Les Occidentaux sont vraiment devenus tarés pour perdre leur temps à la recherche de noms supposément racistes de dinosaures

[Source : smoothiex12]

Par Andrei Martyanov

Deux flambant neufs, deux profondément modernisés…

Vladimir Poutine inspecte quatre TU-160. Deux d’entre eux sont des avions entièrement neufs, construits à partir de zéro et équipés de l’avionique la plus récente. Les deux autres sont des appareils profondément modernisés, dont l’intérieur est également entièrement neuf.

D’ici la fin de l’année, le VKS russe devrait recevoir deux TU-160 supplémentaires. Comme vous l’avez peut-être deviné, l’arsenal transporté par ces bombardiers supersoniques est stupéfiant, allant du missile de croisière Kh-BD d’une portée de plus de 8 000 kilomètres à des armes hypersoniques très probables, en raison de la vitesse supersonique des TU-160.

En attendant, la Russie n’est pas intéressée.

L’une des raisons pour lesquelles les responsables américains n’ont pas largement diffusé les informations relatives aux efforts déployés par la Russie pour développer une nouvelle arme spatiale est que l’administration tentait d’entamer des pourparlers afin de convaincre la Russie de renoncer à ce programme. De hauts responsables des services de renseignement et de l’administration avaient pris contact avec la Russie — ainsi qu’avec l’Inde et la Chine en tant qu’intermédiaires possibles — au sujet du projet pendant des semaines avant qu’il ne soit rendu public, selon un fonctionnaire américain et une personne au courant de ces contacts. Les renseignements obtenus indiquaient que la Russie prévoyait peut-être de procéder à des essais du dispositif — une arme antisatellite basée dans l’espace et dotée de capacités nucléaires, ont déclaré ces personnes. L’anonymat a été préservé pour ces deux personnes afin qu’elles puissent parler des négociations sensibles en cours avec Moscou.

(Source)

Comme cela a été évoqué dans mon entourage, toute cette hystérie pourrait être, en fait, une excuse pour l’administration Biden de rétablir les contacts avec le Kremlin pour discuter d’une question complètement différente — à savoir, comment sortir les États-Unis de la défaite catastrophique en 404. Mais Washington est aujourd’hui si profondément enfoncé dans son propre BS qu’il est impossible de se fier à quoi que ce soit qui en émane.

Pendant ce temps, l’Occident combiné continue de progresser scientifiquement avec des réalisations étonnantes :

Des paléobiologistes allemands ont appelé à une révision du système utilisé pour nommer les dinosaures, arguant que la nomenclature actuelle contient près de 100 noms « potentiellement offensants », a rapporté mardi le magazine Nature, citant l’article non encore publié de l’équipe. Un groupe de chercheurs a analysé les noms de tous les fossiles de dinosaures de l’ère mésozoïque, définie entre 251,9 millions et 66 millions d’années, et a passé au peigne fin 1 500 espèces à la recherche de noms qu’ils percevaient comme « émanant du racisme, du sexisme, nommés d’après des contextes (néo)coloniaux ou d’après des personnages controversés ». Ils ont trouvé 89 espèces « problématiques », selon Nature, soit moins de 3 % des noms analysés. Une espèce de dinosaure peut être jugée problématique simplement parce que son nom est basé sur le nom colonial de la région où le fossile a été découvert, expliquent les chercheurs, qui déplorent que « les noms de lieux ou de chercheurs en langue indigène ne sont souvent pas utilisés ou sont mal traduits ».

(Source)

Une « recherche » et une « contribution » remarquables dans ce domaine. La prochaine étape consistera à renommer les systèmes d’armes qui, grâce à des pronoms appropriés, augmenteront leur efficacité au combat.(([1] Il s’agit bien sûr d’un trait d’humour de la part de l’auteur. NdT))





Le miracle de la vie

À Buenos Aires en Argentine, le gynécologue Ignacio Tomasone a posté une vidéo impressionnante d’un bébé né dans la poche de liquide amniotique après une césarienne.

Normalement, la poche est censée se rompre afin de lubrifier l’utérus pendant l’accouchement, mais cela ne s’est pas produit ici.

Un type de naissance assez rare, seulement un cas sur 80 000. Le médecin doit rapidement percer la poche afin de couper le cordon ombilical (que l’on peut voir autour du cou, cordon circulaire) et provoquer la respiration du bébé.

Il s’agit d’une naissance totalement naturelle nommée « coiffe céphalique » où le bébé est expulsé avec la poche des eaux qui ne s’est pas percée seule.

.




Rencontres, mises en relation et projets pour préparer un monde meilleur : c’est possible !

[Source : ALEXANDRE JUVING-BRUNET]

www.cagnotte-resistance-agricole-2024.com




Sanctions, guerre, châtiment, fin du monde ? « Il suffit d’insister »

Sanctions, guerre, châtiment, fin du monde ? « Il suffit d’insister » (Watzlawick)

Par Nicolas Bonnal

L’Occident ne veut plus s’arrêter, quel que soit le sujet : sanctions, guerres, guerre mondiale, sanctions, dette, propagande, vaccin, sanctions, Reset, mondialisme, féminisme, antiracisme, immigration sauvage, sanctions toujours (dix-sept doses pour rien), Europe, etc. Et s’il y a des problèmes, c’est qu’il n’y a pas assez de tout cela. C’est qu’on n’a pas assez insisté, comme dit le psychologue et humoriste de Palo Alto, Paul Watzlawick, qui semble avoir été doté d’une double personnalité.

On l’écoute (extrait de son extraordinaire « Faites vous-même votre malheur ») :

« Cette formule apparemment toute bête : “il suffit d’insister”, est l’une des recettes les plus assurément désastreuses mises au point sur notre planète sur des centaines de millions d’années. Elle a conduit des espèces entières à l’extinction. C’est une forme de jeu avec le passé que nos ancêtres les animaux connaissaient déjà avant le sixième jour de la création… »

La solution souvent n’est plus adaptée ; mais au lieu de le reconnaître, on INSISTE. Watzlawick :

« L’Homme, comme les animaux, a tendance à considérer ces solutions comme définitives, valides à tout jamais. Cette naïveté sert seulement à nous aveugler sur le fait que ces solutions sont au contraire destinées à devenir de plus en plus anachroniques. Elle nous empêche de nous rendre compte qu’il existe — et qu’il a sans doute toujours existé — un certain nombre d’autres solutions possibles, envisageables, voire carrément préférables. Ce double aveuglement produit un double effet. D’abord, il rend la solution en vigueur de plus en plus inutile et par voie de conséquence la situation de plus en plus désespérée. »

On répète, car on boit du « petit laid » :

« D’abord, il rend la solution en vigueur de plus en plus inutile et par voie de conséquence la situation de plus en plus désespérée. »

Le maître autrichien poursuit :

« Ensuite, l’inconfort croissant qui en résulte, joint à la certitude inébranlable qu’il n’existe nulle autre solution, ne peut conduire qu’à une conclusion et une seule : il faut insister. Ce faisant, on ne peut que s’enfoncer dans le malheur. »

Watzlawick redéfinit ce phénomène :

« Ce mécanisme, depuis Freud, assure l’existence confortable de générations de spécialistes qui ont toutefois préféré à notre “il suffit d’insister” un terme de consonance plus scientifique : névrose. »

Ensuite il reformule cette aberration du comportement qui est l’essence du comportement apragmatique contemporain :

« Mais qu’importe le terme, pourvu qu’on ait l’effet. Et l’effet est garanti aussi longtemps que l’étudiant s’en tient à deux règles simples. Premièrement, une seule solution est possible, raisonnable, autorisée, logique ; si elle n’a pas encore produit l’effet désiré, c’est qu’il faut redoubler d’effort et de détermination dans son application. Deuxièmement, il ne faut en aucun cas remettre en question l’idée qu’il n’existe qu’une solution et une seule. C’est sa mise en pratique qui doit laisser à désirer et peut être encore améliorée. »

Nous allons à la catastrophe. Mais ce n’est pas grave. « Ils » trouveront bien quelque chose…




Freiner la Grande Réinitialisation — Les chrétiens sont un obstacle au mondialisme, et les puissances mondiales le savent

[Source : harbingersdaily.com]

Par Terry James

Ceux d’entre nous qui croient être chargés par le Seigneur d’être des « sentinelles » sur le chemin de ronde l’accélération de la mise en scène de l’accomplissement prophétique comme une chose merveilleuse à voir. Il est indéniable que nous approchons à grands pas du dénouement de l’âge de grâce.

Aucun développement récent n’a été plus significatif que le mouvement vers l’établissement d’un Nouvel Ordre Mondial. L’un des éléments les plus troublants de ce mouvement est ce que l’on appelle « la grande réinitialisation ».

Ce terme, défini dans le titre d’un livre du même nom, signifie la mondialisation du monde entier — ceux qui ont l’intention d’établir un monde sous un seul gouvernement ne doivent pas, selon eux, être contrecarrés. L’existence même de la planète dépend de leur capacité à atteindre leurs objectifs, ceux-ci résumés dans ce qu’ils appellent l’Agenda 21 et maintenant l’Agenda 2030. Cet « agenda » signifie qu’ils doivent accomplir toutes les étapes de la mise en place de cet ordre mondial au plus tard en 2030.

Ces maîtres mondialistes en puissance ne voient pas les choses se développer comme nous le faisons en les regardant à travers le prisme de la prophétie biblique. Alors que nous voyons les choses avancer vers le régime de l’Antéchrist à un rythme étonnant et effrayant, les mondialistes, comme l’auteur du livre La Grande Réinitialisation, considèrent que les choses sont ralenties et inhibées par des forces qu’ils doivent éliminer. En d’autres termes, ils doivent éliminer ceux qui sont comme nous, par exemple. Et par « nous », j’entends à la fois nous, les chrétiens, qui dénonçons leur méchanceté, et cette nation, les États-Unis d’Amérique, dont le peuple est imprégné depuis près de trois siècles de liberté fondamentale et de droits conférés par Dieu sur la base d’un fondement judéo-chrétien.

L’Amérique est l’obstacle le plus puissant à l’Agenda 2030 et à la Grande Réinitialisation. Cette nation, la plus matériellement bénie de l’histoire, ne s’enfoncera pas « doucement dans cette bonne nuit », comme l’aurait dit Dylan Thomas. Il ne sera pas facile de nous faire rouler à bicyclette, de rester dans des villes de quinze minutes et de manger des insectes au lieu des aliments que nous aimons, comme les grands réinitialisateurs et leur agenda insistent pour que nous le fassions. Il y aura une forte résistance tant que la nation existera telle qu’elle est composée actuellement.

Bien sûr, les Américains qui aiment la liberté sont constamment attaqués par les puissances et les principautés d’Éphésiens 6:12, qu’elles soient démoniaques ou humaines. Et cette cabale luciférienne est déterminée à faire tomber l’Amérique et à éliminer toute opposition à son programme. Ces sous-fifres appellent l’opposition à laquelle ils sont confrontés « le recul de la mondialisation ». L’extrait suivant donne plus de détails sur la détermination de Klaus Schwab et de ses acolytes à changer les choses afin que leur nouvelle tour de Babel puisse être construite, sans opposition.

Le livre de Klaus Schwab et Theirry Malleret, Covid-19 : La grande réinitialisation identifie « la chute libre de la gouvernance mondiale » comme un défi existentiel, et si nous ne collaborons pas, « nous sommes condamnés ».

« Les États-nations rendent possible la gouvernance mondiale (l’un entraîne l’autre) », peut-on lire dans le livre. « Plus le nationalisme et l’isolationnisme envahissent la politique mondiale, plus la gouvernance mondiale risque de perdre sa pertinence et de devenir inefficace. Malheureusement, nous nous trouvons aujourd’hui à ce point critique. Pour dire les choses crûment, nous vivons dans un monde où personne n’est vraiment aux commandes »…

Kristalina Georgieva [directrice générale du Fonds monétaire international] a suggéré de « se concentrer sur les domaines nous sommes condamnés si nous ne travaillons pas ensemble ». Les exemples qu’elle a donnés comme quoi « nous sommes condamnés » sans la mondialisation sont le « changement climatique », la « transition verte » et la dette…

Les auteurs n’expliquent pas pourquoi une « réinitialisation individuelle » est nécessaire ; ils supposent simplement qu’il s’agit d’une conséquence de la « pandémie » de Covid. Cependant, comme ils l’ont fait tout au long du livre, ils ont utilisé le collectivisme comme outil de contrôle social. « Si, en tant qu’êtres humains, nous ne collaborons pas pour faire face à nos défis existentiels (l’environnement et la chute libre de la gouvernance mondiale, entre autres), nous sommes condamnés », ont-ils affirmé… La montée des nationalismes rend le recul de la mondialisation inévitable dans la plupart des pays du monde — un élan particulièrement notable en Occident. Le vote en faveur du Brexit et l’élection du président Trump sur un programme protectionniste sont deux marqueurs importants de la réaction occidentale contre la mondialisation », écrivent les deux auteurs.

Comme l’écrit l’auteur de l’article :

Comme nous l’avons déjà dit, l’expression « bien commun » et sa vilaine sœur, « le plus grand bien », représentent le collectivisme, que l’on retrouve dans les mouvements socialistes, communistes et fascistes. Ces mouvements utilisent le « bien commun » comme outil de contrôle social.

C’est exactement ce qui se passe aujourd’hui dans le processus politique américain. La volonté incessante d’instaurer un système collectif marxiste est au cœur de la tentative de Grande Réinitialisation imposée par les larbins humains, assistés par les démons d’Éphésiens 6:12, selon mon opinion assurée.

L’autre jour, j’ai entendu un sénateur s’exprimer dans l’hémicycle du Sénat. J’aime ce qu’il a dit, bien que je sois presque certain qu’il n’a pas réalisé la véritable portée de sa déclaration.

Il a dit quelque chose comme : « Au lieu de la Grande Réinitialisation antiaméricaine, nous avons besoin de la Grande Résistance. Nous devons résister à cette tentative de tyrannie de type marxiste ».

La Grande Résistance est précisément ce qui est donné dans la Parole de Dieu comme opposition aux tentatives de Satan et de ses sbires d’amener au pouvoir l’homme du péché, l’Antéchrist, et son régime d’horreurs.

« Et maintenant vous savez ce qui le retient, afin qu’il ne paraisse qu’en son temps. Car le mystère de l’iniquité agit déjà ; il faut seulement que celui qui le retient encore ait disparu. Et alors paraîtra l’impie, que le Seigneur Jésus détruira par le souffle de sa bouche, et qu’il anéantira par l’éclat de son avènement. »

2 Thessaloniens 2:6-8

Nous qui connaissons le Seigneur Jésus pour le salut, nous faisons partie de la Grande Résistance. Pasteurs, écoutez ! Ne résistez pas à la Grande Résistance. En résistant à la Grande Résistance, vous aidez et assistez ceux qui veulent amener la Grande Réinitialisation.

Prêchez la prophétie biblique, et ceci d’un point de vue pré-Trib(([1] Abbréviation de pré-Tribulation. Le point de vue pré-Trib consiste à la croyance en un enlèvement des chrétiens avant la Grande Tribulation. NdT)). Jésus est sur le point d’intervenir dans les méchantes affaires de l’humanité. L’Enlèvement, selon tous les signes et signaux de la Tribulation à venir qui fait rage dans toutes les directions, est sur le point de bouleverser la vie sur la planète Terre !

Pour ceux qui ne l’ont pas encore fait, voici comment se préparer et être ainsi assuré d’aller vers Jésus-Christ lorsqu’Il appellera tous les croyants à Lui dans ce moment stupéfiant de sauvetage de cette terre soumise au jugement.

« Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. Car c’est en croyant du cœur qu’on parvient à la justice, et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut, selon ce que dit l’Écriture. »

Romains 10:9-10




Ce que cachent les substituts de viande

[Source : Kla.tv]

Est-ce que vraiment aucun animal ne meure pour produire de la viande artificielle ? Et le fait de manger des tumeurs, est-ce une alternative saine pour son propre corps et pour l’environnement ? Les déchets biologiques toxiques générés par la production artificielle ne sont-ils vraiment pas nocifs ? Comment sont produits les aliments qui, selon l’Agenda 2030, doivent éliminer la faim dans le monde et garantir la sécurité alimentaire ? La réponse à ces questions devrait être connue de TOUT LE MONDE !

Avez-vous remarqué, chers téléspectateurs, lors de vos dernières courses, que presque tous les supermarchés, qu’ils s’appellent Rewe, Aldi, Lidl ou autre, ont désormais des rayons entiers consacrés aux végétaliens ? McDonalds, Burger King et autres proposent également des burgers ou des nuggets plant based, c’est-à-dire « à base de plantes ». Les végétariens et les végétaliens devraient se réjouir de cette évolution : plus de choix, une alimentation plus consciente, cela ne peut être que bon pour l’homme, l’animal et l’environnement – pourrait-on penser. Mais l’Agenda 2030 de l’ONU, de l’OMS et du FEM, poursuivi avec insistance, et l’avancée systématique vers l’application de leurs plans prouvent qu’il n’y a pas de sollicitude ni de prudence derrière tout cela.

Comme Kla.TV l’a déjà précisé dans l’émission « L’arme alimentaire » www.kla.tv/27996, l’Agenda 2030 est une énorme tromperie sur la marchandise.

Pour rappel :

L’objectif 2 de l’Agenda 2030 prévoit selon ses dires d‘éliminer la faim, d‘assurer la sécurité alimentaire, d‘améliorer la nutrition et de promouvoir une agriculture durable.

En commençant par les paysans déjà découragés, on observe cependant que l’agriculture naturelle à petite échelle est détruite, tandis que, dans le même temps, les multinationales contrôlent de plus en plus la production alimentaire mondiale par le biais d’une agriculture industrielle, du génie génétique et de l’agrochimie.

Une des nombreuses annonces sur la manière dont Bill Gates et consorts veulent apaiser la faim dans le monde et garantir la sécurité alimentaire réside dans les aliments synthétiques et l’agriculture verticale, qui est censée n’offrir que des avantages.

En octobre 2023, Uncut-News a publié un article intitulé « Pourquoi les aliments synthétiques sont-ils très dangereux ». Nous en résumons pour vous les principaux points et abordons les questions suivantes :

• Qu’en est-il du bien-être des animaux lors de la production de viande artificielle ?

• Les substituts de viande synthétique sont-ils sûrs pour le consommateur ?

• Que disent les experts sur les éventuelles impuretés présentes dans la viande artificielle ?

• La production de viande artificielle génère-t-elle des biodéchets toxiques ?

• Que viennent faire des organismes résistants aux antibiotiques dans la viande artificielle ?

• La production de viande synthétique permet-elle réellement d’économiser du CO2 ?

Qu’en est-il du bien-être des animaux lors de la production de viande artificielle ?

La viande cultivée est un exemple d’aliment synthétique. Les partisans de ce substitut de viande insistent sur le fait que ce produit n’est pas de la « viande artificielle », mais de la « vraie viande », à la seule différence qu’il ne nécessite pas l’abattage d’un animal pour sa production.

De nombreuses personnes se tournent vers la viande cultivée en raison du bien-être des animaux et d’une approche consciente de l’alimentation. Malheureusement, ils tombent alors dans le piège d’une énorme tromperie en matière de relations publiques. En effet, l’affirmation selon laquelle aucun animal n’est tué dans le cadre de ce processus est tout simplement fausse. Actuellement, la plupart des viandes de culture ou à base de cellules sont produites à l’aide de sérum fœtal de bovin (FBS), qui est obtenu à partir du sang de veaux à naître. En bref, selon les affirmations de l’article d’Uncut News, les vaches gestantes sont abattues pour prélever le sang du fœtus à naître.

Les substituts de viande synthétique sont-ils sûrs pour le consommateur ?

Pour faire croître les cultures cellulaires, certaines entreprises utilisent par exemple des cellules immortelles, qui sont techniquement précancéreuses, c’est-à-dire qu’elles sont en fait complètement cancéreuses. D’autres entreprises utilisent des cellules souches embryonnaires ou des cellules d’animaux vivants.

Les substituts de viande cultivés sur des cellules cancéreuses pourraient donc être considérés comme des tumeurs, puisque la viande est entièrement composée de cellules cancéreuses. La raison pour laquelle on utilise des cellules immortelles est que les cellules qui se comportent normalement ne peuvent pas se diviser indéfiniment. Ainsi, si on voulait cultiver des milliers de kilos de tissus avec des cellules de viande musculaire normales à partir d’un petit nombre de cellules, cela ne fonctionnerait pas.

Que disent les experts sur les éventuelles impuretés présentes dans la viande artificielle ?

En ce qui concerne la sécurité, on pourrait également argumenter que la viande de bœuf naturelle pourrait être contaminée lors de la transformation, de l’emballage, du transport, du stockage ou pendant le processus de cuisson. Et de même dans le cas de la viande cultivée, chaque ingrédient et chaque étape de transformation présente un potentiel de contamination, et chacun des centaines d’ingrédients pourrait avoir des effets toxiques, seul ou en synergie. Une analyse approfondie des données disponibles, publiée en mai 2023 par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et un groupe d’experts de l’OMS, a conclu qu’au moins 53 risques potentiels pour la santé sont associés à la viande cultivée en laboratoire. Il s’agit notamment de la possibilité de contamination par des métaux lourds, des Sz08_, des nanoplastiques et des produits chimiques, des additifs allergènes, des composants toxiques et des antibiotiques. Cela vaut également pour les produits de substitution à base de plantes déjà disponibles dans le commerce. À cet égard, il convient de souligner que même les produits déclarés comme « végétaux » ne sont absolument pas sains. Ils sont eux aussi fabriqués à grand renfort de produits chimiques et contiennent entre autres des quantités inquiétantes d’huile minérale.

La production de viande artificielle génère-t-elle des biodéchets toxiques ?

Comme nous l’avons brièvement mentionné précédemment, la production de viande cultivée génère également des biodéchets toxiques. Les biodéchets issus de ces fermentations biologiques synthétiques doivent d’abord être désactivés, puis éliminés en toute sécurité. Ils ne doivent pas finir dans une décharge.

Chers spectateurs, il faut prendre le temps de réfléchir à ce qui suit : La fabrication de produits que nous sommes censés manger génère des déchets dangereux qui ne peuvent pas être éliminés de manière traditionnelle, alors qu’ils seraient totalement inoffensifs pour nous ?

Que viennent faire des organismes résistants aux antibiotiques dans la viande artificielle ?

La chair obtenue dans la solution nutritive doit être résistante aux antibiotiques, car elle doit survivre aux antibiotiques utilisés pour tuer d’autres organismes indésirables dans la cuve dans laquelle la masse est cultivée. En conséquence, des organismes résistants aux antibiotiques sont également intégrés dans le produit final, et on ne peut que supposer quels types de maladies d’origine alimentaire pourraient être causés par des E. coli génétiquement modifiés et résistants aux antibiotiques. Voici une citation tirée de l’émission « L’arme alimentaire » [https://www.kla.tv/27996 ] :

« (…) Parallèlement, Gates investit beaucoup d’argent dans la recherche et la modification du microbiome, un écosystème complexe composé de bactéries, de champignons, d’archéobactéries et de virus qui, sous le terme général de « flore intestinale », contrôle de manière déterminante les processus digestifs et exerce une grande influence sur le développement mental et physique d’un enfant, en particulier au cours de sa première année de vie. »

La production de viande synthétique permet-elle réellement d’économiser du CO2 ?

On prétend également que la viande cultivée et les autres aliments synthétiques sont plus respectueux de l’environnement. Cela aussi est incorrect : non seulement la production génère des déchets spéciaux, mais en plus, l’industrie de la viande de laboratoire produit 4 à 25 fois plus de CO2 que l’élevage traditionnel. Cette information est destinée à ceux qui croient encore à l’arnaque du CO2. Car tout cet agenda concernant la sécurité alimentaire, etc. repose sur un mensonge concernant le CO2, qui justifie la prétendue nécessité de réduire l’agriculture naturelle. Dans d’autres émissions, Kla.TV a abordé la question des vaches tueuses de climat [« Les vaches, tueuses de climat ? »] ainsi que celle du Green Deal [« Destruction ciblée de l’agriculture »].

Comme nous venons de le voir, avec l’Agenda 2030, il est difficile pour les agriculteurs de bien nous nourrir, nous, la population qui dépend d’eux, et encore moins de maintenir leur existence.

Comme vous l’avez vu, les aliments synthétiques et transformés ne sont pas promus dans un réel souci de durabilité. Non, la biologie synthétique est recherchée pour mettre en place un énorme mécanisme de contrôle. Ceux qui détiendront toute la production alimentaire synthétique domineront littéralement le monde.

Voici une citation de Henry Kissinger à ce sujet :

« Celui qui contrôle l’approvisionnement alimentaire contrôle les gens ; celui qui contrôle l’énergie peut contrôler des continents entiers ; celui qui contrôle l’argent peut contrôler le monde. »

C’est également Kissinger qui, en 1974, a rédigé un document stratégique secret pour le « Conseil de sécurité nationale » dans lequel il déclarait, en d’autres termes, que la nourriture était un « instrument de puissance nationale ».

En bref, les mondialistes possèdent et contrôlent déjà la majeure partie des produits agricoles naturels cultivés dans le monde aujourd’hui. En remplaçant les véritables aliments d’origine animale par des alternatives protéinées brevetées et produites en laboratoire, on se dirige vers un pouvoir sans précédent sur la population mondiale. On sait également que la consommation d’aliments ultra-transformés contribue aux maladies, et le bénéficiaire est bien entendu Big Pharma. Pendant de nombreuses décennies, l’industrie alimentaire a encouragé les maladies chroniques, qui sont ensuite traitées par des médicaments plutôt que par une meilleure alimentation.

Notre nourriture originelle est pourtant une création parfaite et, sous sa forme naturelle, elle est adaptée à 100 % aux besoins de tous les êtres vivants. Et si Bill et consorts y touchent, ils nous créent « un buffet diabolique de Frankenstein avec un arrière-goût écœurant ». Toutefois, à Kla.TV, nous serions volontiers prêts à suivre les mondialistes, Big Pharma et les profiteurs de l’Agenda 2030 sur une période d’expérimentation plus longue, afin qu’ils puissent nous prouver dans leur propre chair quels sont les avantages de leurs produits.

Merci de diffuser cette émission et de rester avec nous pour que les projets de l’Agenda 2030 pour les peuples du monde puissent être mis à jour et ainsi déjoués. Ensemble, brisons le mur de la complexité et de l’ignorance.

de abu./tt.

Sources / Liens :

Pourquoi les aliments synthétiques sont très dangereux / Citation de New Scientist Albert-László Barabási
https://uncutnews.ch/warum-synthetische-lebensmittel-sehr-gefaehrlich-sind/

Pollution par les huiles minérales et additifs chimiques dans les produits végétariens/végétaliens
https://www.agrarheute.com/land-leben/oeko-test-veggie-wuerste-mineraloelen-belastet-585760
https://www.chip.de/news/Wurst-Alternative-im-Test-Fast-alle-Produkte-muessen-Kritik-einstecken_184187264.html

Les investissements de Gates dans les substituts de viande et les aliments synthétiques
https://odysee.com/@investmentdenker:c/Teil12:4

Document stratégique de Henry Kissinger de 1974
https://pdf.usaid.gov/pdf_docs/pcaab500.pdf

Objectifs de l’Agenda 2030
https://www.kla.tv/19023

L’arme alimentaire
https://www.kla.tv/27996

Contrôle des aliments / Vertical Farming / Citation de Kissinger / Contrôle des semences
https://www.kla.tv/23292

Découverte du mensonge sur le climat
https://www.kla.tv/27736

Décimation de l’élevage bovin
https://www.kla.tv/25420

Destruction ciblée de l’agriculture / Green Deal
https://www.kla.tv/22252

Interview avec Heiko Schöning :Covid 2.0 : nouvelle attaque terroriste avec des bactéries !?
https://www.kla.tv/27963




Pourquoi abandonner la théorie virale

[Source : @TheAmir]

Dr. Sam Bailey — Les virus n’existent pas et pourquoi c’est important

Plus de quatre ans se sont écoulés depuis la fraude COVID-19 et, si beaucoup de choses ont changé, la confusion reste le thème dominant. De plus en plus de gens se rendent compte qu’il n’y a pas eu de pandémie, mais il y a aussi beaucoup de gens qui intensifient les récits sur les « armes biologiques » et le « gain de fonction ». Nous avons également assisté à l’introduction d’un nouvel argument de contournement, à savoir que « l’existence du virus n’est pas importante ».

En 2020, nous avons commencé à étudier le modèle viral et nous avons réalisé que le SRAS-CoV-2 n’existait pas. En fait, il n’existait aucune preuve scientifique de l’existence de virus [pathogènes], depuis la littérature de la fin du XIXe siècle et le soi-disant « virus » de la mosaïque du tabac. Les critiques de la virologie ont souligné qu’aucune entité correspondant à la description d’un virus n’a jamais été physiquement isolée. Afin de maintenir l’illusion, les virologues n’ont pas réalisé d’expériences correctement contrôlées telles que celles proposées dans la déclaration « Régler le débat sur les virus ». En effet, le Dr Stefan Lanka a montré que les méthodes expérimentales elles-mêmes sont à l’origine de plusieurs résultats indirects présentés comme des preuves de l’existence de virus.

En 2022, Mark a publié A Farewell To Virology (Expert Edition)(([1] UN ADIEU À LA VIROLOGIE (ÉDITION POUR EXPERT) en version française.)), une réfutation formelle de presque tous les aspects du modèle viral. Comme pour les autres ouvrages produits par les partisans de « Pas de Virus », il n’y a pas eu de réponse directe à la thèse générale. Au lieu de cela, nous n’avons vu que des tentatives de changer de sujet, de brouiller les définitions établies des mots ou d’introduire de nouvelles hypothèses irréfutables(([2] ce qui fait entrer la virologie dans le domaine des croyances religieuses, car en science véritable toute hypothèse doit pouvoir être réfutée. NDLR)). Il n’y a pas de « troisième voie » en ce qui concerne l’existence des virus et ce sophisme ne fait que détourner l’attention du fait qu’aucun « pathogène » de quelque type que ce soit n’a été démontré. Les expériences réelles sur l’homme et l’animal visant à démontrer l’existence d’entités « contagieuses » à l’origine de maladies telles que la grippe et le rhume ont été des échecs monumentaux.

Dans cette vidéo, nous cherchons à comprendre pourquoi le fait de réaliser que les virus n’existent pas est une étape cruciale pour réduire la peur et créer une société meilleure.

Dr. Samantha Bailey

Source originale

https://odysee.com/@drsambailey:c/Viruses-Don’t-Exist-and-Why-It-Matters:4

Références






L’État de sécurité nationale et l’inversion de la démocratie aux USA

[Source : Quantum Leap Traduction]

L’État de sécurité nationale est le principal moteur de la censure et de l’ingérence électorale aux États-Unis.
Mike Benz :

« Ce que je décris est un régime militaire. C’est l’inversion de la démocratie. »






Pour en finir avec la Terre plate — Et s’instruire un peu

[Livre]

https://www.babelio.com/livres/Langlet-Pour-en-finir-avec-la-Terre-plate-Et-sintruire-u/939894

Par André Langlet

Depuis quelques années, un des acquis fondamentaux de la science commence à être remis en question : la forme de la Terre et sa place dans l’Univers. Elle serait comme l’imaginaient comme les anciens mythes : plate et recouverte d’un dôme tenant lieu de ciel.

Comment est-ce possible en 2017 ? Il semble bien que le fanatisme religieux soit responsable. Ce mouvement de pensée vient des USA, où des fondamentalistes tiennent à imposer une vision du monde strictement conforme à la Bible. Presque tous les acquis de la science sont niés. N’y échappe que ce qui est utile à ces gens, notamment à leur propagande sur Internet. Celle-ci se fait avec l’appui du complotisme, selon lequel nous vivons dans un mensonge généralisé. Les gouvernements font tout pour nous cacher que la Terre est plate. Les agences spatiales n’ont lancé aucun satellite et n’ont envoyé personne sur la Lune, ce qui rejoint une vieille thèse complotiste.

Les nombreux arguments avancés sont capables de convaincre des personnes crédules et très peu informées. C’est l’astronomie qui a appris à l’Humanité quelle était la forme de la Terre. Or si les découvertes les plus récentes sont rapportées par les médias, les bases de cette discipline restent mal connues. Ce livre donne les informations qui permettent de réfuter la théorie de la Terre plate en insistant sur le rôle des mathématiques, indispensables en astronomie. Il permet de saisir pleinement le caractère pseudo-scientifique des arguments des « platistes ». C’est le même type d’argument que les créationnistes utilisent, toujours en se basant sur la Bible, mais il est plus difficile de trouver les failles de leur raisonnement et ils n’ont pas besoin de s’appuyer sur les théories du complot.

Extrait

Il y a peu de temps, j’ai découvert avec stupéfaction qu’une théorie commence à se répandre en France, selon laquelle la Terre n’est pas sphérique, mais plate. Comment est-ce possible en 2017, après tant de progrès scientifiques ? En ce moment, les théories dites complotistes ou conspirationnistes se répandent grâce au Web, en particulier aux réseaux sociaux. Un grand classique du genre, ce sont les attentats du 11 septembre 2001, qui auraient été perpétrés par les autorités américaines selon la plus radicale des versions. On nous explique qu’aucun avion ne s’est écrasé contre les tours du World Trade Center ni sur le Pentagone. Tout cela, pour je ne sais quelle raison, mais peu importe… L’essentiel est de comprendre que les gouvernements nous mentent. Loin de moi l’idée que cela ne se produit jamais. Nous savons tous que Georges W. Bush a commandé l’invasion de l’Irak sous le prétexte que le régime de Saddam Hussein détenait des armes de destruction massive. Armes qui n’ont jamais existé. On pourrait sûrement établir une liste très longue des mensonges d’État.

Mais faire croire aux peuples du monde entier que la Terre est sphérique, alors qu’en réalité, elle est plate ? Ça m’en bouche un coin. Les adeptes de cette théorie, que l’on qualifie le plus souvent de platistes, s’efforcent de l’imposer en nous faisant croire que c’est encore un complot. Ils surfent sur la vague du complotisme. En réalité, leur théorie a commencé à se répandre aux USA avec la fondation de la Flat Earth Society, c’est-à-dire la Société de la Terre Plate, en 1956. Cette société a failli mourir en 2001 en même temps que son fondateur, mais elle a repris vie en 2009 avec la création d’un forum. Un Français très actif, dont personne ne connaît le vrai nom, a sous-titré un grand nombre de vidéos américaines pour les diffuser chez nous. Il a déclaré cesser son activité en fin 2016, estimant qu’il en avait assez fait et que la graine de la « vérité » était plantée. De fait, on assiste maintenant à un véritable matraquage sur le Web. Un fait notable est que cette personne se présente ouvertement comme chrétienne. D’après les informations dont je dispose, la Flath Earh Society est issue d’une secte évangélique, le Christian Flat Earth Ministry. Ses membres sont également des créationnistes : des personnes pensant que toutes les espèces d’animaux ont été créées telles quelles par Dieu et n’ont jamais évolué. Ce sont des gens qui abhorrent Darwin. Accessoirement, ils affirment que la Terre a été créée il y a 6 000 ans et que les dinosaures ont côtoyé les hommes. On ne doit pas les sous-estimer, car en ce moment, un créationniste est vice-président des USA. Le platisme apparaît alors, au moins au début, comme une forme extrême de rejet de la science au nom de la foi chrétienne. Ses adeptes ont une vision du monde strictement conforme à la Bible, y compris du point de vue cosmologique : la Terre est plate, immobile et au centre de l’Univers. Les étoiles sont des luminaires placés sur un dôme qui la recouvre. J’ai trouvé des musulmans qui se sont ralliés à cette idée. Mais il existe des platistes non-croyants, qui sont guidés par le conspirationnisme. Ils sont convaincus de vivre dans un mensonge permanent et cherchent la vérité en regardant des vidéos sur YouTube — les gens qui les mettent en ligne devant gagner une certaine quantité d’argent.

Faut-il craindre que cette idée puisse se répandre en France ? Honnêtement, je ne crois pas que le phénomène prendra une grande ampleur. Penser que la Terre est plate, qu’aucun satellite artificiel ne tourne autour d’elle et que l’Antarctique n’existe pas, ça va vraiment très loin. Néanmoins, j’ai pensé qu’il ne serait pas inutile d’écrire ce petit livre.

Je veux d’abord illustrer l’utilité des mathématiques. Les arguments des platistes sont en apparence bien structurés et ils n’hésitent pas à faire des raisonnements géométriques, mais si l’on regarde attentivement ce qu’ils affirment, on arrive à voir que leurs arguments ne tiennent pas. Le plus simple est l’absence de courbure visible de la Terre. Quand l’horizon est dégagé autour de nous et qu’il n’y a pas de relief, nous avons l’impression d’être sur un plan et non sur une sphère. Dans ce livre, je vais expliquer, chiffres à l’appui, pourquoi la courbure est trop faible pour être visible. J’utiliserai la trigonométrie et je vous conseille d’aller à l’annexe pour revoir la définition du sinus, du cosinus et de la tangente d’un angle. Les mathématiques sont l’arme ultime contre le platisme, mais il faut faire des démonstrations et des calculs corrects, ce qui demande un certain effort.

L’astronomie n’est pas réellement enseignée à l’école. S’il existe de nombreuses personnes qui s’y intéressent, achètent des télescopes pour regarder les astres et s’efforcent de s’informer d’une manière ou d’une autre, on ne peut pas dire que les bases en soient connues de tout le monde. Il paraît qu’en Europe, une personne sur trois ne sait pas que la Terre tourne autour du Soleil.

Le paradoxe est que tout le monde a entendu parler des trous noirs, une des grandes réussites de la vulgarisation scientifique avec les dinosaures, ainsi que des missions de la NASA, alors que les bases de l’astronomie restent très mal connues. Mais c’est ainsi : les médias parlent des découvertes les plus spectaculaires, et les romanciers et les cinéastes s’en emparent, tandis que les connaissances basiques, parfois rébarbatives ou difficiles à comprendre, restent dans l’ombre. Le résultat est que notre conception de l’Univers est bâtie sur du sable.

Pour prouver que la Terre est sphérique, on pense avant tout aux photos prises depuis l’espace. Mais la voie la plus facile n’est pas forcément la meilleure. Je vais montrer comment des hommes ont eu cette idée, il y a plus de deux millénaires. C’étaient des Grecs. Ils ont effectué des observations que tout le monde peut faire et il serait bien surprenant que l’on ne puisse pas en tirer les mêmes conclusions que dans l’Antiquité. Je montrerai ensuite comment Copernic, Kepler et Newton ont prouvé que la Terre et les autres planètes tournent autour du Soleil. Cela donne une petite idée de ce qu’est une démarche scientifique avec la précision et la rigueur requises. Ces hommes ont jeté les bases du raisonnement scientifique qui a conduit à tous les progrès que nous constatons aujourd’hui. Il est important d’avoir connaissance de leur œuvre : cela devrait faire partie de la culture générale.

1. Le mouvement des étoiles

Imaginez que vous vous trouvez au milieu des champs par une nuit sans nuage. Il ne faut pas que les lumières d’une ville ou d’un village viennent masquer le faible éclat des étoiles. En France, malheureusement, c’est une condition quasiment impossible à remplir. Les lumières d’une agglomération forment toujours un halo autour d’elle. Si vous vous éloignez de votre ville pour y échapper, vous allez vous rapprocher d’une autre ville. Cette pollution lumineuse est bien regrettable, car c’est le ciel nocturne qui nous donne une idée de ce qu’est l’Univers. Je ne l’ai vu clairement qu’à une seule occasion jusqu’à présent : dans les steppes mongoles, à des centaines de kilomètres de tout lieu habité. Je peux vous dire que c’est une expérience marquante.

Il ne faut pas non plus que la Lune soit visible, car de même que la lumière des villes, elle masque l’éclat des étoiles.

Le ciel vous apparaît comme une sphère au centre de laquelle vous vous trouvez. Les étoiles y forment des figures qu’on peut relier en imagination par des traits et qu’on appelle des constellations. Je précise dès maintenant que les étoiles d’une même constellation ne se trouvent pas à égale distance de la Terre. Dire qu’elles sont réparties sur une sphère, c’est juste une impression. Certaines peuvent être loin de la Terre tandis que d’autres sont proches. Vous pouvez également contempler une sorte de fleuve de lumière, la Voie Lactée.


Par Joseph Stroberg

Pour ceux qui veulent faire l’économie de lire un livre entier, la simple observation illustrée suivante et la connaissance de la géométrie de base suffit à démonter l’idée d’une Terre plate.

Voici ce que l’on devrait avoir si la Terre était plate avec un observateur regardant le Soleil descendre sous l’horizon en soirée en France, en comparaison avec un autre observateur situé dans la région de Montréal au Québec :

L’observateur français, représenté par le X rouge (sous le centre de la figure), voit le Soleil en train de descendre sous l’horizon vers l’Ouest, à gauche de la carte. Et donc l’observateur de Montréal (représenté par le X pourpre) devrait voir le Soleil se coucher aussi approximativement vers l’Ouest, et donc être aussi en train de descendre sous l’horizon.

Or, ce qu’il voit au même moment est représenté sur la figure suivante avec le Soleil en position 2, encore haut dans le ciel, en direction approximative du Sud, puisque pour lui le moment correspondant de la journée n’est qu’environ midi (à une ou deux heures près selon la saison) :

Le point 1 est la position du Soleil pour l’observateur français en soirée locale. Le point 2 est la position qu’aurait le Soleil au même moment vers midi pour un observateur québécois si la Terre était plate. L’angle de la direction du Soleil par rapport au plan horizontal serait d’environ 40 degrés vers midi local au printemps, mais plus grand en été et plus faible en hiver. Cependant, quelle que soit la saison, il serait nettement différent du zéro degré représenté par l’angle du soleil couchant, descendant sous l’horizon. Le point 3 est en direction du sud de Montréal.

Il est bien évident que le Soleil ne pouvant pas se trouver simultanément en deux positions distinctes, la géométrie d’une Terre plate est totalement incompatible avec l’observation. Par contre, la géométrie d’un globe terrestre reste totalement compatible avec l’observation du Soleil quel que soit le lieu terrestre considéré et quel que soit le moment de la journée, ceci pour n’importe quelle saison. Les astronomes amateurs et professionnels peuvent prévoir et repérer précisément la position des astres et leurs heures de lever et de coucher, grâce au modèle sphérique conforme aux faits observés, alors qu’aucun modèle de Terre plate n’a pu faire l’équivalent.

Avec Internet et la téléphonie vidéo, il est maintenant facile pour deux observateurs vivant en deux lieux distants de vérifier cela par jour ensoleillé aux deux endroits.

[Voir aussi :
La « vérité révélée », la Terre est plate et j’en aurais la preuve ?]




Sur Israël, les prémonitions au vitriol de Raymond Aron

[Source : orientxxi.info]

[Illustration : Portrait daté du 17 juin 1983 du philosophe français Raymond Aron avant un débat à Draguignan.
Raph GATTI/AFP]

Il était plus facile il y a quelques décennies de critiquer en France la politique de Tel-Aviv qu’aujourd’hui. Les analyses de Raymond Aron, chroniqueur à L’Express et au Figaro, incisives et dénuées de tout sentimentalisme vis-à-vis de sa judaïté, tranchent avec le tropisme pro-israélien actuel des médias dominants.

Par Pierre Prier

Raymond Aron est à la mode. Le penseur libéral, l’universitaire doublé d’un éditorialiste influent par ses éditoriaux dans Le Figaro puis dans L’Express, des années 1950 à 1980, a été convoqué à l’occasion du quarantième anniversaire de sa disparition par des médias de droite à la recherche des références intellectuelles qui leur manquent dans la production actuelle : « un maître pour comprendre les défis d’aujourd’hui », « un horizon intellectuel », « un libéral atypique ».

Curieusement, les prises de position les plus incisives de son œuvre journalistique, à savoir celles consacrées à Israël et à la Palestine, sont absentes des injonctions à « relire Raymond Aron ». Elles n’en restent pas moins d’une actualité brûlante.

On comprend cette gêne si on les relit, effectivement. Certaines de ces idées, exprimées dans une presse de droite par un homme de droite d’origine juive, le feraient classer en 2024 comme « antisioniste » (voire pire) par des médias et des « philosophes » de plateaux télé qui se contentent de paraphraser le narratif Israélien.

C’est une véritable réflexion qui se déclenche le 27 novembre 1967, à la suite de la célèbre conférence de presse du général de Gaulle dénonçant, après la victoire éclair d’Israël et l’occupation des territoires palestiniens : « les Juifs (…) qui étaient restés ce qu’ils avaient été de tout temps, c’est-à-dire un peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur ». Chaque mot de cette déclaration « aberrante » choque Raymond Aron. En accusant « les Juifs » éternels et non l’État d’Israël, de Gaulle réhabilite, écrit-il, un antisémitisme bien français : « Ce style, ces adjectifs, nous les connaissons tous, ils appartiennent à Drumont, à Maurras, non pas à Hitler et aux siens ».

INTERROGATIONS SUR LE CONCEPT DE « PEUPLE JUIF »

Mais Aron, en vrai philosophe, ne saurait s’arrêter là : « Et maintenant, puisqu’il faut discuter, discutons », écrit-il dans Le Figaro. Il se lance alors dans une étude sociohistorique, adossée à une auto-analyse inquiète qui n’a pas vieilli. Quel rapport entre ses origines et l’État d’Israël ? L’obligent-elles à un soutien inconditionnel ? Et d’ailleurs qu’est-ce qu’être juif ? Ces questions parfois sans réponse définitive, on les trouve dans un ouvrage qui rassemble ses articles du Figaro1 puis, plus tard, dans ses Mémoires2 publiées l’année de sa mort, en 1983, et enfin dans un livre paru récemment qui comporte, lui, tous ses éditoriaux de L’Express3. Les citations de cet article sont extraites de ces trois livres.

Et d’abord, qu’est-ce que ce « peuple » juif comme le dit le président de la République, commence par se demander Raymond Aron. Il n’existe pas comme l’entend le sens commun, répond-il, puisque « ceux qu’on appelle les Juifs ne sont pas biologiquement, pour la plupart, les descendants des tribus sémites » de la Bible. « Je ne pense pas que l’on puisse affirmer l’existence objective du “peuple juif” comme celle du peuple français. Le peuple juif existe par et pour ceux qui veulent qu’il soit, les uns pour des raisons métahistoriques, les autres pour des raisons politiques ». Sur un plan plus personnel, Aron se rapproche, sans y adhérer complètement, de la fameuse théorie de son camarade de l’École normale supérieure, Jean-Paul Sartre, qui estimait qu’on n’était juif que dans le regard des autres. L’identité n’est pas une chose en soi, estime-t-il, avec un brin de provocation :

Sociologue, je ne refuse évidemment pas les distinctions inscrites par des siècles d’histoire dans la conscience des hommes et des groupes. Je me sens moins éloigné d’un Français antisémite que d’un Juif marocain qui ne parle pas d’autre langue que l’arabe…

Mais c’est pour ajouter aussitôt : « Du jour où un souverain décrète que les Juifs dispersés forment un peuple “sûr de lui et dominateur”, je n’ai pas le choix ». Cette identité en creux ne l’oblige surtout pas à soutenir une politique. Aron dénonce « les tenants de l’Algérie française ou les nostalgiques de l’expédition de Suez qui poursuivent leur guerre contre les Arabes par Israël interposé ». Il se dit également gêné par les manifestations pro-israéliennes qui ont eu lieu en France en juin 1967 : « Je n’aimais ni les bandes de jeunes qui remontaient les Champs-Élysées en criant : “Israël vaincra”, ni les foules devant l’ambassade d’Israël ». Dans ses Mémoires, il va plus loin en réaffirmant son opposition à une double allégeance :

Les Juifs d’aujourd’hui ne sauraient éluder leur problème : se définir eux-mêmes Israéliens ou Français ; Juifs et Français, oui. Français et Israéliens, non — ce qui ne leur interdit pas, pour Israël, une dilection particulière.

Cette « dilection », il la ressent émotionnellement. Lui qui en 1948 considérait la création de l’État d’Israël comme un « épisode du retrait britannique » qui « n’avait pas éveillé en lui la moindre émotion », lui qui n’a « jamais été sioniste, d’abord et avant tout parce que je ne m’éprouve pas juif », se sentirait « blessé jusqu’au fond de l’âme » par la destruction d’Israël. Il confesse toutefois : « En ce sens, un Juif n’atteindra jamais à la parfaite objectivité quand il s’agit d’Israël ». Sur le fond, il continue de s’interroger. Son introspection ne le prive pas d’une critique sévère de la politique israélienne, puisqu’Aron ne se sent aucune affinité avec les gouvernements israéliens : « Je ne consens pas plus aujourd’hui qu’hier à soutenir inconditionnellement la politique de quelques hommes ».

LE REFUS D’UN SOUTIEN « INCONDITIONNEL »

Cette politique va jusqu’à le révulser. Il raconte comment il s’emporte, au cours d’un séminaire, contre un participant qui clame : « La raison du plus fort est toujours la meilleure ». Le digne professeur explose : « Contre mon habitude, je fis de la morale avec passion, avec colère. Cette formule… un Juif devrait avoir honte de la prendre à son compte ». Mais en général, le philosophe-journaliste reste attaché à une analyse froide des réalités du moment. Raymond Aron n’oublie pas qu’Israël est aussi un pion dans la géopolitique de la guerre froide : « S’il existe un “camp impérialiste” [face à l’URSS], comment nier qu’Israël en fasse partie ? » Puis : « Dans le poker de la diplomatie mondiale, comment le nier ? Israël, bon gré mal gré, est une carte américaine ».

Il pousse loin le principe de la « déontologie » intellectuelle. S’il juge qu’en 1967, Israël a été obligé d’attaquer, il peut être bon, pour le bien de la paix régionale, qu’il perde quelques batailles : « Je jugeai normale l’attaque syro-égyptienne de 1973 », écrit-il, ajoutant même : « Je me réjouis des succès remportés par les Égyptiens au cours des premiers jours », car ils permettraient au président Anour El-Sadate de faire la paix.

Mais Aron reste tout de même sceptique devant l’accord de 1978 entre Menahem Begin et Sadate à Camp David, simple « procédure » qu’il « soutient sans illusion », car il lui manque le principal : elle ne tient pas compte du problème « des colonies implantées en Cisjordanie ». En 1967 (rejoignant, cette fois, les prémonitions du général de Gaulle, dans la même conférence), il décrit l’alternative à laquelle Israël fait face : « Ou bien évacuer les territoires conquis… ou bien devenir ce que leurs ennemis depuis des années les accusent d’être, les derniers colonisateurs, la dernière vague de l’impérialisme occidental ». L’impasse est totale, selon lui : « Les deux termes semblent presque également inacceptables » pour Tel-Aviv.

Ce pessimisme foncier s’exprime dans ses articles écrits pour L’Express dans les dernières années de sa vie. En 1982, il salue la portée « symbolique » et la « diplomatie précise » de François Mitterrand, qui demande devant le parlement israélien un État pour les Palestiniens, en échange de leur reconnaissance d’Israël. Tout en restant lucide : « Mitterrand ne convaincra pas Begin, Reagan non plus ». Selon lui, écrit-il toujours en 1982, Israël n’acceptera jamais de reconnaître l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) comme seul représentant des Palestiniens. Dix ans plus tard, les accords d’Oslo connaîtront finalement l’échec que l’on sait, et Israël facilitera la montée du Hamas, dans le but d’affaiblir l’OLP.

L’invasion du Liban par Israël en 1982, le départ de Yasser Arafat et de ses combattants protégés par l’armée française donnent encore l’occasion à Raymond Aron de jouer les prophètes : même si l’OLP devient « exclusivement civile (…), d’autres groupements reprendront l’arme du terrorisme (…). L’idée d’un État palestinien ne disparaîtra pas, quel que soit le sort de l’OLP ».

En septembre, il commente ainsi les massacres des camps palestiniens de Sabra et Chatila par les phalangistes libanais, protégés par l’armée israélienne :

Israël ne peut rejeter sa responsabilité dans les massacres de Palestiniens (…). Pendant les trente-trois heures de la tuerie, des officiers de Tsahal ne pouvaient ignorer ce qui se passait dans les camps.

Et les prédictions d’Aron, en décembre de la même année, résonnent singulièrement aujourd’hui. À l’époque, le terme d’apartheid est encore réservé à l’Afrique du Sud. Le philosophe évoque un autre mot et une autre époque :

D’ici à la fin du siècle, il y aura autant d’Arabes que de Juifs à l’intérieur des frontières militaires du pays. Les Juifs porteront les armes, non les Arabes. Les cités grecques connaissaient cette dualité des citoyens et des métèques. Faut-il croire au succès de la reconstitution d’une cité de ce type au XXe siècle ?

Oui, il faut relire Raymond Aron.


1 De Gaulle, Israël et les Juifs, Plon, 1968.

2 Mémoires, tome 2, Julliard, 1983.

3 De Giscard à Mitterrand, 1977-1983, Calmann-Lévy, 2023.




Rothschild : les maîtres de la finance mondiale

[Source : GÉOPOLITIQUE PROFONDE via lesmoutonsenrages.fr]

[Note de Joseph :
comme rappelé en début de la vidéo, Mayer Amschel Rothschild est né le 23 février 1744. Et pour ceux qui s’intéressent à la numérologie, son chemin de vie est 23/5 (23+2+1744=1769 ; 1+7+6+9 = 23).
Ce chemin de vie particulier s’appelle l’étoile royale du Lion :

~ Étoile Royale du Lion – Gardienne de la Terre ~ L’Étoile Royale du Lion est l’une des 4 Étoiles Royales de la Terre, également appelées les 4 Gardiennes du Ciel. L’Étoile Royale du Lion est l’étoile Régulus (qui signifie Petit Roi). Cette étoile est le cœur du Lion dans la constellation du Lion. L’étoile royale du Lion est le gardien du Nord et est associée à l’archange guérisseur Raphaël. On dit que les 4 étoiles royales de la Terre étaient utilisées comme calendrier céleste pour marquer les saisons, et qu’elles marquaient également les 4 directions.

En termes de numérologie, les nombres de l’Étoile Royale du Lion sont 23/5. Les personnes nées avec ce but de vie portent le nombre 23/5. « Nombre 23 — L’Étoile Royale du Lion — C’est un nombre de récompense karmique. Le 23 accorde non seulement une promesse de succès dans les efforts personnels et professionnels, mais il garantit l’aide des supérieurs et la protection de ceux qui sont haut placés. C’est un nombre très chanceux, qui bénit avec une grâce abondante la personne qu’il représente. Comme toujours, le 23 doit être considéré avec les autres nombres clés simples et composés qui composent l’analyse numérologique complète, qui peuvent ne pas être tout à fait aussi chanceux. Mais les autres nombres n’ont pas beaucoup de chance d’apporter de sérieux problèmes lorsque l’Étoile Royale du Lion est présente pendant les périodes difficiles. Aucun nombre ne peut défier la force du Lion et l’emporter ».

(Source ou sa capture PDF)

Si cela a, semble-t-il, merveilleusement bien fonctionné sur le plan matériel pour Mayer Amschel Rothschild qui est considéré comme « père de la finance internationale » (Wikipédia), il se trouve que j’ai exactement le même chemin de vie, étant né le 23 février 1960 (23+2+1960=1985 ; 1+9+8+5=23), à exactement 216 ans d’écart, et que je n’ai manifestement pas ce type de destinée, faisant même plutôt partie des pauvres de ce monde et que ma vie serait facilement considérée comme matériellement ratée. En passant, 216 = 6x6x6 ou 6 à la puissance 3.

Bien entendu, il a existé un grand nombre de personnes nées le 23 février 1744, de même qu’il en existe un grand nombre encore vivantes et nées le 23 février 1960.]




L’UE n’en a pas fini avec les paysans

https://www.ladepeche.fr/2024/02/20/colere-des-agriculteurs-un-convoi-de-tracteurs-va-relier-villecomtal-a-lacq-gare-aux-embouteillages-en-bigorre-ce-mardi-11776207.php




Acceptons-nous de devenir des objets connectés ?

[Source : JSF – TV]

Capsule d’Emilie Mugabo à propos de l’omerta sur l’oxyde de graphène et les nanopuces et autres nanocomposants électroniques dans les injections covid et au-delà.

[Voir aussi :
https://www.profession-gendarme.com/droit-de-reponse-demilie-mugabo/
« Le Vaccin Covid est une arme biologique 100% SYNTHÉTIQUE »
Le rôle de l’hydrogel et des points quantiques pour le projet transhumaniste
C’est l’heure du conte « Gain de Fiction »* avec RFK Jr. et ses amis !
Selon selon le Pr Ian Akyildiz les ARNm des vaxins sont en réalité des nanomachines programmées à petite échelle
UN ADIEU À LA VIROLOGIE (ÉDITION POUR EXPERT)
Qu’est-ce que l’oxyde de graphène et les nanotechnologies ont à voir avec la 5G ?
Nanoréseau intégré au corps humain. Extraordinaire dossier réalisé par un scientifique
https://xochipelli.fr/2024/02/de-loxyde-de-graphene-des-nano-tubes-de-carbone-de-ladn-synthetique-dans-les-nano-fibres-des-viandes-cellulaires-cultivees-en-cuves-metalliques-et-dans-les-viandes-animal/
Se débarasser du graphène
et les nombreux articles complémentaires des dossiers :
5G et ondes pulsées,
Implants numériques et contrôle mental
et Vaccins et virus]






LE PROCÈS DE REINER FUELLMICH

[Source : ELO Trad]

Greg Reese nous explique la situation dans laquelle se trouve l’avocat Reiner Fuellmich du Comité Corona.
Il est actuellement en procès en Allemagne pour détournement de fonds, mais la réalité en est toute autre.
Il semble que la justice puisse enfin être rendue.

[Voir aussi :
Des nouvelles de Reiner Füellmich
et
Message personnel de Reiner Fuellmich au début de l’année]






France — La Loi Gayssot a fait taire tous les historiens, l’article 4 fera taire tous les scientifiques !

[Source : lemediaen442.fr]

Par Le Média en 4-4-2

La récente adoption de l’article 4 a suscité de vives réactions, certains dénonçant une atteinte à la liberté d’expression et une nouvelle étape vers un État totalitaire. Comparé à la loi Gayssot, qui réprime la contestation des crimes contre l’humanité, cet article vise à réprimer la provocation à l’abandon de soins. Il s’inscrit dans une tendance inquiétante de restriction des libertés individuelles.

[Voir aussi :
De la censure à la criminalisation de la dissidence]

Cette mesure a été adoptée après un débat houleux à l’Assemblée nationale, où certains députés ont exprimé leurs inquiétudes quant à son impact sur la liberté d’expression et sur le dialogue démocratique. Néanmoins, malgré les critiques, l’article a été voté avec une majorité de 182 voix pour et 137 voix contre.

Conformément à cette disposition, la provocation à l’abandon ou à l’abstention de soins sera passible d’une peine d’un an d’emprisonnement et d’une amende de 30 000 euros. Ces sanctions seront aggravées en cas de conséquences directes de la provocation, avec une peine pouvant atteindre trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende.

Les défenseurs de cette mesure, parmi lesquels la secrétaire d’État Sabrina Agresti Roubache, ont souligné la nécessité de lutter contre les dérives sectaires et complotistes, notamment sur internet, qui pourraient mettre en danger la santé publique.

Néanmoins, cette adoption suscite des inquiétudes quant à la liberté d’expression et à la possibilité pour les citoyens de remettre en question les politiques de santé publique. Certains y voient un précédent dangereux qui pourrait restreindre davantage les libertés individuelles dans le futur.

Cela nous rappelle l’opposition rencontrée lors de l’adoption de la loi Gayssot en 1990, qui a été l’objet de vifs débats et d’une opposition notable de la part de la droite parlementaire, alors majoritaire au Sénat. Cette loi, portant sur la répression de la contestation des crimes contre l’humanité, a été perçue comme une atteinte à la liberté d’expression par certains politiciens de droite.

Au Sénat, plusieurs votes de rejet ont eu lieu les 11, 29 et 30 juin 1990, illustrant l’opposition ferme de certains membres de la classe politique à cette proposition législative. Parmi les personnalités politiques qui se sont opposées à la loi Gayssot, on compte des figures influentes telles que Dominique Perben, Pascal Clément, François Fillon, Gilles de Robien, Jean-Louis Debré, Pierre Mazeaud, Jacques Chirac, Jean Foyer, Alain Peyrefitte et Simone Veil, ainsi que le député Jacques Toubon. Cette opposition soulignait les préoccupations quant à l’impact de la loi sur la liberté d’expression et son influence sur le récit historique.

Jacques Toubon, exprimant son désaccord, déclarait :

« Je suis contre le délit de révisionnisme, parce que je suis pour le droit et pour l’histoire, et que le délit de révisionnisme fait reculer le droit et affaiblit l’histoire ».

Après avoir restreint la liberté de recherche pour les historiens, le gouvernement semble désormais entraver la liberté d’expression des scientifiques. Cette tendance inquiétante pourrait conduire les citoyens à devoir se fier uniquement aux décisions politiques influencées par l’industrie pharmaceutique.

C’est comme si le silence autour de la loi Gayssot avait donné le feu vert pour la mise en place de l’article 4. Cela montre clairement comment restreindre la liberté d’expression peut ouvrir la porte à davantage de mesures restrictives.

Cela nous montre l’importance cruciale de lutter contre toutes les injustices qui restreignent la liberté d’expression. En laissant une restriction passer sans réagir, nous risquons d’ouvrir la porte à d’autres formes d’oppression et de censure. Il est essentiel de défendre activement la liberté d’expression pour préserver nos droits fondamentaux et maintenir un dialogue ouvert et démocratique dans la société.




Petit rappel à la Macronie : le français est la langue officielle de notre pays !

[Source : bvoltaire.fr]

Par Me Alain Belot

Six associations de défense de la langue française viennent de rédiger un communiqué de presse en commun afin de dénoncer ce qu’ils appellent un « véritable linguicide » initié par la Macronie.

Ces associations demandent instamment « de n’apporter aucun suffrage à ce parti présidentiel destructeur ». Et pour cause : le parti d’Emmanuel Macron, dont le mondialisme étouffant n’est plus à démontrer, s’en prend désormais à la langue française, lui préférant l’anglais, certainement plus à même de faire réussir la « start up nation ».

Le communiqué s’insurge d’abord contre la campagne d’affichage publicitaire de l’Union européenne qui a été diffusée en France aux mois de mars et novembre 2023. On pouvait lire alors sur les nombreuses affiches de propagande, en très gros caractères, ce même slogan : « YOU ARE UE ». La traduction était inscrite en bas de l’affiche, en minuscules et, naturellement, à peine visible.

Or, faisons d’abord remarquer que cette inscription est contraire à la loi Toubon du 4 août 1994, laquelle prévoit que la présentation en français doit être aussi lisible, audible ou intelligible que la présentation en langue étrangère. Sur le fond, cet affichage laisse peu de place à la contestation, dès lors que l’on ne se sentirait pas exactement faire partie de leur grande famille progressiste, de leur UE…

De surcroît, ce qui attise l’ire de ces associations de défense de la langue française, c’est bien la fameuse affiche de campagne dévoilée par Les Jeunes avec Macron, pour les élections européennes. L’affiche, manifestement copiée sur le sigle d’une grande société des GAFAM, contient le slogan suivant : « Think different, Renew Europe ». Dès lors, si on comprend bien le cheminement intellectuel macron-anachronique, avant de nous imposer leur « renaissance », on se devait d’être « en marche » et, désormais, on doit penser différemment, mais surtout en anglais ! Bref, ce n’est pas une surprise, Macron et ses jeunes ont, depuis longtemps, perdu leur latin.

Permettons, néanmoins, de rappeler à cette jeunesse mondialisée que l’article 2 de la Constitution dispose, en son premier alinéa : « La langue de la République est le français. » Mais, on le sait bien, ces jeunes gens se moquent autant du français que de la République. Ils ne comprennent d’ailleurs pas le problème de la polémique. Surtout que leur mentor n’a rien fait pour empêcher que l’anglais ne devienne la langue de travail de la Commission européenne, du Parquet européen ou encore de la Cour des comptes européenne.

C’est alors, encore et toujours, une lancinante humiliation faite au peuple français et à ceux qui défendent ses valeurs jusqu’à sa langue. Même la grande Histoire est méprisée quand on se souvient que François Ier, en déclarant, par l’ordonnance de Villers-Cotterêts de 1539, le français comme langue officielle, avait comme seul objectif d’unifier le royaume de France.




De la censure à la criminalisation de la dissidence

[Source : epochtimes.fr]

[Illustration : Vue générale de l’Assemblée nationale française à Paris le 17 juillet 2023. (Bertrand Guay/AFP via Getty Images)]

Par Jeffrey A. Tucker

L’histoire avance rapidement.

Une bataille majeure se prépare dans le monde occidental sur le principe fondamental de la liberté d’expression. Nos droits à la liberté d’expression n’ont jamais été aussi fragiles.

En pleine nuit, en France, une nouvelle loi a été adoptée par l’Assemblée nationale, qui considère comme un délit le fait de critiquer les injections d’ARNm. Les critiques l’appellent la loi Pfizer. Elle prévoit des amendes pouvant aller jusqu’à 45 000 euros et éventuellement trois ans de prison.

Comme dans tous les pays occidentaux, les critiques à l’encontre de la plateforme mRNA font l’objet d’une vaste censure.

Plutôt que de reculer face au scepticisme de certains quant à l’efficacité et l’innocuité de ces vaccins, les gouvernements, piégés par les intérêts pharmaceutiques, prennent fait et cause pour les entreprises et les Big Techs en menaçant d’emprisonnement toute personne qui s’exprime ouvertement contre elles.

La censure devient alors une arme redoutable. C’est l’étape logique suivante. Dans un premier temps, vous déployez tous les moyens possibles pour empêcher toute dissidence sur les canaux de distribution de l’information. Quand ça ne marche pas, parce que les gens ont trouvé des moyens alternatifs pour faire passer l’information, vous intensifiez les choses et instituez des contrôles radicaux.

C’est logique. Après tout, la censure permet d’influer sur l’esprit du public afin d’étouffer toute opposition au régime. Lorsque les médias traditionnels s’effondrent et que de nouveaux médias se développent, l’étape suivante consiste à aller criminaliser l’opinion, comme le fait tout gouvernement totalitaire.

La politique aujourd’hui est planétaire. Les élites qui ont pris le contrôle de nos gouvernements se coordonnent au-delà des frontières.

En second lieu, un article important de la rubrique opinion du New York Times, se réjouit qu’une affaire de diffamation ait abouti. Michael Mann, professeur à l’université de Pennsylvanie a poursuivi un rédacteur de l’Institut Competitive Enterprise auquel il reproche d’avoir contesté son modèle de changement climatique, notamment ce que l’on appelle la crosse de hockey.

Ce n’est pas du domaine de tout le monde, mais il semble évident que la science climatique dominante devrait elle aussi faire l’objet d’une critique vigoureuse. Si l’ère Covid nous a appris quelque chose, c’est que le « consensus scientifique » peut être complètement faux.

Le scientifique Michael Mann assiste à la projection à New York du documentaire HBO « Comment lâcher prise sur le monde et toutes les choses que le climat ne peut pas changer » à New York le 21 juin 2016.
(Slaven Vlasic/Getty Images pour HBO)

La diffamation consiste à dire que les propos tenus ont cherché à mentir délibérément dans l’intention de nuire. On pourrait penser que peu de choses peuvent être qualifiées de la sorte, et certainement pas la critique d’un modèle climatique.

Cette accusation a pourtant été retenue par un juge américain. Après une dizaine d’années de procédure, le jury a fini par se prononcer en faveur des plaignants. L’un des défendeurs, Rand Simberg, a été condamné à payer 1000 dollars et l’autre, Mark Steyn… à 1 million de dollars. M. Simberg affirme qu’il fera appel et qu’il s’en tient à chaque mot qu’il a écrit. M. Steyn également.

Pour l’essentiel, ce verdict criminalise l’hyperbole, a déclaré l’avocat de la défense.

L’auteur de l’article d’opinion, quant à lui, estime qu’il s’agit d’une question de justice. « Notre récente victoire en première instance pourrait avoir des implications plus larges », déclare-t-il. « Elle a tracé une ligne dans le sable. Les scientifiques savent désormais qu’ils peuvent répondre aux attaques en intentant un procès pour diffamation ». Il mentionne en particulier les personnes qui ne sont pas d’accord avec le consensus Covid ou qui ont fait de fausses déclarations sur les effets néfastes des éoliennes sur la santé.

Vous imaginez ? Critiquer une éolienne ou une pandémie et se retrouver devant un juge !

Il est terrifiant de penser à ce que cela implique. Et l’auteur de l’article ne laisse rien à l’imagination. Il considère cette affaire comme un moyen de rendre la critique scientifique de n’importe quel domaine de la vie — des vaccins au changement climatique en passant par la transition vers les véhicules électriques — essentiellement illégale. En tout cas, si ce n’est pas le cas, il s’en rapproche en érigeant tellement de mines terrestres que les critiques vont se taire de peur de voir leur vie détruite.

Cette affaire a duré dix ans. Comment est-il possible que des plaideurs fassent durer une affaire aussi longtemps ? Il s’agit d’établir un précédent sérieux. Ce précédent est désormais clairement établi. La définition de la diffamation est tellement malléable que les jurys peuvent décider de tout. La seule perspective d’être traîné devant un juge pendant plus de dix ans suffit à dissuader les gens de s’exprimer.

En substance, tous les détracteurs du « consensus scientifique » en tous domaines ont été mis en garde. Ils sont d’ores et déjà des cibles de choix. C’est le monde vers lequel nous nous dirigeons.

La censure fonctionne lorsque le gouvernement peut contrôler tous les canaux de distribution de l’information. Et quand ce n’est plus le cas ? Les pouvoirs peuvent utiliser des méthodes plus directes.

Nombreux sont ceux qui se réjouissent de voir disparaître les médias traditionnels. C’est certainement mon cas, mais réfléchissez à la façon dont les censeurs vont réagir. Ils deviennent plus durs et utilisent davantage les tribunaux de justice. C’est l’avenir qui nous attend et il est extrêmement dangereux. Selon cette trajectoire, la liberté d’expression est appelée à disparaître.




La République française n’existe plus !

[Source : Valérie Bugault]

Dans cet épisode de Politique & Eco, Valérie Bugault, experte en géopolitique juridique et économique, discute de la disparition progressive de la République française et de l’État français, remplacés par des intérêts financiers supérieurs orchestrés depuis la City of London. Elle souligne que les véritables intérêts représentés politiquement sont ceux qui financent les partis politiques, remplaçant la Res Publica par la Res Privata.

📘 Valérie Bugault, également à la tête du projet Révoludroit, propose une réforme profonde à plusieurs niveaux : économique, juridique et étatique, en s’appuyant sur les principes fondamentaux de la civilisation chrétienne. Elle envisage une nouvelle organisation politique qui pourrait remédier à cette situation.

[Note de Joseph :
Le projet Révoludroit de Valérie Bugault (abordé en seconde partie de vidéo) part sans doute d’un bon sentiment. Cependant, si l’on se base sur le schéma suivant qui provient du site, il s’agirait de remplacer la lourdeur administrative actuelle par une autre structure lourde qui aurait toutes les chances d’involuer vers un nouveau système oppressif avec moult lois et règlements. Ceci apparaît très peu favorable à l’établissement d’une réelle souveraineté des individus et des groupes divers qu’ils peuvent constituer et à la liberté en général. Un tel modèle représente probablement une nouvelle cage, plus ou moins dorée au départ, mais dont le verni finirait par craqueler et révéler la réalité sous-jacente.
Un peuple a-t-il besoin de telles structures pour vivre et surtout pour vivre libre ? Les sociétés les plus libres sont celles qui fonctionnent sur la base de petites communautés et de manière décentralisée, admettant tout au plus un chef ou un guide. Et la réelle liberté dépend de deux facteurs sans lesquels elle n’est que superficielle, factice ou absente : la responsabilité et la vérité (voir Changer le Système ?). La responsabilité est notamment ce qui permet la préservation d’un grand degré de liberté de tous les participants à un groupe donné tout en conservant sa cohésion. Chaque communauté humaine devrait ainsi pouvoir bénéficier de sa propre manière d’envisager son organisation et son fonctionnement dans toutes ses dimensions (éducative, sociale, politique, judiciaire, économique…) en accord avec ses valeurs et ses croyances fondamentales (religieuses, spirituelles…).
En France, les valeurs et croyances ont des racines chrétiennes et le Christ ne proposait qu’un seul commandement, autrement dit une seule loi : aime ton prochain comme toi-même. Est-il utile de multiples règles, lois, textes et règlements lorsque la vie est basée sur ce principe ou sur les quatre piliers de l’enseignement du Christ que sont l’Amour, le Pardon, la Charité et l’Humilité ? Ma vision d’un nouveau paradigme civilisationnel (exposée dans le Manifeste pour un nouveau monde et quelques articles complémentaires) est nettement différente de la démarche de Valérie Bugault. Je ne souhaiterais pas vivre dans la France de Révoludroit.]




La vérité sur la guerre en Ukraine




Le rôle de l’hydrogel et des points quantiques pour le projet transhumaniste

[Source : Oz Réinfo]

Le journaliste d’investigation Américain Greg Reese nous livre un rapport sur les travaux du Dr Ana Maria Mihalcea concernant l’hydrogel et les points quantiques retrouvés dans le sang des vaccinés et de non-vaccinés à cause des injections covid, des test PCR et autres procédés illégaux. Ils avancent que ce sont des composés qui permettront la fusion des hommes avec les machines en permettant une interface cerveau-ordinateur grâce à des fréquences électromagnétiques. Cela pourra mener à du contrôle mental dans un cadre transhumaniste.

[NDLR Pour l’instant, il n’existe pas de preuve scientifiquement valide du transfert de la nanotechnologie vaccinale d’un vacciné vers un non-vacciné. Par contre, la présence de graphène a été trouvée sur des masques et sur des écouvillons de tests PCR.
Dr Sam Bailey sur l’histoire du Shedding vaxinal
Le graphène, outil de surveillance de la santé, se trouve dans les masques, écouvillons, et… les vaccins. Conséquences potentiellement désastreuses sur la santé humaine
Les écouvillons des tests PCR conçus pour implanter de l’hydrogel DARPA au lithium dans le cerveau et attaquer la glande pinéale ?
Un groupe international de scientifiques a découvert que douze marques d’injections de Covid contiennent de l’hydrogel et de l’oxyde de graphène réduit
Nanoparticules d’hydrogel et nanocomposites pour l’administration nasale de médicaments / vaccins
Dr David A. Hughes : « Qu’y a-t-il dans les soi-disant “vaccins” COVID-19 ? » — Preuves d’un crime mondial contre l’humanité
Sources d’Anti-Oxydants pour Détruire la Couronne Nécro-Moléculaire d’Oxyde de Graphène
« Le Vaccin Covid est une arme biologique 100% SYNTHÉTIQUE ».
Sur les techniques et les technologies de contrôle mental, voir notamment :
Un neurologue de la DARPA avertit sur le contrôle mental
Robert Kennedy Jr. explique comment la CIA a utilisé des expériences de contrôle mental pour apprendre à contrôler les masses
Armes électromagnétiques, interfaces cerveau-machine, contrôle mental et harcèlement électromagnétique : la réalité a-t-elle rejoint la science-fiction ?
Selon selon le Pr Ian Akyildiz les ARNm des vaxins sont en réalité des nanomachines programmées à petite échelle
Très important — Émissions de rayonnements à énergie dirigée de cinquième génération (5G) dans le contexte des vaccins Covid-19 à nanométaux contaminés avec des antennes en oxyde de graphène ferreux
Nanoréseau intégré au corps humain. Extraordinaire dossier réalisé par un scientifique
Les armes électromagnétiques ne sont pas de la science fiction]






Poutine veut que Biden reste au pouvoir pour provoquer la chute de l’empire américain

[Source : english.pravda.ru]

[Illustration : Photo de defense.gov par D. Myles Cullen (domaine public)]

Par Lyuba Lulko

Poutine préfère Biden parce qu’il est en train de ruiner l’Amérique de l’intérieur.

Les responsables occidentaux sont restés perplexes lorsque Poutine a déclaré qu’il préférait traiter avec Biden en tant que président américain plutôt qu’avec Donald Trump.

En début de semaine, le journaliste russe Pavel Zarubin a demandé au président russe Vladimir Poutine qui il préférerait voir comme prochain président des États-Unis : Joe Biden ou Donald Trump.

« Joe Biden est meilleur pour la Russie que Donald Trump, car c’est un politicien expérimenté de la vieille école et plus prévisible », a déclaré M. Poutine.

Le président russe ne considère pas M. Biden comme physiquement incapable :

« Lorsque j’ai rencontré Biden en Suisse — même si c’était il y a plusieurs années — certains disaient déjà qu’il n’était pas capable de travailler. Je n’ai rien remarqué de tel ».

Selon M. Poutine, M. Biden se pencherait sur ses documents et M. Poutine ferait de même. À propos de toutes les gaffes de Biden, Poutine a déclaré : « Quiconque dans notre pays ne s’est pas cogné la tête sur un hélicoptère(([1] En juin, Biden s’était cogné la tête en descendant d’un hélicoptère.
Voir https://www.watson.ch/fr/international/etats-unis/501552133-entre-biden-et-trump-poutine-fait-un-choix-surprenant
ou https://reseauinternational.net/nouvelle-interview-de-vladimir-poutine/)), qu’il soit le premier à me jeter une pierre ».

Les médias occidentaux sont restés perplexes face aux remarques de M. Poutine. Ils n’ont pas su dire si Poutine était sincère ou s’il se moquait de Biden.

Steve Rosenberg, journaliste à la BBC, a rappelé que M. Biden avait précédemment qualifié M. Poutine de « dictateur tueur » et l’avait accusé d’avoir « une soif effrénée de terres et de pouvoir ». Le journaliste doute que le Kremlin ait tout pardonné à Biden.

Les remarques de Poutine pourraient être une manœuvre habile pour soutenir Trump en tant que candidat républicain afin d’exclure toute accusation de collusion avec le Kremlin, comme cela s’est déjà produit, suppose M. Rosenberg.

Poutine dirige la campagne électorale de Trump ?

L’opinion dominante aux États-Unis est que Poutine est secrètement impliqué dans la campagne électorale de Trump, et que ce dernier le sait.

Cette opinion est basée sur la façon dont l’électeur de Trump voit la situation :

« Sous Obama, Poutine a arraché la Crimée, sous Biden, Poutine a envahi l’Ukraine, et sous Trump, il n’a pas osé commettre d’agression. Trump reviendra et montrera à nouveau la puissance américaine dont Poutine n’a pas besoin. »

En d’autres termes, le trumpiste prend ces déclarations de Poutine au sérieux, et Trump joue le jeu de cette opinion. Selon lui, « je m’entendais très bien avec Poutine dans le passé, mais il est clair qu’il ne m’aime pas et qu’il préfère Biden ».

« Biden donnera l’Ukraine à Poutine », a déclaré M. Trump lors d’un rassemblement en Caroline du Sud.

La Maison-Blanche a réagi en avertissant que Poutine « ne devrait pas se mêler de nos élections ».

L’administration américaine en place s’oppose activement à la Russie et a l’intention de continuer à le faire, a déclaré John Kirby lors d’une réunion d’information.

La Russie profite du fait que Biden met fin à l’hégémonie des États-Unis

La Russie a tout à gagner à traiter avec M. Biden en tant que président des États-Unis, et pas seulement parce qu’il est prévisible.

Biden est un dirigeant qui a de sérieux problèmes de santé et de capacité. Poutine nie ce fait afin de se dédouaner des accusations de partialité ou de mensonges délibérés (« Je ne suis pas médecin »). M. Biden ne participera pas à la Conférence de Munich sur la sécurité — c’est la vice-présidente Kamala Harris qui s’est envolée pour Munich.

Il s’agit d’une manifestation de faiblesse pure et simple, et tout pays s’affaiblit avec un dirigeant faible. Cela incite les satellites et les alliés étrangers à regarder autour d’eux et déclenche des processus centrifuges dans des régions telles que le Texas. La Russie profite de Biden, car il démolit les États-Unis et leur réputation internationale.




Armand Mattelart et la destruction de Paris sur ordre américain

Par Nicolas Bonnal

Lisez ou relisez l’admirable et inépuisable Histoire de l’utopie planétaire qui est surtout l’histoire de la folie anglo-américaine.

Une des cibles de cette folie était la France et sa capitale parisienne. Comme disait Guy Debord de Paris (Panégyrique, I) :

« Toujours brièvement dans ma jeunesse, lorsqu’il m’a fallu risquer quelques courtes incursions à l’étranger, pour porter plus loin la perturbation ; mais ensuite beaucoup plus longuement, quand la ville a été saccagée, et détruit intégralement le genre de vie qu’on y avait mené. Ce qui arriva à partir de 1970. Je crois que cette ville a été ravagée un peu avant toutes les autres parce que ses révolutions toujours recommencées n’avaient que trop inquiété et choqué le monde ; et parce qu’elles avaient malheureusement toujours échoué… Qui voit les rives de la Seine voit nos peines : on n’y trouve plus que les colonnes précipitées d’une fourmilière d’esclaves motorisés. »

Contrairement à ce qu’on supposerait, la ville de Paris a fait les frais du gaullisme et de Pompidou (qui faillit la raser – voyez le livre de mon ami Paucard sur les Criminels du béton).

Dans l’utopie planétaire, Armand Mattelart écrit donc :

« Peu après la secousse politique de Mai 68, une agence de planification d’un ministère français commanditait à Howard V. Perlmutter et Hasan Ozbekhan, responsables de recherches à la Wharton School, une étude prospective sur les chances de Paris de devenir une global-city ou un world-center, une plaque tournante dans le global industrial system des années quatre-vingt. Dans un de leurs scénarios, les deux experts futurologues recommandent à l’administration française de tout faire pour “dénationaliser” la ville afin de la rendre “moins française” et de corriger l’image xénophobe et ethnocentrique qu’elle projette à l’extérieur ». Car, « dans la ville globale de l’avenir, personne ne doit se sentir étranger ». Et d’accompagner cette recommandation volontariste d’un traitement de choc. Hors l’amélioration d’un système de télécommunications à la traîne, figure en bonne place dans le décalogue des mesures la globalisation des événements culturels, que les deux consultants illustrent en proposant l’organisation de festivals de rock supranationaux « antidotes à la culture exagérément nationale et parfois franchement nationaliste »…

L’extermination française s’est donc faite sous De Gaulle et Pompidou. Voyez mon livre sur la destruction de la France au cinéma, où j’ai repris mes textes sur cette catastrophique et soi-disant glorieuse époque. Vous découvrirez que les conservateurs et autres souverainistes courent toujours après les subversifs et les mondialistes quand il s’agit de dépecer le pays. Le gaullisme aura été et continue d’être une escroquerie et un attrape-gogo sans équivalent.

Et je vous invite à relire mon texte sur JMLP et mai 68 :

Tout le monde fait de son mieux pour commenter ou fêter le cinquantenaire de mai 68. Alors laissons parler un poète. Dans ses Mémoires JMLP y va de son interprétation et de sa métaphore (mai 68 comme… eau-forte) :

« … le dommage de Mai 68 est encore plus vaste, car au désastre de l’école s’ajoute celui des médias, de la littérature, des arts, du cinéma et de la télévision, de tout ce qui sous le mot impropre de culture influe sur la mentalité des hommes, et dont la maîtrise, le philosophe italien Gramsci l’a rappelé à toute une génération de révolutionnaires, permet de prendre le pouvoir sans peine.

Cela ne s’est pas fait en un jour. Considéré sous l’angle de la violence physique, Mai 68 fut une parodie de révolution, une mascarade, mais il a engagé subrepticement un processus que rien n’arrête. Je chercherai dans la technique de la gravure la comparaison propre à me faire comprendre. La gravure n’est pas un art mineur, elle demande une réflexion technique et philosophique non négligeable, comme la révolution. En gros, vous pouvez entailler la plaque de cuivre que l’on va encrer pour imprimer, de deux manières. Soit directement avec un burin, c’est long, difficile et cela demande de la force : c’est la révolution à l’ancienne, brutale et aléatoire. Soit vous choisissez ce que l’on appelle l’eau-forte. Sur la plaque de cuivre vous passez un vernis qui résiste à l’acide, puis vous entaillez cette couche protectrice avec une pointe fine d’un maniement souple qui permet un dessin fin, avant de plonger la plaque dans un bain d’acide. En quelques heures les parties dont vous avez ôté la protection sont attaquées par l’acide et prêtes à recevoir l’encre. Ainsi a procédé la révolution de Mai 68.

Avec son slogan directeur, il est interdit d’interdire, elle a plongé la civilisation européenne dans un bain d’acide où nous sommes restés durant toutes les années soixante-dix, puis, au fil des années quatre-vingts, on a sorti la plaque, on l’a essuyée, et la gravure à l’eau-forte est apparue, l’image de la nouvelle civilisation, avec sa nouvelle morale, sa nouvelle esthétique, ses nouveaux fondements politiques, dans laquelle nous vivons. Le monde ancien, l’homme ancien, ont été dissous, et se dessinent maintenant l’homme nouveau et ses valeurs nouvelles. Aux héros et aux saints qu’on nous montrait en exemple a succédé l’écocitoyen LGBT friendly et phobophobe, ouvert au vivre ensemble, au culte de la terre mère, qui ne fume pas, accueille le migrant et se prépare à rouler en voiture autonome.

Toutes nocives qu’aient été leurs conséquences, 1830, 1848, 1789 et même 1793 et la Commune, toutes ces révolutions françaises eurent quelque chose de grand, parfois même de beau : avec Mai 68, pour la première fois, une révolution française ne se proposa rien de grand, rien de sacré. Elle postulait l’avènement du médiocre. »

Certains grands textes ne méritent pas de commentaire ; je me contenterai de rappeler à nos lecteurs l’importance de l’œuvre de Philippe Muray sur cet homo peu sapiens, festif et surtout censeur universel.

Ajoutons un splendide et intuitif passage sur le remplacement culturel de la France.

Le massacre urbain de Paris n’a pas échappé à JMLP. Il évoque Les Halles, œuvre au noir destinée à mondialiser Paris et sa population rétrograde et agitée, selon l’excellent sociologue de gauche Armand Mattelart.

JM Le Pen :

« Le ventre de Paris était tout près, le pouvoir gaulliste avait décidé en 1960 de transférer les Halles à La Villette et Rungis, mais le déménagement ne devait se faire qu’en 1969. On disait adieu au vieux Paris. Tout un peuple de vivandiers venus des banlieues et des provinces approvisionnait la capitale depuis le XIIe siècle dans un décor que le dix-neuvième avait rationalisé sans le changer en profondeur. Ce peuple qui avait fait naguère un triomphe à Poujade allait se trouver remplacé par un mélange de petits-bourgeois consuméristes le jour et de zonards la nuit. Les mots disent tout : un Forum remplacerait les Halles, des bobos multicolores à prétention intello en prendraient possession. »

C’est Debord qui souligne l’importance du livre de Louis Chevalier sur la destruction de Paris. Et dans mon livre sur la comédie musicale j’ai expliqué cette disparition de Paris comme muse des artistes et des danseurs.

Sources :

JMLP – Fils de la nation, éditions Muller.
Armand Mattelart — Histoire de l’utopie planétaire (La Découverte)
Philippe Muray — Œuvres complètes (Les Belles Lettres)
Nicolas Bonnal – La culture comme arme de destruction massive (Amazon.fr)
Pierre Le Vigan — METAMPORPHOSES DE LA VILLE (Barque d’or)




Les chimères totalitaires de la transition écologique pour « sauver la planète »

[Publication initiale : profession-gendarme.com]

Par le Dr Gérard Delépine

Depuis près de 20 ans nous sommes submergés par une propagande écologique qui prétend que la planète serait en danger à cause des émissions de CO2 et que nous, français, pourrions la sauver en acceptant toutes sortes de restrictions de nos libertés fondamentales dans notre vie quotidienne. Il s’agit d’une chimère totalitaire au service de lobbys financiers motivés par la volonté d’augmenter leurs bénéfices et d’instaurer une société de contrôle à la chinoise.

[Voir aussi :
Sauver la planète ?]

La planète ne risque rien de l’Homme, mais l’Humanité peut craindre beaucoup des écologistes

Quoique nous fassions la planète nous survivra plusieurs milliards d’années. Ce n’est pas l’Humanité qui menace l’existence de la terre, mais seulement l’évolution du soleil qui l’absorbera lorsqu’il se transformera en géante rouge (dans environ 5 milliards d’années). Même si la folie de certains de nos dirigeants aboutissait à une guerre nucléaire massive, détruisant toute vie humaine, la planète Terre ne serait pas menacée. La vie végétale et certaines espèces animales survivraient comme lors des cataclysmes précédents dont le plus célèbre a entraîné la disparition des dinosaures. Prétendre que l’existence de la planète Terre serait mise en danger par l’activité humaine ne constitue qu’un énorme mensonge, dont seule la répétition permanente dans tous les médias depuis de nombreuses années, confère un semblant de vraisemblance.

Cette propagande écologique massive constitue en réalité le moyen de faire accepter aux crédules des restrictions absurdes de nos libertés fondamentales, comme l’a été, en son temps, la peur du covid, et de nous forcer à réaliser des dépenses très discutables (subventions pour éoliennes, achat de voiture électrique, travaux d’isolation et de transformation de nos chauffages, destruction de l’agriculture à taille humaine au profit de l’agroalimentaire industriel, etc.) pour le bénéfice des lobbys qui les soutiennent.

La destruction de notre qualité de vie ne peut pas diminuer les émissions mondiales de CO2 !

La France émet moins de 1 % du CO2 mondial. Ni la Chine, ni l’Inde, ni les pays pauvres ne veulent réellement réduire leurs émissions, préférant améliorer la vie de leur population que de faire plaisir au GIEC, comme le démontre l’absence d’objectif chiffré et de date de sortie du pétrole dans le récent accord de la COP 28 à Dubaï. Le Global Carbon Project présenté à la COP28 de Dubaï constate d’ailleurs une fois de plus son échec «les émissions de dioxyde de carbone dans le monde ont encore augmenté cette année… avec une hausse de 1,1 % par rapport à 2022, et de 1,4 % par rapport à 20191en particulier en Chine et en Inde ». Et comme la France ne compte qu’un peu plus de 67 millions d’habitants et les autres des milliards, les émissions continueront d’augmenter, quels que soient nos efforts.

Tout ce que les écologistes et notre gouvernement imposent à la population n’aura donc strictement aucun impact positif sur la situation mondiale. En revanche les contraintes de moindre émission entraînent la destruction de notre industrie et de notre agriculture qui imposent des importations d’autres continents, aggravent la déforestation et la pollution par le transport maritime responsable à lui seul de 3 fois plus d’émissions carbone que notre pays. Les mesures contraignantes dont nous souffrons ne constituent en réalité qu’une exportation de la pollution, et globalement l’aggravent au niveau mondial. Nos efforts peuvent être vertueux et exemplaires, ils seront totalement inefficaces, voire contre-productifs au niveau planétaire. S’ils se soumettent aux diktats écologiques, les Français ne sauveront pas la planète, mais vivront de plus en plus mal.

La voiture électrique n’est ni propre ni durable, et son obligation socialement discriminatoire

La motorisation électrique des voitures exige des batteries de plus en plus nombreuses, puissantes et lourdes utilisant beaucoup de métaux rares (comme le cobalt), souvent extraits par des enfants et raffinés à l’aide d’énergies fossiles polluantes. Leur recyclage est difficile et actuellement très polluant. De plus, la fabrication des voitures électriques émet aussi beaucoup de CO2. Si l’on tient compte de l’ensemble du cycle de vie (de la fabrication au traitement des voitures en fin de vie), la comparaison des émissions de CO2 des voitures électriques et thermiques donne des résultats variables selon les études, et un scénario de l’ADEME donne même l’avantage à la voiture thermique2.

Le Jury de Déontologie Publicitaire a conclu que la voiture électrique ne peut pas être considérée comme « écologique »3 ou « propre »4 et le réseau Sortir du nucléaire5 6 estime que ce qu’il appelle « atomobile » ne peut être considéré comme durable.

La circulation des voitures électriques est moins bruyante et moins polluante que ses homologues thermiques, mais pose aussi le problème non résolu de la concomitance des recharges lors du retour au domicile après le travail et de la nécessaire adaptation de la production et du réseau de distribution électrique. Si l’objectif de 75 % des véhicules électrifiés était réalisé, leur recharge en même temps, vers 19 heures, nécessiterait une puissance supplémentaire de 90 GW, soit presque le double de la demande de pointe actuelle !

Les mesures de promotion de la voiture électrique, extrêmement coûteuses pour nos impôts, ont été décidées avec une pseudo-justification climatique sans bilan carbone global objectif. Les politiques l’utilisent pour attirer les votes de la partie de la population trompée par la propagande écologique permanente, comme en leur temps celle pour les pseudo vaccins covid présentés comme sûrs et efficaces. D’ailleurs de nombreux pays voisins ont décidé d’arrêter cette incitation trop coûteuse d’intérêt trop incertain.

Mais leur prix toujours trop élevé, leur autonomie réduite, le trop long temps nécessaire pour recharger le véhicule et l’instauration de taxes sur les véhicules électriques comme en Australie, en Norvège, au Danemark, et bientôt en Suisse et en Belgique, freinent dès maintenant les ventes7. Actuellement seulement 9 % des Français interrogés choisiraient une voiture électrique comme prochain véhicule8 9 et cette petite minorité se caractérise par son statut de citadin socialement privilégié.

L’interdiction des voitures thermiques décrétée par les verts se heurte progressivement au réel. Les sénateurs s’inquiètent des conséquences sociologiques sur les classes moyennes menacées par le blocage des salaires et l’inflation10, et de nombreuses villes comme Marseille11 ou Paris12 doivent retarder leurs politiques de circulation discriminatoire envers les pauvres.

Les mesures écologiques aggravent dramatiquement la crise du logement

La crise du logement témoigne de l’augmentation des demandes et de l’effondrement de l’offre avec actuellement plus de 2,6 millions de ménages en attente de logements sociaux.13 Cette crise est en grande partie la conséquence des mesures voulues par les écologistes.

Les écologistes ont constamment favorisé et défendu l’immigration qui accroît les besoins de logements bon marché. Comme la natalité des Français de souche n’assure plus le renouvellement de la population autochtone, l’accroissement annuel de la population métropolitaine par environ 200000 migrants, constitue en effet le principal responsable de l’augmentation de la demande de logement.

Les interdictions écologiques réduisent dramatiquement l’offre de logements bon marché. L’interdiction de louer les logements énergivores, décidée par la loi Climat et résilience promulguée le 22 août 2021 interdit, à terme, la location de plus de 5,2 millions de logements classés F ou G au diagnostic de performances énergétiques dont tous les spécialistes14 15, y compris les ministres3

Bruno Lemaire16 et Christophe Béchu reconnaissent l’absence de fiabilité17 et ce dernier vient, le 31/1/24, d’annoncer sa refonte prochaine.

Cette interdiction visant à obliger les propriétaires à réaliser des travaux très coûteux pour des résultats énergétiques incertains, a été suivie par le retrait de la location de la grande majorité des 500000 logements classés G. Et si dans quelques années on persiste dans cette folie, c’est plus de 4 millions supplémentaires de logements qui seront interdits à la location. Cette politique écologique, purement punitive, multiplie les taxes et les interdictions et n’en prévoit jamais les conséquences souvent contraires aux objectifs affichés. Les mesures écologiques augmentant sensiblement les coûts de construction et d’entretien découragent les éventuels investisseurs privés.

Pour diminuer la crise, il faut inciter les investisseurs potentiels à préférer l’immobilier locatif aux placements boursiers alors que l’augmentation des coûts de la construction, de la fiscalité sur le bâti, le blocage des loyers, l’interdiction de louer les logements mal isolés et l’exigence de travaux très coûteux concourent à les décourager.

Vouloir fournir des logements bien isolés à des prix abordables est une excellente intention, mais tarir l’investissement privé par un ensemble de mesures qui pénalisent les propriétaires et retirer du marché plusieurs centaines de milliers de logements bon marché aboutit à priver de logements ceux qu’il faut protéger. L’effondrement de l’offre de logements locatifs est la conséquence directe d’une politique guidée par l’idéologie écologique. Mais peut-être que certains écologistes extrémistes veulent multiplier le nombre de SDF, car leur bilan carbone est excellent…

Croire que ces mesures coercitives sur les logements en France pourraient améliorer la situation climatique mondiale est totalement utopique. La France émet moins de 1 % des émissions mondiales de gaz carbonique dont 19 % attribués aux logements (soit 0,0019 du total mondial) et comme l’isolement des logements n’est pas forcément suivi de la baisse de consommation des énergies de chauffage18, ces mesures coûteuses ne pourront jamais obtenir le moindre effet mesurable au niveau mondial.

Au total, la crise du logement dont souffrent trop de jeunes Français dans les zones en tension n’est pas due aux locations temporaires ou aux résidences secondaires comme les médias le prétendent trop complaisamment, mais au dogmatisme écologique qui ignore le réel, augmente la demande en facilitant l’immigration et diminue l’offre en décourageant les investisseurs privés et en empêchant la location de nombreux petits logements. Si les politiques actuelles d’immigration et de fiscalité immobilière et du DPE ne changent pas fortement, la crise du logement va continuer à s’aggraver.

Les éoliennes, scandale financier et désastre écologique19

malheureusement promu par les pouvoirs publics qui multiplient les avantages en faveur des promoteurs : garantie des recettes sur 15 ans, priorité d’accès au réseau électrique, difficultés accrues des recours des citoyens, impuissance des préfets et des élus pour en interdire les implantations dommageables.

Scandale financier : en 9 ans les taxes sur notre facture d’électricité doivent financer 41 milliards d’euros pour les éoliennes. L’opérateur national EDF est contraint par la loi de racheter pendant 15 ans aux propriétaires 91 euros le kWh le courant produit par leurs éoliennes, soit près de 3 fois le coût marginal du kWh produit par les centrales nucléaires (33 euros le kWh) et ce sont les abonnés qui paient les dividendes des actionnaires des parcs éoliens. Cette filière ne crée que très peu d’emplois en France, car tous les éléments de ces engins métalliques sont fabriqués à l’étranger, ce qui de plus nous rend dépendants.

Scandale écologique : la dévastation de nos paysages — ces engins métalliques qui peuvent atteindre désormais 200 m de hauteur nécessitent environ 2 500 m3 de béton — suscite auprès des populations un rejet croissant et plus de 2000 associations se sont créées pour les combattre ! Dans un rayon de quelques kilomètres d’éoliennes, les habitations perdent entre 30 et 40 % de leur valeur. Ces éoliennes constituent un danger pour les chauves-souris et les oiseaux. La Ligue pour la protection des oiseaux, selon une étude publiée en 2017, estime que chaque éolienne tue en moyenne sept oiseaux par an. Leur démantèlement dont le prix est estimé à 450 000 euros risque de coûter cher aux communes dans 15 ou 20 ans, quand les promoteurs auront disparu.

En mer, la construction, le raccordement et l’exploitation de parcs éoliens représentent une menace pour les mammifères marins, les oiseaux et les communautés du fond marin. Pour fixer l’éolienne dans le sol océanique, on utilise dans la très grande majorité des cas (>80 %) un énorme pieu de 500 à 1000 tonnes d’acier enfoncé dans le sol marin pour résister aux courants et aux vents. Il faut ensuite installer des liaisons électriques sous-marines pour ramener l’énergie produite au poste de raccordement installé sur terre, ainsi qu’une base logistique, une infrastructure marine et terrestre qui bouleversent les milieux naturels à long terme. Le bruit des travaux et du fonctionnement des pales menace les baleines, dauphins et phoques, mais aussi les poissons.

En 2022, en France l’éolien a fourni 38 Terawattheures (TWH) soit 8 % de la consommation électrique (445TWH) et 2,5 % de la consommation totale d’énergie (1532TWH).

« La Ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili prétend que la majorité des français est en faveur des éoliennes. La vérité est que la majorité des Français ne dispose pas des informations pour se faire un avis éclairé sur le sujet » déclare Lamya Essemlali, Présidente de Sea Shepherd France. «Sacrifier la biodiversité marine, notre meilleure alliée contre le changement climatique au prétexte de lutter contre les émissions de gaz à effet de serre est un non-sens total ».

Les obligations écologiques tuent l’agriculture française

Les manifestations récentes des paysans et les informations diffusées à cette occasion montre jusqu’à quel point la folie écologiste peut aller.

Multiplication sans fin des normes : code rural, code de l’urbanisme, code de l’environnement, code du patrimoine, code de la santé publique, arrêtés locaux ou encore règles liées aux aides européennes de la Politique agricole commune (PAC) régissent l’entretien ou l’abattage des haies : 14 normes pour tailler une haie.

Exigences bureaucratiques de plus en plus chronophages. Pour obtenir le permis d’abattage d’un arbre, il faut généralement fournir : une copie de l’acte ou titre de propriété, des indications sur l’essence, la taille et l’âge de l’arbre, sa hauteur ainsi que la circonférence du tronc, un plan d’implantation des arbres à abattre avec photos datées et signées, la localisation des arbres ou de l’arbre sur un plan, des prises de vue d’ensemble de loin et des photos montrant les éventuels détails de l’arbre si nécessaire et un descriptif sur la santé générale de l’arbre à abattre… La vie d’agriculteur français comporte neuf à dix heures passées chaque semaine à gérer la paperasse administrative.

Multiplication incessante des contrôles parfois agressifs : contrairement à beaucoup de policiers municipaux qui ne sont pas armés, les 1 700 inspecteurs de l’Office français de la biodiversité (la police de l’environnement) créée en 2021 font leur contrôle avec un gros pistolet à la ceinture. Souvent peu informés de la réalité du terrain, sur dénonciation du voisinage ou de façon inopinée, ils n’hésitent pas à engager des poursuites au moindre écart : taille de haies à la mauvaise saison, destruction involontaire d’un abri de castor, tout peut devenir un motif de sanctions20 prononcées parfois à l’issue d’une enquête militante, soumise à des procureurs ignorants, s’appuyant au besoin sur de faux rapports d’expertise. Ainsi, en avril 2021, selon Le Point21, un pomiculteur grenoblois s’était vu accusé de pulvériser massivement un pesticide dangereux et d’avoir tué des insectes. Après le passage en garde à vue, une unique photographie et l’expertise étaient venues confirmer les accusations des agents de l’OFB. Mais cette expertise réputée objective était, en réalité, menée par un vétérinaire idéologue écologiste qui ne s’était même pas rendu sur les lieux. L’agriculteur s’était retrouvé condamné à 50.000 euros d’amende !

Chaque jour, des agriculteurs endettés et surcontrôlés qui croulent sous les normes et les formulaires se donnent la mort (529 en 2016). Chaque année, des centaines d’exploitations mettent la clef sous la porte faute de moyens et de reconnaissance. La folie écologiste organise la mort de l’agriculture paysanne pour laisser le marché aux géants mondiaux de l’industrie agroalimentaire.

Les protestations des agriculteurs et la menace d’une déroute des partis verts aux européennes proches ont contraint l’UE à réduire l’objectif de réduction des émissions agricoles de l’initiative « Net Zéro22 », de supprimer la demande de réduction de près d’un tiers des émissions d’azote, de méthane liées à l’agriculture, celle de réduire de moitié l’utilisation des pesticides et la recommandation invitant à manger moins de viande… La lutte paye !

La population de l’UE réalise peu à peu que la propagande de l’écolo-anxiété et le totalitarisme vert sont des outils de manipulation et de coercition, des prétextes pour réduire les droits et les libertés, bien plus que de réduire les pollutions23. D’ailleurs depuis le début du siècle, les plus de 6000 milliards de dollars consacrés à cette politique ont été inefficaces, puisque les émissions de CO2 ont augmenté de 50 % durant cette période pour une augmentation de température moyenne de 0,15° 24.

Certains partis politiques se rendent compte de l’inutilité et du coût extravagants des programmes de décarbonation. En Grande-Bretagne25, à quelques mois des prochaines élections, les travaillistes abandonnent les dépenses en faveur du climat et le Premier ministre conservateur Rishi Sunak a supprimé le bonus à l’achat des véhicules électriques et a abandonné une taxe sur les chaudières à gaz.

En France, les annonces gouvernementales récentes sur la refonte du DPE, la fin programmée des incitations financières pour les voitures électriques et le recul des dates de mise en place des zones à faible émission témoignent de la prise de conscience de l’impopularité, des coûts monstrueux et de l’inutilité de ces mesures sur le climat de la planète.

Les chimères écologiques liberticides nous ont déjà trop coûté sans réel bénéfice mesurable. L’écologie oui, mais raisonnable et purement incitative, basée sur le respect des citoyens, de leur intelligence et de leurs droits fondamentaux.

Rappelons de surcroît que le rôle de l’Homme dans le discret réchauffement climatique est incertain, et que le CO2 est indispensable à la vie végétale, base de la vie sur terre, comme nous l’avons développé ailleurs.

Nos libertés sont plus importantes et plus bénéfiques que des interdictions basées sur des simulations biaisées destinées, comme au temps du covid, à créer la peur pour permettre à certains d’augmenter colossalement leurs bénéfices.





Astrid Stuckelberger aux rencontres citoyennes internationales de Vierzon

[Source : Dépêches_Citoyennes]

Par Dépêches Citoyennes

Nous avons échangé quelques mots avec le Dr Astrid Stuckelberger qui était présente à Vierzon aux rencontres citoyennes internationales des effets indésirables des covid long et vaccins.
Elle est la marraine de l’association Aresaj.org et considère comme uniques ces rencontres.
Elle considère que nous sommes dans une scène de crime avec ces injections alors que l’on sait qu’il y a une hausse de la mortalité. Depuis début 2021, des alertes sont données concernant le contenu des flacons de vaccins.
Elle déplore le mensonge et débat de la biologie synthétique avec des scientifiques du monde entier. BioNTech : bio nano techno !
Pour elle la cause de la mortalité est nanotechnologique.
Le tribunal d’Almeria a ordonné les analyses des flacons concernant l’oxyde de graphène.
Pourquoi l’OMS s’intéresse à l’édition du génome ?
Elle revient sur l’incident au congrès de Stockholm.
Enfin, elle nous parle de l’ONU et de l’OMS, institutions infiltrées, occupées et totalement sectaires aujourd’hui.






Qui était Navalny ? Et qui avait réellement intérêt à sa mort ?

🚨 LE PEN,BARDELLA,ZEMMOUR, BELLAMY,GLUCKSMANN, MÉLENCHON,AUBRY…
TOUS DERRIÈRE L’ONCLE SAM 🇺🇸 !

⚠️ Ce qui se joue en ce moment est très grave. Il apparaît clairement que l’État profond 🇺🇸 cherche à entrer en guerre frontale avec la Russie, première puissance nucléaire mondiale, et à envoyer les peuples d’Europe au massacre contre l’armée russe, après avoir anéanti 500 000 Ukrainiens.

Dans ce contexte explosif, tout dirigeant politique ayant le sens des responsabilités doit faire preuve de la plus grande prudence face aux événements, notamment face à l’annonce de la mort subite de Navalny.

Car, que l’on aime Poutine ou pas, force est de constater qu’il n’avait surtout pas intérêt à la mort de cet agent 🇺🇸 , perdu dans une prison de Sibérie et oublié de tous. Poutine venait en effet de réussir un coup de maître avec l’entretien télévisée de Tucker Carlson, vu par 1 milliard de Terriens, dans lequel il apparaît -à la grande fureur de la CIA- comme un dirigeant raisonnable, ayant des arguments solides, avec lequel on devait pouvoir bâtir un plan de paix.

En revanche, s’il y a bien un camp qui trouve un grand intérêt dans la mort de Navalny, c’est l’État profond 🇺🇸 et ses satellites de l’🇪🇺 .

Car cette mort :

▪️ relance à point nommé le narratif 🇺🇸 🇪🇺 sur la monstruosité de Poutine

▪️ ruine le bénéfice mondial tiré par Poutine de son interview de Tucker Carlson

▪️ rend politiquement et médiatiquement difficile aux parlementaires Républicains de continuer à refuser de voter une aide supplémentaire de 96 Mds $ à l’Ukraine

▪️ permet de faire silence sur le nouveau désastre militaire ukrainien : les forces russes ont remporté la ville stratégique et symbolique de Avdiivka.

Toutes ces raisons invitent donc à la plus grande prudence sur les causes exactes du décès de Navalny,si opportun pour l’OTAN.

En outre, les caractéristiques du défunt (néo-nazi, raciste, génocidaire, escroc patenté et arrêté pour cela, agent financé par la NED 🇺🇸 ) devraient inciter tous les dirigeants politiques à avoir la décence minimale de ne pas en faire un Saint de la démocratie et des libertés fondamentales !

Ce sont pourtant ces « éléments de langage » « made in CIA » que tous les faux « opposants » médiatisés ont entonnés à l’unisson, comme tous les dirigeants 🇺🇸 🇪🇺 .

😲 Le Pen pleure le «militant politique engagé dans la défense de la démocratie»

😲 Bardella s’incline devant le «défenseur des droits humains et des libertés fondamentales»

😲 Zemmour affirme que Navalny «entre la tête haute dans l’histoire» pour être «tombé sur le champ de bataille de la liberté»

😲 Bellamy cite Soljenitsyne en comparant la mort de Navalny au «sacrifice d’un être bon et démuni»

😲 Glucksmann affirme que ce néo-nazi -qui se filmait en expliquant comment il fallait écraser tous les musulmans comme des insectes nuisibles- «était le courage fait homme»

😲 Manon Aubry «soutient l’opposition démocratique russe» et prévient que «Poutine devra répondre de ce crime» 😲 Mélenchon lance : «honneur à la mémoire de Navalny et à la résistance des démocrates russes»

Etc.

⚠️ CONCLUSION

Cette reprise en chœur de la propagande 🇺🇸 🇪🇺 , présentant le néo-nazi criminel et escroc qu’était Navalny sous les traits d’un Saint et Martyr, en dit long sur la docilité aux États-Unis de toute notre classe politique médiatisée,en particulier des PSEUDO-OPPOSANTS RN, RECONQUÊTE, LR et LFI.

🚨 Ceux-ci portent une écrasante responsabilité puisqu’ils CONFORTENT LA PROPAGANDE QUI NOUS MÈNE TOUT DROIT À LA GUERRE.

Car, pour reprendre l’expression de Manon Aubry, comment amener Poutine à «répondre de ce crime», sinon en faisant la guerre à la Russie ?

Ces faux opposants ne disent d’ailleurs rien contre le nouvel Accord Macron-Zelensky qui vole encore 3 milliards € aux Français pour financer l’Ukraine et préparer la guerre !

✅ 🕊 LE 9 JUIN PROCHAIN, LE VOTE POUR LA LISTE ASSELINEAU UPR SERA LE SEUL MOYEN DE VOUS OPPOSER À LA GUERRE CONTRE LA RUSSIE.

Tous les autres sont déjà enrégimentés derrière l’OTAN.




Après la victoire du « Convoi de la Liberté » au tribunal, des Canadiens sont prêts à intenter une action en justice

[Source : epochtimes.fr]

À la suite d’une décision de la Cour fédérale contre le gouvernement canadien pour avoir utilisé à mauvais escient la Loi sur les mesures d’urgence lors du convoi, plusieurs plaignants envisagent une action en justice.

Par Matthew Horwood

Plusieurs manifestants du Convoi de la liberté ont été encouragés par une récente victoire devant un tribunal fédéral canadien, et ont déclaré qu’ils se préparaient à poursuivre le gouvernement fédéral, les banques et la police ayant brutalement mis fin à la manifestation de 2022.

[Voir aussi :
Canada : un énorme convoi de camions se dirige vers la capitale pour protester contre l’obligation vaccinale des camionneurs
Le Convoi de la Liberté « Plein d’amour » : Témoignage émouvant d’une jeune mère de famille (avant que la police ne vienne tabasser les manifestants)
Le Canada tout entier s’est joint au convoi, sauf Trudeau qui accuse Freedom Convoy 2022 de propager la haine, le racisme et la violence
La couverture biaisée par les grands médias de la manifestation des camionneurs canadiens
Loi martiale au Canada pour mater les camionneurs : « c’est comme tuer une mouche avec un bazooka »
Canada — Enquête sur la Loi sur les mesures d’urgence contre le Convoi de la liberté
Un an plus tard : ce que nous avons appris du Convoi de la liberté du Canada]

« Je pense qu’il s’agit de la deuxième phase de ce qui s’est passé avec le procès fédéral », a déclaré Eddie Cornell, vétéran militaire et plaignant. « Nous avons une grande pente à gravir, mais c’est quelque chose de nécessaire. Il faut le faire. »

Le 23 janvier 2024, le juge Richard Mosley de la Cour fédérale a rendu une décision contre l’invocation de la Loi sur les mesures d’urgence par le gouvernement fédéral en réponse aux manifestations et aux blocages qui avaient paralysé la capitale canadienne, Ottawa, pendant des semaines.

L’utilisation de la loi par le gouvernement « ne porte pas les marques du caractère raisonnable — justification, transparence et intelligibilité — et n’était pas justifiée par rapport aux contraintes factuelles et juridiques pertinentes devant être prises en considération », a écrit le juge Mosley dans sa décision.

Vincent Gircys, vétéran de la police et plaignant, dont le compte bancaire a été gelé pendant plus d’une semaine en vertu de la Loi sur les mesures d’urgence, a déclaré que bien qu’il ait été initialement « très déçu par le système judiciaire — y ayant travaillé pendant 32 ans » — il était heureux de voir « qu’un certain niveau de justice était rétabli ».

L’entrepreneur albertain Jeremiah Jost, qui s’était rendu à Ottawa avec sa femme dans le cadre du convoi, s’est dit « incroyablement encouragé par la décision du juge Mosley et par le courage dont il a fait preuve ».

Cette décision a probablement donné de l’espoir aux Canadiens mécontents du système judiciaire, a-t-il ajouté.

Le Convoi de la liberté, une action de protestation contre le mandat fédéral exigeant la vaccination contre le COVID-19 pour les camionneurs traversant la frontière entre le Canada et les États-Unis, a donné lieu à un campement de gros camions dans la capitale canadienne au début de l’année 2022.

L’action de protestation initiale, ayant débuté en janvier 2022, s’est rapidement transformée en un mouvement plus large et à grande échelle d’opposition aux mandats et aux restrictions de la pandémie, avec des manifestations similaires organisées à plusieurs postes-frontière entre le Canada et les États-Unis.

Le 14 février 2022, le gouvernement fédéral a invoqué la Loi sur les mesures d’urgence, pour la première fois depuis sa création en 1988. Cette Loi confère aux forces de l’ordre des pouvoirs étendus pour arrêter les manifestants et exiger des entreprises de remorquage qu’elles enlèvent les véhicules des manifestants du centre-ville d’Ottawa (certaines d’entre elles ont refusé de le faire).

Les mesures d’urgence ont également permis à la police nationale — la Gendarmerie royale du Canada (GRC), en anglais the Royal Canadian Mounted Police — de fournir aux banques et autres institutions financières une liste de personnes et d’entités impliquées dans les manifestations et de leur demander de geler leurs comptes.

Le juge Mosley a estimé que l’invocation de la Loi violait l’article 2(b) de la Charte, qui traite de la « liberté de pensée, de croyance, d’opinion et d’expression », et l’article 8, qui traite du « droit à la protection contre les fouilles, les perquisitions et les saisies abusives ».

L’action de geler les comptes bancaires n’était pas « minimalement préjudiciable », a déclaré le juge, car la mesure s’appliquait partout au Canada — y compris dans les zones où il n’y avait pas de manifestations — et parce qu’il y avait « des alternatives moins attentatoires disponibles » à Ottawa.

Quelques heures après la publication de la décision du juge Mosley, la vice-première ministre Chrystia Freeland a déclaré que le gouvernement libéral a l’intention de s’y opposer.

« Nous respectons beaucoup l’indépendance du système judiciaire canadien. Cependant, nous ne sommes pas d’accord avec cette décision. Nous ferons respectueusement appel de cette décision », a-t-elle déclaré le 23 janvier.

Un camion-remorque retire un camion du convoi après que la police ait libéré la rue Wellington,
précédemment occupée par le Convoi de la liberté, à Ottawa, le 19 février 2022.
(Andrej Ivanov/AFP via Getty Images)

Poursuites contre le gouvernement et les banques

La décision du juge Mosley a été rendue à la suite d’une action en justice intentée par cinq plaignants ayant participé à la manifestation, dont deux ont vu leur compte bancaire gelé.

Trois des plaignants — M. Jost, M. Gircys et M. Cornell — ont déclaré le 29 janvier qu’ils avaient l’intention d’intenter d’autres actions en justice contre « les membres du gouvernement, les institutions financières qui ont gelé les comptes bancaires des gens, et les policiers qui ont battu et blessé des Canadiens innocents ».

M. Cornell, cofondateur de l’organisation Vétérans pour la liberté, a déclaré que son équipe juridique avait obtenu un grand succès dans la décision de la Cour fédérale et qu’ils avaient fait valoir ses droits. Son compte bancaire est l’un de ceux qui ont été gelés.

Il a indiqué que son équipe avait mis en place une initiative appelée « The Accountability Project » (Projet d’imputabilité) afin de collecter des fonds pour l’action en justice prévue. L’équipe juridique, qui est actuellement en cours de constitution, décidera si le litige prendra la forme d’une action collective ou d’une action en responsabilité civile.

« Ils veulent être sûrs de faire les choses correctement. Nous faisons entièrement confiance à l’équipe, car ce sont les personnes qui ont obtenu gain de cause lors de la contestation devant la Cour fédérale », a déclaré M. Cornell.

« J’espère simplement que les Canadiens se mobiliseront et soutiendront cette initiative. »

Bien que le juge Mosley ait décidé que M. Jost n’avait pas qualité pour contester la décision relative à la Loi sur les mesures d’urgence et qu’il ait finalement rejeté sa demande, M. Jost a déclaré qu’il était heureux de pouvoir fournir des vidéos et des preuves de première main.

« J’ai pu être présent et témoigner qu’ils nous filmaient tous. Il y avait des tireurs d’élite sur le toit. Ils avaient des armes à feu, des matraques, des balles en caoutchouc, du gaz poivré, etc. Ils attrapaient les gens et les frappaient », a-t-il déclaré.

« Je suis donc reconnaissant d’avoir pu être une autre voix pour la vérité dans cette affaire. C’était vraiment mon objectif. »

Quelque chose d’historique

M. Gircys, qui a participé à la logistique et à la coordination de la manifestation d’Ottawa, a déclaré qu’il était « abasourdi » lorsque la police municipale est intervenue pour expulser les manifestants du centre-ville.

La police affronte des participants à la manifestation du Convoi de la liberté
après l’invocation de la loi sur les mesures d’urgence, le 19 février 2022.
(Scott Olson/Getty Images)

« L’événement était pacifique, et je n’aurais jamais cru que nos services de police s’en prendraient à des manifestants pacifiques », a-t-il déclaré.

M. Gircys, un ancien enquêteur judiciaire de la police provinciale de l’Ontario, a expliqué qu’il avait observé ce qui se passait en ce qui concerne les obligations vaccinales et les restrictions de voyage, et que lorsque le Convoi de camionneurs a convergé vers la capitale du pays, il s’est senti obligé d’aller voir de ses propres yeux.

« J’ai pensé que cela pourrait être quelque chose d’historique », a-t-il déclaré.

« Lorsque nous sommes arrivés — et mon intention était de rester une nuit et de repartir — je n’arrivais pas à croire l’ampleur de l’événement, le nombre de personnes présentes, à l’importance de l’événement et à l’incroyable joie et jovialité de tous ceux réunis d’un bout à l’autre du pays. »

M. Gircys, qui est basé dans la région de Toronto et qui s’était rendu à Ottawa avec son fils, a déclaré qu’il avait dû reconduire son fils à Toronto, mais qu’il était ensuite retourné dans la capitale et était resté pour la manifestation.

Il a déclaré que les citoyens s’étaient rassemblés « naturellement » pour s’assurer que les services nécessaires tels que les toilettes, les postes de secours et l’accès au carburant étaient fournis.

« Ce que j’ai constaté, en considérant toutes les rencontres et observations sur place, était qu’il s’agissait d’un événement très pacifique », a-t-il déclaré. « Je n’ai jamais vu autant d’unité dans notre pays, et je n’ai jamais vu un groupe aussi important de personnes aussi heureuses qu’elles l’étaient. Et pourtant, j’observe constamment, chaque soir, les journaux télévisés annoncer qu’il s’agissait d’un groupe violent et haineux, alors que rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. C’était de la propagande pure et simple ».

M. Gircys a déclaré qu’après l’invocation de la Loi sur les mesures d’urgence, il a entendu dire que les comptes bancaires de certaines personnes avaient été gelés. C’est alors que ça lui est arrivé.

Il a dit qu’il avait pu obtenir un peu d’argent « grâce à la bonté et à la gentillesse de mon entourage » pour faire le plein de son véhicule et rentrer chez lui.

« Ils violent les droits à grande échelle et de différentes manières, et finalement, ils ont eu recours à une intervention massive de la police », a-t-il déclaré.

« En tant qu’ancien officier de police, avec 32 ans de service et ayant passé du temps dans la gestion des urgences en tant que membre de l’équipe d’intervention d’urgence, je suis très conscient de ce qui était sur le point de se produire du côté des forces de l’ordre. »

« Je n’en croyais pas mes yeux, car l’événement était pacifique », a-t-il déclaré.

M. Gircys se réjouit que le tribunal ait jugé injustifiée l’invocation de la Loi sur les mesures d’urgence et il est impatient de porter plainte au civil avec M. Jost et M. Cornell.

La décision du tribunal a du mordant

Chris Barber, l’un des principaux organisateurs du convoi de la liberté, a déclaré que la décision du juge Mosley est un « pas dans la bonne direction » et qu’elle aidera de nombreux Canadiens à voir comment « le gouvernement nous a piétinés pendant les manifestations ».

Rassemblement près d’un viaduc routier à l’extérieur de Toronto, Canada, le 27 janvier 2022.
(Cole Burston/AFP via Getty Images)

Il a qualifié de « vindicative » l’intention du Cabinet de faire appel de la décision.

« Il y a beaucoup de gens qui voient à quel point ce gouvernement est motivé pour détruire les citoyens canadiens et tous ceux qui s’opposent à ce qu’ils nous font subir en ce moment. Je pense que cela nous ouvre les yeux », a-t-il déclaré.

M. Barber et sa collègue organisatrice Tamara Lich sont actuellement en procès à Ottawa pour méfait, en raison de leur rôle dans la manifestation.

M. Barber a déclaré que la récente décision « aidera certainement notre procès », qui a commencé en septembre 2023 et se prolongera probablement jusqu’à l’été.

Un autre organisateur du Convoi, Tom Marazzo, qui est un ancien militaire, a déclaré à Epoch Times que, contrairement à la Commission sur l’état d’urgence (CEDU), qui avait donné raison au gouvernement fédéral pour avoir invoqué la Loi, la récente décision de la Cour fédérale a « du mordant » et « rend le gouvernement responsable de ce qu’il a fait devant une cour de justice ».

Après l’invocation de la Loi sur les mesures d’urgence, comme l’exige la Loi, la CEDU a été constituée pour évaluer si son utilisation était justifiée. Elle a été supervisée par le juge Paul Rouleau, qui a été nommé commissaire. La commission n’est pas un tribunal, mais plutôt une enquête dont le rapport est présenté au Parlement.

M. Marazzo a déclaré qu’il n’était pas surpris que le gouvernement fédéral ait pris la « décision politique » de faire appel de la décision du juge Mosley.

« Personnellement, je ne pense pas qu’ils aient le choix. Ce qu’ils vont essayer de faire, c’est d’élaborer un récit pour faire de cette décision un point d’interrogation dans l’esprit des électeurs », a-t-il déclaré.

« Car s’ils acceptent la défaite et ne la contestent pas, c’est comme s’ils acceptaient une décision selon laquelle les libéraux ont fait quelque chose de mal. »

Si la contestation du gouvernement atteint la Cour suprême, M. Marazzo a déclaré que le gouvernement libéral pourrait « être en difficulté » si le juge en chef de la Cour suprême, Richard Wagner, est contraint de se récuser pour avoir déjà critiqué le Convoi, le qualifiant de « début de l’anarchie où certaines personnes ont décidé de prendre d’autres citoyens en otage ».

En mai 2022, un groupe d’avocats a déposé une plainte auprès du Conseil canadien de la magistrature, affirmant que les critiques du juge Wagner à l’égard du Convoi minaient la confiance dans l’impartialité des tribunaux en ce qui concerne la Loi sur les mesures d’urgence.

Marco Van Huigenbos, conseiller municipal de Fort Macleod (Alberta), qui est devenu le porte-parole officieux de la manifestation du Convoi de la liberté à Coutts (Alberta), a déclaré qu’en plus de montrer qu’Ottawa avait commis une erreur en invoquant la Loi sur les mesures d’urgence, la décision de la Cour fédérale modifie la perception que le public a de la manifestation, et remet en question le « récit initialement construit et véhiculé par les médias ».

« Pour de nombreuses personnes confrontées aux tribunaux, comme moi, étant donné que c’est le public qui est l’origine du jury, cela change l’attitude dans son ensemble. Même si l’on est totalement opposé à l’affaire, on se dit maintenant que ce n’est peut-être pas ce qu’ils voient, que le gouvernement a peut-être dépassé les bornes », a déclaré M. Van Huigenbos.

« Pour ceux qui savaient depuis le début qu’il y avait une mauvaise gestion, un manque de communication entre les différents niveaux de gouvernement et une volonté d’écraser cette [manifestation] au lieu de communiquer, c’est maintenant devenu le courant dominant. C’est maintenant le récit. »

Une manifestante tient une pancarte disant « Je veux retrouver ma liberté » lors d’une manifestation
contre les mandats liés aux vaccins COVID-19, dans le centre-ville de Toronto, au Canada, le 5 février 2022.
(Geoff Robins/AFP via Getty Images)

Les groupes de défense des libertés civiles soutiennent la décision

Deux groupes de défense des libertés civiles, l’Association canadienne des libertés civiles (ACLC) et la Fondation constitutionnelle canadienne (FCC), avaient fait valoir dans le cadre de l’affaire que le gouvernement libéral n’avait pas atteint le seuil juridique requis pour invoquer la Loi sur les mesures d’urgence.

Christine Van Geyn, directrice du contentieux de la FCC, s’est déclarée « ravie » de la décision du juge Mosley.

« Il s’agit de motifs très détaillés et d’une justification complète de la position des organisations de défense des libertés civiles qui considéraient l’invocation de la Loi sur les mesures d’urgence comme illégale, injustifiée et inconstitutionnelle », a-t-elle déclaré dans un communiqué du 23 janvier.

Mme Van Geyn a déclaré que le cabinet fédéral aura une « montagne à gravir » pour faire appel de la décision, et que son organisation « attend avec impatience le combat ».

Noa Mendelsohn Aviv, directrice générale et avocate générale de l’ACLC, a déclaré que la Cour fédérale était d’accord avec l’argument de son groupe selon lequel le seuil pour invoquer la Loi sur les mesures d’urgence est « extrêmement élevé » et qu’Ottawa n’a pas réussi à démontrer qu’il y avait des menaces à la sécurité du Canada qui justifiaient l’invocation de cette Loi.

« La décision de la Cour fédérale crée un précédent clair et crucial pour tous les gouvernements à venir », a-t-elle déclaré dans un communiqué publié le 23 janvier.

James Manson, directeur du Centre juridique pour les libertés constitutionnelles (CJLC), a déclaré à Epoch Times que la décision de la Cour avait donné à son organisation « un certain encouragement » et « un message clair que la Charte des droits existe toujours et qu’elle a encore un sens ».

Le CJLC a représenté plusieurs manifestants du Convoi de la liberté devant les tribunaux, et a notamment défendu un certain nombre d’organisateurs de manifestations et d’autres personnes contre un recours collectif de 290 millions de dollars intenté par des résidents et des entreprises d’Ottawa.

Selon M. Manson, la décision de la Cour fédérale introduit la possibilité d’intenter une action en justice contre le gouvernement fédéral pour les Canadiens dont les droits garantis par la Charte ont été violés à la suite du gel de leurs comptes bancaires en vertu de la Loi sur les mesures d’urgence.

« Cela nous encourage un peu à continuer et à être confiants que, même si la route est longue, nous allons dans la bonne direction. »




En campagne pour les présidentielles, KENNEDY affirme : « Les radiations des téléphones portables nous empoisonnent »

[Source : collectif1815 (Collectif de soutien aux victimes EHS/MCS menacées sur leur lieu de vie.) via PG]

Candidat à l’élection présidentielle 2024 aux États-Unis, Robert F. KENNEDY affirme que les radiations des téléphones portables nous empoisonnent, tout comme les glyphosates. Cette information, censurée, rebat les cartes et doit nous faire réfléchir.

« Personne ne peut affirmer que les radiations de la téléphonie mobile ne sont pas dangereuses pour la Santé », cet argument a été émis ces dernières années dans plusieurs décisions de justice françaises ayant entraîné la dépose de compteurs communicants, en cohérence avec notre Constitution.

« Tant que la résistance est possible, il est essentiel de résister »

Ariane BILHERAN,Psychopathologie du totalitarisme, Guy Trédaniel éditeur, Paris, 2023.

Malheureusement les Procureurs de la République, soumis au Garde des Sceaux, appliquent la politique de l’Exécutif. Le déploiement anarchique des technologies sans fil, imposé par la Commission européenne et l’Agenda 2030, s’oppose de fait au Principe de Précaution, et, à l’ensemble de nos droits fondamentaux garantis par les traités internationaux, au premier rang desquels, Nuremberg.

L’addiction de la population à ces technologies (non pas le consentement, ni l’adhésion, mais bel et bien l’addiction telle que projetée dés 2004 dans le Livre Bleu des industries électroniques et numériques) ne saurait en aucun cas justifier la torture permanente et la mise au ban de la société des seules personnes conscientes de cet empoisonnement : les personnes électro-hypersensibles (EHS).

[Voir aussi le dossier
5G et ondes pulsées]

La question qui se pose aux tenants du Droit, ainsi qu’aux « forces vives de la Nation », est la suivante : « Pensez-vous, comme d’autres, que notre Constitution ne vaille pas la peine d’être ardemment défendue, puisqu’elle-même illégale n’ayant jamais été promulguée dans le cadre de la Loi ? ». Nous parlons ici d’un « cataclysme juridique », qui vu les violences infligées à la population, et plus particulièrement aux personnes victimes des ondes, prend sens. Mais quand les tenants du Droit violent la Loi, il est temps de se poser les questions qui font mal.

C’est toujours des États-Unis que depuis quelques décennies ruissellent les grandes orientations politiques européennes et françaises, cela pour leurs profits, et à nos dépens. Et voilà, pour la première fois, un potentiel futur président, avocat, irréprochable de probité, nous annonce un changement de paradigme. Tout comme son adversaire, Donald J. TRUMP, KENNEDY dénonce la main mise d’un « état profond » sur les institutions, les administrations et la finance ; et tous deux annoncent défendre la Souveraineté des Peuples face aux élites autoproclamées.

La révolution digitale doit aussi faire face à une autre annonce commune à ces deux candidats. Diffuser les brevets TESLA, confisqués à la mort de celui-ci. Promesse non seulement de moyens de communication sans fil non toxiques, mais aussi de sources d’énergie « libres ». Nous assistons à un changement de paradigme complet face au programme de l’Agenda 2030 qui offre l’opportunité à tous de se repositionner, de se repentir pour certains, d’agir au nom du Bien (le Bien ne saurait se satisfaire de n’être que « commun », ou de quelconque épithète, le Bien est radical, nous rappellent à nos racines en Humanité, « seul le mal est extrême », nous apprend Hannah ARENDT).

L’empoisonnement des populations est massif. Ajouter au fait qu’une grande partie de nos élites se déclarent eugénistes, qu’une grande partie de nos élites participent de sociétés secrètes (autrement dit soumises au secret de ses membres), « Citoyens de seconde zone », nous nous devons de dénoncer nos bourreaux à toutes les échelles ; et, de faire savoir, encore et encore, jusqu’à la restauration de nos droits et jusqu’à la réparation des préjudices subis ; que oui, on nous inflige des traitements indignes, un harcèlement moral et électromagnétique permanent assimilable à de la torture, et que de plus ; oui, c’est l’ensemble de la population qui est empoisonné, par une clique, alors que nous, nous sommes le Peuple Souverain.

Nous ne sommes plus qu’une poignée d’EHS militants, tant la répression à notre égard a été violente et féroce. Mais officiellement, a minima nous représentons 5 % de la population française selon l’ANSES… Cette « guerre contre les peuples » dont Claire SEVERAC a payé de sa vie, à laquelle nous participons héroïquement, « chargeant des nids de mitrailleuses une baïonnette entre les dents », nous sommes en train de la gagner. Entendons bien que nous ne sommes plus seuls. Entendons bien que la machine de guerre, l’intelligence artificielle, est utilisée par toutes les parties. Soyons certains que ces algorithmes enregistrent chaque frappe de clavier, les classent et les enregistrent avant de les traiter par mots-clefs, cela en fonction de ses objectifs à terme.

Exposer les faits numériquement, c’est prendre activement part à cette guerre. EHS, nous nous devons cet effort, pour ne pas dire cette douleur pour ceux d’entre nous qui ne supportent plus la proximité d’une source électromagnétique artificielle. Le portail de justice.fr nous offre cette opportunité de participer activement à l’effondrement de ceux qui nous privent de nos droits. Et peu importe que les Procureurs se saisissent de nos plaintes, ce qui importe c’est de témoigner, de documenter, par là même de recouvrer notre Dignité et l’estime de soi. Les algorithmes, la machine numérique peuvent aussi être un allié, tout dépend de celui qui en analyse les données !

Force est de constater que « l’état profond » n’est plus seul à détenir ces technologies de contrôle. Aussi, français, de par les avancées exemplaires obtenues ses dix dernières années (handicap, accident du travail, maladie professionnelle, interdiction du wifi dans les crèches, déposes de compteurs communicants, protection préfectorale par arrêtés municipaux, remboursement de frais de blindage, trouble du voisinage…), il nous faut participer, encore, malgré tout, à ces derniers coups de boutoir et donner un signal clair tant à nos ennemis qu’à nos alliés ; et faire face à ceux qui voudraient nous médicaliser, tout en niant la toxicité des radiations non ionisantes concernées, cela alors même que le consentement du patient est remis en cause et que « la provocation à abandonner ou à s’abstenir de suivre un traitement médical thérapeutique ou prophylactique » pourrait constituer un délit passible d’un an emprisonnement et de quinze mille euros d’amende.

« Reprendre notre pouvoir, c’est avant tout reprendre notre pouvoir sur notre sphère émotionnelle (…), maintenir un état émotionnel a minima stable, a maxima joyeux. Car l’objectif du pouvoir harceleur est bien de nous maintenir dans cette terreur, dans cette culpabilité, dans cette tristesse et dans ce choc traumatique dont il se nourrira et à partir duquel il pourra continuer à nous manipuler »

Ariane BILHERAN, Psychopathologie du totalitarisme, Guy Trédaniel éditeur, Paris, 2023.






Le double discours de la propagande US : L’opposition CTRL-X — Partie 2/3

[Source : AKINA | Le Front Médiatique]

[Voir :
Le double discours de la propagande US : L’opposition CTRL-X (Partie 1/3)]






Le pape François, un hérétique

[Source : @Cielvoile]

[Voir aussi :
Mgr Viganò : L’intention de Bergoglio est de nuire aux âmes, de discréditer l’Église et d’offenser Dieu
PCB : L’histoire de l’Église et le Synode suicidaire sur la synodalité de Bergoglio
Bill Gates a-t-il demandé à Bergoglio de fermer l’Église catholique ?
Monseigneur Viganò : « La franc-maçonnerie utilise l’OMS et l’église bergoglienne pour faire avancer son coup d’État mondial »
La crise dans l’Église Catholique
François, est-il le pape du Great Reset ?
François, pape des pauvres et de l’écologie ? Ou pape de l’élite globale ?
Rien que la vérité sur la « démission » de Benoît XVI
Mort de Benoît XVI : du siège empêché au siège vacant. Le Pape François n’existe pas (mais l’antipape oui)]






Les fissures commencent à apparaître à Davos

[Source : lesakerfrancophone.fr]

Par Simplicius Le Penseur — Le 2 février 2024 — Source Dark Futura

Le WEF 2024 à Davos — la principale retraite des mondialistes — s’est tenu du 15 au 19 janvier. À bien des égards, il s’agissait d’un événement particulier, car c’était le premier conclave de ce type où les élites affichaient une peur et une appréhension palpables face à la direction que prend la société et au retour de bâton d’une humanité de plus en plus défiante.

Officiellement, le climat et la désinformation ont dominé l’ordre du jour de leur programme, qui a été sponsorisé sous le titre « Reconstruire la confiance ».

(Voir vidéo [en anglais] sur l’article original)

Qu’est-ce qui peut bien amener les élites à penser qu’elles ont rompu notre confiance ? se demande-t-on. Il apparaîtra clairement dans leurs moindres gestes au cours du déroulement du symposium que les élites sont terrifiées par les troubles qu’elles ont elles-mêmes créés.

Voici le rapport complet qu’ils ont publié à la veille de la convocation. L’ensemble est modelé sur la hiérarchie des risques suivante, montrant les perspectives à deux ans et à dix ans des risques, classés dans l’ordre :

Il est clair qu’à court terme, c’est la désinformation qui leur donne le plus de fil à retordre. Cela est dû, selon eux, au fait que les deux prochaines années seront riches en élections mondiales cruciales au cours desquelles la désinformation jouera un rôle de premier plan. Pour les perspectives à dix ans, ils battent naturellement les bongos du climat à pleines dents, car cela reste leur plus savant filon.

Dès les premières pages, ils commencent par admettre que la majorité des participants pensent que le modèle mondial unipolaire cessera de dominer au cours de la prochaine décennie :

Ces risques transnationaux deviendront plus difficiles à gérer à mesure que la coopération mondiale s’érodera. Dans l’enquête de cette année sur la perception des risques mondiaux, deux tiers des personnes interrogées prévoient qu’un ordre multipolaire dominera au cours des dix prochaines années, les puissances moyennes et les grandes puissances établissant et appliquant — mais aussi contestant — les règles et normes actuelles.

Le manque de conscience de soi des élites est cependant toujours stupéfiant. En lisant ces pages, on est surpris de constater que toutes les raisons invoquées pour expliquer pourquoi le monde se dirige vers ces eaux troubles pointent directement vers la mauvaise gestion des affaires mondiales par les élites elles-mêmes. Par exemple, ils pensent que le monde se précipite vers cette multipolarité « dangereusement instable » parce que la confiance dans les institutions occidentales, en particulier dans le leadership mondial, s’est érodée. Se sont-ils posé la question de savoir pourquoi il en est ainsi ?

Depuis plusieurs décennies, les États-Unis et leurs vassaux des Nations unies ont écrasé le monde en développement, menant sans relâche la guerre, la terreur et le chaos partout où ils le jugeaient bon. Les pays du Sud sont restés silencieux, attendant leur heure, uniquement parce qu’ils n’avaient pas la capacité de résister correctement. Mais maintenant qu’ils ont acquis cette capacité, nous sommes censés oublier le déchaînement vertigineux de l’Occident et l’étalage flagrant de son hypocrite « État de droit » et de ses « règles fondées sur l’ordre » ?

Ils se rapprochent d’un semblant de conscience de soi dans la section suivante, où ils citent les milliardaires non élus propulsés à de nouveaux sommets de pouvoir et d’influence par l’ère de l’IA comme une source d’inquiétude particulière :

Cela intervient juste après l’annonce que Microsoft vient de franchir le seuil des 3 000 milliards de dollars de capitalisation boursière, dépassant ainsi Apple pour redevenir la « société la plus précieuse » du monde. Apple et Microsoft représentent à eux deux plus de 13 % de l’ensemble du S&P 500.

Nous avons pu constater de visu le pouvoir que Bill Gates a exercé au cours de son ascension vers une sorte d’influence politique mondiale non élue. L’article du WEF craint à juste titre que le caractère « autoréférentiel » de la croissance des start-ups de l’IA permette aux entreprises qui réalisent des percées dans ces technologies, qui incluent l’informatique quantique, d’exercer de vastes pouvoirs en vertu de l’omniprésence de leurs technologies « à double usage et à usage général ».

La capitalisation boursière de Microsoft, qui s’élève à 3 000 milliards de dollars, représente une masse d’argent plus importante que le PIB de la majorité des pays de la planète. Une entreprise unique exerçant un tel pouvoir ne peut être comparée qu’à la Compagnie des Indes orientales des années 1600-1800, qui disposait de sa propre armée privée et pouvait facilement écraser des nations entières.

Mais venons-en à l’aspect le plus intéressant du conclave de cette année : la révolte tranquille des globalistes.

Cette année, on a enfin eu le sentiment que les technocrates globalistes n’étaient plus tous sur la même longueur d’onde. De tels groupes fonctionnent comme un sous-produit de la forte pression exercée sur le groupe pour qu’il se conforme à l’orthodoxie établie. Divers mécanismes permettent de maintenir l’uniformité, depuis les incitations commerciales jusqu’aux menaces pures et simples, en passant par le kompromat. Ainsi, lorsque les globalistes commencent à se révolter contre les leurs, remettant en cause le discours, rompant avec le sacro-saint ordre du jour, il s’agit d’un moment décisif de « rupture de barrage ».

La dernière retraite de Davos a été marquée par plusieurs cas de ce genre. Le plus médiatisé est le grand discours de Javier Milei sur la destruction du monde, qu’il a qualifié de « [planter] les idées de liberté dans un forum contaminé par l’agenda socialiste 2030 ».

En substance, il a prétendu avoir assisté à la réunion du WEF dans le seul but de subvertir les globalistes de l’intérieur. Faites-en ce que vous voulez — je suis moi-même assez ambivalent sur Milei, avec un fort penchant pour le scepticisme. Mais il est indéniable que son discours — en particulier la dernière partie — a servi de moment de raclement de gorge aux étatistes et aux globalistes présents.

Le plus remarquable est que, sur la grande scène du WEF lui-même, il a rejeté de manière significative le mandat du « changement climatique », ou le fait que les humains soient responsables de tout changement naturel dans l’environnement. On ne s’attendait pas à ce que cette déclaration soit prononcée à la tribune de l’institution la plus importante du monde en matière de changement climatique.

Le reste de sa polémique était terne, puisqu’il s’est attardé sur ce terrible cheval de bataille qu’est le « socialisme », le considérant comme le principal cheval de bataille de l’élite du WEF, se positionnant ainsi commodément comme le grand iconoclaste audacieux.

En réalité, Schwab et ses semblables ne se soucient pas le moins du monde de ce type d’encadrement sémantique — ils sont experts dans l’art de coopter et de s’approprier n’importe quel système pour parvenir à leurs fins. Si vous leur donnez le contrôle d’un pays « socialiste », ils utiliseront leur dirigeant fantoche pour imposer des obligations de haut en bas via la « planification centrale » qui correspond à leur agenda ; donnez-leur un pays « capitaliste de libre marché », et ils utiliseront leurs vastes sociétés transnationales pour déraciner et capturer toutes les industries, en les intégrant dans le méga-monopole mondial. En d’autres termes, ce n’est pas un système contre l’autre, c’est l’humanité contre une cabale d’élites financières contrôlant le système bancaire occidental et, par extension, toutes les entreprises et industries.

Prochain sur la liste de la révolte sans précédent de Davos : Stephen A. Schwarzman, PDG de Blackstone.

Stephen A. Schwarzman, PDG de Blackstone, déclare à la foule de Davos que les États-Unis ne sont pas prêts pour quatre années supplémentaires de déficits de 2 000 milliards de dollars de Biden, d’invasion de 8 millions de clandestins et d’un ratio dette/PIB de plus en plus élevé. Il a raison.

(Voir vidéo [en anglais] sur l’article original)

Il est suivi par le PDG de JPMorgan Chase, Jamie Dimon, qui déclare de manière très pressante :

« Si vous ne contrôlez pas les frontières, vous allez détruire notre pays ».

(Voir vidéo [en anglais] sur l’article original)

C’est ce fil X qui a le mieux rendu compte de l’étonnante évolution de l’esprit du temps :

Il y a ici quelque chose d’extrêmement important qui n’est pas reconnu, mais ceux qui savent lire entre les lignes s’en rendent compte et cela effraie les gens : Des éléments de la classe de Davos **se préparent à faire défection vers le mouvement Trump/populiste**.

Le monde actuel est terrifiant pour la classe Davos. Tout va mal, les populistes sont entrés dans le sanctuaire intérieur et disent ouvertement « vous êtes le problème, votre malheur est proche », et on a le sentiment que le système néolibéral international est au bord de l’abîme.

L’économie — qui est ce qui maintient à flot l’ordre international dirigé par les États-Unis (c’est-à-dire l’ordre néolibéral, alias l’empire américain) pour l’instant — est en train de se dégrader. Même si Trump devait *perdre* l’élection présidentielle, il est entendu que la situation se dégraderait.

Et ils ne pensent pas que Trump va perdre. Ces personnes, aussi désemparées qu’elles puissent être, voient également les sondages d’opinion et sentent où vont les choses.

Ce sentiment de malheur imminent crée BEAUCOUP de panique et de déni dans les cercles Démocrates et néolibéraux. Les élections sont impossibles à gagner, les voler à nouveau est plus difficile cette fois-ci parce que tout le monde a compris…

La légitimité de leur système (« méritocratie »/règle de l’expert) s’effondre (« adultes dans la pièce » est désormais une blague), l’environnement international ne peut pas tenir (voir : Ukraine, Israël, Taïwan, la mer Rouge, etc.), la coalition arc-en-ciel à l’intérieur commence à se déchirer elle-même…

Les Démocrates et les néolibéraux — qui ont passé 8 ans à se convaincre et à convaincre tout le monde que Trump était un dictateur imminent — sont convaincus qu’Orange Hitler est sur le point de s’emparer du Reichstag. Et à ce stade, Trump a dit : « Et puis merde, je serai le monstre que vous pensez que je suis ».

Mais voilà : tandis que les Démocrates et les progressistes crient que leur navire est en train de couler et que l’eau glacée les attend, certains centristes néolibéraux à la tête froide regardent les canots de sauvetage et se disent « … en fait, il y a peut-être une issue ici ».

Les membres de la classe de Davos n’en sont pas à leur premier coup d’essai. Ces financiers et hommes d’affaires ont vécu l’ascension de Poutine et la purge des oligarques, Xi faisant de même et imposant des « exigences » aux entreprises désireuses d’accéder au marché, etc.

Aujourd’hui, un bon nombre d’entre eux croient *véritablement* qu’une répétition de ces événements pourrait être à l’ordre du jour pour les États-Unis. Désireux de survivre, certains d’entre eux seront prêts à passer un accord avec le diable. Surtout s’il leur dit « signez maintenant ou sinon ».

« Et si je ne m’inscris pas ? », se disent-ils. « Est-ce que je veux VRAIMENT prendre le risque d’être sur la liste de merde de l’administration Trump ? ». Dans un environnement populiste et anti-élite ? Dans un contexte de récession/dépression imminente ? Dans un environnement mondial de plus en plus multipolaire ? »

Donc, si vous êtes un type de la classe Davos — dans la finance, le capital-investissement, les entreprises multinationales, certains types de think tank/académiques/à but non lucratif qui dépendent des connexions politiques — votre instinct est de SURVIVRE à tout prix. Si cela implique un accord avec le populiste, alors…

L’OP s’inspire de ce nouvel article de Bloomberg :

https://www.bloomberg.com/news/articles/2024-01-19/davos-sees-the-global-economy-settling-into-strange-new-dynamic

Les six membres du panel ont été chargés de résumer l’ambiance à Davos après une semaine où les participants ont eu tendance à donner un visage courageux aux perspectives mondiales, en accentuant la probabilité qu’une récession profonde sera probablement évitée malgré un resserrement monétaire sans précédent pour maîtriser l’inflation.

L’article résume l’ambiance comme étant tendue, les élites inquiètes invoquant même ouvertement la possibilité que le dollar soit détrôné en tant que monnaie de réserve mondiale :

« Si nous ne résolvons pas ce problème (les questions budgétaires), quelque chose va arriver au dollar », a-t-il déclaré. « Si les États-Unis ne parviennent pas à se ressaisir sur le plan budgétaire, à un moment donné, les gens feront ce qu’ils ont fait à la livre sterling et au florin néerlandais il y a des années. »

Certains ont continué à porter des « masques de bravoure », mais d’autres ont exprimé leur incrédulité face à ce qui se passe :

Ken Rogoff, professeur à l’université de Harvard, s’est inquiété de ce que« la situation géopolitique ne ressemble à rien de ce que j’ai pu voir au cours de ma vie professionnelle ».

Enfin, le président de la Heritage Foundation, Kevin Roberts, a couronné la désillusion du WEF en assénant aux technocrates aux yeux écarquillés sa marque unique d’incision éloquente :

(Voir la vidéo [en anglais] sur l’article original)

La polémique de Roberts est ce que celle de Javier Milei aspirait à être. Il a donné la parole aux élites fatiguées, les déshabillant précisément sur les questions que tous les autres ont si peur d’aborder. La vérité, c’est qu’une grande partie des élites globales — même celles qui sont ostensiblement globalistes — ne sont pas d’accord avec les changements les plus extrêmes de ces derniers temps. Elles savent simplement qu’elles doivent porter la cruche d’eau pour BlackRock et consorts afin d’éviter certaines « pénalités » sociales et d’entreprise.

C’est pourquoi il y a de fortes chances que nous assistions dans les années à venir à une sorte de réorientation : les plus raisonnables d’entre eux reviendront du côté de la rationalité. Dans cette optique, la réunion de Davos pourrait être considérée comme l’un des premiers moments canaris dans la mine pour l’orientation des choses.

Les élites sont stratifiées comme tout le reste, ce qui signifie que les contingents les plus radicaux et les plus marginaux continueront à porter la lance de l’avant-garde pour avancer sur de nouveaux territoires. C’est pourquoi, malgré les fractures évidentes et la nervosité qui envahit leur classe pour la première fois, les ultra-radicaux parmi eux ont continué à faire avancer leurs plates-formes extrêmes.

La dernière menace prototypée à Davos est la « maladie X » :

Le directeur général de l’OMS, Tedros Ghebreyesus, a été accosté par un journaliste intrépide alors qu’il se rendait à la soirée de Schwab :

« Quand allez-vous lancer la maladie X ? »

(Voir la vidéo [en anglais] sur l’article original)

Naturellement, l’objectif de cette génération de la peur est de nous ébranler suffisamment pour empêcher l’encre de sécher sur les approbations des thérapies géniques à l’ARNm par le biais de l’éternel « stratagème de la tension sans fin », ainsi que de préparer la table psychologique à l’éventualité d’une nouvelle fausse pandémie pour nous bloquer à un autre point clé, permettant de dissimuler une nouvelle fraude financière ou électorale historique.

Comme à l’accoutumée, l’agenda climatique a occupé la première place de l’événement. Certains des piliers reconnaissables qui ont inlassablement fait grimper le rocher frauduleux sur la colline pendant des années ont à nouveau alimenté le chœur :

Le gagnant de l’assaut le plus flagrant contre la rationalité a été le banquier suisse Hubert Keller pour sa conférence sur les effets néfastes du café sur l’environnement, avec l’implication que ceux qui ont une conscience devraient en boire beaucoup moins (sans parler de l’implication encore plus grave que les élites viendront un jour prendre tout notre café) :

« Chaque fois que nous buvons du café, nous rejetons du CO2 dans l’atmosphère. »

(Voir la vidéo [en anglais] sur l’article original)

Sans blague !

Et pendant que ces dandys minaudant se livraient à des tête-à-tête dans les salles perverses de l’Imaginarium de Klaus Schwab, dans les zones interdites de leurs demesmes, les hordes opprimées étaient entrées dans une frénésie bacchanale ; le rite parisien, en particulier, était un offertoire d’abats pour les siècles à venir :

(Voir la vidéo sur l’article original)

Macron, pendant ce temps, cosplayait avec les rois suédois, indifférent au cri de l’âme de son peuple :

(Voir la vidéo sur l’article original)

Juxtaposition évocatrice ! [NDRL En français dans le texte original anglais.]

Les condamnations ne se sont pas limitées au café, mais, comme d’habitude, à l’ensemble de l’approvisionnement alimentaire, qui, selon l’élite, « carbonise la planète » :

L’information d’entreprise s’est jointe à l’incursion malthusienne chorégraphiée. Cette séquence classe effectivement les enfants dans la catégorie des accumulateurs de carbone :

Un lobbyiste de l’environnement a déclaré mardi aux téléspectateurs de la chaîne d’information britannique GB News que le fait d’avoir des enfants pose un « problème moral » en raison de la quantité de carbone qu’ils produiront au cours de leur vie.

Donnachadh McCarthy a affirmé que les gens devraient avoir moins d’enfants, et qu’avoir un seul enfant est « formidable ».

(Voir la vidéo [en anglais] sur l’article original)

Entre-temps, les capitales européennes se sont embrasées — les supermarchés du Paris dystopique se sont vidés en raison des grèves généralisées des agriculteurs :

(Voir la vidéo sur l’article original)

Aujourd’hui encore, alors que les dirigeants européens se réunissaient au sommet de l’UE à Bruxelles, la dévastation régnait autour d’eux ; une statue de l’industriel John Cockerill a été symboliquement déboulonnée juste devant le parlement :

Des balles en caoutchouc et des canons à eau ont été déployés contre des centaines d’agriculteurs européens qui manifestaient devant le bâtiment du Parlement européen à Bruxelles ce jeudi. Les agriculteurs ont lancé des œufs, des feux d’artifice et des incendies à proximité du bâtiment, tout en exigeant que les dirigeants européens cessent de les punir en leur imposant davantage de taxes et de coûts pour financer un soi-disant« programme vert ».

Mais ne vous inquiétez pas, la Maison Blanche montre l’exemple en remplaçant John Kerry par un nouveau tsar du climat plus « sain » :

https://www.reuters.com/world/us/white-houses-podesta-replace-kerry-us-climate-envoy-wash-post-2024-01-31/

N’êtes-vous pas tout simplement soulagé de voir que certaines des plus brillantes personnalités de cette administration sont affectées aux tâches les plus urgentes ?

Mais le dernier point le plus troublant mis en avant par les globalistes concerne la « désinformation ». Ce qui est le plus frappant, c’est que leur ton correspond à l’urgence exprimée sur d’autres questions évoquées plus haut. Ici aussi, ils ont manifesté une crainte croissante de perdre la guerre des récits et d’aliéner la population.

Cela s’est produit à la suite de licenciements massifs dans l’ensemble des médias d’information et de l’industrie de la publication et de l’impression :

Taylor Lorenz l’a expliqué dans un document d’explication largement diffusé et à regarder absolument :

(Voir la vidéo [en anglais] sur l’article original)

ZeroHedge en a également parlé :

Tout le monde tombe !

BuzzFeed et Vice Media, deux anciens chouchous des médias numériques dont la taille et la pertinence ont diminué ces dernières années, sont susceptibles de devenir encore plus petits.

BuzzFeed, dont les actions ont perdu plus de 97 % de leur valeur depuis son entrée en bourse en 2021, cherche à vendre ses sites de cuisine, Tasty et First We Feast, selon des personnes au fait de la situation. Par ailleurs, Fortress Investment Group, qui a repris Vice en faillite l’année dernière, est en pourparlers pour vendre son site Refinery29, axé sur le style de vie des femmes, ont indiqué d’autres personnes.

Quel est donc le problème, exactement ? Pourquoi l’ensemble du secteur est-il en train de « s’effondrer », comme l’a dit Lorenz ? Et pourquoi les élites font-elles soudain preuve d’une conscience de soi aussi rare et inhabituelle dans leur horreur d’être remplacées ?

Le symposium du WEF a tenté de résoudre le dilemme :

(Voir la vidéo [en anglais] sur l’article original)

Il admet que, pour une fois, les gens exigent de leur journalisme qu’il rende des comptes. Ils veulent savoir comment leurs informations sont sourcées, d’où elles viennent et pourquoi. Et ce, après des années pendant lesquelles les organes d’information des grandes entreprises ont considéré leur liberté comme acquise et ont totalement érodé leur propre fiabilité en prenant des raccourcis, en contournant les règles et en suivant généralement des « règles non écrites » hautement contraires à l’éthique et politisées. Cela inclut les nouvelles normes modernes telles que les « sources anonymes » paresseuses qui remplacent les fuites politisées évidentes, et d’autres choses de ce genre.

Mais le problème le plus important est bien sûr la nouvelle prédominance des médias sociaux et des médias alternatifs, un sujet que j’ai largement abordé dans cet article :

En particulier depuis que Musk a abaissé les garde-fous en rachetant X, l’information [presque] libre circule sans être entravée par les reliques obsolètes des médias d’entreprise. C’est principalement pour cette raison que le consortium de Davos a placé la « désinformation » en tête de liste de ses ennemis à court terme.

L’ignoble dame Von Der Leyen le souligne dans son discours :

(Voir la vidéo [en anglais] sur l’article original)

Il n’est donc pas surprenant qu’elle cite la mise en œuvre par l’UE de la « loi sur les services numériques » comme le summum de la maîtrise de ce fléau existentiel qu’est la « liberté d’expression » et qui les a tant ébranlés. La loi sur les services numériques est un sujet que j’ai également abordé :

https://darkfutura.substack.com/p/censorship-clampdowns-redux-eu-dsa

Sans parler de l’anticipation des mesures de répression massives qui ne manqueraient pas d’arriver, tant la confiance de l’establishment avait été érodée.

Après tout, faut-il s’étonner que des gens comme eux n’arrivent pas à comprendre pourquoi plus personne ne les prend au sérieux ?

Ce qui précède n’est pas une blague, soit dit en passant. Plusieurs grands noms de l’information ont récemment dénoncé le laxisme de la censure chinoise à l’égard de leur poule aux œufs d’or, Israël : NYTimes et CNN notamment. Avez-vous jamais pensé que vous vivriez assez longtemps pour voir la propagande orwellienne à l’envers prendre une tournure telle qu’elle reproche à la Chine d’être trop libre ?

Les personnes qui nous ont fait la leçon sur les dangers de lire en dehors des lignes sont maintenant terrifiées que nous les ayons ignorées et que nous continuions à penser par nous-mêmes.

C’est le problème de ces globalistes : pour cacher leurs crimes, ils doivent continuer à doubler la mise, mais cela demande toujours plus d’efforts et une complexité croissante dans la mise en relation de points improbables et absurdes et dans la gymnastique de l’excuse. C’est un peu comme la théorie de la relativité et la vitesse de la lumière : plus on se rapproche de la vitesse, plus les besoins en énergie deviennent ridiculement irréalistes.

On a de plus en plus l’impression que les élites atteignent un niveau asymptotique, et que l’absurdité de leurs concoctions superposées est sur le point d’éclater.

Simplicius Le Penseur

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone




Science du climat : faiblesses et manquements

L’analyse d’un ingénieur

[Source : fr.irefeurope.org]

Par Pascal Iris

Un travail bibliographique, portant exclusivement sur les publications de chercheurs spécialisés reconnus par le GIEC, montre que les modèles de simulation climatique qui sont le cœur de la recherche climatique actuelle et les seuls outils susceptibles de fournir des prévisions chiffrées sont en réalité inexploitables.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, ce sont les numériciens du climat qui l’écrivent eux-mêmes dans des publications spécialisées qui restent confidentielles faute de relais médiatiques et institutionnels.

Le présent travail montre qu’en réalité la plus grande incertitude règne en la matière, avec l’incapacité de simuler certains phénomènes atmosphériques dominants (comme les nuages), l’absence de fiabilité des résultats et le caractère contestable de leur exploitation.

Pourtant ces modèles sont à l’origine de l’équation qui mène aujourd’hui le monde occidental vers la fameuse « neutralité carbone en 2050 » qui limiterait la hausse de la température mondiale à environ 1,5 °C par rapport à l’ère préindustrielle.

Pour l’auteur, la société est ainsi entraînée sur la pente brutale de la décarbonation généralisée, malgré l’absence d’une information équilibrée sur l’état réel de la recherche scientifique qui fonde les décisions de politique publique.

Une démarche fondée sur la raison critique.

Pour qu’il n’y ait aucune ambiguïté, posons en préambule qu’il est clair, pour nous comme pour la très grande majorité de la population, que la protection de l’environnement et l’utilisation sobre et rationnelle de l’énergie sont un enjeu majeur pour l’avenir. Il est également indéniable que la température moyenne de l’atmosphère a augmenté ces 200 dernières années.

Aujourd’hui des décisions drastiques et engageant l’avenir sont prises au motif que la science climatique aurait définitivement statué, science qui aurait « parlé », comme il est commun de l’entendre.

Sur le fond, constater l’élévation de température ces 200 dernières années est une chose (assez complexe en soi), en interpréter la cause en est une autre, et quantifier l’avenir une troisième : la thermodynamique de l’atmosphère n’a malheureusement pas la simplicité de la bille qui tombe sous l’effet de la pesanteur !

Elle est au contraire d’une extrême complexité, chacun le reconnaît et il y a un paradoxe entre cette complexité admise et la simplicité de « la seule faute au CO2 ».

Faisant totalement fi de ce paradoxe, les politiques publiques en la matière se résument désormais à la « décarbonation » de la société tout entière.

Alors, que dit vraiment la science du climat ?

Compte tenu des enjeux, il n’est pas inutile de se poser cette question, si peu abordée tant les choses paraissent certaines et sans appel.

Pour le savoir, un travail bibliographique a été entrepris, EXCLUSIVEMENT fondé sur des publications de scientifiques spécialisés reconnus, par le GIEC en particulier, de façon à éliminer tout biais qui pourrait qualifier la démarche de « climatosceptique ».

La modélisation numérique au cœur de la recherche climatique

Aujourd’hui, la climatologie est un large domaine d’étude et de recherche qui relève de nombreuses disciplines scientifiques distinctes les unes des autres (océanographie, glaciologie, hydrologie, astronomie, géologie, thermodynamique, paléoclimatologie, histoire, analyse numérique, physique du rayonnement, etc.).

Aucune de ces disciplines n’est, à elle seule, capable d’une interprétation globale et encore moins d’une évaluation quantitative.

Les seuls outils susceptibles d’évaluer les températures futures de la planète sont les modèles climatiques de simulation, les plus évolués étant dénommés « modèles climatiques globaux ».

Supposés intégrer l’ensemble des facteurs en jeu, ces outils de simulation sont à l’origine de l’équation du GIEC qui gouverne désormais l’avenir de nos sociétés européennes : neutralité carbone en 2050 = espérance d’une élévation de la température moyenne limitée à 1,5 °C en 2100 (par rapport à l’ère préindustrielle).

Si leur rôle est central, quelles sont les capacités réelles de ces modèles ?

Cette question, qui n’est jamais posée publiquement et dont le GIEC ne fait aucunement état dans ses « résumés aux décideurs », mérite pourtant de l’être.

La modélisation du climat est par ailleurs une discipline qui présente la particularité d’être hyper spécialisée, extrêmement complexe et surtout quasi confidentielle parce que les numériciens du climat représentent une infime minorité de chercheurs étiquetés « spécialistes du climat ».

Elle est de ce fait quasi inaccessible, y compris aux autres scientifiques et c’est là un second paradoxe, loin d’être négligeable vu l’importance stratégique de la discipline.

La question du « réglage » des modèles climatiques

Un modèle, c’est la représentation virtuelle et discrétisée d’un domaine au sein duquel se développent des phénomènes physiques que l’on formalise par des équations, dont on estime certains paramètres directeurs non mesurables et qu’on borne par des conditions spécifiques aux limites du domaine.

Qualité des « équations », « conditions aux limites » et « réglage » des paramètres directeurs sont les facteurs clefs de toute simulation numérique.

Des incertitudes peuvent concerner ces trois éléments, mais le plus critique, quand il s’agit de modéliser la géosphère (c’est-à-dire les milieux naturels), est l’estimation des paramètres directeurs des équations, dénommée souvent « calage » ou « réglage » du modèle. On le fait en ajustant les résultats de calcul sur des historiques pertinents de données, quand ils existent, ou bien on les estime comme on peut.

Le réglage est par conséquent un acte essentiel et délicat, consubstantiel à la modélisation elle-même. Les résultats de calcul y sont très sensibles et les paramètres non mesurables sont un des talons d’Achille de la modélisation des milieux naturels, tous les numériciens le savent et ont à gérer ce sujet. Cela fait partie de leur « art » qui ne relève en aucun cas du « presse bouton ».

Un résultat de modélisation doit par conséquent s’accompagner d’une notice sur ces paramètres, les hypothèses qu’ils contiennent et l’incertitude qu’ils produisent sur les résultats de calcul.

Dans le cadre d’une étude d’intercomparaison des modèles à l’échelle internationale reconnue par le GIEC, un article collectif publié en 2017 sous la direction de F. Hourdin du laboratoire de météorologie dynamique (CNRS — Université Pierre et Marie Curie)1 constate la très faible prise en compte de la question du « réglage » des modèles et regrette explicitement que le GIEC ne s’y intéresse pas. L’opacité sur le sujet est signalée par les auteurs qui y voient une lacune importante. Ils appellent explicitement à plus de transparence.

Le papier est très honnête, très direct et en même temps édifiant compte tenu de l’importance du sujet.

Je cite :

« Il existe une subjectivité dans le réglage du modèle climatique […]il est souvent ignoré lors des discussions sur les performances des modèles climatiques dans les analyses multimodèles […] Pourquoi un tel manque de transparence ?

« Cela est peut-être dû au fait que le réglage est souvent considéré comme un élément inévitable, mais sale de la modélisation du climat […]un acte de rafistolage qui ne mérite pas d’être écrit dans la littérature scientifique […]

« Le réglage peut en effet être considéré comme un moyen inracontable de compenser les erreurs de modèle. »

Au-delà de sa clarté, ce propos direct illustre parfaitement une lacune méthodologique majeure, car l’exploitation des résultats s’exonère manifestement de toute documentation sur les hypothèses de calcul, sur les conditions de réglage, sur la sensibilité des résultats aux paramètres, etc. toutes choses élémentaires et encore une fois consubstantielles à la simulation elle-même.

Un jury de thèse demanderait systématiquement ces éléments à un doctorant présentant des résultats de calcul. Cette situation n’est par conséquent pas conforme aux « règles de l’art » et les spécialistes la dénoncent à juste titre.

Mais les auteurs vont plus loin, je cite :

« Vingt-deux groupes sur 23 ont signalé avoir ajusté les paramètres du modèle pour obtenir les propriétés souhaitées, en particulier à la partie haute de l’atmosphère. »

Cette phrase ne peut que susciter davantage d’interrogations : suggérerait-elle que cette opacité permettrait de régler les modèles pour obtenir les résultats souhaités ?

À la recherche des résultats attendus

En creusant davantage, on découvre que tel est bien le cas, au moins dans un cas publié : un modèle, mis en œuvre en 2019 au sein de l’Institut Max Planck de climatologie en Allemagne2, conduisait à une sensibilité climatique à l’équilibre (ECS) de 7 °C jugée irréaliste (la sensibilité climatique est la variation de la température mondiale estimée pour un doublement du CO2 par rapport à l’ère préindustrielle).

On comprend qu’un paramètre de réglage de la convection atmosphérique a été multiplié par 10 par rapport à la valeur initialement estimée, pour corriger la chose et aboutir à une sensibilité considérée comme plus acceptable de 3 °C…

Je cite :

« […] nous avons décidé de viser une sensibilité climatique d’équilibre d’environ 3 °C. La réduction de la sensibilité du modèle a été principalement obtenue en augmentant le taux d’entraînement pour une convection peu profonde d’un facteur 10 […] dans le but de réduire la rétroaction des nuages tropicaux de basse altitude. »

On ne peut que s’interroger sur la pertinence de ce « réglage » de circonstance : pourquoi multiplier par 10 le paramètre jugé correct initialement, pourquoi pas 5, 20 ou 50… ?

Quel est le sens physique d’un tel réglage ?

Cette question précise est essentielle, car si l’on n’est pas capable de clarifier le sens physique d’un réglage, le modèle perd totalement de son intérêt et de sa pertinence : il fait l’objet d’un ajustement opportuniste sans nécessaire cohérence avec la physique des phénomènes simulés.

L’article n’en parle pas alors que c’est un des pièges bien connus du réglage ; on peut faire l’analogie (également bien connue des statisticiens) avec les corrélations sans cause.

Ce réglage montre simplement que, toute chose étant égale par ailleurs et en particulier à effet de serre donné, la mécanique interne de l’atmosphère, en l’occurrence la convection des nuages, a un impact considérable sur la température.

La mise en évidence de l’influence d’un tel « mécanisme interne » ne manque pas d’intérêt, à l’inverse de la température qui, calculée dans ces conditions, n’en présente aucun.

Tout cela pose question et c’est un euphémisme.

Des objets de recherche incertains.

En 2020, F. Hourdin et son équipe précisent la problématique à gérer et les modalités d’amélioration de leur modèle3.

Je cite :

« […]Il est communément admis qu’une grande partie de l’incertitude dans les projections futures du changement climatique avec les modèles climatiques mondiaux provient de la représentation de processus physiques non résolus par ce qu’on appelle des paramétrisations, et en particulier des paramétrisations de la turbulence, de la convection et des nuages. Les mêmes paramétrisations sont également responsables d’erreurs importantes, qui persistent dans la représentation du climat actuel avec les modèles globaux.

« […] L’amélioration des modèles numériques globaux est essentielle pour l’anticipation des changements climatiques futurs.

« […] Les améliorations sont basées sur des changements significatifs du contenu physique ainsi que sur une stratégie de réglage mieux contrôlée. »

Cette analyse confirme sans ambiguïté ce qui est évoqué plus haut, à savoir le champ considérable des inconnues et des insuffisances.

La qualité des équations est problématique puisque la physique de bon nombre de phénomènes n’est pas formulable explicitement, comme les nuages qui jouent un rôle majeur et variable selon leur configuration et leur extension.

Cette publication confirme que les modèles climatiques, sur lesquels tout repose, sont en fait eux-mêmes des objets de recherche, encore peu avancée compte tenu de la difficulté et de la complexité du sujet.

À l’évidence ce ne sont pas des outils numériques d’ingénierie prédictive, comme les modèles de calcul de structure ou de calcul thermique par exemple : dans ces deux cas, les équations sont connues et les paramètres mesurables par voie expérimentale ; il ne s’agit pas de simuler le milieu naturel.

En d’autres termes, le domaine du calcul climatique relève clairement de la « recherche » avec par essence ses incertitudes, ses inconnues et ses obstacles… à ne pas confondre avec la « science », c’est-à-dire un corpus de connaissances établies, fondées sur la théorie et l’expérience.

Cet état de fait n’est pas choquant en soi ; le fait que ce soit un non-dit masqué vis-à-vis des décideurs et du public est en revanche très choquant et révèle un problème épistémologique méconnu, mais majeur.

L’amalgame médiatique entre recherche et science est souvent fait par méconnaissance, abus de langage et confusion des termes.

Des calculs prédictifs inexploitables

Le 5 mai 2022, l’insuffisance majeure des modèles climatiques est explicitement admise dans un commentaire publié dans la revue Nature, co-signé par des spécialistes tout à fait reconnus, dont Gavin A. Schmidt, le directeur du GISS (Goddard Institute for Space Studies de la NASA)4. Le GISS est un des piliers mondiaux de la science climatique officielle.

Ce commentaire, destiné à alerter la communauté scientifique, intitulé « Reconnaître le problème du modèle chaud » se fonde sur la comparaison la plus récente de 50 modèles (CMIP6).

Il indique qu’une part significative de ces outils de dernière génération, supposés plus performants, « surchauffent » et sont incapables de reproduire le passé.

Je cite :

« Avis aux utilisateurs : un sous-ensemble de la dernière génération de modèles “surchauffe” et prévoit un réchauffement climatique en réponse aux émissions de dioxyde de carbone qui pourrait être plus important que celui obtenu à partir d’autres modèles. »

Et les auteurs d’expliquer :

« Auparavant, le GIEC et de nombreux autres chercheurs utilisaient simplement la moyenne et la dispersion des modèles pour estimer leurs impacts et leurs incertitudes. »

Il faut s’arrêter sur cette phrase, car on découvre à l’occasion une situation étonnante : on comprend que le GIEC estimerait la température future de la planète en faisant la moyenne des résultats des modèles climatiques globaux disponibles !

Cette forme de « démocratie numérique » n’a rien de scientifique et, sauf erreur, n’existe dans aucune autre discipline… un peu comme si on décrétait que le bon résultat d’une épreuve de mathématiques au bac n’était pas dans celle de la copie qui a 19/20, mais dans celle qui a 10/20, en faisant une moyenne avec les mauvaises notes qui pèseraient aussi lourd que les bonnes (à supposer qu’il y ait des bonnes notes en modélisation du climat… ce qu’on ne sait pas) !

La validation des modèles n’est manifestement pas faite comme il se doit, c’est-à-dire individuellement ; on fait la moyenne de tous les modèles.

L’incertitude ne repose pas sur une analyse de sensibilité aux paramètres pour chaque modèle, mais sur les écarts entre les modèles pris dans leur globalité.

Cette approche « démocratique » de la recherche est singulière pour ne pas dire baroque et conduit à s’interroger légitimement sur le GIEC qui, s’il s’appuie effectivement sur des résultats de recherche, les exploitent d’une façon sans doute politique, mais en aucun cas scientifique, comme ce type de moyenne inusitée le montre.

Mais l’article va plus loin. Je cite :

« Dans le rapport AR6(ndlr : sixième cycle d’évaluation du GIEC, le plus récent — 2021), ces méthodes simples ne fonctionnent plus(ndlr : il s’agit de cette moyenne): les modèles à haute sensibilité pris isolément n’ont pas le même poids que les autres pour estimer la température globale. Les auteurs du rapport AR6 ont décidé d’appliquer des pondérations à chaque modèle avant d’en faire la moyenne, afin de produire des projections de réchauffement climatique “réévaluées”. »

En d’autres termes, « le principe » qui consistait jusqu’à présent à prendre en compte la moyenne des résultats de tous les modèles pour prévoir l’avenir thermique de la planète n’est désormais plus valable… Les auteurs approuvent le principe d’une « pondération » effectuée par le GIEC de façon à limiter l’impact des modèles les plus récents qui « surchauffent » !

Que dire de cet invraisemblable bricolage manifestement destiné à aboutir aux valeurs qui conviennent ?

En réalité, les auteurs reconnaissent explicitement qu’il est impossible de quantifier l’avenir dans la mesure où il n’est pas possible de prendre en compte tous les facteurs de la thermodynamique atmosphérique (ils reviennent en particulier sur le rôle central des nuages quasi impossibles à représenter numériquement).

Je cite :

« La Terre est un système complexe dans lequel les océans, la terre, la glace et l’atmosphère sont interconnectés, et aucun modèle informatique ne pourra jamais en simuler exactement tous les aspects. […] »

« Les modèles varient dans leur complexité qui font chacun des hypothèses et des approximations différentes sur les processus qui se produisent à petite échelle, comme la formation de nuages. […] »

« Il y a de nombreux aspects du changement climatique que nous ne comprenons pas encore, d’où la nécessité de continuer à améliorer la science du climat. […] »

« Cependant, même si nous connaissions précisément ce volume (gaz à effet de serre), nous ne saurions toujours pas exactement quel serait le niveau de réchauffement de la planète. […] »

Et ils proposent tout simplement de ne plus utiliser ces outils pour faire des prévisions dans le temps !

Telle est la conclusion insoupçonnée à laquelle aboutissent aujourd’hui des spécialistes de haut niveau international, insoupçonnables de « climatoscepticisme », après des décennies de modélisation et de progrès supposés.

Les modèles les plus récents, c’est-à-dire les plus évolués, donnent de « mauvais » résultats, au point de devoir être massivement « pondérés ».

En matière d’évaluation et de prévision quantifiée, ces publications montrent que la science est en réalité du côté de la plus grande incertitude et nous sommes par conséquent très loin d’une ingénierie numérique exploitable contrairement à ce que l’on fait croire.

On ne sait pas évaluer les températures futures, on ne sait pas prendre en compte correctement une partie des phénomènes internes essentiels et cela se comprend très bien vu l’extrême complexité de l’objet simulé.

Ces chercheurs honnêtes l’écrivent, mais cela reste confidentiel faute de relais médiatiques et institutionnels.

Les rapports du GIEC cachent aux décideurs la réalité de ces insuffisances ; au contraire, ils assènent des certitudes : l’homme reste responsable du climat et il y a urgence à agir.

Il faut rappeler à ce stade que l’objet statutaire du GIEC n’est pas d’étudier le réchauffement climatique, mais d’étudier le réchauffement climatique d’origine humaine.

Ce biais originel a manifestement des conséquences considérables sur l’orientation des travaux de recherche à l’échelle mondiale, sachant que les rapports du GIEC sont approuvés formellement par chacun des États et deviennent de ce fait des éléments de politique publique, particulièrement suivis en Europe.

Une unanimité scientifique factice.

Au-delà de la science qui aurait parlé et dont on peut mesurer la faiblesse prédictive, on entend également en permanence qu’il y a unanimité de la communauté scientifique sur le sujet et qu’il faut « écouter les scientifiques ».

La responsabilité centrale du CO2 dans la perspective climatique catastrophique à venir est de ce fait considérée comme une vérité absolue.

Tout scientifique interrogé dans la rue le dira sans doute comme tout le monde, d’autant que le contester pourrait s’avérer préjudiciable à sa carrière. Mais qu’en est-il quand il s’exprime dans le cadre professionnel des publications scientifiques à comité de lecture, c’est-à-dire le seul qui compte ?

La référence est une étude australienne5 parue en 2013 (et reprise par Greenpeace) qui conclut effectivement que 97 % des scientifiques compétents considèrent que le réchauffement climatique est bien d’origine anthropique.

Le diable étant dans les détails, il faut regarder de plus près la méthodologie de l’étude : 11 944 publications (environ 25 000 coauteurs) dont les résumés contiennent les termes « global warming » et « global climate change », parues entre 1991 et 2011 dans des revues à comité de lecture, ont été analysées et classées.

Sur ces 11944, 7970 soit près de 70 % ne donnent aucun avis sur le sujet… et ont été éliminées du « panel » !

Sur les 30 % restantes, en réalité seules 1010 publications (soit 8,5 % du nombre initial) donnent un avis explicite et 986 d’entre elles indiquent effectivement que l’homme est responsable, soit bien 97,6 %. Mais… 97,6 % de 8,5 %, soit… 8,25 % du total !

Ainsi en réalité, 91,5 % de la communauté scientifique concernée ne donne aucun avis explicite professionnel sur la question et l’unanimité affichée par les medias (et Greenpeace) ne porte que sur un peu plus de 8 %. Une étude américaine de même nature publiée en 2021 conduit à des résultats comparables6.

L’unanimité scientifique sur l’origine humaine du réchauffement climatique relève clairement d’une exploitation fallacieuse des chiffres, si l’on s’en tient à la réalité des publications professionnelles sur laquelle est basée cette affirmation.

En matière de chiffres, le dernier rapport du GIEC suscite également bien des interrogations.

Les chiffres du GIEC… pas exactement l’idée qu’on s’en fait

Partons maintenant de l’hypothèse que les évaluations du GIEC sont fiables et intéressons-nous à l’impact du CO2.

Dans son dernier rapport aux décideurs concernant les aspects scientifiques7, il est indiqué (p9 A.1.3) que pour le passé et jusqu’à nos jours, le «probable réchauffement dû à l’homme depuis 1850-1900 est d’environ +1 °C ». Plus loin, il est écrit pour le futur (p35 D1.1) que « chaque tranche de 1000 Gt d’émissions cumulées de CO2 provoque une augmentation probable de la température mondiale de 0,45 °C (meilleure estimation) ».

On peut s’arrêter sur ce chiffre.

Les émissions annuelles de CO2 résultant de la combustion des hydrocarbures représentent aujourd’hui environ 35 GT.

Un calcul simple montre qu’en 2100, dans 80 ans et selon les hypothèses du GIEC, on aboutirait au rythme de la consommation mondiale actuelle (du fait des hydrocarbures) à une hausse de température estimée depuis 1850 de 2,3 °C (1+80*35/1000*0,45 °C = 2,26 °C)… à comparer avec l’objectif de neutralité carbone en 2050 qui conduirait à une hausse comprise limitée à 1,5 °C.

Soit un écart inférieur à 1 °C entre les deux scénarii d’émissions !

Ce faible écart estimé est à mettre en regard de l’objectif de « neutralité carbone en 2050 » qui lui, a contrario, représente bien une révolution industrielle, économique et sociale aussi faramineuse que brutale par rapport à notre mode de fonctionnement actuel où 80 % de l’énergie utilisée dans le monde est d’origine fossile. D’après l’Agence internationale de l’énergie8 en effet, pour atteindre la neutralité carbone en 2050, il faudrait réduire la consommation mondiale de charbon de 90 %, celle de pétrole de 75 % et celle de gaz naturel de 55 %.

Cet objectif de réduction drastique est colossal et ne peut s’obtenir que par une forte décroissance… pour moins de 1 °C d’écart estimé !

C’est assez surprenant, mais pour mieux comprendre, il faut savoir que le GIEC présente en fait différents scénarii d’émission de CO2 d’ici la fin du siècle. La hausse spectaculaire autour de 4,5 °C (voire plus) souvent mise en avant dans les médias, est en réalité « calculée » par le GIEC sur la base du scénario d’émission de CO2 le plus extrême (scénario SSP5-8.5 — voir 8 p.13 — fig. SPM.4) qui prévoit non pas la poursuite de nos émissions au niveau actuel, mais leur multiplication par deux d’ici 2050 puis par trois d’ici 2080… c’est-à-dire une croissance effrénée (et sans doute irréaliste) de la consommation d’hydrocarbures !

Malheureusement, les chiffres présentés dans les médias ne sont jamais assortis des hypothèses qui les sous- tendent, ce qui entretient la confusion.

Pour terminer de façon pratique, notons que la Chine, l’Inde et les pays dits « du Sud » qui représentent l’essentiel de l’humanité fondent leur développement majoritairement sur les énergies fossiles et n’ont pas l’intention d’y renoncer.

La Chine met en œuvre aujourd’hui un programme électro-charbonnier sur dix ans qui représente environ 300 GW, soit 5 à 6 fois la puissance électronucléaire totale installée en France, quand l’Inde multiplie les ouvertures de mines de charbon.

La France pèse moins de 1 % des émissions mondiales.

Un débat d’intérêt public interdit et une société prise en otage

Qu’ont à répondre sur le fond les spécialistes médiatiques de l’urgence (voire de la terreur climatique) et sur quoi fondent-ils précisément leur certitude affichée et chiffrée du rôle majeur, immédiat et catastrophique du CO2 ?

Quand on interroge les spécialistes et des leaders d’opinion, la réponse est toujours la même : pas de réponse. Tout cela est manifestement un non-sujet, n’a pas à être discuté et surtout l’expression du moindre doute apparaît comme une inadmissible transgression.

Or, comme pour tout domaine de recherche scientifique, le doute est non seulement légitime, mais salutaire et le débat contradictoire, nécessaire.

Au nom de quoi la climatologie serait-elle le seul domaine à pouvoir s’y soustraire ?

Les interdits intellectuels sont bien sûr antinomiques avec l’essence même de la recherche et posent un problème éthique, déontologique et épistémologique.

Nos médias donnent une parfaite illustration de cette situation, comme en témoigne la récente charte environnementale de Radio France, dont le premier article est le suivant, je cite :

« Article 1 : Nous nous tenons résolument du côté de la science, en sortant du champ du débat la crise climatique, son existence comme son origine humaine. Elle est un fait scientifique établi, pas une opinion comme une autre. »

Cette position officielle « d’autorité » qui s’exprime à longueur d’antenne sans la moindre contradiction (sur les radios de service public supposées pluralistes par leur statut) illustre à quel point l’idéologie, le militantisme, voire l’endoctrinement, ont pris la main.

C’est ce qui est dénoncé par de nombreux scientifiques au plan international, à l’image de l’américain John Clauser, prix Nobel de physique 2022, ou bien de Steven Koonin9, membre de l’Académie des sciences américaine, ancien sous-secrétaire d’État à la science du département de l’énergie de l’administration Obama.

Si cette affaire ne relevait que d’un débat savant, cela ne poserait pas vraiment de problème ; la tectonique des plaques a mis soixante ans avant d’être admise par la communauté des géologues.

Mais en l’occurrence, il s’agit de l’avenir de notre société et c’est une affaire d’État.

Nos concitoyens sentent bien qu’il y a sur ce sujet quelque chose d’anormal, même s’ils n’ont aucun outil ni aucune information structurée leur permettant des choix éclairés.

Ils ont raison, car on n’a sans doute jamais pris de décisions aux conséquences aussi lourdes sur des fondements aussi faibles.

Il n’est pas trop tard pour les décideurs d’en prendre la mesure et pour les experts d’avoir le courage de s’expliquer publiquement et contradictoirement.

Présentation de l’auteur

Citoyen ordinaire à la retraite, l’auteur est ingénieur (Mines de Nancy) et scientifique de formation (thèse de 3e cycle de mathématique appliquée en géosciences à l’École des Mines de Paris) ; ancien chef d’une entreprise technologique spécialisée dans les modèles numériques de simulation pour l’industrie mécanique et métallurgique (Transvalor SA), il a une expérience pratique de la modélisation numérique appliquée à différents domaines.

Il est familier du milieu de la recherche, ayant été pendant 20 ans directeur de l’association ARMINES, importante structure de recherche partenariale (partenariat recherche publique — recherche privée).

C’est bien sûr à titre strictement personnel qu’il s’exprime, considérant disposer de l’expérience et de la compétence pour exercer sa raison critique sur l’état de l’art de la modélisation climatique qui est à la source des prévisions chiffrées en la matière.

Références bibliographiques

1 Fréderic Hourdin et coll. : « The art and science of climate model tuning » — Bulletin of American Meteorological Society — BAMS mars 2017 98, n° 3, pp. 589-606

2 Thorsten Mauritsen et coll. : Développements dans le modèle du système terrestre MPI-M version 1.2 (MPI-ESM1.2) et sa réponse à l’augmentation du CO2 — Journal of advances in modelling earth systems — 13 janvier 2019

3 Frederic Hourdin, Catherine Rio, Jean-Yves Grandpeix, Jean Baptiste Madeleine, Frédérique Cheruy : La composante atmosphérique du modèle climatique IPSL avec une physique améliorée et mieux réglée — Journal of advances in modelling earth systems — 06 avril 2020.

4 Zeke Hausfather, Kate Marvel, Gavin A.Schmidt et coll. : « climate simulations : recognize the «hot model» problem » – Nature – vol 605 – 5 mai 2022

5 John Cook et coll. : Environmental research letters : Quantifying the consensus on anthropogenic global warming in the scientific literature—Environ. Res. Lett. 8 024024 — 15 05 2013

6 Mark Lynas, Benjamin Z Houlton et coll. : Environnemental research letters : Greater than 99% consensus on human caused climate change in the peer-reviewed scientific l — 19 October 2021

7 GIEC – Changement climatique 2021 — Les bases scientifiques physiques — résumé à l’intention des décideurs. (IPCC_AR6_WG1_SPM)

8 Net zero by 2050 — A roadmap for the global energy sector — AIE — mai 2021

9 Steven Koonin : « Climat, la part d’incertitude » Édition l’Artilleur — 2022




Immersion dans une ferme qui n’a pas bougé depuis 50 ans

[Source : neo – Sacrés Français]

Jean-Bernard Huon et sa compagne Florence ont toujours refusé de prendre le virage de l’agriculture moderne. Ils travaillent à l’ancienne comme leurs parents et grands-parents, sans tracteurs, sans machines, sans produits chimiques ni subventions. Le Finistérien laboure même ses champs avec des bœufs : « Tout le monde se moquait de moi. Personne ne pensait que j’y arriverais. Et pourtant ça fait plus de dix ans que je le fais ! » Des ovnis pour certains, des pionniers pour d’autres. « Je ne suis pas un mouton et je n’ai pas l’intention de rentrer à la bergerie ».

À 76 ans, Jean-Bernard, poète et philosophe à ses heures perdues, continue de travailler sur sa ferme de 15 hectares et à transmettre sa passion. Lui et sa femme reçoivent même des woofers du monde entier.




Sauver la planète ?

Par Joseph Stroberg

La conjugaison de la peur de mourir et d’une certaine connaissance des limitations de notre environnement terrestre a conduit un nombre croissant d’êtres humains à se lancer dans une cause idéologique, celle de la sauvegarde de notre planète. Cette cause qui sert parfaitement les mondialistes, comme excellent prétexte pour instaurer leur totalitarisme planétaire avec l’agenda 21 et ses différents corollaires, est largement stimulée par des activistes écologiques et par des scientistes du climat. Abusant de sophismes et d’incohérences manifestes, ces derniers ont fini de facto par créer un nouveau dogme de la religion technoscientiste et humaniste moderne, celui de l’effet de serre climatique(([1] Voir La Physique du Climat.)). Si leurs motifs peuvent sembler nobles, ils engendrent trop souvent des actions fanatiques et pourraient conduire au suicide de l’Humanité elle-même.

Depuis un peu plus de deux siècles, avec des prémisses légèrement antérieures à la Révolution française, l’Humanité a connu deux tendances évolutives, ou plus probablement « involutives » parallèles et liées dans une certaine mesure. La première est la destruction progressive et croissante des grandes religions (plus particulièrement du christianisme), à partir de leur état déjà relativement éloigné de leurs conditions et caractéristiques originelles. La seconde est la naissance de la science matérialiste moderne, progressivement remplacée à grande échelle par le scientisme. Celui-ci se fait passer pour de la « science », alors que le véritable esprit scientifique (caractérisé par le doute sain, l’observation, l’investigation et l’expérimentation) se trouve de plus en plus rarement, mais se voit au contraire remplacé par une collection grandissante de rituels procéduraux (appelés par exemple « protocoles » en médecine), de dogmes incontestables, de textes bibliques (« études » publiées dans les revues à comité de lecture, et manuels de référence) et de grands prêtres, d’idoles, de saints, de dieux…

Comme il semble qu’une des caractéristiques de l’Homme soit le besoin d’un système de croyances ou au moins de se faire une représentation interne, une image du monde, à défaut de pouvoir l’appréhender en totalité et de manière objective (ceci du fait même de ses capacités mentales et sens limités), la destruction des grandes religions ne pouvait alors que favoriser l’expansion du matérialisme scientiste technologique que l’on observe de nos jours à l’échelle planétaire. Cette nouvelle religion est mondiale, toute puissante, suivie par les grands de ce monde aussi bien que par la masse des peuples. Ses gourous, ses cardinaux et ses inquisiteurs sévissent autant dans les médias que dans les diverses chapelles scientistes (climatologie, virologie, épidémiologie, écologie, etc.). Les peuples la suivent par leurs multiples écrans ou interfaces avec le nouveau paradis divin : le monde virtuel informatique, l’univers artificiel des robots et du transhumanisme.

Une des croyances de cette nouvelle religion est que l’Homme est mauvais, qu’il pollue la Terre, qu’il se multiplie comme des lapins, et qu’il vaut mieux l’enfermer dans des cages (les villes 15 minutes qui se profilent à l’horizon), le stériliser et diminuer sa population grâce aux vaxins. Il faut lui retirer son libre arbitre en le soumettant à l’Intelligence artificielle programmée par les nouveaux dieux. Il faut pour cela le transformer en machine, réduire au maximum la taille de sa cage, la qualité et la quantité de sa nourriture et de ses ressources, son intelligence propre… Pendant ce temps, les dieux milliardaires pourront continuer à utiliser leurs yachts et leurs jets hyperpollueurs, habiter dans leurs nombreux châteaux, chasser animaux (et êtres humains) dans leurs immenses parcs naturels et forêts réservés, manger des aliments sains, biologiques, sans OGM et sans insectes…

Les activistes écologiques qui sont prêts à sacrifier leur train de vie et à vivre le martyre(([2] voir par exemple https://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/hauts-de-seine/120-jours-en-autonomie-dans-un-appartement-de-boulogne-billancourt-on-veut-un-mode-de-vie-respectueux-de-la-planete-2924808.html)) réalisent-ils que pendant ce temps et grâce à eux, les nouveaux dieux pourront créer leur paradis terrestre, alors que les masses soumises subiront un pseudoparadis artificiel à coup de graphène vaxinal et de drogues diverses généreusement dispensées par la sorcellerie pharmaceutique ? Réalisent-ils que par peur de la mort, ils vont droit au suicide ? Sont-ils conscients de l’incohérence de leur approche ?

Au lieu d’élever la conscience de l’Humanité pour notamment stimuler le sens de la responsabilité individuelle dans la vie collective, les nouveaux dieux et leurs idiots utiles ont stimulé les pires tendances humaines (l’égoïsme, la luxure, l’avarice, la gourmandise, la vanité, l’orgueil…) pour subordonner la vie individuelle à un prétendu intérêt collectif qui n’est en définitive que celui des milliardaires. Ils l’ont réalisé par la destruction progressive de la famille, des valeurs traditionnelles, de l’instruction scolaire, puis des nations.

Si la planète est un être vivant que l’on voudrait « sauver », est-il pour autant besoin de le faire en sacrifiant l’Humanité ? Est-ce même cohérent ? Cette idée que l’Homme serait un virus pour la Terre, un méchant microbe tout juste bon à la détruire provient directement de l’hypothèse pourtant scientifiquement réfutée de l’existence de méchants germes (bactéries et virus) tout juste bons à rendre malades et à tuer les êtres humains, les animaux et même les plantes. Pourtant, dans le même temps, la nature démontre tout autre chose : notre corps lui-même vit en symbiose avec des milliards de bactéries (dans son microbiome) et lesdits « virus » sont des composants cellulaires endogènes(([3] Voir notamment :
Le Covid à travers la théorie des germes, 150 ans d’escroquerie scientifique sur les virus ?
La théorie des exosomes contre celle des virus
La légende du vaccin
Sortir de la caverne
La fraude qu’est la virologie expliquée en 19 minutes)) habituellement conséquences des agressions diverses subies par les cellules, selon les découvertes scientifiques d’avant-garde en biologie, rejoignant en cela celles d’Antoine Béchamp ; et d’autre part, les plantes elles-mêmes vivent en symbiose avec des champignons et des bactéries(([4] Voir Le langage secret des arbres)). Sans ces symbioses, ni les plantes ni les êtres humains ne pourraient survivre. Ce sont elles qui permettent notamment l’assimilation de certains nutriments indispensables à l’organisme. L’Homme apporte des aliments aux bactéries et en retour ces dernières lui permettent d’assimiler des nutriments dans les intestins et de se purifier de toxines. Il existe également une telle collaboration dans les règnes végétal et animal. Dans cette même optique, l’Homme peut parfaitement vivre en symbiose avec la Terre.

Les élites milliardaires ont préféré donner vie aux fraudes pasteuriennes et à sa perception négative de la vie, plutôt qu’au paradigme de Béchamp qui lui avait eu une démarche réellement scientifique et honnête. De nos jours, toutes les erreurs et les errements qui en découlent sur le plan de la santé humaine, animale, végétale et planétaire sont propagés du fait de la mainmise des nouveaux dieux sur les systèmes « éducatifs » et médiatiques mondiaux, facultés de médecine et universités incluses. Et comme il ne faut surtout pas les remettre en question, les grands-prêtres et les inquisiteurs écartent les gêneurs par le discrédit (« complotistes », « antivax », « extrémistes de droite », « antisémites », « négationistes »…) et par l’interdiction des thèses et des pratiques alternatives (spécialement en médecine et dans le domaine du climat).

Un « Nouveau Monde » qui ne soit pas en fait le « Nouvel Ordre Mondial » sera possible, non pas par le sacrifice inutile de l’Humanité, mais par sa participation pleine et active à sa création, ce qui impliquera probablement de faire tomber les pseudodieux de l’Olympe, ceci en leur enlevant tout pouvoir de nuisance et en n’écoutant plus leur chant de sirènes. S’il est souhaitable de modérer grandement l’esprit consommateur, hédoniste, gaspilleur et infantile moderne, ceci gagne à se faire non pas par la coercition, le mensonge, la manipulation et des prétextes, mais par l’enseignement, en particulier par l’exemple. Ainsi, ce sont les dirigeants (théoriquement au service des peuples) et les divers guides de l’Humanité qui doivent commencer par réduire leur propre train de vie, cesser d’habiter dans des palaces, de voyager dans des jets privés, de chercher la jouissance de multiples biens matériels… Et les peuples gagneraient de leur côté à ne se doter de chefs ou de guides que parmi les plus humbles, les réellement humbles, pas ceux qui disent à longueur de temps « en toute humilité, je… ». L’humilité se mesure dans les gestes et les actes, pas dans les paroles, surtout lorsque celles-ci sont prononcées par des « langues fourchues ».

Vivante, la Terre peut survivre à la disparition de l’Humanité (de nombreuses espèces animales et végétales sont plus résistantes que l’Homme). Sur une Terre inerte, l’Humanité n’aurait qu’à se préoccuper de sa propre survie. Ce n’est donc pas tant de la survie de la planète dont l’être humain gagne à se préoccuper, mais de celle de l’Humanité, attendu que sa disparition découlerait de celle de sa conscience par sa transformation en machine. Un transhumain robotique perdrait sa conscience propre, deviendrait coupé du plan des âmes, perdrait la vie éternelle spirituelle et trouverait un enfer matériel multimillénaire, survivant dans la matière aussi longtemps que son corps mécanisé le permettrait. Quasi immortalité infernale et contrainte ici-bas, ou liberté éternelle dans l’au-delà ? Que souhaitons-nous pour nous-mêmes et pour nos descendants ?





L’UE est en train de réaliser sous nos yeux un véritable coup d’État

L’UE est en train de réaliser sous nos yeux un véritable coup d’État

[Source: RL]

Par Bernard GERMAIN

C’est terminé, l’Union européenne vient de franchir le Rubicon en votant la création d’un « État européen ». Comprenez bien qu’en prenant cette décision, l’UE vient de décider que cet État européen va se substituer à toutes les nations existantes, membres de l’Union européenne.

Cette forfaiture vient d’être commise avec les voix de TOUS les macronistes.

Lorsque ces mesures seront mises en place, les pays de l’UE ne seront plus que des « régions » ou des « provinces » mais plus des États à part entière. Les conséquences de cette révolution, car c’en est une, sont incalculables.

Ne tournons pas autour du pot. N’ayons pas peur d’utiliser les mots appropriés, nous assistons en direct à un authentique coup d’État.

Parmi les principales mesures (liste non exhaustive), voyons celles qui sont les plus importantes :

  • La prise de décision à l’unanimité des États membres devient l’exception. Le vote à la majorité simple ou qualifiée la règle.

On rappellera à ce sujet que c’est le général De Gaulle en 1966 qui a imposé le vote des États membres à l’unanimité sur les questions importantes (Accord de Luxembourg). Il l’a obtenu en pratiquant la politique de la « chaise vide » en réponse à Walter Hallstein qui voulait imposer son projet d’Europe fédérale. À l’époque, De Gaulle avait obtenu gain de cause, et même le départ de Walter Hallstein en 1967.

On assiste au retour du même projet, mais en bien pire que ce que prévoyait Hallstein en 1966.

  • Création d’une fonction de « Président de l’Union européenne » en remplacement des présidents du « Conseil européen » et de la Commission européenne » qui est elle-même remplacée par un « exécutif ».
  • La politique étrangère et de sécurité commune n’est plus adoptée à l’unanimité mais à la majorité qualifiée.

Qui est assez naïf pour croire que le président ou le dirigeant d’un pays membre pourra encore prendre des décisions dans le cadre de la souveraineté et l’indépendance nationale de chaque pays ? L’UE annonce la mise en place d’un exécutif qui va se substituer à tous les pouvoirs nationaux.

Les dirigeants de chaque pays ne seront plus que les exécutants des décisions de l’exécutif européen.

  • La politique étrangère et de sécurité commune n’est plus adoptée à l’unanimité mais à la majorité qualifiée.
  • Création d’une « union de la défense » dotée de « capacités militaires » sous le « commandement opérationnel de l’UE » qui peut acquérir des armes au nom de l’UE ainsi que la constitution d’une véritable armée de l’UE.

L’arme nucléaire française va-telle être mutualisée ou cédée à l’exécutif européen qui serait le seul à avoir les codes de mise à feu ?

Et le siège de la France au Conseil de sécurité de l’ONU va-t-il être donné à l’UE ?

Mise en place d’un mécanisme de défense collective : une attaque contre un État membre de l’UE est considérée comme une attaque contre tous ses États membres

  • L’UE pourra avoir recours à des moyens civils et militaires contre… les campagnes de désinformation.

C’est une véritable dictature qui est en train de se mettre en place. Sera qualifié de « désinformation », et donc poursuivi, tout ce qui sera contraire à la doxa. Le délit d’opinion et les procès politiques vont devenir la règle et la démocratie, un lointain souvenir.

  • Les compétences de l’Europe ne sont plus partagées.

Jusqu’à maintenant, il y avait trois types de compétences. Les compétences exclusives de l’Europe, les compétences partagées (qui en fait n’existaient pas puisque c’étaient celles sur lesquelles elle n’avait pas légiféré ou dont elle ne voulait pas s’occuper. Mais dès qu’elle s’en occupait, ces compétences devenaient exclusives). Enfin il y avait les compétences appartenant à chaque État.

Même ces dernières sont supprimées. Donc l’UE devient décisionnaire sur tous les domaines. Et chaque État est tenu d’appliquer ce que l’UE aura décidé.

  • La politique commune migratoire devra tenir compte de la stabilité économique et sociale des États membres et répondre aux besoins de mains-d’œuvre du marché unique.

Nos dirigeants sont de bons petits caniches obéissants. Ils connaissaient ce souhait de l’Europe et sont déjà en train de le mettre en œuvre. Cela s’appelle l’immigration choisie pour répondre aux « métiers en tension ».

  • Création d’un « État d’urgence » européen : le Parlement européen, à la majorité simple, avec le Conseil européen, à la majorité qualifiée, pourront donner des pouvoirs extraordinaires à la Commission (l’exécutif).

Et la cerise sur le gâteau, c’est la possibilité de mettre en place un état d’urgence. Comprenez, si les peuples se mettaient dans la tête de se rebeller, l’UE pourrait employer la force pour les mâter.

Il y a quelques décennies, c’était les communistes qui avaient mis en place, dans le cadre du Pacte de Varsovie, ce type de système. À l’époque les pays de l’Ouest appelaient cela une dictature.

Aujourd’hui les mêmes pays de l’Ouest mettent en place un système identique. Mais comme c’est à « l’Ouest », on est prié d’appeler cela… la démocratie.

On n’oubliera pas non plus les GOPÉ, c’est-à-dire les Grandes Orientations des Politiques Économiques qui sont imposées chaque année à chaque pays et qu’il est tenu d’appliquer sous peine de sanctions économiques très lourdes (0,1 à 0,5 % du PIB). Ne pensez pas que c’est insignifiant. Le PIB de la France est d’environ 2 800 milliards d’euros. Donc 0,5 % c’est 14 milliards d’euros. Pour mémoire c’est le montant du déficit du régime de retraite qui a été le justificatif de Macron pour faire sa réforme des retraites.

Avec les GOPÉ on comprend que les discussions sur les politiques à conduire dans chaque pays sont des blagues. C’est l’Union européenne qui pilote depuis des années et les élus ne font qu’appliquer ce que l’UE a décidé. Même la France Insoumise (Manon Aubry) l’a reconnu en déclarant en mars 2023 que la réforme des retraites (64 ans) était noir sur blanc dans les GOPÉ de la France et que Macron ne faisait qu’appliquer ce que l’UE avait décidé.

Cette fois-ci tous les peuples d’Europe sont au pied du mur :

  • Soit l’UE impose son projet et c’est clairement une dictature qui va s’imposer à tous.
  • Soit les peuples d’Europe se révoltent et font voler en éclat cette construction machiavélique et diabolique qui s’appelle l’Union européenne.

Pour conclure, l’affaire est tellement importante qu’il me paraît impossible que l’UE décide de passer en force c’est-à-dire refuse de consulter les peuples des pays membres par référendum.

Si l’UE refuse d’organiser ce référendum, il faut engager immédiatement le combat pour imposer ce référendum. Sinon, c’est que nous acceptons la dictature et il ne faudra plus se plaindre de rien.

Je rappelle, et ce n’est pas un détail, qu’à part le Parlement européen (qui n’a quasiment aucun pouvoir) personne n’est élu parmi les dirigeants de l’Union européenne. Et pourtant ils imposent leurs volontés à près de 500 millions de personnes.

Il est absolument vital de sortir… et vite de ce système entièrement dictatorial.

Un dernier mot pour signaler que j’ai écrit un livre sur l’Union européenne qui reprend tous ces points et expose pourquoi il faut en sortir au plus vite.

Il sort dans les premiers jours de décembre. Il est publié chez Synthèse Nationale.