Les soignants ont compris que les vaccins covid étaient inutiles mais pas B. Davido

27/12/2023 (2023-12-26)

Par Gérard Delépine

Dans une interview récente sur BFM1 Benjamin Davido tente de nous gâcher les fêtes de Noël 2023 en angoissant la population pour qu’elle accepte de nouvelles injections Covid et constate avec dépit que les soignants ne sont plus dupes.

D’après B. Davido :

« Les fêtes de Noël sont placées sous le signe de la maladie pour de nombreux Français. Au moins quatre épidémies sont en cours ; le véritable enjeu, c’est le retour de cette période de vacances, notamment avec le brassage et le fait qu’après le petit effort consenti, il y a souvent un relâchement qui donne justement du sang frais à tous ces virus et ces bactéries. »

Avant Noël 2022, la même propagande terrorisante avait été créée et entretenue par l’Institut Pasteur, santé publique France et certains académiciens2 3 qui ne parlaient alors que de 3 épidémies simultanées. Leur message n’a pas été cru, les taux de rappel sont restés très bas, les gens ont fait la fête sans précautions particulières et les prédictions alarmistes des experts ont été démenties par la chute brutale des contaminations journalières passées de plus de 61 000 le 17 décembre 2022 à 6615 le 13 janvier2023.

Et curieusement Benjamin Davido ajoute :

« Le risque, ce n’est pas tellement que ces malades ne soient pas pris en charge, c’est que ceux qui avaient rendez-vous le 10 janvier pour un suivi de chimiothérapie, ou un suivi auprès de leur cardiologue, soient retardés et décalés et qu’il y ait une perte de chance ».

Cette crainte actuelle de B. D. est très étonnante puisqu’en 2020 ce même médecin était un chaud partisan du plan blanc4 qui a précisément imposé ces retards de traitement et de consultations et l’arrêt des dépistages alors que la plupart des cliniques privées qui avaient annulé leurs activités restaient vides faute d’hospitalisés Covid.

Il reconnaît tout de même que « la communication sur la vaccination n’a peut-être pas été idéale :

« On a dit au début, peut-être un peu avec excès, que la vaccination des soignants allait protéger les personnes les plus fragiles. On sait qu’elle ne peut pas suffire à protéger les plus fragiles. »

De fait les soignants et une grande partie de la population ont compris que les injections étaient incapables de prévenir les transmissions et donc de protéger les personnes fragiles. Les soignants l’ont constaté dans leurs services et dans les données publiées par l’OMS pour le monde où les populations les plus vaccinées souffrent de taux de contaminations par million 30 à 100 fois plus élevés que celles qui ont échappé aux injections :

Échec également patent en France où 90 % des contaminations ont été observés après le début des campagnes de vaccination et avec une recrudescence toute particulière en février 2023 alors que le taux de vaccinés frôlait les 80 %.

Prétendre comme Benjamin Davido que « la communication sur la vaccination n’a pas été idéale » vise à éluder la responsabilité des médecins de plateau dont il fait partie : la communication sur la vaccination covid a été totalement mensongère.

Il ne faut donc pas s’étonner si les soignants qui ont été contraints de se vacciner pour travailler et ont vu trop de collègues ignominieusement exclus de leur sacerdoce sur des arguments totalement mensongers n’ont plus confiance dans les mises en garde d’experts qui ne précisent même pas leurs liens d’intérêts avec les firmes vaccinales.

Les soignants comme la très grande majorité des populations ont pris conscience de l’inefficacité et des risques des pseudos vaccins et n’en veulent plus. Les pays de l’Union européenne ont jeté au moins 215 millions de doses de vaccins contre le Covid, pour une valeur estimée à plus de 4 milliards d’euros5 et il faut s’attendre à de plus grandes destructions dans les mois à venir. Pour la France, l’info récente donne sept milliards d’euros perdus 6 selon la députée européenne Virginie Joron.

Les faits ont tranché : les pseudo vaccins covid ont constitué une gigantesque arnaque qui a coûté plus de 150 milliards de dollars au budget des états qui les ont imposés pour le seul bénéfice des actionnaires et leurs complices corrompus. Les drames secondaires à ces injections sont majeurs et traités ailleurs7. Pourquoi n’a — ton pas consacré cet argent à renforcer nos systèmes de santé tellement en souffrance ?


image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires