1

Les catastrophes naturelles ne sont pas toutes naturelles

[Source : cielvoile.fr]

Article scientifique de Fabien Deruelle

Lien : https://journaljgeesi.com/index.php/JGEESI/article/view/727

Journal de géographie, environnement et sciences de la Terre
International
Volume 27, numéro 11, pages 74-94, 2023 ; Article n° JGEESI.108644
ISSN : 2454-7352

_____________________________________________________________

Fabien Deruelle a++*
a Rue Anatole France, 59790 Ronchin, France.
++PhD, Chercheur Indépendant
*E-mail : fderuelle@webmestre

Contribution de l’auteur
L’auteur unique a conçu, analysé, interprété et préparé le manuscrit.

Information sur l’article
DOI : 10.9734/JGEESI/2023/v27i11727

Historique ouvert de l’examen par les pairs :
Cette revue suit la politique ouverte et avancée d’examen par les pairs. L’identité des réviseurs, des éditeurs et des réviseurs supplémentaires, les commentaires des pairs, les différentes versions du manuscrit, les commentaires des éditeurs, etc. sont disponibles ici :
https://www.sdiarticle5.com/review-history/108644

Reçu : 21/10/2023
Accepté : 06/11/2023
Publié : 10/11/2023

RÉSUMÉ

Depuis un demi-siècle, l’armée développe des technologies pour transformer les phénomènes climatiques et environnementaux extrêmes en armes.

Cette étude est une revue de la littérature qui a été menée avec les objectifs suivants : 1/ révéler les puissantes technologies militaires connues de modification du climat et de l’environnement ; 2/ souligner que de nombreux événements environnementaux extrêmes observés ces dernières années correspondent aux effets que ces technologies militaires sont capables de générer ; 3/ analyser les conclusions du Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC) sur les origines de l’augmentation des catastrophes naturelles.

La littérature utilisée provient de sources officielles : articles scientifiques à comité de lecture (sauf un) ; brevets ; organisations intergouvernementales ; documents militaires ; documents politiques ; documents universitaires ; journaux nationaux ; agences de presse ; écrits de scientifiques respectés dans leur domaine. Les résultats de l’analyse documentaire révèlent que HAARP (High-Frequency Active Auroral Research Program), le chauffage ionosphérique le plus puissant en fonctionnement, est capable d’influencer le climat. Les impulsions électromagnétiques de haute puissance dans la croûte terrestre, produites par un générateur magnétohydrodynamique mobile, sont une technique développée depuis les années 1970 pour déclencher des tremblements de terre. Les armes à énergie dirigée, une technologie réelle, peuvent déclencher des incendies destructeurs à distance. Depuis plusieurs années, des documents officiels font état d’effets sur la santé et l’environnement similaires en tous points à ceux qui seraient détectés si la géo-ingénierie solaire par injection d’aérosols stratosphériques, une technique de modification du climat, était utilisée. En raison de nombreux biais et d’un manque d’objectivité, les arguments du GIEC sur les causes de l’augmentation des phénomènes environnementaux extrêmes (vagues de chaleur et de froid, tempêtes, ouragans, tornades, sécheresses, inondations, incendies de forêt, pollution de l’air, etc.) sont erronés. L’hypothèse solaire n’est pas non plus appropriée, compte tenu de sa faible activité depuis plusieurs années.

En conclusion, le recours aux technologies militaires de modification du climat et de l’environnement apparaît comme l’explication la plus pertinente pour comprendre l’augmentation des catastrophes naturelles au cours des 20 dernières années.

Mots-clés : Pollution atmosphérique ; sécheresse ; ondes électromagnétiques ; tremblement de terre ; conditions météorologiques extrêmes ; HAARP ; géo-ingénierie solaire ; incendies de forêt.

J. Geo. Env. Earth Sci. Int., vol. 27, no. 11, pp. 74-94, 2023

1. INTRODUCTION

Au moins 50 pays utilisent déjà des technologies de modification météorologique. La Chine utilise cette méthode sur près de 50 % de son territoire [1,2]. La technologie la plus largement utilisée est l’ensemencement des nuages, qui vise à améliorer les précipitations [3,4,5]. Plutôt que d’utiliser l’ensemencement traditionnel des nuages, qui soulève d’importantes préoccupations en matière de santé et de sécurité environnementale en raison des retombées des sous-produits, les Émirats Arabes Unis emploient des drones, conçus pour cibler certains nuages, qui produisent des décharges électriques via des lasers concentrés pour regrouper de force les gouttelettes d’eau dans l’air, et ainsi déclencher les pluies désirées [6].

Mais ce sont les militaires qui s’intéressent le plus aux techniques de modification de la météo, avec des objectifs bien plus ambitieux que simplement faire pleuvoir. En 1957, Lyndon B. Johnson déclarait : « Depuis l’espace, on pourrait contrôler le climat de la Terre, provoquer des sécheresses et des inondations, modifier les marées et élever le niveau de la mer, rendre les climats tempérés glacials ». Depuis les années 1970, grâce à un programme de contrôle climatique appelé Climate Dynamics, le Pentagone a étudié comment les États-Unis pouvaient faire fondre les calottes glaciaires, générer des tempêtes destructrices et utiliser les « instabilités environnementales clés » pour libérer d’énormes quantités d’énergie. Ils avaient découvert comment les États-Unis, agissant secrètement depuis l’espace, pouvaient infliger des intempéries à l’Union soviétique. En Union soviétique, les ingénieurs ont réussi à inverser le cours de la rivière Pechora, qui traverse l’Arctique, pour créer des mers intérieures susceptibles de modifier le climat mondial [7].

La première manipulation météorologique à des fins militaires fut la célèbre opération Pop-Eye (ensemencement de nuages) menée pendant la guerre du Vietnam, dont le but était de prolonger la mousson. Les pluies étaient de qualité acide et les risques écologiques étaient totalement inconnus [8]. À la suite de cette opération militaire, l’ONU a créé, en 1976, la Convention sur la modification de l’environnement (ENMOD). Cependant, cette convention n’est pas suffisamment précise et offre la possibilité de contourner et d’adapter presque tout ce qui est écrit. Par exemple, la convention autorise la recherche et le développement d’armes climatiques ou l’utilisation de telles techniques contre un État non signataire [9,10]. À noter que la France n’est pas un État signataire.

Aux États-Unis, depuis au moins 1959, le gouvernement finance des recherches sur la modification météorologique [11], dont l’objectif reste essentiellement militaire [12,13,14]. Parmi les technologies nécessaires pour assurer la sécurité des États-Unis, une étude commandée par l’US Air Force en 1994, intitulée « Spacecast 2020 », considérait la modification météorologique comme une arme [15]. En 2001, un projet de loi, qui a été rejeté, a été présenté au Congrès américain pour interdire les armes spatiales, y compris les armes météorologiques et tectoniques [16].

Il y a cinquante ans, Gordon J. F. MacDonald (géologue, géophysicien et membre du comité consultatif scientifique du président Johnson), fortement impliqué dans les travaux de modification météorologique, prédisait une nouvelle stratégie de guerre dans un chapitre (« Comment détruire l’environnement ») d’un livre intitulé « Unless Peace Comes » écrit en 1968. L’auteur explique que les conflits futurs seront liés à la manipulation de l’environnement. Ces guerres seront secrètes car les tempêtes, inondations, sécheresses, tremblements de terre et raz-de-marée sont inhabituels, mais pas inattendus, et pourront se poursuivre pendant des années en toute discrétion [17]. En 2012, le journal britannique « The Guardian » a publié une lettre d’un ancien conseiller exécutif de l’aérospatiale et de la défense, qui expliquait que la météo était utilisée comme arme par au moins quatre pays : « … Les États-Unis, la Russie, la Chine et Israël possèdent la technologie et l’organisation nécessaires pour modifier les événements météorologiques et géologiques pour diverses opérations militaires et secrètes, qui sont liées à des objectifs secondaires, notamment la gestion des ressources démographiques, énergétiques et agricoles… La guerre inclut désormais la capacité technologique d’induire, d’améliorer ou de diriger des événements cycloniques, des tremblements de terre, des sécheresses et des inondations, y compris l’utilisation d’agents viraux polymérisés en aérosols et de particules radioactives transportées par les systèmes météorologiques mondiaux… » [18].

Des publications scientifiques, de nombreux documents officiels et observations montrent que les techniques militaires de modification du climat pourraient être utilisées depuis plus de 20 ans [12,13].

Quelles technologies pourraient être utilisées pour générer des phénomènes météorologiques, climatiques et environnementaux extrêmes (vagues de chaleur et de froid, pollution de l’air, tempêtes, ouragans, tornades, sécheresses, inondations, incendies de forêt, forts tremblements de terre, etc.) ?

Les rayonnements électromagnétiques semblent être le point commun de la plupart des recherches sur les armes climatiques et environnementales [12,13]. La première partie de l’article se concentre sur les faisceaux dirigés d’ondes électromagnétiques de forte puissance. La deuxième partie est consacrée à la géo-ingénierie solaire par injection d’aérosols stratosphériques (SAI), et à son association avec les ondes électromagnétiques. La troisième partie complète les deux précédentes et revient sur la version faisant autorité sur les causes conduisant à l’augmentation des phénomènes climatiques et environnementaux extrêmes.

2. ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES DE HAUTE PUISSANCE

L’ionosphère terrestre (~ 60 à 1 000 km au-dessus du niveau de la mer) est composée de plasma dense, qui présente des variations complexes selon l’altitude, la situation géographique et le niveau d’activité solaire [19]. L’ionosphère joue un rôle majeur dans les performances des systèmes de communication civils et militaires. Les signaux radio de longueur d’onde plus longue sont réfléchis par l’ionosphère. Les signaux radio de longueur d’onde plus courte traversent l’ionosphère, mais en sont affectés, via des processus tels que l’absorption et la scintillation [20].

2.1 Énergie dirigée dans l’ionosphère

2.1.1 Réchauffeur ionosphérique

Un réchauffeur ionosphérique (IH) envoie des ondes à haute fréquence (HF) et haute puissance dans l’ionosphère pour la perturber et en observer les effets. Le plus connu est HAARP (High- Frequency Active Auroral Research Program) (Fig. 2, 4). Officiellement, les axes de recherche de HAARP sont : Physique des plasmas, radioscience, diagnostic mésosphère-thermosphère, météo spatiale, connaissance du domaine maritime arctique, ceinture de rayonnement de la magnétosphère, physique sous-aurorale, génération de plasmas, propagation de fréquences extrêmement basses, détection de cavités sous terre, radar au-dessus de l’horizon, science citoyenne et radioamateur, tendances des conditions ionosphériques et atmosphériques, y compris les tendances du changement climatique mondial. Entre 1990 et 2014, HAARP était un programme militaire. Depuis 2015, la responsabilité des installations et équipements HAARP a été transférée à l’Université d’Alaska à Fairbanks (UAF), mais le terrain appartient toujours à l’US Air Force [21].

HAARP fonctionne entre 2,7 et 10 mégahertz (MHz) avec une puissance crête (PP) de 3,6 mégawatts (MW) [21]. Étant donné que HAARP utilise un réseau d’antennes phasées, l’énergie peut être concentrée dans des directions variables, produisant une puissance apparente rayonnée (PAR) de l’ordre de quelques gigawatts (GW) (au moins jusqu’à 5,1 GW). Un chauffage à des fréquences plus élevées entraîne une augmentation de la PAR et permet de concentrer la puissance de la pompe du réseau d’antennes sur un point plus petit de l’ionosphère, ce qui augmente encore l’efficacité du chauffage [22, 23, 24].

Dans le monde, il existe d’autres IH : la Russie (SURA) fonctionne entre 4,5 et 9,3 MHz avec un PP de 750 kilowatts (750 kW) et un ERP de 190 MW ; Norvège (EISCAT), 3,85 à 8 MHz, PP de 1,2 MW et ERP de 1,2 GW ; Pérou (JRO), 50 MHz avec un PP de 6 MW (Figs. 1, 4) [25]. Les IH peuvent propager leurs faisceaux HF sur de très longues distances, par exemple de la Norvège à l’Antarctique [26].

Les scientifiques travaillent également à la construction d’IH mobiles (sur la barge d’un navire) dotés des mêmes capacités techniques que HAARP (Fig. 2). Ces études sont soutenues par le Bureau de Recherche Scientifique de l’Air Force [27,28,29,30].

2.1.1.1 Effets du réchauffement ionosphérique sur le temps

Les expériences réalisées par HAARP ont généré des perturbations sans précédent dans l’ionosphère [22]. Bien que l’UAF déclare que HAARP ne peut pas modifier la météorologie, B. Eastlund, dont les applications ont initié le développement de HAARP [31,32,33], affirme que les capacités de HAARP sont adéquates pour générer un contrôle météorologique [34]. Selon un rapport universitaire rédigé en 1998, toute la vérité sur HAARP ne serait pas officiellement révélée. Cette technologie peut conduire à des déséquilibres dangereux pour l’environnement et les personnes [35]. Le rapport du Parlement européen de 1999 déclare que HAARP a créé des trous dans l’ionosphère et peut être utilisé comme une arme à énergie dirigée pour provoquer un dérèglement climatique et manipuler les systèmes météorologiques mondiaux [36,12].

Fig. 1. JRO (Pérou) [25]

Fig. 2. Recherche pour le développement d’un réchauffeur ionosphérique mobile fonctionnant
avec la même technologie que HAARP (à gauche), mais sur une surface 20 fois plus petite [28]

Lorsque l’ionosphère était chauffée par un IH (SURA (Russie)), une diminution (jusqu’à 20 %) de l’intensité du spectre d’émission de l’ozone (mésosphère : 60 km) a été mesurée [37]. Le brevet d’Eastlund permet la production de régions ionisées artificielles depuis le niveau de la mer jusqu’à environ 80 km [34]. L’altitude de chauffage pouvant être stratosphérique, la couche d’ozone située à ce niveau peut être altérée.

Les ondes de gravité atmosphériques, qui apparaissent lors des mouvements verticaux de parcelles d’air, peuvent avoir un impact puissant sur le comportement des événements météorologiques extrêmes (pluies et températures extrêmes, ouragans, tornades, tsunamis) [38]. Des études ont montré qu’une puissante émission radio de HAARP ou SURA génère des ondes de gravité atmosphérique et acoustiques dans l’ionosphère [37,39,40,41,42]. Les ondes de gravité internes générées par le réchauffement ionosphérique, y compris dans la haute atmosphère, se propageant jusqu’aux hauteurs mésosphériques, modifient la température de la mésosphère [37]. Eastlund a précisé dans son brevet que la génération de régions d’air chauffées par un puissant IH permet de déposer de l’énergie dans l’air des régions troposphériques qui peuvent générer des ondes acoustiques atmosphériques ou des ondes de gravité atmosphériques pour modifier les vents directeurs à des fins de modification météorologique. Il est également possible d’influencer la répartition des charges électriques dans les mésocyclones [34].

En plus de modifier la configuration des vents (comme dans un autre brevet [31]), la technologie développée par le brevet d’Eastlund [32] permet de modifier la composition moléculaire atmosphérique, ainsi que d’augmenter la concentration d’une ou plusieurs molécules dans une région atmosphérique (par exemple ozone, azote, etc.).

Il est important de noter que deux brevets relatifs à la technologie HAARP sont classés comme une arme à énergie dirigée [32] et un dispositif ou une méthode pour influencer les conditions météorologiques [34]. Par conséquent, conformément au rapport du Parlement européen de 1999 [36,12], un IH tel que HAARP a la capacité d’être utilisé pour modifier le climat.

2.1.2 Autres appareils envoyant des faisceaux électromagnétiques dans l’ionosphère

De nombreux émetteurs militaires puissants à très basses fréquences (VLF) (Figs. 3, 4) induisent des perturbations et un échauffement importants de l’ionosphère, qui peuvent s’étendre latéralement sur plusieurs milliers de kilomètres [43,44].

Parmi tous les instruments qui envoient des ondes électromagnétiques dans l’ionosphère pour l’étudier, on trouve :

  • Le radar à diffusion incohérente (ISR), conçu pour sonder l’ionosphère afin de comprendre la densité, la température et la vitesse de déplacement du plasma. Ces radars doivent être construits avec une puissance (mégawatts) et des ouvertures (généralement des centaines de mètres carrés) suffisamment grandes (Fig. 4) [19,46].
  • Quelques radars militaires de forte puissance (Fig. 4) [45].
  • Super réseau de radars dual auroral (SuperDARN). Un réseau international d’environ 40 radars HF de faible puissance, fonctionnant entre 8 et 22 MHz, répartis dans les hémisphères nord et sud [47].
  • Nerc MST Radar Facility (Royaume-Uni), radar Chung-Li VHF (Chine), EAR (Japon) [47].

Le grand nombre d’émetteurs radio émet des ondes de différentes longueurs dans l’ionosphère, auxquelles il faut ajouter des satellites, contribuant ainsi aux changements environnementaux, météorologiques et climatiques [37,48] (voir également la section 3.2). À noter qu’individuellement, ces appareils ne se comportent pas exactement comme les IH, mais c’est leur quantité qui induit inévitablement des perturbations environnementales.

2.2 Liens entre les tremblements de terre et les ondes électromagnétiques

2.2.1 Les tremblements de terre déclenchés par des impulsions électromagnétiques

L’arme tectonique est un objectif militaire depuis la Seconde Guerre mondiale. En 1944, un scientifique anglais créa une bombe sismique [49]. Plus tard, des programmes soviétiques ont travaillé sur le déclenchement de tremblements de terre par des impulsions électromagnétiques [50].

Fig. 3. Australie, puissant émetteur VLF (émetteur North West Cape (NWC) :
Naval Communication Station Harold E. Holt) [45]

Fig. 4. * Réchauffeur ionosphérique ; ♦ Certains ISR ; ■ Quelques radars militaires.
(Réalisé à partir des références [21,25,45,46]).

Dans les années 1970, des scientifiques russes ont découvert que les impacts électromagnétiques sur les roches et les failles de la croûte terrestre en état de contrainte pouvaient déclencher des tremblements de terre. À l’origine, cette méthode a été étudiée dans le but de déclencher de petits séismes pour libérer des contraintes tectoniques afin d’éviter des tremblements de terre destructeurs. Des scientifiques russes ont donc développé un générateur magnétohydrodynamique (MHD) mobile (Pamir 1), capable de générer beaucoup d’énergie en très peu de temps et de la convertir en électricité. Ce système fut perfectionné dans les années qui suivirent. Ainsi, à l’aide d’un générateur MHD pulsé (Pamir-1, Pamir-2) ou d’un système électrique pulsé plus économique (ERGU-600-2), un dipôle électrique au sol avec un espacement des électrodes de 3 à 4,2 km, des impulsions de courant sont injectées dans la croûte terrestre, créant une forte activation sismique locale après 2 à 7 jours et se poursuivant pendant plusieurs jours (en fonction de l’appareil utilisé).

Les impulsions électromagnétiques accélèrent la libération de l’énergie stockée dans le milieu lors des processus tectoniques, sous la forme de séismes relativement faibles. Les auteurs soulignent que les tremblements de terre dépendent non seulement des déclencheurs, mais aussi de la nature et des propriétés géologiques de la région. Par conséquent, dans une zone sismique métastable, des impulsions électromagnétiques de faible puissance peuvent suffire à déclencher une cascade de petites secousses, conduisant à un séisme désastreux [51,52,53,54].

En 1995, un générateur MHD de haute puissance, Pamir-3U (PP ~ 15 MW), a été construit par l’Institut des Hautes Températures de l’Académie des Sciences de Russie et livré à l’US Air Force. Il s’agit d’un système d’alimentation portable autonome qui peut être transporté vers divers emplacements opérationnels et pour une utilisation éventuelle avec des applications d’armes avancées (Fig. 5) [55,56].

2.2.2 Un réchauffeur ionosphérique tel que HAARP pourrait-il déclencher un tremblement de terre ?

2.2.2.1 Paramètres mesurés avant et pendant un séisme

Avant le très fort séisme au Japon du 11 mars 2011, des variations importantes du contenu total en électrons (TEC) de l’ionosphère ont été observées [58,59], ainsi qu’un réchauffement de l’atmosphère au-dessus de l’épicentre [58]. Ces anomalies ont été identifiées comme des précurseurs à court terme associés à certains des tremblements de terre récents les plus destructeurs. Certains auteurs soutiennent que la libération de radon par la croûte terrestre agirait à travers une série d’événements pour induire de la chaleur et de la conductivité atmosphérique [58,60]. D’autres auteurs stipulent que les anomalies du TEC sont déclenchées et gérées par un champ électrique à grande échelle [61,62].

L’apparition de perturbations (augmentations) dans les gammes d’ondes ultra-basse fréquence (ULF), extrêmement basse fréquence (ELF) et VLF a également été observée avant de forts tremblements de terre [63,64,65,66].

La littérature montre qu’un séisme génère des micro-ondes et que les micro-ondes peuvent contribuer au déclenchement d’un séisme (en fonction de l’état énergétique du foyer sismique). En effet, le foyer sismique est un générateur permanent de micro-ondes, mais il est aussi un récepteur de micro-ondes. Cela conduit à un mécanisme d’autodéclenchement dû aux micro-ondes générées par le foyer du séisme lui-même. Les micro-ondes stimulent la roche, provoquant sa dislocation, laquelle à son tour génère des micro-ondes. Les roches semblent donc pénétrables par les micro-ondes [67].

Fig. 5. Pamir-3U système MHD [56,57]

2.2.2.2 Une perturbation ionosphérique peut déclencher un tremblement de terre

Une tempête magnétique provoquée par une éruption solaire peut également déclencher une libération d’énergie stockée dans la Terre. Les éruptions électromagnétiques solaires perturbent la conductivité de la basse ionosphère, générant également des perturbations du champ géomagnétique. L’absorption du rayonnement solaire ionisant induira des variations de densité de courant tellurique dans les failles sismogènes, pouvant conduire à un tremblement de terre si la zone affectée est dans un état de contrainte métastable. Ce changement de densité de courant dans la croûte terrestre est comparable aux variations induites par les injections électromagnétiques artificielles [51]. De plus, la forte corrélation entre l’activité solaire (vent solaire) et les séismes majeurs, résultant de la modulation de la densité de protons et donc du potentiel électrique entre l’ionosphère et la Terre, est susceptible d’être à l’origine des phénomènes lumineux visibles auparavant, ou accompagnant, un grand tremblement de terre [68].

Ainsi, la littérature scientifique montre non seulement que les tremblements de terre influencent certains paramètres de l’ionosphère, mais aussi que les perturbations ionosphériques peuvent avoir un impact sur la lithosphère.

2.2.2.3 Que peut provoquer HAARP ?

Il convient de souligner que parmi les objectifs de HAARP, des rapports militaires montrent que la génération d’ondes radio basses fréquences est également utilisée pour la tomographie de la terre, c’est-à-dire la détection et l’imagerie des structures souterraines [69,70]. HAARP pourrait donc dans un premier temps identifier les zones métastables dans les zones sismiques.

Nous avons vu précédemment qu’un réchauffeur ionosphérique tel que HAARP perturbe sérieusement l’ionosphère [22]. De plus, cela peut créer des irrégularités du TEC ionosphérique (comme un renforcement) en chauffant des régions localisées de l’ionosphère [23,34,71].

La génération d’ondes ULF/ELF/VLF dans l’ionosphère par chauffage modulé avec des ondes HF de haute puissance est l’un des objectifs les plus importants d’un IH [21,23,72,73].

Grâce au chauffage, HAARP peut créer des couches d’ionisation artificielles, produire des perturbations du champ magnétique, diverses structures lumineuses, des lueurs aériennes et des aurores artificielles, parfois visibles à l’œil nu [74,75].

Ainsi, tous les paramètres apparaissant dans l’ionosphère et l’atmosphère avant un fort séisme peuvent être générés par HAARP. De plus, puisque les perturbations ionosphériques liées aux orages magnétiques d’origine solaire peuvent déclencher des tremblements de terre, et que HAARP est capable de perturber l’ionosphère au point de créer des aurores artificielles locales — c’est-à-dire comparables à ce qu’est capable de faire un orage magnétique — il semble justifié de considérer la possibilité qu’un réchauffeur ionosphérique comme HAARP puisse être à l’origine d’au moins certains paramètres agissant en cascade pour produire un séisme. En 2011, bien que non publié dans une revue à comité de lecture, le Dr F. De Aquino (professeur de physique à l’Université d’État du Maranhao [Brésil], chercheur titulaire à l’Institut National de Recherche Spatiale) a démontré que le rayonnement ELF de haute puissance généré par les hautes fréquences provenant d’un réchauffeur ionosphérique, tel que HAARP, peut provoquer des tremblements de terre, des cyclones et un fort échauffement localisé [76].

En termes de micro-ondes, la capacité de HAARP à créer un miroir ionosphérique permet d’utiliser des faisceaux micro-ondes sur de longues distances [77,78].

2.3 Autres fréquences de rayonnement électromagnétique pour le contrôle météorologique

Un brevet explique comment un appareil, qui peut être utilisé comme arme militaire, peut produire des éclairs, du tonnerre et des ouragans au moyen d’ondes sonores à haute fréquence générées par un radar ou d’autres dispositifs d’émission à micro-ondes ou à haute fréquence [79].

Le laser permet le contrôle de la foudre, la condensation de la vapeur d’eau, la formation et la dissipation du brouillard, ainsi que la diffusion de la lumière (albédo) à partir des nuages de haute altitude pour la gestion du forçage radiatif [80].

3. GÉO-INGÉNIERIE SOLAIRE PAR SAI

3.1 Les explications officielles ne correspondent pas aux observations et aux mesures

Selon les autorités, une technologie de modification météorologique appelée géo-ingénierie solaire par injection d’aérosols stratosphériques (introduction de minuscules particules réfléchissantes dans la haute atmosphère, pour renvoyer une partie de la lumière du soleil vers l’espace) n’est pas utilisée actuellement [13]. L’Organisation météorologique mondiale (OMM), qui représente la seule référence faisant autorité (Atlas international des nuages) pour l’identification des nuages, a classé les traînées persistantes d’avions comme « traînées de condensation d’avions » pour les désigner comme de nouveaux nuages : Cirrus homogenitus [13], Cirrocumulus stratiformis homomutatus [81 ]. Bien que la majorité de la littérature scientifique soit d’accord avec cette classification des nuages, elle précise que ces traînées d’avions provoquent des effets délétères sur la santé, l’environnement, la qualité de l’air et agissent fortement sur le climat en le réchauffant bien plus que par le CO2 [13, 82,83]. De plus, la combustion de carburants aéronautiques alternatifs génère de petites particules non volatiles, favorise la formation de traînées de condensation et de cirrus étendus [84].

De nombreux indices permettent de conclure que la géo-ingénierie solaire par SAI est utilisée depuis longtemps. Depuis plusieurs années, articles scientifiques et documents officiels signalent des effets sur la santé et l’environnement (disparition du ciel bleu, maladies, pollution, appauvrissement de la couche d’ozone, qualité et quantité du rayonnement solaire, sécheresse, propriétés électriques de l’atmosphère, etc.) similaires en tous points à ceux qui seraient détectés si la géo-ingénierie solaire par SAI était utilisée (Fig. 6) [13].

Des publications scientifiques qui ne reconnaissent pas l’existence de l’utilisation de la géo-ingénierie solaire par SAI montrent néanmoins que les traînées persistantes d’avions sont composées de nombreuses particules métalliques [13]. À l’aide de mesures d’irradiance par spectrométrie solaire, une étude a montré que ces traînées persistantes d’avions ne sont pas des traînées de condensation de cristaux de glace, mais des traînées chimiques [85]. Des documents reliant ces traînées persistantes à la technologie de modification de la météo par pulvérisations chimiques montrent que leurs teneurs semblent être particulièrement concentrées en aluminium (Al), baryum (Ba), nanoparticules et soufre [13]. Ni l’aluminium, ni le baryum, ni les nanoparticules ne sont surveillés dans les analyses internationales de la pollution atmosphérique [86].

3.2 Effets des SAI et leur couplage aux ondes électromagnétiques

Un rapport militaire de 1996 a montré que la technologie électromagnétique nécessite des pulvérisations chimiques pour manipuler la météo, ajoutées à l’utilisation de la nanotechnologie pour créer une météorologie artificielle vers 2025 (par exemple des nuages intelligents composés de particules informatisées microscopiques), de sorte que des actions délibérées puissent être prises pour des phénomènes météorologiques naturels [78]. Cela a été corroboré en 2009 par un rapport de l’US Air Force, selon lequel vers 2030, avec l’aide de la nanotechnologie, l’armée américaine serait capable de créer (et pas seulement de modifier) le temps (tempêtes, brouillard, nuages, etc.) dans une zone définie [87].

À mesure que les SAI endommagent la couche d’ozone [13,88], ce qui a été corroboré par un modèle de géo-ingénierie aux sulfates [89], le rayonnement solaire devient de mauvaise qualité et très agressif, à tel point que le rayonnement ultraviolet (UV) sous forme d’UV-C, dans la plage 250-300 nm, a été mesuré à la surface de la Terre [90]. Les SAI augmentent le réchauffement local de l’atmosphère grâce au transfert de chaleur provoqué par les particules [10], et augmentent la conductivité électrique de l’atmosphère grâce aux particules métalliques [13]. Les découvertes d’Eastlund [32] permettent à une technologie comme HAARP de modifier les systèmes d’absorption solaire en construisant un ou plusieurs panaches de particules atmosphériques qui agiront comme une lentille ou un dispositif de focalisation. De plus, en utilisant des lignes de champ divergentes et avec la disponibilité d’une énergie suffisante transmise par un réchauffeur ionosphérique, des particules de différentes tailles présentant des caractéristiques souhaitées telles que l’adhésivité, la réflectivité, l’absorptivité, etc., peuvent être transportées à des fins ou pour des effets spécifiques (par exemple, concentration de grandes quantités de lumière solaire sur des parties spécifiques de la terre) [32]. En relation avec ce sujet, une étude a démontré que les propriétés physiques des microparticules atmosphériques en suspension (qui augmentent la pollution atmosphérique mondiale, affectent la santé ainsi que les conditions météorologiques et climatiques locales en diffusant et en absorbant le rayonnement solaire) sont considérablement modifiées sous l’action continue du rayonnement électromagnétique. Le nombre de particules augmente, la morphologie des particules est déformée avec l’augmentation du temps d’action électromagnétique, les caractéristiques de mouvement des microparticules sont affectées, la trajectoire des particules est modifiée et le champ électromagnétique favorise l’agglomération des particules dans la direction correspondant à la force du champ magnétique [91].

Fig. 6. Les photographies ont été prises par l’auteur lui-même, situé en France, avec un appareil photo Nikon Coolpix L16. a) : Près de Toulouse ville (sud) 5 septembre 2021, 16 h 37 ; b ; c ; d) Près de la ville de Lille (nord), 12 août 2021, 14 h 58 ; 11 avril 2022, 13 h 40 ; 22 avril 2023, 15 h 53. Les traînées d’avions persistantes sont pour la plupart dirigées vers le soleil et s’étalent, laissant un ciel voilé, devenant progressivement blanc.

Ainsi, un réchauffeur ionosphérique, tel que HAARP, et la géo-ingénierie solaire par SAI peuvent agir en symbiose pour optimiser leurs actions respectives sur le climat. C’est pourquoi, dans la feuille de route militaire de contrôle météorologique, les pulvérisations atmosphériques de produits chimiques (principalement métalliques) sont programmées pour coïncider avec le lancement de HAARP (dans les années 90) [13].

De plus, les particules atmosphériques sont constamment stimulées par les fréquences d’autres installations envoyant des faisceaux électromagnétiques dans l’ionosphère (section 2.1.2). Par exemple, les radars au-dessus de l’horizon (OTHs) sont des radars militaires qui transmettent en continu des ondes HF (entre 3 et 30 MHz) sur des milliers de kilomètres [45]. Par conséquent, ces actions ont également une influence sur la météo et le climat.

3.3 Financements, brevets, technologies similaires

Les agences d’espionnage (CIA et autres), très intéressées par la géo-ingénierie, financent la recherche climatique dans le but de trouver une arme météorologique [92,93]. À noter que Bill Gates fait également partie des puissants bailleurs de fonds de cette technologie [94].

Parmi les dizaines de brevets expliquant de nombreuses techniques de modification du temps, plusieurs concernent la géo-ingénierie solaire par SAI, décrivant entre autres certains composants utilisés et les méthodes de diffusion [13,95,96,97].

Bien que ne faisant pas partie de la géo-ingénierie, il existe une méthode similaire et tout aussi polluante. En effet, l’épandage de sable du Sahara est une autre technologie permettant de modifier la diffusion de la lumière solaire dans la haute atmosphère [98]. Cela pourrait expliquer les épisodes (ou certains d’entre eux) de ces dernières années de retombées de poussières de sable du Sahara en France et en Espagne, qui ont obscurci le ciel et provoqué une pollution de l’air [99].

3.4 Feux de forêt

Selon le Programme des Nations Unies pour l’environnement, il existe un lien entre le changement climatique et les incendies de forêt incontrôlables et extrêmes [100]. Cependant, les nanoparticules de soufre et d’aluminium présentes dans les SAI augmentent le risque, du fait de la sécheresse, d’incendies de forêt [13,101]. Les nanoparticules d’aluminium sont également bien connues pour leur capacité pyrophorique et la forte énergie qu’elles émettent lors de la combustion [102], amplifiant ainsi le risque et la gravité des incendies de forêt. De plus, des simulations de géo-ingénierie ont montré que les SAI induisent des sécheresses [103], entraînant une augmentation de la fréquence des incendies extrêmes dans certaines régions [104].

Il semblerait que 50 % des incendies de forêt dans l’ouest des États-Unis soient provoqués par la foudre [80], mais il a également été rapporté (dans la section 2.3) que certaines technologies à énergie dirigée sont capables de déclencher et de contrôler la foudre [79,80]. Un document militaire explique que les armes à énergie dirigée (AED), composées par exemple de lasers, d’appareils à radiofréquence, de technologie de micro-ondes de haute puissance, d’ondes millimétriques et de faisceaux de particules, peuvent déclencher des incendies destructeurs, à distance. De plus, comme il est difficile de localiser la source de l’énergie dirigée, les AED sont souvent utilisées dans des opérations spéciales ou secrètes. Les auteurs de ce rapport affirment que le monde a atteint un « point de basculement » dans lequel l’énergie dirigée est désormais essentielle au succès des opérations militaires [105]. Les AED utilisant des dispositifs militaires spécifiques (avion, navire, véhicule de combat, etc.) ne relèvent pas de la science-fiction [106]. À noter que les incendies de forêt font partie des armes environnementales mises en œuvre par l’armée américaine [107].

4. CAUSES DE L’AUGMENTATION DES CATASTROPHES NATURELLES AU COURS DES 20 DERNIÈRES ANNÉES

En 2006, le Dr D. Deming (géologue et géophysicien) a témoigné devant la commission du Sénat américain sur l’environnement et les travaux publics que les médias sont extrêmement partiaux sur la question du réchauffement climatique, essayant de lier chaque catastrophe naturelle au réchauffement climatique. Cela constitue une désinformation importante à l’égard du public sur les questions climatiques et environnementales [108].

Le Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC) explique dans ses rapports que depuis la période 1850-1900, le climat est de plus en plus perturbé (notamment réchauffé) par un puissant facteur anthropique, les gaz à effet de serre, dont le principal représentant est le CO2 émis par la combustion des énergies fossiles. Ce réchauffement climatique augmenterait les événements météorologiques, climatiques et environnementaux extrêmes (vagues de chaleur et de froid, tempêtes, ouragans, tornades, sécheresses, inondations, incendies de forêt, pollution de l’air [aggravée par les vagues de chaleur et les incendies de forêt], etc.) [109]. Pour certains scientifiques et médias, le changement climatique pourrait également déclencher des tremblements de terre, des tsunamis et des éruptions volcaniques [110].

Cependant, l’autorité internationale du GIEC en matière de politique climatique a été acquise en supprimant les opinions dissidentes sur toute question où existe encore un désaccord scientifique [111]. De nombreuses publications montrent que les modèles climatiques du GIEC ne prennent pas en compte les cycles climatiques naturels multidécennaux, séculaires et millénaires, surestiment le réchauffement climatique (biais d’urbanisation) et, dans de nombreux cas, ne sont pas validés par le climat observé [111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121]. De plus, les rapports du GIEC sur les causes climatiques actuelles (le CO2 comme responsable du changement climatique) sont fortement contestés par des milliers de scientifiques [122 123 124 125 126 127 128].

Ainsi, les explications officielles de l’augmentation du nombre et de l’intensité des événements extrêmes ne sont pas satisfaisantes. Une hypothèse serait l’activité solaire. Cependant, bien qu’il existe de nombreux cycles solaires (cycle de Schwabe [cycle de taches solaires de 11 ans], cycle de Hale [22 ans], cycle de Gleissberg [~ 85 ans], cycle de José [~ 178 ans], cycle de Suess-de Vries [~208 ans], cycle de Foucault [~1000 ans], et le cycle de Bray-Hallstatt [~2300 ans]), dont les interactions sont complexes [129], et qui peuvent se superposer et influencer les oscillations terrestres naturelles [113 130 131 132], le cycle de Schwabe montre une faible activité solaire depuis le cycle 24 (2008 à 2019) (Fig. 7), et cette faible activité se poursuivra jusqu’en ~ 2050 [133 134 129]. Par conséquent, l’augmentation de la fréquence et de l’intensité d’au moins certains événements environnementaux extrêmes au cours des dernières années ne peut pas être attribuée à une augmentation de l’activité solaire.

Pour le Forum économique mondial (FEM), il est nécessaire de débloquer 3 000 milliards de dollars par an pour le climat et la nature [136]. D’énormes intérêts financiers se cachent derrière la politique climatique, ainsi que la mise en œuvre progressive de lois sur le contrôle de l’énergie [137] et la taxation du carbone dans le cadre du plan de gouvernance mondiale décrit par le WEF [138].

Étant donné que l’argumentation du GIEC sur l’augmentation des événements extrêmes au cours des dernières années manque considérablement d’objectivité, et que la gestion mondiale du climat génère d’énormes enjeux financiers, il semblerait que l’explication la plus plausible de l’augmentation des événements extrêmes (au moins certains d’entre eux) au cours des 20 dernières années ne soit pas naturelle, mais plutôt due à l’utilisation de technologies militaires de modification du climat et de l’environnement.

Fig. 7. Cycles des taches solaires selon les années. Valeurs mensuelles.
Produit à partir de : Centre de prévision météorologique spatiale [135]

5. CONCLUSION

Tout au long de cet article, nous avons vu que la littérature scientifique révèle que les techniques de manipulations météorologiques, climatiques et environnementales sont étudiées depuis plus d’un demi-siècle. Les plus puissantes de ces technologies ont toujours été destinées à un usage militaire, c’est-à-dire comme armes capables de créer l’illusion d’un événement naturel. De nombreux indices indiquent que ces armes climatiques et environnementales sont utilisées depuis plusieurs années. Certaines de ces technologies sont totalement niées par les autorités et les médias, tandis que d’autres sont utilisées avec des justifications scientifiques. Cependant, de nombreux gouvernements sont conscients de l’existence et/ou de l’utilisation de ces armes. Puisqu’ils consentent à l’activation de ces armes environnementales, cela implique non seulement que la législation sur les émissions de carbone est basée sur un mensonge climatique, mais aussi que ces gouvernements sont en partie responsables de la destruction de la faune sauvage et de la mort de plusieurs milliers d’êtres humains chaque année.

Il est urgent de mener davantage d’enquêtes, sans conflits d’intérêts, sur les causes réelles des catastrophes naturelles.

CONFLITS D’INTÉRÊTS

L’auteur a déclaré n’avoir aucun conflit d’intérêts.

RÉFÉRENCES




L’Ukraine : la préparation de la capitulation

Par Oleg Nesterenko
Président du CCIE (www.c-cie.eu)
(Spécialiste de la Russie, CEI et de l’Afrique subsaharienne ; ancien directeur de l’MBA, ancien professeur auprès des masters des Grandes Écoles de Commerce de Paris)

Depuis le début du désastre de la contre-offensive ukrainienne face aux troupes russes suivi de la compréhension par les partenaires occidentaux de la faillite de leur projet sur le territoire de l’Ukraine, le pouvoir à Kiev s’est retrouvé devant une réalité effroyable : le refus de la continuation des investissements venus des sources qui lui ont assuré auparavant d’être impérissables — le début de la fin du règne de Zelensky et de son entourage.

Pourtant, une telle fin était parfaitement prévisible. Seule l’ignorance de l’histoire et du mode opératoire doctrinal des protagonistes nous condamne à sa répétition. Dans mon analyse datant d’un an « La guerre en Ukraine : les véritables raisons du conflit » j’ai déjà mentionné les éléments constitutifs de la future défaite de Kiev :

« … Au moment venu, quand le pouvoir américain considérera que le “retour sur investissement” dans la guerre en Ukraine est suffisant ou bien quand il fera le constat que la probabilité à atteindre le seuil de satisfaction est trop faible — il abandonnera le régime de Kiev. L’abandonnera de la même manière que le régime afghan de Ghani a été abandonné et les Kurdes en Irak et en Syrie ont été abandonnés après avoir accompli, partiellement, les missions qui leur ont été attribuées par l’Amérique contre la promesse de la création d’un état kurde. La promesse qui n’engageait que ceux qui l’écoutaient.

De ce fait, et vu que malgré la pression des sanctions occidentales sans précèdent la Russie dispose toujours de finances publiques saines, dette négligeable, balance commerciale excédentaire et aucun déficit budgétaire — le conflit en Ukraine ne peut ne pas être importé par les Russes, dans une forme ou une autre.
De plus que, élément fondamental : pour la Fédération de Russie ceci est un élément existentiel ; pour les États-Unis d’Amérique, comme déjà mentionné, il ne l’est pas… »

Les intentions initiales des Russes

Les pseudos experts du camp occidental n’ont trouvé qu’une parade pour justifier leur grave manque de vision, d’anticipation et d’évaluation du potentiel de Moscou : répéter les mantras sur l’impuissance de la Russie à continuer à mener la guerre, vu qu’elle reste sur ses positions et n’avance guère sur le front depuis un an.

La myopie analytique ne leur permet pas de percevoir la réalité dérangeante. Si la Fédération de Russie a eu l’initiative unilatérale au début de la guerre de proposer la signature de l’accord de paix qui devait avoir lieu à Istanbul, à l’époque quand elle était incontestablement en position de force, y compris selon le point de vue du camp « atlantiste » — cela ne signifie qu’une seule chose : au moment d’entrer dans la négociation, Moscou avait déjà obtenu la satisfaction au niveau des acquis territoriaux (les territoires pro-russes récupérés à l’Ukraine) et il ne lui restait qu’à obtenir de Kiev l’engagement sur son statut de neutralité vis-à-vis de l’OTAN, soit l’assurance juridique de la non-présence des forces armées du camp ennemi sur le territoire de l’État tampon qu’est devenue l’Ukraine pour la Russie depuis 1991.

Aujourd’hui, la Russie reste stationnée d’une manière inébranlable sur ses positions acquises sur le front et ne se contente qu’à épuiser les dernières forces matérielles et humaines restantes de l’armée ukrainienne. Ceci n’est ni un signe de faiblesse ni, encore moins, un hasard.

Les thèses ukraino-occidentales stipulant que la Russie a visé la disparition de l’État ukrainien en tant qu’entité étatique sont, tout simplement, fantaisistes et ne sont que le reflet d’amateurisme déconcertant de leurs auteurs. Les événements qui ont eu lieu à Istanbul au début de la guerre en sont la preuve : si Moscou avait comme objectif la disparition de l’Ukraine — jamais elle ne serait mise autour d’une table de négociation de sa propre initiative au tout début de la guerre, tandis qu’elle dominait la situation sur le terrain et quand ses troupes étaient positionnées dans les faubourgs de Kiev qui se trouvaient en état de chaos. Les troupes qui n’ont été retirées qu’en gage de bonne volonté au moment de la signature de l’accord d’Istanbul par la partie ukrainienne. Signature suivie de l’annulation au lieu de la ratification.

La révélation

Vingt mois se sont écoulés depuis les événements mentionnés. Ce fin novembre 2023, un personnage très controversé de la scène politique ukrainienne a été mis sur le devant de la scène dans l’espace médiatique ukrainien et a fait des révélations qui ont produit l’effet de l’explosion d’une bombe auprès de l’opinion publique ukrainienne. Révélation, considérée par la communauté d’experts ukrainiens indépendants comme la plus scandaleuse de l’année en cours.

Dans une interview accordée à la chaîne de télévision ukrainienne « 1 +1 » par David Arakhamia, qui n’est personne d’autre que le chef de la fraction parlementaire du parti « Serviteur du Peuple » (parti politique de V. Zelensky), il a évoqué les circonstances des négociations entre la Russie et l’Ukraine qui ont eu lieu à Istanbul en mars-mai 2022 et dont il était à la tête de la délégation ukrainienne.

Arakhamia se souvient de la position des Russes à l’époque :

« Ils ont espéré presque jusqu’au dernier moment que nous allions accepter la neutralité. Cela était leur objectif principal. Ils étaient prêts à terminer la guerre si nous prenions la neutralité — comme la Finlande autre fois — et si nous prenions des obligations de ne pas entrer dans l’OTAN ».

Il a également mentionné que les « conseillers à la sécurité » de Washington, de Londres, de Varsovie et de Berlin ont eu accès à l’intégralité des documents discutés sur la table de négociation.

En parlant des raisons de l’annulation de l’accord il en a évoqué qu’une seule sérieuse — la visite de Boris Johnson à Kiev :

« Boris Johnson est venu à Kiev et a dit que “nous ne signerons rien du tout avec eux. Nous allons, tout simplement, faire la guerre”. »

Il est à noter que le parlementaire n’a pas prononcé un seul mot concernant Boutcha. Et, rappelons-nous, l’unique version officielle de Kiev et du camp « atlantiste » de l’époque de la raison de l’arrêt des pourparlers avec les Russes et de l’annulation de l’accord d’Istanbul était le prétendu « massacre de la population civile perpétré par des troupes russes à Boutcha ».

Cet illustre personnage termine son interview avec la grande fierté d’avoir dupé la délégation russe : « Nous avons accompli notre mission de faire traîner les choses avec la note 8 sur 10. Ils se sont (les Russes) décontractés, sont partis — et nous avons pris la direction de la solution militaire ».

Cette révélation télévisée a fait découvrir au grand public ukrainien la réalité de la guerre qui aurait pu aisément être arrêtée dans ses débuts et que ce n’est qu’à l’initiative directe de l’Occident collectif via son émissaire Boris Johnson qu’elle a été relancée d’une manière forcée et a eu comme conséquences des centaines de milliers de morts ukrainiens et encore davantage de blessés graves et de mutilés, ainsi que la destruction quasi totale de l’économie et des infrastructures du pays qui prendront des décennies pour se remettre et revenir au niveau d’avant-guerre qui était déjà tout à fait déplorable.

Le rappel

Étant à l’opposé de tout ce qui était servi par l’appareil de la propagande étatique inégalé agissant en Ukraine et dans les pays occidentaux depuis bientôt deux ans, les informations révélées ce fin novembre 2023 ont provoquées une véritable stupéfaction auprès des masses ukrainiennes auparavant formatées et endoctrinées par des récits de toute autre nature.

Pourtant, pour des esprits non aveuglés par des narratifs « otaniens » les choses ont été d’une évidence flagrante dès le début du conflit en cours.

Lors de mon interview du mois de mai 2023 à la publication française « l’Éclaireur des Alpes », cette réalité était déjà évoquée non pas comme l’une des probabilités, mais comme l’unique évidence avec des conséquences immédiates appropriées :

L’Éclaireur — La Russie n’a-t-elle pas néanmoins sous-estimé la capacité de résistance des Ukrainiens ?

Oleg Nesterenko — Rappelez-vous les expertises sérieuses qui ont été faites sur la capacité de l’Ukraine à maintenir la résistance contre la Russie. À l’époque, juste avant le déclenchement de la guerre, il était estimé que l’Ukraine ne pouvait tenir qu’un temps très limité face à la Russie.

Contrairement aux informations développées dans les mass médias occidentaux et malgré les événements que l’on observe sur le terrain, j’aimerais souligner que ces experts qui ont prévu que l’Ukraine ne pourrait résister qu’un temps limité n’ont eu nullement tort. Ils ne se sont nullement trompés dans leurs prévisions. 

Mes paroles peuvent paraître étonnantes vis-à-vis de ce qu’on observe depuis plus d’un an. Pourtant il n’y a pas à s’étonner. Il ne faut jamais oublier que le déclenchement de la phase active des hostilités a eu lieu fin février 2022 et que déjà fin mars 2022, il y a eu des pourparlers à Istanbul entre l’Ukraine et la Russie. Pour quelles raisons une partie qui se sent forte et qui sait qu’elle a encore des capacités considérables de résistance se mettrait-elle autour d’une table de négociation pour convenir d’une forme de reddition ? Ça n’arrive jamais ainsi. Les Ukrainiens se sont mis autour d’une table de négociation en étant conscients que leurs capacités de résistance étaient très limitées.

À Istanbul, quand les deux parties ont trouvé un consensus sur la majorité d’éléments clés de l’accord sur l’arrêt des hostilités, quand ils ont été pratiquement à un pas de la ratification du document de l’accord de paix, il y a eu un virage à 180 degrés du côté ukrainien. Pourquoi ? Il ne faut pas avoir une grande expérience dans le monde des affaires pour savoir : dans le cadre de négociation, quand une des deux parties fait volte-face du jour au lendemain, cela ne signifie qu’une seule chose — cette partie a eu une contre-proposition de la part des concurrents de ceux qui sont en face d’elle. C’est comme cela que cela se passe dans le monde des affaires. Dans la politique c’est pareil.

Si l’Ukraine a pu se permettre le luxe de faire une croix sur l’accord de paix, c’est tout simplement qu’elle a reçu une contre-proposition. Et cette contre-proposition ne pouvait venir que du camp occidental. Les événements qui ont suivi ont dévoilé les éléments de cette proposition : l’Ukraine a reçu une proposition pour l’ouverture d’une gigantesque ligne de crédit partiellement payable en armement. En contrepartie, l’Ukraine devait s’engager à s’interdire de conclure un accord d’arrêt de guerre face à la Russie et fournir « la main-d’œuvre » combattante. C’était ça l’accord.

Afin de répondre au second engagement de Kiev, les frontières nationales de l’Ukraine pour sortir du pays ont été fermées. En France, on n’en parle pas beaucoup — car c’est une vérité trop gênante — mais au début de la guerre il y a eu un gigantesque exode des populations des territoires ukrainiens, notamment de la population masculine. Les hommes savaient que s’ils ne partaient pas, ils seraient envoyés à la tuerie. Quand on parle à la télévision occidentale de l’héroïsme ukrainien, ça me fait sourire sachant parfaitement que le pays se serait vidé des futurs combattants en un temps très réduit si les frontières n’étaient pas interdites de passage

https://eclaireur.substack.com/p/sans-le-coup-detat-de-2014-lukraine

La capitulation et le transfert des responsabilités

Dans cet interview de David Arakhamia, l’une des personnes clés de la politique de l’Ukraine d’aujourd’hui, en parlant de plusieurs sujets il a également évoqué la nécessité d’organiser un referendum national sur la question des éventuelles concessions territoriales à la Russie en échange de l’accord de paix.

La signification de cette déclaration est d’une importance stratégique : le régime de Kiev prépare auprès de l’opinion publique du pays non seulement sa capitulation, mais également, et surtout, le transfert sur les épaules du peuple ukrainien meurtri depuis bientôt deux ans de la responsabilité de sa politique désastreuse mise en place par le camp occidental américano-centrique qui a provoqué des centaines de milliers de morts et a dévasté le pays.

Ainsi, ce n’est pas le régime en place, mais soi-disant le peuple qui devra prendre la décision et sur la cessation de guerre et sur la perte des territoires nationaux.

Nul doute que ce simulacre de referendum ou une initiative similaire aura lieu. Le fait que Zelensky a déjà annoncé que cela sera à la limite de l’impossible de mettre en place et de réaliser les futures élections présidentielles du 31 mars 2024, car, pour commencer, une partie non négligeable de la population se situant à l’étranger, sur les champs de bataille ou sur les territoires occupés par la Russie n’aura pas l’accès physique aux centres de vote — ce fait ne sera certainement pas un obstacle pour organiser la passation de la lourde responsabilité de la perte de la guerre sur les épaules du peuple ukrainien.

Néanmoins, si son excellence monsieur le président Volodimir Zelensky, étant d’ores et déjà un cadavre politique, n’est pas en train de préparer la passation du pouvoir vers le parlement ukrainien (Verhovna Rada) aussi ultranationaliste et corrompu que lui-même, et ceci est en dehors de tout processus électoral — ce qui est hautement probable — des surprises fort désagréables l’attendent dans un avenir proche.




Le bioterrorisme, ça n’existe pas (jusqu’à preuve du contraire)

[Source : neosante.eu via santeglobale.world]

Par Yves Rasir

Dans son infolettre du 15 novembre, mon amie, compatriote, collaboratrice et excellente consœur Senta Depuydt a publié une interview détonante du Dr Heiko Schöning. Ce vaillant médecin allemand s’est illustré en 2020 en dénonçant d’emblée une mascarade préméditée et en co-fondant la World Doctors Alliance, coalition d’opposants médicaux et scientifiques aux délires covidistes. C’est ce collectif qui a notamment fait venir Robert Kennedy Jr à Berlin, où le futur candidat-président américain a prononcé un discours mémorable devant une véritable marée humaine. Ce que beaucoup ignorent, c’est que Heiko Schöning avait anticipé dès 2018 ce qui allait se passer deux ans plus tard. Dans une interview télévisée, l’ancien médecin militaire prévoyait qu’une fausse urgence sanitaire allait bientôt servir de prétexte à des mesures totalitaires et que cette pseudo-pandémie imminente serait mise à profit pour tendre un traquenard vaccinal à la planète entière. Dans un livre non traduit en français, il avance que cette machination remonte à 2001 et qu’elle associe la CIA, le département US de la Défense et une brochette de firmes pharmaceutiques généreusement financées par le gouvernement américain. Fin 2023, voilà le fin limier de retour avec un deuxième ouvrage d’investigation intitulé en allemand « Angriff aufs mikrobiom » (« Attaque sur le microbiome »). Selon ce nouvel opus, les mêmes acteurs étasuniens fomenteraient cette fois une grande alerte de nature bactérienne et se présenteraient en sauveurs du monde en fournissant les seuls antibiotiques aptes à enrayer le fléau. Le but étant à nouveau de faire avancer l’agenda globaliste de contrôle social, de concentrer le pouvoir dans quelques mains et d’administrer à l’ensemble de la population mondiale un faux remède pire que le mal, ciblant cette fois la flore intestinale. Scénario noir et prémonitoire ? Vu son pédigrée, je ne doute pas de la sincérité et de la perspicacité d’Heiko Schöning. Ce qu’il ose prédire pourrait fort bien advenir prochainement. La « crise Covid » a montré que la stratégie du choc et la manipulation des foules par la peur fonctionnaient à merveille. En revanche, son raisonnement prédictif me semble fondé sur une faille de taille, celle de croire au risque bioterroriste et à la réalité d’une menace bactériologique.

La vie n’est pas une arme

Contrairement à la majeure partie de la résistance, Néosanté n’a jamais adhéré à la thèse du coronavirus trafiqué en laboratoire, doté de « gains de fonction » pour en étudier la virulence et accidentellement relâché dans la nature. Nous croyons encore moins que la présumée particule virale ait pu être manipulée à des fins militaires et diffusée intentionnellement en tant qu’arme de guerre. Nous avons exprimé ce « laboscepticisme » à travers plusieurs infolettres, notamment celle-ci et celle-là. Et nous avons plus d’une fois renvoyé aux vidéos du Dr Sam Bailey, souriante pourfendeuse de ce qu’elle appelle malicieusement un conte de fées. Comme le potentiel pathogène d’aucun virus n’a jamais été démontré scientifiquement, on ne voit pas très bien comment des chercheurs, fussent-ils imprudents ou mal intentionnés, auraient pu conférer une quelconque toxicité au virus couronné. Il est d’ailleurs formellement établi que c’est la psychose qui a occasionné de la surmortalité, et non la prétendue virose. Les virus tueurs évadés de labos, ça n’existe qu’au cinéma et dans l’imagination de certains auteurs avides de notoriété et se faisant passer pour des spécialistes en « bioterrorisme ». Les bactéries ? Si leur existence est avérée et si leur prolifération dans un corps humain peut représenter un danger, rien ne permet d’affirmer non plus leur pathogénicité. A fortiori, il n’existe pas de preuve qu’un germe bactérien puisse être « militarisé » et employé comme arme létale. J’ai beau me documenter sur le sujet, je n’ai pas encore trouvé d’élément prouvant indubitablement qu’un micro-organisme quelconque pouvait servir à détruire des vies à grande ou même à petite échelle. On peut certes trouver des textes et quelques études traitant du bioterrorisme et de l’armement bactériologique. Mais en les lisant avec un œil critique, on sera bien en peine d’y dénicher la moindre évidence scientifique. Pour illustrer l’absence de preuve solide, je vais partir de ce « bref historique » paru dans une revue sérieuse et y pointer trois épisodes censés accréditer le grand péril infectieux.

Les suppositions de Pasteur

La fable de la vie microbienne donnant la mort remonte bien sûr au sieur Louis Pasteur. Si l’on excepte les tentatives antérieures de décimer un ennemi en lui balançant des cadavres ou des vêtements de pestiférés et la suggestion épistolaire d’exterminer les Amérindiens par la variole, c’est en effet au célèbre chimiste que revient la « géniale » idée de provoquer artificiellement une maladie épidémique. Comme le raconte l’article, Pasteur avait le projet ambitieux de débarrasser l’Australie de ses lapins prolifiques en répandant le choléra des poules. C’eût été une vaste expérience convaincante en cas de résultat concluant, mais elle ne s’est jamais concrétisée. En lieu et place, le grand fraudeur que la France vénère a été sollicité par une admiratrice viticultrice en Champagne pour protéger ses caves des terriers les surplombant. Des cadavres de lapins ont bien été retrouvés sur le sol du clos les jours suivants, l’assistant du savant a estimé que l’essai était magistralement réussi, mais on chercherait en vain la moindre rigueur méthodologique dans cette amorce de lutte biologique. Sur le même modèle, mais plus méthodiquement, l’expérience a été reproduite en 1946 dans les vignobles de l’Héraut. L’article nous dit que les lapins inoculés sont décédés — on est prié de le croire sans le moyen de vérifier — mais qu’il n’y a pas eu d’épizootie. Tu m’étonnes, Simone ! C’est toujours comme ça en réalité : les expérimentateurs parviennent à faire mourir les animaux qui passent entre leurs mains, mais échouent à leur faire transmettre la maladie. L’auteur appelle ça des « résultats inégaux », façon de camoufler l’absence totale de preuve qu’un microbe introduit dans la nature puisse y provoquer une épidémie. Depuis Pasteur et ses suppositions gratuites, on attend toujours la démonstration que l’introduction d’un « pathogène » dans l’environnement débouche sur une hécatombe animale ou humaine. Comme toute religion, la patascience pasteurienne s’appuie essentiellement sur les dogmes édictés par le fondateur.

Les vaines cruautés japonaises

Dans ce « bref historique », on nous sert aussi les fameuses et abominables expériences de l’armée japonaise dans les années 30 et 40. C’est un sombre épisode que mentionne également souvent le très pasteurien Christian Perronne pour agiter l’épouvantail des bactéries tueuses. Comme le raconte feu Henri-Hubert Mollaret, chercheur à l’Institut Pasteur de Paris, le Japon a effectivement tenté d’utiliser l’arme bactériologique durant sa guerre contre la Chine. Ne possédant pas la technologie nucléaire ni l’expertise en armement chimique, l’Empire nippon a beaucoup misé sur la microbiologie pour se doter d’une arme de destruction massive à base de bactéries. Sur les prisonniers chinois, l’armée impériale s’est livrée à d’atroces essais scientifiques à côté desquelles les expérimentations du Dr Mengele passent pour de gentilles activités philanthropiques. Durant les dernières années du conflit, l’aviation japonaise a même tenté de provoquer des épidémies de peste dans plusieurs villes chinoises en larguant des bombes bourrées de bacilles ou de puces infectées. Ce sont des faits historiques que personne ne nie. Mais qui peut affirmer que ces tentatives macabres ont été couronnées de succès ? Si vous avez le cœur bien accroché et si vous prenez la peine de lire attentivement ce dossier publié par la Fondation Auschwitz, vous constaterez par vous-mêmes que les indices de réussite de la sinistre Unité 731 sont extrêmement ténus. Outre que les aveux de ses responsables ont été obtenus lors d’un procès stalinien clairement inéquitable, il apparaît que ni les tortures « bactériennes » sur les cobayes humains ni les épandages aériens ou les empoisonnements de rivière par des agents bactériens ne semblent avoir répondu aux attentes. Lorsqu’ils ont réussi à faire mourir des individus, les chercheurs sadiques les ont également grièvement blessés ou préalablement affaiblis par des traitements inhumains, ce qui ne permet pas de conclure à la responsabilité du germe. Et quand ils ont prétendument « contaminé » des populations entières, l’hécatombe voulue n’était visiblement pas au rendez-vous. Les quelques succès revendiqués reposent sur des rumeurs ou sur les déclarations invérifiées des accusés lors de ce procès truqué au profit de la propagande soviétique. Rien de scientifiquement consistant là-dedans ! Dans son article, Mollaret mentionne d’ailleurs les accusations d’attaques biologiques lancées quelques années plus tard à l’égard de l’armée américaine engagée en Chine et en Corée. Or on sait aujourd’hui qu’il s’agissait aussi d’une opération de désinformation ourdie par l’URSS pour salir l’ennemi américain et victimiser ses alliés nord-coréens. Encore une fois, rien ne permet de dire que des microbes militarisés ont déjà permis de tuer ou rendre malade qui que ce soit.

La douteuse épidémie de Sverdlovsk

La CIA aurait-elle imité le KGB dans l’art de diaboliser l’adversaire ? Le mythe du bioterrorisme repose en tout cas sur un autre événement majeur censé convaincre de sa réalité, la ténébreuse « affaire de Sverdlovsk ». Puisque le « bref historique » n’y fait que brièvement allusion, je vous invite à lire cette page Wikipédia pour savoir de quoi il s’agit. Selon le récit officiel actuel, une fuite accidentelle du bacille du charbon se serait produite en 1979 dans un complexe militaro-industriel proche de Ekaterinbourg, l’ancien et nouveau nom de Sverdlovsk. D’après ce narratif toujours, les spores de l’anthrax se seraient répandues dans l’air et auraient fait une centaine de morts dans le voisinage de l’usine. Le conditionnel s’impose, car les autorités soviétiques ont d’abord expliqué cette mini-épidémie par la consommation de viande avariée, une version corroborée en 1986 par le Pr Matthew Meselson, enseignant-chercheur à Harvard et autorisé à venir enquêter chez les Soviets. C’est seulement en 1992 que la version américaine de l’incident a prévalu, lorsque le président russe Boris Eltsine a reconnu « la véritable nature de l’épidémie ». Véritable, vraiment ? Souvenons-nous qu’à cette époque, les États-Unis orchestrent secrètement l’effondrement de l’ex-URSS et que le président russe, ivrogne notoire et dirigeant calamiteux, ne fait rien pour freiner ce dessein. Ce qui est interprété comme un signe de transparence de la Russie pourrait au contraire être une opération d’enfumage made in USA. N’est-il pas curieux que le Pr Meselson ait mangé son chapeau et retourné sa veste à la suite de la « mission d’investigation » occidentale ? Est-il anodin que cette équipée scientifique ait été diligentée par l’Oncle Sam et non par un organisme international impartial ? Et est-il surprenant que la thèse du nuage contaminé l’ait emporté sur la thèse de l’intoxication alimentaire sur base de tests PCR, comme nous le révèle cet article ? Avec cette technique génomique — le Corona Circus nous l’a assez montré — on peut trouver la trace de n’importe quelle molécule chez n’importe qui, il suffit de régler les machines pour qu’il en soit ainsi. Pour ma part, je demeure donc très sceptique sur cette ténébreuse affaire de Sverdlovsk et sur le rôle causal attribué à Bacillus Anthracis. S’il est certain qu’on a cherché des deux côtés du rideau de fer à se doter de l’arme bactériologique, les preuves de sa mise au point effective sont pour le moins légères. À propos de l’anthrax, ce sont évidemment les « attaques » de 2001 aux USA qui ont relancé la hantise du risque bioterroriste. Les quelques enveloppes piégées ont suffi à ranimer le spectre d’un fléau bactérien dévastateur. Et c’est précisément sur cet événement troublant que Heiko Schöning s’appuie pour prophétiser une nouvelle plandémie avec comme actrice principale une bactérie dangereuse. J’y reviendrai dans un prochain billet, car je ne vois pas du tout en quoi cet épisode risible confirmerait la théorie du germe pathogène. Jusqu’à preuve sérieuse du contraire, l’arme biologique n’existe pas et n’est pas près d’exister.

Yves Rasir

Note de TAL : J’abonde dans le sens d’Yves RASIR ! La preuve que les microorganismes (virus ou bactéries) sont la cause des maladies n’a jamais pu être apportée malgré d’innombrables tentatives d’infecter des gens avec des produits absorbés ou injectés. Tout ce qu’on raconte sur la contagion est FAUX, ARCHI-FAUX ! Ainsi dans un livre publié en 1910 un médecin a étudié la peste qui est, selon la croyance dominante, causée par une bactérie…Il a pu démontrer que ce  sont les conditions de vie déplorables qui permettent à la peste de survenir, pas le bacille qui n’est que la conséquence ! La maladie est toujours un effort du corps pour se dépolluer et se guérir et les micro-organismes sont des AIDES, des ALLIES ! Le château de cartes de la virologie officielle s’effondre, comme le montre avec précision le livre VIRUS MANIA

qui est un vrai chef d’œuvre de science avec conscience !

[Voir aussi :
Épidémies et contagions
Le mythe de la contagion virale — Pourquoi les virus (incluant les « coronavirus ») ne sont pas la cause des maladies
Faut-il encore croire aux viru$, à la contagion et aux pand€mi€s ?
La Fin de la Théorie des Germes — Documentaire
Expliquer l’effet nocebo, la contagion émotionnelle et l’hystérie collective]




L’Exorcisme avec Jarred Neil et le déclin de la société occidentale

Quatre heures d’émission québécoise avec l’exorciste, médium et auteur Jarred Neil qui discute notamment de l’Apocalypse, de l’exorcisme et de la société occidentale possédée de tous les démons imaginables. (Enregistré en avril 2023.)

Jarred Neil se présente comme un juif qui pratique des exorcismes grâce à Jésus Christ, ce qui n’est pas banal.
Son site Internet : https://www.jarredheavensmessenger.com/accueil/

[Source : En toute franchise]




L’Antéchrist : l’accomplissement de la mondialisation

[Source : arcaluinoe.info]

[Illustration Maksym Yemelyanov – stock.adobe.com (couleurs modifiées)]

Par Gregory Davis

Bonjour. Je suis Gregory Davis, auteur de Antichrist : The Fulfillment of Globalization: The Ancient Church and the End of History (L’Antéchrist : L’accomplissement de la mondialisation : L’Église ancienne et la fin de l’histoire), publié par Uncut Mountain Press en 2022. Mon livre est disponible sur leur site web ainsi que sur Amazon. Vous trouverez d’autres de mes conférences sur orthodoxethos.com.

La question primordiale à laquelle nous sommes confrontés aujourd’hui est de savoir comment l’individu doit se comporter dans un monde où le contrôle totalitaire s’intensifie, avec notamment des épidémies fabriquées, la guerre de l’Occident contre le monde slave, les villes de 15 minutes ou plutôt les prisons de 15 minutes, la crise climatique actuelle, la technocratie et le transhumanisme croissants, les élections truquées et la persécution du christianisme traditionnel et de la liberté de conscience.

En tant que chrétien orthodoxe, je pense que la guerre que nous menons est avant tout une bataille spirituelle contre les forces du mal qui ont tenté de détruire l’humanité depuis l’époque de nos ancêtres dans le jardin d’Eden, bien qu’elles disposent aujourd’hui d’une puissance technique et matérielle bien plus grande.

Cependant, la lutte est qualitativement la même. Les peuples épris de liberté ont toujours été la cible de gouvernements et de systèmes de pouvoir oppressifs. Il suffit de regarder l’histoire de l’Église et les millions de martyrs qui ont donné leur vie au cours des siècles plutôt que de renier leur foi, et dont la majorité a péri aux mains des régimes totalitaires des pays orthodoxes au XXe siècle. Plus que toute autre chose, l’ère moderne a été l’ère du martyre. Alors que le monde se dirige vers sa fin, nous ne pouvons exclure que le sang des martyrs du vingtième siècle puisse encore arroser un renouveau spirituel de l’Église orthodoxe au vingt et unième siècle.

Face au pouvoir écrasant de l’État central, nous nous demandons ce que l’individu peut faire. Le sacrifice sera certainement nécessaire. Si nous insistons pour nous accrocher à tous les conforts de la société matérielle moderne, nous serons presque certainement perdus, nous céderons nos consciences aux pouvoirs en place afin de préserver notre bonheur à court terme. Nous devons être prêts à résister. Mais comment l’individu peut-il s’opposer à l’appareil croissant du totalitarisme mondial ? Ne sommes-nous pas condamnés à un avenir semblable au 1984 d’Orwell ?

Dans mon livre, j’ai parlé des traditions apocalyptiques de l’Église orthodoxe, qui enseignent depuis vingt siècles qu’un jour, un empire mondial unifié émergera, d’une puissance et d’une portée sans précédent, avec un homme particulier à sa tête, à savoir l’Antéchrist.

Nous pouvons voir l’État mondial antichrétien se construire autour de nous au niveau national et supranational, ce dernier sous la forme d’organisations telles que l’ONU, l’Organisation mondiale de la santé et le Forum économique mondial, dont les projets prescrivent sans complexe la destruction de la liberté individuelle, de la liberté de religion, de la liberté de mouvement et de la liberté de pensée. Leur vision de l’avenir est en fait un ancien rêve gnostique de paradis sur terre qui implique la suppression et la destruction d’une grande partie de la population mondiale et le contrôle destructeur de l’âme de ceux qui restent. Ils sont ce que HG Wells a décrit il y a près de cent ans comme la conspiration ouverte. Il ne s’agit pas d’un complot occulte ou d’une théorie de la conspiration, car ce qu’ils cherchent à accomplir, ils l’épousent au vu et au su de tous.

L’Antéchrist et son empire prendront un jour forme autour de nous, mais l’avenir n’est pas gravé dans le marbre. Nous pouvons et devons résister : par la désobéissance civile, le cas échéant, mais je crois qu’il s’agit avant tout d’une résistance spirituelle. Nous devons rester fidèles, dans nos cœurs et nos esprits, aux traditions de l’orthodoxie telles qu’elles ont été transmises de génération en génération. Nous devons nous accrocher à l’unique et véritable Église de Dieu. Même si nous l’emportons à un certain niveau politique, un homme ne gagne rien à gagner le monde aux dépens de son âme. C’est en fin de compte notre âme que nous devons préserver à tout prix.

Je crois que le danger totalitaire qui nous entoure se présente, du moins pour l’instant, sous trois formes fondamentales dans la sphère politique : la peur du changement climatique, la peur du soi-disant nationalisme blanc et la foi généralisée dans ce qu’on appelle la démocratie.

La question du changement climatique est peut-être la plus dangereuse pour les libertés civiles parce qu’elle a la prétention d’inclure toutes les formes d’activité humaine, qu’il s’agisse de manger, de voyager ou de vivre chez soi. En outre, en raison de sa nature vague et fondamentalement non scientifique, le changement climatique ne peut jamais être réfuté, précisément parce que le climat change toujours d’une manière ou d’une autre. Tout événement météorologique, qu’il s’agisse d’inondations, de sécheresses ou de tempêtes exceptionnelles, de chaleur ou de froid, peut être présenté comme une preuve du changement climatique. Le réchauffement climatique dû aux émissions de carbone d’origine humaine, une théorie scientifique un peu plus spécifique, ne tient pas compte des siècles de réchauffement et de refroidissement de la planète qui ont précédé l’industrialisation de l’homme. Peu de gens savent que le CO2 n’est qu’une trace de gaz dans l’atmosphère qui est en fait indispensable à la vie sur terre. Le fait que le public ait compris que le CO2 n’est plus un élément nécessaire à l’existence humaine, mais un poison atmosphérique est certainement l’un des plus grands mensonges de notre époque.

La peur du nationalisme blanc, répétée sans cesse par les représentants de la gauche dans tout l’Occident, est en fait un moyen de promouvoir une idéologie qui lui est diamétralement opposée. Pratiquement toute expression politique qui ne se plie pas au trope élitiste de la diversité, de l’équité et de l’inclusion, qui est un code pour la discrimination contre les blancs, les chrétiens et les hétérosexuels, est systématiquement exclue du discours dominant. Tous les domaines de la perversité, en particulier ceux qui visent les plus innocents, à savoir les enfants, ce qui inclut la pédophilie, la mutilation des transsexuels et l’avortement, sont tolérés comme normaux et comme le simple reflet d’un choix individuel.

La peur obsessionnelle du nationalisme blanc conduit inéluctablement au bromure de la démocratie moderne et des soi-disant valeurs démocratiques. En pratique, la démocratie moderne de masse implique directement non pas la règle du peuple, ou le gouvernement pour, par ou du peuple, mais précisément son contraire. La démocratie s’est transformée en un fantasme orwellien dans lequel les élites privées et les méga-entreprises manipulent librement le processus politique et où toute tentative de briser leur emprise est rejetée comme un dangereux populisme avec sa connotation de nationalisme blanc. Les hommes politiques ont été réduits à des vendeurs de la dernière crise, de la dernière urgence ou de tout autre stratagème permettant de consolider le pouvoir et d’exclure l’homme de la rue de la société civile.

Le complexe militaro-industriel, contre lequel le président Eisenhower avait mis en garde le monde occidental il y a plusieurs décennies, s’est transformé en un complexe militaro-industriel de renseignement et de médias, dans lequel pratiquement aucun aspect de la vie contemporaine n’échappe à la formation holistique et systématique d’idées et de politiques par ceux qui tirent un profit privé de l’administration publique. La dernière aventure impériale américaine, la guerre en Ukraine, s’avère être un véritable champ d’action pour les entreprises de défense, les mercenaires, les agents secrets et les sociétés financières qui financent à la fois la guerre et la reconstruction présumée d’un pays en ruines.

Alors que le monde slave est subventionné à hauteur de cent milliards de dollars pour se trancher la gorge, l’Amérique n’est pas en mesure de réunir les fonds nécessaires pour loger ou nourrir sa propre population, ni même pour lui fournir des soins médicaux adéquats. En essayant de démêler le conflit ukrainien, il convient de garder à l’esprit que les territoires contestés — y compris la Crimée et les régions du Donbas — étaient entièrement russes jusqu’à ce que les bolcheviks décident d’en faire des parties de l’Ukraine pour des raisons de politique interne à l’URSS.

Bien que je ne sois en aucun cas un pacifiste, je rejette le conseil de prendre les choses en main et de s’engager sur la voie de la violence politique. Je crois que nous avons vu que la violence engendre la violence et nous fait avancer sur la voie du contrôle totalitaire. Il n’y a rien que l’État moderne désire plus que les vrais patriotes entreprennent des actes de violence désespérés, réels ou imaginaires, qui peuvent ensuite être utilisés pour justifier une plus grande répression. Nous avons des exemples de résistance non violente réussie : loin d’être un échec, le mouvement des camionneurs canadiens a apporté des changements significatifs dans le paysage politique canadien, tout comme la révolte des agriculteurs aux Pays-Bas. Le changement est toujours possible, même s’il est difficile et s’il a un coût.

Le plus grand danger technique auquel est confronté non seulement le monde occidental en voie de mondialisation, mais aussi apparemment tout le monde, est l’introduction des monnaies numériques des banques centrales. Celles-ci promettent de débancariser les individus indésirables et les fauteurs de troubles en les excluant du système économique mondial, à l’instar de ce que prévoyait l’apôtre Jean dans son Apocalypse, dans laquelle la marque de la bête sera nécessaire pour acheter et vendre n’importe où dans le monde. D’ores et déjà, nous constatons que certaines PPE, ou personnes politiquement exposées, se voient systématiquement couper l’accès au système bancaire. Dans de telles situations, l’individu est virtuellement impuissant face à la puissance consolidée de l’appareil d’État financier. Une solution, qui n’en est encore qu’à ses balbutiements, pourrait être le bitcoin, qui offre la promesse d’une monnaie numérique véritablement neutre, qui ne peut être désactivée par aucune autorité centrale.

Bien qu’il reste quelques résistants à l’ordre politique dominé par l’Occident, comme la Russie et la Chine, et même les autres pays BRIC, la trajectoire de ces pays semble étrangement similaire à celle de leurs homologues occidentaux. Jusqu’à présent, aucun d’entre eux ne s’est déclaré résolument opposé aux tentacules des élites supranationales qui dirigent véritablement le monde.

Voilà pour ce qui est de l’histoire politique. Mais qu’en est-il de la dimension spirituelle ?

À l’instar de la centralisation toujours plus poussée du pouvoir au niveau politique, je pense que la plus grande menace au niveau spirituel et ecclésiologique est l’hérésie naissante de l’œcuménisme. L’œcuménisme déforme le message de l’Église, qui est de s’aimer les uns les autres et de faire de toutes les nations des disciples, en une agréable fiction selon laquelle toutes les religions sont essentiellement les mêmes, que tous les chemins mènent à la même destination. L’hérésie de l’œcuménisme cherche à unir les religions du monde en une masse amorphe qui préparera le terrain pour la venue de son dernier roi et grand prêtre, l’Antéchrist. Le message de l’Église a toujours été un message universel, un message d’amour envers Dieu et le prochain, mais pas au détriment des vérités qu’elle détient sur le salut, la rédemption et le comportement moral individuel. Nulle part ailleurs que dans l’Évangile chrétien, la rédemption et le salut ne sont mis à la disposition de l’homme, et nulle part ailleurs que dans l’Église orthodoxe, l’Évangile n’a été préservé intact depuis le début.

En tant que chrétiens, nous devons lutter dans l’amour et la vérité : l’amour les uns pour les autres, même pour les ennemis de Dieu, et dans la vérité de l’Église telle que témoignée par ses saints à travers les générations.

Nous devons nous attacher à la vérité transcendante de l’Église orthodoxe, qui est elle-même le royaume des cieux sur terre, et n’accepter aucun substitut mondain. Alors que le monde cherche à transcender ses limites terrestres par le transhumanisme, nous cherchons à nous transformer intérieurement à l’image du Christ. Des temps terribles peuvent encore nous arriver, mais l’Église éternelle demeurera dans son essence jusqu’à la fin des temps, même si ce n’est qu’en marge de la société, comme elle existait autrefois dans les catacombes. Nous devons nous tourner vers elle et nous tourner les uns vers les autres, nos frères et sœurs en Christ, pour traverser ces temps périlleux.

Je suis reconnaissant d’avoir eu l’occasion de m’adresser à vous. Je voudrais terminer par une prière de saint Anatole le Jeune, du monastère d’Optina, écrite contre l’Antéchrist. Je crois que nous ferions bien d’inclure cette prière dans nos dévotions quotidiennes :

Ô Seigneur, Jésus-Christ, Fils de Dieu, délivre-nous des séductions de l’Antéchrist à venir, abhorré par Dieu et rusé dans le mal, et de tous ses pièges. Protège-nous, ainsi que tous nos voisins chrétiens, de ses filets sournois, en nous gardant dans le refuge caché de ton salut. Accorde-nous, Seigneur, que notre peur du diable ne soit pas plus grande que notre peur de Toi, et que nous ne nous éloignions pas de Toi et de Ta Sainte Église. Accorde-nous plutôt, Seigneur, de souffrir et de mourir pour Ton saint nom et pour la foi orthodoxe, et de ne jamais Te renier, ni de recevoir les marques de l’Antéchrist maudit, ni de l’adorer. Accorde-nous, Seigneur, jour et nuit, des larmes et des lamentations pour nos péchés. Et au jour de ton redoutable jugement, Seigneur, accorde-nous le pardon. Amen.

Merci et que Dieu vous bénisse.






Entretien avec Iurie Roșca

Iurie Roșca est ancien vice premier ministre de Moldavie. Il apporte ici son analyse de la situation géopolitique mondiale et répond à diverses questions…

[Source : ALTITUDE]




Les juifs contrôlent bel et bien les médias

[Source : The Times of Israël via web.archive.org]

[Traduction automatique correcte. Article initialement publié en anglais sur The Times of Israël, le 1er juillet 2012]

Par Elad Nehorai

Elad Nehorai est un écrivain qui vit à Crown Heights, dans le quartier de Brooklyn. Il y a cinq ans, il est devenu un juif religieux au sein de la communauté hassidique Chabad. Depuis, il a beaucoup écrit sur son expérience, notamment sur son blog Pop Chassid et sur le Huffington Post. Vous pouvez le trouver sur Twitter et sur Facebook.

Nous, les Juifs, sommes une drôle de race. Nous aimons nous vanter de chaque acteur juif. Parfois, nous prétendons même qu’un acteur est juif simplement parce que nous l’aimons suffisamment pour penser qu’il mérite de faire partie de notre équipe. Nous nous vantons des auteurs juifs, des politiciens juifs, des réalisateurs juifs. Chaque fois que quelqu’un mentionne un film, un livre ou une œuvre d’art, nous disons inévitablement quelque chose comme : « Saviez-vous qu’il était juif ? » C’est comme ça que nous roulons.

Nous sommes un groupe motivé, et pas seulement par rapport au monde de l’art. Nous avons, par exemple, l’AIPAC, qui a été essentiellement créée dans le seul but de piloter l’agenda de Washington DC. Et cela réussit admirablement. Et nous nous en vantons. Encore une fois, c’est exactement ce que nous faisons.

Mais le plus drôle, c’est lorsqu’une personne antisémite ou anti-israélienne commence à débiter des trucs du genre : « Les Juifs contrôlent les médias ! » et « Les Juifs contrôlent Washington ! »

Soudain, nous sommes en colère. Nous créons d’énormes campagnes pour faire tomber ces gens. Nous faisons ce que nous pouvons pour les mettre au chômage. Nous publions des articles. Nous avons créé des organisations entières qui existent juste pour dire à tout le monde que les Juifs ne contrôlent rien. Non, nous ne contrôlons pas les médias, nous n’avons pas plus d’influence à Washington que n’importe qui d’autre. Non, non, non, nous le jurons : nous sommes comme tout le monde !

Est-ce que quelqu’un d’autre (qui n’est pas fanatique) voit l’ironie de cette situation ?

Soyons honnêtes avec nous-mêmes, chers juifs. Nous contrôlons les médias. Nous avons tellement de mecs dans les bureaux de direction de toutes les grandes sociétés de production de films que c’en est presque obscène. Presque tous les films ou émissions de télévision, qu’il s’agisse de « Tropic Thunder » ou de « Curb Your Enthusiasm », regorgent d’acteurs, de réalisateurs et d’écrivains juifs. Saviez-vous que les huit grands studios de cinéma sont dirigés par des Juifs ?

Jolie, jolie, jolie, plutôt bonne.
(Crédit photo : CC BY-SA Angela George/Wikimedia Commons)

Mais ce n’est pas tout. Nous contrôlons également les publicités diffusées dans ces émissions de télévision.

Et n’oublions pas l’AIPAC, le punching-ball préféré de tout antisémite. Nous parlons d’une organisation qui est pratiquement l’équivalent des Sages de Sion. Je n’oublierai jamais l’époque où j’étais impliqué dans le plaidoyer israélien à l’université et où j’ai participé à l’une des nombreuses conventions de l’AIPAC. Un homme s’est littéralement tenu devant nous et nous a dit que leur objectif était de travailler uniquement avec les 50 meilleurs étudiants diplômés, car ce seraient eux qui finiraient par apporter des changements au sein du gouvernement. Me voici, un petit enfant idéaliste qui fréquente une école des 50 dernières années (ASU) et qui veut faire du plaidoyer populaire, et ces gars parlent littéralement d’infiltrer le gouvernement. Intense.

Maintenant, je sais ce que tout le monde va dire. Que tout le monde essaie de faire pression. Chaque groupe minoritaire et chaque groupe majoritaire. Que chaque groupe compte des acteurs et réalisateurs à succès. Mais c’est loin de dire que nous gérons Hollywood et Madison Avenue. Que les Mel Gibson du monde ont raison de dire que nous utilisons délibérément notre pouvoir pour conquérir le monde. Que nous avons une folle conspiration en cours.

D’accord. Bien. Il s’agit donc en partie de propos farfelus.

Mais regardons cela d’un peu plus près.

C’est peut-être vrai : tout le monde fait du lobbying. C’est peut-être vrai qu’il existe des acteurs de toutes les ethnies. Mais allez. C’est nous qui nous vantons tout le temps de ce genre de choses. Ne pouvons-nous pas admettre que nous avons un succès incroyable ? Ne pouvons-nous pas le dire au monde ?

Je vais donner ma théorie sur les raisons pour lesquelles les Juifs ne veulent pas parler de leur contrôle sur les médias.

Tout d’abord, même si les Juifs aiment admettre qu’un grand nombre d’entre eux ont réussi et qu’un si grand nombre d’entre eux ont accompli tant de choses, ils détestent admettre que cela a à voir avec le fait qu’ils sont juifs. Peut-être qu’ils admettront que cela a quelque chose à voir avec l’expérience juive. Mais combien de Juifs admettront qu’il y a quelque chose en chacun d’eux qui les aide à accomplir des choses incroyables ?

Le président de l’ADL, Abe Foxman, a été interviewé dans un excellent article sur le sujet et il a déclaré qu’il « préférerait que les gens disent que de nombreux dirigeants de l’industrie “se trouvent être juifs”. » Cela résume à peu près la ligne du parti.

La vérité est que les antisémites avaient raison. Nous, Juifs, avons quelque chose en chacun de nous qui nous rend complètement différents de tous les groupes du monde. Nous parlons d’un groupe de personnes qui viennent d’être envoyées dans des camps de la mort, ont enduré des pogroms et leurs familles entières ont été décimées. Et puis ils sont venus en Amérique, le seul endroit qui leur a jamais permis d’avoir autant de pouvoir qu’ils le voulaient, et soudain ils ont pris le pouvoir. S’il vous plaît, ne me dites pas qu’un autre groupe dans le monde a déjà fait cela. Seulement les Juifs. Et nous l’avons déjà fait. C’est pourquoi les Juifs ont été réduits en esclavage en Égypte. Nous avons eu trop de succès. Allez regarder la Torah, ça s’y trouve. Et nous l’avons également fait en Allemagne.

Cette capacité à réussir, cette motivation intérieure, ne vient pas des années d’éducation ou de tout autre type de facteurs conditionnels, mais de l’étincelle intérieure de chaque Juif.

La raison pour laquelle des groupes comme l’ADL et l’AIPAC détestent admettre cela est avant tout parce qu’il s’agit d’organisations laïques. Tout leur objectif est de prouver que chaque Juif est pareil à toute autre personne dans le monde. Je ne peux pas imaginer un programme plus farfelu. Non, nous sommes différents. Nous sommes spéciaux.

Et clairement, toute cette histoire de gros nez juifs
était totalement disproportionnée.
(Photo d’illustration : Abir Sultan/Flash 90)

Bien sûr, les gens détestent quand quelqu’un dit cela. Ils supposent que si vous dites que les Juifs sont spéciaux, cela implique en quelque sorte qu’ils sont meilleurs.

Pour être honnête, je ne suis pas vraiment sûr de ce que signifie le mot « meilleur ». Ce que je sais, c’est qu’être spécial signifie simplement qu’une personne a la responsabilité de faire le bien.

Je pense que c’est la véritable raison pour laquelle la plupart des Juifs ont si peur d’admettre qu’il y a quelque chose de puissant et de bon en eux. Pas parce qu’ils ont peur d’être spéciaux. Mais parce qu’ils ont peur d’être responsables. Cela signifie qu’ils sont soudainement coupables lorsqu’ils créent des émissions de télévision sales qui souillent l’atmosphère spirituelle du monde. Cela signifie que les choses ne peuvent pas être créées uniquement pour le plaisir, l’amusement ou même « l’art ».

Du coup, nous ne pouvons pas gâcher le monde.

Ce qui est intéressant, c’est que les Juifs ont fait tant de choses pour le monde de bien d’autres manières. Ils ont fait progresser les droits civiques ; ils ont contribué à sauver des vies au Darfour, en Haïti et à peu près partout ailleurs.

Mais cela ne suffit pas. Réparer le monde physiquement ne représente que la moitié de la bataille.

Notre combat le plus vaste, le plus dur, consiste à élever le monde spirituellement. Et c’est ce dont ont peur ceux qui se battent de toutes leurs forces pour prouver que les Juifs sont pareils aux autres. Cela signifie que nous ne pouvons plus simplement « nous exprimer ». Nous devrons commencer à réfléchir aux choses que nous créons et à la façon dont nous agissons. Cela signifie que nous devrons commencer à travailler ensemble. Cela signifie que nous devrons nous obliger les uns les autres, ainsi que nous-mêmes, à respecter des normes plus élevées.

Mais le moment est venu. Nous n’avons plus besoin de changer de nom. Nous n’avons plus besoin de nous fondre dans la masse comme des caméléons. Nous possédons tout un putain de pays.

Au lieu de cela, nous pouvons être fiers de qui nous sommes, et simultanément conscients de notre énorme responsabilité — et de notre opportunité.




Trump et la kabbale

[Source : Conscience du peuple]

Par Isabelle

Trump, Kushner, Loubavitch, kabbale, paix mondiale et Machia’h !

Ce texte, très sommaire, est une clé de compréhension concernant le rôle déterminant de Donald Trump, des hommes politiques et des célébrités, qui vouent un culte à la kabbale, sur les événements mondiaux. Il n’est nullement question ici de propager une idéologie haineuse envers les Juifs, mais il est question d’une réalité spirituelle/mystique et eschatologique qui s’accomplit devant nos yeux dans le monde politique, dans l’industrie du cinéma, de la musique et du sport.

Jared Kushner et Ivanka Trump, la fille de Donald Trump, adhèrent au hassidisme loubavitch (Chabad), une forme de judaïsme qui pratique le mysticisme juif appelé Kabbale.

Les Kushner/Trump sont fortement investis dans Chabad, tant financièrement que spirituellement. Le « Forward Magazine » a écrit sur leur financement de ce mouvement et sur le financement du criminel condamné, 👉le rabbin David Pinto :

« Les associations caritatives de la famille de Jared Kushner ont donné des centaines de milliers de dollars à un rabbin marocain mystique qui, selon certains adeptes, possède des pouvoirs miraculeux. »

https://forward.com/news/361035/jared-kushner-and-the-white-haired-mystic-whose-dad-got-a-ride-from-a-dead/

Pinto est le fondateur de la Yeshiva Shuva Israel et un rabbin bien connu en Israël et aux États-Unis. Il est également un descendant de deux dynasties rabbiniques séfarades, Pinto et Abuhatzeira. Forbes l’a déjà classé comme le septième rabbin le plus riche d’Israël.

👉Rabbi David Pinto est celui que l’on voit aux côtés du nouveau président d’Argentine, Javier Milei, en train de l’initier à un rituel kabbalistique :

https://t.me/mediainfocitetv/3840?single

Ivanka Trump s’est convertie au Chabad Loubavitch avant son mariage avec Jared Kushner. Elle a été aperçue à plusieurs reprises arborant un fin fil rouge noué autour de son poignet. Le fil rouge, à 7 nœuds, est un ancien talisman magique porté par les praticiens de la Kabbale comme moyen de conjurer le mal et la malchance. 👉Tucker Carlson porte le même « bracelet de la kabbale ».

Des célébrités comme Madonna, LeBron James, Lindsey Lohan, Britney Spears, Roseanne Barr, Ashton Kutcher, Demi Moore, etc. arborent toutes le fil rouge en signe de leur allégeance à la Kabbale. Elles recherchent souvent des enseignants tels que le rabbin Pinto ou le rabbin américain aujourd’hui décédé, Philip Berg, fondateur du Kabbalah Center, afin de mieux comprendre cette tradition magique.

Le Kabbalah Center est une organisation mondiale principalement chargée d’enseigner la Kabbale aux célébrités américaines.

Le lien qu’entretient toutes les célébrités et les hommes politiques qui adhèrent à la Kabbale est la préparation à l’arrivée du Messie juif, le Machia’h. L’Antéchrist pour les Chrétiens.

Le fondateur du Centre de Kabbale, le rabbin Philip Berg, a déclaré ceci avant sa mort 👉à propos de la Kabbale et du Messie à venir :

« Le Centre de la Kabbale s’efforce de fournir la méthodologie, la discipline et les enseignements qui peuvent 👉connecter un individu à sa conscience messianique. Une fois que nous avons atteint l’unité avec cette conscience, nous sommes nous-mêmes remplis de la Lumière du Messie. Le chaos est supprimé et éliminé de nos vies. »

« Nous, de cette génération, avons la chance de participer à cette ère du Verseau. Contrairement aux générations précédentes, nous avons désormais conscience de la véritable signification du Messie. Maintenant que nous pouvons nous considérer comme partie intégrante de cet événement cosmique, la tâche consistant à atteindre une conscience messianique est beaucoup plus facile à réaliser. En effet, le cosmos lui-même nous soutient et nous assiste désormais dans cet effort visant à atteindre notre propre conscience messianique. »

Il poursuit en disant :

« Conséquence directe de la nouvelle ère dans laquelle nous entrons, le vieux pessimisme concernant la capacité de l’humanité à mettre fin au chaos — et l’idée connexe selon laquelle cette tâche devrait être confiée à Dieu seul — perd une grande partie de sa force. Nous supprimons véritablement les chaînes qui nous maintiennent emprisonnés depuis tant de millénaires.

Ce qui s’est produit au cours de cet incroyable 20e siècle — un événement plus important que tout autre dans l’histoire — c’est 👉le dévoilement de la sagesse de la Kabbale au-delà de quelques privilégiés, à tous les peuples du monde. Cette discipline et cet enseignement vieux de 4 000 ans, enfermés depuis des siècles dans des voûtes antiques, ont enfin été restitués à leurs légitimes propriétaires ».

Hollywood, Kushner, Trump et plusieurs hommes politiques, ainsi que la franc-maçonnerie, préparent en réalité l’arrivée du Messie juif. Ils croient que nous vivons à l’époque du Messie juif. Il s’agit véritablement d’un culte messianique imprégné d’enseignements religieux mystiques, se préparant à une nouvelle ère de « PAIX ET SÉCURITÉ ».

💥Comprenez bien que quiconque, c’est-à-dire les chrétiens, cherche à renverser ce mouvement est et sera perçu comme « le Satan ».

👉D’où la guerre et la persécution à venir des Chrétiens dans le monde entier.

Le livre sacré vénéré de la Kabbale, le Zohar, prédit une époque où tout le monde sera exposé à l’illumination de la Kabbale, et que cette ère sera précédée de miracles de toutes sortes.

Trump est un proche de cette secte Chabad Loubavitch comme aucun président ne l’a jamais été auparavant. Il a été à de très nombreuses reprises décoré par la communauté juive.

Le fait que le président Trump soit lié aux néocons et aux sionistes chrétiens rend son rôle déterminant pour la suite des choses.

Trump n’a absolument rien d’un Chrétien : il est un facilitateur, et prestigitateur, pour que s’accomplisse la révélation kabbalistique, soit la manifestation de l’Antéchrist.

Trump, étudiant de la kabbale

Dans son livre « Le chemin vers le sommet : les meilleurs conseils commerciaux que j’ai jamais reçus », Donald Trump écrit à la page 188 qu’il est un étudiant de la kabbale et que son enseignant est Eitan Yardeni :

https://www.kabbalah.com/en/people/eitan-yardeni/

La corde rouge…

Trump et les lois noahides

Les lois Noahides risquent de devenir le dénominateur commun de la religion mondiale de l’Antéchrist, le cœur commun entre les 3 grandes religions abrahamiques (Juifs, Musulmans, Chrétiens).

Les lois noahides sont le continuum des « Accords d’Abraham » signés par Donald Trump et de la « Maison Abrahamique » célébrant les prémisses de la future religion mondiale.

Le conservatisme et le traditionalisme de Trump, tout comme celui de Poutine, est l’expression modérée des lois Noahides.

« Le rabbin Yoel Shwartz, membre du Sanhédrin, a développé la décision, soulignant l’importance du rôle de Trump. “Nous nous sommes tournés vers le président Trump parce que l’Amérique fonctionne aujourd’hui comme un leader mondial dans de nombreux domaines”, a-t-il déclaré àBreaking Israel News. “C’est pourquoi nous nous sommes adressés au nouveau président, lui demandant de réparer les dégâts causés par Barack Obama, de ramener les valeurs familiales et de mener la guerre contre le terrorisme islamique radical.”

“Il a déjà fait des progrès dans la bonne direction, et nous le bénissons, car il continuera à ramener les valeurs qui ont fait la grandeur de l’Amérique”, a félicité le rabbin Shwartz. 👉“Nous espérons qu’il fera progresser les lois noahides qui s’imposent à tous les hommes.” »

Le Sanhédrin appelle ensuite le président Trump à suivre les sept lois de Noahide, données par Dieu comme 👉un ensemble de lois contraignantes pour toute l’humanité. Le Sanhédrin a décrit les lois comme un cadre qui bénéficiera à toute l’humanité.

« Il est essentiel de revenir à l’ordre divin qui a été donné au Mont Sinaï à l’Homme tout entier, au principe fondamental qui est la courtoisie et le bon sens précédant tout », souligne la lettre. 👉« Il est important de revenir aux sept lignes directrices données à Noé et à sa progéniture qui protègent toutes les obligations humaines et morales. »

Le Sanhédrin exhorte également le président 👉à respecter sa promesse de campagne d’un soutien renouvelé à Israël, notamment en déplaçant l’ambassade américaine à Jérusalem, afin qu’Israël puisse remplir son rôle biblique de lumière pour les nations.

« En tant qu’honorable président, vous êtes conscient de l’importance d’Israël en tant qu’allié, notamment culturel, des États-Unis. Le monde entier attend l’inculcation des valeurs bibliques—la moralité de Dieu donnée sur le mont Sinaï au monde entier. »

« Nous devons travailler ensemble pour que ces valeurs soient la propriété inaliénable de toute l’humanité », propose le corps rabbinique.

https://www.israel365news.com/313462/sanhedrin-blesses-trump-calls-president-uphold-seven-noahide-laws/

Les lois juives de Noahide, ou « 7 lois de Noé », sont 7 commandements qui risquent de devenir la loi ou la morale universelle du règne de Machia’h.

Comprenez bien ici que les commandements noahides ne permettent pas la religion chrétienne puisque Jésus est considéré comme une idole et que Dieu/Jésus/Esprit saint est considéré comme du polythéisme, donc condamné par les tribunaux noachides…

https://t.me/mediainfocitetv/3735




L’Amérique doit mettre fin à son dangereux désir de diaboliser la masculinité

[Source : aubedigitale.com]

Selon une étude récente de la faculté de médecine de l’UCSF, la femme américaine moyenne vit aujourd’hui 5,8 ans de plus que l’homme américain moyen. L’écart n’a jamais été aussi important depuis 1996.

S’adressant au New York Times, le Dr Brandon Yan, principal auteur de l’étude, a qualifié les résultats de « troublants ».

« Nous devons comprendre quels sont les groupes qui perdent particulièrement des années d’espérance de vie », a-t-il noté, « afin que les interventions puissent être au moins partiellement axées sur ces groupes ».

En ce qui concerne les causes de l’écart d’espérance de vie entre les hommes et les femmes aux États-Unis, le Dr Yan a répondu :

« Tous ces éléments indiquent une détérioration de la santé mentale dans tous les domaines, mais en particulier chez les hommes ».

Ce qui nous amène à la diabolisation de la masculinité.

Ces dernières années, il est devenu effroyablement courant d’entendre le mot « toxique » suivi du mot « masculinité ». Selon une autre étude récente, publiée dans l’International Journal of Health Sciences, les hommes qui perçoivent la masculinité de manière négative sont plus susceptibles d’avoir un bien-être mental plus faible que les hommes qui la perçoivent de manière positive,

L’étude judicieusement intitulée « The belief that masculinity has a negative influence on one’s behavior is related to reduced mental well-being » (La croyance que la masculinité a une influence négative sur le comportement d’une personne est liée à un bien-être mental réduit) a analysé les croyances et les comportements de 4 000 hommes. Les résultats démontrent clairement la relation entre les idées fausses largement répandues sur la masculinité et la façon dont ces idées fausses affectent la santé mentale des hommes. Elles montrent également que les attitudes masculines doivent être préservées et encouragées, et non diabolisées.

Il fut un temps, pas si lointain, où les traits masculins — force, courage et affirmation de soi — étaient célébrés par tous les Américains, indépendamment de leur orientation sexuelle ou de leurs affiliations politiques. Quand les choses ont-elles changé ? Dans les années 1980, semble-t-il.

Commentant l’étude approfondie, Eric W. Dolan, fondateur et rédacteur en chef de PsyPost, suggère que dans les années 1980, « il y a eu un changement notable » dans la façon dont la masculinité était perçue. Plus précisément, le regard porté sur la masculinité est devenu plus critique. La masculinité, note-t-il, est devenue synonyme « de traits négatifs comme la misogynie et l’homophobie, et liée à des problèmes tels qu’une mauvaise santé mentale et un comportement agressif ». Cette transition inutile et totalement destructrice, ajoute M. Dolan, « a été en partie alimentée par des théories sociologiques, conduisant à ce que certains appellent un “modèle déficitaire” de la masculinité, qui se concentre principalement sur ses aspects négatifs ».

M. Dolan a raison. Cependant, il passe à côté de la situation dans son ensemble. Le mouvement #MeToo, selon moi, a été le dernier clou dans le cercueil de la masculinité. En 2017, l’année où l’inconduite sexuelle d’Harvey Weinstein a été rendue publique, les attentes sociales liées au fait d’être un homme ont changé — de manière spectaculaire. La masculinité est passée de « problématique » à « toxique », un « virus » qui a besoin d’être traité. Comme on peut le constater, les hommes qui souscrivent à cette théorie virulente et profondément erronée sont plus susceptibles de souffrir que ceux qui la rejettent à juste titre.

John Barry, auteur de l’étude susmentionnée et cofondateur du Centre for Male Psychology, a constaté que les hommes qui avaient une vision positive de la masculinité affichaient des niveaux de positivité générale considérablement plus élevés que les opposants. Ceux qui rejetaient l’affirmation « La masculinité m’empêche de parler de ce que je ressens face à mes problèmes » avaient une meilleure santé mentale que ceux qui l’acceptaient.

Fait intéressant, M. Barry a constaté que les hommes ayant une vision positive de la masculinité étaient plus susceptibles de ressentir le besoin de protéger les femmes que ceux qui avaient une vision plus négative de la masculinité.

Lorsque la société diabolise la masculinité, M. Barry m’a dit que « les hommes ne sont pas les seuls à en souffrir ». Il estime que « les femmes en pâtissent indirectement à bien des égards ». Par exemple, ajoute-t-il, « si une mère voit son fils lutter pour se sentir à l’aise en tant qu’homme, sa douleur aura un impact sur elle aussi. Une mère peut voir l’estime de soi de son fils s’effondrer lentement au fur et à mesure qu’il grandit, avec le sentiment qu’en tant qu’homme, il n’a rien de positif à offrir à qui que ce soit, y compris à des petites amies potentielles ».

L’argument de M. Barry est valable. Les femmes trouvent les hommes masculins attirants. C’est un fait incontestable. Ce n’est pas pour rien que, depuis des décennies, les filles ont des posters de James Dean, Paul Newman, George Clooney, Tom Cruise et Brad Pitt sur leurs murs. Ce n’est pas de la science exacte. C’est une science de l’évolution.

Les hommes qui voient la masculinité sous un jour négatif peuvent avoir du mal à attirer une partenaire. C’est particulièrement vrai si, comme l’a fait remarquer M. Barry, « ils deviennent peu performants, reclus, et abandonnent tout sentiment d’être un protecteur des femmes et de leur communauté ».

Les filles, ajoute-t-il, « peuvent croire au discours négatif sur les hommes et voir leur père sous un jour défavorable, mais le regretter profondément des décennies plus tard, lorsqu’il est trop tard pour rattraper des années de relations père-fille altérées ».

Le message de Barry est clair :

« Si les gens sont tous liés en tant que membres d’une société — et je crois que c’est le cas — alors si les hommes sont empoisonnés, c’est la société qui est empoisonnée ».

Là encore, il a raison.

Les hommes et les femmes se complètent. Plus important encore, nous avons besoin les uns des autres.

Traduction de The Epoch Times par Aube Digitale




Musk propose d’aider à reconstruire une bande de Gaza déradicalisée et « prospère » après avoir visité un kibboutz ravagé avec Netanyahou

[Source : aubedigitale.com]

Elon Musk s’est rendu lundi dans le sud d’Israël à l’invitation personnelle du Premier ministre Benjamin Netanyahou, où il a pu visiter un kibboutz israélien laissé à l’abandon par les raids terroristes du Hamas du 7 octobre.

Lors de sa visite de Kfar Aza, Musk a entendu des soldats des Forces de défense israéliennes (Tsahal) lui donner des détails sur les massacres perpétrés dans le kibboutz. Les médias israéliens l’ont décrit comme une scène « d’horreur », l’une des 20 communautés ravagées, où, dans certains cas, des familles entières ont été massacrées. Musk a déclaré plus tard dans la journée qu’il était « choqué de voir la scène du massacre ».

Source de l’image : MAARIV/JPost

Musk a entendu des exposés et des récits personnels de tragédie et d’héroïsme, notamment l’histoire de la petite fille israélo-américaine Avigail Idan, qui a eu 4 ans en captivité et a été libérée dimanche dans le cadre du troisième cycle d’échange d’otages entre le Hamas et Israël. Ses parents ont été assassinés sous ses yeux, son père la tenant dans ses bras lorsqu’il a été abattu.

Après avoir visionné un court métrage sur les attaques du Hamas, Musk a déclaré qu’il était « troublant » de voir « la joie éprouvée par des gens qui tuaient des civils innocents ».

Dans le cadre de la visite de Musk, lui et le Premier ministre Netanyahou ont tenu une discussion en direct via X Spaces (récemment connu sous le nom de Twitter Spaces) dans laquelle le Premier ministre a réitéré son appel à la destruction du Hamas. Musk a répondu : « Nous n’avons pas le choix » et, après avoir visité des kibboutz ravagés, il a déclaré : « Je serais ravi de vous aider ». L’intégralité de cet échange se trouve ci-dessous :

Netanyahou a exposé que sa principale priorité est de neutraliser le Hamas, après quoi il se tournera vers la reconstruction de Gaza : « Il faut d’abord se débarrasser de ce régime toxique. »

Musk est d’accord et propose de participer à la reconstruction après la guerre.

« Je pense qu’il est tout à fait logique de neutraliser ceux qui ont l’intention de tuer, puis de mettre fin à la propagande… et enfin de rendre Gaza prospère », a déclaré Musk.

« Eh bien, j’espère que vous serez impliqué », a répondu Netanyahou.

« Je serais ravi de vous aider », a déclaré Musk.

Dans des déclarations qui risquent d’être controversées, en particulier du côté pro-palestinien, Musk a également déclaré que les pertes civiles étaient « inévitables » et a semblé soutenir la position d’Israël, qui s’efforce de les éviter tout en cherchant à ne cibler que les terroristes.

Dernièrement, les responsables israéliens ont tenté de faire des comparaisons historiques controversées avec la Seconde Guerre mondiale, ce qui n’a pas toujours été bien accueilli par les médias occidentaux, à un moment où le nombre de Palestiniens tués a atteint le chiffre macabre de 15 000. Musk a déclaré dans un groupe de discussion Spaces :

« Vous devez faire preuve de fermeté et éliminer les terroristes et ceux qui veulent tuer, tout en aidant ceux qui restent, comme cela s’est passé en Allemagne et au Japon », ajoute-t-il.

« Habituellement, le vainqueur punit le perdant », poursuit-il, en citant la réhabilitation de l’Allemagne et du Japon par les alliés après la Seconde Guerre mondiale comme exemples de la manière dont les efforts de reconstruction après une guerre majeure et une victoire claire ont contribué à garantir la paix pendant une longue période.

La visite de Musk intervient le dernier jour d’une trêve de quatre jours convenue entre Israël et le Hamas, qui devrait prendre fin, mais des rapports indiquent qu’elle pourrait être prolongée d’au moins deux jours supplémentaires, au cours desquels d’autres otages seraient libérés et d’autres Palestiniens libérés des prisons israéliennes.

En ce qui concerne l’aide que Musk pourrait apporter à Gaza, en particulier dans la phase d’après-guerre et de reconstruction, il a déclaré qu’un accord de principe avait déjà été conclu pour l’utilisation des communications Starlink de SpaceX dans la bande de Gaza. Il a déclaré le mois dernier que cela pourrait « soutenir la connectivité des organisations d’aide internationalement reconnues à Gaza » après qu’une grande partie de la bande de Gaza ait été plongée dans l’obscurité lors de la campagne de bombardements israélienne.

Pour l’instant, ni Musk ni SpaceX n’ont confirmé publiquement l’accord. En outre, lundi, le ministre israélien des Communications, Shlomo Karhi, a publié sur X que Musk avait « conclu un accord de principe » avec le ministère, et qu’Israël devait donner son accord pour que Starlink fonctionne. « Les unités satellitaires Starlink ne peuvent être exploitées en Israël qu’avec l’approbation du ministère israélien des Communications, y compris dans la bande de Gaza », a déclaré Karhi.

Actuellement, les médias américains font état d’un antisémitisme généralisé sur X — et ont cherché à mettre en évidence l’interaction personnelle de Musk avec les messages postés sur la plateforme, ce qui a incité certains grands annonceurs à se retirer.

Mais l’invitation de Musk en Israël soulève une question : si Musk est « antisémite » — comme le prétendent ses détracteurs et ses ennemis — pourquoi l’État hébreu l’inviterait-il volontiers à une visite de si haut niveau où le Premier ministre l’emmènerait en visite personnelle ? Comme si elles admettaient et soulignaient l’écart et la contradiction flagrante, ces mêmes voix s’en prennent maintenant au gouvernement israélien pour avoir accueilli le voyage officiel.




Les mécanismes de la dérive totalitaire

[Source : Décoder l’éco]

Le totalitarisme n’a jamais été complètement envisagé sous l’angle d’une maladie de civilisation, une pathologie collective délirante, du côté de la psychopathologie, avec les ramifications qui s’ensuivent.

C’est ce qu’Ariane Bilheran propose, avec cet essai psychologique et philosophique sur le pouvoir total en politique.

Elle démontre que le totalitarisme est un système paranoïaque dans lequel les pathologies perverses, sadiques, transgressives et psychopathes sont à l’honneur. La condition de survie de ce système est un mensonge premier qui est maintenu dans le secret, l’endoctrinement des masses à l’idéologie, la mise sous terreur des individus et des collectifs, entraînant tout à la fois sidération traumatique, jouissance pour certains et horreur pour d’autres.

L’accent est mis sur l’alliance pathologique entre la paranoïa et la perversion pour casser les liens et détruire la subjectivité et les corps des individus, réduits à l’état d’instruments ou pire, d’objets de marchandises inertes et interchangeables. Chacun est susceptible de se laisser entraîner dans la contagion délirante, dont les ressorts sont ici expliqués avec précision.

À partir de ce profond voyage dans la folie du pouvoir, Ariane explore également les authentiques expériences spirituelles qui ont été faites au sein de l’enfer, comme autant de manifestations d’un cri humain qui rencontre sa liberté au cœur de son désespoir.




L’impact des ondes sur la santé

[Source : maisonsaine.ca]

[Illustration : source]

    Par Dre Martha Herbert

    Si quelqu’un m’avait demandé il y a près de 20 ans, lorsque j’ai commencé à travailler dans la recherche sur l’autisme et à voir des patients atteints d’autisme, si les champs électromagnétiques (CEM) domestiques ou les rayonnements de radiofréquence (RF) du sans-fil avaient quelque chose à voir avec l’autisme, je n’aurais eu aucune idée de ce dont il parlait. À l’époque, j’étais déjà accro aux ordinateurs et au courrier électronique. Mais le Web était nouveau et nous n’utilisions pas de téléphones portables, donc il n’y avait pas d’antennes relais. J’avais un four à micro-ondes et l’utilisais pour chauffer ma nourriture avec seulement les préoccupations les plus vagues.

    Il n’y avait donc pas tellement de Wi-Fi et pas tellement d’autisme non plus — une coïncidence ? Beaucoup d’autres choses ont changé depuis1, et il y avait déjà beaucoup d’électricité2, mais en tout état de cause, je n’avais pratiquement pas vu de patients autistes pendant ma formation au début des années 1990. À l’époque, on enseignait que l’autisme et les autres troubles neurodéveloppementaux ou neuropsychiatriques de l’enfance étaient causés par des perturbations génétiques précoces du développement cérébral3.

    Beaucoup de choses se sont passées pour m’amener au point où j’ai coécrit un article de 40 000 mots avec 560 références scientifiques soutenant la plausibilité d’un lien entre l’autisme et les CEM, et une version révisée a été publiée en 2013 dans la revue Pathophysiology4.

    Au fil des ans, j’ai beaucoup appris en observant et en écoutant attentivement mes patients. J’ai constaté de grandes divergences entre ce que l’on m’avait appris à surveiller dans mes recherches sur le cerveau et ce que je trouvais réellement dans les données. J’ai commencé à découvrir de plus en plus de façons dont l’environnement et l’alimentation pouvaient affecter le cerveau et le corps. Et j’ai vu le nombre d’enfants autistes monter en flèche, alors que c’était censé être purement génétique et héréditaire.5-7

    L’écoute de mes patients m’a beaucoup aidé à changer ma façon de penser. Ma formation en neurologie pédiatrique ne m’avait pas vraiment préparée aux problèmes que présentaient mes patients. Ma pratique clinique a débuté en 1996, dans un cabinet de neuropsychiatrie. Au fur et à mesure que mon cabinet se remplissait d’enfants atteints d’autisme, de TDAH [trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité], de TOC [troubles obsessionnels compulsifs], de difficultés scolaires et de crises d’épilepsie, je les soumettais parfois à des recherches élaborées de causes génétiques et métaboliques, comme j’avais été formé à le faire, mais je trouvais rarement quelque chose à redire. En écoutant leurs histoires, j’ai été intriguée par les problèmes banals que partageaient tant de patients qui, par ailleurs, étaient différents les uns des autres. Ces enfants n’étaient tout simplement pas en bonne santé. Ils souffraient de diarrhée, de constipation ou d’éruptions cutanées. Ils avaient des maux de tête. Ils ne pouvaient pas dormir. Ils se tortillaient beaucoup sur leur chaise. Ils souffraient d’allergies alimentaires. Ils mangeaient quelques aliments et en refusaient beaucoup d’autres. Ils détestaient certaines textures ou sensations. Je devais travailler très dur, reformuler et répéter souvent pour qu’ils suivent mes instructions lorsque je les examinais. Tous ces problèmes se posaient à la plupart de mes patients, et pas seulement à ceux qui étaient atteints d’autisme. Et mon cabinet se remplissait de ces enfants malades et instables.

    En chevauchant les mondes de la recherche sur le cerveau, de la neurotoxicologie environnementale et des soins médicaux de terrain, je me suis rendu compte que je ne pouvais plus me contenter des questions que les gens posaient dans un seul et même domaine. Il ne suffisait pas de se demander en quoi le cerveau des personnes atteintes d’autisme ou d’autres troubles neuropsychiatriques pouvait différer de celui des personnes « normales », ou quelles toxines présentes dans l’environnement pouvaient être à l’origine de l’autisme. Pour moi, ces questions ne m’aidaient pas directement à améliorer le sort de mes patients. En fait, certains de mes patients et de ceux de mes amis allaient mieux, S’AMÉLIORAIENT — mais COMMENT changions-nous l’« autisme » du cerveau s’il n’était pas censé être modifiable ?

    Au fil du temps, j’ai rassemblé de plus en plus de preuves à l’appui de l’idée que l’autisme n’est pas un « cerveau brisé », mais un cerveau qui a du mal à s’autoréguler. Cela m’a amené à chercher non pas ce qui cause l’autisme, mais COMMENT l’autisme est causé, et comment on peut l’éliminer.8-11

    Quels sont donc les éléments qui peuvent dérégler le cerveau ? Eh bien, beaucoup de choses.12 Comme un sommeil perturbé ou l’insomnie. Comme l’exposition aux pesticides et aux émissions des automobiles ou des produits ménagers, aux colles et à d’autres produits chimiques. Un régime alimentaire pauvre en zinc, en magnésium ou en d’autres nutriments vitaux, ou trop riche en sucre, en additifs ou en autres cochonneries. Comme avoir un intestin tellement irrité ou enflammé que vous n’absorbez pas bien les nutriments. Comme avoir des allergies.

    Un cerveau déréglé peut ou non présenter des changements dans son anatomie — d’après ce que l’on voit sur une image de résonance magnétique du cerveau. Il peut ne pas présenter d’ondes cérébrales suffisamment anormales pour constituer des crises d’épilepsie si l’on procède à une étude des ondes cérébrales par électroencéphalogramme. Mais en procédant à un examen plus subtil, les chercheurs qui étudient la FONCTION du cerveau dans le trouble du spectre de l’autisme constatent que les différentes parties du cerveau ne sont pas aussi bien coordonnées entre elles que chez les enfants au développement plus typique.13-15

    C’est là où les champs électromagnétiques et les radiofréquences sont entrés en jeu pour moi. Les ondes cérébrales que le cerveau utilise pour communiquer à l’intérieur de lui-même sont électriques ou électromagnétiques. Il en va de même pour les CEM/RF. Étant donné la prolifération des appareils qui émettent des radiofréquences (tours de téléphonie cellulaire, téléphones portables, téléphones sans fil numériques ou DECT, routeurs Wi-Fi, etc.), nous nous promenons dans une soupe invisible de signaux électromagnétiques sans vraiment savoir si nous ne compliquons pas ou n’embrouillons pas les processus de communication dans notre cerveau.

    Cela peut sembler un peu tiré par les cheveux, mais ce n’est pas tout. Tout d’abord, le cerveau n’est pas le seul à utiliser des signaux électromagnétiques. Plus nos instruments de mesure scientifiques deviennent sensibles, plus nous apprenons que chaque cellule de notre corps utilise des signaux électromagnétiques — de nombreux processus cellulaires, et même l’ADN, impliquent des propriétés électromagnétiques qui changent de manière significative. La principale différence avec le cerveau est qu’il porte cette activité électromagnétique à un niveau d’organisation éblouissant et complexe.16

    À l’école, nous étudions la biologie, la chimie et la physique (y compris l’électromagnétisme) comme des matières distinctes, mais en réalité, notre corps biologique et notre cerveau fonctionnent grâce à des processus qui sont à la fois chimiques et électriques. Les ions chimiques créent des différences de tension électrique à travers les membranes cellulaires, par exemple, qui nous maintiennent en vie. On a récemment découvert que les personnes présentant une faible différence de tension entre l’intérieur et l’extérieur d’une membrane sont plus vulnérables au cancer. Or, si l’on augmente la différence de tension entre l’intérieur et l’extérieur de la cellule, la vulnérabilité diminue et le cancer peut s’améliorer17.

    Nos fonctions biologiques vitales découlent d’innombrables interactions chimiques et électriques, et pour que nous soyons au mieux de notre forme, elles doivent être optimisées. Je pense qu’il y a suffisamment de preuves scientifiques pour affirmer que les CEM/RF sont des facteurs importants qui contribuent à dégrader la fonction chimico-électrique optimale de notre corps, déréglant ainsi notre cerveau et notre système nerveux.18

    Comment les CEM/RF peuvent-ils agir de la sorte ? Les problèmes que j’énumère ci-dessous sont parallèles à ceux qui ont été documentés chez les personnes atteintes de troubles du spectre de l’autisme.

    – Les CEM/RF stressent les cellules. Ils entraînent un stress cellulaire, tel que la production de protéines de choc thermique, même lorsque les CEM/RF ne sont pas suffisamment intenses pour provoquer une augmentation mesurable de la chaleur.19-21

    – Les CEM/RF endommagent les membranes cellulaires et les rendent perméables, ce qui les empêche de maintenir des différences chimiques et électriques importantes entre l’intérieur et l’extérieur de la membrane. Cela dégrade le métabolisme à bien des égards et le rend inefficace.22-30

    – Les CEM/RF endommagent les mitochondries qui sont les usines de production d’énergie des cellules. Elles conduisent leurs réactions chimiques sur leurs membranes. Lorsque ces membranes sont endommagées, les mitochondries luttent pour faire leur travail et ne le font pas efficacement. Les mitochondries peuvent aussi être endommagées par des chocs directs dans leur chaîne de montage chimique. Quand nos mitochondries deviennent inefficaces, il en est de même pour nous. Cela peut frapper notre cerveau avec une intensité particulière, puisque les communications et synapses électriques dans le cerveau requièrent une quantité énorme d’énergie.

    – Les CEM/RF créent un stress oxydatif, un phénomène qui se produit quand un système ne peut s’adapter à un stress causé par l’utilisation de l’oxygène, parce que le prix à payer est que la consommation d’oxygène génère des radicaux libres. Ceux-ci sont générés dans le cours normal des choses et ils sont habituellement neutralisés par les antioxydants comme ceux présents dans les fruits et légumes ; mais quand les antioxydants ne suivent pas le rythme ou que le dommage est trop grand, les radicaux libres commencent alors à faire des dommages.

    – Les CEM/RF sont génotoxiques et endommagent les protéines, le mécanisme le plus important étant celui des radicaux libres qu’ils génèrent et qui endommagent les membranes cellulaires, l’ADN, les protéines et tout ce qu’ils touchent. Lorsque les radicaux libres endommagent l’ADN, ils provoquent des mutations. C’est l’une des principales façons que les ondes sont génotoxiques — toxiques pour les gènes. Quand elles endommagent des protéines, elles peuvent les mener à se replier de façons particulières. Nous apprenons que des maladies comme l’Alzheimer sont liées à l’accumulation de protéines mal repliées et à l’incapacité du cerveau à éliminer ces déchets biologiques de ses tissus et de ses fluides.

    – Les CEM/RF épuisent le glutathion, le principal antioxydant et la principale substance de détoxification de l’organisme. Ainsi, d’une part, les CEM/RF créent des dommages qui augmentent le besoin d’antioxydants et, d’autre part, ils appauvrissent ces mêmes antioxydants.4,18

    – Les CEM/RF endommagent les barrières vitales de l’organisme, en particulier la barrière hématoencéphalique qui protège le cerveau des substances présentes dans le sang qui pourraient lui nuire. Lorsque la barrière hématoencéphalique présente des fuites, les cellules à l’intérieur du cerveau se détériorent, sont endommagées et tuées.4, 18, 31

    – Les CEM/RF peuvent altérer la fonction des canaux calciques, qui sont des ouvertures dans les membranes cellulaires jouant un grand nombre de rôles vitaux dans le cerveau et le corps.32-41

    – Les CEM/RF dégradent l’intégration riche et complexe des ondes cérébrales et augmentent l’entropie, ou la désorganisation, des signaux dans le cerveau, ce qui signifie qu’ils ne peuvent plus être synchronisés ou coordonnés, ce qui a été mesuré dans l’autisme.13-15, 42-51

    – Les CEM/RF peuvent perturber le sommeil et la production de mélatonine par le cerveau.52-54

    – Les CEM/RF peuvent contribuer aux problèmes immunitaires.55-61

    – Les CEM/RF contribuent à l’augmentation du stress aux niveaux chimique, immunitaire et électrique, dont nous faisons l’expérience sur le plan psychologique.31, 62-79

    Notes :

    Il y a beaucoup d’autres choses qui créent des effets de dégradation similaires, comme les milliers de substances « xénobiotiques » que nous disons toxiques.

    Notamment, les produits chimiques toxiques (dont ceux qui contiennent des éléments toxiques naturels comme le plomb et le mercure) causent des dommages par le biais de plusieurs des mécanismes susmentionnés.

    Dans de nombreuses études expérimentales sur les CEM, les dommages ont pu être réduits en améliorant l’état des nutriments, en particulier en ajoutant des antioxydants et de la mélatonine.80-83

    Nous vivons dans un monde plein de nouvelles substances et de combinaisons et intensités de fréquences électromagnétiques inexistantes dans la nature, dont plusieurs endommagent nos cellules, nos tissus et processus vivants de manières similaires. Il m’est donc difficile de croire que les CEM/RF sont les SEULS contributeurs à l’autisme et autres problèmes neuropsychiatriques et de santé. D’un autre côté, leur impact pourrait être significatif — et nous pouvons faire beaucoup pour réduire l’exposition et, par conséquent, cet impact.84

    Nous avons à peine commencé à explorer l’impact des ondes sur les fœtus et les bébés, mais cela ne s’annonce pas bien. Le développement du fœtus ou du jeune enfant est engagé dans un ensemble incroyable de processus dynamiques très vulnérables, où même de petits changements peuvent avoir des conséquences à vie. Et pourtant, combien de personnes mettent des moniteurs sans-fil juste à côté de la tête de leur bébé, sans se rendre compte de la dégradation potentielle qu’elles peuvent infliger au cerveau de leur enfant ?85 Combien de femmes enceintes branchent leur ordinateur portable et les mettent sur leurs cuisses et exposent ainsi leur fœtus aux rayonnements CEM/RF ?86 Combien d’hommes mettent-ils leur cellulaire dans la poche de leur pantalon alors qu’il a été démontré que cela dégrade le nombre de spermatozoïdes et entraîne des mutations ?87-92

    Plus j’en sais sur la biologie sous-jacente de l’autisme et de nombreuses autres maladies chroniques neuropsychiatriques et médicales, moins j’accorde d’importance aux étiquettes que nous apposons sur des maladies spécifiques. Du point de vue de la protection des personnes et de l’aide à leur guérison, je ne me soucie pas tellement de savoir s’il s’agit d’autisme, de TDAH, de TOC ou de toute autre étiquette que vous pourriez choisir, car sous la surface je vois plus de chevauchements que de différences entre ces conditions. Je pense que nous pouvons faire la différence en nous attaquant à la FONCTION de nos corps et de nos cerveaux, en :

    – réduisant les expositions nocives autant que possible, afin d’éviter la dégradation de nos fonctions corporelles et de prévenir la désynchronisation de notre système nerveux, et en

    – maximisant la qualité de notre alimentation grâce à une diète à haute densité de nutriments afin que notre corps ait tout ce qu’il lui faut pour se protéger et fonctionner au mieux.

    Entre-temps, étant donné tout ce que nous avons déjà appris sur les subtils impacts biologiques, cellulaires et électriques des CEM/RF, nous devons mettre à jour nos réglementations obsolètes pour tenir compte de l’extrême vulnérabilité que nous connaissons aujourd’hui. Et nous devons rechercher des moyens plus sûrs de répondre à nos besoins en matière d’appareils de communication et d’autres appareils générant des CEM/RF. Ce n’est pas parce que ces ondes sont invisibles qu’elles sont sans danger. Nous devons admettre que nous avons un problème et faire quelque chose pour le résoudre.

    Cet article est une traduction de la version anglaise originale, parue en mai 2015 dans le magazine Autism Notebook https://health.maryland.gov/phpa/OEHFP/EH/Shared%20Documents/CEHPAC/Dr.%20Herbert%20Autism%20and%20EMF%20The%20Autism%20NoteBook%20April-May%202015.pdf

    Références : https://www.electrosmog.be/doc/sc/enfants/Dr-Martha-R-Herbert_EMF-and-autism_2015.pdf

    Site de l’auteure : http://drmarthaherbert.com

    Dre Martha Herbert

    Dre Martha Herbert est une professeur adjointe de neurologie à l’École de médecine de l’Université Harvard, une neurologue pédiatrique au Massachusetts General Hospital à Boston, et une affiliée au Centre Martinos Harvard-MIT-MGH pour l’imagerie biomédicale, où elle est directrice du programme de recherche TRANSCEND (Recherche de traitement et d’évaluation neuroscientifique des troubles neurodéveloppementaux).
    L’approche de Dre Herbert en matière de traitement de l’autisme consiste à identifier méthodiquement les problèmes de chaque enfant et à y répondre en optimisant la nutrition, en réduisant l’exposition aux substances toxiques, en soutenant le système immunitaire, en réduisant le stress et en stimulant la créativité.
    Elle est l’auteure du livre La révolution de l’autisme : Whole Body Strategies for Making Life All it Can Be (http://www.AutismRevolution.org/et http://www.autismWHYandHOW.org) et codirectrice du BodyBrain Resilience Center (www.bodybrainresiliene.com), un organisme de recherche et pratique clinique appliquant les principes décrits dans son livre.
    Les recherches de la Dre Herbert peuvent être consultées à l’adresse www.transcenaresearch.org — https://transcend.mgh.harvard.edu/ et www.marthaherbert.org [ou https://drmarthaherbert.com/]


    References

    1. Herbert M. Time to Get a Grip. Autism Advocate 2006;45:19­26 (available on www.marthaherbert.org under
      publications).
    2. Milham S. Dirty Electricity: Electrification and the Diseases of Civilization: iuniverse.com; 2010.
    3. Rapin I, Katzman R. Neurobiology of autism. Ann Neurol 1998;43:7­14.
    4. Herbert MR, Sage C. Autism and EMF? Plausibility of a Pathophysiological Link, Parts I and II. Pathophysiology In
      press.
    5. Hertz­Picciotto I, Delwiche L. The rise in autism and the role of age at diagnosis. Epidemiology 2009;20:84­90.
    6. King M, Bearman P. Diagnostic change and the increased prevalence of autism. Int J Epidemiol 2009;38:1224­34.
    7. Grether JK, Rosen NJ, Smith KS, Croen LA. Investigation of shifts in autism reporting in the California Department of
      Developmental Services. J Autism Dev Disord 2009;39:1412­9.
    8. Herbert MR, Weintraub K. The Autism Revolution: Whole Body Strategies for Making Life All It Can Be. New York, NY:
      Random House with Harvard Health Publications; 2012.
    9. Autism WHY and HOW. 2012. at www.autismWHYandHOW.org.)
    10. Herbert MR. Autism: The centrality of active pathophysiology and the shift from static to chronic dynamic
      encephalopathy: Taylor & Francis / CRC Press; 2009.
    11. Herbert M. Autism: From Static Genetic Brain Defect to Dynamic Gene‐Environment Modulated Pathophysiology. In:
      Krimsky S, Gruber J, eds. Genetic Explanations: Sense and Nonsense. Cambridge, MA: Harvard University Press;
      2013:122­46.
    12. Herbert MR. Contributions of the environment and environmentally vulnerable physiology to autism spectrum
      disorders. Curr Opin Neurol 2010;23:103­10.
    13. Just MA, Cherkassky VL, Keller TA, Minshew NJ. Cortical activation and synchronization during sentence
      comprehension in high­functioning autism: evidence of underconnectivity. Brain 2004;127:1811­21.
    14. Muller RA, Shih P, Keehn B, Deyoe JR, Leyden KM, Shukla DK. Underconnected, but how? A survey of functional
      connectivity MRI studies in autism spectrum disorders. Cereb Cortex 2011;21:2233­43.
    15. Wass S. Distortions and disconnections: disrupted brain connectivity in autism. Brain Cogn 2011;75:18­28.
    16. Buzsaki G. Rhythms of the Brain. New York: Oxford University Press; 2006.
    17. Lobikin M, Chernet B, Lobo D, Levin M. Resting potential, oncogene­induced tumorigenesis, and metastasis: the
      bioelectric basis of cancer in vivo. Phys Biol 2012;epub:epub.
    18. Herbert MR, Sage C. Findings in Autism Spectrum Disorders consistent with Electromagnetic Frequencies (EMF) and
      Radiofrequency Radiation (RFR). In: Sage C, Carpenter DO, eds. BioInitiative Update: www.BioInitiative.org; 2012.
    19. Blank M, ed. Electromagnetic Fields2009.
    20. Blank M. Evidence for Stress Response (Stress Proteins) (Section 7)2012.
    21. Evers M, Cunningham­Rundles C, Hollander E. Heat shock protein 90 antibodies in autism. Mol Psychiatry 2002;7
      Suppl 2:S26­8.
    22. Desai NR, Kesari KK, Agarwal A. Pathophysiology of cell phone radiation: oxidative stress and carcinogenesis with
      focus on male reproductive system. Reprod Biol Endocrinol 2009;7:114.
    23. Phelan AM, Lange DG, Kues HA, Lutty GA. Modification of membrane fluidity in melanin­containing cells by low­level
      microwave radiation. Bioelectromagnetics 1992;13:131­46.
    24. Beneduci A, Filippelli L, Cosentino K, Calabrese ML, Massa R, Chidichimo G. Microwave induced shift of the main
      phase transition in phosphatidylcholine membranes. Bioelectrochemistry 2012;84:18­24.
    25. El­Ansary A, Al­Ayadhi L. Lipid mediators in plasma of autism spectrum disorders. Lipids Health Dis 2012;11:160.
    26. El­Ansary AK, Bacha AG, Al­Ayahdi LY. Plasma fatty acids as diagnostic markers in autistic patients from Saudi
      Arabia. Lipids Health Dis 2011;10:62.
    27. Chauhan A, Chauhan V, Brown WT, Cohen I. Oxidative stress in autism: increased lipid peroxidation and reduced
      serum levels of ceruloplasmin and transferrin­­the antioxidant proteins. Life Sci 2004;75:2539­49.
    28. Pecorelli A, Leoncini S, De Felice C, et al. Non­protein­bound iron and 4­hydroxynonenal protein adducts in classic
      autism. Brain Dev 2012:epub.
    29. Ming X, Stein TP, Brimacombe M, Johnson WG, Lambert GH, Wagner GC. Increased excretion of a lipid peroxidation
      biomarker in autism. Prostaglandins Leukot Essent Fatty Acids 2005;73:379­84.
    30. Yao Y, Walsh WJ, McGinnis WR, Pratico D. Altered vascular phenotype in autism: correlation with oxidative stress.
      Arch Neurol 2006;63:1161­4.
    31. Salford LG, Nittby H, Persson BR. Effects of EMF from Wireless Communication Upon the Blood­Brain Barrier2012.
    32. Pall ML. Electromagnetic fields act via activation of voltage­gated calcium channels to produce beneficial or adverse
      effects. J Cell Mol Med 2013.
    33. Nesin V, Bowman AM, Xiao S, Pakhomov AG. Cell permeabilization and inhibition of voltage­gated Ca(2+) and Na(+)
      channel currents by nanosecond pulsed electric field. Bioelectromagnetics 2012;33:394­404.
    34. Maskey D, Kim HJ, Kim HG, Kim MJ. Calcium­binding proteins and GFAP immunoreactivity alterations in murine
      hippocampus after 1 month of exposure to 835 MHz radiofrequency at SAR values of 1.6 and 4.0 W/kg. Neurosci Lett
      2012;506:292­6.
    35. Maskey D, Kim M, Aryal B, et al. Effect of 835 MHz radiofrequency radiation exposure on calcium binding proteins in
      the hippocampus of the mouse brain. Brain Res 2010;1313:232­41.
    36. Kittel A, Siklos L, Thuroczy G, Somosy Z. Qualitative enzyme histochemistry and microanalysis reveals changes in
      ultrastructural distribution of calcium and calcium­activated ATPases after microwave irradiation of the medial
      habenula. Acta Neuropathol 1996;92:362­8.
    37. Dutta SK, Das K, Ghosh B, Blackman CF. Dose dependence of acetylcholinesterase activity in neuroblastoma cells
      exposed to modulated radio­frequency electromagnetic radiation. Bioelectromagnetics 1992;13:317­22.
    38. Palmieri L, Persico AM. Mitochondrial dysfunction in autism spectrum disorders: cause or effect? Biochim Biophys
      Acta 2010;1797:1130­7.
    39. Peng TI, Jou MJ. Oxidative stress caused by mitochondrial calcium overload. Ann N Y Acad Sci 2010;1201:183­8.
    40. Pessah IN, Lein PJ. Evidence for Environmental Susceptibility in Autism: What We Need to Know About Gene x
      Environment Interactions: Humana; 2008.
    41. Stamou M, Streifel KM, Goines PE, Lein PJ. Neuronal connectivity as a convergent target of gene­environment
      interactions that confer risk for Autism Spectrum Disorders. Neurotoxicol Teratol 2012.
    42. Bachmann M, Lass J, Kalda J, et al. Integration of differences in EEG analysis reveals changes in human EEG caused
      by microwave. Conf Proc IEEE Eng Med Biol Soc 2006;1:1597­600.
    43. Marino AA, Nilsen E, Frilot C. Nonlinear changes in brain electrical activity due to cell phone radiation.
      Bioelectromagnetics 2003;24:339­46.
    44. Marino AA, Carrubba S. The effects of mobile­phone electromagnetic fields on brain electrical activity: a critical
      analysis of the literature. Electromagn Biol Med 2009;28:250­74.
    45. Vecchio F, Babiloni C, Ferreri F, et al. Mobile phone emission modulates interhemispheric functional coupling of EEG
      alpha rhythms. Eur J Neurosci 2007;25:1908­13.
    46. Hountala CD, Maganioti AE, Papageorgiou CC, et al. The spectral power coherence of the EEG under different EMF
      conditions. Neurosci Lett 2008;441:188­92.
    47. Duffy FH, Als H. A stable pattern of EEG spectral coherence distinguishes children with autism from neuro­typical
      controls ­ a large case control study. BMC Med 2012;10:64.
    48. Isler JR, Martien KM, Grieve PG, Stark RI, Herbert MR. Reduced functional connectivity in visual evoked potentials in
      children with autism spectrum disorder. Clin Neurophysiol 2010.
    49. Murias M, Swanson JM, Srinivasan R. Functional connectivity of frontal cortex in healthy and ADHD children reflected
      in EEG coherence. Cereb Cortex 2007;17:1788­99.
    50. Murias M, Webb SJ, Greenson J, Dawson G. Resting state cortical connectivity reflected in EEG coherence in
      individuals with autism. Biol Psychiatry 2007;62:270­3.
    51. Coben R, Clarke AR, Hudspeth W, Barry RJ. EEG power and coherence in autistic spectrum disorder. Clin
      Neurophysiol 2008;119:1002­9.
    52. Rossignol DA, Frye RE. Melatonin in autism spectrum disorders: a systematic review and meta­analysis. Dev Med
      Child Neurol 2011;53:783­92.
    53. Buckley AW, Rodriguez AJ, Jennison K, et al. Rapid eye movement sleep percentage in children with autism
      compared with children with developmental delay and typical development. Arch Pediatr Adolesc Med
      2010;164:1032­7.
    54. Giannotti F, Cortesi F, Cerquiglini A, Vagnoni C, Valente D. Sleep in children with autism with and without autistic
      regression. J Sleep Res 2011;20:338­47.
    55. Johansson O. Disturbance of the immune system by electromagnetic fields­A potentially underlying cause for cellular
      damage and tissue repair reduction which could lead to disease and impairment. Pathophysiology 2009;16:157­77.
    56. Johannson O. Evidence for Effects on Immune Function2007 2007.
    57. Bilbo SD, Jones JP, Parker W. Is autism a member of a family of diseases resulting from genetic/cultural mismatches?
      Implications for treatment and prevention. Autism Res Treat 2012;2012:910946.
    58. Persico AM, Van de Water J, Pardo CA. Autism: where genetics meets the immune system. Autism Res Treat
      2012;2012:486359.
    59. Kong SW, Collins CD, Shimizu­Motohashi Y, et al. Characteristics and predictive value of blood transcriptome
      signature in males with autism spectrum disorders. PLoS One 2012;7:e49475.
    60. Waly MI, Hornig M, Trivedi M, et al. Prenatal and Postnatal Epigenetic Programming: Implications for GI, Immune, and
      Neuronal Function in Autism. Autism Res Treat 2012;2012:190930.
    61. Lintas C, Sacco R, Persico AM. Genome­wide expression studies in autism spectrum disorder, Rett syndrome, and
      Down syndrome. Neurobiol Dis 2012;45:57­68.
    62. Andrzejak R, Poreba R, Poreba M, et al. The influence of the call with a mobile phone on heart rate variability
      parameters in healthy volunteers. Ind Health 2008;46:409­17.
    63. Szmigielski S, Bortkiewicz A, Gadzicka E, Zmyslony M, Kubacki R. Alteration of diurnal rhythms of blood pressure and
      heart rate to workers exposed to radiofrequency electromagnetic fields. Blood Press Monit 1998;3:323­30.
    64. Bortkiewicz A, Gadzicka E, Zmyslony M, Szymczak W. Neurovegetative disturbances in workers exposed to 50 Hz
      electromagnetic fields. Int J Occup Med Environ Health 2006;19:53­60.
    65. Graham C, Cook MR, Sastre A, Gerkovich MM, Kavet R. Cardiac autonomic control mechanisms in power­frequency
      magnetic fields: a multistudy analysis. Environ Health Perspect 2000;108:737­42.
    66. Saunders RD, Jefferys JG. A neurobiological basis for ELF guidelines. Health Phys 2007;92:596­603.
    67. Buchner K, Eger H. Changes of Clinically Important Neurotransmitters under the Influence of Modulated RF Fields—A
      Long­term Study under Real­life Conditions (translated; original study in German). Umwelt­Medizin­Gesellschaft
      2011;24:44­57.
    68. Bellieni CV, Acampa M, Maffei M, et al. Electromagnetic fields produced by incubators influence heart rate variability in
      newborns. Arch Dis Child Fetal Neonatal Ed 2008;93:F298­301.
    69. Narayanan A, White CA, Saklayen S, et al. Effect of propranolol on functional connectivity in autism spectrum
      disorder­­a pilot study. Brain Imaging Behav 2010;4:189­97.
    70. Anderson CJ, Colombo J. Larger tonic pupil size in young children with autism spectrum disorder. Dev Psychobiol
      2009;51:207­11.
    71. Anderson CJ, Colombo J, Unruh KE. Pupil and salivary indicators of autonomic dysfunction in autism spectrum
      disorder. Dev Psychobiol 2012.
    72. Daluwatte C, Miles JH, Christ SE, Beversdorf DQ, Takahashi TN, Yao G. Atypical Pupillary Light Reflex and Heart
      Rate Variability in Children with Autism Spectrum Disorder. J Autism Dev Disord 2012.
    73. Ming X, Bain JM, Smith D, Brimacombe M, Gold von­Simson G, Axelrod FB. Assessing autonomic dysfunction
      symptoms in children: a pilot study. J Child Neurol 2011;26:420­7.
    74. Hirstein W, Iversen P, Ramachandran VS. Autonomic responses of autistic children to people and objects. Proc Biol
      Sci 2001;268:1883­8.
    75. Toichi M, Kamio Y. Paradoxical autonomic response to mental tasks in autism. J Autism Dev Disord 2003;33:417­26.
    76. Ming X, Julu PO, Brimacombe M, Connor S, Daniels ML. Reduced cardiac parasympathetic activity in children with
      autism. Brain Dev 2005;27:509­16.
    77. Mathewson KJ, Drmic IE, Jetha MK, et al. Behavioral and cardiac responses to emotional stroop in adults with autism
      spectrum disorders: influence of medication. Autism Res 2011;4:98­108.
    78. Cheshire WP. Highlights in clinical autonomic neuroscience: New insights into autonomic dysfunction in autism. Auton
      Neurosci 2012;171:4­7.
    79. Chang MC, Parham LD, Blanche EI, et al. Autonomic and behavioral responses of children with autism to auditory
      stimuli. Am J Occup Ther 2012;66:567­76.
    80. Kesari KK, Kumar S, Behari J. 900­MHz microwave radiation promotes oxidation in rat brain. Electromagn Biol Med
      2011;30:219­34.
    81. Oktem F, Ozguner F, Mollaoglu H, Koyu A, Uz E. Oxidative damage in the kidney induced by 900­MHz­emitted mobile
      phone: protection by melatonin. Arch Med Res 2005;36:350­5.
    82. Lai H, Singh NP. Melatonin and a spin­trap compound block radiofrequency electromagnetic radiation­induced DNA
      strand breaks in rat brain cells. Bioelectromagnetics 1997;18:446­54.
    83. Xu S, Zhou Z, Zhang L, et al. Exposure to 1800 MHz radiofrequency radiation induces oxidative damage to
      mitochondrial DNA in primary cultured neurons. Brain Res 2010;1311:189­96.
    84. Lee DH, Jacobs DR, Jr., Porta M. Hypothesis: a unifying mechanism for nutrition and chemicals as lifelong modulators
      of DNA hypomethylation. Environ Health Perspect 2009;117:1799­802.
    85. Bellieni CV, Tei M, Iacoponi F, et al. Is newborn melatonin production influenced by magnetic fields produced by
      incubators? Early Hum Dev 2012;88:707­10.
    86. Bellieni CV, Pinto I, Bogi A, Zoppetti N, Andreuccetti D, Buonocore G. Exposure to electromagnetic fields from laptop
      use of « laptop » computers. Arch Environ Occup Health 2012;67:31­6.
    87. Agarwal A, Deepinder F, Sharma RK, Ranga G, Li J. Effect of cell phone usage on semen analysis in men attending
      infertility clinic: an observational study. Fertil Steril 2008;89:124­8.
    88. Agarwal A, Desai NR, Makker K, et al. Effects of radiofrequency electromagnetic waves (RF­EMW) from cellular
      phones on human ejaculated semen: an in vitro pilot study. Fertil Steril 2009;92:1318­25.
    89. Wdowiak A, Wdowiak L, Wiktor H. Evaluation of the effect of using mobile phones on male fertility. Ann Agric Environ
      Med 2007;14:169­72.
    90. De Iuliis GN, Newey RJ, King BV, Aitken RJ. Mobile phone radiation induces reactive oxygen species production and
      DNA damage in human spermatozoa in vitro. PLoS One 2009;4:e6446.
    91. Fejes I, Zavaczki Z, Szollosi J, et al. Is there a relationship between cell phone use and semen quality? Arch Androl
      2005;51:385­93.
    92. Aitken RJ, Bennetts LE, Sawyer D, Wiklendt AM, King BV. Impact of radio frequency electromagnetic radiation on DNA
      integrity in the male germline. Int J Androl 2005;28:171­9.




    Les dérives autour de la transition de genre

    [Source : Jérémie Mercier]

    Pour ce 46ème épisode de Science en Conscience, Jérémie Mercier reçoit Nicole et Gérard Delépine, tous les deux médecins oncologues et respectivement pédiatre et chirurgien orthopédiques, à l’occasion de la sortie de leur livre « Dysphorie de genre — Hormones, chirurgies, transformations… Risques et dérives de la transition de genre chez les enfants et les adolescents », chez Fauves Éditions.

    Pour se procurer le livre :

    https://www.fauves-editions.fr/livre-dysphorie_de_genre_nicole_delepine_gerard_delepine-9791030205008-78359.html




    Le « département de désinformation » de Moderna surveille 150 millions de sites Web à la recherche de récits « anti-vaccins »

    [Source : MPI]

    Par Pierre-Alain Depauw

    Par l’intermédiaire d’une organisation à but non lucratif financée par l’industrie pharmaceutique et de Talkwalker, une société de surveillance des réseaux sociaux, une équipe de Moderna — dirigée par un ancien vétéran du FBI — utilise l’intelligence artificielle pour surveiller toute critique du laboratoire pharmaceutique et de son « vaccin », tant dans les médias grand public que sur les réseaux sociaux et sites de jeux.

    Le « département de désinformation » de Moderna s’est associé à une organisation à but non lucratif soutenue par l’industrie pharmaceutique, Public Good Projects (PGP), pour surveiller et supprimer ou déréférencer les voix dissidentes sur la politique vaccinale contre le COVID-19, selon le rapport des journalistes d’investigation Lee Fang et Jack Poulson publié dans UnHerd.

    Au cours de l’année dernière, les « fichiers Twitter », deux procès contre l’administration Biden et d’autres enquêtes ont révélé des cas de collusion entre le gouvernement, les réseaux sociaux et les universités pour supprimer les discours dissidents sur les politiques liées au COVID-19, les allégations de fraude électorale et d’autres sujets.

    Big Moderna Brother vous surveille

    Ce nouveau rapport met en lumière la stratégie en coulisses de Moderna dans ce nouveau paysage médiatique. Il expose les principaux acteurs et comment ils ont travaillé pour surveiller 150 millions de sites Web dans le but de censurer les discours qui sapent le récit de l’entreprise sur le vaccin COVID-19 et de façonner activement le discours public au profit des résultats de Moderna.

    Le Dr Jay Bhattacharya, co-auteur de la Déclaration de Great Barrington et professeur à l’Université de Stanford, a fait l’éloge du nouveau rapport dans un tweet :

    Moderna n’avait jamais réussi à commercialiser aucun produit avant le vaccin à ARNm contre la COVID-19 et était au bord de l’effondrement lorsque la pandémie a été annoncée.

    Son vaccin à ARNm contre le COVID-19 a transformé le fabricant de médicaments en une entreprise valant 100 milliards de dollars presque du jour au lendemain et a transformé son PDG, son président et ses cofondateurs en milliardaires.

    Aujourd’hui, alors que l’intérêt du public pour une nouvelle injection s’effondre, les bénéfices disparaissent également, ce qui conduit l’entreprise à investir dans de nouvelles stratégies — comme une campagne de marketing flashy — pour rester à flot, ont rapporté Fang et Poulson.

    Moderna redouble également d’efforts pour attaquer la dissidence sur les vaccins et orienter la politique de vaccination, ont-ils constaté.

    En fait, Moderna emploie aujourd’hui d’anciens agents fédéraux américains, comme Nikki Rutman, une vétéran du FBI qui a travaillé pour l’agence à Boston lors de l’opération Warp Speed, où son travail consistait à organiser des réunions hebdomadaires sur la cybersécurité avec Moderna.

    Elle dirige désormais la division mondiale de renseignement de Moderna — qui fait partie du département qui dirige le travail de Moderna pour mettre fin à ce qu’elle qualifie de « désinformation » — produisant des rapports qui signalent les « récits anti-vaccins » en ligne et recommandent comment y répondre ou les faire disparaître.

    Le département travaille avec Public Good Projects, largement financé par un don de 1,27 million de dollars de la Biotechnology Innovation Organization, un groupe de pression biotechnologique qui représente Pfizer et Moderna.

    Ils classifient ce qui constitue un risque pour la multinationale pharmaceutique et nécessite une réaction.

    En analysant des échantillons de rapports, les journalistes indépendants ont découvert que figurait parmi ce qui était considéré « à haut risque » une vidéo publiée par Elon Musk se moquant d’une myriade d’affirmations selon lesquelles les vaccins étaient « efficaces à 100 % », ainsi qu’un certain nombre de messages publiés par le comédien et commentateur politique Russell Brand que le département de surveillance de Moderna a signalé en septembre pour ses convictions « anti-vaccin ».

    L’équipe Moderna a également lancé une alerte concernant l’optique lorsque la star du tennis Novak Djokovic, qui a refusé le vaccin contre le COVID-19, a remporté l’US Open sponsorisé par Moderna.

    Les journalistes indépendants Lee et Poulson ont rapporté que le département de surveillance de Moderna ne se préoccupait pas de la véracité des affirmations faites dans les messages signalés, mais uniquement de leurs effets.

    « Aucun des rapports que nous avons consultés ne tente de contester les affirmations avancées », ont-ils écrit. « Au contraire, les affirmations sont automatiquement considérées comme de la “désinformation” si elles encouragent l’hésitation à la vaccination. »

    Moderna a commencé à travailler avec PGP en 2021-2022 sur un programme appelé « Stronger », dans lequel l’organisation à but non lucratif « a identifié la désinformation et façonné les décisions de contenu sur les réseaux sociaux ».

    PGP a pu le faire efficacement, car il disposait d’un « accès dérobé » aux données Twitter, via un « firehose », qui fournit un accès en temps réel à tous les tweets sur la plate-forme pour une analyse et une exploration de données à grande échelle.

    PGP, qui a travaillé directement avec Twitter pour développer ses politiques autour de la pandémie, enverrait à Twitter des listes de comptes à amplifier ou à censurer.

    L’avocat général de Twitter avait également conseillé au groupe de travail du département américain de la Sécurité intérieure chargé de lutter contre la désinformation de travailler avec PGP sur les questions liées au COVID-19.

    Réseau de 45 000 professionnels de la santé relais de Moderna

    Lee et Poulson ont également découvert que PGP distribuait des conseils sur la façon de répondre à la désinformation sur les vaccins à un réseau de 45 000 professionnels de la santé.

    « L’intention de Moderna, comme nous l’avons appris des courriels échangés, n’était pas seulement de lutter contre la désinformation, mais aussi d’influencer le contenu et la teneur du débat public ».

    Cette année, alors que le nombre de rappels contre le COVID-19 s’est effondré, Moderna et PGP ont lancé une nouvelle collaboration, cette fois en partenariat avec l’American Board of Internal Medicine, pour développer un programme de formation appelé « Infodemic Training Program », destiné à former les agents de santé, pour identifier la « désinformation médicale ».

    Malgré l’indignation du public face à la censure des réseaux sociaux, le manque évident d’intérêt à continuer de prendre des injections de rappel et la fin officielle de la pandémie annoncée en mai par l’administration Biden, Moderna continue d’étendre ses opérations de surveillance.

    Les alertes internes analysées révèlent que l’entreprise surveille de près les lois et les politiciens cherchant à restreindre les obligations de vaccination et qu’elle continue de signaler les messages publiés sur X, anciennement connu sous le nom de Twitter, par Musk, qui, note Moderna, « utilise de plus en plus cette plate-forme pour mettre en valeur les opposants marginaux au vaccin et les théoriciens du complot ».

    Les journalistes indépendants Lee Fang et Jack Poulson ont écrit :

    Le réseau des organisations à but non lucratif de vérification des faits s’est développé à un rythme industriel, offrant aux intérêts privés et publics des opportunités opaques de prendre un contrôle subtil sur le discours public. Une telle sophistication dans le mélange de messages de santé publique et de publicité d’entreprise devrait inquiéter quiconque s’intéresse à la manière dont le gouvernement contrôle la liberté d’expression.




    La croyance en l’IA, « un symptôme RUGISSANT de la BÊTISE ambiante »

    [Source : Anti | thèse]

    Dans cet extrait, l’éditeur et écrivain suisse d’origine serbe Slobodan Despot explore les fondations philosophiques de la modernité occidentale, qui s’exprime aujourd’hui à travers l’intelligence artificielle et le transhumanisme, mais aussi ce qu’il appelle la « bêtise rugissante » des élites.




    Petite histoire du judaïsme antisioniste

    [Source : investigaction.net]

    [Illustration : AFP]

    Par José Antonio Egido
    23 novembre 2023

    Judaïsme et sionisme, même combat ? C’est ce que voudraient nous faire croire les dirigeants israéliens et leurs partisans pour justifier leurs crimes coloniaux et criminaliser leur critique. Une instrumentalisation dangereuse qui pourrait nourrir des sentiments antisémites chez les moins instruits et les petits marchands de haine. Mais la réalité est très différente. José Antonio Egido nous fait voyager dans l’espace et dans le temps pour rappeler qu’hier et aujourd’hui encore, de nombreux juifs s’opposent au sionisme.

    Investig’Action

    Rejet du sionisme par les masses juives

    Le sionisme ne représentait pas, à ses débuts, l’ensemble des communautés juives réparties à travers le monde. Au contraire, il a été accueilli par la condamnation et le rejet le plus ferme de divers et influents secteurs juifs.

    L’opposition juive au sionisme est large et variée. Elle comprend de nombreuses communautés religieuses ; les mouvements modernistes et éclairés comme la « Haskalah »1 et l’Alliance juive universelle2 ; le mouvement ouvrier juif ashkénaze et séfarade, aux tendances    socialistes et communistes, représenté notamment par la Fédération travailliste juive ; les communautés juives de plusieurs pays comme l’Égypte, le Maroc, la Tunisie ou la Yougoslavie et d’importantes communautés locales comme les séfarades de Salonique, Sarajevo et Smyrne qui retirent leur soutien au sionisme en 1911.

    À Katowice fut créé en 1912 le parti Agoudat Israel (Union d’Israël) pour coordonner l’opposition religieuse au sionisme. Le judaïsme orthodoxe dénonça le sionisme comme une fausse religion satanique. Grand rabbin de Varsovie de 1874 à 1912, Eliyahu Hayim Maizel dirigea la lutte contre le sionisme en Pologne. La Conférence universelle des Juifs séfarades, créée en 1925 à Vienne, affirma son identité face à l’agressif nationalisme sioniste qui prétendait unifier les différentes communautés de culture et tradition différentes. Le juif égyptien communiste Marcel Israël créa dans les années 40 une Ligue antisioniste en Égypte.

    Le mouvement ouvrier juif antisioniste

    En mai et juin 1909, le prolétariat séfarade de la ville grecque de Salonique créa, en alliance avec des prolétaires bulgares et macédoniens, la Federation Socialiste de Salonique qui fut reconnue par la Deuxième Internationale. Elle était majoritairement constituée d’ouvriers juifs venant des usines de tabac, du port ainsi que des artisans et des employés.

    Elle fut à son époque l’unique mouvement ouvrier organisé en terres musulmanes. Ses journaux édités en juif espagnol ou djudesmo, la langue des Juifs séfarades, s’intitulaient Jurnal del Lavorador, Solidaridad Ovradera ou encore Avanti. L’un de ses fondateurs et leaders fut Abraham A. Benaroya. La Fédération rejetait le nationalisme réactionnaire juif, le sionisme. Et elle rejoignit en 1918 le parti ouvrier hellène…

    Marxistes juifs contre le sionisme

    L’intellectuel juif marocain Abraham Serfaty nie l’existence d’une nation juive ou d’un peuple israélien. Il considère que la population israélienne est un « agrégat humain artificiel, structuré sur la base de castes ethniques et dominé par une clique politico-militaire faisant partie à son tour de la caste euro-américaine appelée ashkénaze. Cette structure s’appuie sur l’appareil de l’impérialisme sioniste, dominé à son tour par l’impérialisme américain »3

    Serfaty revendique la notion de la communauté juive arabe, partie intégrante de la nation arabe, en même temps qu’il condamne avec la plus grande fermeté le sionisme comme une entreprise raciste et colonialiste.

    Serfaty affirme que seule la grande bourgeoisie a rendu possible la victoire du sionisme :

    « Le sionisme n’a pu s’imposer que grâce à son appropriation par la grande bourgeoise d’Europe occidentale, dans le cadre des plans de conquête de l’impérialisme britannique, puis, par la suite, américain »4.

    Les juifs progressistes ont la même opinion. Isaac Deutscher déclare :

    « Israël est apparu au Proche-Orient dans le rôle infamant d’agent des puissants intérêts occidentaux, et non de son propre fragile capitalisme, et de protégé du néo-colonialisme… en tant qu’agent du capitalisme impérialiste tardif et trop mûr de nos jours ; son rôle est tout simplement lamentable »5.

    Israël Shahak accuse l’État d’Israël d’être l’« administrateur d’un pouvoir impérial ».6

    Le secrétaire général du Parti communiste d’Israël (PCI), Meir Vilner, affirme clairement qu’Israël joue le rôle « d’agent des États-Unis tant au Moyen Orient que dans     d’autres régions (…) où il brûle sous les pieds des dictatures réactionnaires et où s’amplifie la lutte libératrice des peuples (…) Dans d’autres régions du monde, Israël remplit les fonctions sales et embarrassantes dont l’administration nord-américaine ne veut pas se charger directement : il fournit des armes aux dictatures fascistes, il leur offre des instructeurs militaires, il organise et appuie l’activité subversive contre les régimes progressistes »7.

    Serfaty analyse la tradition religieuse du judaïsme arabe, basée sur l’attente du Messie. Et il conclut que le sionisme en est la négation absolue. Ce retour du Messie ne peut servir de justification pour aucune conquête coloniale, puisqu’il est l’espoir de l’avènement du « règne de Dieu », c’est-à-dire du règne de la justice, sur toute la terre et pour tous les humains. Il accuse les « dirigeants sionistes de transformer la religion de nos pères en en faisant une idéologie de haine raciale et de guerre ». Il démonte également la manipulation par le sionisme du concept biblique de « peuple élu ». Il affirme que les grands penseurs juifs du mysticisme andalou et leurs continuateurs arabes ont converti ce concept en devoir pour les juifs de se comporter en tout lieu et à tout moment en personnes « justes ».

    Refus d’une partie des masses juives de migrer en Israël

    Des milliers de juifs se refusent à migrer en Israël : 100 000 juifs de Turquie, 20 000  juifs égyptiens, 3 500 autres tunisiens, plusieurs centaines de Yéménites et Algériens, et des milliers d’Iraniens, de Syriens et de Marocains sont restés dans leurs foyers millénaires. De 1948 à 1952, la communauté juive yougoslave s’est divisée en deux parties presque égales : 7 500 ont refusé la migration et autant d’autres l’ont acceptée.

    En 1933, 60 % des 503 000 juifs qui vivaient en Allemagne appuyaient l’Union Centrales des Citoyens allemands, de tendance non sioniste et assimilationniste tandis qu’à peine 9 000 autres appuyaient le sionisme. Au cours de cette même année à peine, 33 000 migrants judéo-allemands se sont rendus en Palestine.

    Des 5 millions et demi de juifs des États-Unis seulement, 10 000 ont émigré en Israël entre 1948 et 1965.

    Les juifs qui fuyaient les persécutions antisémites des régimes réactionnaires d’Europe de l’Est ne cherchaient pas à émigrer en Palestine, mais plutôt aux États-Unis, au Canada ou en

    Australie. En 1890 un million et demi de juifs sont arrivés aux États-Unis. Entre 1967 et 1980, la HIAS (Société d’aide aux immigrants juifs) a aidé 125 000 juifs à s’installer aux États-Unis, sans compter les juifs qui sont arrivés en Amérique latine, au Canada, en Afrique du Sud et en Iran. D’Israël, 100 000 sont partis vers les États-Unis.

    En 1964, quand la population française quitta l’Algérie pour ne pas accepter l’indépendance de la Nation algérienne et par crainte de représailles pour son implication dans l’oppression du peuple algérien, la grande majorité de la communauté juive la suivit dans son voyage sans retour vers la France, incapable qu’elle fut de se solidariser avec le peuple musulman, à l’exception d’une minorité qui avait rejoint le FLN. Toutefois, la majorité des juifs algériens ont refusé de partir pour Israël. Des 155 000 juifs qui vivaient en Algérie en 1960, 135 000 se sont établis en France, 15 000 en Israël et 4 000 sont restés en Algérie.

    La majorité des 56 000 juifs qui vivaient en Palestine en 1918, sur une population totale 700 000 habitants, était de culture arabe et opposée au sionisme. Elle n’était pas persécutée par personne et n’éprouvait pas la moindre nécessité de vivre dans un état juif.

    Des juifs dénoncent la manipulation de la Shoah par le sionisme

    Le professeur Norman G. Finkelstein, juif nord-américain, descendant de victimes de l’Holocauste nazi, manifeste son indignation devant l’exploitation éhontée faite par la bourgeoisie sioniste des États-Unis des millions de juifs assassinés par les nazis. Il affirme que depuis 1967, cette bourgeoisie a créé une « industrie » de l’Holocauste qui lui a rapporté des avantages politiques, de l’influence idéologique et beaucoup d’argent.

    Il n’est pas le seul à penser de la sorte. Il cite un important écrivain israélien, Boas Evron, qui affirme que :

    « La conscience de l’Holocauste est un endoctrinement propagandiste officiel, une production massive de slogans et de fausses visions du monde dont le véritable objectif n’est absolument pas la compréhension du passé, mais la manipulation du présent »8.

    Isaac Deutscher, dont la famille a également été assassinée à Auschwitz, dénonçait déjà en 1967 : 

    « Les dirigeants israéliens se justifient en exploitant au maximum Auschwitz et Treblinka, mais leurs actes parodient la véritable signification de la tragédie juive ».

    Le juif arabe Abraham Serfaty dénonce également :

    « Les dirigeants sionistes n’ont pas hésité à utiliser l’holocauste nazi pour entraîner dans leur aventure l’ensemble du judaïsme d’Europe et d’Amérique ».

    Un groupe d’intellectuels juifs français modérés affirme que personne n’a le monopole du judéocide nazi9.

    Des juifs arabes nient que les juifs vivaient opprimés dans le monde arabe et devaient émigrer en Israël

    Serfaty nie catégoriquement que le « peuple israélien » constitue une société, car il est un « conglomérat humain menacé de dislocation ». Un écrivain français a écrit :

    « Les premières victimes de la création d’Israël seraient les Palestiniens, expulsés de leur patrie ; les secondes les juifs orientaux condamnés à plus ou moins long terme à un nouvel exode ».10

    Face aux grossiers mensonges sionistes qui prétendent que les « juifs étaient fréquemment marginalisés en Syrie et en Égypte »11, et que « les juifs arabes étaient des minorités opprimées »12, cherchant ainsi à justifier l’impossibilité pour eux de vivre en terre musulmane se dresse la réalité de la tolérance et des bonnes relations musulmane et arabe, qui les ont traités d’une façon incomparablement meilleure que l’antisémitisme chrétien, tsariste, nationaliste et nazi européens.

    Serfaty souligne que la mémoire culturelle du judaïsme arabe est basée sur l’amitié profonde entre juifs et musulmans du peuple, leur symbiose fraternelle et leur respect mutuel. Il affirme que :

    « Chacun pense sans doute que sa religion est la plus proche de la vérité, mais chacun considère l’autre religion comme une manière différente d’adorer le même dieu, chacun respecte comme sacrés les livres, les temples, les saints, les objets de culte et les grandes fêtes religieuses de l’autre »13.

    Les juifs étaient au XIXe siècle, à Damas, de respectables bourgeois dont l’arabe était la langue maternelle. Ils étaient les médecins personnels du Sultan à Istanbul, des banquiers ou des pauvres au Caire et à Haïfa. Aujourd’hui encore 2 500 juifs qui parlent l’arabe et se considèrent syriens habitent à Damas avec les Syriens, des Palestiniens musulmans et des Kurdes. On en trouvait aussi dans un des plus beaux quartiers de Beyrouth avec des Arabes de religion musulmane, druze ou chrétienne, avec des Turcs, des Arméniens, des Assyriens ou encore des Italiens. À Alep et à Hébron s’épanouirent d’importantes communautés séfarades. À Alep vivent encore aujourd’hui près de 1200 juifs.

    Pour Serfaty, l’une des caractéristiques profondes du judaïsme arabe est le respect d’autrui. C’est selon lui une caractéristique fondamentale de toute la culture arabe.

    Les juifs progressistes regrettent l’existence de l’État d’Israël

    L’un des plus éminents représentants du judaïsme progressiste et universaliste, Albert Einstein, prévoyait déjà en 1938 l’impasse dans laquelle le sionisme allait conduire le peuple juif :

    « Je préfère de loin un accord raisonnable avec les Arabes sur la base de la coexistence pacifique à la création d’un état juif, ma connaissance de la nature essentielle du judaïsme résiste à l’idée d’un état juif doté de frontières, d’une armée et d’un certain degré de pouvoir temporel, aussi modeste soit-il. Je crains le mal intérieur qu’il pourrait advenir au judaïsme en vue surtout du développement dans nos rangs d’un nationalisme étroit ».

    Nathan Weinstock considère qu’Israël engendre par lui lui-même les causes de sa propre disparition14. Le comité juif pour le Proche-Orient attribue à Israël une « idéologie raciste »15. Le distingué poète et penseur égyptien d’origine juive, Edmond Jabès, rejetait fermement le sionisme.

    L’historien français Maurice Rajsfus pense qu’Israël est « une société bloquée, incapable de s’imaginer vivant en paix avec les Palestiniens »16.

    Michel Warshawsky, fils du grand rabbin de Strasbourg, émigré en Israël en 1967, antisioniste, co-fondateur du Centre d’Information alternative de Jérusalem en 1984 — ce qui lui valut huit mois de prison — affirme que les leaders israéliens « nous mènent au suicide… dans leur relation au peuple juif, ils sont cyniques et manipulateurs. Israël, loin d’être un outil pour aider le peuple juif se sert de lui ». Il écrit :

    « Latomisation de la société et sa division en deux blocs sociaux antagoniques montrent l’échec de la tentative de créer une entité nationale nouvelle dont l’expression politique aurait été l’État juif »17.

    Tim Wise, juif et directeur de l’Association pour une Éducation Blanche Antiraciste (Association for White Anti-Raciste Éducation—AWARE) de Nashville (Tennessee) affirme que le sionisme est anti-juif18. L’intellectuel juif marocain Serfaty considère que l’entité sioniste opprime culturellement et socialement les juifs arabes d’Israël, leur impose une conception religieuse contraire à la leur, les transforme en bêtes de somme et en chair à canon au service des objectifs expansionnistes des aventuriers américano-sionistes au Moyen-Orient.

    L’historien juif marocain Haim Zafrani reconnaît que les juifs marocains souffrent en Israël d’un grand déracinement et que leur culture est humiliée. Il se réfère à leurs « mélancoliques lamentations » et à « leurs cris amers ou nostalgiques »19.

    Le juif marocain Mordejai Vanunu déclare à sa sortie après 18 ans d’emprisonnement pour avoir dénoncé l’existence de l’arsenal nucléaire sioniste :

    « Nous n’avons pas besoin d’un État juif ».

    L’Union Juive française pour la Paix affirme que la politique répressive et coloniale d’Israël dans les territoires occupés est catastrophique pour les juifs du monde entier. Avnery, cité plus haut, estime que la politique brutale d’Israël « provoque la résurrection de l’antisémitisme dans le monde entier ». Le professeur de sociologie de l’Université Hébraïque Baruch Kimmerling accuse « Ariel Sharon d’avoir enclenché un processus qui, outre l’intensification des bains de sang de part et d’autre, peut provoquer une guerre régionale et un nettoyage ethnique partiel ou quasi total des Arabes de la “Terre d’Israël”20. »

    Des juifs lucides ont vaticiné que l’État sioniste d’Israël n’a pas d’avenir

    Des juifs lucides mettent en garde contre le danger imminent qui pèse sur Israël.

    Nahum Goldmann, président du Congrés Mondial juif, a écrit en 1975 qu’un Israël qui menace la paix mondiale par ses intransigeances arrogantes contre les droits palestiniens les plus élémentaires n’a aucune perspective d’avenir21.

    Le secrétaire général de l’Organisation Sioniste Argentine, Roberto Faur, a renoncé à son mandat pour marquer son désaccord avec la présence israélienne dans les territoires occupés en 2002. Les sionistes argentins les plus récalcitrants l’accusent d’être un « terroriste politique ».


    Source originale : Investig’Action
    Traduit de l’espagnol par Nicole Garcia


    Notes

    1 Haskalah – « Illustration juive » – Mouvement intellectuel aux XVIII et XIXe siècles en Europe Orientale et Centrale qui se proposait de moderniser et unifier l´enseignement juif, notamment par le recours à l´hébreu, en détriment des traditions rabbiniques locales (D.d.t.)

    2  Alliance Israelite universelle. Association crée en France en 1860 par Adolphe Crémieux qui donna naissance en 1946, après son ralliement au sionisme, au Conseil Consultatif des Organisations Juives de France.

    3 Abraham Serfaty – « Écrits de prison sur la Palestine » – Arcantere, Paris, 1992.

    4 Écrits  de prison…, op. cit., p. 32.

    5 Isaac Deutscher, entrevue réalisée en 1967 et publiée dans le livre de Tariq Ali  écrivain et activiste britannique d´origine pakistanaise « El choque de los fundamentalismos », Alianza, Madrid, 2000.

    6 Israël Shahak – « Histoire juive, religion juive : le poids de trois millénaires » -1994

    7 « Le principal obstacle à la Paix au Proche-Orient » – Revue Internationale, 11, 1986 Prague

    8 Norman G. Finkelstein « L´industrie de l´Holocauste » -Edition française – La Fabrique, 2001.

    9 Appel publié dans le quotidien Le Monde le 19 octobre 2000 et signé par les historiens Pierre Vidal-Naquet et Maurice Raifis, les professeurs Catherine Samary, Michel Lõwy et Daniel Bensaid, le médecin Patrick Zylberstein, l´avocate Gisele Halimi, entre autres.

    10 Gilles Perrault, Un homme à part. Barrault, Paris.

    11 Gustavo Daniel Perednik, La judeofobia, Flor del Viento ediciones, Barcelona, 2001, p. 114.

    12 Arnos Perlmutter – « Israel » Ed. Espasa Calpe, 1987, Madrid

    13 Écrits de prison, op. cit., p. 54.

    14 Le sionisme contre Israel, Maspéro, 1967.

    15 Voir http://www.middleast.org/archive/jcome1.hm

    16 « Y a-t-il une gauche israélienne ?», Rouge et Vert, nº72, 12 avril 1991, Paris

    17 La première citation est extraite d´une entrevue dans le journal Rouge et Vert, 1991, et la seconde de son libre « Israel-Palestine : la alternativa de la convivencia binacional », Ed. La Catarata, Madrid, 2002

    18 Son courriel : tjwise@mindspring.com

    19 Haim Zafrani, « Los judíos de España. Historia de una diaspora (1492-1992) », édition dirigée par Henry Méchouan, Ed.Trotta, Madrid, 1993, p. 505.

    20 Dans l´hebdomadaire Israélien Kol Ha´Ir du 1er février 2002.

    21 Nahum Goldman – «Où va Israël ?» Ed- Calmann-Lévy, Paris 1975




    Vent de panique en Israël : Les otages israéliens affichent des signes d’amitié envers les soldats du Hamas

    [Source : lemediaen442.fr]

    [Illustration : Au revoir surprenant : Sharon et Noam Avigdori quittent Gaza avec des sourires envers les Brigades Al-Qassam]

    Les otages israéliens libérés saluent leurs ravisseurs, provoquant une réaction inquiète des autorités israéliennes.

    Après la libération des otages par le Hamas, des images de sourires sur les visages des Israéliens en captivité à Gaza ont été largement diffusées sur les réseaux sociaux. Les otages, qui ont été libérés après plusieurs jours de captivité, ont été filmés en train de saluer leurs ravisseurs. Vent de panique pour les autorités en Israël concernant ces images un peu trop cordiales entre leurs compatriotes et leurs ennemis jurés.

    Sharon et Noam Avigdori quittent Gaza en adressant un sourire et un petit geste de la main en signe d’au revoir aux Brigades Al-Qassam.

    https://twitter.com/Campb37345Maree/status/1728419139729948830
    Je n’aurais jamais cru voir une telle humanité chez les « terroristes ».



    La Royal Society réfute la crainte d’un effondrement du Gulf Stream

    [Source : anguillesousroche.com]

    Par Chris Morrison

    L’une des craintes les plus impardonnables que les fanatiques écologistes font peser sur le public en matière de climat est l’idée que le Gulf Stream est sur le point de s’effondrer, plongeant l’hémisphère nord dans une nouvelle ère glaciaire. En juillet dernier, le Guardian et la BBC ont tous deux rapporté que le Gulf Stream pourrait s’effondrer d’ici 2025, entraînant des conséquences climatiques catastrophiques. Tous ces propos alarmistes s’appuient sur des modèles, qui ont également conduit le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations unies à prévoir qu’il est « très probable » que l’ensemble du système des courants de l’Atlantique Nord s’affaiblisse dans un avenir proche. Il va sans dire que ces modèles ont un bilan extrêmement médiocre, comme l’a révélé un récent article publié par la Royal Society. « Si ces modèles ne peuvent pas reproduire les variations passées, pourquoi devrions-nous être si confiants dans leur capacité à prédire l’avenir », s’interrogent les auteurs scientifiques.

    Le Gulf Stream fait partie d’un système de courants plus large, connu sous le nom de circulation méridienne de surface de l’Atlantique (AMOC). En apportant des eaux plus chaudes du sud, on estime qu’il augmente les températures des zones côtières dans certaines parties de l’hémisphère nord jusqu’à 5 °C. L’effondrement de l’AMOC est à l’origine de l’arrivée d’une nouvelle ère glaciaire dans la superproduction hollywoodienne de science-fiction Le jour d’après. Depuis, ce film est l’un des préférés des alarmistes climatiques. Bien entendu, la pression politique en faveur du projet collectiviste Net Zero est à l’origine d’une grande partie de la copie. En juillet dernier, Damian Carrington, rédacteur en chef du Guardian chargé de l’environnement, a déclaré que la perspective d’un effondrement de l’AMOC était extrêmement préoccupante et qu’elle « devrait inciter à réduire rapidement les émissions de carbone ».

    Les auteurs de la Royal Society constatent que les modèles climatiques qui reposent sur l’hypothèse que l’homme peut contrôler l’AMOC et qu’il le fait sont erronés depuis des décennies. Ni les modèles passés ni les modèles actuels ne parviennent à représenter les données d’observation réelles de l’AMOC. Ils ajoutent :

    « S’il n’est pas possible de réconcilier les modèles climatiques et les observations de l’AMOC au cours de la période historique, nous pensons que l’affirmation concernant la confiance future dans l’évolution de l’AMOC doit être révisée. Un manque de confiance dans le passé devrait se traduire par un manque de confiance dans l’avenir. »

    La suggestion du GIEC selon laquelle l’AMOC s’affaiblira à l’avenir est « très probable », ce qui donne du poids à bon nombre des tactiques alarmistes employées par les médias grand public et les militants écologistes. Mais les auteurs notent que les modèles ne peuvent pas reproduire les variations passées, ce qui les amène à se demander, à juste titre, pourquoi nous devrions avoir confiance en leur capacité à prédire l’avenir. Pour la communauté AMOC, le défi consiste soit à réconcilier les différences entre les modèles climatiques et les observations, soit à mieux comprendre les raisons des écarts.

    « Nous pensons qu’il faut progresser dans la compréhension des raisons pour lesquelles les modèles ne reproduisent pas la variabilité passée de l’AMOC et que c’est la clé pour avoir confiance dans l’évolution future de cette variable climatique clé », déclarent-ils.

    De belles paroles, mais en attendant, nous sommes coincés avec des modèles climatiques qui sont manifestement inadaptés, sauf, bien sûr, pour le travail politique vital qui consiste à effrayer les populations pour qu’elles se conforment à l’économie et à la société du Net Zero.

    L’utilisation de modèles climatiques pour promouvoir l’effondrement du Gulf Stream est l’une des corruptions les plus flagrantes de la science utilisée pour soutenir des objectifs politiques. Un rapport récent de Clintel a révélé que les modèles du GIEC utilisent des données d’entrée qui suggèrent que les températures mondiales futures augmenteront de 4 °C en moins de 80 ans. Et ce, bien que l’organisation ait déclaré qu’une telle éventualité était « peu probable ». Au cours des 25 dernières années, les températures mondiales ont à peine augmenté de 0,2 °C. Plus de 40 % des déclarations du GIEC concernant l’impact sur le climat découlent des « voies » improbables relatives aux températures, et ce chiffre atteint plus de 50 % dans la littérature scientifique générale. Il est probable que ce chiffre soit beaucoup plus élevé dans les médias grand public, qui ont l’habitude de rendre compte sans esprit critique des éléments les plus évidents de l’appât à clics.

    Rien de tout cela n’est bon pour le processus scientifique. L’écrivain scientifique Roger Pielke Jnr. s’inquiète, notant récemment qu’une approche ouvertement partisane pourrait compromettre la confiance du public et rendre la pratique de la science beaucoup plus politique. Ignorer un grand nombre de données empiriques et d’expériences du monde réel indique que la politisation de la science devient rapidement pathologique pour la science et la société.

    « Les conséquences comprennent une perte générale de confiance dans les institutions scientifiques, remplacée par des déterminations de confiance basées sur l’identité », a-t-il observé.

    Les personnes peu charitables pourraient conclure qu’avec le Covid et le climat, la réputation d’organisations médiatiques telles que le Guardian et la BBC se trouve de toute façon dans la poubelle scientifique. Mais la perte de confiance de plus en plus évidente dans un certain nombre de disciplines scientifiques est une tragédie en cours qui aura de graves conséquences sociétales. Les activistes qui accompagnent les écologistes bien financés ne s’en soucieront pas, mais les scientifiques authentiques devraient s’en préoccuper.

    [Voir aussi :

    Le génial penseur, historien et sociologue Eugen Rosenstock-Huessy a identifié et publié il y a cent ans un mécanisme très simple expliquant pourquoi la science établie, c’est-à-dire institutionnalisée, devient AUTOMATIQUEMENT et inévitablement une pseudo-science :

    « Les savants sont des gens compétents et donc tout à fait incapables d’aimer le renversement de leur vertu. Ce sont des fonctionnaires de la science, et ils s’opposent toujours à l’amateur. Mais comme la science fait officiellement partie de la recherche, tout comme le Saint-Esprit fait partie de l’Église, il existe une masse de pseudo-recherches qui rivalisent avec le progrès de la recherche libre ; et seule la première est consciencieusement soutenue par les instances et les fondations officielles, car elle seule semble digne d’être soutenue par le fonctionnaire professionnel de la science. Cette fausse recherche agit selon le principe : “Lave-moi la peau, mais ne me mouille pas”. Elle étudie le cancer selon les idées dépassées de Pasteur, comme s’il s’agissait de la rage ».5

    Voir : Essence et motivation de la recherche de nouvelles connaissances

    ]

    Lire aussi : Le GIEC admet que nombre de ses sombres prévisions climatiques sont « peu probables »

    Source : The Daily Sceptic — Traduit par Anguille sous roche




    Élections en Argentine : rupture populiste de droite ou reprise en main par Washington ?

    [Source : breizh-info.com via strategika.fr]

    Par Pierre d’Herbais

    C’était le 20 novembre dernier. Les projecteurs du monde entier se sont tournés vers ce pays d’Amérique latine, l’Argentine. Javier Milei, un ovni politique, un provocateur prêt à en découdre. Il qualifie ses détracteurs de « merdes » et promet de s’attaquer au pourrissement de l’État à la tronçonneuse. Derrière le choc, qui est Javier Milei ? Est-ce une bonne nouvelle que ce candidat ultralibéral arrive aux responsabilités ? Et si oui, pour qui ?

    Quelques jours après l’arrivée au pouvoir de Javier Milei, ce personnage, au comportement parfois loufoque, qui semble respecter sa volonté de changer les choses, provoque une certaine liesse de la Droite Patriotique française. En effet Javier Milei, candidat « populiste » pour la Gauche française semble décidé à retourner la table. Il est le candidat antiavortement qui exhorte les catholiques conservateurs à se ranger derrière lui malgré ses attaques répétées à l’encontre du Pape François. Il l’accuse notamment d’avoir « une affinité avec les communistes meurtriers » du pays et de violer les Dix Commandements. Malgré ses attaques, le Pape a félicité Javier Milei et lui a déclaré qu’il lui envoyait « un chapelet béni », cadeau peu banal, mais qui peut démontrer que le Pape a un sens de l’humour aiguisé. Si l’économie du pays a bien besoin d’un sacré coup de pouce, l’ancien banquier de HSBC semble être le candidat parfait pour inverser la tendance. Le redressement du pays devra passer par une privatisation de masse à commencer par l’ensemble des médias publics et la suppression de plusieurs ministères, cette dernière illustrée par une vidéo d’anthologie qui a fait le tour du monde. Sur place, on le surnomme « el loco » (le fou) comme s’en est amusé un ressortissant français installé dans le nord du pays. Il est réputé intransigeant. « Il n’y a pas d’autres alternatives. Avec les kirchneristes c’était un long cauchemar. Je vois les réformes promises du droit du travail, la privatisation, la fin de l’ingérence étatique, la fin des plans sociaux, baisse de 17 % des impôts et la fin des occupations illégales des propriétés privées. », me confiait-il au lendemain de l’élection. À la lumière de ces quelques mesures développées ici, on peut aisément comprendre l’ovni politique qu’il représente et l’espoir qu’il suscite pour la droite, mais qu’en est-il pour la Gauche ?

    À gauche, c’est un tollé. « Dans mon gouvernement, il n’y aura pas de marxisme culturel. Et le ministère de la Femme, je l’éliminerai. Je ne m’excuserai pas d’avoir un pénis. Je n’ai pas à avoir honte d’être un homme blanc, blond, aux yeux bleu clair. », avait-il déclaré lors de la campagne présidentielle. Le Patriarcat, le mal incarné, le mafieux. Javier Milei est climatosceptique, masculiniste et libéral radical comme l’a souligné Olivier Faure, premier secrétaire du Parti Socialiste. On lui reproche aussi des méthodes mafieuses et on s’interroge sur ces intentions. Que va donc devenir l’opposition politique, le droit des communautés LGBT ? Les récentes déclarations du nouveau Président interrogent. « Entre la mafia et l’État, je préfère la mafia. La mafia a des codes, elle tient ses engagements, elle ne ment pas, elle est compétitive. »  Supprimer le peso pour le dollar US, légaliser la vente d’organes, autant de provocations qui auront pu mettre en tension la Gauche au pouvoir et l’opinion publique en Argentine. En effet, la corruption semble gangréner la politique du pays. On se souviendra du scandale Cristina Kirchner qui a fait du bruit jusqu’en France en décembre 2022. Elle a été condamnée à 6 ans de prison et inéligibilité à vie pour fraude et corruption et ce n’est pas un cas isolé. Pourtant, l’ancien président Alberto Fernandez avait exprimé son soutien en dénonçant un système judiciaire mafieux. Il faut croire que les Argentins ont préféré les promesses de Milei tendant à « tronçonner » l’État responsable, selon lui, de tous les maux du pays.

    Alors, d’un point de vue français, qu’en est-il réellement et que va changer la présidence Javier Milei ? Est-il de notre ressort de juger la politique intérieure de l’Argentine ? Le peuple a tranché et il serait inopportun de vouloir s’ingérer dans un pays qui n’est pas le nôtre. Néanmoins, les orientations que semble prendre Javier Milei à l’internationnal, risquent bien de bousculer l’équilibre déjà fragile d’un monde bipolaire. Les BRICS pour l’Argentine, c’est fini et l’axe Washington/UE/Israël se voit renforcé et donc quid de nos intérêts ? Si nos politiques s’évertuent depuis des années à mettre la souveraineté au centre de leurs priorités, c’est bien que nous l’avons bel et bien perdue. Que peut la France sans Bruxelles aujourd’hui ? Que peut Bruxelles sans l’OTAN et que peut l’OTAN sans les États-Unis ? Cela renforce donc la position américaine dans le monde participe au maintien de notre servitude. Et par conséquent à notre incapacité à reprendre notre destin en main. Si l’on part du principe que c’est une bonne chose, alors tout va bien. Néanmoins si l’on est attaché à la maîtrise des flux migratoires, de l’indépendance de la Justice et de l’ensemble de nos politiques sociales, sociétales et économiques cela ne peut-être une bonne nouvelle, car notre souveraineté en sortira un peu plus affaibli. Le nouveau Président argentin annonce qu’il visitera en premier lieu les États-Unis puis Israël. Son attachement pour ce dernier est sans appel : « Je ne vais pas à l’église, je vais à la synagogue. Je ne suis pas un prêtre, je suis un rabbin. J’apprends la Torah. Je suis connu internationalement comme un ami d’Israël. En plus de m’aligner sur les États-Unis et Israël, je souhaite déplacer notre ambassade à Jérusalem. Si je gagne, mon premier voyage sera en Israël. » Le soutien inconditionnel à Israël peut avoir des conséquences évidentes pour notre pays (ce que je développe dans cet article : https://www.breizh-info.com/2023/11/12/226666/les-francais-se-desinteressent-ils-du-conflit-au-proche-orient-lagora/). Et puis, il y a le Milei, homme de Davos et du World Economic Forum dont les projets non dissimulés pour un gouvernement mondial peuvent éveiller chez certains une certaine forme de dégoût.

    Javier Milei est le nouveau Président de la République d’Argentine. Son pays risque de recevoir une thérapie de choc et seul le temps nous dira si l’opération est réussie ou si le patient mourra sur la table d’opération. Il n’est pas question ici de juger le choix d’un peuple souverain, mais de savoir si cette élection à l’autre bout du monde aura des répercussions chez nous. Mais devrions-nous nous poser seulement cette question si la France était Grande, Souveraine et Indépendante ? Dans tous les cas le Président argentin promet de rebattre les cartes de la politique mondiale.

    Pour conclure, et une fois n’est pas coutume, je veux ici donner mon sentiment. Son élection s’apparente plus à un « populisme Davosien » (en référence au forum économique de Davos) qu’à une rupture populaire que l’on est en droit d’attendre pour chaque peuple de la planète. Ce n’est pas le fruit du hasard et les agences de communication américaines ont dû travailler dur pour obtenir ce résultat. Il s’agit peut-être ici d’une reprise en main de Washington sur l’Amérique latine, chasse gardée de l’Oncle Sam depuis la doctrine Monroe. À l’heure de la défiance pour la domination du dollar, cette élection lui était nécessaire. La bipolarité que vit notre monde nous réserve certainement d’autres surprises.

    Pierre d’Herbais

    Crédit photo : DR

    [cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine




    Une histoire canadienne révélatrice

    [Source : partipopulaireducanada.ca]

    Par Maxime Bernier

    Aujourd’hui, je veux vous raconter une histoire.

    Cela remonte à presque vingt ans, à l’époque où j’étais ministre dans le gouvernement Harper.

    Je pense que cela vous donne un aperçu important de la manière dont le gouvernement fonctionne vraiment, de la corruption au sein du Parti conservateur et de l’importance de politiciens courageux et intègres.

    Cette histoire commence en 2006, peu de temps après ma première élection en tant que député de Beauce.

    Harper voulait une bonne représentation du Québec dans son cabinet, alors il m’a nommé, un député novice, ministre de l’Industrie.

    Au début, cela semblait être un rêve devenu réalité !

    Comme vous le savez peut-être, lorsque j’ai commencé en politique, ma principale préoccupation était l’économie. J’étais impatient de réformer l’économie canadienne et de réduire le rôle du gouvernement.

    Mis à part le ministère des Finances, il n’y avait pas beaucoup de portefeuilles mieux adaptés pour atteindre mes objectifs que le ministère de l’Industrie.

    J’étais tellement impatient de travailler pour que notre économie fonctionne pour tous les Canadiens.

    Que j’étais naïf… !

    Rapidement, j’ai réalisé la réalité de mon travail. Je n’étais qu’un pion dans une machine complètement dysfonctionnelle. J’avais peu d’indépendance pour réaliser les réformes que je savais bénéfiques pour les Canadiens.

    Je voulais apporter des changements radicaux. Éliminer les subventions aux entreprises inutiles et destructrices. Réduire réellement la taille du gouvernement, comme des conservateurs sont censés le faire.

    Mais Harper ne voulait pas de ça. Il m’a dit que nous n’avions pas été élus sur ce genre de promesses et qu’éliminer ces subventions pourrait compromettre nos chances de réélection.

    Il n’y avait aucune discussion sur ce qui était réellement le mieux pour notre pays.

    Nous venions de former le gouvernement, et Harper était déjà concentré sur la prochaine élection, pas sur la gouvernance.

    Ce que je pensais être le travail de mes rêves s’est transformé en véritable cauchemar.

    Mon travail se résumait en gros à des séances photo pour annoncer des subventions à différentes entreprises et industries. Je devais rester là et sourire, annoncer des projets que je savais destructeurs et auxquels je ne voulais rien avoir à faire.

    Finalement, j’ai compris que je pouvais déléguer ces séances photo à d’autres députés et ministres impatients de voir leur face dans les médias.

    Ainsi, au moins, je n’avais pas à être là et à faire semblant de sourire pour les caméras.

    J’ai commencé à travailler avec mon équipe pour trouver des moyens de provoquer réellement des changements à l’intérieur des limites étroites de mon rôle de ministre.

    J’ai finalement eu une idée !

    Techniquement, bon nombre des subventions fournies par le gouvernement à des entreprises sont des prêts. On s’attend à ce que ces subventions soient remboursées au gouvernement, mais cela se produit rarement, voire jamais.

    Mon plan était de publier publiquement ces prêts, le montant, les échéanciers et les noms des entreprises, en particulier celles du secteur aérospatial.

    J’ai appelé cela « Nommer et blâmer ». J’espérais que rendre ces détails publics augmenterait la pression sur ces entreprises pour qu’elles remboursent réellement leurs prêts.

    Les bureaucrates non élus du ministère de l’Industrie s’y sont immédiatement opposés. Ils m’ont dit que c’était une violation de nos contrats avec ces entreprises.

    Mais je n’étais pas prêt à abandonner. J’ai apporté les contrats à un avocat que je connaissais personnellement pour avoir un deuxième avis. Il a confirmé ce que je pensais depuis le début, qu’il n’y avait aucun problème à rendre ces détails publics.

    C’est exactement ce que nous avons fait !

    Nous avons créé une page Web simple avec tous ces détails pour que les Canadiens puissent mieux comprendre comment leur argent était dépensé et que ces entreprises ressentent la pression de rembourser leurs prêts.

    Ce fut un grand succès !

    Ce n’était pas ma seule réalisation en tant que ministre de l’Industrie. J’ai également réussi à déréglementer énergiquement certaines parties de notre secteur des télécommunications excessivement bureaucratisé, malgré l’opposition des bureaucrates d’Industrie Canada et du CRTC, d’autres ministres et même du bureau du Premier ministre.

    À cause de ces réalisations, le professeur Richard J. Schultz de l’Université McGill m’a qualifié de « meilleur ministre de l’Industrie des 30 dernières années, sans conteste ».

    James Cowan du magazine Canadian Business a qualifié mon mandat de « l’âge d’or » de la politique commerciale canadienne.

    Mais ce n’était pas suffisant pour demeurer en poste. Ma campagne « Nommer et blâmer » et mes efforts de déréglementation avaient déplu à trop de gens.

    Peu de temps après, Harper m’a nommé ministre des Affaires étrangères. Cela a été largement perçu comme une promotion, mais ceux qui étaient dans les coulisses du pouvoir savaient que ce n’était pas le cas.

    Harper voulait que je me promène à l’extérieur du pays et que je sois sous son contrôle, et il n’y avait pas de meilleur ministère pour accomplir cela que les Affaires étrangères. J’étais essentiellement la porte-parole du gouvernement canadien dans d’autres pays.

    Le lendemain de mon départ du ministère de l’Industrie, la page Web de « Nommer et blâmer » a disparu. Comme si elle n’avait jamais existé.

    C’était ma première expérience de la réalité du fonctionnement du gouvernement, et de la manière dont le Parti conservateur fonctionne vraiment.

    J’ai appris deux choses :

    1. Le gouvernement est rempli de bureaucrates non élus qui ont beaucoup trop d’influence sur les choix politiques. Ils forment ce que certains appellent l’« État profond ». Ils essaient de mettre des bâtons dans les roues des bonnes idées qui menacent leur pouvoir et de maintenir le statu quo. Nous avons besoin de politiciens élus forts pour leur résister et accomplir des choses.
    2. Le Parti conservateur ne se soucie que d’une chose : le pouvoir. Ils ne se soucient pas de réformer le pays pour le mieux. Ils veulent simplement éviter la controverse et rester en contrôle sans réellement résoudre les problèmes qui touchent les Canadiens.

    Je ne le savais pas à l’époque, mais c’était le début de ma conception du PPC.

    Je veux remplir le Parlement de députés forts prêts à résister aux bureaucrates non élus de l’État profond. Des députés qui ne craignent pas de froisser des plumes et de perturber le statu quo.

    Qui sont prêts à commencer à PRIORISER le Canada et les Canadiens.

    Vous pouvez m’aider à atteindre cet objectif avec un don de 10 $ aujourd’hui !

    Merci pour votre appui,
    – Maxime

    P.S.: Si vous avez des difficultés à trouver l’endroit où vous pouvez faire un don, cliquez simplement sur ce lien : https://www.partipopulaireducanada.ca/donnez-cc




    « Le maître de ce monde et l’impression abondante de fausse monnaie »

    Discours d’Angelo Karageorgos
    Moldavie, Chisinau 2023

    L’Agenda 21 de l’ONU et la grande réinitialisation

    Notre prochain orateur est Angelos Karageorgos. Il est présent ici en Moldavie. C’est un blogueur, activiste antimondialiste de Grèce et son discours s’intitule « Le maître de ce monde et l’impression abondante de fausse monnaie »

    Je salue donc tout le monde et je suis très reconnaissant, tout d’abord, pour cet événement. Je vous remercie tous d’être présents et je vous remercie pour cette organisation. Je vous suis très reconnaissant car, comme vous le savez, à l’heure actuelle, ce type d’événement n’est pas très courant, il n’y a pas de ressources et nous sommes poursuivis par tout le monde. C’est une chose courante ces dernières années, car jusqu’en 2020, on pouvait dire que la situation était un peu différente. À cette époque, il était peut-être difficile d’expliquer aux gens que quelque chose n’allait pas dans l’humanité. Mais en 2020, les choses ont radicalement changé. Nous sommes arrivés à un point où il était clair comme de l’eau de roche que quelque chose n’allait pas du tout. Tout le monde, toutes les institutions, littéralement toutes les institutions, se sont mises au diapason. Tous ces dirigeants immatures qui, par le passé, avaient l’habitude de se battre les uns contre les autres et ne parvenaient pas à se connecter et à trouver un accord, se sont soudain mis sur la même longueur d’onde. On peut donc dire que les masques sont vraiment tombés à ce moment-là. Et nous avons vu qu’ils suivaient exactement les mêmes directions. C’est à ce moment-là qu’ils nous ont dit de porter des masques. Et c’est à ce moment-là qu’ils ont ironiquement fait tomber les leurs ! C’est à ce moment-là qu’il est apparu clairement que les choses n’étaient pas telles qu’ils les décrivaient. Ils ont forcé les gens à subir ces fausses injections qui modifiaient génétiquement notre ADN, ce qui était extrêmement important.

    Après cela, nous avons continué et avant même que la poussière ne soit sur le point de retomber, une autre chose s’est produite en 2022. Il s’agit de la guerre en Ukraine. À l’époque, nous étions censés croire que cela s’était produit par accident. Et les dirigeants européens, les années précédentes, ne savaient pas qu’il pouvait y avoir un problème avec Poutine. Nous sommes donc devenus très dépendants de son énergie et il semble que nous ayons eu cette crise énergétique et cette crise alimentaire. Nous sommes donc censés croire que ces crises se sont produites par accident et que nous devions les accepter.

    Mais si nous pensons directement à la bouche du cheval, Klaus Schwab, du Forum Économique Mondial, a dit que cette crise, en particulier celle de la Covid, était une excellente occasion de mettre en œuvre la Grande Réinitialisation. Et en même temps, si nous pensons à la dialectique hégélienne qui est Problème-Réaction-Solution, nous pouvons arriver à une meilleure compréhension de ce qui se passe dans le monde. Nous sommes donc censés croire que ces crises surviennent par accident, mais comment peuvent-elles survenir par accident alors que, d’une part, nous disposons d’une technologie de pointe, de satellites, de technologies numériques et que, d’autre part, de nombreuses personnes n’ont pas de quoi manger ou qu’il y a un problème, que nous ne pouvons même pas allumer nos ampoules à la maison. Je pense que cela prouve que quelque chose n’est pas exactement comme ils le décrivent et pour moi, c’est une preuve claire comme de l’eau de roche.

    Dans le même temps, nous assistons à la création des BRICS. Les BRICS sont censés être un pôle différent, l’autre côté, qui essaie de créer une humanité libre. Mais ce n’est pas ce qu’ils font, car d’après leurs propres mots, ils suivent toutes les directives des Nations unies. Et à chaque fois qu’ils parlent, c’est ce qu’ils disent, à propos du développement durable et de tous les mots que nous avons été habitués à entendre tout le temps. Ce n’est donc qu’un moyen de mettre un terme à ce qu’ils appelaient auparavant le libéralisme et à la puissance des États-Unis qui promouvaient le capitalisme. Mais il s’agissait d’un faux libéralisme, car la seule chose qui comptait vraiment était que les grandes entreprises deviennent plus grandes et atteignent le point où très peu d’entre elles possèdent toutes les ressources. Ils nous ont donc dit que nous pourrions peut-être créer un magasin et être indépendants. Mais en réalité, ils ne faisaient que laisser les grandes entreprises devenir énormes. Aujourd’hui, cela doit cesser et le monde doit devenir la Chine. Et c’est là qu’interviennent les BRICS ; c’est ce que nous voyons.

    Lorsque nous disons que le monde doit devenir la Chine, cela signifie que nous devons mettre en œuvre les systèmes de la Chine. Klaus Schwab appelle cela le capitalisme des parties prenantes. Ce capitalisme des parties prenantes signifie que la plupart des ressources du monde — toutes — seront entre les mains de ces quelques entreprises, créant ainsi un type de capitalisme, un type de communisme, mais au lieu d’avoir un leader, le gouvernement, nous aurons très peu de leaders qui seront ces entreprises. Par conséquent, nous arrivons à un point où la grande numérisation et la technologie vont beaucoup nous aider dans ce domaine, je le crains, et nous allons clairement dans cette direction.

    Lorsque nous examinons ces choses, que nous les décrivons et que nous essayons de les analyser, nous pouvons nous demander « comment ils parviennent à avoir ce pouvoir ». Ces grandes entreprises ont simplement réalisé de gros bénéfices parce qu’elles sont de très bons hommes d’affaires et qu’elles gèrent très bien leurs affaires ? Je ne pense pas que ce soit vrai, car nous voyons de nombreuses entreprises qui ne font pas de bénéfices, qui sont constamment en perte et qui peuvent encore contracter des emprunts. Pourquoi en est-il ainsi ? Les banques ne se soucient-elles pas de faire des bénéfices ? Elles s’en moquent. Parce que les banques centrales créent de l’argent à partir de rien. La FED, la Banque européenne et toutes les banques centrales créent de l’argent à partir de rien. Elles peuvent simplement l’imprimer ou écrire les chiffres dans un ordinateur. Telle est la réalité. Elles peuvent imprimer autant qu’elles le souhaitent. Et elles peuvent affamer ceux qu’elles doivent affamer, et elles peuvent pousser autant d’argent qu’elles le souhaitent vers ceux qui mettent en œuvre l’agenda 2030. C’est ce qui se passe et c’est pourquoi ils ont ce pouvoir énorme et peuvent faire ce qu’ils veulent.

    Puisque nous l’avons dit clairement, je crois que c’est ainsi que fonctionne le système. Tous les programmes qu’ils peuvent avoir, la Covid, les investissements, même la Chine, ont été créés par des capitaux en provenance des États-Unis. Mais cela n’a rien à voir avec les États-Unis. Il s’agit des banquiers qui impriment de l’argent, qui l’ont sorti des États-Unis et qui ont construit la Chine. Ils y ont investi beaucoup d’argent. Si nous continuons à penser comme nous l’avons fait depuis que nous avons établi cela, nous devons nous demander qui est derrière tout cela. Qui pourrait être derrière tout cela ? Les oligarques ? Les banquiers ? Les hommes d’affaires ? L’Humanité a-t-elle jamais été libre ? Si nous regardons l’histoire, l’Humanité n’a jamais été libre. L’Humanité a toujours souffert. Aujourd’hui, nous pouvons parler des Rothchild, des Rockfeller, mais avant eux, il y avait le Pape. Avant eux, il y avait Babylone. Avant eux, il y avait l’Égypte. Comment pouvons-nous dire que les élites ne font que cela maintenant et que les élites sont derrière tout ? Ce n’est pas le cas. La personne qui est derrière tout a été mentionnée exactement par notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, lorsqu’il a dit dans l’Évangile de Jean que le dirigeant de ce monde a été jugé. Il l’a appelé Satan. Il a également dit que je peux vous dire beaucoup d’autres choses, mais que vous ne pourrez pas comprendre. Le moment est venu de comprendre.

    Tout, depuis 2020, a été révélé. Et nous savons qui est derrière tout, car nous avons toutes les preuves. Et il n’est qu’un seul ; et toutes les élites de tous les siècles n’étaient que des marionnettes. Et celles qui jouent à se battre les unes contre les autres ne sont que des pièces du même jeu. Nous avons donc un joueur d’échecs qui est le maître de ce monde, Satan, et il joue aux échecs avec les Blancs et les Noirs. Et ils sont utilisés comme une distraction pour que nous choisissions notre camp sans vraiment comprendre qu’ils sont simplement manipulés pour créer des crises afin que l’ordre du jour puisse aller plus loin.

    Par exemple, en Ukraine, ils ont créé une crise alimentaire et énergétique dont nous avons dit qu’elle n’avait pas de sens puisqu’ils disposent de tant de milliards pour investir où bon leur semble. Ils ont cette technologie, mais en même temps, nous avons dit que nous ne pouvions pas allumer la lumière chez nous. Puisque maintenant, nous avons établi que le dirigeant de ce monde est au-delà du niveau physique, nous avons suffisamment de preuves pour comprendre que le combat est spirituel, qu’il est au-delà du niveau physique. Ainsi, ce qu’il nous faut mieux comprendre maintenant, c’est ce que nous pouvons faire à ce sujet. Car nous savons maintenant qui est contre nous. Nous savons qui est notre ennemi. C’est notre ennemi extérieur et il est très important de comprendre exactement son mode de fonctionnement et c’est ce que nous analysons. Il crée des crises, comme nous l’a dit Klaus Schwab ; comme nous l’avons dit, les crises sont une grande opportunité, le problème — la réaction — la solution. Ces crises sont donc le moyen de faire avancer l’agenda. Puisque nous comprenons cela, nous sommes prêts à nous protéger parce que nous voyons les choses clairement. Et nous savons que, depuis le début de notre vie, depuis notre premier souffle, il a mis en nous toutes ces calomnies, il a mis dans nos esprits des choses erronées. Il ne nous a pas expliqué et il nous a appris à être égoïstes. Il nous a appris à avoir peur. Il nous a appris à ne pas croire au bien et à essayer de combattre les autres parce que la vie est dure et difficile et que nous devons être méchants.

    Et toutes les idées que vous pouvez clairement voir sont si différentes de ce que Jésus-Christ nous a enseigné, de Sa Parole. Par conséquent, nous comprenons maintenant que notre combat spirituel est ce que nous allons faire à l’intérieur de nous. C’est l’autre point. Parce que, d’accord, nous savons qui est le Maître de ce monde et nous savons ce qu’il fait. Mais qu’allons-nous faire à ce sujet ? Nous devons éteindre en nous tout ce qu’il a mis en nous. Nous devons regarder clairement en nous parce qu’au moment où nous pouvons dire « je suis » et nous regarder, nous pouvons changer. Et nous pouvons tout voir, petit à petit, parce qu’il s’agit d’un niveau subconscient, et la propagande est partout. Partout il y a des mensonges.

    Nous pouvons donc regarder profondément en nous et commencer à comprendre les différences entre la Parole du Seigneur et ce que nous a enseigné le maître de ce monde, qui a été jugé et dont l’heure est venue. Car tout, je le répète, est venu à la lumière, et c’est une grande occasion maintenant de le voir. Alors, ce qui est important pour nous, c’est de se demander, comme je l’ai dit : qu’allons-nous faire ? Quelle est la chose la plus importante à faire ? La chose la plus importante à faire est de sauver notre âme. La chose la plus importante à faire est de regarder à l’intérieur de nous et de voir ce qu’on nous a enseigné par erreur. Regarder nos pensées et voir si elles sont tournées vers l’amour ou si elles sont tournées vers nous-mêmes, vers la satisfaction de nos seuls besoins. Regardons-nous profondément et comprenons où nous nous sommes trompés. Que pouvons-nous changer ? Quelles sont les pensées, les émotions, les actions que nous faisons et qui ne servent qu’à notre épanouissement ? Et elles ne sont pas pour le bien des autres. C’est là l’énorme différence. C’est la voie à suivre. L’idée est donc que le combat [se traduit par] : quoi qu’ils puissent nous faire, ils peuvent faire ce qu’ils veulent ; ils peuvent faire ce qu’ils veulent, mais Dieu nous a donné le libre arbitre. Dans notre esprit, nous pouvons toujours choisir. Dans nos prédispositions, nous pouvons toujours choisir. Et ce choix ne peut jamais être pris.

    Il s’agit donc de choisir réellement. À tout moment, il faut se regarder et savoir. Parce que beaucoup de choses sont à un niveau subconscient, beaucoup de choses ont été des habitudes et la plupart d’entre elles ne peuvent même pas être vues parce que nous avons été habitués à cela. Mais si nous mettons en nous la prédisposition à regarder de l’extérieur, à nous observer et à être capables de changer, l’obscurité est tout autour. L’obscurité est partout et nous y sommes habitués. Et nous nous sommes sentis si mal à ce sujet, nous avons eu tant de mauvaises expériences. N’est-ce pas maintenant la meilleure occasion, alors que l’obscurité est claire comme de l’eau de roche et que notre motivation est au plus haut niveau, parce que l’obscurité est si grande, d’aller du côté opposé ?

    Lorsque nous voyons la clarté et les qualités du Maître de ce monde, n’est-il pas clair comme de l’eau de roche de savoir quelle est la bonne direction à prendre ? Quelle est la voie à suivre et quelle est son importance ? Utilisons-le. Utilisons ce qu’ils font, utilisons ce qu’ils disent comme une grande opportunité d’aller à l’encontre de cela, de ne pas les accepter et de prendre une direction différente en tant que personnes. Je pense que c’est la chose la plus importante. Et comme nous sommes revêtus de la Parole de Jésus-Christ, nous ne pouvons jamais avoir peur. Et nous pouvons toujours savoir que nous libérer et sauver nos âmes à la fin est une question de choix. Et quoi qu’ils fassent, je le répète, cela n’a pas vraiment d’importance parce qu’à la fin, c’est nous qui choisissons ce que nous allons faire.

    Prenons donc ces choses très au sérieux, réfléchissons-y très profondément. Et je crois qu’indépendamment de ce qui se passe, nous avons le choix. Et nous pouvons faire tout ce qui est nécessaire. Et à tout moment, même lorsque nous faisons quelque chose à l’extérieur, en ayant toujours cette prédisposition, cela peut toujours avoir une bénédiction. J’en suis sûr, les opportunités et les chances dans nos vies deviendront de plus en plus grandes. Et Dieu nous aidera toujours, tant que nous essaierons d’être en contact avec Lui. Merci beaucoup.

    Merci beaucoup, Angelos, pour ce discours impressionnant. Vraiment.






    L’opération COVID est-elle une guerre contre la réalité ?

    [Source : Le CEP]

    La crise Covid a-t-elle été « une arnaque au comptage » qui a permis de soutenir une guerre contre la réalité ?
    [Vidéo reprise sur Odysee ici]

    Statisticien professionnel, Pierre Chaillot présente ici le travail de collecte et d’analyse statistique qu’il a réalisé et synthétisé dans son ouvrage « Covid 19, ce que révèlent les chiffres officiels », et dans lequel il démontre avec brio la façon dont les autorités ont utilisé les chiffres pour manufacturer la « crise COVID ».

    0:00 Le CEP
    00:24 — Introduction
    02:43 — Un mot sur la statistique
    03:42 — Plan général
    05:10 — La mortalité pendant la pandémie
    18:28 — La construction du mythe : Séquençage, tests, grippes
    41:56 — La légende de l’efficacité du V.
    01:05:43 — La réalité des effets indésirables
    01:22:37 — Conclusion
    01:25:08 — Questions du public

    Vous pouvez vous procurer l’ouvrage de Pierre Chaillot sur le site de la Librairie Française : http://www.librairiefrancaise.fr/fr/sante/11491-covid-19-ce-que-revelent-les-chiffres-officiels-pierre-chaillot-9782810011520.html

    Retrouvez les activités et les articles du CEP sur notre site : le-cep.org
    Abonnez-vous à la revue trimestrielle du Cep : https://le-cep.org/produit/abonnement-annuel/




    Peter Koenig et Reiner Fuellmich sur l’état et l’avenir du monde

    [Source : Ciel Voilé]






    Pierre de Gaulle s’est entretenu avec le président russe, et Vladimir Poutine a ouvert la porte à une candidature française au sein des BRICS

    [Source : lemediaen442.fr]

    Le 17 novembre 2023, Pierre De Gaulle, membre du Mouvement International Russophile (MIR), a participé à la session plénière du IXe Forum Culturel International de Saint-Pétersbourg, soulevant des questions cruciales sur la coopération entre la France et les BRICS.

    Pierre De Gaulle, petit-fils du célèbre général de Gaulle, a pris la parole lors du Forum Culturel International de Saint-Pétersbourg. Au cours de son intervention, De Gaulle a souligné l’importance de la culture, de la science et du progrès pour unir les peuples au-delà des intérêts politiques. Il a proposé l’idée audacieuse d’une représentation diplomatique des BRICS au sein de structures interethniques reconnues, permettant la participation de tous les pays, y compris ceux de l’Union européenne.

    En réponse, le président russe Vladimir Poutine a salué les efforts de De Gaulle pour rapprocher la France et la Russie. Poutine s’est dit très ému de converser avec un descendant direct du Général de Gaulle. Il a partagé son interprétation des événements en Europe, évoquant le parallèle entre les approches du maréchal Pétain et du général de Gaulle, soulignant le soutien continu de la Russie à la position du général de Gaulle.

    Sur la question de la participation de la France aux BRICS, Poutine a ouvert la porte à une candidature française, soulignant la présidence russe des BRICS l’année suivante.

    Cette intervention de Pierre de Gaulle ouvre des perspectives nouvelles sur les relations franco-russes et les dynamiques au sein des BRICS, suscitant l’attention et les réactions dans le monde diplomatique.




    Expliquer l’effet nocebo, la contagion émotionnelle et l’hystérie collective

    [Source : epochtimes.fr]

    Par Steve Templeton

    Au début de la pandémie, il était difficile de comprendre pourquoi tant de gens agissaient de manière aussi irrationnelle et autodestructrice. Je suis immunologiste spécialisé dans les maladies infectieuses, et c’est à partir de ce moment-là que j’ai décidé de me plonger dans l’étude la psychologie humaine. Il existe de nombreuses publications éclairantes et le sujet est fascinant, ce qui, je crois, se reflète dans mon livre (en particulier dans les chapitres 5 et 7). Au début de l’année, j’ai eu la chance de discuter avec le célèbre psychologue Jordan Peterson sur la réponse psychologique face à la pandémie (entre autres sujets).

    Ce qui suit est adapté au chapitre 5 de mon livre Fear of a Microbial Planet : How a Germophobic Safety Culture Makes Us Less Safe (ndt. La peur d’une planète microbienne : comment une culture sécuritaire germophobe nous rend plus vulnérables).

    L’effet nocebo

    Les images sanglantes et les descriptions réalistes des symptômes et des pathologies des maladies infectieuses, telles qu’elles m’étaient présentées quand j’étais en première année de médecine, ont parfois un effet intéressant sur les étudiants. Je me souviens d’un cours de microbiologie médicale de premier cycle :

    Le professeur : « Et l’apparition des symptômes de cette infection particulièrement désagréable se caractérise par une raideur de la nuque et… »

    Moi : (Je commence à me frotter la nuque).

    C’est ce qu’on appelle l’effet nocebo, où l’attente ou la suggestion d’un symptôme peut provoquer son apparition ou son aggravation. C’est l’opposé catégorique de l’effet placebo, où l’attente d’une amélioration des symptômes conduit les sujets à déclarer qu’ils se sont effectivement améliorés, même en l’absence de traitement réel.

    Dans certains cas, le développement de tels symptômes peut s’avérer très grave. Une étude publiée en 2007 a rapporté le cas d’un homme ayant fait une overdose d’antidépresseur après une dispute avec sa petite amie, avalant les 29 pilules qui lui avaient été données dans le cadre de l’étude. Transporté d’urgence à l’hôpital, sa tension artérielle extrêmement basse, 80/40 et son rythme cardiaque élevé, 110 battements/minute. Les médecins et les infirmières l’ont gavé de sérum physiologique et ont réussi à faire remonter sa tension artérielle à 100/62.

    Mais le médecin qui est vraiment parvenu à le sortir de là est celui qui lui a dit que les pilules qu’il avait avalées étaient en fait des placebos et ne contenaient aucun médicament. Il faisait partie du groupe de contrôle ! En l’espace de quinze minutes, la tension artérielle et le rythme cardiaque de l’homme sont redevenus normaux.

    Ce n’est pas le surdosage d’un placebo qui a failli le tuer, mais le simple fait de penser qu’il allait mourir. C’est le cas des effets placebo et nocebo : la libération de β-endorphine (en plus de la dopamine) induit l’analgésie dans le premier cas, et est contrecarrée par la cholécystokinine (CCK) dans le second.

    En d’autres termes, les effets placebo et nocebo peuvent être directement mesurés selon les niveaux de libération neurochimique et peuvent être bloqués par des médicaments spécifiques. Un excellent exemple de libération neurochimique de l’effet placebo est celui des patients atteints de la maladie de Parkinson, chez qui le traitement par placebo peut se traduire par une amélioration de la mobilité.

    Une étude historique de 2001 a montré que le traitement par placebo chez les patients atteints de Parkinson entraînait une libération de dopamine dans de multiples zones du cerveau. En d’autres termes, le fait de s’attendre à ce qu’un traitement entraîne une amélioration (placebo) ou une aggravation de la douleur ou des symptômes de la maladie (nocebo) joue son rôle.

    Malheureusement, le pouvoir de cette croyance peut avoir des effets mentaux et physiologiques profondément négatifs, tant au niveau individuel que collectif. Au niveau du groupe, l’effet nocebo est particulièrement puissant chez les germophobes, et peut rapidement contaminer les autres, tout comme la transmission d’un virus hautement contagieux.

    [Note de Joseph :
    Lorsque les gens réaliseront massivement que l’hypothèse virale et la théorie plus générale des germes ont été scientifiquement réfutées il y a des décennies et que les maladies ne sont ni causées par des virus pathogènes (jamais effectivement isolés) ni par de méchantes bactéries, mais par d’autres causes (chimiques, physiques, vitales, électromagnétiques, émotionnelles, mentales…), ils seront bien moins souvent malades.
    Voir le dossier Vaccins et virus.]

    L’hystérie collective

    En 2006, au Portugal, le pays a connu une épidémie inquiétante. Des centaines d’adolescents ont contracté une maladie mystérieuse avec éruptions cutanées, vertiges et difficultés respiratoires. Pourtant, il n’y a pas eu d’exposition collective à un produit chimique ou d’infection par un virus. Le seul point commun que les enquêteurs ont pu mettre en évidence est un feuilleton pour adolescents, intitulé Morangos com Açúcar ou Fraises au sucre. Juste avant l’épidémie proprement dite, la série en avait présenté une fictive, dans laquelle les personnages étaient atteints d’une grave maladie causée par un mystérieux virus.

    Mais dans la vraie vie, les étudiants ne faisaient pas semblant et ne cherchaient pas à échapper aux examens. Ils croyaient vraiment être malades et souffraient en réalité d’une maladie psychogène de masse, également appelée hystérie collective.

    En 2018, sur un vol d’Emirates Airlines reliant Dubaï à New York, 100 passagers ont déclaré s’être sentis malades après avoir observé d’autres personnes présentant des symptômes grippaux. Face à la panique, l’ensemble du vol a été mis en quarantaine après son atterrissage à New York. Même la présence du rappeur des années 90 Vanilla Ice sur le vol n’a pas suffi à calmer la panique. Les enquêteurs ont ensuite déterminé que seuls quelques passagers étaient atteints de la grippe saisonnière ou d’un simple rhume. Tous les autres ont souffert d’hystérie collective.

    Historiquement, les lieux où un grand nombre de personnes sont confinées dans des espaces restreints et dans des conditions stressantes sont considérés comme les endroits les plus propices aux épidémies ; les couvents, les usines et les pensionnats sont souvent au centre de ces incidents. Tout au long de l’histoire, l’hystérie collective a été largement associée à des groupes de femmes ou d’adolescentes (environ 99 % de tous les incidents). En fait, le terme « hystérie » est dérivé du mot grec ancien hystera, qui signifie « de l’utérus ».

    Les incidents commencent généralement par un événement déclencheur, comme dans le cas de l’épidémie fictive de Fraises au sucre, mais il s’agit le plus souvent d’une personne qui signale un événement mystérieux. Souvent, un goût inconnu, une odeur nauséabonde ou des émanations sont incriminés, ou parfois une autre personne présentant des symptômes est considérée comme porteuse d’une maladie contagieuse. Très rapidement, plusieurs personnes sont touchées, et la maladie peut se propager pendant des jours, voire des semaines, par vagues successives, et aucune enquête ne permet de déceler de cause évidente.

    Peu après les attentats terroristes du 11 septembre 2001, cinq lettres contenant des spores d’anthrax ont été envoyées à des sénateurs et à des médias, tuant cinq personnes et en infectant 17 autres. À la suite de ces attaques, la menace du terrorisme biologique a fait la une de la plupart des journaux et a été couverte à plusieurs reprises par tous les grands programmes d’information.

    La peur et l’anxiété suscitées par le risque de dissémination d’agents biologiques invisibles de destruction massive dans l’ensemble de la population constituent une source majeure d’hystérie collective. Plus de 2000 fausses alertes à l’anthrax ont été signalées aux États-Unis suite aux premiers envois. Lorsque Bruce Ivins, chercheur sur l’anthrax, s’est suicidé dans des circonstances suspectes, le FBI a fait une déclaration dans laquelle ils ont expliqué que cette personne était probablement le seul auteur des lettres, et la peur collective du bioterrorisme s’est apaisée.

    L’un des ingrédients clés de l’hystérie collective repose sur le phénomène de contagion émotionnelle, qui se résume à peu près à cela : les personnes proches les unes des autres ont tendance à partager des comportements et des émotions. Ce phénomène peut commencer par la tendance inconsciente des gens à imiter les expressions faciales ou les postures des autres, ce qui produit alors des émotions similaires au sein d’un groupe.

    Ce mimétisme a été démontré expérimentalement : les personnes exposées à des situations ont tendance à afficher des expressions et des postures et à signaler des niveaux d’anxiété similaires à ceux des acteurs présents dans la même pièce, même si leur comportement ne correspondait pas aux circonstances ou à la « condition de menace » expérimentale.

    La contagion émotionnelle et le risque d’hystérie de masse sont accentués par Internet et les réseaux sociaux. Les personnes déjà sensibles à la contagion émotionnelle sont souvent les mêmes que celles qui ont été les plus touchées par des contenus sensationnels en ligne évoquant une menace de pandémie et qui ont donc souffert davantage de dépression, d’anxiété, de stress et de symptômes de trouble obsessionnel-compulsif.

    Pire encore, de nombreuses personnes ont abandonné leurs réseaux sociaux traditionnels (famille et communauté locale) au profit de réseaux virtuels en ligne, ce qui peut permettre aux personnes déjà sujettes à l’anxiété de rencontrer d’autres personnes partageant les mêmes idées, créant ainsi des réseaux propices à la contagion émotionnelle.

    Ce phénomène est similaire au fait de consommer beaucoup d’articles sensationnels, qui sont associés à des niveaux accrus d’anxiété publique.

    Qu’est-ce qui peut briser la chaîne de contagion émotionnelle et le risque d’hystérie collective ? L’une des possibilités est de s’exposer à un groupe communautaire dont les perspectives sont différentes, bien que cela puisse tout aussi bien aboutir à un rejet complet ou à une « mise à l’écart » entraînant un conflit entre les groupes. Une autre possibilité est que le groupe hystérique fasse l’expérience de ce qu’il craint le plus, à savoir une infection par un virus pandémique. Si le groupe a complètement surestimé le risque de maladie grave et de décès lié au virus, le fait de connaître une infection bénigne apportera la seule preuve dont ils ont besoin.

    Même quand la maladie elle-même n’est pas bénigne, une vague pandémique réelle qui traverse une population tend à réduire le stress et l’anxiété au niveau local et à concentrer les gens sur un objectif unique. C’est ce que l’on appelle « l’effet œil de typhon ». Lors des épidémies de SRAS, les personnes les plus proches de la pandémie étaient moins anxieuses et plus à même d’évaluer avec précision leurs propres risques. À l’inverse, les personnes qui se trouvent à la périphérie ou en dehors des épidémies et qui ont reçu leurs informations des médias plutôt que de leur expérience personnelle ont fait état d’une anxiété et d’une détresse accrues. Il n’y a rien de plus efficace que de voir ses peurs irrationnelles démenties de première main.




    « Émeutes » du Capitole : l’incroyable manipulation éclate !

    [Source : FLORIAN PHILIPPOT]




    La fraude qu’est la virologie expliquée en 19 minutes

    [Source : LeLibrePenseur.org via Profession Gendarme]

    [Note de Joseph : en préambule, voici ci-après une petite présentation tirée d’un récent courriel écrit à destination d’une doctoresse pour répondre à une vidéo sur le virus du singe.

    Le prétendu virus du singe n’a pas plus été réellement isolé que les autres prétendus virus pathogènes.

    Les séquences génétiques prétendument virales contenues dans les banques informatiques de gènes ne sont que des séquences illusoires, obtenues suite à une mauvaise recette de cuisine (nommée « culture virale ») qui contient un mélange de cellules (celles de soi-disant « culture » — souvent des cellules VERO provenant de rein de singe vert —, celles d’embryon de bœuf, et divers composants génétiques en provenance des tissus prétendument infectés et qui peuvent aussi contenir n’importe quoi présent dans l’environnement de la personne chez qui ces tissus ont été prélevés, comme des cellules d’animaux domestiques) et différentes substances toxiques.

    De cette soupe on ne sort aucun virus réellement isolé, purifié et caractérisé chimiquement, mais on prélève, suite à une centrifugation, des bouts de tissus ou de cellules dont la densité correspond à celle du supposé virus. Et cerise sur le gâteau, à partir de ce méli-mélo génétique on procède au final à un séquençage informatique qui n’est qu’une moulinette logicielle tournée suffisamment longtemps pour arriver à reconstituer un puzzle génétique par collage de bouts de chaînes génétiques de plusieurs dizaines de codons, par invention des parties manquantes et par rabotage ou moyennage des parties qui ne collent pas bien pour les forcer à se raccorder et à coller au modèle génétique du supposé virus cherché dans la soupe. De plus, le modèle génétique viral est lui-même le résultat d’une opération similaire.

    Quand par une telle méthode informatique on reconstitue un pourcentage suffisant du puzzle (par exemple 99,7 %) on déclare avoir trouvé le virus cherché. Si le pourcentage est un peu trop bas, on déclare que l’on a découvert un « variant » du virus. On est dans la même logique que dans l’exemple suivant :

    On cherche le roman Germinal de Zola dans une bibliothèque contenant 10 000 livres. Pour cela on coupe les romans en morceaux pour en analyser les phrases (équivalent de bouts de code génétique, le livre lui-même étant le code génétique complet d’un virus qui serait effectivement isolé). On donne les millions de bouts de papier à un robot pour qu’il reconstitue le roman Germinal à partir du modèle présent dans la bibliothèque virtuelle logicielle. Étant plus rapide qu’un être humain, à partir d’un certain nombre d’heures, il finit par arriver à recoller les morceaux de papier déchirés et à rafistoler tant bien que mal 99,7 % du roman cherché, ceci en ajoutant des mots manquants et d’autres fois en rabotant des parties un peu trop grosses pour bien entrer dans les trous. Alors le robot déclare avoir trouvé Germinal dans la bibliothèque réelle. Pourtant, ce roman pourrait ne pas être présent dans la liste des ouvrages répertoriés et à aucun moment on ne s’en est assuré.

    À aucun moment les virologues n’effectuent les indispensables expériences de contrôle comme celle qui consiste à pratiquer la « culture virale » sans tissus prétendument infectés. Quand on fait une telle expérience (ce qu’a réalisé Stefan Lanka), on obtient exactement le même résultat sur les cellules de prétendue culture : elles meurent pareillement en délivrant des exosomes pris pour des virus pathogènes, alors qu’il n’y a aucun tissu en provenance d’un être humain. Elles meurent simplement et principalement à cause des poisons présents dans la soupe.

    Les virologues recourent à des raisonnements circulaires tels que le suivant. Ils supposent notamment la présence d’un virus dans le tissu supposément « infecté », obtiennent la mort des cellules de culture, et en déduisent que c’est ce virus qui a tué ces cellules. S’ils faisaient l’expérience de contrôle mentionnée ci-dessus, ils obtiendraient exactement la même mort des cellules de culture et pourraient ainsi constater que cette mort n’est pas due à la présence d’un supposé virus. Ils ont inventé les tests de supposés « anticorps » parce qu’ils ne parvenaient pas à trouver des virus chez les personnes malades qui pourtant d’après leur théorie devraient être envahies de virus. La présence de ces supposés « anticorps » était alors pour eux la preuve (indirecte) de la présence du virus chez le malade.

    Quant aux tests PCR, ils ne font que multiplier des chaînes génétiques non spécifiques (n’appartenant pas à un virus réellement isolé et purifié), en introduisant des erreurs à chaque cycle d’amplification. Et au final, on y cherche seulement des « amorces » supposées spécifiques au virus.

    Les virologues ne sont jamais parvenus à trouver Germinal (un virus pathogène donné, n’importe lequel) dans leur bibliothèque (chez un être humain ou un animal) et ils ont donc inventé des méthodes pour prétendre qu’il existait quand même. Alors que la virologie a été scientifiquement réfutée il y a près de 70 ans ! Les maladies dites « virales » ne sont jamais produites par des virus pathogènes, mais par d’autres causes. Dans la plupart des cas, y compris pour la grippe, il n’existe qu’une contagion apparente, les gens étant exposés à des causes communes (notamment le retour du froid) et aucune expérience scientifiquement valide n’a pu démontrer la moindre contagion naturelle à partir de personnes ou de matériel supposément infectés.

    Le dossier Vaccins et virus contient des informations complémentaires sous diverses formes, dont Un adieu à la virologie.

    Un des arguments qu’opposent les gens crédules de l’hypothèse virale est celui des labos P4 et des armes bactériologiques. Une réponse y est donnée dans l’article C’est l’heure du conte « Gain de Fiction »* avec RFK Jr. et ses amis !. Un autre argument est celui de se faire inoculer la rage ou le SIDA par exemple. Tout ce que l’on se ferait ainsi inoculer est une mixture empoisonnée, mais pas de virus qui n’ont jamais pu être réellement isolés, purifiés et caractérisés.

    Voir aussi :

    ]






    « Gaza est sous occupation : Israël ne peut donc pas revendiquer le droit à la légitime défense »

    [Source : L’insoumission]

    La mise au point de Francesca Albanese, rapporteuse spéciale de l’ONU.




    Le coût de la vie est si élevé au Canada que certains Ukrainiens décident de repartir

    [Source : quebecnouvelles.info]

    [Illustration : Martynenko envisage de retourner en Suède.
    Photographe : Chloë Ellingson/Bloomberg]

    Par Chloe Ellingson

    Peu de temps après que la Russie a commencé à bombarder l’Ukraine, Oleksii Martynenko a fait ses valises et a fui Kremenchuk, une ville autrefois tranquille, mais aujourd’hui déchirée par la guerre, située à environ 190 miles de Kiev. Il s’est installé à Stockholm et a trouvé un emploi de cuisinier à la chaîne. Un an plus tard, à l’approche de l’expiration de son visa de travail, il s’est installé dans la plus grande ville du Canada.

    Le changement de décor continental s’est avéré difficile pour l’immigrant ukrainien. Il a fallu environ deux mois à M. Martynenko pour trouver un emploi comparable dans le centre-ville animé de Toronto, à environ une heure de trajet de son appartement situé dans la banlieue de la ville. Comme cela ne suffisait pas à payer les factures, il a rapidement pris un deuxième emploi, également comme cuisinier à la chaîne, et travaille maintenant sept jours sur sept dans des cuisines en pleine effervescence.

    La pénibilité du travail et le coût élevé de la vie ont fait des ravages. M. Martynenko, 44 ans, envisage maintenant de retourner en Suède. Ses dépenses mensuelles à Toronto s’élèvent à environ 100 dollars pour un forfait téléphonique, 150 dollars pour les transports en commun, 400 dollars pour les courses et 1 000 dollars pour une chambre dans une maison de chambres, où la cuisine et la salle de bains sont partagées entre quatre locataires. L’argent restant est envoyé à la famille restée en Ukraine. Au moins, à Stockholm, il gagnait suffisamment pour avoir des économies.

    « Je suis tout le temps fatigué maintenant », a déclaré M. Martynenko lors d’une interview. « Je veux retourner en Europe parce que la vie est tellement difficile au Canada ».

    Le Canada est depuis longtemps une destination de choix pour les nouveaux arrivants à la recherche d’une vie meilleure dans une nation prospère. Près d’un quart des Canadiens sont des immigrants et le pays a accueilli près de 200 000 Ukrainiens depuis le début de la guerre. Mais la vie quotidienne dans les métropoles les plus animées du Canada — non seulement Toronto, mais aussi Vancouver, Montréal et Calgary — et la flambée des coûts font qu’il est de plus en plus difficile de s’en sortir.

    Les organisations de services sociaux ont prévenu que les citoyens les plus vulnérables du pays — souvent les nouveaux arrivants — sont les plus touchés par la hausse des prix, en particulier dans le domaine du logement. Andrei Zavialov, agent d’établissement auprès de l’Ukrainian Canadian Social Services Toronto, a déclaré qu’il connaissait au moins 15 Ukrainiens qui sont retournés dans leur pays d’origine depuis la région du Grand Toronto depuis que la guerre a éclaté. Il n’y a pas de raison prédominante de partir, mais les dépenses sont parmi les facteurs les plus cités.

    « Une personne est incapable de trouver de l’argent, alors qu’elle doit payer un loyer très élevé, des courses », explique M. Zavialov. « Ces dépenses frappent durement les poches des immigrés. Sans emploi, sans argent, ils retournent en Ukraine, où tout leur est familier ».

    De telles anecdotes sont corroborées par de nouvelles recherches qui suggèrent que davantage de nouveaux arrivants ont choisi de quitter le Canada ces dernières années, car la détérioration de l’accessibilité au logement, un système de santé mis à rude épreuve et le sous-emploi suscitent des désillusions quant aux possibilités qu’offre le pays.

    Une accélération de cette tendance compromettrait les projets ambitieux du Premier ministre Justin Trudeau visant à éviter un recul de l’économie grâce à des politiques d’immigration assouplies. À l’instar de nombreux pays développés, le taux de natalité du Canada est en baisse et la population diminuerait s’il n’y avait pas de nouveaux arrivants. Le produit intérieur brut réel par habitant a stagné au cours de la dernière décennie, tandis que la flambée des prix de l’immobilier a largement dépassé le revenu disponible.

    La solution du gouvernement Trudeau consiste à fixer un objectif d’environ un demi-million de nouveaux résidents permanents par an, en plus du récent boom des arrivées qui a fait passer le taux de croissance démographique annuel du Canada à 2,7 % en 2022, soit le rythme le plus rapide parmi les économies avancées.

    Le défi consiste désormais à les retenir. Les nouveaux arrivants doivent faire face à un ensemble de problèmes, à commencer par le coût du logement. Même les petites villes canadiennes sont confrontées à une offre locative restreinte, car la hausse des taux d’intérêt a découragé les acheteurs potentiels, créant une concurrence féroce pour les logements locatifs. Le coût moyen d’un loyer au Canada a atteint le chiffre record de 2 149 dollars en septembre, soit une hausse de plus de 11 % par rapport à l’année précédente, selon le cabinet d’études Urbanation. À Toronto, il s’élevait à 2 614 dollars, ce qui représente la quasi-totalité du revenu avant impôt d’une personne travaillant à temps plein au salaire minimum.

    D’autres coûts augmentent également. Bien que l’inflation décélère, elle s’élève encore à 3,8 %, « beaucoup trop élevée pour être confortable », selon Benjamin Reitzes, stratège en matière de taux et de macroéconomie à la Banque de Montréal. Les prix des produits alimentaires ont augmenté de 5,8 % par an en septembre, tandis que les prix de l’essence ont bondi de 7,5 %.

    […]

    Pour lire l’article dans sa forme originale




    Best-seller américain de 2023, le film « Sound of Freedom » à l’épreuve des faits

    [Source : kla.tv]

    À partir du 8 novembre, le film best-seller américain très discuté « Sound of Freedom », en français « Le son de la liberté », devrait également être projeté dans les cinémas allemands. Aux États-Unis, le film, un des dix les plus populaires de l’année, a déjà rapporté environ 181 millions de dollars. Selon les indications des Angel Studios, le film devrait être projeté dans près de 20 pays d’Amérique centrale et du Sud, au Royaume-Uni et en Irlande, en Australie et en Afrique du Sud.

    « Sound of Freedom », une « histoire vraie », reprend des prétendus faits réels de la vie de Tim Ballard. Ballard, un ancien agent, quitte son emploi à Homeland Security Investigations [branche d’enquête du ministère américain de la Sécurité intérieure] parce que, bien qu’il arrête régulièrement des délinquants impliqués dans la pornographie enfantine, il ne peut pas sauver des enfants des mains des cartels de la drogue et des trafiquants d’êtres humains. C’est ainsi que son personnage est présenté dans le film. Peu après, Ballard serait devenu un militant des droits de l’homme très engagé, fondant en 2013 le groupe anti-trafic d’êtres humains Operation Underground Railroad [O.U.R.] afin de travailler d’arrache-pied à la découverte et à la lutte contre ces crimes. Le film met l’accent sur la traite des enfants en Amérique latine, notamment au Mexique, et sur la manière dont ces enfants se retrouvent dans le commerce du sexe. À la demande expresse de Tim Ballard, Jim Caviezel, principalement connu pour son rôle de Jésus-Christ dans le film de Mel Gibson « La Passion du Christ », incarne le personnage de Ballard.

    Dans ce contexte, de nombreux lanceurs d’alerte respirent et se réjouissent que cet acteur passionné utilise son pouvoir de star pour attirer l’attention du monde sur le cruel trafic d’enfants. Kla.TV a également été informé à plusieurs reprises de l’existence de ce film et a été prié d’en faire la promotion. Fidèles à notre devoir journalistique, nous avons regardé ce film, non pas pour en faire la promotion, mais pour le mettre à l’épreuve. Pour un film de cette ampleur et de cette importance de recettes, il y a toujours un flux d’argent. C’est ce que nous avons suivi afin de déterminer si le film tient réellement ses promesses ou s’il s’engage sur des voies d’évitement.

    [Voir aussi :
    Trafic d’enfants, le film Sound of Freedom… et les 6 documentaires incontournables sur les réseaux
    Le film « Sound of Freedom » ne révèle pas qui sont les trafiquants d’enfants et comment y mettre fin
    Lien direct entre les fondations/organismes chargés de dénoncer la traite d’enfants et les SOCIÉTÉS PRIVÉES de « BIG DATA » ?]

    Dans une émission de Kla.TV [« Till Lindemann, chanteur principal de Rammstein, et Heidi Klum, top model, devant le TRIBUNAL POPULAIRE »], dans laquelle l’autrice Loïs Sasek passe au crible quelques célébrités, elle fait déjà un excellent constat :

    [Extrait de l’émission https://www.kla.tv/26833 — Minute : 0:52:29 – 0:53:55]

    « Le film [Sound of Freedom] a toutefois été cofinancé par l’un des hommes les plus riches du monde, Carlos Slim Helú, qui est également accusé de trafic d’êtres humains. Il est également donateur de la Fondation Clinton. On le voit souvent photographié avec Bill Gates. […] L’Institut de la santé Carlos Slim Helú collabore également avec la Fondation Gates. Carlos Slim Helú est en relation d’affaires étroite avec les Rothschild et finance la Fondation Bill & Melinda Gates. Fabian Marta, un autre soutien du film contre le trafic d’enfants “Sound of Freedom”, a été arrêté et inculpé de complicité d’enlèvement d’enfants, selon un dossier judiciaire du Missouri. Tim Ballard, le prétendu sauveur des enfants victimes du trafic d’enfants, porte une cravate maçonnique et ressemble étrangement au prédateur sexuel “Timothy Ray Ballard”. Tim Ballard travaille avec Henry Kissinger et semble être membre de la société secrète des Templiers, tout comme Jim Caviezel. L’acteur Jim Caviezel fait ouvertement les signes de la secte […] et rencontre le pape. »

    Des trafiquants d’êtres humains, des ravisseurs d’enfants ainsi que des délinquants sexuels présumés et parfois réellement accusés tournent un film sur l’enlèvement d’enfants et le trafic sexuel… Peut-on encore croire à des coïncidences ?

    De même, le fait que l’Opération Underground Railroad (O.U.R.) mentionnée, créée par Ballard, soit soupçonnée d’avoir détourné des millions de dons, n’est pas un détail insignifiant. Anne Gallagher, une spécialiste en droit international dans le domaine de la traite des êtres humains, a également accusé O.U.R. de « […] manque alarmant de compréhension de la manière dont les réseaux criminels sophistiqués de traite des êtres humains doivent être abordés et démantelés […] » et a qualifié le travail de l’organisation d’« arrogant, contraire à l’éthique et illégal ». En fait, Ballard a dû quitter l’organisation à l’été 2023 après une enquête interne et des accusations d’inconduite sexuelle portées contre lui par plusieurs employés. Et ce, alors qu’en 2022 il percevait encore un salaire et des indemnités de plus d’un demi-million de dollars.

    Revenons au film :

    David Sorensen, journaliste connu et fondateur du site StopWorldControl.com, critique les possibilités de révélation du film sur le trafic international d’enfants comme suit :

    « Sound of Freedom montre comment ça — c’est-à-dire le trafic d’enfants, etc. — se passe au plus profond des bas-fonds d’Amérique du Sud, par exemple par le cartel mexicain. C’est vrai, mais ce n’est pas du tout l’histoire complète. Si le monde pense que cela n’est le fait que de criminels dans les bas-fonds, il ne comprendra jamais que cela se passe en réalité dans les hauts et sublimes gratte-ciel de New York, dans les bâtiments officiels du gouvernement de Washington DC, dans les chefs-d’œuvre architecturaux historiques de Londres, dans les beaux châteaux d’Europe, dans les brillants centres de conférence de Davos et ainsi de suite. »

    Plus loin, Sorensen explique, et c’est d’une importance extraordinaire : « Mais ce qui m’attriste, c’est que le film ne révèle en aucune manière — ou même ne suggère — qui sont les vrais coupables du trafic international d’enfants. En fait, il détourne l’attention de ceux qui sont réellement responsables de l’enlèvement, de l’abus, de la torture et de l’assassinat d’enfants dans le monde entier. »

    David Sorensen voit clairement que le film ne révélera jamais les véritables atrocités ainsi que les auteurs qui se cachent derrière.

    Et bien plus lourd de conséquences, « Sound of Freedom » ne semble pas seulement dissimuler les véritables coupables, il y a même de forts soupçons que le film fasse le jeu d’un « programme d’identification des enfants » mis en place par les francs-maçons en 1997.

    Loïs Sasek a expliqué, dans l’émission Kla.TV déjà citée, en se référant au rapport Reese [plate-forme d’investigation], qu’il est prévu de collecter toutes les données des enfants dans le monde entier. Il s’agirait d’une étape préliminaire à la puce sous la peau.

    [Extrait de l’émission https://www.kla.tv/26833 — Minute : 0:54:17 – 0:55:42]

    « Selon le rapport Reese, des organisations douteuses participent à ce programme, comme par exemple la “Clinton Global Initiative” ou le “Podesta Group”, les fameux collectionneurs d’art pédophiles du scandale des e-mails Wikileaks-Podesta… Le rapport Reese révèle également que les studios Angel, qui ont produit le film “Sound of Freedom”, sont liés en tant qu’organisations d’aide aux mêmes groupes soupçonnés d’être impliqués dans le côté criminel du trafic d’enfants comme les Clinton et les Podesta.

    Après la création de cette base de données sur les enfants, le trafic d’êtres humains a augmenté. En l’espace de neuf ans, le chiffre d’affaires de l’industrie de la traite des êtres humains est passé d’environ 30 milliards de dollars à 150 milliards de dollars par an. La lanceuse d’alerte du gouvernement, Tara Lee Rodas, a témoigné que le gouvernement américain était impliqué dans le trafic d’enfants sous le prétexte de programmes de protection de l’enfance. Est-ce que ce sont vraiment nos messies ? Après tout Jim Caviezel a joué le Messie qu’ils ont malmené… Jésus accroché à la croix avec un seul œil et la position de la main de Baphomet… Seulement des coïncidences ? »

    Tant que Caviezel collabore avec les producteurs et les financiers du film cités précédemment, les doutes sur sa sincérité ne peuvent pas être levés, même s’il donne en même temps des interviews à des chaînes de télévision de dévoilement comme rumble.tv sur, par exemple, l’adrénochrome [« cocktail de rajeunissement » de cercles élitistes à base de sang d’enfants torturés].

    Ce qui est frappant, c’est que les producteurs de films, les célébrités et les acteurs qui ont effectivement eu le courage de dévoiler les secrets cruels d’auteurs d’atrocités l’ont payé de leur vie. Loïs Sasek raconte également dans son émission [https://www.kla.tv/26833] comment de grands producteurs de films sont morts subitement de manière étrange après avoir révélé les noms et les secrets de cercles « élitistes » qui commettent des actes odieux contre des enfants.

    Conclusion : Il est bon et important que « Sound of Freedom » aborde le thème important de la traite et de l’abus des enfants. Mais il est tout de même recommandé de jeter un regard plus attentif sur cette œuvre cinématographique et d’examiner attentivement le contexte décrit ainsi que les informations présentées sur les réalisateurs du film. En effet, les spectateurs du film risquent d’être tentés de se reposer sur leurs lauriers en pensant que le film et les organisations mentionnées font déjà quelque chose pour les enfants pauvres. Le dernier documentaire de Kla.TV « Secte du sang II — 111 victimes 50 témoins 50 coupables », réalisé par Loïs Sasek, montre que c’est loin d’être le cas [https://www.kla.tv/27305]. Regardez aussi La secte du sang I (de Loïs Sasek) avec les paroles de nombreuses autres victimes et témoins. En effet, ces documentaires, qui ont fait l’objet de recherches approfondies et comportent des centaines de sources, révèlent les véritables dessous du trafic d’enfants. Les victimes et les témoins eux-mêmes mettent en évidence les réseaux et les structures largement interconnectés des criminels…

    Ainsi, si ce film de cinéma montre des choses et des dysfonctionnements réels sans aller au fond des choses sur qui sont les responsables et les auteurs de ces crimes pédocriminels, où le spectateur est dans le même temps détourné de ce qui se passe littéralement sous son nez.

    Ne vous laissez pas tromper, suivez la piste de l’argent et écoutez ce que dit votre cœur. Ou, pour conclure avec les mots de David Sorensen :

    « Que le monde se réveille vraiment. Que le mal soit vraiment révélé. Que ces monstres soient jugés, au nom du Très-Haut, le Créateur de toute vie. Que la vérité brille dans notre monde. Que les gens se réveillent de leur sommeil. Que les enfants du monde entier soient réellement libérés. Et que les porte-parole de la VRAIE vérité se lèvent dans notre monde […]. »

    de abu./avr.

    Sources/Liens :




    Compteurs Linky : « C’est un outil de contrôle des populations ! »

    [Source : Tocsin]

    Le Réseau National Anti-Linky porte un contentieux devant le Conseil d’État Avec Dominique Humbert, Président de Stop Linky-5G 88 et membre du Réseau National Anti-Linky.




    Mise en garde contre un désastre dans le transport aérien dû aux vaccins Covid

    [Source : echelledejacob]

    Par Sally Beck

    Le capitaine Shane Murdock affirme que l’industrie aérienne est « au bord du désastre ». Pilote depuis plus de 40 ans et enquêteur qualifié sur les accidents aériens, il a présenté des données officielles qui étayent son affirmation d’une catastrophe mondiale imminente. Il ajoute :

    « Lorsqu’elles sont corrélées, les données indiquent qu’il existe un énorme problème qui a et aura un impact significatif sur la sécurité aérienne dans le monde entier. Il y a suffisamment de preuves pour lancer des signaux d’alarme. »

    Il y a eu de nombreuses tragédies cette année. Phil Thomas, un jeune diplômé de l’académie de formation au pilotage de Cadix, en Espagne, est tombé malade et est décédé subitement en avril. Il y a eu cinq incapacités de pilote en mars, dont un pilote de British Airways qui s’est effondré et est décédé au Caire, en Égypte, peu de temps avant son départ.

    Les pilotes sont en excellente forme physique, alors pourquoi tant de morts subites ou d’effondrements ? Le Cpt Murdock conclut qu’ils souffrent de graves réactions indésirables aux vaccinations Covid-19, qui ont comme effets secondaires une myocardite (inflammation cardiaque), un brouillard cérébral, de l’insomnie, des caillots sanguins et une anaphylaxie.

    Il pense que certains pilotes sont des bombes à retardement et affirme que beaucoup ne déclarent pas être en mauvaise santé. Il a déclaré :

    « Ils ne signalent pas le brouillard cérébral, les battements anormaux du cœur et les étourdissements, parce qu’ils ne veulent pas perdre leur emploi. »

    Les aviateurs subissent des contrôles de santé annuels complets, ou tous les six mois s’ils ont été malades. Les règles stipulent qu’ils ne peuvent réussir qu’avec moins de 1 pour cent de chances de souffrir d’une maladie qui pourrait les rendre incapables de piloter.

    Comment passent-ils les examens médicaux s’ils souffrent de réactions indésirables graves ? L’année dernière, le régulateur mondial de l’aviation, la Federal Aviation Administration (FAA), a modifié les marqueurs de l’électrocardiogramme (ECG) qui mesurent « l’intervalle PR ». C’est le temps qu’il faut à une impulsion électrique pour se déplacer d’une partie du cœur à une autre et constitue un indicateur de la santé cardiaque. La nouvelle limite est 50 % plus longue que la limite précédente et signifie que si un pilote développe une maladie cardiaque, elle pourrait ne pas être détectée.

    C’était le 15 novembre 2020, lorsque les compagnies aériennes australiennes ont rendu obligatoires les vaccins contre le Covid-19 pour 900 pilotes et tout le personnel navigant et au sol. Pfizer, AstraZeneca et Moderna étaient disponibles en Australie.

    Aujourd’hui, c’est le troisième anniversaire de ce mandat de vaccination et le Cpt Murdock est l’un des 12 pilotes qui ont refusé l’inoculation. Il a bien sûr été licencié, accusé de faute professionnelle grave, une accusation généralement réservée aux comportements sexuels inappropriés ou aux comportements imprudents et dangereux.

    M. Murdock, 60 ans, qui vit près de Sydney, en Australie, a volé en tant que capitaine de Virgin Australia pendant 20 ans et est titulaire d’une licence depuis 1984. Il est également titulaire d’une maîtrise en facteurs humains de l’aviation, la science qui sous-tend la façon dont les humains interagissent avec les machines. Il a déclaré :

    « Quelque part sur le réseau international, vous découvrirez quotidiennement qu’un avion a été refoulé en raison d’une urgence sanitaire. Soit une urgence sanitaire pour les passagers, soit une urgence sanitaire pour l’équipage. »

    Lorsque les pilotes lancent un appel radio au contrôle de la circulation aérienne, cet appel est surnommé « squawk ». Ils utilisent le code 7700 pour tous les appels de secours réservés aux incidents graves comme l’incapacité du pilote ou un incendie non maîtrisé à bord. Peu de scénarios justifient un Mayday ; les passagers et l’équipage doivent faire face à un véritable péril.

    Il y a eu une augmentation sans précédent du nombre d’appels Mayday, suivis par un robot créé par le compte X @GCFlightAlerts. Il publie lorsqu’un pilote utilise le code 7700 n’importe où dans le monde.

    Entre 2018 et 2019, la moyenne des appels de détresse représentait 29,1 % de tous les appels de détresse. En 2022, les appels de secours ont augmenté de 272 %. Au cours des trois premiers mois de 2023, l’augmentation était de 386 %. Le graphique montre qu’il y a eu une forte augmentation instantanée lorsque les vaccins ont été obligatoires pour les pilotes.

    L’âge moyen du décès en Australie pendant la pandémie était de 85,3 ans. Les chiffres ne justifiaient pas d’imposer la vaccination aux pilotes en bonne santé et en bonne forme physique et de mettre en œuvre une politique sans vaccin, sans emploi. Cela a même violé leurs propres directives : selon les règles de la FAA, aucun pilote n’est autorisé à prendre un quelconque type de médicament à moins qu’il n’ait été approuvé et utilisé dans la population générale pendant 12 mois. Il est interdit aux pilotes de participer aux essais de médicaments et tous les vaccins contre le Covid-19 ont été autorisés sous autorisation d’utilisation d’urgence. La phase finale du procès se termine cette année.

    Le Cpt Murdock a également examiné le nombre de licences pour équipage multiple délivrées par le régulateur australien, la Civil Aviation Safety Authority (CASA). Ils ont le pouvoir d’imposer des restrictions sur les licences de pilote de ligne (APTL). Une licence multi-équipage restreint les pilotes à opérer avec plusieurs membres d’équipage et est délivrée lorsque leur état médical montre une possibilité qu’ils puissent devenir frappés d’incapacité pendant le vol. CASA surveille et administre les certifications médicales et les licences de tous les pilotes australiens. Les données sur la liberté d’information montrent qu’il y a eu une augmentation sans précédent de 126 % des limitations.

    On pourrait penser que cela entraînerait un examen majeur de la part de la CASA, mais ils ne feront rien tant que l’organisme australien de surveillance des médicaments, la Therapeutic Goods Administration (TGA), continue d’approuver la vaccination contre le Covid-19 pour tous. Il s’agit d’une porte tournante qui évite les responsabilités, ce qui est familier à ceux d’entre nous qui enquêtent sur les questions liées aux vaccins.

    Le Cpt Murdock pense que l’inaction ne peut avoir qu’un seul résultat, et gardez à l’esprit que nous avons vu de nombreux avions effectuer des atterrissages d’urgence en raison de l’incapacité des pilotes. Il est sans équivoque et a déclaré :

    « Des catastrophes se produiront et les équipages et les voyageurs mourront inutilement. »

    Source




    La guerre mondiale existentielle

    [Source : arcaluinoe.info]

    Par Youssef Hindi

    Fin du libéralisme

    L’idéologie libérale naquit au surlendemain des grandes guerres civiles de religions dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles. La hantise de la stasis touche tout particulièrement les philosophes protestants des XVIIe et XVIIIe siècles, craignant plus que tout la guerre de tous contre tous qui mène au point extrême de la dissociation. Pour empêcher son retour, des jurisconsultes et philosophes européens ont formulé une double solution : d’abord, historiquement, l’édification de l’État souverain, le Léviathan, monstre protecteur totalitaire en puissance ; puis le libéralisme, la neutralité axiologique, idéologique, de cet État, une neutralité étatique ontologiquement impossible puisque l’État est nécessairement structuré par une religion ou une idéologie.

    L’État moderne et le libéralisme, issus de la guerre civile religieuse, sont en train de disparaître dans l’actuelle guerre civile mondiale, laquelle se superpose à un pan-polemos qui dévoile des contradictions insolubles. L’État n’est plus le garant de l’ordre et le protecteur du peuple face aux dangers intérieurs et extérieurs. Le libéralisme a mué en néo-libéralisme avant d’être dissous, et avec lui, les libertés individuelles et le « libre marché ». Ce qui a émergé de cette révolution silencieuse, c’est un système soviéto-capitaliste : un État totalitaire, tyrannique, privatisé et dirigé par une oligarchie financière qui appauvrit volontairement les peuples qu’elle dirige et leur mène une guerre biopolitique. La conséquence est la guerre civile, le chaos propre aux révolutions, avec une dimension aggravante, que j’évoquerai dans quelques instants.

    Dans la séquence historique actuelle, nous assistons à une révolution, déclenchée par l’oligarchie, pour changer non seulement de système politique, mais aussi de paradigme social et d’environnement. L’édification d’une société dépouillée des attributs de la civilisation. Sans religion transcendante, sans valeurs positives, sans culture, sans unité, sans famille, sans industrie, sans économie réelle, sans métier. En somme, une utopie nihiliste, de surveillance numérique techno-policière, où l’homme est remplacé par des machines et où les celles-ci sont utilisées comme des armes contre les peuples.

    Tel est le visage de ce néo-capitalisme, qui, n’ayant plus besoin ni des classes moyennes, ni d’un prolétariat, ni des humains qui les composent, est devenu un système économique sacrificiel. Dans des sociétés post-chrétiennes, post-monothéistes, la valeur de l’homme a été réduite à celle d’un producteur et consommateur, dans le cadre du capitalisme productiviste et de consommation ; mais dès lors que ce capitalisme est devenu purement fictif, l’individu qui avait encore une utilité économique en tant que producteur et consommateur, est devenu un « inutile » et un ennemi à éliminer. Ceci n’est pas une vue de l’esprit ou une interprétation exagérée. Dans l’histoire de l’Humanité, les sociétés sacrificielles ne sont pas l’exception mais la norme. Et le sacrifice économique n’est pas une nouveauté ; c’est une pratique ancienne, qui n’est pas l’apanage des sociétés primitives. L’on ne doit pas se laisser duper, dans l’analyse, par le caractère sophistiqué et technologiquement avancé des sociétés modernes occidentales. Les Aztèques, qui avaient une civilisation développée, une écriture, une astronomie et une science de l’architecture, pratiquaient le sacrifice de masse à visée économique. Le sacrifice était ritualisé, il avait un habillage religieux et il se justifiait par un mythe fondateur, mais il avait une fonction économico-sociale, celle de réduire le nombre de prisonniers de guerre et d’esclaves, et avec eux un surplus de richesse et d’énergie inutile à la société. Ils sacrifiaient entre 20 000 et 100 000 personnes par an. C’est la consumation de ce qu’a appelé George Bataille « La Part maudite ».

    Du point de vue de l’oligarchie occidentale, nous sommes pour la plupart d’entre nous, non seulement des « inutiles » à leur système, mais un danger politique pour eux. On comprend mieux pourquoi le conseiller israélien de Klaus Schwab, Yuval Noah Harari, oppose ceux qu’il a appelle « les dieux », à savoir les membres de la caste oligarchique, et ceux qu’il qualifie d’« inutiles », nous. La mise en place d’une narration religieuse, je pense ici à l’écologisme comme religion verte, justifie la réduction de la population mondiale. « Le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) a affirmé dans son rapport de 2009 sur l’état de la population mondiale, présenté lors de la conférence de Copenhague le 18 novembre 2009, que le réchauffement planétaire ne peut être endigué que par une réduction massive de la population mondiale », peut-on lire dans les colonnes du plus grand journal quotidien français, Le Monde (18 septembre 2010), ainsi que dans The Washington Post (15 septembre 2009). Les nourrissons y sont accusés de produire trop de carbones, ce qui nuit à Gaïa ; il faut par conséquent réduire le nombre d’enfants à naître pour sauver la Terre. Le sauvetage de la planète, dans le discours de l’écologisme, a précisément la même fonction que les mythes dans les sociétés sacrificielles.

    Pour ceux qui adhèrent fanatiquement à la religion verte, le sacrifice se fait volontairement, comme les Cananéens et les Hébreux qui sacrifiaient immolaient leurs enfants pour plaire à Moloch ou Yahvé. Pour les autres, la guerre civile est inévitable, mais celle-ci n’est plus la statis des Grecs, ou les guerres civiles de religion de la Renaissance ou encore les révolutions messianiques et socialistes des XVIIIe, XIXe et XXe siècles. C’est une guerre civile d’anéantissement de la civilisation, des valeurs, de la famille, de l’enfant, une guerre biologique. C’est le règne de l’homme de l’anomie, mentionné dans l’Épître aux Thessaloniciens.

    La guerre de l’Occident nihiliste

    Dans cette perspective, la guerre de l’OTAN contre la Russie en Ukraine apparaît comme la confrontation entre d’une part l’Occident nihiliste en cours de suicide collectif, et d’autre par le reste de l’Humanité. L’examen des avancées militaires vers la frontière russe depuis les années 1990, malgré la main tendue des dirigeants russes à l’Occident, démontre que cette guerre a été imposée à Moscou qui est dans une position défensive. Mais il ne s’agit pas que d’une expansion militaire de la thalassocratie anglo-américaine judéoprotestante sur le Vieux Continent qu’elle utilise comme tête de pont contre la Russie. C’est une avancée des forces du nihilisme qui prend la forme notamment du LGBTisme, de l’autodestruction économique, et de la guerre biologique. À la porte de la Russie, l’Ukraine, colonisée par les États-Unis, a été transformée, en plateforme de la gay pride, du trafic d’enfant, de l’épuration ethnique et de la fabrication d’armes biologiques dans des laboratoires de l’Oncle Sam. L’Ukraine est devenue la frontière symbolique entre les deux mondes qui s’affrontent, le monde qui promeut la mort du corps et de l’esprit, et celui d’un peuple qui vient de se relever, et qui a fait retour vers le christianisme après être sorti des cauchemars communiste et néo-libéral. La guerre est donc à la fois physique et métaphysique, militaire et spirituelle.

    Les trois quarts des pays de la planète refusent naturellement de prendre le parti du camp nihiliste contre la Russie. Ce n’est pas là que l’expression de la multipolarité, mais de l’instinct de conservation face à une oligarchie occidentale qui veut entraîner le reste du monde dans le trou noir économique, sociétale et démographique ; dans le chaos de la guerre civile mondiale. La Russie, en tant que puissance nucléaire continentale aux prises avec l’OTAN, se trouve ainsi tenir le premier rôle dans cette guerre mondiale existentielle.

    Pour la caste à la tête de l’Occident, cette guerre est nécessaire à sa survie. C’est un comportement paradoxal consistant à détruire les peuples qu’elle domine tout en préservant une volonté de puissance et un désir de domination mondiale. Elle se prive de la puissance nécessaire à l’hégémonie par sa politique de contraction démographique et industrielle. La guerre contre la Russie ou contre tout autre ennemi est aussi un moyen d’échapper aux contradictions internes du système occidental ; mais ce faisant, il tombe dans une autre contradiction, celui des régimes libéraux en guerre. Le libéralisme est en opposition fondamentale avec la notion de politique, de collectivité et d’État. « L’unité politique doit exiger, le cas échéant, que l’on sacrifie sa vie. Or, l’individualisme de la pensée libérale ne saurait en aucune manière rejoindre ou justifier cette exigence », expliquait Carl Schmitt. Si les dirigeants occidentaux veulent faire accepter la guerre contre la Russie, ils doivent faire corps avec leur peuple ; or, leur politique va dans le sens inverse de cette règle élémentaire. Ils mènent une double guerre : intérieure, contre leur peuple, et extérieure, contre la Russie. De plus, les Occidentaux, largement athées, ne peuvent être mobilisés dans une guerre au nom du LGBTisme, ni même accepter bien longtemps les dégâts socio-économiques qu’elle engendre.

    Le libéralisme est ainsi abandonné par les élites occidentales globalistes, car il est devenu pour eux un frein dans le paradigme du néocapitalisme de consumation et dans le contexte de guerre actuel.

    Ce modèle anomique adopté par l’Occident n’est exportable que dans des sociétés malades. Le reste de l’humanité, qui aspire à vivre dans la normalité familiale et la paix, rejette l’unipolarité anglo-américaine judéoprotestante qui est le règne du chaos. C’est une des causes, sinon une dimension importante de la naissance du monde multipolaire. L’on peut discuter du degré d’authenticité multipolaire des BRICS, et se demander si elle n’est pas une autre forme de globalisme, puisque les grandes puissances qui les composent sont technophiles, et ont adopté les outils numériques qui permettent de surveiller chaque citoyen. En cela, elles sont toujours imitatrices de l’Occident.

    Mais l’uniformisation du monde a des conditions, à savoir l’existence d’une superpuissance qui domine toutes les nations, un seul centre de décision et une religion ou idéologie globale. Or, l’hyperpuissance américaine est en déclin, elle n’a plus les moyens de dominer la planète, et son idéologie libérale n’existe plus dans les faits. Le cauchemar américain n’est plus attractif. Aucune nation normalement constituée ne veut du wokisme, de la guerre raciale et de la récession.

    Ce qui existe fondamentalement, c’est la diversité des peuples et des cultures, et des régimes politiques qui correspondent à l’anthropologie de chaque nation. Le système politique occidental dégénère, car il est le reflet de sociétés athées et désorientées.

    Du point de vue des rivaux géopolitiques et géoéconomiques de l’Occident, la course à la technologie à une importance capitale ; leur survie en tant qu’État et en tant que puissance de haut rang en dépendent. Toutefois, l’écueil est de suivre cet occident mortifère dans la voie du transhumanisme qui est déjà développé en Russie et en Chine.

    La multipolarité demeurera un fait tant que le politique et l’État existeront. Les BRICS n’ont pas pour vocation d’élaborer une alternative idéologique à l’Occident pour le monde. Chaque nation, chaque civilisation doit suivre sa propre voie et construire son modèle en se débarrassant des avatars aliénants de l’hégémon anglo-américain judéoprotestant déclinant.






    Usure, division, et Palestine

    L’usure est une logique financière qui permet à quelques hommes de faire du temps un commerce comme un autre : le temps peut se vendre ou s’acheter, comme n’importe quelle vulgaire denrée.

    Cette logique financière favorise le riche sur le pauvre, et permet de concentrer les richesses sur une caste après quelques générations.

    La domination financière de cette caste se mue en domination sociale.

    Le caractère exponentiel de l’usure fait qu’à partir d’un moment, les concentrations de richesse s’accélèrent et la demande de croissance devient insoutenable.

    Dans l’histoire, les corps lâches sous la pression de cette machine infernale et des pandémies servent parfois de fusible pour ralentir la cadence ; les écarts de richesse et le besoin effréné de croissance conduisent souvent au chaos social, à des guerres civiles ou des guerres expansionnistes.

    Pour toutes ces raisons, nos sages des anciens temps ont dénoncé l’usure. Le plus célèbre d’entre eux étant Aristote.

    Les trois religions monothéistes dans leurs Livres originels ont formellement interdit l’usure, jusqu’au XIIe siècle où certains hommes de religion décident de lever l’interdit. La tentation de dominer le monde est trop forte.

    Des exégètes juifs vers le XIIe siècle vont définitivement statuer sur la licéité de l’usure, puis au XVIe siècle Calvin en fera de même. Il est excommunié par l’Église catholique et se réfugie dans le protestantisme. En étant les premiers religieux à avoir rendu légale l’usure, et en profitant du caractère exponentiel de l’usure, le monde judéoprotestant prend une avance sur les autres Nations.

    D’ailleurs, les premières banques centrales naissent dans le monde protestant dès la fin du XVIIe siècle. Jusqu’à aujourd’hui, ce n’est pas pour rien que les plus grandes places financières sont des places protestantes (Genève, Londres, New-York) et les plus grandes banques sont originellement fondées par des familles protestantes ou juives (JP Morgan, Goldman Sachs, etc.).

    Il faut attendre le XVIIIe siècle en France, pour que les physiocrates, des économistes ultralibéraux défient à la fois l’État et l’Église catholique, en exigeant la libre circulation des marchandises, la non-intervention de l’État, et la légalisation sans limites de l’usure.

    Ce sont d’ailleurs ces idées libérales qui vont entraîner la France dans un endettement insoutenable, menant à l’embrasement populaire de la Révolution française. D’ailleurs, une des premières lois votées par l’assemblée constituante est la libération totale du taux d’usure. Dans la foulée, en 1800, des banquiers finissent par convaincre Napoléon de créer la Banque de France, une banque privée au service d’intérêts privés (dont l’Empereur et ses proches en deviennent actionnaires).

    Le XIXe siècle voit les usuriers prendre le dessus sur les classes laborieuses et sur les peuples d’ici et d’ailleurs. C’est naturellement à cette époque que les idées de Proudhon et de Marx tentent de résister à la domination totale des forces de l’argent.

    L’usure ne fut pas seulement un moyen d’accumuler des richesses et de dominer les classes laborieuses, elle fut aussi un moyen de coloniser les contrées du monde les moins financiarisées, d’Afrique et d’Amérique du Sud.

    Dans ce XIXe siècle, les travailleurs européens exploités et les peuples du monde colonisés ont un bourreau commun : l’usurier protestant, l’usurier juif, l’usurier matérialiste, l’usurier tout simplement…

    Cette convergence des luttes, nous en sommes témoins aujourd’hui encore. Cette alliance de circonstance de l’ouvrier et de la victime de l’impérialisme occidental ne plaît pas à l’ordre dominant.

    La Tunisie en 1881, l’Égypte en 1882, le Maroc en 1912 sont colonisés par la France et le Royaume-Uni, non pas au son du canon, mais par l’arme mortelle de la dette avec intérêts !

    La banque ottomane, qui n’a d’ottomane que le nom, est créée en 1856 par des banquiers français et britanniques et s’installe dans le quartier de Galata à Constantinople. Véritable Cheval de Troie, cette banque finance les guerres ottomanes coûteuses financièrement et humainement, et joue le rôle de banque centrale.

    Affaibli militairement par les nationalismes arabes, le colonialisme franco-britannique, les guerres contre les Russes et les Européens au nord, l’Empire ottoman est aussi affaibli financièrement par un système usuraire l’étouffant sous les dettes. L’empire est peu à peu dépecé, notamment en 1916 lors des accords franco-britanniques de Sykes-Picot qui se partagent le Moyen-Orient.

    La dette colossale et les divisions fomentées au sein même de l’Empire ottoman par les deux empires colonialistes français et britannique finiront par mettre fin au dernier empire censé réunir le monde musulman, pour la première fois depuis le VIIe siècle.

    Une année après les accords franco-britanniques de Sykes-Picot, la Grande-Bretagne mandataire en Palestine, par l’intermédiaire de Lord Balfour, ministre britannique des Affaires étrangères, annonce que son gouvernement soutient l’établissement d’un « foyer national juif » en Palestine. Cette déclaration Balfour n’est pas à l’attention du « Dear Lord Rothschild » par hasard.

    Si cette lettre s’adresse à un membre de la famille Rothschild, c’est en partie parce que la famille a financé le Royaume-Uni lors de la Première Guerre Mondiale et a participé par son influence politique et économique à l’effort de guerre en faveur de l’Empire britannique.

    C’est aussi la branche française de la famille Rothschild qui dès le XIXe siècle, forte de son activité usuraire, achète des terres en Palestine alors sous contrôle ottoman, et finance dans la foulée le projet sioniste de Herzl.

    En résumé, l’Empire ottoman a ouvert la porte de l’usure en acceptant l’établissement de la mal nommée Banque Ottomane. Dans le même temps, le monde musulman s’est divisé à cause des nationalismes arabes nourris par les empires franco-britanniques, et il a été affaibli aussi par la colonisation de plusieurs contrées musulmanes « mordues » par le poison de l’usure.

    Usure et division, voilà les deux cancers ayant mené à la chute de l’Empire ottoman et à la perte de la Palestine par le monde musulman.

    Usure et division, voilà les deux armes qui ont permis au monde judéo-chrétien de conquérir la Palestine, et de laisser une blessure béante au sein d’un monde musulman désuni.

    Si la cause palestinienne fait réagir autant, c’est que les causes historiques sont complexes et clivantes. Le conflit israélo-palestinien est le fruit de l’usure, de la colonisation, de la division du monde musulman, de l’antisémitisme européen, et de la barbarie nazie. Voilà pourquoi ce conflit réveille dans notre inconscient collectif un passé douloureux.

    Ce conflit divise le monde en deux sans laisser de place à l’indifférence : d’un côté, les hommes et les femmes qui s’accommodent de l’usure et des conquêtes impérialistes, de la hiérarchisation sociale et des races ; de l’autre, les hommes et les femmes qui s’inscrivent contre la domination des peuples, contre la domination des usuriers sur les classes laborieuses, contre les suprémacistes et les impérialistes.

    Ces deux mondes sont-ils réconciliables ? À vous d’en juger.

    Nous ne vivons pas un choc des civilisations, ni un choc des religions. Nous vivons un choc entre le monde usuraire et les peuples du monde qui en sont victimes et tentent de lui résister…