Bilan de la vaccination au Royaume-Uni au 6e mois

Bilan de la vaccination au Royaume-Uni au 6e mois

06/09/2021 (2021-06-30)

Par Gérard Delépine

La Grande-Bretagne est le champion européen de la vaccination anticovid. Le suivi de l’épidémie dans ce pays permet ainsi de prévoir ce qui risque d’arriver chez nous si la vaccination se généralise. Cela justifie une nouvelle analyse avec 6 mois et demi de recul.

Le succès de la campagne de vaccination

Au 20 juin 2021, un total de 71 672 208 doses de vaccin a été administré touchant près de 43 millions de Britanniques, soit 80 % de la population adulte qui ont reçu au moins une dose de vaccin et 90 % des personnes âgées de 70 ans et plus qui auraient été complètement vaccinées.

Cette campagne de vaccination massive a bénéficié d’une propagande énorme prétendant, entre autres, que les résultats des vaccins sont connus et rassurants, alors que les essais sont en cours (ils ne seront terminés qu’en 2023) et qu’ils n’incluaient qu’une poignée de personnes très âgées avec comorbidités, ne permettant pas d’avoir la moindre idée de sa balance avantage/risques dans ce groupe d’âge qui en constitue pourtant l’éventuelle indication.

Non-pertinence des critères d’évaluation dans les médias

Les médias proclament le succès d’après les pourcentages de vaccinés ou les taux prétendus de protection que le vaccin conférerait d’après les communiqués du fabricant ou des organismes chargés de la vaccination.

Mais l’examen objectif d’une campagne de vaccination doit se focaliser uniquement sur trois points précis : le vaccin permet-il d’éviter d’attraper la maladie ? Prévient-il les transmissions du virus ? Diminue-t-il la gravité de la maladie et tout particulièrement le risque d’en mourir ?

On dispose pour ces critères d’une source fiable, accessible par internet et indépendante des acteurs de la vaccination : les données OMS quotidiennement mises à jour sur son site officiel consultable en tapant https://covid19.who.int/. Il précise chaque jour, pour chaque pays, l’évolution de nombre de contaminations et du nombre de décès attribués au Covd-19. C’est donc principalement sur ces données objectives que nous baserons notre analyse.

Le vaccin permet-il d’éviter d’attraper la maladie et la transmission du virus ?

D’après les courbes OMS du 23 juin 2021, la vaccination commencée le 7 décembre a été suivie d’une augmentation considérable (+300 %) des contaminations journalières, leur nombre dépassant les pics de la vague précédente malgré un confinement strict.

Le 7 décembre 2020, après neuf mois d’épidémie pré vaccination, le Royaume-Uni comptait 1 674 138 cas. En six mois et demi post-vaccination, ce chiffre est passé à 4 640 511 (+200 %).

Cette évolution, avec augmentation considérable des contaminations quotidiennes, observée dans tous les pays qui ont beaucoup vacciné, suggère que les pseudos vaccins actuels seraient susceptibles de faciliter, au moins transitoirement (pendant 6 à 12 semaines) la transmission de la maladie.

La chute des contaminations en mars et avril 2021 a fait croire à l’efficacité de la vaccination, mais cette diminution du nombre quotidien de contaminations a été observée à peu près simultanément dans tous les pays européens, vaccinés ou pas, confinés ou pas.

Mais depuis mai le nombre de nouvelles contaminations journalières est franchement orienté à la hausse montrant que la vaccination n’est capable ni d’empêcher d’attraper ni d’empêcher de transmettre la maladie.

Depuis mai, selon les chiffres de l’OMS et du bureau des statistiques britannique les contaminations quotidiennes ont augmenté de 1200 % (passées de 1156 le 15 mai à 14623 le 28 juin) alors que durant la même période elles chutaient en sens inverse en France (d’une moyenne de 12000 à 1500). La vaccination britannique qui prétendait viser l’éradication du virus a manifestement échoué et facilité l’émergence d’un variant nettement plus contagieux et résistant à la vaccination.

Et en France, beaucoup moins vaccinée, on a observé le 28 juin 1546 nouveaux cas contre 14623 cas en Grande-Bretagne.

Le vaccin diminue-t-il la gravité de la maladie ?

En Grande-Bretagne, malgré les confinements à répétition, la vaccination a été suivie d’une augmentation considérable de la mortalité journalière

Les mois de décembre 2020 et janvier 2021 ont établi les records mensuels de la mortalité britannique attribuée au Covid 19, regroupant à eux deux plus de 50301victimes soit 40 % de la totalité des morts britanniques depuis le début de l’épidémie.

Le 4 décembre 2020, après neuf mois d’épidémie, le Royaume-Uni comptait 60 113 morts attribuées au Covid-19. En six mois post-vaccination, ce chiffre a plus que doublé passant à 128100 (+110 %).

La vaccination, loin de diminuer la gravité de la maladie et en particulier son risque létal, paraît au contraire l’avoir exacerbé au moins transitoirement !

Ce phénomène a particulièrement touché les seniors britanniques en institution qui ont été vaccinés en priorité. Le lien direct avec la vaccination est suggéré par la constatation dans un rapport officiel que près de 40 % des morts depuis la vaccination avaient reçu une vaccination complète à deux doses.

Lorsqu’on a reçu une dose de vaccin et qu’on est contaminé, le Covid-19 pourrait se révéler plus grave et plus susceptible d’entraîner la mort. C’est d’ailleurs ce qu’a confirmé O. Veran dans sa réponse au Conseil d’État :

« les personnes vaccinées sont aussi celles qui sont les plus exposées aux formes graves et aux décès en cas d’inefficacité initiale du vaccin ou de réinfection post-vaccinale ou de la virulence d’un variant. »

Heureusement, le recul de l’épidémie aux USA depuis janvier et en Europe depuis avril diminue le risque d’attraper la maladie après la première injection de vaccin et donc minore le risque d’en mourir.

Comment expliquer cette aggravation paradoxale après vaccination ?

En Grande-Bretagne, les suites immédiates de la vaccination ont été marquées par une recrudescence très importante des contaminations et de la mortalité quotidiennes, alors que c’est une franche diminution qui en était espérée.

En février, il y avait plus de nouveaux cas de Covid-19 par jour qu’avant le début du confinement et de la vaccination. L’émergence de différents variants du Covid-19 l’explique peut-être, mais cette émergence a peut-être elle-même été favorisée par la vaccination.

Dans une lettre au BMJ le Pr Delfraissy s’inquiétait :

« des études suggèrent que l’émergence et la propagation des variants du SRAS-CoV-2 sont corrélées à l’absence de protection immunitaire robuste après une première exposition à des virus… voire à un vaccin. Cette évolution, associée à l’émergence de mutants, a non seulement été observée avec le SRAS-CoV-2, mais également avec d’autres virus… facilitant l’émergence d’un variant avec une transmissibilité accrue… de nouvelles variantes émergent et l’évasion immunitaire réduit l’efficacité de la vaccination à court et moyen terme. »

L’accroissement important de la mortalité pendant les deux mois qui ont suivi la vaccination est peut-être dû à un phénomène d’anticorps facilitants[2] dont le risque, illustré par la catastrophe vaccinale récente du Dengvaxia aux Philippines, avait été rappelé par l’Académie de médecine[3].

« Dans le contexte actuel de recrudescence épidémique (…) le risque individuel d’aggravation par anticorps facilitants doit être évoqué quand l’infection survient chez une personne ayant un faible taux d’anticorps neutralisants. » 

L’analyse scientifique des résultats de la vaccination, otage de la politique

Un débat vaccinal serein est actuellement impossible en Grande-Bretagne comme dans de nombreux pays, car complètement pollué par des considérations politiques.

Reconnaître l’échec de la vaccination porterait en effet un coup sévère à Boris Johnson et aux autorités sanitaires anglaises qui l’ont très fortement conseillée et qui viennent d’annoncer « une première injection de vaccin Pfizer réduirait de 57 % le risque de souffrir de Covid-19 chez les plus de 80 ans », sans mentionner ni les hausses d’incidence et de mortalité observées, accusant seulement des variants, ni les apparitions de clusters mortels dans les EHPAD de nombreux pays rapportés dans les journaux peu de temps après la vaccination Pfizer. La promesse de Boris Johnson

« l’Angleterre se trouve en effet sur un “chemin à sens unique vers la liberté” “chaque jour qui passe permet au programme de vaccination de créer un bouclier autour de la population” »

est donc très loin de se réaliser.

Il faut donc s’attendre à ce que le gouvernement, les organismes qui ont conseillé et réalisé la campagne de vaccination et les médias qui leur sont proches continuent de clamer la victoire de la vaccination contre le virus, de refuser d’expliquer les chiffres d’incidence et de mortalité post-vaccination et de traiter ceux qui émettent des doutes de complotistes pour éviter d’avoir à affronter leurs responsabilités.

Car comme le remarquait un panel de scientifiques dans le BMJ, quel que soit le pays, 

« quiconque ose dire la vérité au pouvoir est antipatriotique, déloyal ou radical ».

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments