Une intervenante du Forum Économique Mondial vante une technologie qui va permettre à votre patron de lire dans vos pensées

21/01/2023 (2023-01-21)

[Source : medias-presse.info]

Par Pierre-Alain Depauw

[Voir aussi :
Armes électromagnétiques, interfaces cerveau-machine, contrôle mental et harcèlement électromagnétique : la réalité a-t-elle rejoint la science-fiction ?
Des armes gouvernementales silencieuses pour mener une guerre secrète contre vous
Le contrôle des émotions et des pensées par la technologie
Les armes électromagnétiques ne sont pas de la science fiction
https://www.medias-presse.info/controle-mental-a-distance-regardez-cette-experience-filmee-en-1964/169418/

Nita Farahany est intervenue jeudi lors de l’édition 2023 du Forum économique mondial (WEF) et a salué la « promesse extraordinaire » de l’utilisation d’appareils de lecture de pensées sur le lieu de travail tout en admettant qu’ils pourraient être « la technologie la plus oppressive » jamais utilisée à grande échelle dans la société.

Les appareils de lecture mentale portables ne sont pas un cauchemar du futur : ils sont déjà là, a affirmé Nita Farahany, éthicienne juridique et auteur de « The Battle for Your Brain », lors de son discours « Ready for Brain Transparency? » à la réunion annuelle 2023 du WEF à Davos.

Ces appareils portables grand public sont des bandeaux ou des chapeaux équipés de capteurs de votre activité d’ondes cérébrales, ainsi que d’écouteurs, minuscules, ​​que vous pouvez porter derrière votre oreille — grâce auxquels « nous pouvons capter des états émotionnels », comme le bonheur, la tristesse ou la colère, a déclaré Nita Farahany.

« Nous pouvons capter et décoder les images que vous voyez dans votre esprit, des formes simples, des chiffres, votre code PIN », a-t-elle expliqué, ajoutant qu’une telle technologie pourrait donc donner accès à « votre compte bancaire ».

Farahany a prédit que dans « un avenir à court terme », ces appareils deviendront « le principal moyen par lequel nous interagirons avec tout le reste de notre technologie », et a souligné que les grandes entreprises technologiques comme Meta, dirigée par Mark Zuckerberg, « recherchent des moyens de rendre ces appareils universellement applicables » au reste de notre technologie.

Ce à quoi cela ressemble dans la pratique, c’est d’avoir la possibilité, par exemple, de « glisser simplement avec votre esprit » au lieu d’utiliser une souris ou un clavier.

Comme il faut toujours que le Mal avance sous l’apparence d’un Bien, Nita Farahany s’est concentrée sur le potentiel de cette technologie pour résoudre différents problèmes sur le lieu de travail et a cité l’exemple dramatique des camionneurs qui s’endorment sur la route. Leurs employeurs pourraient empêcher les accidents, a affirmé Farahany, avec un « simple chapeau » qui, à l’aide d’« électro-capteurs intégrés », pourrait mesurer l’activité des ondes cérébrales et évaluer « le stade de vigilance » du chauffeur et s’il commence à s’endormir.

« En tant que société, nous devrions vouloir cela », a osé Farahany.

C’est pourquoi, a-t-elle poursuivi, « dans plus de 5 000 entreprises à travers le monde, les employés font déjà surveiller leur activité cérébrale pour tester leur niveau de fatigue », comme dans les chemins de fer Pékin-Shanghai, où « les conducteurs de train sont tenus de porter des chapeaux qui captent leur activité cérébrale », ou dans « les sociétés minières du monde entier ».

Nita Farahany assure que « bien faite, la neurotechnologie permet des promesses extraordinaires ». Elle a admis, cependant, que « mal utilisée, cela pourrait devenir la technologie la plus oppressive que nous ayons jamais introduite à grande échelle dans la société ».

Encore plus troublante pour les employés, a-t-elle reconnu, est la perspective d’appareils de lecture cérébrale capables de détecter « si une personne est attentive ou si son esprit vagabonde », et à quoi, plus précisément, elle prête attention.

Une telle technologie peut non seulement évaluer si quelqu’un fait attention, et à quoi, mais peut intervenir pour remettre l’esprit sur les rails. Farahany a partagé que le MIT Media Lab a déjà développé un « foulard haptique » qui « donne à une personne un petit buzz — littéralement — lorsque son esprit commence à vagabonder pour l’aider à se recentrer et à aiguiser son attention » !

Elle prédit que l’étendue de ce que les capteurs parviendront à recueillir du cerveau augmentera considérablement « dans les prochains jours à mesure que l’IA deviendra plus puissante, à mesure que les capteurs deviendront plus puissants ».

Pour éviter les atteintes à la vie privée à l’aide de cette technologie, il suffirait selon elle de « reconnaître de manière préventive un droit à la liberté cognitive, un droit à l’autodétermination sur nos cerveaux et nos expériences mentales », et a ajouté que « cela nécessite que nous mettions à jour les normes internationales existantes ».

Et de citer comme exemple que les employeurs ne devront pas surveiller les sentiments « amoureux » pour un collègue.

« En tant que PDG, je suis sûre que tous les PDG l’utiliseront de manière totalement responsable », a osé déclarer le modérateur et PDG de l’Atlantique, Nicholas Thompson, sous les rires de Nita Farahany et du public.

En plus des appareils portables de lecture mentale déjà existants, des implants capables de sonder encore plus profondément le cerveau humain sont actuellement développés et testés. L’année dernière, le premier Américain et la cinquième personne au monde s’est vu implanter une interface cerveau-ordinateur (BCI), assimilée à un « cerveau bluetooth », dans le cadre d’un essai de l’appareil. Le participant à l’essai a déjà été capable d’effectuer des tâches comme la navigation informatique en utilisant son seul esprit, avec l’aide du BCI.

En fait, les appareils de lecture des pensées sont un élément indispensable de l’agenda transhumaniste défendu par le WEF. Dans une interview accordée en 2016 au groupe de radiodiffusion suisse RTS, le fondateur et gourou du WEF, Klaus Schwab, a déclaré que les puces cérébrales seraient largement introduites « certainement dans les 10 prochaines années ».

Lors d’une émission de Joe Rogan en mai 2020, Elon Musk avait affirmé que l’utilisation de l’implant se développerait pour permettre à la population générale de communiquer « par télépathie » les uns avec les autres dans un délai de « cinq à 10 ans » si les progrès avancent au rythme prévu.

Bienvenue en enfer sur terre…

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires