Même un « Relais » a été brûlé…

01/07/2023 (2023-07-01)

Par Lucien SA Oulahbib

D’un côté, pillage de boutiques luxueuses. De l’autre, destruction de ce qui symbolise l’assistanat (un « Relais » ci-dessous) mis en place par la Secte (SHAA) pour « soulager », en réalité accentuer, cette « division en deux » que Marx pourtant exécrait (3e thèse sur Feuerbach). Mais aussi John Rawls lorsqu’il explique dans La Justice comme Équité que le système de l’État-providence exacerbe cette « division en deux », avec une supra-élite globale, une technostructure cynique et nihiliste en haut de la Pyramide, mais qui met en avant la « misère du monde » pour mieux se cacher derrière, s’en servir pour légitimer son pouvoir, redistribuant quelques miettes volées à ceux qui travaillent encore (jusqu’à la pauvre petite voiture d’artisan ci-dessous) et se goinfrant avec le reste (copains et coquins) tout en dénonçant le racisme, le CO2, Poutine et bien sûr l’extrême droite, alors que cette Secte en est, elle, désormais le suc même, la quintessence absolue, la substantifique moelle totalitaire, tout en affichant le contraire…

Vous êtes à vomir. (Lyon, à Champ Vert, entre St Just et Tassin)

Et vous osez signer des tribunes pour empêcher la liberté d’opinion et défendre « les valeurs de la République » ?…

Et vous paradez avec vos explications mensongères, ne méritant guère pourtant vos doctorats (honoris causa) de pochette surprise… Vos légions de déshonneur, vos émoluments injustifiés, tant vous n’avez fait que désinformer, déconstruire, désinstruire.

La preuve est … Le problème au fond, c’est plutôt vous. D’abord.

Barrez-vous. Dégagez.

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires