Ce qu’on ne nous a pas appris sur la peste

03/02/2024 (2024-02-03)

[Source : @TheAmir]

Par Sam Bailey

La « peste » ou « peste noire » aurait anéanti la moitié de la population européenne au milieu des années 1300, méritant ainsi le titre de pandémie la plus meurtrière de tous les temps. La bactérie Yersinia Pestis serait à l’origine de la mort de toutes ces personnes et la maladie était si infectieuse qu’il était fatal de se trouver à proximité d’un cas.

De nombreux aspects de ce récit ne tiennent tout simplement pas la route, en particulier le fait que la théorie des germes et les postulats de Koch ont été réfutés à de nombreuses reprises au cours du siècle dernier.

Comme l’ont déclaré nos amis italiens après leur récent entretien avec le Dr Mark Bailey, ces contes de fées ont enfermé le monde dans un faux paradigme de la maladie pendant des générations.

Les théoriciens actuels des germes ont ignoré de nombreux faits gênants, notamment un compte rendu beaucoup plus détaillé des cas de peste en Australie au siècle dernier.

Dans cette vidéo, nous examinons la science qui sous-tend cette maladie soi-disant contagieuse et nous expliquons pourquoi l’un des joyaux de la couronne de la mythologie « pandémique » est tombé en désuétude.

Références

image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

S’abonner à la discussion
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires