundolsheim
Mûrs-Erigné
Nantes Metropole
Nice
Nice Côte D’Azur
Nouvoitou
Noyal-Châtillon Sur Seiche
Oberschaeffolsheim
Orgères
Orléans Métropole
Pacé
Parc Naturel Régional Du Haut-Jura
Paris
Parthenay De Bretagne
PAYS DE L’ALBIGEOIS ET DES BASTIDES
Pays De Montbéliard Agglomération
Pessac
Plaine Commune
Plaintel
Plélan-le-Petit
Plémet
Pleslin-Trigavou
Plessala
Plouasne
Plouër Sur Rance
Plumaugat
Poissy
Pont-Péan
Prin-Deyrançon
Quetigny
Quimper
Quimper Communaute
Rennes
Rennes Métropole
Roubaix
Rouen
Saint Etienne Métropole
Saint Germain-en-Laye
Saint Jacques De La Lande
Saint Samson Sur Rance
Saint-Brieuc Armor Agglomération
Saint-Erblon
Saint-Germain-sur-Ille
Saint-Gilles
Saint-Gondran
Saint-Grégoire
Saint-Juvat
Saint-Louis De Marie-Galante
Saint-Médard-Sur-Ille
Saint-Symphorien
Salies
Saulnes
Schiltigheim
Seclin
Sénart
Sète
Sèvres
Strasbourg
Taden
Thionville
Thorigné-Fouillard
Toulouse
Trébédan
Tregueux
Trémereuc
Vezin-Le-Coquet
Vignoc
Ville De Tours
Villers-sur-Mer
Villeurbanne
Vouneuil Sur Vienne
Liste des villes canadiennes impliquées pour l’instant :
Annapolis Royal
Baie-Saint-Paul
Beaconsfield
Boucherville
Brampton
Bridgewater- Ns
Burlington
Caledon
Calgary
Candiac
Canmore
Canton de Lochaber-Partie-Ouest
Cape Breton Regional Municipality
Chatham-Kent
Commission de services régionaux Nord-Ouest
Communauté rurale de Haut-Madawaska
Courtenay
District of Saanich
Durham
Edmonton
Fredericton
Gatineau
Guelph
Halifax
Halton Hills
Hamilton
Kingston
Kitchener
La Sarre
Laval
London- On
Longueuil
Mississauga
Moncton
Montréal
Mount Pearl
Nanaimo
New Glasglow
North Vancouver
Oakville
Orangeville
Ottawa
Prévost
Rivière-du-Loup
Rivière-Verte
Rossland
Salaberry-De-Valleyfield
Saskatoon
Sorel-Tracy
St. Catharines
St. John’s
Surrey
Thunder Bay
Toronto
Township of Huron-Kinloss
Ucluelet
Vancouver
Victoria
Ville d’Edmundston
Ville de Saint-Léonard
Ville de Saint-Quentin
Whitby
Windsor

Villes intelligentes ou politiciens corrompus ?

]






L’armée peut-elle stopper la folie de Macron ?

[Source : GÉOPOLITIQUE PROFONDE]

Dans un contexte de tensions accrues tant sur le plan national qu’international, le général André Coustou, figure respectée de l’armée française à la retraite, prend la parole pour évaluer l’état actuel de la France sous la présidence de Emmanuel Macron. Alors que le monde a les yeux rivés sur des conflits tels que la guerre en Ukraine, impliquant des acteurs majeurs comme la Russie et l’OTAN, la situation interne en France soulève des questions cruciales sur la légitimité et la direction de son gouvernement.

Pourquoi un général à la retraite décide-t-il de s’exprimer maintenant ?

Cela reflète une inquiétude profonde concernant les ordres donnés à l’armée pendant les manifestations des Gilets Jaunes, où il a été rapporté que les soldats avaient reçu l’ordre de protéger des bâtiments clés tel que l’Élysée, en utilisant la force si nécessaire. Ces actions posent la question de l’utilisation de l’armée dans le maintien de l’ordre public et des droits civils en France.

Le régime de Macron est-il encore légitime ?

Emmanuel Macron fait face à se vives critiques sur la gestion des crises, notamment sa réponse aux attentats et au terrorisme, ainsi que sa politique étrangère avec des pays comme la Chine et Israël.

La position de la France dans la géopolitique mondiale, notamment sa relation avec les États-Unis sous la présidence de Joe Biden, et son rôle dans la guerre Ukraine-Russie, est également mise en lumière. La diplomatie française, sous la houlette de Macron, oscille entre coopération et confrontation, notamment en ce qui concerne les discussions sur l’OTAN et ses interactions avec des leaders tels que Vladimir Poutine et Volodymyr Zelensky.

La question brûlante que qui se doit d’être posée est de savoir si la France se trouve à une période pré-révolutionnaire. Les actions militaires internes, combinées à une politique de plus en plus contestée, pourraient-elles mener à un changement radical ?

Le témoignage du général Coustou nous invite à une réflexion urgente sur la situation actuelle de la France. Entre gestion interne de la sécurité et rôle sur la scène internationale, il est impératif que les citoyens et les dirigeants reconsidèrent les stratégies adoptées pour naviguer dans ce paysage complexe et interconnecté. Est-il temps pour un renouveau politique ?

Les mois à venir pourraient bien déterminer le cours de l’histoire française moderne.




La Moldavie au bord de la guerre ou la neutralité impossible

[Source : telegra.ph]

Par Iurie Rosca

L’évolution du front ukrainien laisse entrevoir la perspective imminente d’un effondrement de la ligne de défense ukrainienne et d’une offensive décisive de l’armée russe. L’une des cibles stratégiques de la Russie est le port d’Odessa. Et en cas d’opération réussie, les Russes déclarent officiellement que leur prochaine cible est la région séparatiste de l’est de la Moldavie limitrophe d’Odessa, la Transnistrie. Les Russes y maintiennent illégalement un contingent militaire, prétendant être des gardiens de la paix et protéger la population russophone ou même les citoyens russes, ces derniers recevant en masse des passeports d’État russes. La Transnistrie est un « conflit gelé » qui risque de dégeler au profit de la Fédération de Russie et au détriment de la République de Moldavie. Mais qu’est-ce que cela change sur le « grand échiquier » de la troisième guerre mondiale ? Pas pour le reste du monde, mais pour mon pays, c’est une question vitale.

L’OTAN a sa propre stratégie pour un tel scénario. Pousser la République de Moldavie et la Roumanie à entrer en guerre contre la Russie en tant qu’État de l’OTAN voisin de mon pays, avec lequel nous partageons la même histoire, la même culture et la même langue. La Pologne est également prête à entrer en Ukraine avec ses troupes dans le cadre du même plan visant à contrer l’offensive russe.

Nous notons d’emblée que la République de Moldavie est un pays neutre en vertu de ses règles constitutionnelles et que le stationnement de troupes militaires étrangères sur son territoire national est interdit. Cependant, la force de la loi a été contrée par la loi de la force cette fois-ci également. Depuis plus de trois décennies, Moscou impose son rôle de « pacificateur » et de médiateur dans un conflit territorial dans lequel elle est elle-même impliquée.

Il est notoire que la République de Moldavie est dirigée par un réseau de ce que nous appelons des ONG-crates, des enfants de George Soros et des mercenaires américains. Ces individus ont été contraints par leurs protecteurs occidentaux de violer le statut de pays neutre de la Moldavie et de développer une rhétorique agressive à l’encontre de Moscou, voire de fournir un soutien politique et logistique au régime criminel de Kiev. Et pendant les deux années de guerre par procuration en Ukraine, les patriotes moldaves ont exigé que les autorités cessent de s’engager dans le conflit et respectent le statut de neutralité de notre pays, qui exige l’équité et l’impartialité dans de tels conflits armés. Nous n’avons pas été entendus. De plus, on nous a dit, non sans raison, que c’est la Russie qui est la première à violer la neutralité de mon pays par sa présence militaire illégale sur notre territoire national. Certes, l’OTAN et les Américains sont en Roumanie, et les Russes n’ont aucune raison de se retirer de Transnistrie. Les raisons stratégiques l’emportent sur les normes constitutionnelles d’un petit État vulnérable comme la République de Moldavie.

À l’heure actuelle, les citoyens de la République de Moldavie en âge de servir dans l’armée reçoivent des convocations pour se présenter aux commissariats militaires afin de participer à certains cantonnements, et des exercices militaires se déroulent sur notre territoire ce mois-ci avec la participation d’Américains, de Roumains et de Moldaves. Tout cela suscite à juste titre l’indignation des citoyens. L’auteur de ces lignes a lancé un appel public aux jeunes en âge de servir dans l’armée, suggérant que la rébellion sur les réseaux sociaux est insuffisante. Les gens doivent sortir en masse pour manifester pacifiquement dans le centre de la capitale et exiger l’une des deux choses suivantes : soit les dirigeants du pays respectent la neutralité de l’État, soit ils démissionnent. Un autre commentaire a suivi, dans lequel j’ai rappelé à quel moment un patriote ne peut pas ne pas faire la guerre. À savoir, lorsque l’unité territoriale et l’indépendance du pays sont menacées. D’où vient ce danger ? Malheureusement, de la Russie. Ce risque n’est pas encore devenu un fait accompli, mais il peut le devenir à tout moment. Que doit donc faire un Moldave ? Doit-il accueillir l’armée russe avec des fleurs ou se défendre ? Pour un patriote occidental, de tels dilemmes ne se posent pas, mais pour nous, Moldaves, ils se posent.

Bien sûr, nous ne pouvons pas exclure qu’un scénario tragique pour mon pays puisse encore être évité. D’autant plus que l’on parle beaucoup d’une partition de l’Ukraine entre les Russes et les Occidentaux. Et les responsables de Moscou ne cessent de répéter qu’ils sont prêts à s’asseoir à la table des négociations à tout moment et apparemment sans conditions préalables. Quel pourrait être le facteur qui amènerait la Russie à renoncer à une offensive sur Odessa et à annexer implicitement la Transnistrie et peut-être même toute la République de Moldavie ? Ce facteur pourrait même avoir un nom propre. Par exemple, Roman Abramovitch, l’oligarque londonien qui a toujours une porte ouverte sur le Kremlin. Qui vise-t-il ? La City de Londres, les services secrets britanniques, l’oligarchie mondialiste, l' »État profond », autant d’euphémismes pour désigner les centres de pouvoir qui l’ont engagé en tant qu’envoyé spécial auprès de Poutine. J’ai régulièrement observé ses visites inopinées au Kremlin, qui aboutissaient invariablement à d’étranges concessions de la part de Moscou. Je l’ai également remarqué lors de TOUTES les négociations russo-ukrainiennes de ces dernières années, sauf qu’il n’a jamais été précisé lequel des deux représente ce personnage. La réponse est qu’il représente une tierce partie qui, tout au long de l’histoire moderne, a toujours provoqué des guerres et en a toujours tiré profit.

Envoyé spécial de la ville de Londres auprès de Poutine
et éternel pacificateur Roman Abramovitch

Un facteur important qui pourrait tempérer l’élan militaire de la Russie pourrait être la Chine, qui n’a pas renoncé à son plan en 12 points pour pacifier la guerre en Ukraine.

Et pour les optimistes qui excluent une telle perspective, je ne mentionnerai que les retraits étranges et inattendus des Russes de Kiev, des régions de Kharkov et de Herson, les échanges de prisonniers non provoqués et défavorables du côté russe, le respect des tabous garantissant la sécurité personnelle de Zelenski et des autres membres de la clique de Kiev, etc. Dans ces conditions, un patriote moldave en arrive à la conclusion paradoxale que l’esprit trop conciliant, voire capitulard, de Poutine pourrait être à l’avantage de la République de Moldavie.

Les relations de la Moldavie avec la Russie sont encore compliquées par l’atteinte permanente et méthodique à l’unité territoriale du pays en stimulant le conflit entre les autorités centrales de l’État et celles de la région appelée unité administrative-territoriale gagaouze. Il s’agit d’une région du sud du pays peuplée majoritairement d’une ethnie turque de religion chrétienne orthodoxe, qui manifeste traditionnellement un attachement excessif à la Russie et, implicitement, un manque de loyauté à l’égard de la République de Moldavie. Ce soft power à la russe nuit gravement à la stabilité interne. Et Moscou est toujours prêt à mettre de l’huile sur le feu pour dynamiter mon pays de l’intérieur. La Russie ne reconnaît pas nos relations de partenariat. Nous sommes trop petits. On nous propose donc soit la vassalité, soit, si nous n’obtempérons pas, la désintégration territoriale.

Pour l’auteur de ces lignes, il n’y a rien de plus détestable que la politique de l’Occident collectif. Mais si l’on tient compte du fait que, malgré les conflits majeurs qui se profilent à l’horizon entre l’Occident et la Russie, les deux parties font preuve de la même obéissance aveugle à la verticale mondialiste, l’équation se complique. Seuls les enthousiastes incurables, les aveugles et les naïfs peuvent ignorer la réalité frappante que l’Occident collectif et la Russie exécutent docilement et en parfaite harmonie TOUTES les stratégies de la Grande Réinitialisation.

Dans le processus de suppression de la souveraineté de TOUS les pays du monde sous la baguette de l’ONU, lorsque la politique génocidaire et liberticide de l’OMS est suivie par les deux parties, un grave dilemme se pose dans le cas de la République de Moldavie. L’Occident, contrairement à la Russie, ne s’attaque pas à l’unité territoriale de mon pays, préférant la colonisation économique et civilisationnelle, qui conduit de toute façon au « Meilleur des mondes », le paradis numérique dystopique et transhumaniste. Mais si des stratégies telles que l’Agenda 2030 de l’ONU pour le développement durable ou le Traité sur les pandémies sont plus difficiles à comprendre pour la grande majorité de la population, les agressions militaires extérieures sont plus faciles à percevoir. En d’autres termes, la guerre non militaire des centres de pouvoir occidentaux passe presque inaperçue aux yeux du public, contrairement à la guerre « dure » et chaude de la Russie en Ukraine, avec une extension possible à mon pays.

Je sais que de tels articles ne peuvent changer la vision cyclopéenne et mondiale des maîtres du commentaire géopolitique en Occident qui sont dans le camp anti-mondialiste. Pour eux, la Russie de Poutine reste un espoir et une alternative. Je n’ai pas à m’en plaindre. Le droit à l’erreur fait en quelque sorte partie des droits fondamentaux de l’Homme. J’ai simplement essayé d’esquisser dans ces lignes la tragédie d’un peuple frontalier, dévasté par les contradictions de deux types d’impérialisme (occidental et russe).


N’hésitez pas à me contacter et à envoyer vos opinions et suggestions à cette adresse électronique :
chisinauforum2024@protonmail.com