C’est ainsi que fonctionne le gouvernement mondial (et ce qui va suivre…)

23/11/2023 (2023-11-23)

[Source :corbettreport.substack.com]

Par James Corbett
corbettreport.com
19 novembre 2023

Flash info : contrairement aux inquiétudes des conspirationnistes réalistes, le gouvernement mondial n’est PAS une menace lointaine qui nous attend dans un futur dystopique.

Non, il ne s’agit pas d’une menace future. La vérité, c’est que le gouvernement mondial est déjà en place et fonctionne, ici et maintenant.

En fait, il n’agit même pas en secret. Cela se passe de la manière la plus visible qui soit : une fête1.

Oups ! Ai-je dit « fête » ? Je voulais parler de la « Conférence des parties », bien sûr, c’est-à-dire du mécanisme par lequel les États-nations cèdent volontairement leur souveraineté aux technocrates mondialistes depuis des décennies.

Vous n’avez jamais entendu parler de la « Conférence des parties », protestez-vous ? Bien sûr que si. Je parle de la COP de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) pratiquement chaque année. En fait, je la couvre depuis au moins la COP 15 à Copenhague en 2009. N’oublions pas que 2009 a été l’année où le président de l’UE (et laquais du Bilderberg) Herman von Rompuy a déclaré que c’était « la première année d’un gouvernement mondial », citant spécifiquement la COP de Copenhague comme « une nouvelle étape vers la gestion mondiale de notre planète ».

Un pas de plus, en effet.

Avance rapide jusqu’en 2023. Les mondialistes font le plein de leurs jets privés et de leurs limousines avec chauffeur pour une nouvelle fête du vin et du dîner, cette fois-ci la COP 28 à Dubaï. Oui, ce n’est plus qu’une question de semaines avant que nous assistions au rituel annuel de ces prétendus dirigeants mondiaux qui viennent nous faire la leçon, à nous autres, sur le fait que nous n’en faisons pas assez pour sauver la planète.

Mais savez-vous ce qu’est vraiment une COP ? Saviez-vous que la COP de la CCNUCC n’est pas la seule à être dirigée par le gouvernement mondial de facto ? Et saviez-vous que le véritable objectif du soi-disant « traité sur les pandémies » de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) est d’établir une autre chambre de la COP au sein de ce gouvernement fantôme de plus en plus gonflé ?

Montez, attachez votre ceinture et accrochez-vous. Vous allez recevoir l’une des leçons les plus importantes de votre vie.

Qu’est-ce qu’une COP ?

Sur la photo : Les criminels de la COP passent à l’action.

D’un certain point de vue, le concept de « Conférence des parties » — ou, en anglais, « COP » — est aussi simple et direct qu’inoffensif.

Il suffit de demander à nos <sarcasme>amis</sarcasme> de Climate.gov, qui donnent cette définition de la COP en relation avec le sommet annuel de la CCNUCC :

La COP est une réunion internationale sur le climat organisée chaque année par les Nations unies. COP est l’abréviation de « Conference of the Parties », c’est-à-dire les pays qui ont adhéré — sont des « parties », en termes juridiques — au traité international appelé Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Les parties à ce traité se sont engagées à prendre des mesures volontaires pour empêcher toute « perturbation anthropique dangereuse du système climatique ».

Notez que les sympathiques responsables de Climate.gov (qui vous sont présentés par la National Oceanic and Atmospheric Administration !) tiennent à souligner que, selon les termes de la CCNUCC, les « parties » se sont légalement engagées à prendre des mesures volontaires pour empêcher les dragons du ciel de mettre le feu à la planète.

Détendez-vous, les gars, c’est volontaire* !

*Vous êtes légalement obligés de le faire.

En fait, vous remarquerez que cette étrange tension obligatoire/volontaire est omniprésente dans l’article de Climate.gov sur la COP et dans un grand nombre d’explications similaires sur la COP.

Les parties conviennent d’objectifs spécifiques pour limiter les émissions humaines de gaz à effet de serre (y compris le dioxyde de carbone, le méthane, l’oxyde nitreux et les gaz halogénés comme les CFC) à une quantité spécifique pour une année donnée dans l’avenir. Les pays participants au traité élaborent leurs propres engagements volontaires — connus sous le nom de contributions déterminées au niveau national — afin d’atteindre les objectifs convenus. Les pays sont libres d’élaborer la combinaison de politiques la plus économique ou la plus avantageuse pour eux. Ils doivent rendre compte de leurs succès ou de leurs échecs dans la réalisation de leurs objectifs volontaires lors des réunions annuelles de la Conférence des Parties.

C’est dire si les pays sont libres de développer les politiques les plus économiques ou les plus avantageuses pour eux. Ils « s’accordent sur des objectifs spécifiques » mais « développent leurs propres engagements volontaires » pour atteindre ces objectifs et ils « doivent » rendre compte de leurs progrès dans la réalisation de ces objectifs « volontaires ».

Vous êtes confus ? C’est une bonne chose. Les mondialistes seront heureux d’apprendre qu’ils font bien leur travail.

Ces technocrates se rendent compte que personne ne se donnera la peine de chercher (et encore moins de lire) la Convention-cadre sur les changements climatiques elle-même.

Ils savent que les gens ordinaires ont déjà assez à faire en travaillant de 9 h à 17 h pour joindre les deux bouts, et qu’ils ne sont donc pas susceptibles de découvrir les règles tyranniques que leur gouvernement leur a légalement imposées en vertu de l’article 4 de la convention sur le changement climatique.

Et ils se rendent compte que personne ne prendra la peine de suivre le fil et de découvrir que la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques n’est pas le seul traité supranational mondialiste et destructeur de souveraineté à faire adhérer des nations entières à l’ordre du jour des Nations unies. Il y a aussi la Convention sur les armes chimiques, la Convention des Nations unies contre la criminalité transnationale organisée, la Convention de Stockholm et toute une série d’accords internationaux similaires.

Et même si le citoyen moyen se familiarisait avec toutes ces conventions et avec tout ce que ces accords obligent leur pays à faire, il ne prendrait pas la peine de lire les règles de procédure qui dictent la manière dont ces « conférences des parties » se déroulent.

Ainsi, ils ne liront jamais l’article 30 du règlement intérieur de la CCNUCC :

Les réunions de la Conférence des Parties sont publiques, à moins que la Conférence des Parties n’en décide autrement.

Ou la règle 32 :

Nul ne peut prendre la parole au cours d’une réunion de la Conférence des Parties sans avoir obtenu au préalable l’autorisation du Président.

Ou Règle 42 :

Les décisions sur les questions de fond sont prises par consensus, à l’exception des décisions sur les questions financières qui sont prises par un vote à la majorité des deux tiers.

Et si, par un petit miracle, ils parvenaient à se familiariser avec le règlement intérieur de la COP de la CCNUCC, ils s’apercevraient alors qu’ils n’ont même pas effleuré le sujet.

Pourquoi ?

Parce qu’il n’y a pas seulement une COP pour la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, il y a aussi des COP individuelles pour les sous-groupes de la CCNUCC, comme le protocole de Kyoto et l’accord de Paris.

Il y a également une COP pour la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification.

Il y a également une COP pour la Convention des Nations unies contre la criminalité transnationale organisée.

Et une COP pour la Convention sur les armes chimiques.

Et une COP pour la Convention de Stockholm, une COP pour la Convention de Rotterdam, une COP pour la Convention de Bâle et des COP pour la Convention de Vienne et le Protocole de Montréal.

Vous voyez donc que le gouvernement mondial est déjà là. Il fonctionne par le biais d’un réseau de conventions et d’accords, obligeant les gouvernements à agir d’une certaine manière et les engageant à atteindre divers objectifs dans une grande variété de domaines.

Et devinez quoi ? Aussi mauvais que cela puisse être, la situation est sur le point de s’aggraver.

L’OMS : le nouveau flic2 du quartier

Vous souvenez-vous de ce document de l’OMS, communément appelé « traité sur les pandémies », au sujet duquel j’ai tiré la sonnette d’alarme à maintes reprises au cours des deux dernières années ?

Eh bien, il ne s’appelle plus « traité sur la pandémie ». Il est passé de son ancien titre officiel de « convention, accord ou autre instrument international de l’OMS sur la prévention, la préparation et l’intervention en cas de pandémie » à l’« accord de l’OMS sur la pandémie », un peu moins lourd à manier. Le dernier projet de cet accord a été publié il y a trois semaines. L’avez-vous déjà lu ?

Si vous l’avez lu, vous aurez remarqué toutes sortes de choses horribles cachées au plus profond de cette forêt de jargon juridique — comme, par exemple, le langage inquiétant utilisé pour décrire le problème de l’« infodémie » et la solution de censure d’Internet qui l’accompagne, que Tedros et l’UNESCO convoitent maintenant ouvertement.

Vous aurez aussi sans doute remarqué un élément pertinent pour le sujet d’aujourd’hui, enfoui à la page 24 :

Article 21. Conférence des parties

Bien sûr.

Oui, il s’agit d’une manœuvre tout droit sortie du manuel de jeu mondialiste : distraire tout le monde avec le mot « traité » pour leur faire croire qu’il s’agit d’un document qui nécessitera une ratification spéciale par leur parlement national ou leur congrès, puis leur présenter un « accord » qui, dans la plupart des cas, contournera complètement le processus politique. Puis, en guise de coup de grâce, on insère un article établissant une toute nouvelle bureaucratie, qui servira de facto de bras armé du gouvernement mondial — un bras armé qui pourra alors remanier et réécrire les règles de santé mondiale à sa guise, à n’importe quel moment dans l’avenir.

C’est malveillant. C’est une dictature. C’est une parodie. Mais il faut admettre que c’est brillant.

En supposant que cet accord (ou quelque chose de très similaire) soit approuvé par la 77e Assemblée mondiale de la santé à Genève en mai prochain, la plupart des gens ne comprendront pas ce qui vient de se passer, pas plus qu’ils n’ont compris ce qui s’est passé lorsque la CCNUCC a créé sa COP ou que toutes ces autres institutions mondialistes ont créé leurs COP respectives.

Alors, pour ceux qui ne peuvent pas se donner la peine de lire l’accord de l’OMS sur les pandémies (ou même simplement l’article 21 de cet accord), voici les points essentiels :

1. Il est institué une Conférence des Parties. La Conférence des Parties est composée de délégués représentant les Parties à l’Accord de l’OMS sur les pandémies. Seuls les délégués représentant les Parties participeront à la prise de décision de la Conférence des Parties. La Conférence des Parties établit les critères de participation des observateurs à ses travaux.

[. . .]

3. La première session de la Conférence des Parties sera convoquée par l’Organisation mondiale de la Santé au plus tard un an après l’entrée en vigueur de l’Accord de l’OMS sur les pandémies.

4. Après la première session de la Conférence des Parties : a) des sessions ordinaires ultérieures de la Conférence des Parties se tiendront chaque année.

[. . .]

5. La Conférence des Parties adopte par consensus son règlement intérieur à sa première session.

6. La Conférence des Parties adopte par consensus des règles financières pour elle-même et pour le financement de tout organe subsidiaire de la Conférence des Parties qui est ou pourra être créé, ainsi que des dispositions financières régissant le fonctionnement du Secrétariat. Elle adopte également un budget biennal.

7. La conférence des parties examine régulièrement la mise en œuvre de l’accord de l’OMS sur les pandémies et prend les décisions nécessaires pour promouvoir sa mise en œuvre effective ; elle peut adopter des amendements, des annexes et des protocoles à l’accord de l’OMS sur les pandémies.

[. . .]

9. La Conférence des Parties crée des organes subsidiaires pour mener à bien les travaux de la Conférence des Parties, si elle le juge nécessaire, selon des termes et des modalités à définir par la Conférence des Parties. Ces organes subsidiaires peuvent comprendre, sans s’y limiter, un comité de mise en œuvre et de respect des dispositions, un groupe d’experts chargé de donner des avis scientifiques et un groupe consultatif d’experts du système PABS de l’OMS.

Nous y voilà. Le gouvernement mondial est sur le point d’assumer la juridiction sur votre santé. Il est en train de mettre en place son organe directeur chargé de rédiger les règles qui régiront la réponse de votre gouvernement à la prochaine épidémie déclarée. Et presque personne dans le public n’est au courant de ce qui se passe.

Des questions ?

Je ne pense pas.

Bien sûr, certains pourraient objecter : « Ne vous inquiétez pas ! Il est écrit noir sur blanc que le règlement intérieur et le financement de cet organe doivent être adoptés par consensus ! On ne peut même pas mettre trois de ces technocrates d’accord sur ce qu’ils vont manger à midi, alors rien ne sera jamais décidé ! »

Mais si vous soulevez cette objection, il est clair que vous n’avez jamais vu à quoi ressemble ce type d’« accord consensuel » dans le processus de l’OMS. (SPOILER: il s’agit d’un vieil homme confus qui demande vaguement si le comité est prêt à approuver le projet, qui regarde la salle des bureaucrates à moitié endormis pendant dix secondes, qui déclare que le projet a été approuvé et qui doit ensuite répéter sa déclaration pour que les fonctionnaires et les gogos rassemblés sachent que c’est à eux d’applaudir).

C’est ainsi que votre futur organisme gouvernemental mondial verra le jour. C’est ainsi qu’il établira son règlement intérieur (qui peut être composé de n’importe quelle règle bidon). C’est ainsi qu’il établira son mécanisme de financement : dans un simulacre transparent de parodie de la « démocratie » que ces dirigeants prétendent chérir.

C’est ainsi que la souveraineté prend fin

Craignez votre nouveau seigneur mondialiste !!!

« Face à l’argument exposé dans cet éditorial, les professeurs, les hommes politiques et les laquais de l’establishment obéissant à la presse laxiste disent : “Tais-toi, théoricien de la conspiration !” Cette affaire de COP n’est pas un gouvernement mondial et n’a rien d’infâme. Après tout, vos gouvernements se sont volontairement engagés à respecter ces accords et donc à être liés par les décisions prises par les COP ! »

Difficile de contester cela, n’est-ce pas ?

À moins, bien sûr, que nous comprenions que l’adoption arbitraire par nos gouvernements de règles et de restrictions sans notre consentement est précisément le problème.

Tout d’abord, nos représentants élus nous font adhérer à des organismes internationaux globaux et non responsables tels que l’ONU et l’OMS. Ensuite, ils ont nommé des bureaucrates sans nom ni visage pour agir en tant que nos représentants non élus au sein de ces organismes qui nous font signer des conventions et des accords dont la plupart d’entre nous ignorent même l’existence. Ces conventions et accords « obligent » ensuite nos gouvernements nationaux à prendre certaines mesures ou à s’abstenir de certaines autres mesures. Enfin, ces mêmes gouvernements adoptent une législation qui fait de ces engagements, de ces objectifs et de ces restrictions la loi de notre pays.

Mais tout cela est « volontaire », voyez-vous ? Tout est transparent. Il n’y a pas de gouvernement mondial, mais seulement des conventions mondiales que les parties ont accepté de respecter.

Et pour remuer le couteau dans la plaie, les mêmes vérificateurs de faits qui nieraient que ce réseau de conventions et d’accords constitue en fait un gouvernement mondial de facto nous diront également que ces accords ne vont pas assez loin dans la suppression de toute prétention à la souveraineté nationale dans le système international.

Il suffit de demander à Mostafa El-Harazi et Noor Irshaidat. Ce sont les deux étudiants en doctorat en droit de la Carey School of Law qui ont rédigé un article d’opinion pour le Kleinman Center for Energy Policy l’année dernière, dans lequel ils se plaignent : Ce qui fait notablement défaut [à la CCNUCC], cependant, c’est un « mécanisme d’application », une disposition visant à dissuader explicitement les États parties à la CCNUCC de ne pas respecter les engagements pris en leur imposant des amendes ou en saisissant un tribunal international tel que la Cour internationale de justice.

Ou demandez aux experts de ScienceDirect qui, dans leur présentation de la CCNUCC, déplorent son manque de moyens : « La CCNUCC contient peu d’exigences spécifiques et, notamment, aucune obligation contraignante pour les signataires de réduire les émissions de gaz à effet de serre. »

Ou demandez à des spécialistes comme Robert Keohane et David Victor, dont l’article de 2016 dans Nature intitulé « Coopération et discorde dans la politique climatique mondiale » affirme que « l’atténuation efficace du changement climatique nécessitera une coopération internationale approfondie, qui est beaucoup plus difficile à organiser que la coordination superficielle observée jusqu’à présent. »

Mais, comme je l’ai dit, pas une personne sur mille ne connaît la Convention-cadre sur le changement climatique, la Convention de Bâle ou la proposition de COP de l’OMS, et pas une personne sur un million ne sait ce que l’un de ces organismes oblige « volontairement » les parties membres à faire.

Préférez-vous regarder un match de football ou lire un document de cent pages de jargon juridique compliqué ? Préférez-vous sortir en ville avec vos amis ou vous engager à étudier l’organigramme d’une obscure branche de la bureaucratie de l’ONU ?

Tout à fait. Comme j’ai déjà eu l’occasion de le souligner, La fin du monde vous fera pleurer.

Alors, si nous périssons par manque de connaissances, comment pouvons-nous prospérer ?

En en apprenant davantage sur ces instruments de contrôle, voilà comment.

Plus précisément, nous pouvons contrer l’agenda mondialiste en apprenant davantage sur les traités, les accords et les conventions qui régissent de plus en plus nos vies. Ensuite, nous pouvons transformer nos connaissances en un mouvement. Nous saurons que nous progressons lorsque la volonté de sortir de l’OMS (et de l’ONU par la même occasion) deviendra la seule question politique dont les gens voudront parler. Et nous saurons que nous avons vraiment réussi lorsque ces mêmes personnes commenceront à parler de la souveraineté individuelle et de notre droit naturel à nous retirer de tout système de contrôle gouvernemental.

Sisyphe, voici le rocher3. Fais-le bien rouler !


1 En anglais, le mot « party » peut désigner aussi bien une organisation politique qu’une fête et ici l’auteur joue avec ces deux sens.

2 Le titre anglais utile les mots WHO (qui signifie « qui ») pour World Health Organisation (Organisation Mondiale de la Santé, ou OMS) et COP traduit ici par « flic », car il s’agit visiblement ici d’un jeu de mots sur WHO et COP, et l’on aurait pu traduire aussi par « Le Qui : le nouveau flic du quartier », alors que la traduction littérale aurait été « L’OMS : la nouvelle COP du quartier ».

3 Dans la mythologie grecque, Sisyphe est condamné par les dieux à pousser un rocher jusqu’à la cime d’une montagne, éternellement.

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires