L’Amérique doit mettre fin à son dangereux désir de diaboliser la masculinité

28/11/2023 (2023-11-28)

[Source : aubedigitale.com]

Selon une étude récente de la faculté de médecine de l’UCSF, la femme américaine moyenne vit aujourd’hui 5,8 ans de plus que l’homme américain moyen. L’écart n’a jamais été aussi important depuis 1996.

S’adressant au New York Times, le Dr Brandon Yan, principal auteur de l’étude, a qualifié les résultats de « troublants ».

« Nous devons comprendre quels sont les groupes qui perdent particulièrement des années d’espérance de vie », a-t-il noté, « afin que les interventions puissent être au moins partiellement axées sur ces groupes ».

En ce qui concerne les causes de l’écart d’espérance de vie entre les hommes et les femmes aux États-Unis, le Dr Yan a répondu :

« Tous ces éléments indiquent une détérioration de la santé mentale dans tous les domaines, mais en particulier chez les hommes ».

Ce qui nous amène à la diabolisation de la masculinité.

Ces dernières années, il est devenu effroyablement courant d’entendre le mot « toxique » suivi du mot « masculinité ». Selon une autre étude récente, publiée dans l’International Journal of Health Sciences, les hommes qui perçoivent la masculinité de manière négative sont plus susceptibles d’avoir un bien-être mental plus faible que les hommes qui la perçoivent de manière positive,

L’étude judicieusement intitulée « The belief that masculinity has a negative influence on one’s behavior is related to reduced mental well-being » (La croyance que la masculinité a une influence négative sur le comportement d’une personne est liée à un bien-être mental réduit) a analysé les croyances et les comportements de 4 000 hommes. Les résultats démontrent clairement la relation entre les idées fausses largement répandues sur la masculinité et la façon dont ces idées fausses affectent la santé mentale des hommes. Elles montrent également que les attitudes masculines doivent être préservées et encouragées, et non diabolisées.

Il fut un temps, pas si lointain, où les traits masculins — force, courage et affirmation de soi — étaient célébrés par tous les Américains, indépendamment de leur orientation sexuelle ou de leurs affiliations politiques. Quand les choses ont-elles changé ? Dans les années 1980, semble-t-il.

Commentant l’étude approfondie, Eric W. Dolan, fondateur et rédacteur en chef de PsyPost, suggère que dans les années 1980, « il y a eu un changement notable » dans la façon dont la masculinité était perçue. Plus précisément, le regard porté sur la masculinité est devenu plus critique. La masculinité, note-t-il, est devenue synonyme « de traits négatifs comme la misogynie et l’homophobie, et liée à des problèmes tels qu’une mauvaise santé mentale et un comportement agressif ». Cette transition inutile et totalement destructrice, ajoute M. Dolan, « a été en partie alimentée par des théories sociologiques, conduisant à ce que certains appellent un “modèle déficitaire” de la masculinité, qui se concentre principalement sur ses aspects négatifs ».

M. Dolan a raison. Cependant, il passe à côté de la situation dans son ensemble. Le mouvement #MeToo, selon moi, a été le dernier clou dans le cercueil de la masculinité. En 2017, l’année où l’inconduite sexuelle d’Harvey Weinstein a été rendue publique, les attentes sociales liées au fait d’être un homme ont changé — de manière spectaculaire. La masculinité est passée de « problématique » à « toxique », un « virus » qui a besoin d’être traité. Comme on peut le constater, les hommes qui souscrivent à cette théorie virulente et profondément erronée sont plus susceptibles de souffrir que ceux qui la rejettent à juste titre.

John Barry, auteur de l’étude susmentionnée et cofondateur du Centre for Male Psychology, a constaté que les hommes qui avaient une vision positive de la masculinité affichaient des niveaux de positivité générale considérablement plus élevés que les opposants. Ceux qui rejetaient l’affirmation « La masculinité m’empêche de parler de ce que je ressens face à mes problèmes » avaient une meilleure santé mentale que ceux qui l’acceptaient.

Fait intéressant, M. Barry a constaté que les hommes ayant une vision positive de la masculinité étaient plus susceptibles de ressentir le besoin de protéger les femmes que ceux qui avaient une vision plus négative de la masculinité.

Lorsque la société diabolise la masculinité, M. Barry m’a dit que « les hommes ne sont pas les seuls à en souffrir ». Il estime que « les femmes en pâtissent indirectement à bien des égards ». Par exemple, ajoute-t-il, « si une mère voit son fils lutter pour se sentir à l’aise en tant qu’homme, sa douleur aura un impact sur elle aussi. Une mère peut voir l’estime de soi de son fils s’effondrer lentement au fur et à mesure qu’il grandit, avec le sentiment qu’en tant qu’homme, il n’a rien de positif à offrir à qui que ce soit, y compris à des petites amies potentielles ».

L’argument de M. Barry est valable. Les femmes trouvent les hommes masculins attirants. C’est un fait incontestable. Ce n’est pas pour rien que, depuis des décennies, les filles ont des posters de James Dean, Paul Newman, George Clooney, Tom Cruise et Brad Pitt sur leurs murs. Ce n’est pas de la science exacte. C’est une science de l’évolution.

Les hommes qui voient la masculinité sous un jour négatif peuvent avoir du mal à attirer une partenaire. C’est particulièrement vrai si, comme l’a fait remarquer M. Barry, « ils deviennent peu performants, reclus, et abandonnent tout sentiment d’être un protecteur des femmes et de leur communauté ».

Les filles, ajoute-t-il, « peuvent croire au discours négatif sur les hommes et voir leur père sous un jour défavorable, mais le regretter profondément des décennies plus tard, lorsqu’il est trop tard pour rattraper des années de relations père-fille altérées ».

Le message de Barry est clair :

« Si les gens sont tous liés en tant que membres d’une société — et je crois que c’est le cas — alors si les hommes sont empoisonnés, c’est la société qui est empoisonnée ».

Là encore, il a raison.

Les hommes et les femmes se complètent. Plus important encore, nous avons besoin les uns des autres.

Traduction de The Epoch Times par Aube Digitale

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires