« Une femme est une femme, un homme est un homme » : Poutine s’engage à protéger la Russie de « l’obscurantisme de genre » de l’Occident

24/12/2021 (2021-12-24)

[Source : anguillesousroche.com]

Au cours de sa conférence de presse de fin d’année marathon Q&A, qui a duré cette année environ quatre heures, le président russe Vladimir Poutine a une fois de plus promis de défendre la société russe contre l’intrusion des valeurs corrompues de l’Occident, en fustigeant notamment l’« obscurantisme de genre » poussé par les États-Unis et l’Europe.

« Je suis partisan de l’approche traditionnelle selon laquelle une femme est une femme et un homme est un homme », a déclaré M. Poutine, ce qui, il va sans dire, reflète également les principes de base de la biologie et la compréhension que les humains ont d’eux-mêmes depuis des milliers et des milliers d’années. Il a poursuivi ses remarques sur le genre : « Une mère est une mère, un père est un père. Et j’espère que notre société bénéficie de la protection morale interne dictée par les confessions religieuses traditionnelles de la Fédération de Russie. »

Tout au long de ses remarques, il a parlé de « bon sens », ce qui suggère fortement que c’est le contraire qui est actuellement la règle en Amérique et en Occident en général, où les gens craignent d’être « annulés » dans leur travail et dans le discours public s’ils ne confirment pas les concepts de « fluidité du genre » et de chirurgie de réaffectation de Frankenstein, qui sont même de plus en plus souvent imposés aux enfants.

M. Poutine répondait à une question d’un journaliste concernant les récentes controverses sur le genre en Occident et l’impact de ces controverses sur le sport féminin.

« Et nous avons appris à nous traiter mutuellement avec respect. Et qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie également qu’il faut traiter avec respect les fondements de notre culture spirituelle traditionnelle. Tous les peuples de la Fédération de Russie, je tiens à le souligner, ont tous une certaine protection morale interne contre cet obscurantisme que vous venez de mentionner », a déclaré le dirigeant russe.

« Si quelqu’un pense qu’une femme et un homme sont la même chose, il est le bienvenu pour [son opinion], mais un certain bon sens devrait exister. »

Brandissant les valeurs traditionnelles de son pays comme « antidote » à la « nouvelle éthique », il a également semblé faire allusion aux « valeurs spirituelles » de l’Église orthodoxe russe, qui a longtemps été dominante dans la société russe.

C’est alors qu’il a comparé les tentatives de l’Occident d’imposer ces valeurs à l’Europe de l’Est à une infection virale… « tout comme la pandémie de coronavirus »a-t-il dit

« Tout comme avec la pandémie de coronavirus, on ne peut pas échapper [aux valeurs non traditionnelles venant de l’étranger]. Nous devons chercher un antidote. »

Faisant indirectement référence aux Jeux olympiques de Tokyo de l’été dernier, qui ont vu l’haltérophile transgenre néo-zélandais Laurel Hubbard – qui est un homme biologique – concourir en tant que femme, M. Poutine a décrit des situations où il suffit désormais que quelqu’un « déclare qu’il est une femme et commence à concourir en haltérophilie ».

« Et il est nécessaire de combattre cela non pas avec des ordres directs, des cris et des accusations, mais avec le soutien de nos valeurs traditionnelles », a-t-il encore affirmé. En outre, selon une description de ses remarques par l’agence TASS, il a « cité l’exemple d’un incident aux États-Unis, où un criminel purgeant une peine pour viol a déclaré qu’il était une femme et, après un transfert dans une prison pour femmes, a commis le même crime dans sa cellule ».

Ces remarques interviennent également à un moment où de multiples controverses sportives ont éclaté aux États-Unis concernant des concurrents transgenres, notamment la saga en cours d’un nageur « homme-femme » de l’université de Pennsylvanie qui pulvérise tous les records…

Dans des commentaires formulés plus tôt cette année, M. Poutine a qualifié de « crime contre l’humanité » le fait d’imposer un enseignement transgenre aux enfants…

Chaque année, pendant ce que les États-Unis ont désigné comme le « mois des fiertés », en juin, les ambassades américaines du monde entier font flotter le drapeau arc-en-ciel dans la plupart des ambassades du monde, y compris à Moscou et dans toute l’Europe de l’Est, où des pays comme la Pologne ont tendance à être plus conservateurs que l’Europe occidentale.

Bien sûr, il y a une exception notable : Les ambassades américaines dans les pays musulmans conservateurs comme l’Arabie saoudite et l’Irak n’ont pas arboré le drapeau arc-en-ciel cette année. Rappelons que l’Arabie saoudite est le plus proche allié et partenaire arabe de l’Amérique.

https://twitter.com/TomlinsonCJ/status/1278021748890300416

Comme l’ont suggéré les commentaires de Poutine, l’ensemble du mouvement trans et LGBTQ++ semble lié à la politique étrangère américaine à l’étranger. Au cours des mois précédents, des responsables du Kremlin ont accusé les ONG basées aux États-Unis de tenter intentionnellement d’influencer la société russe avec cette « nouvelle éthique » – ce qui a entraîné une répression du degré de liberté d’action de ces ONG. La Russie dispose en effet de lois qui interdisent de faire de la propagande auprès des enfants sur ces questions sans le consentement des parents.

Lire aussi : Ben Carson dit que mettre en avant « l’idéologie transgenre de gauche » sur les enfants est de la maltraitance d’enfants

Source : Zero Hedge – Traduit par Anguille sous roche

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
1 Commentaire (en rapport avec l'article et compréhensible, SVP)
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires