Restrictions Delta : Castex manque de plus en plus de cortex

Restrictions Delta : Castex manque de plus en plus de cortex

21/07/2021 (2021-07-21)

Par Lucien Samir Oulahbib

Dire sans honte, comme Castex, que « 96 % des positifs sont des non-vaccinés » revient à jouer sur la peur et non sur la raison (cortex) : les positifs ne sont pas des malades, le Delta est moins grave que les autres variants, confirme le docteur Gérard Delépine, et nous avons des traitements et de la prévention indique le docteur Guillaume, donc point de besoin de cet essai clinique qui ne donne pas toujours la preuve de son efficacité comme l’admet un récent rapport anglais.

Mais les paranoïaques qui nous gouvernent n’ont cure de ces objections qu’ils considèrent comme du « complot/isme » tout en refoulant leur part de vérité par le dédoublement de personnalité caractéristique du psychotique (Psychose de Hitchcock qui s’était appuyé sur les études de Pierre Janet concernant cette dissociation), ou docteur Jekyll et Mister Hyde, voire le bon la brute et le truand, Castex jouant les deux derniers en même temps sous les traits du premier. Il y arrive cependant très mal. N’est pas Clint Eastwood qui veut…

Au lieu de mettre le paquet en augmentant le salaire des soignants, en leur promettant qu’ils seront protégés par de la prévention et des traitements au cas où, tout en sachant que plus en amont les médecins peuvent donner massivement ces derniers, Castex sans cortex va chercher les poux encore à l’IHU de Raoult parce qu’il aurait mal appliqué des protocolesalors que des millions de personnes participent à une expérimentation cobaye grandeur nature qui a ses milliers de morts, mais en effet noyés dans la masse, tant l’on ne connaît pas encore la fin de l’histoire sinon l’injonction à répétition (Macron confirmant Castex sur l’affaiblissement du système immunitaire : (…)« Je veux m’adresser à ceux qui, vaccinés les premiers, c’est-à-dire en janvier-février, verront prochainement leur taux d’anticorps baisser, leur immunité diminuer », a souligné le chef de l’État. (…)) Mais Zorro est arrivé et une troisième dose est en vue pour les « plus vulnérables » officiellement, pour tous en réalité — faisons-en en effet le pari :

En gros, plus les cobayes prendront des doses, plus certains d’entre eux (et sans doute de plus en plus) verront « leur taux d’anticorps baisser, leur immunité diminuer » (dixit, supra) jusqu’à être de plus en plus dépendants, à la façon de certaines maladies chroniques. Ou comment transformer des bien portants ayant très peu de risques d’en mourir en malades permanents.

Plus fondamentalement, dans ce genre de déraison nihiliste, mais affairiste (que j’ai étudié dans Éthique et épistémologie du nihilisme et divers articles en ligne (autour du néo-léninisme contemporain), le fait d’être bien portant est un outrage ou le sentiment d’être maître de soi alors que la notion même de « maîtrise » s’apparente à de la domination, de la fermeture identitaire ; de la même façon que de dire « je » ou de se considérer comme voulant être acteur de sa vie (le terme « acteur » est interdit chez Bourdieu, Foucault) ; d’où l’idée paradigmatique de voir dans le handicapé, le modèle anthropologique à atteindre (comme l’avait bien vu Jean Baudrillard encore une fois), prélude au devenir cyborg de la troisième révolution bionumérique actuelle et ses fantasmes divers de transhumanisme au sens fort du terme « trans »…

Bien sûr, le lien entre ce cortex collectif, celui de la Secte néo-léniniste (et son faire-valoir post-gaulliste) dominant la Justice, l’Université, les Médias, les plus hauts Conseils, et celui tout simplet de Castex, ne semble pas évident, mais lorsque l’on creuse les convergences, les faisceaux (étymon de fascisme) ne manquent pas : la Secte voit dans le peuple non encore formaté des gens nécessairement « sales, affreux et méchants » qu’il faut désinfecter, casser, remodeler (à la façon du théâtre de la non-méthode dite « Actor’s studio“), éventuellement coopter à la façon d’autrefois les meilleurs indigents, en particulier les nouveaux nymphes et éphèbes.

Il s’agit dans l’ensemble de promouvoir la symbiose globale d’une domination planétaire jet-set : palaces, mignon(nes), le tout combiné façon table de mixage où l’on voit les plus grandes firmes globales s’approprier ce néo-léninisme comme colonne vertébrale de leur CSO (Corps Sans Organes) théorisé par Deleuze, ce maître en « éthique », disait Foucault dans la préface américaine de « Mille plateaux », cette matrice qui se déroule sous nos yeux, comme je l’explique en long et en large (supra) dans l’indifférence générale (ou quasi).

Rendez-vous dans dix ans, cependant : un ami avait prédit dix ans auparavant que cette idéologie mortifère serait vue ainsi dans vingt ans. Dix ans sont passés. Encore dix, donc… Pendant ce temps elle va faire visiblement beaucoup de dégâts, tant elle est désireuse d’Être l’Histoire, son film, son œuvre d’art (à la façon de Wonder Woman revisitant la guerre de 14… en vrai)… Marquer son temps avec le « VACX », car écrire Guerre et Paix ne vaut rien disait Blanchot leur master, mais écrire le Capital oui. Modeler des millions de gens en cobayes expérimentaux, alors là, oui, c’est « géniaaaaal », se moquait Robert de Musil dans L’homme sans qualités.

Game over.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires