Le Luddite Club : un endroit sans téléphone ni réseaux sociaux

13/12/2022 (2022-12-13)

[Source : Nexus]

Aujourd’hui, il peut être difficile d’imaginer la vie sans les smartphones et les réseaux sociaux. Ces technologies font désormais partie intégrante de notre quotidien, mais de plus en plus d’adolescents commencent à se sentir dépassés et stressés par celles-ci.

La connexion continue peut être fatigante et entraîner des sentiments d’anxiété et de peur de manquer. Pour se déconnecter, certains jeunes ont décidé de se mettre au tricot ou adoptent les téléphones à clapet des années 2000. D’autres encore n’hésitent pas à se réclamer du luddisme.

◆ Des casseurs de téléphones ?

C’est le cas de Lola, une étudiante new-yorkaise, qui ne voulait plus être une « screenager », une ado collée à son téléphone. Avec ses amis, elle a décidé de créer, en 2021, le Luddite Club. Ce dernier a été baptisé en l’honneur de l’ouvrier anglais Ned Ludd supposément à l’origine du luddisme, le mouvement des « casseurs de machines » au XIXe siècle. Les luddites étaient contre l’utilisation de la technologie et l’industrialisation. Ils se livraient d’ailleurs à des actes de sabotage contre des usines et des machines. Aujourd’hui, le terme « luddite » désigne plutôt les personnes qui résistent au changement ou aux nouvelles technologies.

◆ Un club ouvert au monde

Il n’est pas nécessaire de se débarrasser de son téléphone pour rejoindre le Luddite Club.

« Certains membres, dont moi, sont passés au téléphone à clapet. D’autres ont encore des iPhone mais essaient de passer moins de temps dessus. Lorsque le club se réunit, la seule règle est la suivante : pas de smartphones ici. Pas de TikTok, pas d’Instagram », explique Lola au média Insider. « Nous discutons de livres ou de nos projets pour le club. Beaucoup de gens dessinent. Certains lisent. »

◆ Une saveur retrouvée

« Sans téléphone, j’ai été obligée de vivre ces moments et de les savourer. Je me suis retrouvée à réfléchir à mes plans pour la journée, ou à un souvenir d’il y a cinq ans, ou alors j’essayais de trouver la réponse à un problème qui me stressait. Peu importe ce à quoi je pensais, c’était beaucoup plus vivant et détaillé qu’auparavant. » Lola ne regrette pas l’époque où son attention était constamment détournée par son téléphone et les vidéos chronophages qu’il proposait. « J’ai aussi commencé à lire davantage et j’arrive à mieux me concentrer. Dans l’ensemble, j’ai l’impression que ma manière de penser s’améliore. »

Image principale par Mircea de Pixabay 

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires