L’Effet Jupiter et la purification de l’Humanité

L’Effet Jupiter et la purification de l’Humanité

14/01/2021 (2021-01-14)

Par Joseph Stroberg

L’effet Jupiter (« The Jupiter Effect ») est le titre d’un livre de John Gribbin et Stephen Plagemann publié en 1974, dans lequel les auteurs prédisaient qu’un alignement des planètes du système solaire créerait un certain nombre de catastrophes. Si celles-ci ne se sont pas produites (au moins aux dates envisagées), la symbolique de l’astre peut néanmoins servir à illustrer le propos du présent article au sujet de la crise planétaire actuelle vue sous un angle métaphysique ou spirituel.

Dans l’art de l’interprétation astrologique (puisqu’il s’agit bien d’un art ésotérique et non d’une science, surtout pas exacte), Jupiter représente traditionnellement, entre autres, les idées de grandeur, amplitude, expansion, extériorisation, aisance, facilité, brio, sagesse, accélération… et amplification. De nos jours, si un domaine de la vie humaine possède un pouvoir amplificateur — que celui-ci le doive ou non à une éventuelle influence plus ou moins mystérieuse de Jupiter —, on peut facilement considérer que c’est celui des médias, spécialement audiovisuels.

Par rapprochement symbolique, nous considérons donc ici que les médias sont représentatifs d’un tel Effet Jupiter, et tendent ainsi à déformer la réalité dans un sens d’hypertrophie, accentuant des événements, des comportements, des traits de caractère… jusqu’à l’extrême ou la caricature la plus grossière. Nous le voyons encore avec le coronavirus dénommé Covid-19 qui au lieu d’être traité comme une grippe a pris, dans l’imaginaire collectif, la proportion de la pire des pandémies que le monde ait connue. Pourtant, le nombre de morts n’a pas dépassé celui d’une grippe saisonnière (malgré des chiffres gonflés à l’hélium).

Dans les faits, les grands médias de nations développées sont généralement possédés par quelques familles ou individus ultra riches. Et le plus souvent, de tels individus ne cherchent pas à devenir pauvres, bien au contraire. Ils s’efforcent de maintenir ou d’accroître sans cesse leur fortune, le pouvoir que celle-ci permet, le contrôle qu’elle rend possible sur les événements, les individus et même les nations. Ces médias se trouvent ainsi naturellement orientés pour servir de tels intérêts et buts qui ne sont que très rarement à visée sincèrement altruiste, généreuse et fraternelle. En particulier par la répétition en boucle des « nouvelles » (éventuellement fabriquées ou largement dénaturées) qui servent leur agenda, ils n’ont plus rien à envier aux capacités de propagande de l’Allemagne nazie. Ils nous dictent de plus en plus ce que nous devons croire et penser et abusent d’émotionnel pour diminuer drastiquement notre esprit critique et nos capacités de raisonnement.

Attendue depuis des années par les élites richissimes, la pandémie actuelle va leur permettre de terminer la mise en place de leur Nouvel Ordre Mondial. Pour ce faire, elles utilisent l’effet Jupiter de leurs médias et nous servent jour après jour une propagande de peur ou de haine, selon les cas, tout en jouant les saintes nitouches, les grands philanthropes, les personnes soucieuses du bien-être matériel des peuples… Pourtant, dans le même temps, les mesures gouvernementales qu’elles poussent à adopter sous la pression de la bien-pensance médiatisée, produisent de facto des effets inverses à ceux prétendus. En particulier, le confinement planétaire a provoqué la faillite de milliers d’entreprises, le chômage de dizaines de millions d’individus, des misères, des famines et des suicides innombrables, augures de bien plus de morts que ceux officiellement attribués à un infime virus.

Par l’Effet Jupiter, il y a bien longtemps que les grands médias ne diffusent plus d’information véritable, sauf, peut-être, dans leur rubrique des faits divers, lorsque ceux-ci ne comportent aucun potentiel politique ou idéologique. Ils sont au contraire devenus les champions de la désinformation, loin devant les sites Internet d’information alternative qu’ils ont classés dans la catégorie des complotistes ou des créateurs de « fake news » (fausses nouvelles).

La crise planétaire actuelle a ceci de nouveau par rapport même aux deux Guerres mondiales qu’elle repose essentiellement sur l’Effet Jupiter, une capacité de distorsion des faits sans précédent dans l’histoire des médias. C’en est à tel point que certaines personnes en viennent à douter de l’existence même du virus incriminé, tellement les récits médiatiques et gouvernementaux officiels (marchant main dans la main) sont peu pourvus en logique, parfois très peu en accord avec les faits observés par nous-mêmes dans la vie quotidienne ou scientifiquement admis (par des scientifiques indépendants et non corrompus), mais remplis d’invraisemblances et de contradictions, à l’image de mauvais contes de fées. Une récente étude française va ainsi davantage dans notre bon sens commun (lorsque nous ne dormons pas au gaz) que dans celui tordu des médias dominants, lorsqu’elle mentionne en particulier que « Le confinement est véritablement l’escroquerie sanitaire du XXIe siècle ».

Que la pandémie soit naturelle, induite ou non par des mutations intentionnelles de virus en laboratoires, ou qu’elle soit factice ou le simple résultat du déplacement statistique de la mortalité de la grippe saisonnière renommée en covid-19, les élites en ont indéniablement tiré profit. Leurs campagnes médiatiques d’un bout à l’autre de la planète, à part dans quelques nations qui n’ont pas voulu jouer à ce jeu, ont habilement abusé de l’Effet Jupiter, en plein accord avec les gouvernements complices. Les conséquences sur l’économie ont été désastreuses. Et le clivage de l’Humanité se trouve accru, entre la partie qui a suivi aveuglément la parole médiatique dominante et ceux qui ne parviennent plus à y croire.

Sous l’effet des actions de moins en moins secrètes des élites, peut-être à cause de leur conviction d’avoir déjà gagné et que rien ne peut plus arrêter la finalisation de leur Nouvel Ordre Mondial, l’Humanité est engagée dans ce que l’on peut voir à la fois comme une guerre spirituelle et comme un processus de purification intérieure. Et son clivage croissant en deux pôles opposés n’en est qu’une des conséquences logiques. La guerre spirituelle se déroule entre deux tendances métaphysiques : celle d’aller vers la matière contre celle, au contraire, d’en sortir ou de la sublimer (de la rendre plus sublime, plus vibrante…) ; ou en d’autres termes celle des actions et visions matérialistes contre celle sous inspiration spirituelle. Les uns se préoccupent d’abord de confort, de progrès matériel, de technologie, de santé physique… tout en craignant la mort. Les autres se préoccupent prioritairement de progrès moral ou intérieur, de santé psychique, de conscience… sans crainte pour la fin de la vie physique.

La purification de l’Humanité peut être comparée à un genre de processus alchimique, une séparation progressive entre des éléments lourds qui tombent au fond d’un liquide et des éléments plus subtils qui s’en échappent sous forme de gaz. Un même processus se déroule au sein de nombreux individus qui s’adonnent à un tel travail intérieur purificateur. Leurs tendances grossières, négatives, pesantes, perverses, opaques… sont progressivement éliminées comme des déchets ou bien transmutées en matières plus subtiles, alors qu’eux-mêmes deviennent plus légers, transparents, libérés de croyances handicapantes, mentalement fluides, guidés par leur lumière intérieure… Les réactifs chimiques ou alchimiques ont été en partie apportés par les élites : les diverses situations critiques telles que les guerres, les révolutions, le terrorisme, les restrictions économiques, les blocus, les campagnes médiatiques… Le principal catalyseur ou accélérateur de réaction est l’Effet Jupiter. De nombreux êtres humains ont l’impression que la réaction chimique s’est emballée, qu’elle risque de mener à une explosion majeure. Si elle touche au noyau de l’Humanité, à son cœur, elle pourrait même devenir carrément nucléaire.

Dans la pratique, la réaction globale purificatrice résulte de deux catégories principales de réactifs : ceux qui proviennent de la vision sataniste ou matérialiste de la vie et ceux qui restent sous influence de la conscience ou de l’Esprit. Les premiers sont ceux qui tendent à plonger les individus au fond de la matière, par exemple par l’attrait pour les miracles technologiques. Les seconds sont ceux qui tendent à les rendre inadaptés au monde actuel, comme l’aspiration à la fraternité universelle et au partage ou encore à une vie simple et proche de la nature. Plus il y a friction entre ces deux types, et plus la réaction est énergétique, et donc rapide. En d’autres termes, plus les élites utilisent l’Effet Jupiter et poussent leur plan, et plus rapidement l’Humanité s’en purifiera, car elles tomberont au fond du récipient, pendant que celle-ci s’élèvera.

De ce point de vue, ne souhaitez pas retarder la mise en place du Nouvel Ordre Mondial. Priez au contraire pour qu’il achève sa construction le plus vite possible. Sa chute en sera d’autant plus rapide. Dans leurs plans, les élites ont oublié un élément majeur : la conscience. Plus on cherche à la contraindre, et plus, par réaction, elle s’étend et s’épanouit.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments